Date a Live – Tome 2 Chapitre 5

« … !? »

Yoshino ouvrit ses yeux. Et trembla prise de panique.

Avec le sentiment de se réveiller après s’être assoupie dans les ténèbres —— une douce brise effleura ses joues et la vue d’une ville se déploya sous ses yeux.

« Er………, ah…… »

Yoshino regarda autour d’elle.

Elle était — à l’intérieur d’une ville qu’elle ne connaissait pas.

La seule chose qui entourait Yoshino était un cratère formé par l’explosion de quelque chose qui avait détoné dans la zone.

Le ciel était froid et pluvieux.

C’était quelque chose qu’elle avait déjà vécu une multitude de fois, une expérience dont elle commençait à être fatiguée — c’était le sentiment du monde réel.

Mais s’il y avait un je-ne-sais-quoi de différent cette fois, c’était — que son irremplaçable amie n’était pas sur sa main gauche.

« …… ! »

Provenant du ciel, elle entendit un bruit qu’elle avait bien en mémoire.

Dans celui-ci, — comme Yoshino l’avait prévu, il y avait de nombreux humains portant des machines et des armures qui flottaient autour d’elle.

« — Cible confirmée. A tous les membres, débutez l’attaque. »

« Oui. »

Après cette réponse, ils tirèrent de nombreuses balles issues de leurs bras et de leurs jambes en direction de Yoshino.

« …………………… !? »

Yoshino haleta et s’envola dans les airs en frappant d’un grand coup au sol.

C’est ainsi que, pour échapper aux attaques des humains, elle utilisa des manœuvres complexes et elle s’enfuit.

« Ne la laissez pas s’échapper ! »

« —Roger. »

Elle entendit ces voix retentir derrière elle et de multiples munitions tirées en sa direction.

C’était l’assaut final, puisque chaque attaque portait un certain niveau de mortalité en soi. Si ce n’était pas pour sa Tenue Astrale, ces attaques auraient eu raison d’elle des centaines de fois ; c’était l’incarnation même de la malice et des pulsions meurtrières.

« …… ! …… ! »

Pendant que Yoshino dansait dans le ciel tout en se sentant confuse, elle poussait des cris inaudibles.

Ses battements cardiaques devenaient irréguliers,

Son estomac commença à lui faire mal,

Et ses yeux se retournaient sur eux-mêmes.

Yoshino ne pouvait plus tolérer cette malice et ces pulsions meurtrières qui la ciblaient.

Normalement, cela aurait été — différent.

D’habitude, [Yoshinon] lui aurait parlé depuis sa main gauche.

Puisque [Yoshinon] était très confiante, elle aurait agi comme si cette attaque n’était rien.

C’est pourquoi, Yoshino se serait sentie bien et en sécurité. Et elle serait parvenue à éviter de blesser qui que ce soit.

Mais, en ce moment —

« Kya………. »

Yoshino sentit un puissant impact derrière elle et, tout en poussant un petit cri, elle tomba au sol.

Ce n’était pas une attaque qui avait percé sa Tenue Astrale, mais c’était tout de même une puissante attaque qui avait projeté Yoshino au sol, malgré sa protection.

Le sentiment de peur se propageait à travers le cœur de Yoshino à tel point qu’elle ne pouvait plus se contrôler.

*clatter* *clatter* ses dents grinçaient,

*rattle* *rattle* ses jambes tremblaient,

*shake* *shake* et sa vue vacillait.

L’intérieur de son esprit était embrumé à un niveau incontrôlable.

« U, a,a…… »

*zaa*,*zaa* —– et la pluie avait redoublé d’intensité.

« — Ok, occupons-nous en cette fois. »

Au même moment, lorsque le chef, une femme classe, avait prononcé ces mots, tous les humains et leurs armes toutes-puissantes pointèrent sur Yoshino en même temps.

Provenant des machines, c’était comme si les pulsions meurtrières les plus terribles, si longtemps déployées, avaient été déversées dans ces dernières et avaient pris forme, avant d’être projetées sur Yoshino.

Juste à l’instant avant l’impact. Yoshino leva son bras droit en l’air.

— Et.

« ………<Zadkiel> …… !? »

Elle abaissa sa main en même temps qu’elle prononça le nom de l’ange.

« — Abattez-là !? »

La voix passablement excitée de Ryouko se fit entendre à travers les communicateurs.

Alors qu’Origami prenait un long et profond soupir, sans pour autant relâcher sa garde, elle regardait la zone au sol couverte par le brouillard.

« ………… »

Cela devait faire 30 minutes que les résidents avaient été évacués et que l’alarme avait sonné.

Au moment où ils avaient confirmé l’identité de [l’Hermite], Origami et le reste de l’équipe avaient entamé immédiatement leur plan d’extermination.

A l’instant, dans la zone il y avait 9 membres de l’AST flottant dans les airs, équipés d’armes à longue portée.

Avec leurs armures mécaniques et leurs unités normales de propulseurs, c’était de l’équipement d’extermination qui disposait d’une énorme quantité de munition anti-Esprits.

Normalement, le poids de cet équipement s’avèrerait trop lourd pour pouvoir se déplacer correctement mais — il était compensé par le champ de force anti-gravité, le Territory qui était développé par le Realizer.

Tous les membres de l’équipe faisaient face à l’intrus, [l’Hermite], et Ryouko observait la situation.

« Quo— ? »

La voix de quelqu’un emplit de confusion venait d’être retransmise à travers les communicateurs de toutes l’équipe.

Le brouillard couvrant la zone où était [Yoshino] se dispersa immédiatement — et de son sein, la silhouette d’une poupée lente d’esprit apparut, elle ne fut confirmée qu’à l’instant-même.

— Sur son dos, le petit corps de [l’Hermite] était agrippé.

« C’est— »

La voix de Ryouko à travers le communicateur trembla dans l’oreille d’Origami.

La poupée était encore présente dans les mémoires. C’était l’arme que [l’Hermite] avait invoqué cette fois-là — l’Ange.

Ainsi, la poupée prit une position avachie et, lorsqu’on pensait que ses jambes touchaient le sol, *Guooo*, une substance blanche semblable à de la fumée fut projetée depuis son abdomen à travers ses jambes et sa bouche.

La poupée tourna ensuite sa tête et fit face au ciel.

— *KuooooOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO* ———

Et, elle poussa un étrange rugissement qui laissa un vrombissement dans les oreilles.

Lorsqu’elle eut fait cela — avec la poupée pour épicentre, un bruit de craquement fut propagé au sol, sol qui devint blanc au fur et à mesure que la zone ainsi couverte s’élargissait.

« Qu-Qu’est-ce que c’est… !? »

La voix pleine d’inquiétude d’un membre de l’équipe se fit entendre.

Mais la poupée de [l’Hermite] ne faisait pas attention à eux et continua à propager de l’air froid et des cris.

A chaque fois qu’elle le faisait, la zone de sol couverte était plus importante.

« …… »

Origami bougeait son regard de droite à gauche.

L’image qui se dévoilait sous ses yeux était — celle d’un phénomène englobant la totalité de la ville.

Soudainement, les flaques d’eau accumulées par la forte pluie commencèrent à s’envoler et gelèrent instantanément pour former d’innombrables aguilles de glace.

Le gel retomba et se faufila à travers les rues et les bâtiments de la ville, la situation était semblable à celle d’avoir mis la ville toute entière dans un congélateur.

En un clin d’œil — Origami et les autres avaient leur vision couverte par la glace.

Et en plus de cette terrible situation, la zone, qui se trouvait devant elles, dardait dans les airs des réserves illimitées d’eau.

Lorsque la grande quantité de gouttes d’eau touchait le sol couvert de glace, elle était immédiatement absorbée par ce dernier.

Une invasion sans fin et l’expansion de châteaux de glace.

On en était là ; la ville de Tenguu en était complétement couverte.

« …………….Kuh ! A tous les membres ! Ne faiblissez pas ! Tirez ! »

Suivant les ordres de Ryouko, Origami intégra l’instruction dans sa tête.

Et activa, tout de suite, les différentes armes dont était équipée son armure.

Les autres membres de l’AST agirent de même et ouvrirent le feu sur [l’Hermite] avec toutes les munitions qui leur restaient.

Mais —

« ……… »

Origami retint son souffle pendant un moment.

Bien avant que les tirs n’atteignent [l’Hermite], les munitions furent congelées, sans même avoir eu le temps de prendre feu, elles tombèrent au sol.

Origami renvoya immédiatement l’information à son cerveau et elle mit en œuvre une analyse simple.

Lorsqu’elle l’eut fait, des fréquences Spirituelles faibles mais très nombreuses apparurent devant ses yeux, il y en avait tellement que cela faisait peur.

« Quo…Qu’est-ce qui se passe ? »

« — C’est probablement la faute de la pluie. »

« Ah, la pluie ? »

Au sein de la confusion de son équipe, Origami venait de donner cette courte réponse.

« Oui, même si c’est qu’un peu, la pluie contient du pouvoir Spirituel. »

La forte pluie ne faiblissait pas devant leurs yeux.

Au moment où elle touchait les balles, elles étaient couvertes d’une telle couche de glace que, malgré leur puissance de feu, elles tombaient au sol.

La pluie remplit de pouvoir Spirituel et l’air froid formaient ce rideau d’eau et ces châteaux de glace qui couvraient le terrain, agissant tel un puissant mur de protection pour leur maître.

« ……. ! »

Et — à ce moment, [l’Hermite], tout en étant agrippée sur le dos de la poupée, fit montre de mouvement.

*Guooooooooooooooooooooooooooooooo* — et la poupée émit un rugissement qui était proche du bruit d’une machine à vapeur, il était plus puissant comparativement à ceux d’avant. Ensuite, elle plia son corps en arrière.

Cette posture était quelque peu différente de celle habituelle.

Oui, pour dire les choses autrement, au lieu de relâcher des volutes d’air froid, c’était plus comme si elle les aspirait en prenant une grande inspiration.

« ……A toute l’unité, mettez-vous à couvert ! »

Au même moment où Ryouko donna cet ordre, elle envoyait des instructions mentales depuis son cerveau à l’unité de propulsion et, ainsi, elle quitta l’espace aérien où Origami et les autres se trouvaient l’instant d’avant.

A l’instant-même où elle y avait pensé, la poupée ramena sa tête dans sa position normale et, accompagné d’un bruit déplaisant, qui pouvait être entendu de loin, un rayon bleu sortit de sa bouche.

« Uwa……. !? »

« Gu —— »

Dans les communicateurs, elle put entendre les voix angoissées des autres membres de l’unité. Il semblait qu’il était trop tard pour fuir.

« —— »

Elle fit faire volte-face à son corps et jeta un coup d’œil vers le bas.

Là, il y avait 2 boules de glace d’un rayon de 3 mètres, *roll* *roll*, qui roulaient tout autour.

Il n’y avait pas d’erreur possible. C’était les propriétaires des voix qu’elle avait entendu à l’autre bout des communicateurs, juste à l’instant.

« ………, Elles ont été gelées avec leurs Territory…… ? Ce n’est pas une blague… !? »

« ………… »

Tout en écoutant les voix des autres membres de l’équipe, Origami porta son regard sur les gestes de [l’Hermite], sans pour autant relâcher sa garde.

Et — peut-être sentant que les membres de l’AST étaient en désarroi, [l’Hermite] fit montre de mouvements à nouveau.

Lorsqu’elle pensa qu’Origami et les autres lui tournaient le dos, la poupée se jeta au sol sur ses quatre pattes et, ainsi, avec une vitesse incroyable, elle s’enfuit comme si elle glissait sur le sol gelé.

« Kuh…… Prenons-la en chasse ! »

« Roger ! »

Origami et les autres assimilèrent les instructions et redirigèrent leurs unités de propulsion.

« …… !? »

Tohka dormait dans la chambre située au plus profond du premier étage de la résidence des Itsuka ; elle leva sa tête lorsqu’elle entendit le bruit inattendu des explosions.

« Qu-Quoi… !? »

Elle se leva et puisqu’elle était surprise par cette situation dangereuse, *rumble* *rumble*, elle ouvrit la fenêtre cependant que ces bruits advenaient.

A cet instant-là, son corps chancela inconsciemment.

Au lieu d’un sentiment de peur incroyable, elle frissonna face à ce froid inattendu, face au vent qui entrait par la fenêtre.

C’était si étrange que la température environnante ait tellement chuté. Tohka regarda les alentours de mauvaise humeur tout en fronçant ses sourcils.

« C-C’est… »

De la pluie tombait dans son champ de vue ; au moment où cette dernière touchait le sol, elle gelait et se changeait en glace.

« Qu-Qu’est-ce qui est en train de se passer… »

Et c’est à ce moment-là qu’elle se souvint soudainement de quelque chose.

Cet après-midi, pendant tout ce temps où elle prenait une sieste, elle avait entendu quelque chose comme le son d’un *Uuuuuuuuuuuuuuuuu*.

Elle avait pensé que c’était un rêve ou quelque chose comme ça, mais ce n’était pas le cas…

« Est-ce que c’était…la chose appelée l’alarme… !? Ce qui veut dire que c’était…la déchirure spatiale ? »

L’image de l’explosion et tout ça était quelque peu différente de ce qui lui avait appris le professeur Tama-chan…d’après ce qu’elle pouvait voir, c’était une bien étrange situation. Elle devait se dépêcher et évacuer vers ce qu’on nommait l’abri.

Et — au moment où Tohka allait quitter la chambre.

« ……… !? »

Devant la fenêtre, un étrange objet venait de passer à une vitesse incroyable.

C’était une poupée de 3 mètres de long avec une silhouette courte et robuste.

De plus, dans le dos de cette dernière, il y avait dessus une fille avec un manteau de couleur verte.

« C’était…de cette fois-là. »

Oui, c’était la fille que Shidou avait rencontré.

Au moment-même où elle confirma ceci, Tohka eu un frisson dans le cœur.

Elle n’avait aucune base. Mais pour diverses raisons — elle ne pouvait se soustraire à la pensée que Shidou était avec cette fille.

« …… »

Après s’être mordue les lèvres, Tohka courut hors de sa chambre.

« Que…qu’est-ce que c’est que ce truc… ? »

Tout en tenant la poupée dans sa main, Shidou, qui venait tout juste de quitter l’appartement, ouvrit grand ses yeux face à la vue qui s’offrait devant lui.

A ce rythme, le paysage de la ville, qui lui était familier, deviendrait le pays merveilleux de glace.

De plus, ce n’était pas de la neige qui s’accumulait. La ville était purement et simplement gelée.

« — N’as-tu pas entendu l’alarme? C’est Yoshino. »

Dans l’interphone qui avait gardé le silence jusque-là, il entendit la voix de Kotori.

« Laissons ça de côté. Qu’est-ce que tu faisais avant que l’Esprit ne se manifeste ? Tu as pris du bon temps avant de quitter la chambre. »

« ……Non, j’ai été retardé par de la glu pour piéger les oiseaux qui avait été mise à l’entrée. »

Oui, lorsqu’il avait essayé de quitter la chambre d’Origami, sa jambe avait été prise au piège ; c’était quelque chose qui était destiné à le ralentir s’il sortait dehors.

……… Mais c’était surtout un piège bizarre. Même si cela prenait du temps, il n’était pas impossible d’en réchapper. A proprement y regarder, plutôt qu’attraper les intrus provenant de l’extérieur, c’était bien plus un piège conçu pour ralentir ceux cherchant à s’échapper depuis l’intérieur…

« ………Nonononon. »

Ce n’était pas le moment de s’inquiéter de telles choses. Il secoua la tête et focalisa ses pensées.

« Alors c’est…l’œuvre de Yoshino ? »

« Oui. »

Il avait dit cela tout en regardant la ville couverte de glace. Kotori reprit.

« Ce n’est pas une situation où tu peux prendre tranquillement ton temps et préparer des plans. A l’origine, l’eau de pluie était supposée être drainée mais elle est gelée, si la situation continue il y a un risque de graves dégâts au sol et dans les abris souterrains. »

Après avoir pris une profonde inspiration, Kotori poursuivit.

« — Les seules personnes qui peuvent arrêter Yoshino, c’est toi et la marionnette. Est-ce que tu vas y aller ? »

« Bien sûr. Je ne peux pas laisser Yoshino et la ville dans cet état plus longtemps. »

« …………Shin, j’ai quelque chose à te dire également, c’est bon ? »

Et, dans l’interphone, il entendit une voix endormie, c’était Reine.

« ……………. J’ai mené pas mal d’investigations mais — il semblerait que ta question ne soit pas forcément une incompréhension. »

En parlant de la — Question, c’était probablement celle que Shidou avait posé lorsque Yoshino était venue chez lui, il y a quelques jours de cela.

A présent qu’il y repensait, il lui semblait bien que Kotori avait fait mention au fait que Reine allait enquêter dessus.

« ……Puisque nous n’avons pas beaucoup le temps, je vais te passer les petits détails. Yoshino est —. »

Reine expliqua la situation brièvement.

« ………………… »

Au même moment où il entendit tout cela, une sensation semblable à celle de son cœur en train d’être pressé, lui traversa le corps tout entier.

Mais — mystérieusement, ce n’était pas si surprenant.

La seule réaction, qu’il avait eu, était une concordance de *aah*. Puisque c’était pour Yoshino alors c’est compréhensible ——

Et il avait également eu la conviction absolue de devoir sauver cette fille.

« ……Kotori. »

Il regarda à nouveau la cité et prit une profonde inspiration. Il se donna de la détermination en frappant plusieurs fois sa poitrine de manière violente.

Elle aurait pu deviner les intentions de Shidou juste par ce biais. Kotori reprit donc.

« — Très bien. Dirige-toi au bout sur ta droite jusqu’à ce que tu atteignes la rue principale. En considérant la vitesse et la direction que suit Yoshino, tu devrais l’atteindre dans approximativement 5 minutes. Si c’est bien cet endroit alors tu peux atteindre la zone avant elle. »

« Roger… ! »

Après avoir reçu ses instructions, il marcha rapidement et fermement. Mais,

« Dépêche-toi, fini d’accroître son niveau d’affection et embrasse-la. »

« ……Uhh. »

…………… C’était une manière singulière de faire sortir cela de sa bouche, Shidou fut un peu gêné.

« Qu’est-ce qui cloche ? Il y a un problème ? »

« N-Non…Même si ce n’est pas à propos de ça mais…errr. »

Shidou dit cela en rougissant légèrement. Kotori produit un soupir en [haaa] comme si elle était fatiguée de lui.

« Pourquoi est-ce que tu es gênée maintenant ? Ce n’est pas comme si c’était la première fois que tu l’avais fait. »

Aux mots de Kotori, Shidou se souvint de ce qui s’était passé dans le centre commercial, son visage devint encore plus rouge.

« C…C’est peut-être vrai mais……Non, comment dire ça ? Bien que c’était plus un accident, cette fois-là, mais … Si je dois le faire intentionnellement, alors ça ressemblera à un crime ou quelque chose comme ça… »

« — Aah, qu’est-ce que c’est ? Y’aurait-il un risque que Shidou soit un lolicon ? »

« ….C-C’est, c’est faux ! »

« Cette réaction. J’ai fait mouche ? Est-ce que ton terrain de chasse est le collège et en dessous ? Kyaaa — c’est terrifiant. Je dois faire attention à partir de maintenant. »

Kotori avait dit cela malicieusement.

« Oi, oi. »

Et Shidou y avait répondu tout en se grattant la joue.

« Non, ça n’arrivera pas. »

Peu importe le fait qu’ils ne soient pas liés par le sang, Kotori était tout de même sa jeune sœur et, en tant que telle, ils avaient été grandis ensemble depuis leurs plus jeune âge.

Comme prévu, il n’y avait pas moyen qu’une telle chose puisse se produire.

« ……… »

« Kotori ? »

« Tais-toi, dépêche-toi et va-y ! »

C’était rare que Kotori, dans son mode tyrannique de Commandant, élève ainsi sa voix en criant.

« Qu-Qu’est ce qui ne va pas chez elle… ? »

Alors que Shidou trouvait qu’il était difficile de la comprendre, il courut au cœur de cette froide pluie.

D’une certaine manière, il conservait sa vitesse tout en courant sur la route.

Et immédiatement, il arriva sur la route principale où il n’y avait personne en vue — ensuite, il arrêta brusquement sa course.

« — Elle arrive. »

Tout de suite après l’avertissement de Kotori — il vit une silhouette massive.

C’était une forme douce et inorganique. Sur sa tête, de longue oreilles de lapin. Il n’y avait pas d’erreur possible, c’était l’ange <Zadkiel> que Yoshino avait invoqué.

« — Yoshinooooooooooooooooooo ! »

« …………………… ! »

Yoshino, qui était installée dans le dos de la poupée qui se déplaçait à une vitesse extrême, montra une certaine réaction.

Il semblait qu’elle avait remarqué Shidou.

<Zadkiel>, qui se déplaçait comme s’il glissait sur le sol gelé, s’arrêta juste en face de Shidou.

Et lorsqu’il vit que la poupée massive courba son corps, Yoshino, qui était agrippée sur son dos, leva son visage trempé par les pleurs.

« H-Hey, Yoshino. Cela faisait longtemps. »

« ………Shidou-san……… »

Yoshino se leva et *un* *un* fit osciller verticalement sa tête.

A cette occasion, Yoshino ressortit ses mains, qui étaient insérées dans des trous dans le dos de <Zadkiel>. Aux doigts de Yoshino de nombreux objets semblables à des bagues brillaient et, depuis l’intérieur de <Zadkiel>, il y avait de fines bobines qui se déroulaient. Telle une marionnette, ils devaient être utilisés pour contrôler ses mouvements.

« Yoshino, il y a quelque chose que je veux te donner. »

« …… ? »

Après avoir essuyé ses larmes avec ses manches, Yoshino pencha sa tête comme pour lui poser une question.

« Aah, c’est — »

Et, à l’instant précis où Shidou sortit la marionnette qu’il avait en poche.

« Shidou ! »

La voix de Kotori se fit entendre dans l’interphone alors qu’un certain type de rayon de lumière surgit de derrière Shidou et frappa Yoshino.

Le tir érafla le bout de son épaule et de sa joue, puis il poursuivit sa trajectoire derrière elle.

« Quo… ? »

La voix de Shidou s’obstrua et il tourna immédiatement sa tête pour observer derrière lui.

Là, il y avait Origami, couverte d’un équipement totalement exagéré et flottant dans les airs, tout en portant un très gros canon.

« O-Origami… »

Il n’y avait pas que cela. Se demandant quand cela s’était produit, tout autour de Shidou et de Yoshino, les magiciennes de l’AST s’étaient rassemblées.

« — Ce jeune homme juste-là. C’est dangereux. Ecarte-toi de cette fille. »

Avec une voix filtrée au travers d’une machine, la femme, qui semblait être le capitaine, avait tenu un tel discours pragmatique.

Mais,

« U —— ah, ah, ah, ah, ah… »

Immédiatement, ce son s’était fait entendre derrière lui; Shidou se retourna dans sa direction d’origine.

Yoshino regardait les membres de l’AST et *tremble* *tremble* son corps commença à trembler.

« ………………Uh. »

Shidou fronça des sourcils et haleta.

« Ah, aaaah, UAAAAAAaaaaaaaaaahhhhhhhh——- ! »

Elle criait. Puis, Yoshino inséra à nouveau ses deux bras à l’intérieur de <Zadkiel>.

Et tout en soufflant de l’air extrêmement froid autour d’elle, la poupée fit volte-face en glissant.

« U, Yoshino…. ! Attends ! »

La supplication de Shidou ne pouvait plus l’atteindre.

<Zadkiel>, contrôlée par Yoshino, était *Guuuooooooooooooo* ———– l’ange émettait ce son tout en aspirant l’air dans les alentours.

« C-C’est… ! »

Tohka, qui avait couru à travers la ville gelée, était effrayée face à la scène à laquelle elle assistait.

Sur cette route dégagée, elle reconnut les silhouettes de Shidou, de la fille aux cheveux bleus qu’elle avait vue il y a quelques jours de cela et des membres de l’AST.

Soudain, la fille se retira sur le dos de la poupée et la dirigea. Celle-ci se courba en arrière et commença à aspirer l’air autour d’elle.

« —— Uh. »

Tohka ressentit une sensation particulièrement froide au plus profond de son estomac.

La seule façon dont elle put la décrire était en tant qu’une sorte d’instinct. Malgré tout, elle en comprenait le sens. Et ce n’était pas — quelque chose de positif.

C’était difficile à définir, certes, mais ce tremblement dans l’air et le moment qui précédait l’utilisation à pleine puissance de <Sandalphon>, lors de sa technique finale, étaient tous deux extrêmement similaires.

« ……. Shidou ! »

Tohka éleva sa voix.

Mais, elle comprit que même si elle continuait à l’appeler, il n’y avait que peu de chances qu’il vienne. Immédiatement, Tohka frappa le sol de son pied.

« <Sandalphon>…… ! »

Elle prononça ce nom. C’était l’épée finale de Tohka, son trône. C’était le nom du miracle qui prenait forme.

« ………………, Kuh — »

Mais rien ne se produit. Tohka fit la moue.

Ce n’était pas comme si elle ne l’avait pas prédit. Elle avait reçu pas mal d’explications de la part de Kotori et des autres, juste au cas où.

Ils lui avaient expliqué le genre d’existence qu’était Tohka, ainsi que ce qu’ils avaient prévus de faire d’elle.

Et suivant cette lancée, on lui avait même expliqué pourquoi ses pouvoirs étaient scellés.

Evidemment, cela aurait été un mensonge de dire qu’elle ne s’était pas sentie mal à l’aise au début. En effet, les pouvoirs, qu’elle avait eus jusque-là, avaient disparus en un seul instant.

Selon les circonstances, elle avait compris que c’était un facteur nécessaire pour mener une vie normale avec Shidou et les autres humains.

En parlant honnêtement — le style de de vie actuel de Tohka était terriblement amusant.

Toutefois, elle ne supportait toujours pas Origami et elle ne faisait pas totalement confiance à Kotori et Reine.

Mais, les jours passés ensemble avec Shidou lui étaient apparus radieux et ils s’étaient écoulés pleins de sentiments qu’elle n’avait jamais ressentis auparavant.

— Mais.

« <Sandalphon> —— <Sandalphon> ! <Sandalphon>……uh ! »

Dans le but de sauver Shidou, juste à l’instant, elle avait invoqué ce pouvoir qui était supposé être devenu inutile.

Elle frappa le sol encore et encore.

Mais, peu importe le nombre d’essais, <Sandalphon> ne se manifestait pas.

« Kuh — Je t’en prie…S’il te plait, apparaît, <Sandalphon>…… ! »

Elle grinça des dents et ses sourcils se rapprochèrent l’un de l’autre. Tout en continuant de frapper le sol, elle était à deux doigts de crier.

« ……Kuh. »

Dans sa tête, la totalité de la scène de Shidou, en train de s’effondrer à cause de cette balle assassine, refit surface.

Son estomac fut totalement transpercer. Shidou tomba au sol impuissant. Elle-même n’avait pas été capable de faire quoi que ce soit.

Elle ne voulait absolument plus revivre cela.

— Au moment où <Zadkiel> ramena sa tête dans sa position initiale.

« ………Uh ! »

*wobbling* *shaking* L’état mental de Tohka était devenu instable. L’afflux terrible de stress, qui avait été suffisant pour balayer sa conscience, envahissait son esprit.

« Ku — a, aaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! »

Au moment où <Zadkiel> relâcha l’air froid condensé de sa bouche.

« U-Uuwahh…… !? »

Shidou tomba à la renverse involontairement.

Il avait été écrasé par la pression de <Zadkiel>.

Les membres de l’AST qui étaient déployés dans les alentours débutèrent des tirs de barrage sur <Zadkiel> lorsqu’elle avait commencé à aspirer l’air, mais toutes les attaques avaient été arrêtées par la pluie environnante.

Ainsi — un jet extrêmement puissant d’air froid fut projeté par la poupée.

« Quo —— ? »

Même s’il n’en connaissait pas les détails, de son point de vue, avec ses seules connaissances, c’était une attaque qui était capable de lui dérober sa vie et, d’une certaine façon, il croyait vraiment que cela allait être le cas.

A en juger par le timing et la vitesse — c’était quelque chose qui était impossible à éviter.

« Shidou — »

Il entendit la voix d’Origami mais c’était trop tard. Shidou ferma ses yeux d’instinct —

Après que son corps se soit raidi quelques secondes, ne sentant aucun inconfort, il tordit son cou et ouvrit ses yeux.

« C-C’est — ? »

Bien qu’abasourdit, il avait prononcé ces mots.

C’était parce que, avant que Shidou n’ait pu le remarquer, un grand trône s’était élevé devant lui et l’avait probablement protégé de l’attaque de Yoshino.

« San…<Sandalphon>…… ? »

Oui. C’était le trône luxueux à la texture métallique. Depuis l’accoudoir en métal bleu, la poignée d’une épée ressortit alors qu’il jeta un œil.

C’était sans conteste l’épée inégalable de Tohka — <Sandalphon>.

« Pou-Pourquoi elle est ici — ? »

« — C’est simple. »

Dans son oreille gauche, Kotori venait de dire ceci.

« Kotori……. ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Les pouvoirs de Tohka n’étaient pas scellés ? »

« Je te l’ai déjà dit auparavant. Si l’état mental de Tohka devient instable, il y a un risque que les pouvoirs supposément scellés repassent de toi à elle — Bien que c’était loin de ses pleins pouvoirs, c’était inattendu de sa part d’être capable d’invoquer son ange………………Alors, n’es-tu pas aimé, Shidou ? »

« Huh…. ? P-Pourquoi est-ce que Tohka —. »

Tandis que Shidou était ahuri, il y eut des mouvements dans les alentours.

Shidou n’était pas le seul surpris par l’apparition soudaine du trône. Yoshino eut une expression sur son visage comme si elle venait de voir quelque chose qui n’est pas de ce monde. Immédiatement, elle prit le contrôle de <Zadkiel> et ensemble s’enfuirent à une incroyable vitesse.

Les membres de l’AST activèrent leurs propulseurs et la prirent en chasse.

« ………………… »

Après que Shidou ait passé un court instant ahuri de la sorte, il ouvrit grand ses yeux.

« Ah ouais, je dois poursuivre Yoshino aussi —. »

Et,

« Shidou ! »

Provenant de derrière lui, il entendit qu’on l’appelait par son nom.

C’était un ton de voix charmant, une intonation unique. Qui plus est, le luxueux trône juste devant lui… Il n’y avait pas besoin de se demander à qui appartenait cette voix, il s’agissait — bien de Tohka.

« Tohka…huh ? Eh— ? »

Mais lorsque Shidou lui fit face, il ouvrit grand ses yeux sur une forme de Tohka qu’il n’était pas habitué à voir. Tohka portait ses habituels vêtements du lycée Raizen mais — que ce soit sur sa poitrine ou sur sa jupe, la majeure partie de son costume s’agitait en même temps qu’une magnifique membrane de lumière.

« Tohka, qu’est-ce que c’est…. ? »

« Nu ? »

Lorsque Shidou posa cette question, Tohka baissa son regard et aperçut son propre corps tout en clignant des yeux sous l’effet de la surprise.

« Oooo !? Qu’est-ce que c’est ! Ma Tenue astrale !? »

Il semblait qu’elle venait enfin de réaliser son état actuel, seulement après qu’il lui eut été signalé. Tohka éleva une voix surprise.

Après quelques instants à tapoter et toucher la membrane de lumière, elle leva finalement son visage et le tourna en direction de Shidou.

« Plus important — Shidou, tu vas bien ? Tu es blessé ? »

« Ah…aah. Grâce à toi. »

Shidou venait de répondre tout en portant son regard sur le luxueux trône siégeant en face de lui.

A ce moment-là, Tohka détourna les yeux maladroitement et continua avec une voix tremblante.

« Err…à ce propos, je, je suis désolée…de beaucoup de choses. »

« Eh……. ? »

Lorsque Shidou répondit ahuri, Tohka [muumuu] émit un gémissement.

« C’est parce que… !J’étais énervée par quelque chose que je ne savais pas et …err, je n’ai pas pu t’exprimer ma gratitude…depuis, j’ai causé pas mal de problèmes et — j’ai toujours voulu m’excuser envers toi… »

« Non…….tout ça, c’était de ma faute à quelque part… »

Bien qu’il fût supposé montrer de la courtoisie en niant les propos de Tohka — là, il n’y avait vraiment pas le temps. Shidou *gulp* avala sa salive.

L’ange <Sandalphon> et également la Tenue astrale qui appartenaient tous deux à l’Esprit nommé Tohka.

Même si elle n’était pas en pleine possession de ses pouvoirs, cela ne changeait pas le fait qu’elle avait toujours des super pouvoirs qui outrepassaient l’humanité.

Des pouvoirs Spirituels qui pouvaient s’opposer à ceux de <Zadkiel> de Yoshino. Et également à l’unité CR de l’AST. Shidou s’immergea lui-même dans ces pensées pendant quelques secondes et fixa son regard sur Tohka.

« — Tohka j’ai une requête. »

« Nu…… ? Pourquoi ces formalités si soudaines ? »

Tohka tordit son cou curieusement.

Shidou tomba à genoux sans aucune hésitation du tout et baissa sa tête bien bas.

« Shi-Shidou ? »

« — Je t’en prie. Prête-moi ton pouvoir. Je sais que te demander ça est déraisonnable. Mais, je la veux —je dois sauver Yoshino peu importe comment…. ! »

« ……… »

Après avoir gardé le silence un petit moment, Tohka reprit avec une petite voix.

« La Yoshino dont tu parles — c’est cette fille ? »

« Aah. »

« ……Uh. »

Après avoir retenu son souffle, Tohka continua par ces mots. Elle était quelque peu — triste.

« ……Je vois. Comme je le pensais, cette fille est importante. — Plus que…moi. »

« ………Uh ? Qui t’as dit ça ? »

Shidou leva son visage et regarda Tohka dans les yeux.

« Eh……… ? »

« C’est faux — C’est pas quelque chose comme….ça. »

« Shidou. C’est dangereux. Ne donne pas à Tohka des informations inutiles—. »

Il ignora ce que venait de dire Kotori et poursuivit.

« Cette fille — est comme toi, Tohka. »

« Comme moi…… ? »

« Aah, Yoshino est comme toi — un Esprit. »

« ……… !? Cette fille en est ? »

Tohka adopta une voix dubitative tout en fronçant ses sourcils.

« — Ce n’est pas tout. Puisqu’elle…détient aussi des pouvoirs, elle ne peut rien faire pour elle-même, exactement comme toi, elle a souffert pendant tout ce temps…… ! »

« ………… ! »

« Je lui ai — promis que je deviendrais son héros et que je la sauverai……Mais, avec seulement mon pouvoir, je ne peux même pas la poursuivre…… ! »

Une fois encore, il baissa sa tête bien bas.

« Je t’en prie, Tohka. S’il te plait, prête-moi…ton pouvoir ! »

« …………… »

Le silence s’ensuivit.

Mais — il ne dura pas très longtemps.

*Suuuu — …haaaaaa*, il entendit le son de quelqu’un respirer.

« …………….Uh, haha. »

L’écho d’un petit rire pouvait également être entendu.

Lorsqu’il leva sa tête, il comprit que Tohka avait posé sa main sur son front.

Et cette bouche commença à articuler.

« ……Aah, je vois. C’est vrai. Comment j’ai pu oublier quelque chose comme ça. — La personne qui m’a sauvée, c’était ce genre d’homme. »

« Tohka… ? »

A cause de la pluie, il n’avait pu entendre clairement ce que Tohka venait de dire. Il lui répondit plein de doutes.

Mais, avant même sa réponse, Tohka se retourna immédiatement.

« — Tout ce que j’ai à faire c’est de la prendre en chasse, non ? »

La voix digne de Tohka résonna dans les tympans de Shidou, comme si elle effaçait les bruits de la pluie.

« ………Tohka ! »

« N’en dis pas plus. Le temps est précieux. »

Après avoir dit cela, elle s’avança de quelques pas et *GAN* ! Elle frappa du pied le luxueux trône <Sandalphon> qui se trouvait là.

Lorsqu’elle l’eut fait, le trône géant tomba en avant et prit une forme étrange.

« C-C’est— ? »

« Monte dessus. Tu es pressé non ? »

Lorsque Tohka monta sur le dossier du trône, elle incita Shidou à en faire autant.

« Ah, aaah…… »

Devenant perplexe, Shidou suivit Tohka et grimpa sur <Sandalphon>. Au lieu d’un trône, il avait maintenant l’apparence approximative d’un bateau ou d’une planche de surf.

« — Accroche-toi. »

Et alors que Tohka prononça ces quelques mots.

« …………… !? »

Avec une terrible accélération, <Sandalphon> commença à glisser sur le sol gelé.

Le corps de Shidou était attaqué par la pression d’un vent meurtrier et par la gravité. Immédiatement, Shidou s’agrippa aux décorations à l’arrière.

Alors que Tohka, pour sa part, s’accrochait à rien du tout et restait calmement sur le dossier de <Sandalphon> comme si elle avait de puissants aimants accrochés sous la plante de ses pieds.

« Si nous restons à cette vitesse, nous allons la perdre de vue ! Allons plutôt comme ça ! »

« O — Ou…… »

Sous l’effet de l’incroyable pression du vent, Shidou pouvait à peine laisser échapper sa voix.

« — Sérieusement. »

Dans l’interphone de son oreille droite, c’était comme si la voix de quelqu’un résonnait. C’était Kotori.

« Bien que Tohka y ait très bien répondu, c’était très bien mais — c’était irréfléchi, Shidou. »

« Désolé, j’écouterai tes plaintes plus tard… ! Prête-moi simplement ton pouvoir maintenant sans rien dire, Kotori… ! »

Kotori poussa un soupir et continua de dire.

« — Bien sûr. C’est ta mission de sauver les Esprits. Nous ne ménageons aucun effort lorsqu’il s’agit de t’aider. »

« Je t’en suis redevable…! »

Et, à ce moment, la vitesse de <Sandalphon> augmenta. Shidou mit de la force dans son cou et, d’une certaine façon, il mit son pied sur le dos de <Sandalphon>, et tout en étant retenu par Tohka, ils continuèrent d’avancer sur la glace.

« —— Equipe B, en avant! Nous allons piéger [l’Hermite] ! »

« Roger ! »

Dans les communicateurs, elle entendit les voix de Ryouko et des autres membres de l’AST qui venaient de lui répondre.

Origami, avec 2 autres membres de l’AST, changèrent délicatement de direction et se retirèrent de l’équipe principale prenant en chasse [l’Hermite].

La localisation de la cible serait à environ 1 kilomètre droit devant au point d’intersection.

Pendant que le Territory neutralisait la force de gravité qui aurait été suffisamment forte pour faire perdre conscience ou, tout simplement, faire en sorte qu’elles ne puissent pas ouvrir les yeux sous l’effet de la pression du vent, elles atteignirent l’endroit indiqué.

« …… »

Et avec cette sensation de frapper l’air du pied lorsqu’elle utilisa son frein, elle dévia jusqu’à cet emplacement.

Dans son champ de vue, elle eut un bref aperçu de [l’Hermite] s’avançant dans sa direction.

Au même moment, les 3 membres de l’équipe B confirmèrent l’observation, ils se séparèrent à gauche et à droite, ils émirent un ordre dans leurs têtes et 2 unités de soutien, qui étaient équipées avec des propulseurs sous les aisselles, s’envolèrent en renfort depuis le sol.

Les 6 membres des unités de soutien léger restants étendirent des fils de lumière et les emmêlèrent les uns aux autres afin de former une toile.

« —— Déploiement de la toile laser achevée. Machine Beta et Gamma reliée l’une à l’autre. Confirmé. »

« Ok, nous allons l’acculer ! »

Lorsqu’Origami prononça cette phrase, elle entendit la voix de Ryouko, s’écriant à travers les communicateurs, elle confirma qu’elle poursuivait bien [l’Hermite].

« ………. !? »

[L’Hermite] arriva finalement et parût remarquer qu’une embuscade lui avait été tendue.

Mais — c’était trop tard.

En face, et sur la droite et la gauche en même temps, la lumière d’un filet magique tendu lui barra la route. Derrière elle, Ryouko et l’équipe A la poursuivait.

Et juste devant, Origami et l’équipe B flottaient avec leur filet laser.

« A ——— ah, ah, aah…….—— »

[L’Hermite], qui était agrippée sur le dos de la poupée, ouvrit grand ses yeux et laissa échapper ces sons pleins de détresse.

« A tous les membres — attaquez ! »

L’AST n’avait pas l’habitude de montrer de la sympathie ou de pitié pour les Esprits.

Avec ces ordres, tous les membres de l’AST dégainèrent leur épée laser <No pain>, épée qui faisait partie de leur équipement de combat rapproché standard surpuissant, et chargèrent [l’Hermite.]

— Mais,

« U…a, aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh— !? »

Au même instant que [l’Hermite] s’écria, il y eut une incroyable turbulence qui survint dans les alentours.

Les gouttes de pluie, qui tombaient, se figèrent et se changèrent en grêle, puis vinrent tourbillonner et couvrir cette dernière ; ils prirent l’apparence d’un dôme de blizzard.

Origami ne s’en préoccupa pas et se projeta avec son épée <No pain> contre la barrière de glace qui protégeait [l’Hermite].

Il y eut une réaction immédiate.

A l’endroit où la barrière fut touchée, l’épée <No pain> et le Territory qui entourait Origami produisirent un bruit de craquement et commencèrent à geler.

Immédiatement, Origami fit disparaître l’épée <No pain> et désactiva son Territory.

« ……………Ku —— »

Le poids de son corps et de l’équipement qu’elle portait, se fit soudain sentir et le paysage, qui était jusque lors clairement visible, devint flou, elle devint incapable de voir autour d’elle.

En plus de tout cela, l’air froid perçant qui avait emplit la ville et la pluie glaciale qui tombait du ciel, attaquèrent le corps d’Origami pour la première fois.

En clin d’œil, l’environnement à effet de serre devint quelque chose de proche du sommet d’une montagne enneigée en plein cœur de l’hiver. Son cœur eut un violent soubresaut alors qu’elle eut peur. Origami fut affligée d’une respiration pénible.

« Territory basique réactivation. »

Malgré la sensation d’épuisement qui allait la faire s’évanouir, d’une certaine façon, elle trouva la force de formuler ces mots.

Lorsqu’elle le fit, une barrière invisible se manifesta, une fois de plus, autour d’Origami et la fit flotter lentement. Elle activa ses propulseurs et parvint à s’échapper, tant bien que mal, de la barrière de [l’Hermite].

« Kuh….Tout le monde, vous allez bien ? »

La voix de Ryouko se fit entendre. Elles auraient pu utiliser la même méthode qu’Origami pour échapper à la barrière.

Mais lorsqu’on effectua le compte des voix qui répondirent, en incluant Origami, il n’y eut qu’un total de 5 personnes.

Deux personnes de plus avaient dues être gelées avec leurs Territory.

« ………………. »

Origami porta son regard sur le dôme de blizzard qui venait d’apparaître au bout de cette route gelée.

*Goooooooooooo —— il y avait des hurlements graves qui accompagnaient le tourbillon, c’était un hémisphère d’environ 10 mètres de rayon.

Les projectiles de glace chargés du mana enragé de l’Esprit formaient une forteresse d’air glacial.

Les épées plasma et les Territory qui n’avaient normalement pas de substance avaient aussi été gelés, il était évident que ce n’était pas un blizzard normal.

« Tsk……c’est ennuyeux. Qu’est-ce que nous allons faire à propos de ça ? »

« — Ce n’est pas comme s’il n’y avait aucun solution. »

En faisant cette remarque, elle envoya les données de la barrière qu’elle avait scannée auparavant aux autres membres.

« C’est… »

« Oui. La valeur de mana couvrant la barrière n’est pas un gros problème. Il réagira à la puissance magique de nos Territory et focalisera temporairement sa puissance défensive sur ce point précis. »

« Ce qui veut dire…qu’en désactivant le Territory, nous ne serons pas gelées. »

« Probablement. »

Lorsqu’Origami affirma ceci, Ryouko grommela avec difficulté.

« Ça ne semble pas bien réaliste. Peu importe la façon dont nous pouvons échapper à la congélation, ça reste une barrière de morceaux de glace tourbillonnants. Bien que nos armures embarquées disposent de propriétés anti-projectiles intégrées, cependant… je ne pense pas que nos corps tiendront jusqu’à ce que nous l’atteignions. »

Ryouko exprima cela et un autre membre proposa son opinion.

« Pourquoi pas — un barrage de tirs en utilisant une arme sans aucune magie. »

« …… Ce sera difficile également. Même si par chance, nous passerions au travers de la barrière, l’Esprit dispose toujours de sa Tenue Astrale, vous savez ? En utilisant une attaque physique sans aucune magie, nous ne causerons après tout aucune blessure à l’Esprit. »

C’est vrai, ce que Ryouko disait à cet instant était logique.

La Tenue Astrale des Esprits ne pouvait être brisée que par une source magique produite par le Realizer.

La barrière de blizzard qui couvrait la zone avait également ce genre de source magique.

C’était un mur à double couche constitué d’éléments différents. C’était quelque chose de perturbant.

Mais, Origami activa ses propulseurs et s’envola dans le ciel.

« Origami ? »

« Faire ainsi ça marche. »

Origami marmonna cela, baissa ses yeux et retint sa respiration pour accroitre sa concentration.

Et, autour d’elle, le Territory qui étaient déployé et qui avait normalement un rayon de 3 mètres, s’étendit immédiatement à environ 10 mètres.

Plus le rayon de son Territory s’étendrait, moins la densité provoquerait une baisse de ses capacités.

Le Territory, qui était à présent étendu à 10 mètres de rayon, n’était probablement pas en état d’arrêter les attaques de l’Esprit.

Mais — ça irait. C’est ainsi qu’Origami se rapprocha d’un appartement résidentiel.

« —— ! »

— * GOGOGOGOGO*…. !

La partie du haut du bâtiment qui entra dans la portée étendue du Territory se déforma et fut projetée dans les airs.

Le béton des murs extérieurs s’écailla, les matériaux d’isolation thermique furent déchiquetés et un son douloureux pour les oreilles fut émis alors que la fondation de béton du bâtiment fut déformée de force. Que ce soit les fournitures de bureaux à l’intérieur du bâtiment, ou bien encore les ordinateurs ou les documents, toutes ces choses-là étaient poussés hors du Territory et furent projetées séparément.

C’était très lourd. Le cerveau d’Origami commença à ressentir un stress intense et un violent mal de tête l’affecta.

« O-Origami…. !? Qu’est-ce que tu fous ? »

Origami ne prêta pas attention à elle et continua de faire flotter la partie supérieure du bâtiment, puis elle s’envola au-dessus de la barrière de [l’Hermite].

Puis, prenant une petite inspiration, elle dit,

« Je l’écrase avec une bonne quantité de matériaux. Avec ça, la barrière devrait se désactiver pendant quelques instants. Et nous la ciblerons. »

« ……Sérieusement… tu es toujours si imprudente… ! »

Après que Ryouko eut dit cela avec un soupçon de soupir, elle donna ses ordres.

« Tout le monde, vous avez entendu !? Même si c’est imprudent, il semble n’y avoir aucun autre choix. A tous les membres, chargez la puissance au maximum ! Et restez hors de la portée de la barrière ! Tout le monde attaquera en même temps lorsque la barrière disparaîtra ! »

« Roger ! »

Les magiciennes restantes de l’AST se mirent en place avec tous leurs équipements et activèrent leurs Realizers.

Origami retint son souffle et abaissa la main qui portait le bâtiment.

Le morceau de métal et de béton qui était incroyablement lourd descendit droit sur le dôme de blizzard.

— Mais,

Origami sourcilla légèrement.

Elle fut attirée par l’apparition d’une ligne sur le morceau de bâtiment qu’elle venait de projeter et, suivant cette dernière, le morceau géant de béton se sépara en deux.

« ………. »

Non — ce n’était pas tout.

Les débris séparés furent découpés en petits morceaux, tout cela en un flash de secondes.

Au moment où le bâtiment toucha le sol, il était déjà devenu une multitude de fragments et de petits débris.

Et la barrière de [l’Hermite] — était toujours là.

« C’est —. »

Et au moment où elle prononça cela, dans son oreille *Beep* *Beep* une sonnette agressive venait de sonner.

« Origami ! Les données spirituelles sont en hausse ! Ces enregistrements sont —. »

Avant que Ryouko n’ait le temps de finir sa phrase, Origami réduisit le Territory, qui était étendu à 10 mètres de rayon, en une version condensée de 2 mètres, ce qui était plus petite que d’habitude.

L’équipement de grande envergure qui dépassait du champ du Territory subit les lois de la gravité et tomba au sol.

En cet instant — en face d’Origami, une chevelure noire comme la nuit se balança.

« ……… ! »

Sur le Territory qui était compressé pour accroître ses capacités défensives, une pression intense venait de lui être appliquée.

Inutile de dire pourquoi. C’était parce que la fille, qui venait d’apparaître devant elle, venait de frapper Origami avec son épée.

« Fuun, tu t’es défendue contre ça, huh ? »

« …………………Yatogami…Tohka. »

Origami venait de prononcer ce nom comme si elle le grommelait, puis elle prit l’épée laser <No pain> à sa hanche et porta un coup d’épée à Tohka, dont le corps était couvert de-ci de-là par sa délicate Tenue Astrale.

« To —— »

Après que Tohka eut esquivé d’un mouvement rapide comme l’éclair, elle se posa sur le haut d’une clôture de toit sur un immeuble voisin.

« Qu’est-ce que tu fais ? »

Tout en dirigeant son épée de lumière vers elle, avait-elle demandé à la Tohka qui venait soudainement d’apparaître.

Après avoir remonté les mèches de cheveux de son front trempées par la pluie, Tohka eut un sourire déplacé.

« — Fuun, désolé pour ça, je ne te laisserai pas importuner Shidou. »

« ………………. »

Malgré un questionnement sur l’évocation du nom de Shidou, Origami fixa la poignée de sa <No pain>.

« Kuh — pourquoi la [Princesse] est apparue ici ? Est-ce qu’elle est venue pour sauver [l’Hermite] ? »

Ryouko venait de formuler ces interrogations d’un air irrité.

Oui. C’était bien l’Esprit de rang AAA — répondant au nom de code, [Princesse].

Provenant de la fille en face d’elle, les données Spirituelles, qui étaient habituellement indétectable, donnaient à présent un faible signal.

« — Kuh, nous nous occuperons de [l’Hermite] plus tard. A tous les membres, changez de cible, attaquez la [Princesse] ! »

Ryouko venait de crier ces ordres — c’était sûrement la décision la plus appropriée.

C’était peut-être la chance d’abattre [l’Hermite] mais elles seraient sans défense si la [Princesse] venait à les prendre pour cible lorsqu’elles seraient occupées à tirer.

La barrière était certainement un problème mais aussi longtemps qu’elles se tiendraient à distance de cette dernière, l’Hermite n’entamerait pas une attaque à leur encontre. C’était donc une décision naturelle que de remettre l’attaque à plus tard.

Mais — elle se demanda pourquoi.

Ryouko et les autres flottaient dans les airs et regardaient Tohka qui elle-même observait dans leur direction ; elle aperçut que Tohka venait de faire un petit signe de tête. C’était comme si — ses attentes allaient se réaliser.

Quoi qu’il en soit, il n’y avait plus assez de temps pour prendre cela en considération. Lorsque Tohka frappa du pied la clôture de l’immeuble, elle brandit à nouveau son épée et s’approcha d’Origami.

« Kuh —. »

Origami fixait la poignée de son épée de lumière et se propulsa dans les airs pour accepter le défi.

Revenons 3 minutes en arrière.

« — Qu’est-ce que c’est!? Shidou! »

Sur <Sandalphon>, qui glissait sur la route gelée à une super haute vitesse, Shidou était soutenu par Tohka et se tenait à peine dessus. Lorsque Tohka eut formulé ces mots, Shidou leva sa tête en conséquence.

« ………… Qu……… ! »

C’était une scène bien étrange.

Sur le sol un blizzard tournoyant, c’était un bel hémisphère — et, autour de lui, il y avait les magiciennes de l’AST qui se tenaient prêtes avec leurs armes exagérées.

« Qu’est-ce que c’est — que ce truc… ! »

« …… C’est la barrière que Yoshino a dressée. Fumu, elle a été très bien faite. »

Au moment où Shidou avait dit cela, Reine lui communiqua brièvement les résultats des analyses du dôme d’air glacial.

Magique — ce qui voulait dire que c’était une forteresse de glace qui contre-attaquerait en cas d’émissions d’attaques magiques de l’unité CR de l’AST.

Shidou simplifia les informations données par Reine encore davantage avant de les transmettre à Tohka. Cette dernière [muu…] mit ses mains sur ses mâchoires et grommela avec difficulté.

Et, cette fois, la voix de Kotori fit trembler le tympan de son oreille droite.

« Les choses sont devenus troubles. Avec quelque chose comme ça, personne ne peut approcher Yoshino. »

Si on raisonnait logiquement, c’était vrai.

Mais — *Gulp* Shidou avala sa salive et, [Non], articula ce mot.

Il y en avait une. Il y avait quelque chose qui le dérangeait.

« Bien que ce soit quelque chose que nous devons tester pour apprendre mais…mais ce ne sera peut-être pas nécessaire. »

« Qu’est-ce que tu racontes ? »

Et, un changement survint dans la scène devant lui.

Lorsqu’il constata qu’Origami flottait dans les airs, elle arrachait le haut d’un immeuble voisin et le portait en direction de la barrière de Yoshino.

« Que… ? »

« — Tsk, est-ce qu’elle envisage de fracasser la barrière comme ça ? C’est une manière bien drastique de s’y prendre. »

Kotori prononça ces mots irritée.

« Qu-Que devons-nous faire— »

Au moment où Shidou dit cela.

« — Un. »

Tohka, qui se tenait non loin de lui, éclaircit légèrement sa gorge.

« Shidou va utiliser cette méthode en quelque sorte…ce que vous savez…pour sauver cette Yoshino ? »

« ……Non, err…je ne sais pas si c’est possible ou non — »

Lorsqu’elle prononça ces mots, il claqua des dents.

« — Non, il y a une manière. Je vais faire quelque chose pour ça…définitivement. »

« Je vois. »

Lorsque Tohka dit cela, *grin*, elle leva le bord de ses lèvres.

« Tohka… ? »

« Et puis, je vais laisser ce problème à Shidou. Laisse-moi l’AST, ou quoi que ce soit. Je ne vais…vraiment pas les laisser te déranger, Shidou. »

Tohka laissa échapper ces mots et courut en avant, toujours à bord de <Sandalphon> qui était toujours en mouvement — ensuite, elle agrippa la poignée de son épée, qui dépassait de l’extrême pointe du dossier du trône.

Elle frappa ensuite du pied l’arrière de cette chaise et, ainsi, elle s’envola dans les airs — elle prit la direction d’Origami, qui portait le bâtiment.

« Ce…Cette fille… ! »

Alors que Shidou se trouvait toujours sur <Sandalphon>, qui était toujours en mouvement, il ouvrit grand ses yeux pleins de surprise.

Immédiatement, il se mordit l’intérieur de sa bouche, concentra ses pensées et il porta un regard sévère droit devant lui.

Ce qu’elle s’apprêtait à faire à l’instant était dangereux mais il n’allait pas crier à quel point c’était imprudent.

L’Esprit Tohka, la fille qui avait enfin réussi à échapper au cycle des batailles sans fin.

Cette fille allait, à présent — afin de sauver Yoshino — et pour appuyer la détermination de Shidou, elle allait à nouveau se jeter sur le champ de bataille.

A part lui rendre la pareille suite à cette décision, il n’y avait aucune action existante que Shidou pouvait entreprendre pour se faire excuser— !

Shidou courba son corps, tout en restant agrippé sur <Sandalphon>, et se précipita sur la barrière de Yoshino.

En milieu de chemin, pour avoir une ultime confirmation, Shidou demanda à Kotori.

« — Kotori. Il y a quelque chose que je voudrais que tu me confirmes. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Même si ce n’est pas quelque chose qui me préoccupait vraiment, il y a une chose… J’ai oublié de te demander. Le jour où les pouvoirs de Tohka ont été scellés — j’ai été abattu par Origami, pas vrai ? »

Oui. Si la mémoire de Shidou était juste. En cette journée, Shidou avait été tiré, par erreur, par Origami.

Il fut affligé d’une blessure à laquelle une personne normale n’aurait jamais survécu.

Après un silence d’un temps, Kotori répondit.

« Oui. — C’est vrai. »

« Qu’est-ce que…c’était que ce truc ? Est-ce qu’il s’agit aussi d’une de mes capacités inexplicables ? »

« ……C’est à moitié vrai et à moitié faux. »

« Ce qui veut dire ? »

Lorsqu’il reposa une question en retour, Kotori eut un grognement comme s’il s’agissait-là d’un dilemme, puis elle poursuivit.

« C’est exactement vrai de dire que c’est une de tes capacités. A chaque occasion où ton corps recevra une blessure mortelle, celui-ci s’embrasera par du feu et, une fois de plus, il revivra. C’est la capacité cheatée et honteuse d’une horreur mort-vivante. — Ce n’est pas comme si nous allions la laisser inexpliquée. »

Shidou plongea dans des interrogations.

Mais — il n’y avait pas de temps pour ça, maintenant.

« — Pour l’instant, je ne vais pas t’en demander la raison. Mais, il y a quelque chose que je voudrais te demander à nouveau. Même si je suis blessé mortellement, je vais guérir grâce à elle. Il n’y a pas d’erreur là-dessus, non ? »

« — Oui. C’est correct. »

Kotori venait de répondre, Shidou prit une profonde inspiration.

« ……C’est bien. Si c’était simplement mon imagination, je serais en train de me diriger vers ma mort actuellement. »

« ……Shidou…Ne me dis pas que tu prévois de… »

Et — au moment où Kotori venait de dire cela, le bâtiment, qui flottait dans le ciel, fut découpé en morceaux par Tohka, il devint une multitude de fragments de béton qui tombèrent au sol.

Immédiatement, les membres de l’AST, dans la zone alentour, changèrent de cible et s’envolèrent dans le ciel en direction de Tohka.

Grâce à cette diversion, <Sandalphon>, sur lequel se trouvait Shidou, fut capable d’arriver jusqu’à la base de la barrière de Yoshino.

Ou devrait-on dire — avec un trop grand excès de vigueur, l’extrême pointe du trône s’enfonça dans la barrière.

« Eek…… !? »

*Gakun* un puissant tremblement affecta Shidou.

Mais, il ne pouvait pas rester surpris trop longtemps. Avec un bruit aigu incroyablement perçant, la partie de <Sandalphon>, qui avait touché la barrière, fut congelée également.

Elle avait définitivement réagit au mana de <Sandalphon>.

« C’est mauvais… »

Lorsque Shidou descendit de <Sandalphon> en panique, il se tint juste en face de ce blizzard massif à la forme de tourbillon.

C’était une barrière de tempête de glace déchaînée. Lorsqu’il la vit en face de lui, l’intensité de cette dernière présentait une énorme différence.

« Yoshino — est à l’intérieur. »

Après avoir marmonné, il déplaça la marionnette de sa poche à ses vêtements.

Puis, il courba son corps en avant pour la couvrir — Shidou fit un pas en avant.

« Shidou, s’il te plait, arrête. Qu’est-ce que tu as l’intention de faire ? »

Dans son oreille droite, des mots restrictifs se firent entendre. Mais Shidou n’arrêta pas ses jambes.

« — Uh, tu as l’intention d’entrer dans la barrière avec juste ton corps ? Et seulement en comptant sur ton pouvoir de régénération ? C’est trop imprudent. Arrête-toi ! »

Face à ces mots admirables qui lui laissaient à penser que Kotori n’était pas en mode Commandant, Shidou eut un sourire sec.

« Oi oi…Au moment où j’ai été tiré dessus, j’ai entendu dire que tu n’avais même pas un peu été agitée, tu sais ? »

« La situation à cet instant était différente. Dans la zone couverte par le blizzard, la circonférence extérieure de la barrière interne est de 5 mètres avant d’atteindre la cible. Il s’agit de 5 mètres, tu comprends ? Sur cette distance, c’est comme avancer en se prenant des tirs de fusil à pompe, tu saisis ? Et, de plus, si du mana est détecté à l’intérieur de la zone, tu seras congelé tout comme le <Sandalphon> de Tohka. »

Et tout en avançant de plus en plus, Kotori continua de parler.

« Est-ce que tu comprends ce que je suis en train de te dire ? Je suis en train de te dire que pendant tout le temps que tu seras dans les bords extérieurs de la barrière, tes blessures ne guériront pas. La différence est grande comparée à celle d’être blessé par une seule balle. Si ta capacité s’épuise à mi-chemin, il n’y a pas de doute tu vas mourir !? »

« ……Mana — Alors ma capacité de régénération est bien un pouvoir d’Esprit, hein ? »

« ……Uh. »

Il entendit le son d’un étouffement provenant de Kotori.

Mais, Shidou ne s’arrêta pas.

C’était compréhensible qu’il s’agisse d’un geste stupide mais il ne pouvait pas s’arrêter.

C’était parce que Shidou avait fait une promesse.

Celle de sauver Yoshino. Et celle de — devenir lui-même le héros de cette dernière.

Après avoir pris une profonde inspiration, il mit le pied à l’intérieur de la barrière.

« Shidou — ! Shidou ! Arrête ! »

De manière inhabituelle, Kotori commença à crier désespérément.

« — Stop…uh, Onii-cha— »

Mais atteignant la limite de la voix, dans l’oreille de Shidou, il ne put entendre que le bruit du violent blizzard.

« U, e………., e……… uh. »

Au centre de la barrière, Yoshino était accroupie sur le dos de <Zadkiel> et pleurait.

C’était un lieu paisible à tel point qu’on ne se serait pas cru à l’intérieur d’un blizzard déchainé. Seul le bruit des sanglots et des reniflements de Yoshino pouvaient être entendus alors qu’ils résonnaient bruyamment.

Elle était effrayée et ne pouvait pas sortir à l’extérieur. Mais, à l’intérieur — elle était bien seule.

« Yo…shi…non…uh… »

Avec une voix pleine de larmes, elle prononçait le nom de son amie.

« O.U.I. »

« ………….. !? »

Yoshino haussa ses épaules surprise et leva, immédiatement, la tête pour regarder autour d’elle.

« —— ! »

Elle essuya ensuite ses larmes et ouvrit grand ses yeux.

Juste à la frontière de la bordure extérieure et de la partie intérieure de la barrière, elle venait d’apercevoir une marionnette qui lui était familière.

« ! Yoshinon…… !? »

Yoshino cria et sauta du dos de <Zadkiel> pour courir vers sa position.

Il n’était pas possible que Yoshino eut fait une erreur.

Cette marionnette était indubitablement son amie [Yoshinon], qui avait disparu au cours de ces derniers jours.

Mais —

« ……………….Hii…………… ! »

*Thud* !

Derrière [Yoshinon], quelqu’un venait de tomber à l’intérieur de la zone. Yoshino s’arrêta instinctivement.

Non — pour être précis, la personne qui venait de tomber était celle qui portait [Yoshinon] sur sa main.

Elle ne pouvait pas déterminer de qui il s’agissait simplement à sa vue.

C’était parce que la personne en question était couverte entièrement de tâches de sang et de blessures.

« Uh… »

Cette personne avait dû forcer le passage à travers la barrière de Yoshino. De ce corps, une grande quantité de sang s’écoula sur le sol autour de lui.

Les yeux de Yoshino en étaient sûrs. Plutôt que de le décrire comme un humain, c’était bien plus un cadavre.

Mais, immédiatement, Yoshino n’eut plus besoin d’inspecter le corps.

Soudainement, ce dernier, qu’elle pensait à moitié-mort, se mit à briller. C’était comme si les innombrables blessures infligées à celui-ci étaient léchées par des flammes rampant à leur surface.

Alors que Yoshino se tenait abasourdie, les blessures de la personne s’évanouirent.

Et — finalement, les traits de visage purent être distingués.

« …………………. !? Shidou-sa……… »

Yoshino laissa échapper une voix choquée.

Oui, cet humain épuisé était Itsuka Shidou.

Shidou roula par terre et, lorsque sa tête fut orientée vers le haut, *fuuuuuu*………….Il poussa une profonde inspiration.

« Je…Je pensais que j’allais y rester. »

Shidou, qui était à peine à l’intérieur de la barrière, prenait de grandes inspirations. Et, après que son cœur, qui avait failli s’arrêter, se soit calmé, il se releva lentement.

Même si la partie extérieure de la barrière était comme une mitrailleuse à tempête de grêle, l’intérieur était réellement paisible. C’était une zone qui n’avait rien d’étrange. Cela lui rappelait, à bien des égards, l’intérieur d’un igloo.

Et à l’intérieur, il y avait une poupée géante et une fille, aux yeux semblables à ceux des lapins et qui pulsaient une lueur rouge.

« — Yoshino ! »

Lorsque Shidou l’appela, il se releva en portant la marionnette de lapin.

« Comme promis, je— suis venu te sauver…… ! »

« U,e, eeeee………………… »

Les larmes dans ses yeux s’accumulèrent et elle commença à pleurer.

« Uwah……. att— N-Ne pleure pas. Es-Est-ce que j’ai fait quelque chose qu’il ne fallait pas… ? »

Shidou bougea prestement ses mains mais Yoshino fit non de la tête.

« Tu te…………trompes, je suis ……. contente……….que tu ……….sois venu… »

Après avoir dit cela, [Ueeee….], elle recommença à pleurer.

Alors que Shidou eut apparemment un sourire sec, il avança sa main droite et tapota délicatement la tête de Yoshino.

Puis, avec la marionnette qui était posée sur sa main gauche, *clatter* *clatter*, il essaya de la faire bouger.

« Ya-ha-, ça fait un bail. Tu vas bien ? »

Il marmonna cela avec sa bouche tout en parlant afin de faire croire qu’il s’agissait de ventriloquie.

Bien que ce fût un acte maladroit, Yoshino balança sa tête vers l’avant plusieurs fois.

Si on la considérait normalement, c’était une bien étrange scène.

C’était parce que [Yoshinon] était la marionnette qui bougeait par le biais du ventriloquisme de Yoshino.

Mais —

Shidou se souvint de ce que Reine lui avait dit quelques temps auparavant.

« ………. D’après les résultats de l’investigation que nous avons recueillis, concernant la classe du présent Esprit, nous avons découvert qu’il y avait en elle une présence cachée plus petite et inhabituelle. »

« Errrr……Ce qui veut dire — ? »

« ……………… Cela veut essentiellement dire qu’il y a une autre personnalité à l’intérieur de Yoshino qui apparaît seulement lorsqu’elle porte la marionnette. »

« ! C-Ca veut dire…… Yoshino est au courant aussi ? »

« …….Peut-être, peut-être pas. Mais il y a une chose de certaine, la personne avec qui tu as eu une conversation au centre commercial, n’était pas Yoshino, c’était plutôt l’autre personnalité qui passait au travers de la marionnette. Yoshino, à cet instant, avait laissées toutes les interactions à Yoshinon et était proche d’un état où elle fermait volontairement son cœur. C’est la raison pour laquelle ses pouvoirs n’ont pas été scellés même lorsque tu l’as embrassée. »

« ………… »

« ………… Il y a encore quelque chose. Concernant la raison pour laquelle Yoshinon est apparue, il y a quelque chose de très intéressant à propos de ça. »

« Quelque chose d’intéressant ? »

« ……….Aah, il y a plusieurs raisons pour lesquelles elle a donné naissance à cette personnalité autre que la sienne mais — les plus évidentes étaient probablement pour fuir des mauvais traitements, une profonde angoisse ou du stress. Pour faire court, la raison pour laquelle elle a créé une autre personnalité était pour faire en sorte que quelqu’un d’autre subissent ces expériences douloureuses à sa place. »

« Ce qui veut dire……comme on pouvait s’y attendre, c’était pénible pour elle que l’AST prennent continuellement pour cible son existence — ? »

« ……….Non. — C’est dur à croire mais cette fille, en vue d’éviter de blesser les humains à sa place, a donné probablement naissance à cette nouvelle personnalité pour restreindre ses propres pouvoirs. »

« —— Uh. »

« …………. Shin. S’il-te-plait, tu dois en définitive sauver cette fille. Tu serais un menteur … si tu ne voulais pas sauver cette douce et tendre petite fille. »

— Suite à cette conversation.

« …………………. »

« Mer…ci……beau…coup. »

Et, contre toute attente, Yoshino baissa la tête.

« Eh ? »

« …………. Pour avoir sauvé Yoshinon. »

Après que Shidou eût gratté sa joue, [aah] il acquiesça.

«  La prochaine c’est — Yoshino. Je vais te sauver toi. »

« Eh…… ? »

Yoshino y répondit pleine de curiosité. Shidou s’agenouilla pour voir Yoshino dans les yeux.

Il ne pouvait plus rien entendre à travers l’interphone. Il avait dû se casser lorsqu’il avait traversé la barrière.

C’était pénible de ne pas connaître l’état mental de Yoshino mais il n’avait pas le choix.

Quoi qu’il en soit, il devait le faire.

Le contact avec Yoshino lorsqu’elle avait perdu sa marionnette et la conversation qu’il venait d’avoir.

Avec seulement ces quelques moments, il croyait avoir accumulé le minimum requis pour avoir la confiance de Yoshino.

« — Errr, à propos de ça, Yoshino. En vue de te sauver — errrm, il y a une chose que je dois faire. »

« Qu’est…ce que c’est ? »

Alors que Shidou engloutit sa salive à travers sa gorge sèche en raison de sa nervosité, il poursuivit.

« ……Errm, ne me prends pas pour un type bizarre, s’il-te-plait… Est-ce que tu te souviens à propos du baiser ? »

L’espace d’un instant, Yoshino eut un visage inexpressif et elle hocha immédiatement de la tête.

« ……Uh, je, je vois. Errr—— ermm …. En vue de me sauver, tu dois le faire… Non, je ne vois pas ça de manière étrange ! C’est — »

Et —

« — Eh ? »

La voix de Shidou s’arrêta là.

La raison en était simple — Yoshino ferma brusquement ses yeux.

Et, sur les lèvres de Shidou, *Chu*, elle apposa un baiser.

A ce moment-là, Shidou fut frappé par une…sorte de sensation chaude qui s’écoula à travers son corps.

« ………… !? Yo-Yoshino…… ? »

« …………….. ? »

Yoshino pencha sa tête légèrement de côté.

« Est-ce que…….je l’ai… mal fait… ? »

« N-Non… tu ne t’es pas trompée……mais… »

Lorsque Shidou exprima cela, Yoshino acquiesça en guise de consentement.

« Si c’est ……Shidou-san qui le dit, j’y crois. »

A ce moment — <Zadkiel>, qui se tenait debout négligemment derrière Yoshino et la robe d’intérieur qu’elle portait, se changèrent en particules de lumière qui se propagèrent dans l’atmosphère.

Puis… la barrière de blizzard, qui les encerclait, perdit soudainement son énergie et disparut.

Les épaules de Yoshino se levèrent de surprise.

« …………… Shidou-san………c’est — »

Yoshino était dans un état où elle n’avait aucune idée de ce qui se passait, du coup ses yeux se tournait de-ci de-là. Et afin de couvrir son apparence à moitié nue, elle s’accroupit.

D’une certaine manière, lorsqu’elle eut ce genre de réaction, Shidou commença à se sentir embarrassé à son tour.

« Ah…aah, un, errr………… Je pense qu’il y a beaucoup de chose que tu veux me demander ! Ma-Mais pour le moment — »

Et — à ce moment-là.

« Un…… »

Yoshino plissa les yeux à cause de la luminosité. Après que les nuages eussent été dissipés — la lumière du soleil afflua.

« C’est chaud — »

C’était comme si Yoshino voyait le soleil pour la première fois, elle était fascinée.

Non, ce devait être réellement la première fois qu’elle le voyait.

Shidou se rappela. Il ne savait pas trop si c’était dans la nature de Yoshino de contrôler l’eau et l’air glacial, mais il semblait qu’à chacune de ses apparitions dans le monde, il pleuvait.

« C’est be~au. »

Elle marmonna, confuse.

Yoshino dit cela en regardant le ciel.

Shidou fut aussi attiré par celui-ci et leva également son visage en l’air.

Il trouva immédiatement ce que Yoshino regardait.

Dans le ciel qui était vidé des nuages gris — il y avait un magnifique arc-en-ciel qui le traversait.

— Mais, cet arrière-goût ne dura pas très longtemps. De manière inattendue, les corps de Shidou et Yoshino ensemble furent recouverts d’une mystérieuse sensation de flottement.

« Nowah…. ! »

« ………. !? »

Il avait souvenir de cette sensation. C’était le module de transport du <Fraxinus>.

Kotori avait dû les récupérer après avoir confirmé que le sceau était complet.

« ……………et. »

Après un moment, la vue de Shidou n’était plus sur une ville couverte de glace mais plutôt sur l’intérieur du vaisseau <Fraxinus> qu’il était habitué à voir.

« ………….. !? …………….. !? »

Comme on pouvait s’y attendre, Yoshino clignait des yeux sous le coup de la surprise.

Et — Shidou se tourna vers l’autre présence qui apparut dans la zone.

« Ooo…… tu es donc sauf, Shidou. »

Là, il y avait — Tohka qui se tenait debout dans son uniforme du lycée de Raizen brûlé à divers endroits. Il semblait qu’en même temps que Shidou et Yoshino, Tohka, qui était au cœur de la bataille, fut aussi récupérée.

« Tohka — ! Es-Est-ce que tu vas bien !? »

Au moment où Shidou articula ces mots, Tohka eut un soupir — la main qui tenait l’épée et les membranes de lumière qui étaient apparues sur la majeure partie de son corps, disparurent dans les airs.

« Umu. C’est pas grand-chose…mais plutôt, est-ce que ta condition n’est pas pire ? »

« Ah………… »

Après avoir souligné cela ; Shidou se gratta l’arrière de sa tête.

Les vêtements de Shidou étaient teints du rouge de son propre sang et étaient également parsemés de trous.

« Hii………… »

Yoshino venait d’émettre cette voix effrayée et elle se cacha dans l’ombre de Shidou.

Il semblait qu’elle n’était pas encore en bon terme avec Tohka. Shidou, involontairement, eut un rire sec.

« C’est bon Yoshino. Cette fille, c’est Tohka. Elle était avec moi — lorsque je suis venu te sauver. »

Lorsque Shidou eut dit cela, Yoshino porta timidement son regard sur le visage de Tohka.

« Toh..ka….san. »

« ………….nu. »

Après que Tohka eut regardé Yoshino avec une expression complexe, [umu], elle fit oui de la tête.

« Hmmm… ? »

Les sourcils de Shidou se renfrognèrent.

Venant du couloir, des pas bruyants se firent entendre.

La porte de la salle de transport s’ouvrit et Kotori entra avec une respiration saccadée.

« Ko-Kotori……. ? »

Après que Shidou eût articulé silencieusement sa surprise face à cette soudaine intrusion, Kotori porta son regard sur la totalité du corps de Shidou comme si elle l’examinait.

Et ensuite,

« Toi — frère stupide… ! »

« Higuuh……. !? »

Kotori pointa son poing en l’air avec toutes ses forces et le laissa tomber sur le plexus solaire de Shidou.

Qui plus est, un miraculeux coup de théâtre accompagna ce coup de poing. C’était un excellent dénouement.

« Guhaa……Que…qu’est-ce que tu fais!? »

« Faire quelque chose de si stupide…. ! Tu aurais simplement dû écouter ce que je disais ! »

« Uh ? Qu’est-ce que tu —? »

Shidou voulut adopter une voix accusatrice mais — il s’arrêta à mi-chemin.

La raison était simple. C’était parce que la sœur qui venait d’abattre son poing pressait à présent son visage sur la poitrine de Shidou, elle mettait ses bras autour de son corps, et dans cette position, *Gyuu*, elle mettait de la force dans ses bras.

« …… Tu aurais dû correctement…faire un calcul sur la limite de ta régénération avant… ! Et faire ce que je te disais, cela aurait été vraiment plus sûr…… »

« Koto…ri… »

Shidou expira et tapota la tête de Kotori.

« Désolé d’avoir faire quelque chose d’aussi irréfléchi. »

« Tu as été vraiment inconsidéré. Même une amibe est plus prudente. Espèce de créature unicellulaire. »

Pendant que Kotori appuyait son visage sur sa poitrine, *Blow* ! Elle souffla son nez et, finalement, s’éloigna de son corps.

Shidou, dont une partie de la poitrine était barbouillée de morve, se gratta la joue tout en affichant un sourire narquois.

Quoi qu’il en soit, Kotori venait de montrer qu’elle ne se fichait pas de tout ça. D’ailleurs — au moment où son visage quitta la poitrine de Shidou, son habituelle méthode de conversation, celle mordante du mode de Commandant, refit surface.

« — Franchement, y aller comme tu l’as fait…Chacun d’entre vous sera examiné de la tête au pied. Suivez-moi. »

Elle avait dit cela et ensuite *Pui* elle tourna sa tête et partit à travers le couloir.

« Haha…….. »

Shidou eut un rire impuissant puis il se tourna vers Yoshino et Tohka.

« Ok……eh bien, allons-y……Hmmm…. ? »

Il se demande pourquoi Tohka le regardait avec une expression mécontente.

« Tohka……. ? Quelque chose ne va pas ? »

« ! Non-Rien ! Dépêchons-nous et allons-y ! »

Après ces mots, Tohka se mit en marche lourdement.

« Qu’est-ce qui cloche…avec elle ? »

Après avoir formulé ces mots, Shidou avança aux côtés de Yoshino et se lança à la poursuite de Tohka.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *