Abyss Domination – Chapitre 62

Soran reçut 3 050 EXP d’abattage après la bataille précédente. Chaque guerrier gnoll valait environ 300 EXP d’abattage ; considérant que tous les kobolds qu’il avait tués ne lui avaient donné qu’un total de 900 EXP, les gnolls étaient des proies tout à fait délicieuses. Bien sûr, ils étaient aussi plus difficiles à gérer. Il avait utilisé pas mal de poison wyvern dans la bataille, et le poison restant ne serait suffisant que pour une bataille de plus.

 

Les gnolls morts ne portaient rien digne d’être mentionné ; personne n’achèterait des armes et des armures aussi mal faites. Soran se reposa un moment avant de se diriger vers le village de Gnoll. Après avoir passé tant d’efforts à tuer les gnolls, il n’y avait aucune chance de laisser passer l’occasion de piller le village.

 

Comme on pouvait s’y attendre, les gnolls qui s’étaient échappés plus tôt ne retournaient pas à leur base ; ils erraient dans la nature sauvage jusqu’à ce qu’ils soient acceptés dans d’autres tribus.

 

L’horrible odeur de chair pourrie et de sang remplissait le village maintenant vide. Les os et les cadavres de bêtes, de monstres et d’humains étaient éparpillés. Soran pouvait voir ce qui semblait être des peaux humaines suspendues à des bûches ; les gnolls avaient probablement écorché les cadavres humains pour faire du cuir. Il y avait aussi des signes indiquant que les gnolls avaient déjà allumé un feu de joie, mais il ne s’agissait que d’une pile de brindilles et de branches.

 

Les gnolls organisaient mal leurs objets. Ils étaient partout, et la plupart d’entre eux avaient des taches de sang. Soran remarqua une pile d’armes fabriquées par des humains qui avaient probablement été obtenues en tuant des humains, mais il les laissa tranquilles car la qualité des armes était médiocre. Au lieu de cela, il fouilla les cadavres de ce qui semblait être des marchands ; les marchandises ne semblaient pas valoir grand-chose, mais il réussit à recueillir une centaine de Derahls d’or et deux morceaux d’ambre des corps.

 

Étonnamment, les gnolls avaient moins d’objets de valeur que le sorcier kobold. Il y avait des marchandises et des armes dans la colonie, mais elles étaient trop lourdes et trop grandes pour qu’il puisse les ramener à la ville. Il s’agissait pour la plupart de nécessités quotidiennes qui devraient être utiles aux villages des alentours, mais ce serait à eux de transporter les marchandises s’ils le voulaient ; Soran leur ferait seulement savoir ce qu’il avait trouvé et où.

 

Légèrement déçu, Soran jeta les pièces de monnaie et les deux morceaux d’ambre dans son sac multidimensionnel et s’apprêtait à partir lorsqu’il remarqua une lumière scintillante.

 

« Eh ? » Il souleva soigneusement une dalle de pierre, révélant une pierre précieuse.

 

« Putain de merde. » Soran ne pouvait s’empêcher de jurer en ramassant la pierre précieuse et en la regardant sous le soleil. « Merde, ces sales monstres savent vraiment comment cacher leurs affaires. »

 

C’était un diamant rose de la taille de son pouce. Sans la lueur qu’il avait vu juste avant de partir, il aurait pu laisser derrière lui un objet d’une telle valeur. Certains marchands préféraient garder les minerais de diamant, car ils étaient moins accrocheurs qu’un sac lourd de Derahls d’or. Les diamants étaient faciles à transporter et à cacher, et ils pouvaient aussi être vendus facilement dans les villes. Ils étaient populaires parmi les nobles et certains mages, donc il n’y avait pas de pénurie de gens qui étaient prêts à acheter de tels minerais.

 

« Je suppose que ça vaut entre 500 et 600 Derahls d’or ? » murmura-t-il à lui-même.

 

Soran n’était pas bien informé sur les diamants et les minéraux, mais il savait tout de même que ces derniers étaient loin d’être bon marché. Les diamants normaux pouvaient être vendus pour environ 200 à 300 Derahls d’or, et les diamants roses étaient deux fois plus chers. Le diamant poli serait plus petit que le minerai dans sa main, mais il devrait valoir au moins 500 Derahls d’or. Son visage s’illuminait de joie en rangeant joyeusement le diamant.

 

Même s’il avait recueilli des objets de valeur sur les nains, il ne voulait pas vraiment convertir les objets en espèces. Les anneaux de magie étaient rares, donc Soran était plus enclin à garder cela pour Vivian, ou peut-être lui-même s’il exerçait une profession multiple en mage. C’était une pièce d’équipement coûteuse qui pouvait lui sauver la vie. Il en était de même pour le parchemin ; bien qu’il soit actuellement incapable de l’utiliser, il valait mieux le garder, car les parchemins étaient difficiles et coûteux à fabriquer. Les matériaux peuvent coûter plusieurs centaines de Derahls d’or, sans parler du fait que le taux de succès de la création de parchemins n’était pas de cent pour cent.

 

En excluant les objets pillés sur les nains, le profit de l’expédition de Soran était à peine suffisant pour lui permettre d’acheter un ou deux équipements de qualité Rare. Même dans ce cas, il ne couvrirait que les produits de qualité inférieure, bien sûr. Un bon équipement de qualité Rare coûterait une fortune.

Soran chercha encore une fois pour s’assurer qu’il avait tout obtenu, puis quitta rapidement le village gnoll. Il se faisait un peu tard ; il valait mieux retourner au village s’il voulait rentrer avant la tombée de la nuit. Il s’y reposait pour la nuit, puis se dirigeait vers l’endroit où les villageois avaient signalé des observations d’ogre le lendemain. Bien que Soran voulait gagner des EXP, il les laisserait simplement tranquilles et ferait savoir si les ogres étaient trop forts ; il n’aimait pas les combats qui ne pouvaient pas être gagnés.

 

Les ogres étaient plus dangereux que les gnolls. Ils avaient un Niveau Monstre de 5 et une cote de Défi de 6, et ils apparaissaient souvent en groupes de trois à cinq. La plupart d’entre eux avaient aussi des professions ; la majorité d’entre eux étaient des guerriers, mais il y avait aussi des sorciers ogres et des mages. Si la religion d’une tribu était le totémisme, il pourrait même y avoir des chamans ogre. C’était essentiellement une variante des prêtres qui adoraient des totems au lieu de divinités. Comme les chamans ogres étaient des ogres influents avec un statut social élevé, ils apparaissaient rarement dans la nature ; ils restaient pour la plupart dans les villages de leur territoire.

 

Le principal point fort des ogres résidait dans leur force : les ogres adultes avaient au moins 18 points de force, certains d’entre eux en avaient plus de 20. Cela leur permettait d’utiliser des armes de cent livres comme s’il s’agissait de brindilles. Compte tenu des attributs actuels de Soran, il serait à moitié mort après avoir reçu un seul coup de leur part. Leur faiblesse, cependant, était très favorable à Soran ; les ogres avaient tendance à avoir des mouvements lents et des vitesses d’attaque basses. S’il n’y en avait que quelques-uns, Soran pourrait s’en occuper en utilisant son agilité.

 

Dans des circonstances normales, les aventuriers préféreraient combattre une grande meute de gnolls pour un petit groupe d’ogres. Comme les ogres utilisaient des armes contondantes et avaient une grande force, même les guerriers qui suivaient la voie de la défense et du tanking auraient du mal à recevoir un coup des ogres et restés indemnes. L’armure et les boucliers pouvaient arrêter les attaques, mais ils ne pouvaient pas empêcher l’onde de choc qui en résultait de briser un os ou deux. C’est pourquoi les monstres de grande force avaient souvent des niveaux de difficulté plus élevés, surtout pour les créatures gigantesques.

 

Soran comprenait à quel point les attaques brutales d’ennemis ayant une telle force pouvaient être dangereuses. Dans le jeu, un géant de montagne lui avait disloqué et même fracturé l’épaule alors que l’attaque l’avait à peine effleuré. Il avait dû dépenser toutes ses économies pour qu’un prêtre le guérisse. Il était finalement revenu et avait tué le géant de la montagne pour se venger.

 

Juste au moment où Soran arrivait au village, il remarqua que quelque chose n’allait pas. Des milices étaient stationnées près de l’entrée et des torches étaient allumées partout dans le village. Les archers stationnés sur les tours de guet tirèrent leurs arcs et visèrent Soran, puis émirent des soupirs de soulagement et baissèrent leurs armes après avoir réalisé son identité.

 

« Que se passe-t-il ? » Soran entra dans le village et demanda : « Il s’est passé quelque chose ? »

 

Le capitaine de la milice avait une expression grave en s’approchant de Soran et répondit :  » Hommes-lézards ! Les hommes-lézards du marais ont envahi notre territoire et attaqué notre escouade de patrouille.

 

« Deux d’entre eux sont morts, et cinq ont été blessés. »

 

Après avoir entendu ce qui s’était passé, Soran jeta un regard sérieux sur sa maison.

 

« Combien d’hommes avez-vous ? Ne comptez pas les villageois normaux. Juste les combattants entraînés. »

 

Le capitaine hésita un peu avant de répondre :  » Nous en avons trente de plus. Cependant, nous avons aussi beaucoup de jeunes hommes forts. Ils peuvent se battre tant qu’ils ont des armes. »

 

« C’est insuffisant. » Soran fronça les sourcils et dit : « On ne peut pas s’en prendre aux hommes-lézards avec un tel nombre. je vous suggère de faire vos valises et de déplacer tout le village ailleurs. »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *