Berserk of Gluttony – Chapitre 21

Revenant à la capitale royale, j’étais en face de Roxy, tentant désespérément d’endurer le contrecoup de mon indigestion d’âmes.

Si je ne fais pas attention, je ne deviendrais qu’une marionnette mue pas [Gloutonnerie], une idée qui me donne des sueurs froides. Mais j’ai déjà passé le point de non-retour aux dires de Greed.

Nous arrivâmes à la capitale royale à la tombée de la nuit.

Roxy fut appelée par un messager du palais, donc elle partie immédiatement. Je suppose qu’être un paladin des Cinq Grandes Familles fait qu’on a très peu de pause.

Quant à moi, le maître jardinier m’envoya au jardin du manoir de la famille Heart, pour déraciner les mauvaises herbes et rassembler les feuilles mortes. Qu’est-ce que c’est ? Une sorte de rivalité entre la famille royale et les seigneurs locaux ?

Je faisais attention de ne pas être dans ce coin, spécialement les endroits qu’on voyait depuis la fenêtre d’Aisha.

[NdT : Voilà, les deux phrases ci-dessus me sont pour le moins obscur, je ne vois pas le sens de la deuxième, et la première me semble sortit de nulle part.]

Alors le maître jardinier dit « est-ce qu’ils ne chante pas un peu trop les louanges de ce gars ? » après m’avoir critiqué un peu.

Nous continuâmes jusqu’à ce qu’il fasse trop sombre, et l’apprentissage s’acheva pour aujourd’hui. Je dînai avec les autres jardiniers puis allai prendre un bain.

Alors que je faisais trempette dans le bain, un des maîtres prit la parole.

« Je t’apprendrai bientôt comment élaguer les arbres du jardin. Qu’est-ce que tu en penses ? Ça te tente ? »

« Vraiment ? »

« Oui, vraiment. Tu as travaillé dans les règles et correctement de surcroit. Tu es digne d’être formé. Tout le monde l’a vu. »

« Merci. »

J’y pense, depuis que je suis arrivé au service des Heart, parmi tous les instructeurs, celui-ci pense beaucoup à mon sujet.

Les maîtres sont déjà âgés, de sorte qu’en faite, ils cherchent à former un successeur. C’est ce que je suis. C’est vraiment un grand honneur pour moi.

Submergé par la joie, je frottai, sans le vouloir, le dos du maître trop fort.

« Aïe aïeaïe ! Aies un peu de respect pour un vieil homme ! »

« Je suis désolé. »

Avec mes statistiques élevées, j’aurais dû faire plus attention à ma force, mais le maître semblait plutôt ravi que je fasse étalage de celle-ci.

Je vais devoir être prudent à partir de maintenant. Il semble qu’on peut ajuster le niveau auquel les statistiques se reflètent sur le corps. Autrement, les paladins, qui avaient des statistiques considérablement élevées, pourraient tuer accidentellement d’autres personnes.

Après avoir vaincu le chef des kobolds, mes statistiques ont surpassé même ceux des paladins. Donc je suppose que c’est le moment pour moi d’apprendre à bien les ajuster. Eh bien, mes statistiques continueront d’augmenter avec l’amélioration de Greed, de sorte que je vais devoir faire de nombreux ajustements dans le futur.

De toute manière, même sans la compétence permettant de dévorer les êtres, on ne peut pas couper à la hausse rapide des statistiques qui va avec la victoire d’un combat.

Pour l’instant, je vais essayer d’ajuster tout en frottant le dos du maître jardinier.

« Aïe, encore ?! »

« Ah, pardonnez-moi. »

« Je suis un vieil homme innocent. Traites-moi avec plus de considérations. »

J’ai si peu de contrôle sur ça. Visiblement, ça prendra du temps avant que je puisse le faire naturellement.

 

♦ ♦ ♦

 

Tard dans la nuit, je mis mon masque de squelette et allai à l’antre des gobelins.

Cette nuit, je vais chasser dans la forêt des hobgobelins.

Car je l’avais privée de nourriture depuis le passage sur le domaine des Heart, [Gloutonnerie] était l’équivalent d’un estomac criant famine.

Bien que la forêt était faiblement éclairée, au mieux, [Vision Nocturne] me permettait de localiser les hobgobelins.

Sans pitié, j’abattis tous ceux qui dormaient au pied des arbres.

 

[Compétence Gloutonnerie activée]

[Endurance +440, Force +220, Magie +110, Intelligence +110 et Agilité +110 ont été ajoutées au statut]

 

J’entendis la voix inorganique à plusieurs reprises dans ma tête. Toutefois, la faim n’était pas encore satisfaite.

Ce n’est pas bon.

Jusqu’ici, j’ai pu la satisfaire en chassant des gobelins.

Quant au pourquoi, je pense l’avoir saisi. Et Greed me le confirma à travers [Télépathie].

([Gloutonnerie] a gouté au chef kobold. Maintenant, elle ne se satisfera plus avec du menu fretin)

« Mais que devrais-je faire alors si chasser ne satisfait plus la faim… »

(Fate, tu devrais le comprendre le mieux, ce qui arrivera si tu ne t’occupes pas de la faim)

Si seulement [Gloutonnerie] n’avait pas dévoré le chef kobold. Si je l’avais su alors, j’aurais pu continuer à me satisfaire avec des gobelins.

Cependant, c’était inévitable. Si je ne l’avais pas fait, lui et les siens auraient agrandi leur territoire jusqu’aux terres des Heart.

Je suis content de l’avoir tué, même s’il a laissé un cadeau d’adieu des plus gênants…

« Kuu… Mon œil droit me brûle. »

Après à peu près dix hobgobelins de plus, je commençai à me sentir mal. Je vis mon propre reflet sur la surface noire de Greed. Sous mon masque de squelette…

« Greed, c’est comme tu as dit… ça a faim. »

(Pas vrai ? C’est évident à voir)

Sur la surface noire, une pupille écarlate me rendait mon regard.

Mon œil gauche était noir tandis que le droit était d’un rouge luisant. Cet état…

« L’état d’affamé. Bientôt. »

Je le sentais aussi. Bientôt, les monstres dans les environs du royaume ne suffiront plus à satisfaire [Gloutonnerie]. Je ne pouvais pas juste attendre qu’elle prenne possession de mon corps.

(Ça devrait suffire pour aujourd’hui. Mais il n’y plus beaucoup de temps. Ça arrivera au final)

« Ton avis ? »

Je comprends, donc je demandai à Greed un moyen d’y résister.

(Tu dois changer de méthode)

Sans répondre, je revins à la capitale. Je rencontrai plusieurs soldats sur le chemin, mais je ne m’arrêtai pas. Ils crièrent après, ayant apparemment percé à jour mon déguisement.

« La liche est de retour ! Le Cadavre est revenu ! Fuyez ! »

Je retirai mon masque après m’être retiré dans la Prairie Gobeline où il n’y avait personne dans le coin, puis continuai.

« Ils ne peuvent pas être plus silencieux ? »

(Et te laisser tranquille ?)

« La ferme. »

Je retournai à la capitale, marchant contre le vent soufflant sur la Prairie Gobeline.

Le jour suivant, je dissimulai mon œil gauche [NdT : T’avais pas dit droit plus tôt ?] derrière un bandeau. Je mentis à l’employé en disant que je m’étais blessé à l’œil en dormant.

Quant au maître jardinier, « Si tu ne te sens pas bien, peux-tu toujours apprendre à élaguer les arbres ? », c’est ce qu’il a dit. C’était une réprimande ? Il s’inquiétait ? Je ne pouvais pas le dire en me basant seulement sur sa voix, mais il s’inquiétait sûrement pour moi.

« Je peux le faire avec un œil, » répondis-je.

« C’est pas du surmenage, ça ? » redemanda-t-il.

Il n’empêche, J’élaguerai les arbres comme promis.

Après que le maître m’ait montré comme faire sur un arbre, j’essayai de la faire moi-même.

« Comment est-ce ? »

« Pas mal. Bon, alors essayes encore sur un autre arbre. J’ai quelque chose d’autre à faire. »

« Tout seul…? »

« S’il y a quelque chose que tu ne comprends pas, demande-le moi. »

« Oui. »

Ce maître estime plus la pratique que la théorie. Donc je dois le faire.

Regardant un des arbres, les sécateurs à la main, j’entraperçu Roxy dans son armure légère blanche venant de quelque part.

On dirait qu’elle est revenue de la capitale. Si c’était comme d’habitude, elle irait directement dans le bâtiment principal. Mais pourquoi a-t-elle l’air nerveuse cette fois ?

Je voudrais aller lui demander la raison… mais je ne devrais pas.

Roxy était agenouillée devant la tombe de son père, et elle avait une expression sur le visage que je n’avais jamais vu auparavant. C’est d’expression sombre de quelqu’un sur le point de combattre.

Elle dit quelque chose devant la tombe avant de se lever et de se diriger vers le manoir.

À ce moment-là, je la fixais, donc il était inévitable qu’elle me remarque.

« Fate, qu’est-ce que tu fais là… Tu t’es blessé à l’œil ? »

L’air de rien, je montrai à Roxy les sécateurs.

« Je me suis blessé à l’œil gauche pendant que je dormais. De toute façon, je suis plutôt bon au jardinage maintenant. Eh bien, j’étais sur le point d’élaguer cet arbre. »

Disant cela, je posai ma main sur le tronc de l’arbre juste à côté de moi. En fait, on m’avait dit d’élaguer un arbre complétement différent.

« Euuuuuh… Dame Roxy. Quelque chose ne va pas ? Vous avez l’air différente aujourd’hui ? »

Peut-être que quelque chose est arrivée pendant qu’elle était au palais ? J’ai peur de le demander directement.

L’expression qu’elle avait eu avant avait déjà disparue, remplacé par la Roxy habituelle.

« Ce n’est rien. D’ailleurs, élagues-le bien ou quelqu’un sera en colère contre toi. »

Roxy montra du doigt le maître jardinier qui me regardait, les bras croisés. Après tout, ce n’est pas l’arbre dont je suis censé m’occuper.

Roxy s’éloigna vers le manoir tandis que je me précipitai vers l’arbre, en proie à la panique.

Curieusement, j’avais un mauvais pressentiment quand je regardai son dos.

Plutôt à l’opposé de ce que je ressentais, le ciel était clair avec aucun nuage en vue.

Après avoir terminé le travail, m’activant avec la chasse jusqu’à minuit, j’allai ensuite dans un troquet. Là, je trouvai la réponse que je cherchais.

Le tenancier l’a dit tout en plaçant des assiettes sur le comptoir.

Afin de battre la liche qui était réapparu (Le Cadavre), le second fils des Burix, Hado, avait été détaché et il chassait dans la Prairie Gobeline ce soir.

Et il semble que l’ordre de paladins auquel fait partie Roxy a aussi été détaché pour aller à ma poursuite.

On dirait une chasse à court. Peut-être que les Burix sont prêt pour quelque chose, donc je continuai d’écouter. En outre, je dois une très grosse dette à Hado.

Je bus ma bière jusqu’à la dernière goutte, puis me levai de mon siège.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *