Date a Live – Tome 2 Epilogue

« Qu……….Qu’est-ce que c’eeeeeeeeeeest ! »

Cela faisait deux jours que les pouvoirs de Yoshino avaient été scellés.

Suite aux examens, Tohka et Shidou furent finalement autorisés à rentrer chez eux. En cette matinée, lorsqu’il se réveilla, juste devant la résidence des Itsuka, quelque chose comme un bâtiment résidentiel se trouvait là.

Sur le terrain qui était vide deux jours avant, soudainement *Don*, il était surgit.

C’était comme avoir été trompé par un renard ou un raton-laveur.

« Quoi…je ne te l’avais pas dit avant ? Nous construisions une résidence spéciale exclusivement destinée aux Esprits. »

Et, derrière lui, une Kotori endormie venait de dire ces mots tout en frottant ses yeux.

« …………… ! Ne me dis pas que c’était de ça que tu parlais… ? »

« Oui. Même si elle paraît être une maison normale, sa résistance physique est une centaine de fois supérieure à la normale, et puisque le Realizer est en route, sa résistance magique est également parfaite. S’il n’y a que des petites bagarres, rien ne devrait transparaître. »

« Non, ce n’est pas ce que je voulais demander…… ! Quand est-ce que cette chose a été construite…… ! C’est impossible de le construire en à peine un jour ou deux ! »

« Bah. Même l’équipe de reconstruction des désastres de la JGSDF peut reconstruire un immeuble détruit en à peine une nuit. »

« Quo…… ? »

Cela paraissait vraisemblable une fois amené de la sorte. Cela devait être les effets du Realizer ou quelque chose comme ça.

« ………. Ce qui veut dire que l’information concernant la construction de la demeure était juste une vaste blague. »

« Ne dis pas du mal des autres. Je te l’ai dit auparavant que c’était une période d’essai pour Tohka de vivre hors du <Fraxinus>. »

« ………Nu. »

Il y avait de nombreuses choses qu’il ne pouvait encaisser mais c’était inutile de continuer de se défendre contre elle. Kotori se retourna et marcha en direction de la maison.

« — Donc avec tout ça, Tohka va vivre de l’autre côté de la rue à partir de demain. Je l’ai déjà dit à Tohka. Elle doit être en train de préparer ses affaires actuellement ? »

« Ah, aah……Je vois. Je suppose… »

Shidou se gratta la joue.

Elle avait vécu là jusqu’à ce que la zone résidentielle ait été finie mais, à présent, la santé mentale de Shidou allait finalement redevenir stable …….cependant, maintenant que ce jour arriva, ce n’était pas comme s’il ne sentait pas une certaine solitude.

« Ara qu’est-ce qu’il y a Shidou ? Tu veux continuer à vivre avec Tohka un peu plus longtemps ? »

« ! Non, ce-ce n’est pas vraiment le cas…… »

Shidou démentit dans la panique et Kotori leva simplement ses épaules.

« Eh bien, si vous voulez faire une genre d’erreur, ta dernière chance de le faire est aujourd’hui ou demain. »

« Quo…… qu’est-ce que tu racontes… ! »

« Effra~ayant. Retraite. Retraite. »

Alors que Shidou criait avec un visage tout rouge, Kotori sautilla et emboîta le pas vers la maison.

« …… Franchement, cette Kotori. »

Shidou se gratta la tête avec soulagement et souffla avant d’entrer dans la maison.

Et —

« Un…… ? »

Shidou à l’improviste leva ses sourcils.

Il y avait une petite fille vêtue d’une mignonne robe à une pièce, et sur sa tête une boîte qui lui cachait le visage, elle en sortit alors qu’elle sautilla et s’approcha de lui.

« ! Yoshino !? »

Shidou nomma la petite fille. La Tenue Astrale ne la couvrait pas mais — il n’y avait pas de doute.

« Ya-Ha, Shidou-kun. »

Alors que la marionnette *clatter**clatter* bougeait ses lèvres, une voix aiguë en sortit.

« J-Je te rencontre enfin. Désolée si je ne t’ai pas remercié avant. »

« Ah, non……pas grave. Qu’est-ce que tu fais ici ? Les examens sont finis ? »

« Un — seulement le premier examen. Même s’il y en aura d’autres, je leur ai dit que je voulais te remercier, Shidou-kun. Du coup, j’ai une autorisation spéciale pour sortir un peu. »

Après avoir dit ces mots, la marionnette regarda vers le ciel comme si elle cherchait le <Fraxinus>.

« Eh bien, ceci étant dit, lorsque les examens seront finis, sortons ensemble à nouveau, ok ? »

« Ah, aah….ok. »

« Fufu, eh bien, à la prochaine. »

La marionnette agita ses petites mains.

C’est ainsi que Yoshino leva et baissa ses épaules et, avec hésitation, fit face à Shidou.

« Un….. ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

« —— Ah, er……. »

Lorsque Shidou entendit cette voix ses épaules se soulevèrent.

Ce n’était pas [Yoshinon] mais c’était indubitablement la voix naturelle de Yoshino.

« C’est……d’accord, si je passe…….et si je joue……de nouveau…… ? »

Sur ces mots, elle jeta un coup d’œil en direction de Shidou.

« O……ou, reviens quand tu veux ! »

Lorsque Shidou répondit de la sorte, le visage de Yoshino s’illumina et elle baissa sa tête, puis s’enfuit.

« Fufu, bien bien. Tu as bien travaillé. »

« ……Un. »

De tels propos furent échangés avec la marionnette.

« ………….haha. »

Shidou eut un petit gémissement et le bord de ses lèvres forma un sourire.

En parlant de cela, c’était probablement la première fois que [Yoshino] parlait alors qu’elle portait sa marionnette.

Même s’il n’en savait pas la raison…il était plutôt content.

« Bon bah… »

Après s’être un peu étiré, il entra dans la maison.

Il monta les escaliers et lorsqu’il était sur le point d’entrer dans sa chambre, Shidou entendit une voix douce.

La porte de la chambre d’ami située au plus profond du couloir s’ouvrit lentement et de celle-ci, la moitié du visage de Tohka surgit et regarda dans sa direction.

« ……Qu-Qu’est-ce que c’est ? »

« ……………… »

Shidou avait formulé cela tout en rapprochant ses sourcils l’un de l’autre et Tohka, en restant silencieuse, mis sa main hors de l’ouverture de la porte, *swish**swish*elle fit signe de la main de venir.

« Es-tu en train de dire que je dois venir ? »

« …………… »

Tohka approuva d’un hochement de tête. Puis, ainsi, elle retourna à l’intérieur de la chambre.

« Errr…… »

Après qu’une expression perplexe eût flotté sur le visage de Shidou pendant un moment, il prit lentement son temps et marcha dans la dite direction.

Puis *toc**toc*il toqua, juste au cas où, avant d’ouvrir la porte.

Tohka était du côté droit de la salle — elle se tenait devant les étagères placées près du mur. En vue de lui faire face, il s’avança jusqu’à ce qu’il fût au milieu de la chambre.

« Est-ce qu’il y a un problème ? Tohka ? »

Lorsque Shidou le lui demanda, Tohka se mordit un peu les lèvres et, ensuite, elle leva son regard.

« ………. Un. Tu l’as sûrement déjà entendu de la part de Kotori mais, à partir de demain, il a été décidé que je vivrais de l’autre côté. »

« Ah aah……il semblerait. »

« Donc……umm, il y a quelque chose que je voudrais te demander, Shidou, tant que je le peux. »

« Demander ? »

« …….Umu. »

C’était comme si Tohka avait quelque chose de difficile à exprimer, du coup elle fuyait délicatement du regard.

« Hier, pendant l’examen, j’ai entendu beaucoup de chose de …Kotori et Reine. »

« ——— ! Errrrrr…… par beaucoup tu veux dire…….. ? »

« Un…… c’était à propos de Kotori et des autres, de la manière qu’ils ont essayé de nous sauver, nous autres les Esprits….et de toi qui les a aidé à ce faire. »

Après que Tohka eût prit une profonde inspiration pour calmer son rythme cardiaque, elle fixa son regard sur le dos de Shidou.

« La question à laquelle je pensais est liée à cela. — Shidou. Je t’en prie. A partir de maintenant, s’il y a des Esprits comme moi et Yoshino qui apparaissent, je veux absolument que tu les sauves. »

« Eh…… ? »

Shidou ouvrit grand ses yeux.

« D’après ce que Kotori a dit, il paraît qu’il y a un nombre non défini d’Esprits. Parmi eux, il doit y en avoir comme moi, des esprits qui ne veulent pas se battre mais qui sont entrainés par la force des choses — ce genre de choses…est juste pitoyable. »

Tohka formula sa phrase tout en arborant un sourire triste.

« C’est pourquoi, s’il-te-plait. En utilisant ton pouvoir, s’il-te-plait, sauve ces Esprits…… Comme cette fois-là, lorsque tu m’as sauvé. »

« …………………… »

Shidou avala sa salive et regarda à nouveau Tohka.

« …………Err, Comment dire ? Ummmm…. »

*Kon* Shidou frappa son front.

Suite aux histoires de Tohka et de Yoshino, il s’était réconcilié avec ses pensées mais, pour diverses raisons, il hésitait à vouloir les mettre en mots. Shidou agita un peu sa tête avant de répondre.

« — Aah. J’ai l’intention de faire ça. »

« …………… »

Même si Tohka avait obtenu la réponse qu’elle voulait, pour une certaine raison, elle souriait avec une expression complexe.

« Un………….. Je te suis redevable. Il y a ……………. encore une chose, ça ira ? »

« Ouais, qu’est-ce que c’est ? Essaye de le dire. »

« Un…… »

Alors que Tohka marmonnait quelque chose et bougeait ses lèvres, elle baissa immédiatement sa tête.

« Eh ? Qu’est-ce que tu as dit ? »

Elle paraissait avoir dit quelque chose mais — il ne l’avait pas entendue.

Alors que Shidou essayait d’entendre plus clairement, il fit un pas en avant vers Tohka et —

« ……Uh !? »

Il approcha de Tohka qui avait rapidement levé sa tête et avait immédiatement ralenti son souffle.

Tohka mit ses bras autour du cou de Shidou et ainsi le poussa sur le lit qui était proche.

Puis —

« Unguuu…… !? »

A cet instant, après avoir montré une certaine hésitation, Tohka posa lentement ses lèvres sur celles de Shidou.

Face à cet acte soudain, le cerveau de ce dernier s’en trouva confus et cria.

Il pensait qu’il était toujours dans son rêve ou quelque chose comme ça ; si c’était le cas, quel genre de métaphore se trouvait dans ce rêve, Freud-sensei ou quelque chose de la sorte ; il était assailli de pensées inévitables à cet instant.

Mais, même sans l’aide d’un pincement de joue pour confirmer si c’était bien la réalité, les organes sensoriels en activité de tout son corps lui disaient constamment que, C’EST BIEN LA REALITE !

Le doux parfum exclusif, que seules les filles ont, lui chatouillait les narines. Les traits de visage de Tohka étaient justes en face de lui. Son faible poids incliné sur son corps. Et ses doux membres qui lui donnaient instinctivement envie de les embrasser.

De plus — la sensation de ses lèvres qui ne pouvait pas être décrite par des mots et le goût des fluides corporels qui n’étaient pas les siens.

Avec le mélange de tout cela, ces sensations simultanées piétinaient les cellules du cerveau de Shidou.

Incapable de résister ou de s’adapter à la situation, 10 secondes se passèrent.

« Puhaaa……. »

Il semblait que durant le baiser, elle s’était arrêtée de respirer. Comme si elle tentait de reprendre son souffle, Tohka inspira.

Et toujours dans cette même position, elle fixait les yeux de Shidou.

« To-Tohka…qu’est-ce que tu as fait…… ? »

Lorsque Shidou formula cela, Tohka maintint son regard inchangé et garda sa même position.

« ………….Je vais prendre ma récompense pour cette fois-là. »

« Eh……… ? »

Shidou avait eu une voix morne lorsqu’il avait répondu, Tohka regarda ailleurs embarrassée.

« ………Je me demande pourquoi. C’est juste l’acte de deux lèvres se touchant l’une l’autre…mais ce n’est pas mal. Et bizarrement — je n’ai pas envie de faire ça avec un autre humain que toi. ……… ensemble pour ça…… je ne sais pas si c’est juste ou pas mais… quand Shidou…err, quand tu étais à l’intérieur du bâtiment ou quelque chose comme ça, et que tu as embrassé Yoshino, comment dire…… j’ai eu une mauvaise sensation. »

Puisque Shidou était toujours sans réponse, Tohka continua de parler avec embarras.

« ……… C’est pourquoi. Errr, à propos de ça…….ne le fais plus avec une autre. »

« ………Eh ?Errrr— »

Il semblait que Tohka ne fût pas informée de la méthode qu’il utilisait pour sceller les pouvoirs des Esprits. C’était une requête contradictoire en soi. Ce qu’elle demandait était quelque chose d’impossible.

« Réponds ! »

« O…Oui. »

Mais Shidou était écrasé par Tohka et il approuva accidentellement.

A l’instant dans la chambre de briefing située au coin de la garnison du JGSDF de la ville de Tenguu, le personnel combattant et le personnel non-combattant étaient alignés en rang.

La session de rapport des opérations des derniers jours, tout autant que la réunion stratégique concernant les nouvelles données Spirituelles qui ont été observées dans le voisinage, tout ceci était compilé sous les ordres de Ryouko.

« ……….. »

En son sein, le membre du JGSDF du nom d’Origami était sous son apparence normale et, tout en restant silencieuse, comme pour cacher son mécontentement, regardait sa main posée sur la table.

— 2 jours plus tôt

A cause de l’intervention de la [Princesse], [l’Hermite] avait réussi à s’enfuir.

Qui plus est, la [Princesse] avait aussi soudainement disparue en plein cœur de la bataille.

De plus — c’était un enregistrement différent de celui qu’elle laissait habituellement derrière elle lorsqu’elle était Lost.

Même si tous les membres qui furent congelés, par [l’Hermite], en même temps que leur Territory, eurent la vie sauve…Même si l’AST avait repoussé l’Esprit en fin de compte, ils n’avaient pas obtenu de grand succès, et la seule chose, qui leur était restée, fut de rentrer à la base.

C’était normal d’être de mauvaise humeur.

De plus, elle ignorait toujours où Shidou, qui était supposé se trouver dans la chambre d’Origami, était parti en ville alors que l’alarme avait sonné — accidentellement, pour diverses raisons, la marionnette, qu’elle avait récupérée quelque jours avant, avait disparu de sa demeure…… elle l’aimait bien quand même.

Bien sûr, ce n’était pas comme si elle doutait de Shidou.

Au lieu de ça, si Shidou avait volé les effets personnels d’Origami, c’était une bonne chose d’une certaine manière ; Origami avait prévu de ne pas lui poser d’autres questions sur ce sujet.

Et — à ce moment-là, la porte de la pièce s’ouvrit, Ryouko qui était le capitaine de l’AST se dévoila.

Tous les membres dans la salle de briefing se levèrent immédiatement et saluèrent.

« Ah — c’est bon. Asseyez-vous, asseyez-vous. »

Lorsque Ryouko prononça cela d’une voix ennuyée, elle se plaça en face de tout le monde.

« Bon alors, je suppose que tout le monde est là. — Bien bien, je prévoyais de commencer immédiatement la réunion mais — avant ça. Même si tout le monde est content, j’ai de terribles nouvelles. »

« …………… ? »

Alors que les membres eurent des expressions de curiosité, *Sigh* Ryouko souffla.

« ……… Puisque l’apparition d’Esprits dans la ville de Tenguu est forte, nous sommes dans le besoin de fournir plus de résultats. Du personnel supplémentaire nous a été assigné afin de se joindre à nous. »

« Du personnel supplémentaire…ce serait ? »

« Ouais. Le top du top. En termes d’utilisation du Realizer, ce n’est pas surprenant qu’elle soit dans le top 5 mondial. — En effet, il semblerait qu’elle ait tué un Esprit toute seule. »

« ………. !? »

Suite aux mots de Ryouko, les membres commencèrent à faire du bruit.

C’était tout simplement normal. Il fallait 10 membres d’élite pour affronter un Esprit qui est au-delà de leurs capacités, et cette personne en combattait un toute seule.

Ayant obtenu les réactions qu’elle souhaitait, Ryouko leva ses épaules et regarda la porte par laquelle elle était entrée quelques secondes auparavant.

« — Entre. »

« Oui. »

Répondant à la voix de Ryouko, une voix mignonne se fit entendre.

La porte s’ouvrit à nouveau — et une fille marcha à travers la salle.

« ………… !? »

En un instant, toutes les rangées de membres de l’AST dans la salle de briefing levèrent leurs sourcils d’un coup.

Mais, c’était normal. C’était parce que la personne, qui venait d’entrer, peu importe la façon de la regarder, était une fille qui semblait être une collégienne.

Elle avait un visage intelligent et une queue de cheval à l’arrière de sa tête. Elle était une fille caractéristique avec un grain de beauté sous l’œil gauche.

« ………………. »

Origami convulsa et bougea ses épaules. — Le visage de cette fille, elle avait comme l’impression de l’avoir déjà vu auparavant.

« Je suis le sous-lieutenant Takamiya Mana, enchantée de faire votre connaissance. »

Mana se tourna dans son costume de la JGSDF, qui présentait comme un cosplay, et salua.

« Lieutenant Kusakabe…………qui est-ce ? »

Un membre posa la question à Ryouko.

Ryouko [Comme prévu, cette question est ressortie haaa……..], Ryouko eut une telle expression et elle ouvrit ses lèvres.

« Je vous l’ai dit à l’instant. C’est le Top Elite-sama dont je vous ai parlé à peine plus tôt. »

« Haaa……… !? »

Tous les membres se renfrognèrent en même temps.

Mana pencha sa tête se demandant ce qui n’allait pas avec la réaction de tout le monde.

« Est-ce quelque chose ne vas pas ? »

Elle avait dit cela avec un respect normal pour chacun.

« Qu’est-ce que j’entends par ce qui ne va pas? ………….T-Tu…es toujours une enfant — !? »

Lorsqu’un membre répondit, Mana *Fuuu* expira.

« Je ne pense pas qu’il y ait un problème avec ça. Ce n’est pas lié et l’âge d’une personne est simplement une caractéristique individuelle. — Ou y’a-t-il quelqu’un parmi vous qui pense pouvoir me battre ? »

Mana avait exprimé ces mots, et ce n’était pas comme si elle avait utilisé du sarcasme mais plutôt comme si elle avait dit la vérité.

« Quo…… ? »

Ce membre qui avait posé la question regardait avec étonnement en raison du fait qu’elle n’avait pas prédit une telle réponse en retour.

« Regarde-moi, plutôt qu’elles —»

Mana porta son regard sur Origami.

« — ça devrait être plus de mon niveau. Bien que le pourcentage est faible, il semblerait que tu ais une chance. »

« ………………. »

Origami ne répondit pas et la regarda en retour silencieuse.

Lorsqu’elle fit cela, Ryouko *Pokan* frappa doucement la tête de Mana.

« Arrête ton baratin inutile. Je vais montrer les images d’avant-hier, dépêche-toi de t’asseoir à une place vide. »

« Oui. »

Mana répondit avec une phrase courte et, avec un joli jeu de jambes, elle alla s’asseoir à côté d’Origami.

« Eh bien…… »

Lorsque Ryouko appuya les boutons à côté du mur, un écran descendit du plafond et les lumières de la pièce s’éteignirent. Elle utilisa le terminal dans sa main et, immédiatement, l’image de l’état de la bataille d’il y a deux jours apparut.

Les images du moment où Origami avait tenté de briser la barrière de [l’Hermite] furent projetées à l’écran —

« — une interférence est entrée ici. »

Au même moment que Ryouko avait dit cela avec une voix irritée, le visage de la [Princesse] apparut à l’écran.

Ryouko zooma sur l’image— et en face de la barrière, la présence d’un garçon, qui se tenait devant, fut confirmée.

Origami haleta un peu. Il n’y avait pas de doute. C’était — Shidou.

Et,

« ………………..Uh. »

Mana, assise à côté d’elle, empoigna soudainement sa tête et eut un petit gémissement.

Pendant un moment, Mana utilisa ses mains pour presser les côtés de sa tête comme pour arrêter un mal de tête mais — elle leva immédiatement son regard, *gataa* et le bruit de son siège se fit entendre.

« Hmmmm…. ? Qu’est-ce qu’il y a ? Quelque chose ne va pas ? »

Ryouko exprima cela d’une voix dubitative.

Mais Mana ne répondit pas et regarda fixement Shidou, qui apparaissait à l’écran, puis elle articula.

« — Onii-sama ? »

« ………. ? »

Origami fronça des sourcils et regarda le profil du visage de Mana.

Et ensuite — elle réalisa le vrai visage du sentiment étrange qu’elle avait eu auparavant.

Cette fille dégageait la même atmosphère qu’Itsuka Shidou.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *