Abyss Domination – Chapitre 51

Les roturiers kobold qui couraient dans tous les sens depuis le début du combat se rassemblèrent et commencèrent à jeter des pierres sur Soran. Même si les pierres ne contenaient pas beaucoup de puissance, cela faisait quand même mal quand elles frappaient, surtout quand les salves se succédaient. Malgré sa grande dextérité, il ne pouvait pas éviter toutes les attaques à cause de l’espace limité et fut touché plusieurs fois. Comme le dit l’adage, de petites gouttes d’eau font le puissant océan ; les dommages accumulés reçus des pierres pourraient s’avérer fatals.

 

Main brûlante !

 

Avec son expérience des sorts, Soran identifia instantanément le sort utilisé par le kobold cramoisi et roula sur le côté. Il se souvenait encore du style de la lame au sol utilisé par certains joueurs; avec une seule entaille, il coupait les jambes de trois kobolds. Les joueurs l’appelaient toujours en plaisantant le style de roulement de baril, car il se concentrait sur le fait d’éviter les attaques et les contre-attaques par des mouvements bas tels que la roulade et l’esquive. Cela ressemblait à quelque chose que les lâches feraient, donc cela ne donnait pas aux gens une bonne image. Néanmoins, la plupart des combattants du combat rapproché en apprirent au moins en partie parce qu’il était efficace dans les combats de groupe où tout était chaotique. Les Rangers, les guerriers et les ronins pouvaient choisir d’accéder à la profession de  » maître d’attaque au sol « , reconnue pour ses prouesses au combat dans les batailles de groupe.

 

C’était un style de combat qui exigeait de l’utilisateur une grande coordination, agilité, flexibilité, vitesse et même des organes internes solides. C’étaient des maîtres dans l’attaque des zones inférieures comme l’estomac, le bas-ventre et les jambes. Soran avait vu une fois l’un d’entre eux couper les cuisses d’une douzaine d’ennemis en un seul coup ; les ennemis étaient tous tombés sur le sol démembrés avant même qu’ils ne puissent toucher les vêtements de celui ci.

 

Les vrais maîtres du combat restaient rarement dans les airs pendant longtemps, même s’ils le pouvaient, car il n’y avait aucun moyen de donner de la puissance supplémentaire ou de libérer la puissance des attaques. C’était aussi inévitable de montrer des ouvertures à l’atterrissage, ce qui les rendait vulnérables aux attaques dans ce laps de temps, même si ce n’était qu’un court laps de temps. Tout ce qu’ils faisaient, c’était de sauter en l’air et de descendre en piqué vers l’ennemi. Ainsi, par rapport au saut, la roulade était beaucoup plus pratique.

 

L’incendie sur Soran fut éteint après qu’il se soit roulé sur le sol. Cependant, le sorcier kobold bougea sa paume vers Soran ; les flammes du sort le suivirent et le poursuivirent. C’était l’un des sorts de niveau 1 les plus gênants, car le lanceur pouvait librement changer la direction du sort tant qu’il existait encore. Soran grinça les dents en soulevant le cadavre d’un kobold et le lança de toutes ses forces sur le sorcier kobold. Cinquante livres était à peine dans la fourchette de poids des choses qu’il pouvait lancer comme armes. Le cadavre frappa la tête du sorcier, interrompant et mettant fin au sort. Mais ce n’était pas sans prix ; les guerriers kobold sautèrent et roulèrent autour de Soran et le coupèrent deux fois pendant qu’il lançait le cadavre.

 

Soran tourna son corps en se levant, saisissant la cheville d’un kobold. Le kobold poussa un cri de terreur, mais il ignora ses cris et le balança comme une massue, forçant les kobolds environnants à reculer. Soran lâcha le kobold comme s’il lançait un marteau, et l’envoya voler. D’un grand bond, il sauta hors de l’encerclement des kobolds pendant qu’ils étaient distraits.

 

C’était crucial de ne pas être entouré d’ennemis dans un combat de groupe. Lorsqu’on était piégé dans un encerclement, les avantages des réflexes élevés et de l’agilité disparaissaient à cause de l’espace limité disponible pour l’esquive. En fin de compte, la personne encerclée n’aurait pas d’autre choix que de prendre les attaques de front.

 

Soran sortit une fois de plus son arbalète améliorée et tira sur le sorcier kobold. Les archers kobold sortirent leurs arcs et lui tirèrent dessus, mais leur tir à l’arc n’était pas assez bon pour frapper Soran, qui courait à grande vitesse. Au lieu de cela, leurs coups tombèrent sur leurs frères.

 

Clang !

 

Soran dégaina son épée courbée et la balança en faisant un tour complet, bloquant une flèche qui arrivait. Peut-être parce qu’il se sentait impressionnant, il continua à parer trois autres flèches arrivant avec son épée au lieu de les esquiver.

 

« Crève ! »

 

Soran se précipita vers le sorcier cramoisi ; les lanceurs de sorts étaient mauvais dans les combats rapprochés, et leur Constitution n’était pas non plus aussi élevée que celle des guerriers. Il était persuadé qu’il pouvait diviser son corps en deux en un seul coup.

 

Main Glacée !

 

Le sorcier kobold poussa ses paumes vers Soran, une lueur bleue glaciale enveloppant les mains tendues. Il fut aussitôt frappé par une aura glaciale, et une couche de givre commença à se former à partir de la pointe de son épée courbée jusqu’à ses sourcils. Cela le refroidit jusqu’au cœur, ses bras devenant raides à cause du froid.

 

Frappe de l’ombre !

Soran endura le sort de niveau 1. Forçant son corps à bouger, il continua à se précipiter vers le sorcier kobold et lui donna un coup de couteau. De l’énergie sombre sans forme se rassembla sur sa lame, et il le décapita d’une seule frappe.

 

La glace et le givre formés par les sorts ne duraient pas longtemps, surtout après que la réserve de mana du lanceur ait été coupée ; le givre sur le corps de Soran se brisa et fondit immédiatement.

 

Les lanceurs de sorts étaient tout simplement des existences dangereuses. Heureusement, le sorcier Kobold était enfin mort. Sans regarder son corps, Soran donna un coup de pied au sol et se jeta sur les archers kobold qui se trouvaient à une certaine distance.

 

Une fois le chef kobold mort, il y avait de fortes chances que leurs rangs s’effondrent. Cela signifiait qu’ils s’enfuiraient, ayant décidé qu’il était impossible de vaincre l’ennemi. C’était aussi la raison pour laquelle les kobolds ne pouvaient pas être complètement exterminés ; ils étaient tout simplement trop bons pour s’enfuir, en se séparant et en courant dans des directions différentes. La seule façon d’annihiler complètement un groupe de kobolds était de les encercler avec des effectifs en nombre ou de les bombarder avec des armes à distance.

 

Après avoir traversé tant d’ennuis, Soran ne voulait naturellement pas que sa proie s’échappe. Avant que le moral des kobolds ne s’effondre, les obligeant à fuir, il devait en tuer le plus grand nombre possible. Le terrain compliqué de la forêt rendait difficile à Soran d’attraper les kobolds une fois qu’ils fuiraient ; ce serait un gaspillage de laisser partir des centaines de EXP d’abattage.

 

La mort de leur chef provoqua la panique chez certains kobolds. Les plus faibles étaient sur le point de fuir, tandis que les plus courageux luttaient encore entre le combat et la fuite. Il n’y avait qu’un seul ennemi après tout, sans mentionner qu’il avait été blessé.

 

Après s’être décidés, les guerriers kobold essayèrent à nouveau d’encercler Soran. Ils avaient toujours l’avantage numérique ; ils ne s’enfuiraient pas avant que plus de la moitié d’entre eux ne soient tués.

 

La bataille avait déjà duré quelques minutes à ce moment-là. Soran, qui utilisait au maximum sa puissance explosive, avait consommé une endurance considérable. Ainsi, ses mouvements devenaient de plus en plus lents. Même s’il parvenait à éviter la plupart des attaques, certains atterrissaient et le blessaient, même si ce n’était pas fatal. Se blesser dans la nature était quelque chose d’inévitable, surtout quand il y avait tant d’ennemis. Son armure de cuir le protégeait efficacement des flèches, et la plupart de ses blessures étaient soit des coupures peu profondes, soit des ecchymoses causées par les pierres jetées sur lui. Contrairement à ses attentes, les archers kobold n’étaient pas aussi menaçants que les lanceurs de pierres. Il était frappé plus souvent par des pierres que par des flèches, peut-être parce que les archers faisaient de leur mieux pour ne pas frapper leurs alliés. Les lanceurs de pierres, par contre, ne s’en souciaient pas trop car ils savaient qu’ils ne pouvaient pas tuer les autres kobolds avec des pierres. Tout ce qu’ils pouvaient faire, c’était de faire crier leurs alliés de douleur – rien de plus grave que cela.

 

Ce qui faisait vraiment mal, cependant, c’était les sorts de niveau 1 Main brûlante et Main glacée. La première infligea 8 dommages de brûlures, tandis que la seconde causa 6 dommages par le froid. S’il n’avait pas monté sa profession au niveau 5, il souffrirait de blessures graves après avoir été touché par les deux sorts, réduisant ainsi de moitié ses performances au combat.

 

Son endurance diminuait tandis que ses blessures s’aggravaient ; même Soran se sentait un peu impuissant.

 

Il n’était pas un guerrier ; un guerrier de niveau 5 équipé d’une armure en cotte de mailles massacrerait les kobolds comme s’il hachait de la viande pour le dîner. Lorsqu’il était équipé d’un bouclier, les choses étaient encore plus faciles. La seule chose à laquelle les guerriers devaient prêter attention, c’était leur endurance. S’ils étaient trop lents, ils se feraient tuer par les kobolds et ne pourraient pas se rapprocher du sorcier kobold. Après tout, l’armure affectait fortement la vitesse de mouvement et l’agilité.

 

Augmentez le niveau de la profession Rogue ! dit Soran dans son esprit.

 

Avec une vingtaine de kobolds restants, Soran décida rapidement de passer au niveau supérieur.

 

» La profession Rogue est maintenant au niveau 6. »

 

 

 

« Vous avez reçu 24 points de compétence [DEX 20 + (INT 18-10)0,5], HP a augmenté de 11 points [Profession HP 6 + (CON 19-10)0,5] ».

 

 

 

» Vous avez reçu 1 point d’attribut libre, 1 point de capacité et 1 point d’arme. »

 

Sans avoir le temps d’attribuer les autres points, Soran attribua le point d’attribut à la Constitution, l’augmentant de 19 à 20 et atteignant le seuil pour une Constitution extraordinaire.

 

Le fait d’avoir 20 en Constitution changeait tout, ramenant Soran à son apogée instantanément. La vitalité surgit de l’intérieur de son corps, et la fatigue accumulée disparut comme si elle n’avait jamais existé. Ses blessures devinrent irritantes au fur et à mesure qu’elles commençaient à guérir, et il ne pouvait plus ressentir la douleur causée par les bleus provoqués par les jets de pierres.

Soran, qui avait été léthargique, démontra une fois de plus sa vitesse et sa puissance explosives. L’épée incurvée traversa l’air, divisant un kobold en deux. Il prit une grande respiration, puis donna un coup de pied au sol pour se lancer dans les airs. Lorsqu’il atterrit, il tourna son corps avec l’épée, tuant deux archers kobold en une seule entaille ; même les arcs courts en bois furent coupés en deux.

 

Frappe tournoyante !

 

Même s’il n’avait pas encore appris la capacité de combat, Soran exécutait manuellement plusieurs techniques de rogue avec son endurance reconstituée. Il fit un autre tour complet au sol, son épée coupant tout sur son passage ; trois kobolds avaient le haut et le bas du corps séparés après la pirouette. Immédiatement après, Soran ramena sa lame et poignarda un kobold qui roulait vers lui, l’épinglant au sol.

 

Le moral des kobolds finit par s’effondrer. Les roturiers lâchèrent tous leurs pierres et leurs armes et s’enfuirent dans la forêt. Même les guerriers kobold montraient des signes de peur ; l’ennemi semblait s’être renforcé tout à coup.

 

Soran continuait d’attaquer sans merci, coupant des membres et des têtes à chaque fois qu’il frappait. L’un après l’autre, les guerriers kobold furent tués. Soran continua à massacrer les kobolds qui tentaient de s’échapper, mais une dizaine d’entre eux parvinrent à s’enfuir. Ils rampèrent à travers les buissons et coururent dans la forêt et furent bientôt hors de sa vue. Il était difficile de les retrouver et Soran ne se donna pas la peine de le faire.

 

Shiiiiiiiing !

 

Soran rengaina son épée et poussa un soupir, puis commença à panser ses blessures.

 

Les flèches n’avaient pas fait trop de dégâts, car elles étaient arrêtées par son armure de cuir, mais les égratignures et les coupures sur ses jambes étaient différentes. Il fallait les bander, sinon elles s’aggraveraient avec le temps.

 

Des rangées de données apparurent :

 

« Combat terminé ! »

 

« Après une dure bataille, vous avez amélioré vos compétences ! »

 

« Evasion (décalage du corps) +1, Evasion (roulade) +2, Ecoute (perception de la position grâce au vent) +1. »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *