Abyss Domination – Chapitre 71

Les sorts de niveau 0 étaient en effet beaucoup plus simples. Il ne fallut qu’une seule nuit à Soran pour apprendre Décharge Electrique, Prestidigitation, Main de Mage, Restauration, Lecture Magique, Flamme et deux autres sorts. Le processus d’apprentissage s’accélérait à mesure qu’il apprenait d’autres sorts. Mais cela ne fut pas facile. Certains sorts prenaient plus de temps à apprendre que d’autres, et son meilleur temps était de trente minutes. Cela lui coûta aussi 300 EXP d’abattage pour stocker de façon permanente les sorts dans sa tête.

 

Lorsqu’il tenta d’apprendre son neuvième sort de la nuit, le sentiment familier de vertige le frappa de nouveau. Soran savait qu’il avait atteint sa limite, alors il déposa les parchemins et son livre de sorts et se reposa. Avant de s’endormir, Soran médita et réussit à atteindre son entourage avec son subconscient. Cependant, à cause de son épuisement mental, son état de méditation n’était pas assez profond pour ressentir le réseau magique. Au lieu de cela, il ne pouvait sentir que les éléments de l’environnement. Soran s’endormit graduellement tout en méditant.

 

C’était le matin quand Soran rouvrit les yeux.

 

Ainsi il est possible de s’endormir en méditant…

 

La méditation était en fait un état similaire au sommeil, et les mages de haut niveau pouvaient même méditer en remplacement du sommeil. En continuant à méditer, son subconscient s’étendrait de plus en plus loin, jusqu’à ce que l’esprit de la personne soit presque vide. Ainsi, l’esprit de la personne pouvait se reposer tout en percevant son environnement à travers son subconscient.

 

Soran se frotta les tempes en sortant du lit. Il rangea rapidement ses affaires, puis descendit en bas pour le petit déjeuner. Après cela, Soran se dirigea vers l’endroit où l’escouade marchande restait.

 

Bien que Whiterun ait renforcé sa sécurité à cause des événements récents, c’était encore facile de se déplacer pendant la journée. Au moins, les gardes de la cité n’interrogeraient pas Soran et ne le jetteraient pas en prison simplement à cause de sa profession. Ce genre de choses se produisait assez fréquemment la nuit, cependant. Soran avait entendu dire que les gardiens enfermaient les gens et leur faisaient payer des sommes considérables avant de les libérer. Il semblerait que les autorités de la cité recueillaient de l’argent.

 

L’escouade marchande avec laquelle Soran avait voyagé était toujours coincée dans la ville. Il semblerait qu’ils soient coincés pour un mois ou deux de plus. Si les responsables de Whiterun ne prenaient aucune mesure, ils pourraient même devoir rester à Whiterun pour l’hiver.

 

Malgré sa puissance, la maîtresse, Gloria, ne s’en sortirait pas bien contre le mage ogre à deux têtes. Ce serait assez facile pour elle de briser elle-même le blocus des monstres, mais même elle aurait des problèmes si elle devait emmener toute l’escouade avec elle.

 

Le chef des gardes des marchands était en train d’entraîner des gens quand Soran arriva au manoir. Il fut choqué lorsqu’il vit Soran, remarquant sa croissance substantielle. Il jeta un coup d’œil à Soran et dit : « La maîtresse a dit que tu es libre d’entrer. »

 

Soran hocha la tête en réponse, puis jeta un coup d’œil aux stagiaires. Lui aussi s’était entraîné depuis un certain temps déjà dans le jeu, mais le gain d’expérience était très faible. Une journée d’entraînement intense ne donnait qu’une dizaine de EXP de profession, donc beaucoup de joueurs abandonnèrent rapidement l’entraînement et allèrent tuer des monstres à la place. L’EXP de profession était également inférieur à l’EXP d’abattage, ce qui était une autre raison pour laquelle les joueurs préféraient tuer des monstres. Cependant, pour les habitants de ce monde, l’entraînement était encore la principale méthode pour augmenter leur force.

 

Soran Ouvra la porte principale et entra. Une bonne qui nettoyait l’endroit arrêta son travail et le guida vers le salon. Elle repartit et revint avec une tasse de thé au lait, une boisson luxueuse brassée avec des briques de thé, du lait et du sucre. La maîtresse avait manifestement donné des instructions à la bonne pour son arrivée.

 

En tant que voleur et roturier, Soran n’était pas à l’aise avec un tel traitement, et il n’aimait pas vraiment les boissons coûteuses. Il se contenta de s’asseoir sur le canapé et d’attendre. C’était élémentaire de ne pas se promener dans la maison de quelqu’un sans permission.

 

Au bout d’un moment, quelqu’un entra dans le salon. Contrairement à ses attentes, ce ne fut pas Gloria, mais une femme coquette aux cheveux longs et ondulés qui atteignaient sa taille. Elle portait une robe longue et délicate avec des froufrous et un ornement exquis. Un collier de diamants à l’allure très chère était accroché autour de son cou, et une écharpe de soie rose pendait de ses épaules sur sa poitrine bien dessinée. Sur ses doigts se trouvaient trois anneaux : l’un en ambre, l’autre en jade et le troisième avec une pierre précieuse inconnue. Une paire de bas noirs à motifs de roses ornait ses jambes minces, et elle portait une paire de talons hauts rouges décorés de motifs étranges.

 

La femme avait l’air jeune, mais Soran était sûre que son âge réel différait de son apparence. Son style mature et noble n’appartenait pas

à celle d’une jeune femme.

Soran se mit aussitôt en garde contre la femme. Les bas étaient des produits alchimiques créés par des sorcières, et ils se vendaient à des prix extrêmement élevés. Même la paire la moins chère coûterait 10 Derahls d’or. Mais ce qui attira son attention, c’était le matériau utilisé – les bas de femme étaient faits de soie d’araignée, un matériau qui venait du royaume des ténèbres.

 

« Hohoho », la femme gloussa en marchant sur les marches délicates, comme un chat. Elle jaugea Soran avec un regard intéressé et demanda d’un ton taquin, « Alors tu es le frère de Vivian, le petit gars qui s’appelle Soran ? Comme on pouvait s’y attendre, un si beau gosse ! »

 

Les yeux de la femme devinrent séducteurs au fur et à mesure que son expression devenait attirante. Elle fit signe à Soran de venir, et dit frivolement :  » Viens, laisse-moi bien regarder. Laisse la grande sœur vérifier ton corps à fond. Hohoho ! »

 

Son rire licencieux devint de plus en plus fort à mesure qu’elle s’approchait de Soran. Ses yeux semblaient brillants, et son doux sourire l’invitait à aller l’embrasser. Sa taille fine et son corps curviligne tremblait si légèrement en marchant, comme si elle stimulait intentionnellement les désirs de Soran.

 

Soran se leva, apparemment envoûté. Ses yeux montraient à la fois perplexité et avidité. Il marchait lentement vers la femme envoûtante, mais sa main était placée au-dessus de la poignée de son épée.

 

« C’est mieux comme ça ! » La femme ne remarqua pas la main de Soran, ses yeux brillaient de plus en plus. Son visage s’illuminait de joie en continuant : « Viens, beau gosse. J’ai quelque chose à te demander. »

 

Un pas, deux pas, trois pas.

 

Il l’avait presque atteinte quand Soran semblait soudainement sortir de son état confus et dégaina son épée courbée, frappant vers le cou de la femme. Cependant, l’épée fut arrêtée par un champ d’énergie invisible alors qu’elle n’était qu’à un pied de sa cible. Soran retira son épée et frappa de nouveau, cette fois en coupant à travers la barrière défensive et l’envoyant à toute vitesse vers le cou de la femme.

 

« Cheh. »

 

La femme se mit à trembler pendant une fraction de seconde, puis fit un léger claquement de doigt. Une faible lueur irradia de son doigt, et une barrière se développa rapidement, s’enfonçant dans Soran. L’impact le fit traverser la pièce. Soran tomba et s’écrasa dans le canapé, mais il se stabilisa en plantant son épée dans le sol, s’arrêtant après avoir ouvert une entaille d’un mètre de long sur le sol.

 

Soran pointa son épée sur la femme et demanda avec vigilance : « Qui êtes-vous ?

 

Lancer Charme sur lui au moment où ils se rencontraient n’était pas le salut le plus amical. Sans la barrière, Soran aurait pressé son épée contre son cou et l’aurait interrogée. Le fait qu’elle pouvait facilement repousser son attaque avec Mur de Rebondissement de Force prouvait qu’elle était très puissante.

 

La femme regarda Soran avec curiosité, puis elle fit la moue. « Quelle volonté tu as là ! Voyons si tu peux résister à Charme fou ! »

 

La femme lança un autre sort nonchalamment. Soran prit une profonde respiration et se précipita sur la sorcière avec l’intention de tuer, son épée couverte d’énergie obscure.

 

« Stop ! »

 

La maîtresse, Gloria, apparut de nulle part. Elle cria avec colère et pointa du doigt la femme qui jetait un sort.

 

Pas dimensionnel !

 

Contre-sort !

 

L’expression de la femme envoûtante devint pâle et larmoyante. Son charme fut dissipé avec force, et avec un regard rancunier dans les yeux, elle fixa Gloria.

 

Maintien personne !

 

Gloria lança un autre sort, cette fois sur Soran. Son corps se raidit instantanément, mais son élan et son inertie étaient toujours là. Il tomba au sol après s’être heurté à une barrière d’énergie, et son épée tomba au sol.

 

« Assez ! » Les yeux de la maîtresse étaient remplis de rage, et sa respiration était brutale à cause de la colère. « Mère ! Tu dois vraiment apprendre à te retenir ! C’est chez moi ! Je suis sûr que tu sais comment respecter les autres sorcières de haut niveau ! »

 

« Oh, ma chère fille », répondit sa mère, parlant comme un enfant lésé, « je ne faisais que lui faire mes salutations… »

 

Gloria ne supportait plus l’attitude de sa mère.

 

» Est-ce que tu salue les autres avec un charme magique ? Maman, tes actions sont de plus en plus inacceptables. Tu devrais réfléchir à ce que tu as fait ! Sinon, le Conseil t’emprisonnera.

 

« Labyrinthe ! »

 

L’expression de la femme devint paniquée après avoir entendu ce que sa fille chantait.

 

« Ma chère fille ! Pour de vrai ?! Ahhhhhh… ! »

 

Son cri résonnait dans la pièce, mais on ne la voyait nulle part. Elle avait été envoyée dans un labyrinthe d’une autre dimension.

 

Gloria prit une grande respiration pour se calmer, puis agita ses bras pour dissiper la magie de Soran.

 

« Je suis désolée. Vivian est au laboratoire, suis-moi. »

 

Sans donner à Soran l’occasion de demander, ni avec aucun plan pour expliquer quoi que ce soit, la maîtresse secoua les mains, faisant léviter tout ce qui se trouvait dans la pièce. Elle claqua des doigts, et tout commença à revenir à son état initial. Le salon en désordre se transforma en l’endroit propre qu’il était à l’arrivée de Soran.

 

Main de Mage.

Restauration

 

Soran garda le silence. Il ramassa son épée courbée avec un visage vide de toute expression.

 

La maîtresse était encore plus puissante qu’il ne s’y attendait. Étant donné comment elle pouvait obtenir de tels effets avec de simples sorts de niveau 0, elle devait avoir au moins cinq capacités méta-magiques. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne devienne une sorcière légendaire.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *