Date a Live – Tome 2 Chapitre 2

« Oh, Itsuka… Euh ? Qu’est-ce qui t’es arrivé ? »

C’était le matin et Shidou, qui traînait ses lourdes jambes dans la salle de classe, fut interpellé par la voix perplexe de Tonomachi.

Eh bien, même si ça n’avait pas été lui, en voyant son état actuel, tout le monde aurait eu la même impression.

Que ce soit le visage ou les mains, son corps était presque entièrement recouvert de bandages, et, par-dessus de tout, ses pas étaient tellement chancelants qu’il semblait qu’il allait tomber d’un moment à l’autre.

« … Aah, presque rien. »

Shidou afficha un sourire narquois en disant cela, puis il laissa s’échapper un petit soupir.

D’un autre côté, Tonomachi, comme s’il venait de se souvenir de quelque chose, étouffa un rire.

« Oh oui, j’ai entendu cette radio sur le net, qu’est-ce qu’il y avait dessus déjà ? C’était sacrément intéressant. »

Le visage de Shidou s’agita après avoir entendu ces mots.

« Tu l’as vraiment écouté ? Ce… »

« Oh, je l’ai un peu écouté avant de partir. Mais… c’est supposé être une blague, non ? Ce serait terrifiant si c’était vrai. »

« Ah… Hahahaha… Ouais, t-tu as raison… »

Shidou lâcha un rire sec et détourna son regard.

« La-Laissons ça de côté, Tonomachi, qu’est-ce que tu regardes ? »

Shidou haussa sa voix en vue de changer de sujet puisqu’il serait embarrassant qu’il gagnât davantage d’intérêt pour cette diffusion radio.

Tonomachi le regardait de la même manière qu’il fixait intensément la page d’illustration à l’arrière d’un magazine de manga.

« Ah, ce —Ah ouais, je voulais aussi te demander à propos de quelque chose. »

« Q-Qu’est-ce que c’est ? »

Lui demanda Shidou en retour. Tonomachi était inhabituellement sérieux et continua de parler.

« Infirmière, miko[1] ou maid[2]… Laquelle est-ce tu aimes le plus ? »

« … Huh ? »

Shidou laissa échapper une voix étonnée suite à la question inattendue de Tonomachi.

« Il a été décidé que le costume de la gravure de la prochaine édition serait basée sur les votes des lecteurs… C’est si difficile… ! »

« … Ahh, c’était ça… »

Shidou répondit avec un regard. Tonomachi semblait ne pas y faire attention et fourra le magazine sous le nez de Shidou.

« Alors ? Laquelle tu préfères ?! »

« Eh… errrrmm… alors… la maid… ? »

Shidou répondit à cause de la pression exercée par la vigueur inhabituelle de Tonomachi. A ce moment-là, les sourcils de Tonomachi se levèrent soudainement.

« Qu-Quoi qu’est-ce qu’il y a ? »

« … Penser que tu aimerais les maids ! Je suis désolé mais notre amitié s’arrête ici ! »

« … »

Shidou, gratta sa joue, puis marcha jusqu’à sa place.

« H-Hey, où est-ce que tu vas ? Itsuka ! »

« … Notre amitié s’arrête ici, non ? »

« Hey, Que diable ? Tu ne deviendrais pas trop sérieux. Tu ne penses pas qu’un monde où les amateurs de Maids et d’Infirmières peuvent coexister en paix serait bien ? »

Il s’avérait que Tonomachi était dans le camp des Infirmières.

Shidou posa son sac sur sa chaise, tout en ignorant Tonomachi qui jeta le magazine sur sa table et le suivit.

A ce moment, la fille assise devant lui qui lisait un gros livre de cours, Origami Tobiichi, lui jeta un coup d’œil.

« … »

« O-Oh… Tobiichi, bonjour. »

« Bonjour. »

Origami répondit sur un ton monocorde et inclina sa tête.

« Maid ? »

Il paraissait qu’elle avait entendu la conversation de tout à l’heure. Shidou agita sa main nerveusement.

« … Uh, n-non, ne t’occupes pas ça. »

« Je vois. »

Origami donna une brève réponse et, une fois de plus, ramena son regard sur son livre.

« Bonjou— »

Immédiatement après, Tonomachi agita sa main dans sa direction, mais l’expression d’Origami ne changea pas d’un pouce.

Tonomachi hausse ses épaules avec excès et commença à appuyer sur le côté de l’estomac de Shidou.

« Bien que ça arrive tout le temps. Pourquoi est-ce que c’est toujours toi qui reçoit une réponse après un bienvenu ? T-Toi… »

« Co-Comment je le saurais ? Arrête ça. »

Shidou se libéra de l’ennuyeux Tonomachi et arriva à sa place.

La porte de la salle de classe s’ouvrit et Tohka entra.

Naturellement, en raison de son affectation actuelle dans la maison de la famille Itsuka, son itinéraire pour aller à l’école était exactement le même que Shidou. Cela dit, s’ils s’étaient rendus à l’école ensemble, cela aurait éveillé les suspicions, aussi Tohka avait dû partir un peu après Shidou.

En plus de ça, elle était encore affectée par ce terrible accueil qu’elle a reçu après son déménagement d’hier. Il ne voulait pas jeter de l’huile sur le feu alors qu’il avait encore plein de choses à vivre.

« … »

Tohka s’installa silencieusement à sa place à droite du bureau de Shidou et sans le regarder, elle formula de ses lèvres :

« … Err, à propos… de ce matin, je suis désolée. Tu vas bien ? »

Il semblait qu’elle était toujours affectée par ce qui s’était passé ce matin. Shidou se gratta la joue en faisant un petit sourire.

« O-Oh… Ne t’inquiètes pas pour ça… »

« Mm… »

Tohka fit un petit hochement de la tête. Et finalement, Shidou réalisa quelque chose.

« … Ah. »

Plusieurs camarades de classe venaient d’écouter leur conversation et leur envoyaient des regards curieux.

Mais, il paraissait que Tohka ne l’avait pas réalisé.

« Ma-Mais tu étais aussi fautif. Tu es soudainement… tu sais… j’étais surprise. »

A cause des mots de Tohka, tous ceux, qui écoutaient, retenaient leur souffle.

« To-Tohka… Pourquoi on en reparlerait pas plus tard… ? »

« Hum ? Pourquoi ? »

Tohka fit face à Shidou tout en penchant sa tête et se rendit compte, finalement, des regards provenant de partout autour.

« … Eh ? »

Tohka sursauta de surprise et de la sueur commença à couler le long de ses joues. Elle se souvint que la veille, à la maison, on lui avait expliqué le fait que Shidou et elle-même vivaient ensemble, devait rester secret.

« C-Ce n’est pas ce que vous pensez tous ! Ce n’est pas comme si Shidou et moi on vivait ensemble ?! »

« … ?! »

Tout le monde dans la classe fronça des sourcils en même temps.

« I-Idiote… »

Marmonna discrètement Shidou, puis il prononça à voix basse.

« A-Aaah ! Ce matin en venant à l’école, nous sommes tombés par hasard l’un sur l’autre ! T’es d’accord Tohka ?! »

« Mm… ? U-Umu, pas de problème ! »

Tohka paraissait avoir deviné ce que Shidou sous-entendait, bien que c’était difficile, ils accordèrent leur mensonge ensemble.

Bien que cela se révélât en quelque sorte artificielle… A la base, le discours [du lycée où les hommes et les femmes vivent ensemble] sonnait lui-même de manière irréaliste, il continua donc de jacasser, au cas où, jusqu’ils soient tous satisfaits.

… Malgré tout ça, il y avait toujours une personne à la gauche de Shidou qui n’était pas ravie… Une étudiante portait un regard qui donnait froid à tout le monde.

« … »

D’une manière ou d’une autre, il se sentait comme s’il avait été réduit en lambeaux. Shidou poussa un profond soupir.

… Quoi qu’il en soit, ce problème a été résolu à une vitesse surprenante.

La 4ème cloche sonna et fit écho dans tout le bâtiment, indiquant par-là l’heure de la pause de midi.

En même temps,

« Shidou ! C’est l’heure du déjeuner ! »

« … »

Au bureau de Shidou, aussi bien à gauche qu’à droite, *Jyan !*, des tables venaient de s’amarrer.

Bien sûr, à sa droite se trouvait Tohka, et à sa gauche Origami.

« … Nu… Qu’est-ce que tu veux ? Tu nous déranges. »

« C’est ma réplique ça. »

De part et d’autre, à gauche et à droite de Shidou, des regards perçants étaient échangés.

« Bi-Bien… Calmez-vous. N’est-ce pas agréable que chacun puisse manger ensemble ? Non… ? »

Lorsque Shidou prononça ces mots, à contrecœur, Tohka et Origami s’assirent. Et ensuite, chacune d’entre elles prit son propre bentô[3] de son sac respectif.

Shidou suivit le mouvement en sortant le sien et en le plaçant sur la table. Ils ouvrirent ensembles leurs couvercles, et…

« … »

Il vit les yeux d’Origami s’écarquiller un peu et il se maudit lui-même d’être si mal préparé.

Le bentô de Shidou avait été fait par lui-même ce matin. Et, bien sûr, il avait également préparé celui de Kotori (bien qu’elle n’était pas rentrée à la maison depuis un mois).

Naturellement, s’il était nécessaire de préparer la portion d’une autre personne à la hâte, c’était le rôle de Shidou de le faire.

« … »

Origami jeta un regard froid à Shidou et compara les boîtes à bentô de Shidou et de Tohka, vérifiant bien leurs contenus.

… Le même menu se trouvait dans les deux boîtes qui avaient la même allure.

« Mm, qu-quoi ? Même si tu me portes ce regard, je ne vais pas te le donner… »

Tohka ne réalisa pas le sérieux de la chose et porta sur Origami un regard perplexe.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« C-C’est… »

Lorsqu’Origami posa sa question, Shidou dégoulina de sueurs froides et évita son regard.

« En-En fait. C’était vendu par le magasin ce matin et, accidentellement, Tohka était là aussi… »

« Menteur. »

Origami interrompit Shidou en plein dans sa phrase et enleva, ensuite, le couvercle de la boîte à bentô de Shidou.

« Il y a 154 jours de cela, tu l’as acheté au discount en face de la station de métro pour 1580 yens, et depuis tu l’utilises tous les jours. Ce n’est pas quelque chose qui provient du magasin. »

« Co-Comment tu sais quelque chose comme ç… ? »

« Actuellement, ce n’est pas important. »

Non, il pensait au contraire que c’était une question plutôt importante, mais il était totalement écrasé par Origami et il n’était pas en position de dire quoi que ce soit. Comme tout à l’heure, il fut arrêté en plein milieu de sa phrase.

« Mmm, de quoi vous parlez tous les deux ! Ne séparez pas le groupe ! »

Du son côté, Tohka qui se sentait mise de côté, haussa la voix en gonflant ses joues.

Et, à ce moment-là.

*Uuuuuuuuuuuuuuuuuuuu———–*

Une alarme sonna et fit écho à travers toute la ville.

En un instant, la salle de classe bruyante pendant le déjeuner, devint calme d’un seul coup.

… C’était l’alarme d’une déchirure spatiale.

Il y a environ 30 ans de cela, une menace, le pire désastre, fut désignée comme une déchirure spatiale et apparut comme un présage de cataclysme.

« … »

A ce moment-là, Origami afficha une expression d’hésitation, elle se leva immédiatement de sa place et quitta la salle de classe à une vitesse impressionnante.

« … Eh ? »

Shidou était dans un état de confusion et ne put que la suivre des yeux… Eh bien, même si c’était un peu déplacé, il ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il avait été sauvé par l’alarme survenue à un moment idéal.

Même si Tobiichi Origami était une étudiante, elle était aussi une agente talentueuse de l’AST des Forces d’Auto-Défense.

Ce qui voulait dire qu’elle était actuellement sur la ligne de front… Pour tuer les Esprits, justement de la même façon qu’avec Tohka auparavant.

« … »

Shidou serra les dents.

Il savait qu’il ne pouvait pas arrêter Origami. Mais…

Depuis la porte de la salle de classe, la voix d’une fille, dans un état d’hébétement, résonnait.

« … Vous tous, c’est l’alarme. S’il vous plait, évacuez immédiatement jusqu’à l’abri souterrain. »

La professeure de physique vêtue d’une blouse blanche, Reine, pointa son doigt en direction du couloir.

Après que les élèves aient avalés leur salive, ils quittèrent les lieux vers le couloir, un à un.

« Mm ? Shidou, où est-ce qu’ils vont tous ? »

Demanda Tohka en observant les autres camarades de classe et en inclinant sa tête.

« Ah-Aah… dans le refuge. Il y en a un sous l’école. »

« Le refuge… ? »

« Aah. Pour le moment, laissons les explications de côté. Nous y allons aussi, Tohka. »

« Mm-Mmm. »

Tohka porta un regard malheureux à son bentô intouché, elle se leva et suivit les instructions de Shidou.

Ils suivirent leurs camarades de classe et quittèrent les lieux.

« … Shin. Tu viens de ce côté-là. »

Reine attrapa Shidou par le col.

« Uh, Reine-san ? Cette direction signifie… »

« … N’est-ce pas évident ? Nous allons à bord du <Fraxinus>. »

Quand Shidou l’avait interrogé, il avait élevé sa voix mais pas suffisamment fort pour être entendu des autres étudiants. Reine répondit.

« … Il n’y a eu qu’un seul jour… Tu n’as sûrement pas encore pris ta décision sur ce que tu vas faire à partir de maintenant. Mais il y a quelque chose que nous voudrions te montrer. Les Esprits et la situation actuelle. »

Shidou avala sa salive pour humidifier sa gorge sèche et serra son poing.

« … Je comprends. Je vais venir. »

Reine hocha légèrement de sa tête endormie avec un seul œil ouvert et, ensuite, contemplant les étudiants alignés, elle fit face à l’entrée.

« … Bien, dépêchons-nous. Il ne reste pas longtemps avant la déchirure spatiale. »

« O-Oui. Et… Ah, Reine-san. Ça ira si nous n’emportons pas Tohka avec nous ? »

Il dit ces mots en scrutant la direction de Tohka.

En parlant de Tohka, elle examinait confusément ses camarades de classes qui s’étaient alignés pour l’évacuation.

« … Aah, à ce propos… Umu, nous allons évacuer Tohka avec les autres dans le refuge. »

« Eh ? Est-ce que ça va aller ? »

« … Aah. Avec ses pouvoirs actuellement scellés, Tohka n’est pas si différente des autres humains. De plus, si elle voit le combat entre l’Esprit et l’AST, elle pourrait être affectée en se souvenant de l’époque où ça lui arrivait. Je te l’avais déjà dit, non? <Ratatoskr> veut éviter que Tohka accumule du stress autant que possible. »

« Non, mais… »

Justement quand Shidou voulait dire quelque chose, du fond du couloir, une voix aiguë se fit entendre.

« Ho-Hola, Itsuka-kun et Yatogami-san, et même Murasame-sensei! S-S’il vous plait ne vous arrêtez pas et ne restez pas plantés là ! Si vous ne vous dépêchez pas d’évacuer, le danger deviendra dangereux ! »

La professeure principale de Shidou, Okamine Tamae, surnommée Tama-chan, se donna un coup de fouet sur ses petites épaules et dit ces mots dans un état d’urgence. Le sens de ces mots était obscur, cela dit.

« … Mmmm, si nous nous faisons attraper nous serons dans une situation embarrassante. Allons-y. »

Reine fit signe de ses yeux et se dirigea vers l’entrée. « Uh, ah, attends une seconde… »

La situation était un peu inquiétante mais il ne pouvait pas être aidé. Shidou émit un petit gémissement et se gratta la tête. Ensuite, il prit la main de Tohka et la plaça dans celle de Tama-chan.

« Sensei, je compte sur vous pour prendre soin de Tohka ! »

« Hein ? Eh ? Ah, o-oui, bien sûr. »

Tama-chan se vit rapidement confier Tohka, ses yeux étaient tels des cercles comme si elle était soudainement abasourdie, en disant « Je suis également une professeure aussi ! »

« Shidou… ? »

Tohka incurva ses sourcils en signe de malaise.

« Tohka, écoute-moi. Évacue, s’il te plait, avec Sensei jusqu’à l’abri. »

« Et qu’est-ce qu’il va en être de toi ? Qu’est-ce que tu vas faire, Shidou ? »

« Ah… J’ai une tâche importante à faire. Pars devant sans moi. Ok ? »

« … ! Ah ! Shi-Shidou ! »

« Itsuka-kun! Murasame-sensei aussi ?! Où est-ce que vous allez tous les deux ?! »

Tout en entendant les voix inquiètes des deux derrière eux, Shidou et Reine coururent hors du bâtiment de l’école.

« … Aah, venez tous les deux. L’Esprit va bientôt apparaître. Je compte sur toi pour les préparations, Reine. »

Depuis le siège du capitaine, Kotori leur avait exprimé ces mots, Shidou et Reine venaient juste d’arriver sur le pont du <Fraxinus>.

« … Ah. »

Reine hocha faiblement de la tête, faisant claquer l’ourlet de sa blouse blanche, et s’assit ensuite à sa console sur le pont inférieur.

« … Bon, maintenant… »

Et, puisque Shidou restait silencieux, Kotori lui posa une question en inclinant sa tête.

« Bien que nous soyons désolés de ne pas t’avoir donné plus de temps, est-ce que tu as pris ta décision, Shidou ? »

« … Uh… »

Il s’étouffa. Mais, au-delà du pont, le puissant bruit d’une sirène fit écho.

« Qu… Quoi ? »

« L’enregistrement d’une vague spirituelle inhabituellement forte a été détectée ! Ça ne va pas tarder ! »

Le cri d’un membre masculin de l’équipage survint depuis le pont inférieur, et les yeux de Shidou se retournèrent dans la confusion.

Quand Kotori entendit le cri, *pachin* elle craqua ses doigts.

« Ok. Charge l’écran principal sur l’image du lieu de prédiction. »

Lorsque Kotori donna l’ordre, une vue aérienne de la ville fut projetée sur l’écran principal.

C’était la rue principale qui était bordée de nombreux magasins. Bien sûr, il n’y avait aucun être humain visible, c’était comme une ville fantôme.

En plein milieu de l’image, *Warp*.

« Eh… ? »

Au début, il avait pensé que le projecteur d’image avait un problème mais… c’était faux.

L’espace.

L’espace, qui était à l’origine vide, distordu, était comme la surface d’une étendue d’eau dans laquelle on aurait jeté une pierre.

« Qu-Qu’est-ce que c’est… ? »

« Hein ? C’est la première fois que tu vois ça ? »

Au moment où Kotori formula ces mots, la distorsion spatiale s’agrandit…

Il crut qu’une petite lumière fut produite sur l’écran, et avec un bruit d’explosion, l’écran n’afficha plus que du blanc.

« … ! »

Bien qu’il sache que c’était un événement ne se produisant qu’à l’écran, il se couvrit instinctivement le visage avec ses bras.

Après quelques secondes, en redescendant lentement ses bras, il ouvrit ses yeux, et sur l’écran se trouvait une scène totalement différente d’avant.

Dans la ville, un trou s’était formé.

Il n’y avait pas d’autres manières de l’exprimer.

Une portion de bâtiments qui étaient supposés être alignés, avait été jetée à terre dans une sorte de bol peu profond.

Les magasins, les réverbères, les poteaux téléphoniques et même la route qui étaient supposés être là, tout avait disparu.

De plus, probablement à cause du souffle de l’explosion, la zone autour parut comme si une tornade l’avait frappée.

Ce désordre signifiait, qu’à l’instant, c’était…

« … Une distorsion spatiale… »

Shidou prononça ces mots d’une voix tremblante, Kotori approuva « oui ».

« C’est la distorsion dimensionnelle qui a lieu lorsqu’un Esprit arrive dans notre monde. La calamité d’une explosion-réaction de la nature. »

« … »

Il avait vu les ruines de bâtiments de nombreuses fois mais c’était la première fois qu’il voyait le moment où l’explosion avait lieu.

Ses paumes de main étaient moites.

Il y avait des fois où il avait essayé de se représenter le phénomène dans sa tête, et, grâce à ces représentations, il avait finalement le sentiment de le comprendre.

Il comprenait la terreur qu’ils causaient : la ville, le lieu où les gens vivent leurs vies quotidiennes, avait été détruite en seulement un instant.

« Bien, au moins cette fois l’explosion fut de petite ampleur. »

« C’est ce qu’il semble. »

Venaient de commenter, Kotori et le grand homme juste à côté d’elle, le Vice commandant Kannazuki Kyouhei.

« Un Coup de Chance, c’était ce que je voulais dire, mais puisqu’il s’agit de [l’Hermite], ça doit être normal. »

« Eh bien, je suppose. Même parmi les Esprits, elle a un tempérament de type docile.»

Shidou, toujours silencieux, leva simultanément ses sourcils.

… Cette explosion, à l’instant, c’était une petite ampleur ?

Au début, il ne comprenait pas de quoi Kotori et les autres parlaient, mais ensuite il se souvint soudainement.

Ça devait être le cas, puisque la distorsion spatiale avait laissé seulement un cratère de 10 mètres de diamètre. De leur point de vue, il devait être petit par rapport aux autres.

Bien sûr… même s’il comprenait pleinement cela maintenant…

« … Hé, Kotori. »

Quelque chose dans la conversation de Kotori et des autres dérangeait Shidou. Il ouvrit sa bouche pour parler.

« Qu’est-ce que c’est [l’Hermite] ? »

« Aah, c’est le nom de code de l’Esprit qui vient d’apparaître. Attends un instant… Est-ce que tu peux zoomer à l’écran ? »

Kotori pointa son doigt en direction d’un membre de l’équipage sur le pont inférieur.

L’image zooma sur le cratère qui se trouvait juste en plein centre de la ville.

Et avec ça, quelque chose changea à l’écran.

« … Pluie ? »

Bredouilla calmement Shidou.

Sans crier gare, il crut voir que l’écran s’assombrit, *plop* *plop*, la pluie commença à tomber.

Mais, ce n’était pas ce qui l’intéressait, il ne se souciait plus de la pluie.

Au centre de la zone qui semblait être un cratère, ils pouvaient voir la silhouette d’une jeune fille.

« … ?! »

Un choc frappa son cœur, comme s’il avait été agrippé par les serres d’un aigle, et parcourut ensuite le reste de son corps.

Se tenant en plein centre de l’image agrandie, il y avait la forme d’une certaine fille. Qui plus est… il la reconnaissait.

« Ah, c’est… »

Couverte par une capuche avec deux oreilles de lapin en guise de décorations, il y avait une fille aux cheveux bleus.

Elle paraissait avoir 13 ou 14 ans, elle portait un grand manteau et des vêtements faits d’une mystérieuse matière.

Dans sa main gauche, elle était équipée d’une marionnette de lapin à l’allure comique.

Si les yeux de Shidou et son cerveau fonctionnaient correctement… c’était elle sans aucun doute…

La fille qu’il avait rencontrée hier lorsqu’il rentrait de l’école.

« … ? Qu’est-ce qu’il y a, Shidou ? »

Voyant Shidou agir étrangement, demanda Kotori avec une voix dubitative.

Shidou, après avoir fixé l’écran, se reprit.

« J-J’ai déjà rencontré cette fille… »

« Qu’est-ce que tu as dit ? Quand est-ce que c’est arrivé ? »

« Juste hier… quand je rentrais à la maison à la hâte, la pluie commençait à tomber… »

Shidou, consultant sa mémoire, expliqua brièvement l’événement de la veille.

Après avoir écouté le discours de Shidou pendant un moment, Kotori pointa son doigt en direction de l’équipage du pont inférieur.

« Envoi les données de la vague spirituelle d’hier de 1600 à 1700 sur mon terminal, IMMÉDIATEMENT ! »

Elle baissa ensuite son regard sur l’écran qu’elle tenait et se gratta la tête en signe de frustration.

« … Il ne reconnaît pas la valeur principale du trouble *huh*. C’était la même chose avec Tohka la dernière fois… Shidou, pourquoi tu ne m’en as pas parlé hier à la maison ? »

« N-Ne me demande pas l’impossible. Je ne savais même pas qu’il s’agissait d’un Esprit quand je l’ai rencontrée… ! »

En même temps que Shidou criait, le haut-parleur qui était installé sur le pont du <Fraxinus> clamait d’une voix forte.

« … ?! Qu’est-ce qui se passe… »

« … L’Esprit est apparu… Du coup, nous ne sommes pas les seuls à passer à l’action. »

L’extrémité du doigt de Shidou réagit légèrement aux mots de Kotori.

« L’AST… hum ? »

« Oui »

Il fixa l’écran. De la fumée tourbillonnait autour de la zone où se trouvait l’Esprit qui était, à présent nommé [l’Hermite]. Probablement, un missile ou quelque chose d’explosif avait été tiré sur elle.

Autour d’elle, un petit groupe d’humains vêtus d’armures mécaniques lourdes flottaient dans les airs.

L’Anti-Spirit Team des Forces d’Auto-Défense, ou en raccourci l’AST.

Différente de l’organisation, <Ratatoskr>, qui était dirigée par Kotori et les autres, c’était un groupe spécial, conservant des pouvoirs militaires, dont le but est l’élimination des Esprits.

A l’intérieur de la fumée, une petite silhouette *Hop*, sauta dehors… C’était [l’Hermite].

La fille qui avait sa main gauche à l’intérieur d’une marionnette en sortit. Elle tordit son corps pour s’échapper des membres de l’AST qui l’encerclaient au sol et bondit ensuite dans les airs.

Les membres de l’AST répondirent immédiatement et poursuivirent [l’Hermite] tout à coup.

Et avec les armes qui étaient installées sur leurs armures, un nombre incalculable de balles furent tirées.

« … ! Attention ! »

Avait crié Shidou par réflexes, mais la mise en garde ne fut pas vraiment utile à travers l’écran. Le grand barrage de tirs et de missiles projetés par les membres de l’AST frappèrent sans merci le corps de [l’Hermite].

« Ces gens… faire ça à cette fille… »

Ses yeux s’ouvrirent en grand et il grinçait des dents.

« … Qu’est-ce que tu essayes de dire après tout ce temps ? »

A peine eut-il fait ça que Kotori prononça ces mots ses yeux entrouverts.

« Est-ce que tu n’as rien appris lorsque c’est arrivé à Tohka ? Pour l’AST, ça n’a pas d’importance l’apparence qu’à l’Esprit. La seule chose qui importe c’est leur sens du devoir de protéger ce monde. Pour ces gens, il faudrait rejeter toute forme d’existence dangereuse et suivre ses instincts de survie primaires. »

« Mais… même si ! »

Au moment où Shidou ouvrit sa bouche, de la fumée, la fille bondit dans les airs à nouveau.

Mais… [l’Hermite] ne se battait pas, elle courait simplement de-ci de-là.

« Cette fille… Pourquoi elle ne se bat pas ? »

« Ce n’est pas inhabituel. Même parmi les Esprits, [l’Hermite] est d’un tempérament docile.»

« … Donc… »

« Si tu demandes à l’AST d’avoir de la pitié, c’est inutile… Aussi longtemps que cette fille sera un Esprit, ils n’arrêteront pas. »

« … Kuh ! »

En guise de réaction à la dite question, Shidou se mordit la lèvre.

Non… Même s’il se l’était répété à lui-même, il connaissait déjà ce sujet.

Ses propres dispositions, ou sa propre personnalité, au sein de l’AST, ça n’avait pas d’importance.

Pour eux, la seule chose sérieuse était de supprimer l’ennemi qui cause des problèmes sur le monde.

… La méthode qui peut renverser cette situation… il n’y a qu’une seule manière.

Shidou referma ses doigts en un poing fermement serré ; il pensait que le sang allait couler. Calmement il se racla la gorge.

« … Kotori. »

« Quoi ? »

« … Si ce n’était pas pour ses pouvoirs d’Esprit… cette fille n’aurait jamais été prise pour cible par l’AST, non ? »

Quand Shidou formula cela, Kotori souda ses sourcils ensemble et ses yeux firent face à Shidou.

« Oui… C’est absolument vrai. »

« Les déchirures spatiales… elles n’auraient pas lieu, pas vrai ? »

« Oui »

Shidou resta tranquille pendant un moment, il prit une profonde inspiration et continua de discuter.

« … Je ne peux pas laisser faire ça ? »

« Tu ne me croyais toujours pas après avoir vu l’état actuel de Tohka, alors peu importe si tu doutes encore de moi. »

« … »

Après que Shidou se soit gratté la tête, il utilisait ses deux mains simultanément pour appuyer sur ses joues.

Il leva doucement ses yeux jusque lors baissés, et réaffirma sa détermination.

« Aide-moi avec ça, Kotori ! … Je… veux sauver cette fille… ! »

« … Fufu… »

Kotori, qui parut contente, leva en l’air le bâtonnet de sa sucette.

«Tout de suite… Mon Onii-chan. »

Elle tourna son visage vers l’équipage du pont inférieur et cria.

« Que tous les membres se préparent pour une capture de Niveau Un ! »

« ROGER ! »

Les membres de l’équipage commencèrent à manipuler leurs consoles tout à coup.

Pendant que Kotori fixait la scène, elle se lécha les lèvres.

« A présent… commençons notre rendez-vousguerre ! »

« — Hey, Tama-chan sensei. »

Tohka, qui avait évacué dans l’abri souterrain de l’école signalé par de gros caractère, attrapa le bord de sa jupette comme si elle cherchait à réprimer ses sentiments confus, et demanda à Tamae, assise à ses côtés.

« Ya-Yatogami-san, même toi tu as commencé à m’appeler comme ça… »

Tamae regarda Tohka, elle s’était bien calmée par rapport à quelques instants auparavant.

Mais Tohka, ignorant le soupir de rejet de Tama, continua sa phrase.

« Ce bruit, tout à l’heure, c’était quoi ? Qu’est-ce que c’est que cet endroit ? »

« Qu-Qu’est ce que tu racontes. Cette alarme, à l’instant, c’était l’alarme d’une distorsion spatiale. Parce qu’il y a une chance de distorsion spatiale, tout le monde a été évacué dans l’abri souterrain jusqu’à ce soit sans danger. »

« Distorsion spatiale… ? Qu’est-ce que c’est ? »

Tohka inclina sa tête, Tama-chan eut une ‘expression de surprise’.

« Hein ? Qu’est-ce que c’est une distorsion spatiale ? Tu ne sais vraiment pas ? »

« … Muu. »

Après s’être entendu dire ça, Tohka afficha un visage malheureux et maladroit.

Il y avait un risque qu’elle ait posé une mauvaise question. Tohka avait été mise en garde par Shidou d’éviter de faire des choses qui pouvaient se remarquer. ‘Etre extrêmement ignorante, c’était ok, mais essayer de franchir cette ligne pouvait mener à s’exposer soi-même’.

Ne sachant pas comment gérer ce silence, Tama-chan frappa des mains paniquée.

« Ah, non non, c’est bon. Je suppose qu’il y a toujours des gens qui ne savent pas. »

« … Nu, désolée. »

Tama-chan dit « non non » une fois encore et ensuite leva son doigt.

« Une distorsion spatiale est un terme générique pour l’apparition d’un désastre à grande échelle. Eh bien, en termes simples, un jour, soudainement, dans le monde, quelque part, *DON*, une explosion apparaît. Bien qu’il y ait de nombreuses théories comme ‘la théorie de l’Altération de la Pression Atmosphérique’ ou ‘la théorie du Plasma’, aucune cause réelle n’a été démontrée. »

« — Une explosion, vous dites ? »

Pendant l’explication de Tama-chan, Tohka avait levé ses sourcils.

« Oui. La plus importante a eu lieu il y a 30 ans de cela. Le Désastre du Ciel d’Eurasie. Il y a eu environ 150 millions de morts, c’était le pire désastre depuis le début de l’histoire. »

« Qu-Qu’est-ce qui se passe avec celle-là, elle n’était pas si dangereuse ! »

« Oui. C’est pourquoi tout le monde évacue dans les abris. Bien qu’il n’y ait pas eu depuis lors une distorsion spatiale aussi importante ; dans cette ville-ci, au cours des dernières années, il y a eu fréquemment des explosions de petite envergure. »

Au cours de l’explication de Tama-chan, les sourcils de Tohka s’étaient rapprochés de plus en plus.

« Al-Alors pourquoi, avec ce danger, Shidou n’est pas ici, où est-il ? »

« Eh… ? Eh, errrr… c’est… »

Tamae, ajustant ses lunettes maladroitement, regarda les autres étudiants qui étaient assis tout autour.

« … »

En restant silencieuse, Tohka commença à serrer davantage l’étreinte de sa main sur sa jupe.

« … Shidou. »

*Thump*.*Thump*

Dans la zone de sa poitrine, elle entendit ces bruits.

Pour diverses raisons qu’elle ne connaissait pas… elle avait une mauvaise impression.

Lorsque les battements de son cœur atteignirent leur apogée.

« … Uh. »

Tohka leva immédiatement son tête.

« Errr… C-C’est ok. Je ne peux pas le voir dans les alentours… Je pense qu’il a dû sûrement oublier quelque chose et il est revenu en arrière pour le récupérer. Il doit être ici maintenant, quelque part dans l’abri… »

Tamae, qui surveillait l’intérieur de l’abri, porta à nouveau son regard sur Tohka.

« Ara… ? Ya-Yatogami-san ? »

Elle regarda à l’endroit où Tohka se tenait auparavant mais elle n’était plus là.

«Fuu… De ce côté c’est ça ? »

Shidou qui avait été jeté à terre sur le pont inférieur du <Fraxinus>, suite à l’utilisation du téléporteur, suivait la voix de l’interphone qu’il avait dans l’oreille droit.

« Oui. L’Esprit est toujours à l’intérieur de l’immeuble. Ne commets pas d’erreur lors de ton premier contact. »

« … Compris. »

Dit Shidou, pendant qu’une goutte de sueur coulait le long de sa joue, tout en éloignant sa main de l’interphone.

Ensuite, pour calmer les battements de son cœur, il prit une profonde inspiration.

A l’instant, Shidou se trouvait dans un immeuble de service juste en dessous du district des magasins.

Il semblait que [l’Hermite] était un Esprit qui avait un assez haut degré d’apparition. En utilisant le modèle de statistiques de mouvements, ce qui incluait également les résultats des analyses menées par Reine, ils pouvaient estimer le chemin le plus probable suivi par l’Esprit.

Et bien sûr, grâce aux mouvements de l’AST, il y avait une chance que ce trajet change. Si cela devait arriver, ils devraient récupérer Shidou et ensuite le diriger vers la prochaine destination estimée. Quoi qu’il en soit, à cet instant, la localisation de ce centre commercial était idéale.

L’équipement principal de l’AST ; le CR-Unit n’était pas adapté pour les combats en intérieur.

Bien sûr, il y avait un risque qu’ils détruisent ce bâtiment pour faire sortir l’Esprit tout comme ils l’ont fait pour Tohka. Mais, pour le moment, ils devaient être en train d’attendre que l’Esprit sorte du bâtiment de lui-même.

Donc, pendant ce temps, sans que l’AST le sache, il y avait une opportunité en or pour Shidou de s’infiltrer sur le champ de bataille et de discuter avec l’Esprit, même si ce n’était que pour quelques minutes.

« … »

En plein milieu du mois d’avril, tout en portant cet interphone et en suivant les instructions de <Ratatoskr>, il se souvint du moment où il avait eu sa conversation avec Tohka.

Et dire que cela ne faisait même pas un mois depuis lors. Il ne pensait pas qu’il serait retourné sur le champ de bataille mais il n’avait pas pu faire autrement.

Pour divers raisons étranges qu’il ne pouvait comprendre, Shidou avait un pouvoir incroyable.

S’il utilisait ce pouvoir, il pourrait arrêter les distorsions spatiales. On lui avait également dit qu’il pourrait également, avec ce dernier, arrêter les attaques contre les Esprits.

… Qui plus est, c’était-là quelque chose que Shidou voulait et espérait.

« … Bien, même si je pense ça. »

Shidou expira légèrement… Et la raison était le fait qu’il devait séduire les Esprits et les embrasser ; le niveau de difficulté était quelque peu trop élevé pour Shidou.

« … Shidou. Le signal de [l’Hermite] est entré dans la zone. »

« … ! »

La voix inattendue de Kotori rendit le corps de Shidou nerveux.

Et, à cet instant.

« … T’es venu pour harceler Yoshinon aussi… ? »

« … Uh ? »

Soudainement une voix venait de s’exprimer depuis le plafond, Shidou leva rapidement sa tête.

Là, il y avait [l’Hermite], flottant actuellement à l’envers comme si elle défiait les lois de la gravité.

« Tu as tort. Puisque Yoshinon est une gentille fille qui n’a rien fait de ma— Eh, hein ? »

Soudainement, le corps de la fille qui était à l’envers, renversé dans les airs, se retourna avant d’atterrir au sol. Ensuite, *clatter**clatter*, elle bougea les lèvres de la marionnette.

« oOOYaa ? Je me demandais qui c’était mais tu ne serais pas cet Onii-chan pervers et chanceux ? »

Après avoir regardé Shidou avec un visage sérieux, la marionnette habillement *pon* frappa des mains.

… Sérieusement, comment contrôler à ce point quelque chose avec une seule main ?

Mais ce n’était pas le moment et l’endroit pour se poser ce genre de questions.

Immédiatement, dans son oreille droite la voix de Kotori prononça [attends un instant].

Suite aux propos de [l’Hermite].

① « Aah, ça fait un bail. Comment vas-tu ? Tu vas bien ? » Présente franchement un message d’accueil normal.

② « Pervers chanceux ? Qu’est-ce que tu veux dire par Pervers Chanceux, Huh ! » Présente un banal tsukkomi[4].

③ « Fuu… , ch’sais pas ma sœur. Pour moi, ch’suis qu’un vagabond passant par là. » En avant pour le rôle du dur à cuire.

Regardant les 3 choix affichés sur l’écran principal du pont du <Fraxinus>, Kotori se lécha les lèvres.

Bien sûr, sur l’écran toutes sortes d’autres paramètres étaient affichés, ce qui incluait une image agrandie de la poitrine de [l’Hermite], ainsi que diverses statistiques et des fenêtres de texte.

Quelle que soit la manière de le regarder, c’était un jeu de simulation de rendez-vous ; en raccourci, l’écran d’un Galge.

« A tous les membres, commencez à faire votre choix ! »

En suivant l’ordre de Kotori, l’équipage du pont inférieur appuya sur les boutons devant eux.

Tous ensemble, —— ①, ②, ③ tous avaient exactement le même nombre de votes.

« Eeh ? Ça devrait être la ② ! Le personnage principal de ce galge est le type-même du tsukommi ! Il faut que ce soit celle-là ! »

L’un des membres de l’équipage insista. Immédiatement une autre voix provenant d’une autre direction.

« … Mais, n’est-ce pas dangereux tant que nous ne connaissons pas avec certitude le caractère de l’adversaire ? Je pense que la ① serait plus appropriée dans le cas présent. »

« Non non, de par les informations que nous avons recueilli jusqu’à maintenant, nous savons que [l’Hermite] saisit rarement l’occasion d’attaquer un humain ! Nous devrions orchestrer une confrontation en choisissant la ③ ! »

« … Fuumu. »

Après avoir écouté les opinions des 3 directions, Kotori toucha sa mâchoire et gémit.

Elle fit face ensuite au micro tout en ouvrant sa bouche.

« … Shidou, prend la ③. »

« … Uh, qu’est-ce que c’est que ça… »

Shidou marmonna cela alors que son postérieur heurta le sol.

L’ordre donné via son oreillette par Kotori : il était totalement fou.

« Uun ? Qu’est-ce qu’y’a ? »

La marionnette inclina habilement sa tête.

Ce n’était pas le moment d’argumenter.

Shidou se releva immédiatement, trouva une chaise dans une vitrine alentour, il plaça une de ses jambes sur celle-ci.

« Fuu… , ch’sais pas ma sœur. Pour moi, ch’suis qu’un vagabond passant par là… »

*Swoosh*

Après avoir vaniteusement formulé ces mots, il commença à ébouriffer ses cheveux.

…Honnêtement, c’était vraiment embarrassant.

« … »

La marionnette que [l’Hermite] contrôlait, *Deadpan* avec sa bouche grande ouverte, resta silencieuse.

C’est ainsi que quelques secondes se passèrent.

« … H-Hey, Kotori. Qu’est-ce que tu comptes faire pour cette ambiance… ? »

Et, au moment où Shidou émit une petite voix de mécontentement contre Kotori.

« Fu… Ha-Hahahahahahaha ! »

La marionnette, *clatter**clatter* agita sa tête en riant.

« Quoooi ? Contre toute attente, Onii-chan, serais-tu une personne facétieuse ? Ahahaha, personne n’aurait dit ça de nos jours. »

« Ha-Haha… Je suis content que tu aies aimé. »

Shidou suivit le mouvement de la marionnette et se mit à rire sèchement. Personne n’utiliserait [personne facétieuse] de nos jours je pense, mais il se retint de lui dire ça.

*gloom*

« … Ouais ouais, désolé pour tout ça. »

La fière Kotori répondit avec une petite voix et Shidou ramena son regard sur [l’Hermite].

Comme s’il s’assortissait à lui, la marionnette croisa le regard de Shidou.

« Iyaa, mais je suis un Onii-chan pervers et chanceux. Nous nous rencontrons à nouveau dans un lieu si étrange. Ahaha, je fais bon accueil aux gens comme toi, Onii-san. Il semble que tout le monde déteste Yoshinon. Si je venais à quitter ce lieu, ils recommenceront sûrement à m’attaquer … »

Après avoir dit ces mots, il recommença à rire.

« Bien, c’est un Esprit étonnamment très joyeux. »

Dans son oreille droite, Shidou entendit les mêmes mots qu’il était en train de penser. Comme il s’y attendait, même Kotori pensait la même chose.

Et, au sein des paroles de [l’Hermite], il y en avait une qui avait retenu son attention. Il ouvrit légèrement sa bouche.

« Hey… Qui est Yoshinon ? »

Quand Shidou le demanda, la marionnette afficha une expression choquée et ouvrit grand sa bouche.

« Ah, quelle erreur ! Yoshinon a oublié de se présenter à tout le monde ! Yoshinon s’appeeeelle Yoshinon, mignon hein ? C’est mignon pas vrai ? »

« Aah, aahh… c’est un joli nom. »

Mis sous grande tension par la marionnette, il acquiesça de la tête.

Lorsqu’il fit ceci, dans son oreille droite, il entendit la voix dubitative de Kotori.

« … Yoshinon, huh ? Fuun, cet Esprit est totalement différent de Tohka : elle a des informations sur son propre nom. »

« Ah… »

Cela paraissait vrai une fois qu’on l’avait remarqué ; Tohka ne connaissait pas son nom.

Le nom de [Tohka] lui avait été donné par Shidou.

Ses pensées furent soudainement interrompues tandis que la marionnette approcha son visage.

« Hm alors ? Quel est le nom d’Onii-chan ? »

« Ah… Aah… Mon nom est Shidou. Itsuka Shidou. »

« Shidou huh ? … C’est un nom cool. Bien que ça ne batte pas Yoshinon~~. »

« O-Oh… merci. Errr… Yoshinon ? »

« Hai Hai[5]. Qu’est-ce qu’y’a ? C’est que Yoshinon est impressionnée par, la frontière Spirituelle de Shidou-kun, créant une conversation intelligente et utilisant le nom qu’il vient à peine de se souvenir un instant avant… »

Après avoir souri sèchement à la marionnette qui faisait des gestes exagérées en ouvrant en grand ses mains, Shidou continua sa phrase.

« Non, c’est une chose très importante, mais errr… la Yoshinon dont je parle ; ce n’est pas la marionnette mais c’est ton nom, pas vrai ? »

Avec ces mots, il passa son regard de la marionnette, à celle qui se trouvait derrière : la fille aux yeux bleus.

« … »

Une fois ceci fait, la marionnette qui avait été bavarde et joyeuse jusque-là, devint soudainement silencieuse.

Suivant cela par le biais de l’interphone dans son oreille droite, *Piii !*,*Piiii ! * le son d’une alarme retentit.

« … Uh, Shidou, les valeurs de son humeur ont soudainement chuté. Que Diable viens-tu de dire ? »

« Eh… ? Non, je viens juste de demander pourquoi elle ne parle pas elle-même au lieu d’utiliser la ventriloquie… »

Quand Shidou avait franchement exprimé cette question, la marionnette oscilla plus près de son visage.

« … Je ne comprends pas ce que Shidou-kun a dit… Qu’est-ce que c’est la ventriloquie ? »

Le ton de sa voix restait calme. Bien entendu, l’expression faciale de la marionnette ne changea pas du tout.

Et à nouveau, il sentit une incroyable pression, Shidou fit un pas en arrière.

« N-Non… A propos de ça. »

« Shidou. Tu pourras penser à la raison après. Tu dois fixer l’humeur de l’Esprit maintenant. »

Une instruction venait d’arriver de la part de Kotori. Shidou remua ses lèvres tout en évitant le contact visuel.

« Ou—Ouais tu as raison! Yoshinon est Yoshinon. Iyaa… Haha… ha. »

Lorsqu’il dit ceci.

« Uun, mou… , c’est parce que Shidou-kun est un type farceur… »

L’humeur affreuse venait de s’évanouir, à l’instant, comme si elle n’était qu’un mensonge, la voix de la marionnette fit écho puissamment.

« … C-C’était quoi à l’instant ? »

«  Chais pas… Bien, peu importe à quel point elle est amicale, l’opposant est un Esprit. C’est une mauvaise idée de baisser ta garde. »

Lorsque Shidou fit un petit hochement de tête, il reporta son regard sur [Yoshinon].

« Errr … »

Malgré tout, il ne laissa pas s’échapper un seul mot pour le moment.

Alors que Shidou hésitait à parler, la voix de Kotori irritée se fit entendre.

« Ne reste pas bloqué maintenant. Fais quelque chose pour que l’Esprit ne puisse pas s’enfuir. »

« … Co-Comment… ? »

« Pour ce genre de choses, n’est-ce pas clair ce que tu dois faire ? Tu es à l’intérieur d’un centre commercial tu sais ? Puisque vous avez le temps, tu devrais être capable de mener un rendez-vous, non ? Tu comprends ? Ecoute : Pas de [pourquoi on sortirait pas ensemble ?], mais [Sortons ensemble], c’est le but. Ne donne pas à l’opposant une option à choisir. »

« Ha-Haa… »

Tout en se sentant nerveux, Shidou se retourna pour faire face à [Yoshinon].

« S-Sortons ensemble ? »

Et sans aucun préambule, il avait répété la proposition exactement comme il l’avait entendu.

« … Sans aucun préparatif. Tu ne pouvais pas la jouer un peu plus charmeur ? »

Kotori prononça ces mots déçue.

[Yoshinon] ne semblait pas réagir. Non, c’était bien plus comme si la tension avait augmenté, rendant difficile de dire quoi que ce soit.

*clap* *clap*

La marionnette applaudissait avec ses petites mains.

« HoHo~~ ! C’est sympa. Vue à quoi tu ressembles, t’es très courageux pour balancer une invitation comme ça. Ufuun, bien sûr c’est un OK. Plutôt, j’ai enfin rencontré un humain avec qui je peux avoir une conversation décente. Du coup, c’est plus comme si Yoshinon était celle qui le voulait~~ »

Sur ces mots, *Clatter* *Clatter* il rigola.

« J-Je vois… »

« … Bien, je suppose que tout se finit bien à la fin. »

Tout en écoutant la voix de Kotori mélangée à un soupir, Shidou, accompagné de [Yoshinon], commencèrent à marcher ensemble à l’intérieur du centre commercial.

« … »

Origami, dont le corps tout entier était enfermé dans une combinaison high-tech et approvisionnée de munitions pour son fusil d’assaut, patrouillait le ciel au-dessus du magasin.

Autour d’elle se trouvaient quelques autres membres de l’AST avec le même équipement en train de survoler les alentours et de s’encourager les uns les autres.

AST, Anti-Spirit Team, en tant qu’unité spéciale de la JGSDF, était une équipe avec des compétences remarquables et très spéciales.

Équipées avec une machine qui transforme les rêves en réalité : le Realizer. Elles forment l’équipe pour contrer la calamité qui détruira le monde : les Esprits.

Cela dit, seul un nombre limité d’humains peut utiliser l’unité de Combat au Realizer en combat réel : cette limite a engendré des recrutements de membres irrégulier tels que Origami.

Vivant dans une maison à l’extérieur de la garnison, elle avait eu, de plus, la permission d’aller à l’école et de n’être convoquée qu’en cas d’urgence.

Même si elle a reçu ce traitement particulier, elle restait un membre de la JGSDF dont la fréquence d’intervention était extrêmement haute.

« … »

Les gouttes de pluie battaient constamment sur la surface de son Territory[6]. Cet Esprit, cela faisait déjà une heure que [l’Hermite] était entré dans le bâtiment.

Mais il se cachait toujours à l’intérieur et, encore maintenant, il n’a pas fait la moindre réapparition.

« … Il semblerait qu’elle soit très persévérante. »

A travers son transmetteur, elle entendit la voix de sa capitaine d’escouade, Kusakabe Ryouko.

« C’est rare même pour [l’Hermite]. De rester dans une cachette comme celle-là. Normalement elle aurait déjà dû être repérée *Hop* *Hop* en train de s’enfuir hors de la zone. »

Oui. Le schéma de mouvement principal de l’Hermite était la fuite.

A chaque fois qu’Origami et les autres avaient lancées une attaque contre elle, elle s’était contentée de s’enfuir sans même se battre.

Mais, si elle en avait pris conscience en restant à l’intérieur du bâtiment, cela pourrait conclure à un [Lost][7]… pour Origami, ce n’était pas quelque chose d’amusant.

« Permission d’attaquer ? »

Demanda Origami avec une voix faible et Ryouko répondit avec une pointe de soupir dans sa voix :

« … J’ai déjà essayé de demander la permission, juste au cas où, mais ils ont dit de rester en place. »

«  Même si la structure du bâtiment était endommagée, il y aurait toujours la possibilité de le réparer. »

« … Bien, si tu y penses aussi logiquement, ça pourrait effectivement être le cas. Mais ce n’est pas si simple. Quelqu’un doit payer l’unité de réparation, ce n’est pas gratuit. Si cette situation est comme celle de la classe [Princesse], alors ça devrait aller. Mais, cette fois, la cible est juste un avorton de la classe [Hermite], tu saisis ? »

« … »

[Princesse].

A ce nom de code, Origami leva un peu ses sourcils.

Elle ne connaissait pas les détails précis de ce qui s’était passé mais l’Esprit qui portait ce nom de code était à présent l’humaine, Yatogami Tohka, qui appartenait au même lycée qu’Origami.

Bien entendu, Origami ayant confirmée l’existence de Tohka, en avait tout de suite informé Ryouko.

Mais pour diverses raisons, ils ne pouvaient pas détecter une présence Spirituelle émanée d’elle, par conséquence la permission ne leur fut pas garantie.

Demandant l’impossible et après avoir fouillé parmi ses registres de famille, ils n’avaient rien trouvé de suspect. Pour le moins, jusqu’à présent… bien qu’Origami fut extrêmement mécontente, elle n’était qu’une citoyenne japonaise, une existence dont il incombe à Origami de protéger.

Et ainsi,

« … ? »

Origami referma ses yeux à l’improviste.

A ce moment-là, du coin de l’œil, elle ressentait qu’elle avait aperçu le chatoiement de beaux cheveux noirs. Oui. C’était comme si elle avait vu Tohka dans le coin.

Regardant en bas, dans la zone devenue inhabitable ; elle fit face à la rue principale qui était sous une violente averse.

« … »

Mais, elle fut incapable de confirmer la présence de Tohka.

Origami agita silencieusement sa tête. Il semblait qu’elle devenait anxieuse.

Si elle avait laissé l’Esprit partir de cette façon, cela aurait été gênant. Origami expira légèrement, elle se reconcentra et continua sa patrouille.

… Quelques temps se sont écoulés depuis qu’il avait rencontré [Yoshinon].

Shidou et [Yoshinon] avaient une discussion pleine d’entrain, tout en marchant à l’intérieur du centre commercial.

Comme d’habitude, de temps en temps, Kotori soufflait des instructions à son oreille, assez étrangement [Yoshinon] était peu susceptible aux blagues ; peu importe à quel point elles étaient nulles, c’était toujours *clatter* *clatter* et elle en riait toujours.

En réalité, le pont du <Fraxinus> analysait son état mental et de bonnes valeurs étaient constatées.

Cela laissait à penser aux gens que le soudain changement d’attitude de tout à l’heure était une sorte d’erreur ; pour le moment, les choses se développaient favorablement.

« … Fumu, ça va au-delà de mes attentes. »

Kotori prononça ces mots.

« C’est peut-être qu’elle a un trait de caractère qui attire les gens. L’impression positive est grande. Même si tu lui demandes de l’embrasser maintenant, elle ne te refusera pas, pas vrai ? »

« … Hé hé. »

Il ne pouvait pas être sûr si ces mots étaient une blague ou si elle était sérieuse, il se gratta la joue.

Mais en réalité, Shidou était également choqué.

Bien qu’il fût capable de parler normalement avec Tohka à présent, la première fois qu’ils se sont rencontrés, elle avait un sérieux problème contre les humains : à chaque fois qu’elle avait mal compris une idée, il pouvait débucher sur une situation de vie ou de mort.

… Mais.

« Comme je le pensais, être capable de discuter est bien sûr a~mu~sant. Il semblerait que les autres gens sont ennuyeux… »

« Ha… haha. »

La marionnette *clatter* *clatter* ouvrit sa bouche et prononça ces mots, et il reprit sur un ton étouffé.

… Comment vous dites ça ? Il était toujours inquiet.

Ce souhait qu’il voulait exaucer. La conversation procédait sans incident et joyeusement, et les valeurs de son niveau d’affection augmentaient, il ne paraissait y avoir aucun problème… cela aurait dû être le cas, mais…

« … »

Shidou regarda silencieusement en direction de la fille qui jouait avec sa marionnette.

Quand il l’avait rencontré hier, ou encore aujourd’hui, le seul qui faisait la conversation était la marionnette grâce à la ventriloquie ; les lèvres de cette personne en soi n’avaient pas bougé d’un pouce.

C’était comme… oui, elle était comme la marionnettiste d’une scène de théâtre.

« … Ooo ? »

« … Uh ! »

Shidou fut soudainement étonné lorsque la marionnette se tourna de manière inattendue vers lui.

« Impressionnant !! C’est quoi ! »

La marionnette battit des mains avec excitation et courut vers l’endroit qu’il avait désigné. Bien entendu, la personne qui effectuait la course était le marionnettiste lui-même.

L’objet qui avait retenu l’attention de [Yoshinon] était la chose assemblée dans un coin du magasin de jouet, une petite aire de jeu faite pour les petits enfants.

Elle grimpa sur un château fort en plastique, excessivement coloré, de manière très habile, avec une seule main et ses jambes.

Et lorsqu’elle atteignit le sommet.

« Wahaha ! Comment c’est, Shidou-kun~ ? Est-ce que je suis cool ? Yoshinon est cool~ ? »

Cette voix avait rebondi jusqu’à lui.

« H-Hé, c’est dangereux de rester là. »

L’aire de jeu était prévue pour un usage en extérieur et pour les enfants. Même si ce n’était pas bien haut, elle pouvait se blesser si elle tombait.

Non, bien qu’il sût qu’elle pouvait voler dans le ciel, pour diverses raisons, dans son esprit, il se remémora de l’image de la veille de sa [gllllliiiiiiiisssssaaaaaddddddeeeee !].

Paniqué, il accourut vers au pied de l’aire de jeu.

Mais [Yoshinon] agita la main de la marionnette mécontente.

« UnMou, même si je demande si j’ai été cool ou pas, et, wa-wawawa… !? »

« Quo… ! »

Lorsqu’elle entreprit cette action, son équilibre se rompit, et du plus haut de l’aire de jeu, [Yoshinon] agita ses bras comme si elle dansait et finit, ensuite, par tomber sur Shidou.

Et c’est ainsi, en cherchant à amortir la chute de [Yoshinon], qu’ils s’écrasèrent tous deux au sol.

« Uh… ihee… »

Alors que leurs visages se firent face, il laissa s’échapper ces sons-là. Et pour diverses raisons, sa bouche se heurta à quelque chose.

Et, il eut un mauvais pressentiment.

D’une manière ou d’une autre, la fille avec les cheveux bleus, son visage charmant était là, juste en face du sien.

… Et juste au niveau de ses lèvres, il ressentit une sensation étrangement douce.

« … Umh !? »

Après quelques secondes, il comprit la situation dans laquelle il se trouvait actuellement.

« … Wow. Bien joué, Shidou ! »

Même Kotori pensait que ce développement était inattendu. Elle avait laissé sortir une voix surprise.

C’était inespéré. Parce qu’à l’instant, Shidou venait juste de réussir à échanger un baiser avec elle… la fille qui était tombée d’en haut.

« … »

… Restant calme, [Yoshinon] se releva. A cet instant, leurs lèvres se séparèrent.

De manière surprenante… ils s’étaient embrassés.

Avec ceci, les pouvoirs de [Yoshinon] devraient être scellés.

Mais… il se demanda pourquoi, comparé au mois dernier, lorsqu’il avait échangé un baiser avec Tohka… cette fois, il n’y avait pas eu de sensation chaude s’écoulant à travers son corps ou quelque chose comme ça… ?

… Et une fois de plus, de l’autre côté de l’interphone, il entendit une sirène retentir.

« Quo… ? »

Laissa-t-il s’échapper de sa bouche tout en levant ses sourcils… ses pouvoirs ne devraient pas être scellés ?

Ce son-là, c’était lorsque l’humeur des Esprits s’effondrait, quelque chose qui le prévenait lorsque le danger le guettait.

Cela signifiait que [Yoshinon] était à présent…

« Ouch ouch… Désolé désolé, Shidou-kun. J’étais distraite… »

Avait dit calmement [Yoshinon], *Clatter* *Clatter* tout en faisant bouger la marionnette.

« Hein… ? »

Abasourdi, il ouvrit grand ses yeux sur [Yoshinon] qui n’affichait aucun signe de colère.

Dans ce cas, quel était ce bruit d’alarme qui lui était envoyé à l’oreille ?

« … Shidou, c’est une urgence… Et je dirais même plus, une urgence de la pire espèce. »

Kotori avait dit ceci avec une voix inhabituellement paniquée.

« Huh… ? Qu’est-ce… ? »

Et, derrière lui, *step*, le bruit d’un pas ferme lui arriva aux oreilles, Shidou haussa ses épaules.

Timidement, il tourna sa tête pour voir dans la dite direction.

Et là, il vit… un visage inattendu.

« To-Tohka… ? »

Ses yeux s’écarquillèrent alors qu’il prononçait le nom de la fille qui se tenait là.

Oui, la personne se dressant là, en cet instant, était bien Tohka qui aurait dû être évacuée dans l’abri souterrain du lycée Raizen.

Et de plus, peut être en raison de la pluie, elle était totalement trempée. Comme si elle avait couru à pleine vitesse jusqu’à maintenant, elle était essoufflée.

« … Shidou. »

Comme pour empêcher tout processus de pensée, le corps de Tohka se balançait, et ce faisant elle laissa échapper sa voix. Il se demandait pourquoi, à la simple évocation de son propre nom, des frissons avaient parcouru son épine dorsale.

« … Qu’est-ce que tu viens de faire à l’instant ? »

« … Eh ? Qu-Qu’est-ce que tu veux dire… ? »

A cette question, il toucha ses lèvres sans y penser, et immédiatement, en regagnant ses pensées, il mit sa main dans son dos.

Mais Tohka ne fut pas satisfaite par cette réponse, tout en adoptant une expression semblable à celle d’un enfant grincheux, elle exprima d’une voix tremblante provenant du fond de sa gorge.

« … Ap-Après m’avoir inquiétée… »

« Eh… ? »

« Qu’est-ce que tu fais ici à flirter avec une fiiiiiille !!! »

*STOMP* ———— !!

Tohka cria et au moment où son pied heurta le sol, au centre de l’endroit où elle frappa *CLANG* ! Le sol se brisa formant un petit cratère ; des fêlures se propagèrent depuis l’épicentre.

« Qu-Quoqoiquqoi… ! »

Au vue de la situation soudaine, Shidou ouvrit grand ses yeux et trembla de peur.

Une lycéenne normale n’aurait jamais brisé le sol simplement en frappant du pied.

Et bien sûr, bien que Tohka ne fût pas une lycéenne ordinaire… ses pouvoirs Spirituels devaient être scellés à présent. En suivant cette logique, dans l’état actuel des choses, le pouvoir qu’elle venait d’employer ne devait être que sa force physique…

« Qu-Qu’est-ce que ça signifie, Kotori… ? »

Lorsqu’il posa cette question, Kotori répondit avec un signe à travers l’interphone.

« C’est pourquoi… c’est ce que je tentais de dire depuis avant. Un lien existe entre vous deux, entre Tohka et toi, et si l’état mental de Tohka devient instable, nous craignons qu’une partie de ses pouvoirs retournent en elle. »

« H-Huh ? Ce que tu veux dire par là, c’est que l’état mental de Tohka est maintenant instable ? »

« Oui. Et, avant que la situation ne devienne pire, tu dois arranger l’humeur de Tohka, d’une manière ou d’une autre. »

« M-Même si tu dis ça, comment je suis supposé faire… »

Pendant qu’il parlait, Tohka se dirigea vers l’ère de jeu où s’étaient empêtrés Shidou et [Yoshinon].

Elle alternait son regard perçant entre chacun des deux, « mumumu…» murmurait-elle tout en restant bouche cousue.

Ensuite, *glare* ! envoyant un regard à Shidou, suivi d’un autre à [Yoshinon], elle tendit son doigt dans sa direction.

« … Shidou. La tâche importante que tu disais devoir faire, c’était rencontré cette fille-là ? »

« Ah, non, à propos de ça… »

Bien qu’à la lumière de ces mots, cela parût certainement vrai, devait-il maintenant répondre avec un “Oui”, il avait un doute quant à révéler ou non ses vraies intentions à Tohka.

Et cette fois.

« … Iyaaa, iyaaa… je comprends maintenant… »

La [Yoshinon] qui avait porté un regard vide à Tohka depuis son apparition, laissa échapper ces mots d’une voix aigüe.

Sur le visage de lapin de la Marionnette, il y avait quelque chose de farceur comme un sourire. Shidou se demandait comment il était atterrit là.

« Onee-san ? Err … »

« … C’est Tohka. »

Lorsque la marionnette avait dit ceci, Tohka avait répondu d’une voix démoralisante.

« Bien Tohka-chan~ Bien que je me sente mal pour toi, il semblerait que Shidou-kun ait perdu son intérêt pour toi. »

« Quo… ? »

« … ?! »

Tohka et Shidou s’exclamèrent en même temps et regardèrent ensuite la marionnette.

« Iiyaa, tu ne vois pas ? À écouter ta conversation, il semblerait qu’il ait brisé une promesse qu’il t’a faite et qu’il soit ensuite venu voir Yoshinon, pas vrai ? N’est-ce pas le point crucial de l’histoire ? »

« … Uh. »

Tohka convulsa ses épaules et afficha le visage de quelqu’un prêt à crier à n’importe quel moment.

« T-Tu, qu’est-ce que tu as dit… mguhhhh ?! »

Lorsque Shidou vint à élever la voix à l’égard de la remarque de la Marionnette, Tohka, *grab*, l’attrapa en posant ses deux mains sur sa bouche.

« Vas-tu rester calme un moment, Shidou ? »

En déployant une force qui ne devait pas lui permettre pas de consentir ou de refuser, utilisant une force incroyable, elle *grind* *grind* resserra sa prise sur ses pommettes.

« … ! … ! »

La marionnette était d’une humeur plaisante et avec un ton [on ne peut rien pour lui], continua d’expliquer.

« Iiyaa… Frangine… désolé, mais c’est sûrement la faute de Yoshinon~ son apparence est trop charmante~. »

« Gu-Gugu… »

« Ce n’est pas vraiment que je parle mal de Tohka-chan, tu sais ? Maais~ je ne peux pas vraiment blâmer Shidou-kun d’avoir délaissé Tohka-chan au profit de Yoshinon~ »

« U-Ugahhh !! »

Pendant un certain temps, alors que Tohka tenait toujours le visage de Shidou et supprimait ses tremblements d’épaules, elle atteignit ses limites et cria.

Finalement, elle enleva ses mains du visage de Shidou.

« La-La ferme ! Tais-toi tais-toi tais-toi ! C’est pas bien ! Ce genre de chose c’est pas bien ! »

« Eehh… même si tu dis que ce n’est pas bien. HouraaHouraa, Shidou-kun pourquoi tu ne le dis pas clairement que Tohka-chan est une enfant non désirée. »

« … ! »

A cet instant, Tohka agrippa soudainement le col de la marionnette.

Et bien entendu, puisque la marionnette était petite, elle fut facilement emportée hors de la main de la jeune fille et s’en alla dans les airs.

« — ?! »

La fille se voyant séparée de sa marionnette, ses yeux commencèrent à tournoyer.

L’instant d’après, ils tremblèrent, son visage pâlit et des gouttes de sueur apparurent sur ce dernier. De même, son souffle devint plus irrégulier et ses doigts *Twitch* *Twitch* commencèrent à frissonner.

« Yo-Yoshinon… ? »

Shidou, tout en frottant ses joues qui étaient encore endolories, jeta un regard inquiet à [Yoshinon] qui venait de montrer un si rapide changement.

Mais, il semblait que Tohka ne réalisa pas l’état dans lequel était [Yoshinon]. Son attention se focalisait sur la marionnette qu’elle venait d’attraper avec ses deux mains, elle portait un regard perçant tel un couteau, et se rapprocha de cette dernière.

« J-Je ne suis PAS une enfant non désirée ! … Shidou a dit… Shidou a dit qu’il… Il a dit que c’était ok pour moi de rester ici ! Plus d’insultes ou je ne te le pardonnerai pas ! HÉ ! Pourquoi tu ne dis plus rien ?! »

Pensant probablement que la marionnette était celle à qui appartenait la voix, elle agrippa le cou du lapin et le secoua.

« … ! … ! »

Considérant la situation, [Yoshinon] commença à laisser s’échapper un cri qui ne paraissait pas humain.

Comme si le calme qu’elle affichait jusqu’à maintenant n’était qu’un mensonge, son corps tout entier trembla tel un Chihuahua.

Ensuite, [Yoshinon] descendit sa capuche pour couvrir ses yeux comme si elle cherchait à fuir le regard, d’une manière nerveux, elle tira sur la chemise de Tohka.

« Nu. Qu-Quoi ? Ne me dérange pas. Je parle pour le moment à ce type juste là. »

« … Ren… ds… le moi… s’il te plait… »

Pour tenter de reprendre sa marionnette, que Tohka tenait bien haut avec ses deux mains, [Yoshinon] *Hop* *Hop* sauta.

En parlant de ça, c’était la première fois depuis hier qu’il avait entendu sa vraie voix.

« … Qu’est-ce que tu fais Shidou ? L’état mental de Yoshinon se dégrade. Dépêche-toi et arrête ça ! »

La voix de Kotori résonnait dans son oreille droite.

Tout en se grattant sa joue, Shidou prononça timidement avec une voix tremblante :

« H-Hé… Tohka. Err… est… est-ce que tu peux la lui rendre ? »

« … Uh ! »

Lorsqu’il dit ceci, les yeux de Tohka s’ouvrirent en grand sous le choc.

« Shidou… Comme je le pensais… tu choisis cette fille à ma place… »

« Ha… huh ? Non, ce n’est pas ça… »

Et en même temps.

« …[Zadkiel]… »

« … ! »

Comme il le pensait, [Yoshinon] leva soudainement sa main droite en l’air puis la bascula vers le bas, juste en dessous d’elle.

En un instant, du sol qu’il brisa/// une poupée géante apparut à cet endroit.

« Quo… ?! »

Le corps entier devait mesurer 3 mètres de haut ; en bref, c’était une peluche qui avait l’apparence d’un ragdoll[8] géant. Son corps était fait de matériaux proche d’un or lisse avec des motifs blancs sculptés de-ci de-là.

Et sur la partie qui devait être sa tête, on pouvait apercevoir de longues oreilles de lapin.

« Une po-poupée… ?! »

« … Qu’est… ce que c’est… ?! »

Tohka et Shidou s’exprimèrent en même temps.

[Yoshinon] grimpa sur le dos de la poupée qui venait d’apparaître à ses pieds et, dans deux trous situés dans son dos, elle y inséra ses deux jambes.

L’instant d’après… les yeux de la poupée brillèrent d’une lueur rouge et tout en secouant son corps balourd, *Guoooooooooooooooooooo*, elle lança un rugissement grave.

Et avec ça, une fumée blanche commença à sortir du corps de la créature.

« Froid… ?! »

Il recula ses jambes d’instinct.

Cette fumée était semblable à de l’hydrogène liquide, quelque chose dont la température se situait en-dessous de zéro.

« … La manifestation de l’Ange, là, à l’instant… ?! Shidou, c’est mauvais, fuit ! »

« Huh… huh… ?! Qu-Qu’est-ce qu’un Ange !! »

Soudainement, la voix de Kotori s’était fait entendre dans son oreille droite et il avait ensuite levé la voix sans y réfléchir.

« Il est apparu juste en face de toi ! Le bouclier absolu qui protège les Esprits et qui arrive en même temps que la Tenue Astrale, il devient la plus puissante des lances ! Faisant d’un Esprit un Esprit, [le miracle qui détient une forme] ! Est-ce que tu as déjà oublié à propos du [Sandalphon] de Tohka ?! »

[Sandalphon]. A ce nom, les sourcils de Shidou bougèrent sous le choc.

Le mois dernier. C’était quelque chose qui s’était manifesté lorsque Tohka avait encore ses pouvoirs d’Esprit, un trône géant et une épée.

Avec cet évènement remémoré, tout devenait exceptionnellement simple.

Ce qui voulait dire… même s’ils s’étaient embrassés, il n’avait pas dû sceller ses pouvoirs Spirituels.

Ainsi, alors qu’il pensait que [Yoshinon] retirerait ses mains, la poupée, [Zadkiel], avec un rugissement grave, pencha son corps.

Lorsqu’il fit ceci, les vitres des magasins du centre commercial commencèrent à se briser, l’une après l’autre, permettant à la pluie d’entrer et de s’écouler à l’intérieur des magasins.

Non… pour être précis, c’était un peu différent.

Ce n’était pas tant que les vitres se brisèrent ce qui avait permis à la pluie d’entrer, c’était bien plus comme si la pluie avait bombardé les fenêtres de l’extérieur avec une force terrible jusqu’à ce qu’elles cassent.

« Eh… ?? »

Shidou ouvrit grand ses yeux sous le choc, et alors que ses jambes tremblaient, il regarda la poupée se tenant en face de lui. *Twist*, la poupée tourna sa tête vers Tohka.

« … ! Tohka ! »

Shidou avait crié rapidement et avait pris la main de Tohka, tout en s’accrochant à son corps, et ainsi il causa leur chute au sol à tous les deux.

« Quo… Shidou ?! »

La voix de Tohka fit vibrer ses tympans. En même temps qu’elle parla, à l’endroit où Tohka se tenait quelques instants avant, un grand nombre de projectiles tels des objets filèrent à toute allure.

Tous ces projectiles bien visibles avaient percés à travers les rayons de marchandises autour d’eux, avant de se changer en liquide transparent qui coulait au sol.

« De la pl-pluie… ?! »

Oui. Depuis les fenêtres brisées, des gouttes de pluie durcies tels des grêlons, ignorant totalement la gravité, avait été projetée sur Tohka.

Et… à l’autre bout, [Zadkiel] conduit par [Yoshinon] bougea.

« … Uh. »

En un instant pour protéger Tohka, il tourna le dos à [Zadkiel].

Mais, [Zadkiel] frappa le sol du pied, accomplissant une manœuvre vive qui ne correspondait pas à sa lente silhouette, il passa par l’endroit où s’était tenue Tohka à l’instant et sauta à l’extérieur à travers les fenêtres brisées.

En plein milieu de cette manœuvre, la marionnette qui était tombée des mains de Tohka, venait de finir dans la bouche de la poupée.

« … »

Peu après ça, Shidou détourna son dos et son regard de [Yoshinon] et il ouvrit légèrement sa bouche.

« N-Nous sommes en sécurité… non ? »

« … Oui. L’alarme a été complètement annulée. Tu es bien imprudent, n’est-ce pas, Shidou ? »

Il avait pu entendre cette voix dans son oreille droite.

« Iiya… mais pourquoi si soudainement…  »

Alors qu’il était en plein milieu de sa phrase,

« Assez, c’est assez, dépêche-toi et va t’en… ! »

Son visage fut repoussé au loin et Shidou *Flip* roula au sol depuis cet endroit.

« Nowah… ?! »

Il n’y avait nul besoin de réfléchir à la raison. C’était Tohka qui se trouvait jusque-là dans les bras de Shidou.

Son visage était rouge et elle serrait ses dents, elle affichait une expression semblable à celle d’un enfant gâté. Ensuite, elle se tint debout, ses épaules tremblantes de rage.

« To-Tohka… ? »

« … ! Ne me touche pas ! »

« Ouch… »

Shidou fronça instinctivement ses sourcils et, lorsqu’il retira ses mains, à cet instant Tohka arbora un visage surpris. Mais immédiatement après, elle devint [mumumu….], *pui* et elle détourna son visage.

« Qu-Qu’est-ce qui s’est passé, Tohka… ? »

« Tais-toi ! Ne me parle pas ! C-Cette fille est plus importante que moi, pas vrai… ! »

« H-Huh… ? Qu’est-ce que tu racon… »

Lorsque Shidou prit cette voix idiote, Tohka commença à frapper du pied le sol avec frustration.

« U-U-U-UUuuuuuuuuuuuuuuu… !! »

« Att… Uwaa… ?! »

A chaque coup de pied, une autre fissure se produisait au sol et il s’affaissait.

Shidou qui ne pouvait plus longtemps soutenir son équilibre et roula dans le trou.

« … Tous les membres de l’AST au rapport. Il y a des mouvements de la part de l’Esprit. Reprenez l’attaque à volonté lorsque vous l’apercevrez. »

A travers ses tympans, le corps entier d’Origami qui était enfermé dans une combinaison high-tech, entendit la transmission entrante.

« … Roger. »

Lorsqu’Origami répondit, elle adopta une position de tir avec ses deux mains agrippées à la Gatling gun Anti-Esprit, [Auldist].

Du dernier cri, une arme à longue portée conçue pour tirer rapidement un grand nombre de balles au-delà des lignes de tirs adverses.

La pluie, qui avait commencé à tomber en même temps que [l’Hermite] était apparue et qui martelait sur la surface extérieure de son territory personnel, n’avait pas compromis leur préparation à l’extérieur du bâtiment, elle avait continué, pour sa part, à regarder les données de l’Esprit qui s’affichaient directement sur sa rétine.

A cet instant.

… *GON*, avec un tel bruit, l’Esprit avait percé un trou dans le mur de l’immeuble et un nuage de poussière s’était levé. En même temps, les données de l’Esprit s’étaient illuminées sur l’écran rétinien.

« … Feu ! »

Simultanément à l’ordre que le capitaine Ryouko venait de donner, Origami et les autres ouvrirent le feu tout à coup.

Un terrible grondement résonna alors que l’immeuble était criblé de centaines de balles et qu’un épouvantable nuage de poussière s’élevait dans les airs.

« … »

Origami, tout en gardant son doigt sur la gâchette, plissa des yeux.

Grâce à son territory lui pourvoyant une vue augmentée surhumaine, elle entraperçu une ombre se déplaçant à grande vitesse à travers le nuage de poussière.

Origami, tout en restant silencieuse, émis ses ordres à travers son esprit.

Comme s’ils répondaient à sa volonté, des petits missiles qui se trouvaient à l’intérieur de compartiments dans ses jambes s’armèrent. De sa jambe gauche et de sa jambe droite, chacune équipée de 10 munitions, s’envolèrent des missiles avec pour cible [l’Hermite].

« … ! »

L’Esprit qui était en plein cœur des tirs de la Gatling gun Anti-Esprit, [l’Hermite] tourna immédiatement ses yeux sur les missiles à tête chercheuse en approche et afficha une expression surprise.

« … ! »

Lorsque [l’Hermite] ramena ses deux mains, la poupée dansa légèrement dans les airs et sema les missiles à tête chercheuse.

Mais, il était déjà trop tard, le reste des membres de l’AST avaient verrouillé l’Esprit.

Engagé par les missiles à têtes chercheuses et avec les tirs de barrages de la Gatling provenant de toute part, tout éviter allait être impossible.

« Kya… ! »

A cet instant, Origami entendit un petit cri grâce à sa super-ouïe provenant de quelque part, un terrible bruit d’explosion survint alors que toutes les balles touchèrent en même temps.

Très probablement, la majeure partie des attaques avaient été annulées par la tenue astrale qui couvrait l’Esprit, même [l’Hermite] s’en sortirait très probablement indemne, sans même mentionner un Esprit de classe [Princesse].

Actuellement, au point d’impact, elles confirmaient qu’une poupée géante venait de tomber.

« … Ok ! N’arrêtez pas l’attaque ! Tirez ! Tirez ! »

Les ordres de Ryouko firent écho. Mais…

Le doigt qu’Origami tenait sur la gâchette se crispa.

Elles confirmèrent que le corps de la poupée géante Spirituelle s’était évanoui et dissout dans l’espace.

« Nous avons un… Lost ? »

Avait murmuré et communiqué quelqu’un, elle avait été entendue par l’unité entière de l’AST.

Lorsque les Esprits retournent de l’autre côté, ce qu’ils appellent l’autre dimension, elles le classifiaient en tant que [Lost].

Bien que l’AST ait pour but l’élimination des Esprits grâce à la force militaire, il était très difficile de totalement détruire un Esprit qui a de grande capacité de combat ; généralement, lorsqu’elles finissent sur un [Lost], la mission est considérée comme une réussite.

Suite à cela, les nuages se dissipèrent et la lumière du jour brilla à nouveau.

La pluie qui battait sur le Territory s’arrêta soudainement.

« … A tous les membres, nous retournons à la base. »

« … »

Au son de la voix de Ryouko, Origami baissa la bouche de son fusil et désactiva les systèmes de son arme.

Mais, pendant le trajet où elle suivait Ryouko jusqu’à la base,

« … ? »

De sa vue améliorée par son Territory, quelque chose de particulier attira son regard, elle baissa temporairement son altitude afin d’enquêter.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *