Berserk of Gluttony – Chapitre 19

Avant que l’aube se lève, j’arrivai à revenir au manoir.

Ayant lutté contre le kobold Titré et contre l’excitation de la compétence [Gloutonnerie] après coup, j’étais épuisé.

Je posai Greed contre le bureau de la chambre et me laissai tomber sur le lit.

Je sombrai bien vite dans l’inconscience.

… Je me réveillai à cause de la forte lumière se déversant à travers la fenêtre.

Gn ? En se basant sur la position du soleil, il est déjà midi.

Ne me dites pas que j’ai dormi si longtemps ? Je me dépêchai de réarranger ma tenue et puis sortis de la chambre.

Quand je passai devant une domestique, elle me sourit intentionnellement avec mépris.

« Monsieur J’ai-trop-dormi s’est enfin réveillé. Si vous ne changez pas d’attitude, dame Roxy vous virera, vous savez. »

« Euuh, c’est… Où est dame Roxy ? Je veux m’excuser pour ma bavure. »

La domestique sembla heureuse en me voyant abattu. Bordel, arrêtes de rire alors que je pourrais perdre mon boulot !

Et alors que je pensais ça,

« Désolée d’avoir ri. Vous ressembliez à un chiot qui a l’impression d’être sur le point d’être abandonné. C’est trop amusant, fufufu. Désolé pour ça, mais j’ai menti. »

« Quoi ? »

« Dame Roxy a ordonné à toute la maisonnée de vous laisser dormir. »

Ne revenant pas encore de ma surprise, la jeune domestique continua.

Apparemment, Roxy s’était inquiété de ne pas me voir me réveiller le matin, et elle était allée voir par elle-même. Après avoir frappé à la porte de ma chambre, ne recevant aucune réponse, elle entra et me vit alors dormant à poing fermé, la bouche grande ouverte.

« C’est vrai ? »

« Puisque dame Roxy a donné sa permission, vous pouvez retourner dormir. »

Que je retourne dormir ? Impossible ! Je dois aller m’excuser auprès de Roxy.

« Et alors, où est dame Roxy actuellement ? »

« On vous l’a déjà dit hier, non ? Elle a prit la tête des hommes pour aller se débarrasser des kobolds. »

Elle est déjà partie ? Vers la vallée dévastée ?

Quand elle verra ça, Roxy sera surprise. Par contre, les conclusions qu’elle pourrait en tirer me concernent un peu. Enfin, il ne devrait pas y avoir de preuves permettant d’identifier le coupable, donc on reste calme.

« Quand reviendra-t-elle ? »

« Voyons. En se basant sur la chasse de l’année dernière, elle reviendra probablement demain matin. Les kobolds sont des créatures nocturnes après tout. C’est pourquoi ils vont poser des pièges durant la journée et chasser le matin suivant. »

« Demain, hein… »

Puisque c’est ainsi, je suis convaincu qu’elle reviendra à la fin de la journée. Si ils voient l’état désastreux de la vallée, il y a de fortes chances qu’ils comprennent que quelqu’un y a combattu les kobolds.

D’autre part, s’il restait encore des kobolds dans la vallée, je n’imagine même pas qu’ils viennent combattre sur la domaine des Heart. Roxy les poursuivait chaque année, les kobolds ne sont pas assez idiots pour l’oublier.

Bon, il est très probable qu’il y est un sacré tumulte quand elle reviendra. Je dois faire gaffe et redoubler de prudence avant.

Et alors que j’étais encore en pleine réflexion.

« Vous… aimez vraiment dame Roxy, n’est-ce pas ? »

À cette question, un cri m’échappa. J’étais juste un domestique pensant à son maître… rien d’autre.

« Qu’est-ce que vous me sortez tout d’un coup ! »

« Pas besoin d’être si agité. Fufufu… Oh bon. »

La jeune domestique sembla intéressée par ma réaction, elle mit sa main sur sa bouche pour se retenir de rire avant de retourner à son travail.

« Attendez, s’il vous plait, attendez. Il n’y a rien que je puisse faire pour aider ? »

J’aurais aimé avoir une chance de me rattraper à cause de ma panne d’oreiller. Même si j’étais traité comme un invité dans ce manoir, je reste néanmoins un valet débutant.

Je ne peux pas me permettre de recevoir mon salaire alors que je n’ai rien fait.

Ensuite, mon enthousiasme semblant contagieux, la domestique se mit à réfléchir.

« Voyons, alors vous pouvez aller chercher dame Aisha ? Elle a l’air d’avoir besoin de quelqu’un pour l’accompagner. »

« Compris ! Je ferai de mon mieux ! »

Après qu’elle m’ait expliqué où se trouvait la chambre d’Aisha, je lui fis mes remerciements et me mis à courir.

« Hé, ne courrez pas dans le couloir ! C’est dangereux si vous rentrez dans quelqu’un ! »

« Désolé ! »

Oups, j’ai fait quelque chose d’inappropriée pour un valet.

Je m’excusai à la domestique et puis marchai d’un bon pas.

Aisha était dans sa chambre. Je frappai plusieurs fois à la porte, laquelle était beaucoup plus belle que celle de ma chambre d’invité.

Un peu après, j’entendis une réponse venant de l’intérieur.

« Pardonnez-moi. »

« Ooh, Fate. Tu es juste à l’heure. Je ne peux que regarder le paysage à travers des fenêtres, donc je suis libre maintenant. »

En me souriant innocemment comme une jeune fille, Aisha m’invita à rentrer.

Elle semblait ne pas aller bien aujourd’hui, elle était assise dans le lit pour se reposer.

« Viens, assis-toi là. »

Comme on me l’ordonnait, je m’assis sur une chaise à côté du lit.

Aisha sourit et me regarda, puis regarda encore par la fenêtre encore.

Je regardai aussi dehors, même si c’était pour un court instant, et vis le jardin du manoir. Au manoir de la capitale royale, bien qu’il y avait un apprenti jardinier, je pouvais comprendre que ce jardin était bien entretenu. Le jardinier qui travaillait ici aimait très probablement la famille Heart.

« C’est un beau jardin. »

« C’est vrai, c’est le seul endroit que je peux voir depuis cette fenêtre. Je n’en sais pas beaucoup à propos de botanique, mais le vieil homme qui est notre jardinier doit assurément se donner beaucoup de mal. »

Je vois… à cause de sa maladie, Aisha était rarement capable de sortir de sa chambre. Par conséquent, elle s’inquiétait pour ceux qui restaient dehors tous les jours.

« Mais je vais arrêter de t’inquiéter… »

Aisha semblait heureuse. Notre discussion continua pendant un moment, et des rires éclatèrent. Puisque je n’avais pas encore pris de petit-déjeuner, mon estomac gargouilla et Aisha appela une domestique pour servir des en-cas.

Quand elle disait quelque chose, je sentais sa gentillesse qui était celle d’une mère.

Eh bien, ma mère est morte peu après m’avoir donné naissance, donc je ne connais pas vraiment ce sentiment.

Ce type de gentillesse gratuite était sûrement celle que je désirais depuis longtemps.

Quand Aisha posa la tasse de thé qu’el avait dans sa main, elle prit soudainement une expression sérieuse et me regarda droit dans les yeux.

« Je ne… vivrais probablement plus très longtemps. »

« Ne dites pas ça. Là, vous avez l’air… »

Je ne pouvais pas dire “en forme“. Elle était encore dans son lit.

Aisha continua.

« C’est vrai, je suis encore assez énergique pour l’instant. Cependant, cela arrivera sans doute tôt ou tard. Après tout, je suis la seule à connaître mes limites. »

« … Pourquoi… me dites-vous ça ? »

« Si c’est toi, je pensais que tu pourrais devenir le soutien de Roxy. Puis-je te demander de faire ça ? »

Je fus perplexe quand Aisha me le demanda.

Le fait que son mari avait été tué en Gaullia lui avait causé un choc considérable, à elle et à Roxy. Toutefois, quand je suis arrivé dans la famille Heart, il semble que je sois devenu le soutien du cœur(?) de Roxy.

Quand Roxy parlait avec Aisha, elle disait “Je n’arrêterai pas car je ne veux pas que Fate me voit comme un maître paresseux.“

« Roxy a eut de bons yeux cette fois. C’est comme cette personne quand elle était jeune. »

« Mais, une personne comme moi… »

Nos positions étaient trop dissemblables.

De plus, même si j’ai un certain type de pouvoir maintenant, je ne peux pas le montrer. Si c’est pour la soutenir depuis l’ombre, je me demande s’il est correct de m’appeler un soutien ? …, je pense que c’est quelque chose de différent.

Alors que j’étais toujours perplexe, Aisha me toucha de la main.

Ma [Lecture des pensées] s’activa, et j’entendis sa voix dans ma tête.

(C’est bon… n’y pense pas trop)

Elle retira rapidement sa main et la voix se tue. Puis Aisha reprit la parole.

« Inutile de penser à propos de position. Il n’est pas nécessaire d’être puissant comme un paladin non plus. Le plus important est là. »

Elle pointa du bout du doigt ma poitrine.

« Le plus important est le cœur. »

« Le cœur… les sentiments ? »

« Oui. J’étais initialement une roturière qui n’avait aucune compétence utile. Malgré tout, j’ai pu soutenir mon mari qui était un paladin. Puisque moi je l’ai fait, je crois que toi, Fate, tu pourras le faire. je le crois. »

« Dame Aisha. »

Aisha, affaiblie, avait un cœur encore plus fort que le mien. Il n’y avait pas de place pour le doute.

Ses mots étaient lourds de sens pour moi, qui venait juste de m’éveiller et qui demander résolument de la force à la compétence [Gloutonnerie].

Par conséquent, je voulais aussi être comme Aisha.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *