Aku no Joou no Kiseki – Tome 1 Chapitre 2

Mari a été amenée dans un château incroyablement grand et imposant. En entrant dans le vieux château médiéval européen, elle fut soudainement submergée par un grand nombre de personnes. Ils suivirent Mari et commencèrent à la louer avec enthousiasme pour sa victoire, essayant de rechercher sa faveur par la flatterie.

Ennuyée, Mari les laissa la guider vers sa chambre et les fit tous partir en disant qu’elle allait prendre un bain.

Puis, alors qu’elle lavait son corps et ses cheveux, de jeunes hommes attirants l’ont approchée et elle a paniqué. Mari a hurlé précipitamment, “SORTEZ !!” et comme des bébés araignées ils se sont tous dispersés en courant dans des directions différentes.

Peu importe. Mari avait besoin de temps seule.

Dans la baignoire, à l’intérieur de la luxueuse salle de bains, comme celles qu’elle avait vue dans les films occidentaux, elle se plongea dans l’eau juqu’au cou.

Mari se sentait complètement abattue.

“Ahh-“

Elle pouvait seulement laisser échapper un soupir.

(Comment, mon dieu, comment me suis-je retrouvée dans quelque chose comme ça?)

Si les personnes qui avaient vu la ‘Reine’ sur le champ de bataille rencontraient la ‘Reine’ actuelle, elles ne pourraient probablement pas voir qu’elle était la même personne.

La Mari, qui s’était vraiment comportée comme si elle était la Reine et avait un air imposant devant les chevaliers, n’était pas la Mari du futur.

(Après tout, je pensais que c’était un rêve …)

Bien sûr, ce n’était pas la seule raison. Il y avait une atmosphère particulière sur le champ de bataille et Mari avait été complètement engloutie par elle.

Et peut-être la conscience restante de la reine dans son corps – elle était probablement influencée par les restes de conscience de la reine.

Après être arrivée au château, elle est finalement revenue à la raison et a été surprise par sa propre apparence tachée de sang et couverte de boue. Elle ne pouvait pas continuer sans prendre un bain.

Les blessures de Mari étaient plutôt superficielles par rapport au saignement abondant. Elle était couverte d’égratignures, au point que le guérisseur qui venait de courir vers elle hésitait à savoir où il devait la soigner. Quand elle a informé le guérisseur qu’elle avait vomi du sang, ils lui ont soigné tout son corps car il y avait la possibilité que ses organes internes aient été endommagés. Elle était reconnaissante car comme elles avaient été soignées, même quand elle est entrée dans le bain ses blessures ne piquaient pas.

Quand elle s’est enquise, il semblait que le guérisseur possédait la capacité d’améliorer la capacité de guérison naturelle des êtres vivants. Quand il a tenu sa main au-dessus de la blessure à la patte d’Alware, elle a été guérie en un instant. Mari était profondément émue par cette vision.

Et puis elle a réalisé.

(Comme je le pensais, c’est un monde différent n’est-ce pas?)

Elle avait considéré quelque chose comme ça d’insensé, mais les incidents qui se produisaient juste sous ses yeux ne permettaient pas à Mari d’échapper au fait.

(Je suis aussi devenue la reine du mal)

Mari a laissé tomber ses épaules découragée une fois de plus. Elle a même pensé à vouloir se noyer dans la baignoire telle quelle.

Quand elle leva les yeux, une belle femme avec des cheveux noirs et des yeux noirs et faisant un visage pathétique se reflétait dans le miroir sur le mur. Quand Mari posa sa main sur sa tête, la beauté à l’intérieur du miroir posa aussi sa main sur sa tête. Quand Mari couvrit son visage, l’autre femme a également couvert son visage.

Comme Japonaise, Mari avait à l’origine un teint clair et des traits faciaux bien définis. Même ainsi, son visage n’était pas aussi élégant et magnifiquement beau, et sa peau n’était pas aussi clair et belle.

Ce corps appartenait définitivement à Sa Majesté la Reine du Mal et était maintenant le réceptacle de Mari. Elle s’est rappelée les mots lancés sur elle par Margrave Mydal et les citoyens qui s’étaient rebellés.

(Ai-je vraiment fait une chose horrible?)

C’est précisément parce qu’elle a fait quelque chose d’horrible que ça s’est transformé en cette bataille, que Mari a ensuite réprimée.

(Ahh, pourquoi ai-je alors … je me suis souvenu de Margrave Mydal, pourquoi n’avais-je pas réfléchi plus à ce sujet?)

Mari a commencé à pleurer du plus profond de son cœur. Elle pleura doucement. Peu importe combien elle réfléchissait, la réponse ne sortirait pas.

Elle ne savait pas combien de temps elle était restée comme ça. Elle a commencé à se sentir étourdie. Il était compréhensible puisqu’elle pleura depuis un moment après s’être allongée dans le bain. Elle avait probablement des vertiges après ce long bain.

Mari leva lentement le visage, sortit doucement de la baignoire et se lava le visage avec de l’eau froide. Elle a ensuite essuyé l’eau et s’est giflé les joues deux fois.

(Ca ne va pas aider si je pleure)

Le visage de l’oncle de Mari qui l’avait élevée lui vint à l’esprit. Son oncle était le frère cadet de sa mère et était un moine d’une secte religieusement stricte. La raison pour laquelle son oncle l’avait élevé n’était pas parce que ses parents étaient morts ou divorcés. Ce n’était pas parce que ses parents étaient pauvres au point qu’ils ne pouvaient pas non plus élever un enfant … De toute façon, Mari a été élevée par son oncle dans son temple.

Cela dit, l’oncle de Mari ne l’a pas forcé à écouter les enseignements du bouddhisme. Tant qu’elle ne s’écartait pas de l’humanité, on pourrait dire plutôt que son niveau de tolérance était élevé.

“Ne t’éloigne pas de l’humanité.” C’était l’enseignement que son oncle avait martelé dans sa tête.

(Pourtant, je suis là, errant imprudemment …)

Sentant qu’elle pourrait commencer à se sentir à nouveau découragée, Mari secoua la tête d’un côté à l’autre.

“Si tu t’es écarté du chemin, alors tu devrais retourner sur le chemin de la justice.”

Elle s’est rappelée les mots de son oncle. Il lui avait dit cela pendant ses années de collège, où avant qu’elle s’en rende compte, elle intimidait.

(Revenons sur le chemin de la justice)

Mari était déterminée et a commencé à réfléchir à ce qu’elle devrait faire pour réaliser son objectif.

Comme elle avait cru, sur le champ de bataille, que tout cela était un rêve, elle n’avait dit à personne qu’elle n’était pas la reine. Cependant, si cette situation persistait, il serait peut-être bon qu’elle parle honnêtement à quelqu’un. D’un autre côté, elle se demandait si quelqu’un pourrait croire à une affaire aussi absurde.

Les actions de la reine jusqu’à présent étaient horribles.

Ce n’est pas étrange si elle mentait afin de transférer la responsabilité aux autres si elle n’était pas qualifiée.

(S’ils découvrent que je ne suis pas la reine, comment les gens me traiteront-ils? … Ils n’ont plus besoin de craindre la reine qui n’a fait que des choses horribles jusqu’à présent … Je ne sais pas ce que feront les gens qui ont des plaintes contre la reine et l’enduraient jusqu’à présent, dans le pire des cas, ils viendront se venger pour évacuer leur colère refoulée …)

Après délibération, Mari a décidé de prétendre être la reine. Elle est alors arrivée à la conclusion qu’elle n’avait pas d’autre choix que de réparer, même un peu, le mauvais gouvernement causé par la reine.

Cela semblait être le meilleur et le seul chemin.

– Cependant, la résolution de Mari semblait devoir s’effondrer en un clin d’œil.

Les beaux hommes attendaient encore Mari quand elle eu fini son bain. Cette fois Mari s’était figée à cause de sa timidité et ne pouvait pas s’opposer à eux. Son corps a été essuyé et ses cheveux ont été séchés. En plus de cela, elle était vêtue d’une robe magnifique et ses cheveux étaient également soignés. Ils la touchaient excessivement partout et essayèrent même de faire quelque chose comme un massage et ainsi, d’une voix semblable à un cri, Mari leur ordonna de sortir de la pièce.

(Que diable se passe-t-il? En outre, pourquoi des hommes? Habituellement ce genre de chose est fait par des servantes ou des intendantes … en tout cas, les femmes ne sont-elles pas censées faire cela?)

Mari ne voulait pas être touchée même si l’autre était une femme. Peu importe, elle ne pouvait penser à l’agitation après son bain que comme une pure folie.

Mari était épuisée et s’effondra sur le canapé de sa chambre.

Cette pièce a elle aussi était décorée d’une manière qui la fatiguait. Tout et n’importe quoi étincelait. Des meubles avec des ornements et des bijoux si extravagants – c’était aussi terrifiant que de se demander ce qu’elle devait faire si elle était blessée. Étant dans une pièce flashy remplie d’ornements cher, elle a commencé à se sentir étourdie.

(Combien coûte cette chambre au total?)

Étant une personne ordinaire, elle n’en avait pas la moindre idée. Il lui était impossible de se sentir détendue dans une telle pièce.

Tout en décidant de tout vendre, Mari regarda autour de la pièce. Ce faisant, elle remarqua un seul garçon assis à un beau bureau, semblant être plongé dans l’exercice de fonctions officielles, à moitié enterré et caché dans des documents. Le garçon qui avait l’air d’avoir 12 ou 13 ans pour une raison quelconque, semblait travailler extrêmement dur.

“Qu’est-ce que tu fais?”

En réponse à sa question, le garçon se tourna vers Mari avec un air de choc. C’était un garçon mignon qui avait toujours l’innocence d’un enfant.

“Oh, ah! Je suis désolé! En raison de l’agitation dû au retour de Votre Majesté, je-je suis en retard dans le rapport sur les documents …… Je vais les finir immédiatement! “

Le garçon paniquait, au point que Mari se sentait désolé de l’avoir appelé.

Mari se sentait troublée est-ce qu’elle- la Reine -avait été une existence aussi effrayante. Cependant, il n’y avait rien qu’elle puisse faire à ce sujet maintenant et ainsi elle a posé sa question une deuxième fois.

“Qu’est-ce que tu fais?”

Le garçon cligna des yeux.

“Eh? Oh oui. Je tamponne le sceau de la reine selon le commandement de Votre Majesté.”

(Le sceau de la reine?) Par le sceau de la reine, ça signifie mon sceau d’autorisation, pourquoi cet enfant l’utilise-t-il?)

“Pourquoi est-ce que tu tamponnes ça?”

Mari essaya de demander aussi gentillement qu’elle le pouvait pour ne pas effrayer le garçon.

“Parce que Votre Majesté m’a dit de tamponner …”

“Je l’ai fait?”

Mari sentit un mal de tête poindre. Voyant qu’elle posait son doigt sur la tempe de son front, le garçon paniqua et parla frénétiquement.

“Je-, j’étais à l’origine responsable de transporter des documents. M- Mais une fois, quand je les ai amenés ici, Votre Majesté a dit … ‘c’est ennuyeux, alors tamponne-ça pour moi’ … n’est-ce pas?”

Mari poussa un soupir devant son histoire et calma le garçon qui semblait sur le point de fondre en larmes.

“Ça va. Je ne soupire pas contre toi. “

Son soupir était, bien sûr, dirigé vers la reine.

(Vous avez laissé votre autorisation à quelqu’un d’autre parce que c’était gênant? Et à un enfant comme ça? Il doit sûrement y avoir une limite à être irresponsable)

Mari se leva du canapé et se dirigea vers le bureau. Elle a fait lever le garçon pendant qu’elle s’y asseyait.

Bien que ce soit une chaise souple, il était incroyablement inconfortable de s’asseoir dessus.

Elle regarda les documents et fut soulagée de pouvoir les lire. Naturellement ils n’étaient pas en japonais, pourtant étrangement elle compris leur signification. Toutefois-

(…………… ..Huh?)

Même si elle pouvait lire les mots, elle ne pouvait pas comprendre le contenu.

Pour le moment, elle regarda le document le plus haut sur la montagne de papiers, mais …

“Ce sont des documents pour un plan de projet, n’est-ce pas?”

Mari a demandé au garçon pâle. Le garçon secoua la tête en tremblant.

“Je- je ne comprends pas de quoi il s’agit.”

Voyant Mari froncer les sourcils, il poussa un cri choqué. Mari baissa les yeux sur les documents une fois de plus.

(Pourquoi n’y a-t-il pas de politique de mise en œuvre ou de bref aperçu, même s’il s’agit d’un plan de projet?)

Auparavant, au moment où elle faisait du bénévolat avec son cercle de collègues et d’amis, Mari avait fondé une organisation à but non lucratif requérant des personnes travaillant dans le domaine juridique. À cette occasion, elle a traversé beaucoup de difficultés avec les plans de projet, les déclarations de revenus et de dépenses et autres. Pourtant, les documents devant elle semblaient se moquer de ses difficultés de l’époque.

Les titres eux-mêmes se distinguait juste en étant des récapitulatif et les sections comme le calendrier prévu du plan ainsi que les prévisions budgétaires étaient timides. C’étaient des plans de projet avec aucun contenu important.

(Les calculs sont faux aussi …)

La proposition de budget simple avait des erreurs de calcul qu’elle pouvait découvrir avec un coup d’œil, même sans calculatrice.

(Pourquoi quelque chose comme ça vient pour être approuvé par la reine?)

Elle essaya de feuilleter d’autres papiers, se demandant si ce document s’était mélangé accidentellement. Cependant, ils étaient presque identiques.

Tout en lissant le pli entre ses sourcils avec ses doigts, Mari a parlé au garçon.

“Y a-t-il quelqu’un? Peux-tu appeler quelqu’un qui comprend le contenu de ces documents?”

“O-Oui!”

Le garçon a bondi puis a répondu et est parti aussi vite qu’un lapin en fuite.

Mari, pour une raison quelconque, eut une prémonition désagréable et fronça les sourcils devant la montagne de papiers empilés sur le bureau. Comme ça, elle attendait la personne qui pourrait lui donner une explication claire.

Un vieil homme qui semblait s’effondrer à tout moment était entraîné par le garçon.

(Va t-il bien? Ce grand-père …)

Différent de ses attentes, l’homme paniqua après avoir entendu la question de Mari, au point où il semblait être sur le point d’avoir une crise cardiaque. Sans même donner un début d’explication, le vieil homme échangea sa place avec une autre personne. (ndt: pffff le jeu des chaises musical commence mdr)

La personne suivante était un homme d’âge moyen potelé avec un visage rouge. Il transpirait de sueur et ne pouvait que prononcer «hein?» Et «hein?» Il essuya simplement sa sueur alors que son mouchoir était complètement trempé, puis changea de place avec l’individu suivant.

La personne qui pourrait finalement répondre à la question de Mari était la troisième personne après cet homme au visage rouge.

(Woah …)

Mari ne pouvait détacher les yeux de la personne qui se tenait devant elle de l’autre côté du bureau. Il avait des cheveux argentés et des yeux bleu verdâtre comme la mer profonde. Son visage était tellement beau pour qu’il ressemble à un dieu. Bien qu’il semblait être d’un âge similaire à celui de Mari, elle n’avait aucun sentiment d’affinité avec lui.

Il plia gracieusement son corps mince et bien proportionné et s’inclina devant Mari.

“Je suis venu en entendant votre convocation.”

Une voix profonde et charmante retentit.

Mais en même temps, pour une raison quelconque, une émotion désagréable grandit rapidement dans le cœur de Mari.

(N’est-ce pas le même sentiment désagréable que j’ai ressenti avec Darius ? … Non, non, pourquoi?, Même s’il est si beau, et que nous sommes tous les deux dans cette pièce, dans un décor qui fait palpiter le coeur et monter la tension pourquoi je ressens de plus en plus de mauvais sentiments…)

Mari chassa de force les mauvais sentiments qu’elle nourrissait.

(Je ne veux pas y penser …)

Plus important encore, Mari tendit les documents problématiques et lui demanda une explication.

Cependant, en regardant les documents, le beau jeune homme claqua sa langue.

(Huh?)

“Même si je t’ai dit tant de fois de ne pas me mélanger avec les documents que je n’ai pas vérifié …”

Mari ouvrit les yeux d’un air égaré alors qu’il murmurait tranquillement quelque chose.

“Il semble que les documents aient été passés par erreur entre vos mains. Je vais les prendre immédiatement.”

Le ton de sa voix était poli, mais il avait clairement l’air agacé.

“Oh, dans ce cas, celui-ci et celui-là aussi …”

Pendant que Mari attendait, elle a grossièrement regardé les documents, a recueilli ceux qui étaient inadéquats et les lui a remis.

“… Ce sont les documents qui n’ont pas été rédigés correctement.”

Le jeune homme cligna des yeux, puis accepta silencieusement les documents.

“Aussi, pour ça …”

Mari a montré au jeune homme les documents dont elle ne pouvait pas comprendre le contenu, mais qui étaient en bon ordre et format.

“Cette ‘Construction du Palais d’Eté’ … qu’est-ce que c’est?”

Le jeune homme a été à court de mots suite à la question de Mari.

“… C’est la construction de la villa d’été demandée par Votre Majesté?”

En entendant cette réponse, Mari voulut lever les yeux au plafond.

(Bien sûr, c’était la reine …)

Elle était stupéfaite par les actions de la reine.

“Par ‘été’ … est-ce que ça veut dire que j’en ai déjà une de printemps ou une d’automne?”

“Vous avez aussi un palais d’hiver.”

Mari voulait sérieusement arracher ses cheveux.

Mari se retourna vers le jeune homme avec les “documents du plan de construction du Palais d’Eté” comme si elle était en train de ventiler.

“Quelles sont nos pertes si j’arrête ce projet?”

“Étant donné que nous n’avons fait que quelques demandes de renseignements préalables afin de choisir l’emplacement, je ne pense pas que ce sera énorme.”

“Dans ce cas, veuillez l’arrêter immédiatement. Les autres palais aussi, toutes les choses inutiles, vous devez réfléchir à si nous devrions les démolir ou les vendre afin de minimiser les dépenses autant que possible. Bien entendu, les travailleurs et les personnes concernées ne doivent subir aucun inconvénient. S’il te plaît, faites cela à ta convenance, “dit Mari avec irritation.

(Je ne peux pas croire qu’elle a eu jusqu’à quatre villas!) La construction d’un bâtiment public et la maintenance coûtent énormément d’argent, ce qui peut causer des révoltes!

Mari se souvint de la voix déchirante d’un homme qui disait que son fils était mort de faim.

“D’abord et avant tout, pourquoi ne parle-t-on pas des suites de la bataille? Des progrès sont-ils réalisés en la matière? Au lieu de choses comme ça, ne diriez-vous pas que c’est notre priorité?! “

L’insatisfaction et les plaintes qu’elle avait accumulées depuis le moment où elle avait vu les documents avaient enfin éclaté.

Elle ne pouvait pas s’arrêter, peu importe si ce bel homme était ou n’était pas mauvais.

“Votre Majesté a raison.”

Le jeune homme, qui écoutait silencieusement jusque-là, parla tranquillement.

Sentant quelque chose de menaçant dans l’atmosphère, Mari devint immédiatement émotionnellement plus calme.

“Cependant, je pensais que Votre Majesté ne s’intéressait pas à des questions telles que les suites de la bataille.”

Ces yeux bleus verdâtres regardaient Mari.

Mari était incapable de répondre. Elle a réalisé sa propre erreur. La reine précédente n’était certainement pas intéressée par de telles choses. Après tout, elle avait même laissé son sceau de souverain à quelqu’un d’autre.

Lentement, le jeune homme fit le tour du bureau et s’approcha de Mari – il se tenait juste à côté d’elle.

“…’Votre Majesté’. Qui êtes-vous?”

Avec un sourire extrêmement beau, le jeune homme posa sa main sur l’épaule de Mari. Un froid glacial coula dans son dos.

“Eh?… Que veux-tu dire?”

Quand il a entendu cela, il a exercé de la force avec sa main. Le coeur de Mari a sauté un battement. Même s’il y avait une beauté transcendante si proche, ce genre de palpitation dans son cœur était différent.

“Sa Majesté ne me parlait pas comme ça en premier lieu. Elle m’a détesté, tu vois. Dans cette salle, il n’y a personne que tu peux appeler.”

Aa, comme elle le pensait, le sentiment qu’elle ressentait auparavant était en effet un sentiment d’aversion.

“Vous, qui êtes-vous?”

En entendant à nouveau cette question, Mari leva le drapeau blanc.

Quel que soit le chemin qu’elle empruntait, un problème survenait en cours de route. Elle avait voulu être honnête dès le début. C’était seulement qu’elle pensait que personne ne la croirait. La Reine n’était pas n’importe quelle personne ordinaire. Alors elle ne pouvait pas se résoudre à parler.
Puisque cette personne était convaincue qu’elle n’était pas la Reine, alors peut-être qu’il la croirait.

(De plus, si la Reine n’aime pas cette personne, alors il est possible qu’il soit une personne décente…)

Soucieuse de ce critère de jugement, Mari ouvrit la bouche.

“Je m’appelle Toushou Mari.”

Quelque part dans son cœur, elle se sentait soulagée de ne pas avoir à mentir.

Elle n’était qu’une personne ordinaire qui n’était certainement pas une Reine.

A l’origine elle était juste une personne ordinaire. Certainement pas une Reine ou quoi que ce soit de ce genre. Elles venaient de mondes différents. Se réveillant soudainement pour se retrouver sur un champ de bataille, se battant sans connaître la raison, même maintenant, elle ne comprenait pas du tout la situation.

Ayant finalement un partenaire de conversation, Mari a craché tout ce qu’elle pouvait et n’avait pas pu dire jusqu’à présent.

“Je ne sais pas où est cet endroit, je ne connais pas ton nom, ni même le nom de la Reine!”

(Parce que tout le monde m’appelle Votre Majesté et personne ne m’appelle par mon nom!)

À la fin de son histoire, Mari criait désespérément.

Le bel homme inclina la tête et la considéra pendant un moment. Finalement, il mit sa main sur l’épaule de Mari.

“Je m’appelle Freyas von Calvin. Dans ce royaume Karkula, je suis autorisé à m’appeler par le surnom de Cal. Je suis l’enfant légitime du duc Calvin. Mon devoir professionnel est de servir en tant que premier ministre adjoint. Je suis le cousin de la Reine.”

“Cousin?”

“Ma grand-mère et le Roi précédent, autrement dit le grand-père de la Reine, sont frères et soeurs. Mon visage et le tien sont très proches, non?”

(… Similaire? Moi et cette beauté transcendantale?)

Mari pensait avoir mal entendu, mais ce n’était pas le cas. Mari avait maintenant l’apparence de la Reine.

Freyas avait les yeux bleus et les cheveux argentés, tandis que la Reine avait les cheveux noirs. La couleur et la teinte étaient toutes deux différentes, mais ils avaient tout deux une belle apparence.

“Vous vous appelez Mary Frau Karkula, la Reine du royaume de Karkula.”

Mary. Pour la première fois, elle entendait le nom du propriétaire de ce corps. Elle murmura le nom dans son cœur.

“… Apparemment, la Reine a utilisé une technique de renaissance.” A dit Freyas avec confiance.

“Technique de renaissance?”

En écoutant, Mari a demandé une explication sur ces mots inconnus.
“Oui, la technique de renaissance est une technique spéciale qui ne peut être utilisée que par les descendants directs de la lignée royale et sous certaines conditions. Il y a trois conditions à remplir pour activer cette technique. Premièrement, être dans une situation où la mort est inévitable. Deuxièmement, qu’à part le pratiquant, il n’y ait pas d’autres descendants directs de la lignée royale présente. Et enfin, il doit y avoir un organisme compatible qui remplacera le corps du pratiquant. … J’ai entendu dire que la Reine a été blessée par l’ennemi au combat. Une grande quantité de sang a coulé de son cou. Tout le monde était préparé à la mort de la Reine. Mais tu es vivante.”

Mari tremblait devant les mots de Freyas.

“C- C’est parce que la blessure n’était pas très profonde …”

Les mots de Mari ont été immédiatement réfutés.

“Le Guérisseur m’a dit que votre blessure n’était qu’une égratignure. Il semble qu’il n’y ait pas de vrai raison d’avoir perdu autant de sang. En ce moment, la Reine est la dernière descendante direct de la lignée royale. Très probablement, lorsque la Reine était sur le point de mourir, elle a utilisé la technique de renaissance. Et elle vous a choisi comme la personne avec le corps le plus compatible. La technique a sacrifié votre corps pour faire revivre le corps de la Reine.”

“… Sacrifice?”

Mari sentit une sueur froide couler dans son dos.

“Cette technique remplace l’état de son corps par l’état du corps compatible sacrifié. Si le corps de la Reine a été blessé, alors cet état remplacera l’état non blessé de ton corps. Je crains que votre corps d’origine ne soit maintenant blessé et saigne à mort.”

“… Je meurs?”

Soudain, elle sentit son sang se vider.

L’image de sa silhouette allongée dans son appartement étroit avec son cou tailladé et le sang coulant de la blessure flottaient dans l’esprit de Mari.

(… la serrure de la pièce était sûrement fermée à clé. Wow… une véritable affaire de meurtre dans une pièce fermée?)

Une telle pensée inepte n’était rien de plus qu’une échappatoire à la réalité.

“J-je suis morte?”

En réfléchissant, Mari en a pris conscience.

(Jusqu’à présent, pourquoi ne me suis-je pas demandée comment allait mon vrai corps? Normalement, n’est-ce pas la première chose à laquelle il faut penser – comment retourner à son corps d’origine?)

À ce moment, ses pensées sont devenues très confuses.

(Naturellement, à quoi je pensais? Vivre en tant que Reine dans ce monde? Je n’ai pas remarqué jusqu’à ce qu’on me dise que je ne pourrais pas y retourner le reste de ma vie.)

Un profond désespoir se répandit dans le cœur de Mari. Elle avait un énorme sentiment d’incongruité à vivre dans le corps de la Reine.

“… Renvois-moi, s’il te plaît.”

Une petite voix rauque sortit enfin de sa gorge.

“C’est impossible. D’ailleurs, n’avez-vous pas dit: «Je suis morte?»”

“Je dois me dépêcher! Dès mon retour, je dois appeler une ambulance!”

Freyas revint avec des mots calmes, pour calmer Mari qui criait.

“C’est inutile. Combien d’heures se sont écoulées depuis votre arrivée ici? C’était une blessure instantanément mortelle. Tu ne peux pas être encore vivante là-bas.”

“… Maman, je dois appeler ma mère! Elle pense que je ne peux pas bien prendre soin de moi. Elle pleurait si je n’appelais pas tous les soirs. Mon jeune frère aussi, parce qu’il n’a pas pu vivre avec moi, il est émotionnellement attaché à moi comme un imbécile. De plus, mon oncle n’a pas pris de femme quand il était jeune, parce qu’il s’occupait de moi… Je ne le verrai pas vieillir…!”

Mari n’était pas sûre de ce qu’elle disait.

“Je dis que c’est impossible. Et vous avez eu de la chance.”

C’était frustrant d’écouter la voix calme de Freyas.

“Chance?”

“Oui. À l’origine, seule la Reine était censée revivre. Vous étiez censé mourir là-bas sans savoir pourquoi. Mais votre esprit est là. Bien qu’il ne s’agisse que d’une spéculation, la technique a peut-être jugé que l’esprit de la Reine était malade. La technique du renaissance consiste à échanger ensemble le mauvais état du corps. ”
Dit Freyas sans émotion. Il n’y avait pas de chagrin ou de compassion pour le fait que l’esprit de la Reine ait été perdu ou de sympathie pour Mari qui était morte comme sacrifice pour la Reine.

“On ne peut rien y faire. S’il vous plaît, agissez comme la Reine comme vous le faites maintenant. Je vais m’occuper du reste pour vous.”

“… Qu’est-ce que tu dis?”

Mari ne pouvait pas comprendre la signification des mots de Freyas.

“À part cela, il n’y a rien d’autre à faire. Ce pays ne peut pas se permettre de perdre sa Reine.”

“… Pourquoi?”

“Le dirigeant de Karkula descend de Dieu. La protection divine de Dieu protège le peuple. Tant que le dirigeant est présent, le pays ne sera pas touché par les désastres. Tremblements de terre et inondations, tsunamis et typhons… Des dommages dus à la sécheresse et au froid, tout cela n’a rien à voir avec ce pays.”

Mari sourcilla sur les raisons révélées par Freyas.

(Les désastres n’arriveront pas au pays?)

“Seuls les dirigeants et leurs enfants possèdent la protection divine de Dieu. Seuls ceux qui succèdent au trône peuvent laisser cette protection à la génération suivante. La Reine n’a pas de frères et sœurs. Le défunt Roi n’avait pas de frères et sœurs. Le Roi auparavant avait une soeur, c’était ma grand-mère et tous deux sont décédés depuis longtemps. En ce moment, la seule qui détient la protection divine de Dieu dans ce pays est la Reine.”

Ce visage absolument magnifique regardait la Mari qui s’était tue.

“Ce pays a besoin de vous. Pour être précis, il a besoin que le corps de reine possède la protection divine de Dieu et puissent transmettre cet héritage à la génération suivante.”

Mari mordilla sa lèvre. Sa tête, qui était brouillée avec le chagrin, a progressivement commencé à voir clairement. Elle a bombardé Freyas avec une question.

“Si la Reine est une existence nécessaire alors pourquoi une rébellion s’est-elle soulevée contre elle?”

“Seule la royauté et ceux qui sont au centre de la politique savent que la protection divine est dans la famille royale. D’autres pensent que le pays lui-même est protégé. Même le chef de cette rébellion, Lord Mydar, qui est une personne importante dans son domaine du gouvernement, ne le sait pas. Les autres seigneurs impliqués dans la rébellion occupent également des postes similaires. En conséquence, la rébellion était petite. Il y avait une énorme différence de puissance militaire. Je pensais qu’il n’y aurait pas de danger pour la Reine dans cette rébellion… Comme prévu, était-ce à cause de Rion Mydar?”

Connaissant les faits complets maintenant, Mari s’est spontanément exclamée.

“Je suis morte pour une telle chose?”

“Une telle chose? Le désastre n’est pas «une telle chose».”

Freyas a réagi calmement, contre la turbulente Mari.

“De nombreuses vies seront perdues en cas de catastrophe. Dites-vous que votre vie vaut plus que toutes ces vies réunies?”

Ce fut son discours plutôt que son calme qui rendit Mari encore plus frustrée.

“Ne serait-il pas préférable de dire à tout le monde que la Reine est spéciale?! Si oui, alors il n’y aurait pas eu de rébellion et personne ne serait mort!”

Lorsque Mari l’a signalé, Freyas lui a souri comme si elle était une imbécile.

“Si nous faisions une telle chose, alors ce pays n’aurait plus de Roi maintenant. La protection divine existe à cause du Roi. Si vous acquérez le Roi, vous pouvez recevoir une protection dans n’importe quel pays. Sachant cela, de nombreux pays s’affronteront pour obtenir le Roi de Karkula. Ce sera une grande bataille. Au milieu des combats, le Roi Karkula pourrait être blessé.”

“… Mais”

Freyas a soudainement crié sur Mari qui essayait de parler.

“Taisez-vous Pourquoi pensez-vous que j’ai enduré les actions imprudentes de la Reine? S’il y a des désastres, de nombreuses vies humaines seront sacrifiées de force. Mais les habitants de ce pays ont accepté que les catastrophes n’existent pas comme si c’était normal. Les horreurs des catastrophes, ou la méthode pour faire face aux séquelles, je ne les connais pas. Ce pays ne peut pas se permettre de perdre le Roi. Même si c’est un Roi inutile!”
C’était la passion d’un homme qui était l’air froid.

Il semblait que Mari réalisait enfin l’état des choses.

Cet homme avec la beauté d’un dieu était aussi humain. Comme cet homme ne parlait pas beaucoup, Mari pensait qu’il était un homme insensible. Mais la réalité était différente. Il regrettait ce qui s’était passé.

La témérité de la Reine, la rébellion et ses conséquences.

Il s’est accusé de ne pas pouvoir les avoir tous arrêter.

Le cœur de Mari, bouleversé par sa propre mort, s’est calmé. Elle s’est souvenue de sa détermination précédente.

(N’ai-je pas décidé de corriger ça…?)

Néanmoins, les sentiments de Mari vacillaient. Elle était en colère, elle devrait faire une telle chose. Dans le cœur de Mari, les paroles de son oncle remontèrent à la surface.

“Mari, si tu ne sais pas quoi faire, fais simplement ce que tu peux faire maintenant.”

(Ce que je peux faire maintenant…)

Ce que c’était, elle le savait déjà auparavant. Elle n’avait pas d’autre choix que de vivre comme la Reine. Mais maintenant, elle ressentait une résistance à l’admettre docilement.

“Avant de dire que je vais vivre comme la Reine par nécessité, n’y at-il pas des mots à dire? Ne tu sens-tu pas désolé pour moi qui a été victime de la technique de renaissance de la Reine?”

Pendant un instant, ses yeux bleus vident s’élargirent.

Mais après cela, Freyas déforma son beau visage de manière désagréable.

“Je ne veux pas le dire au visage de Sa Majesté.”

“C’est le même visage que le tien, n’est-ce pas?”

Résigné, Freyas sourit d’un sourire amer.

La grande et élégante silhouette se pencha et s’inclina devant Mari encore une fois.

“Il est regrettable que vous ayez été impliquée dans les problèmes de mon pays. Je m’excuse pour cela. Voulez-vous s’il vous plaît me prêter votre force?”

Mari fronça les sourcils.

“Toi. Tu dois vraiment avoir été détesté par la Reine. Je viens de sentir des frissons dans mon dos.”

“Le sentiment est mutuel.”

Freyas était aussi en train de froncer les sourcils. Mari rit et acquiesça avec empathie.

“J’étais au courant. Lord Freyas von Calvin, fils d’un duc.”

“Mari. S’il vous plaît, appellez moi Frey. La Reine m’appelle par ce prénom, que je déteste. Nous devons maintenir l’air de la Reine afin de ne pas provoquer la suspicion.”

Freyas semblait heureux quand il le dit.

“Je comprends, Frey. Coopérons et remettons le pays sur la bonne voie.”

Il n’y avait pas d’autre chemin à parcourir. Quand Mari se le dit, elle étouffa les pleurs dans son cœur.

En changeant de place, du bureau au canapé de luxe, Mari et Freyas se sont fait face.

“Pourquoi y avait-il une rébellion, tout d’abord?”

A demandé Mari, encore une fois.

“… Ne pouvez-vous pas parler d’une manière plus dominatrice?”

Cependant, la question n’a pas eu de réponse facilement et l’attention a été portée sur le comportement.

Il semblait que Frey n’était pas satisfait de l’attitude ordinaire de Mari.

Même s’il a dit une telle chose, elle ne pouvait pas se comporter comme une Reine. Il n’y avait plus ce sentiment de ne pas être elle-même, comme lorsqu’elle était sur le champ de bataille plus tôt. Ici, elle craignait de salir la robe qu’elle portait, car cela semblait très cher. En plus de cela, Mari, la roturière, se sentait déprimée par la beauté transcendante du premier ministre adjoint.
Mari voulait arrêter le ton poli de Frey, mais ça a été refusé avec un beau sourire une fois pour toutes. Il a agi comme s’il serait jeté en prison pour l’avoir profané.

(Cela signifie que certaines personnes ont été emprisonnées pour cette raison, n’est-ce pas?)

Elle pouvait comprendre à quel point la Reine était extrême.

Néanmoins, si l’on comparait la différence de force entre les deux parties opposées, cette révolte était vraiment une lutte insouciante. Mais il fallait que les gens décident de régler la situation comme ça.

Frey, qui avait pris note de la question de Mari, a finalement répondu à la question.

“Cette fois-ci, le centre de la rébellion est une ville appelée Dosha. Dosha est proche du royaume et était autrefois une ville périphérique prospère du royaume.”

Mari hocha la tête. Il lui fallut environ une heure pour revenir du champ de bataille. Elle était surprise que ce soit si proche du royaume.

“Parce qu’elle est proche du royaume, la mauvaise gestion et le pus s’accumulent plus facilement. Ca a débordé dans les rues. C’était un environnement terrible. Là, les seigneurs qui ont décidé de s’en occuper ont commencé à éliminer tous les vagabonds en une fois.”

Alors que Frey parlait, son visage se déformait avec dégoût.

“J’ai entendu dire qu’ils avaient été enrôlés de force dans l’armée et que ceux qui avaient résisté n’avaient eu aucune miséricorde. Ils n’ont pas préparé de destination d’expulsion. Il y avait un rapport selon lequel une montagne de cadavres a été jetée dans le désert près de l’endroit où Dosha a été construit.”

Mari inspira.

“Pourquoi y at-il eu un tel despotisme?!”

“… Le comte était le favori de la Reine. C’est aussi lui qui a proposé la résidence d’été pour frimer devant Sa majesté la Reine.”

“C’est le pire!”

La souffrance monta dans la poitrine de Mari.

(Comment la Reine a-t-elle pu si mal agi?)

Devinant les sentiments de Mari, Frey resta calme.

“C’est bon. Je demanderai au comte de prendre la responsabilité de cette révolte et je confisquerais ses biens et son territoire. Il sera privé de rang et quittera la scène politique pour toujours.”

“Peux-tu faire une telle chose?”

“Il a perdu la grâce de la Reine et n’a aucun pouvoir. Il a provoqué la rébellion cette fois et a voulu ramener la bonne humeur de la Reine avec la proposition du «Plan de construction du Palais d’été».”

Frey a ri, révélant ses sentiments intérieurs de dépit. Peu importe comment il riait, une beauté était encore une beauté. Mari était impressionnée par des choses étranges.

Note du Traducteur : Un autre traducteur avait traduit ce chapitre, le problème c’est qu’elle ne va pas continuer car le novel n’est pas disponible sur internet. Je commence à penser que ce novel est maudit car tout le monde abandonne après un chapitre.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *