Abyss Domination – Chapitre 60

Un, deux, trois….

 

L’un après l’autre, les gnolls qui étaient partis chasser revenaient. Le gnoll alpha, dont le visage était cicatrisé, regardait les cadavres et grognait fort de colère. Il était plus intelligent que les autres gnolls et s’était battu plusieurs fois contre des aventuriers, assez pour se rendre compte que leur village avait été attaqué par des aventuriers. Comme ils assassinaient brutalement et mangeaient les humains, Soran avait impitoyablement tué tous leurs petits. Le gnoll alpha pouvait dire qu’il n’y avait que peu d’ennemis, car ils s’étaient échappés au retour des équipes de chasse.

 

Douze gnolls se rassemblèrent dans la colonie.

 

Il s’agissait d’une tribu gnoll d’échelle moyenne ; plus de la moitié d’entre eux étaient des adultes, le tiers des adultes étant des guerriers. Il y avait aussi quelques petits gnoll, mais Soran les avait tués avant de se retirer dans la forêt. Utilisant leur talent inné, les gnolls avaient apprivoisé trois coyotes, même si ceux-ci avaient également été vaincus. Les coyotes pouvaient les aider à chasser et étaient aussi des réserves de nourriture quand il y avait un manque de nourriture. Pour les gnolls, la nourriture était de la plus haute importance ; ils mangeaient même les plus faibles de la tribu quand c’était nécessaire.

 

Les Gnolls naissaient guerriers et éclaireurs, avec des griffes et des crocs tranchants, ainsi qu’un odorat sensible. Les différences entre les gnolls mâles et femelles étaient indistinctes, les différences de taille étant minimes. En général, les hommes étaient aussi plus forts que les femmes, et les femmes présentaient plus de traits maternels pendant la période d’allaitement, mais ces éléments n’étaient pas très utiles.

 

Le gnoll alpha s’arrêta devant un gnoll femelle mort. Il se pencha et renifla les griffes sanglantes du cadavre ; le sang appartenait à Soran. Il souleva ensuite le corps de trois cents livres d’une main et laissa les autres sentir le sang de Soran. Ils pouvaient distinguer l’odeur du sang d’une cible particulière pendant une demi-journée, et ils pouvaient suivre la cible si elle se trouvait dans un rayon d’un kilomètre.

 

La vengeance – c’était leur instinct naturel.

 

De la même manière que les humains pleureraient et se vengeraient de ceux qui avaient été tués par des monstres, les gnolls allaient maintenant venger la mort de leurs jeunes enfants.

 

Les gnolls hurlèrent et hurlèrent, puis commencèrent à traquer Soran en détectant l’odeur de sang dans l’environnement. Ce n’étaient pas les créatures les plus fortes dans la nature, mais c’était certainement l’un des monstres les plus gênants. Ils naissaient pour tuer et massacrer, nés en tant que chasseurs capables de traquer leurs proies. Leurs instincts bestiaux les faisaient aussi vivre dans des groupes où les forts régnaient sur les faibles. Les Gnolls étaient des monstres de niveau 3 au moment où ils devenaient adultes, et leurs prouesses au combat étaient comparables à celles des guerriers de grade 2 s’ils devenaient des guerriers gnoll. Dans des circonstances désespérées, les gnolls pourraient même chasser des monstres plus forts qu’eux en utilisant le pouvoir du nombre et du travail d’équipe.

 

La nourriture était le principal facteur déterminant la taille d’une tribu gnoll. Tant qu’il y avait suffisamment de nourriture, une femelle pouvait donner naissance à une douzaine de petits par an. Quand la nourriture manquait, seul le gnoll alpha avait le privilège de s’accoupler ; c’était pour s’assurer que la prochaine génération de la tribu était composée de gnolls forts. Non seulement les autres membres de la tribu ne pouvaient pas s’accoupler, mais ils devaient aussi s’occuper des enfants du gnoll alpha ensemble. C’était très semblable aux meutes de loups.

 

Pendant ce temps, Soran filait à toute vitesse dans la forêt dense. Dans un tel terrain, seuls les rangers pouvaient doubler les gnols poursuivants ; ce n’était qu’une question de temps avant que les gnolls ne puissent le localiser.

 

Il y avait aussi des gnolls connus sous le nom de « gnolls de sang » sur les plans externes. Leur capacité de détection du sang avait une portée de dix kilomètres, et ils étaient des chasseurs redoutables qui s’attaquaient aux drakes. Heureusement, Soran ne devait pas s’en occuper actuellement.

 

Les gnols fonçaient maintenant dans la forêt, suivant sa traînée de sang. Soran avait besoin d’un terrain plus avantageux ; il pouvait facilement gérer des dizaines de kobolds en même temps, mais une douzaine de gnolls était au-delà de ses capacités.

 

C’était un concours d’endurance entre Soran et les gnolls. Avec 20 de Constitution, Soran avait une endurance considérable et pouvait continuer à courir, mais les gnolls ralentiraient graduellement après avoir fait un kilomètre ou deux. La forêt dense était un obstacle pour les deux parties ; les gnolls ne pouvaient pas avancer à pleine vitesse, et Soran non plus. Cependant, la dextérité de Soran lui donnait de grands réflexes et de l’agilité. Son sens de l’équilibre et ses réflexes améliorés lui permettaient de continuer à courir à des vitesses relativement élevées tout en évitant les buissons et les branches, et il pouvait même faire quelques pas sur les troncs d’arbres quand c’était nécessaire. Pour dire les choses simplement, c’était comme si Soran avait été buffé avec objet léger alors que les gnolls devaient courir sur le sol.

 

Les arbres devenaient moins denses et le terrain changeait graduellement. Soran aperçut une colline rocheuse devant lui ; elle avait une falaise rocheuse presque perpendiculaire au sol, sans parler de quelques failles d’un mètre de large entre les couches. Il accéléra et sauta, s’agrippant au mur de pierre avec les deux mains, et commença à grimper. Avec une vitesse et une agilité étonnantes, Soran grimpa jusqu’à une petite plate-forme qui se trouvait à une vingtaine de mètres du sol. Le sommet n’était pas trop haut, bien qu’il n’y avait rien d’autre que des rochers là-haut.

 

Soran appliqua de la pommade sur ses blessures à l’épaule, puis chargea son arbalète améliorée. Ensuite, il sortit d’autres flèches d’arbalète de son sac et les plaça dans sa poche à la taille, qui contenait des lames courtes utilisées pour le lancer.

 

Lorsque l’on faisait face aux gnolls, c’était mieux d’éviter les zones ouvertes comme les plaines pour éviter d’être cerné. S’ils étaient encerclés, même les guerriers de haut grade devraient prendre quelques coups pour briser l’encerclement, sans parler d’un voleur de grade 2 comme Soran.

 

Les pièges n’étaient utiles que dans des circonstances et sur des terrains spécifiques, ce qui expliquait pourquoi les aventuriers consacraient rarement du temps pour installer des pièges dans la nature sauvage. Les Rangers, qui étaient les mieux adaptés au combat dans la nature, ressemblaient davantage à des guerriers qui comptaient sur l’agilité plutôt que sur la force et la puissance. C’est aussi la raison d’être de la profession avancée Bretteur ; c’était pour les gens qui aimaient se battre comme des guerriers mais qui aimeraient aussi avoir plus de mobilité. Ils étaient particulièrement puissants dans les combats de groupe.

 

Les arbres et les buissons à l’orée de la forêt ondulaient, et les gnolls émergèrent les uns après les autres. Le gnoll qui menait la charge avait une cicatrice du front à la joue ; si la blessure originale avait été un peu plus au centre, son oeil aurait été rendu inutile.

 

« Enfin. »

Soran abaissa son arbalète améliorée et sortit une tête ensanglantée de son sac multidimensionnel – elle appartenait à l’un des petits gnoll qu’il avait tués dans la colonie.

 

Ouuuuuuu ! Ouuuuuuu ! Ouuuuuuu !

 

Les gnolls hurlaient de chagrin et de rage. Ils entrèrent dans une frénésie, leurs yeux injectés de sang. Ils hurlaient en se précipitant vers le mur rocheux, voulant grimper et déchirer Soran en morceaux.

 

[Moqueries réussies]

 

Une flèche traversa par l’air, frappant le gnoll le plus avancé. Il tomba et s’écrasa dans la paroi rocheuse.

 

Soran se cacha calmement derrière un gros rocher et se rechargea, puis visa le gnoll qu’il avait touché précédemment. La flèche frappa le gnoll en plein dans la tête, perforant son crâne.

 

« 36 points de dégâts critiques ! »

 

» Vous avez tué avec succès un guerrier Gnoll ! »

 

« Extraction de l’énergie de l’âme de la cible…. 320 points d’expérience d’abattage. »

 

Dans un rayon de vingt mètres, les dommages de base d’une arbalète améliorée pouvaient atteindre plus de 20 ; elle pouvait instantanément tuer les ennemis de bas niveau si la flèche atterrissait au bon endroit.

 

Les gnolls étaient de bons grimpeurs, mais la falaise presque perpendiculaire n’était pas facile à escalader non plus. Quelques gnolls plus agiles que les autres ouvraient la voie, mais furent magnifiquement abattus et tués par Soran, qui était en hauteur. Les gnolls n’avaient pas beaucoup d’espace pour s’esquiver en grimpant la falaise, ce qui en faisait des cibles faciles. Une flèche perça le cou de l’un d’eux, et il tomba mort, tandis qu’un autre mourut instantanément lorsque Soran toucha sa tête.

 

Ouuuuuuuuuuu !

 

Ce fut seulement lorsque le gnoll alpha hurla que les autres gnolls réalisèrent finalement qu’ils étaient désavantagés. Ils se divisèrent en groupes ; certains se cachèrent dans les angles morts de Soran tandis que d’autres avançaient sur ses flancs et montaient d’un angle différent, essayant d’encercler Soran des deux côtés.

 

« Putain de merde. Si malin « , murmura Soran en se déplaçant pour changer d’endroit.

 

Il lança la tête du petit gnoll le long de la falaise, puis continua à grimper. Les Gnolls n’étaient pas des créatures très intelligentes, mais ils n’étaient pas assez bêtes pour attendre et se faire massacrer non plus. Soran pouvait encore tuer cinq ou six d’entre eux s’ils choisissaient de l’attaquer de front, mais il n’avait pas d’autre choix que de bouger maintenant que les gnolls attaquaient par les côtés.

 

Soran grimpa un peu plus haut, se stabilisa et bondit ; il pouvait maintenant sauter plus haut que les elfes qui étaient agiles. Il tourna son corps dans les airs, tournant à cent quatre-vingts degrés avant d’atterrir sur le sommet. Sans tarder, Soran rechargea son arbalète améliorée et commença à tirer. Mais cette fois, sa cible bougeait latéralement pour éviter la flèche. La flèche heurta le rocher derrière le gnoll et rebondit.

 

Soran ne fut pas trop surpris ; il dégaina son épée courbée avec une prise inversée et regarda les gnolls qui étaient presque sur la plate-forme qu’il occupait précédemment. Il fonça de façon décisive vers le gnoll le plus proche.

 

C’était un terrain favorable pour Soran. Il pouvait les arroser avec des flèches d’arbalète s’ils étaient groupés, et il pouvait les tuer un par un au corps à corps si ce n’était pas le cas. Au moins, il n’y avait pas assez de place pour que les gnolls l’entourent. C’était dommage qu’il n’ait pas la capacité Marche terrestre, sinon il aurait pu jouer avec les gnolls dans la forêt. C’était un plaisir pour les elfes de sauter d’arbre en arbre tout en coupant leurs ennemis avec des arcs.

 

Un guerrier gnoll lui donnait environ 300 EXP d’abattage ; il suffirait qu’il tue environ la moitié des gnolls qui le poursuivaient pour qu’il ait une profession multiple.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *