Date a Live – Tome 2 Prologue

« Shidou ! J’ai réussi à préparer un snack appelé ‘cookie’ ! »

Ses longs cheveux d’un noir profond lui tombant jusqu’à la taille flottaient dans l’air.

Ses yeux scintillaient comme du cristal.

Cette fille à la beauté inhumaine disait cela sur un ton enthousiaste. Ensuite, elle plaça le récipient qu’elle tenait entre ses mains juste sous les yeux de Shidou.

Intimidé par ses manières imposantes, Itsuka Shidou[1] se tourna vers elle et l’appela par son nom.

« T-Tohka… »

« Hm ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

Avait répondu la jeune fille, Yatogami Tohka, arborant un sourire insouciant capable de faire éclore un champ de fleurs.

« …… Rien, à ce sujet… »

Il y avait tellement de choses qu’il aurait voulu dire, mais confronté à un sourire si déstabilisant, il ne trouva pas les mots.

Tohka fixa Shidou avec une expression énigmatique, et elle ouvrit le récipient.

« Quoi qu’il en soit. Ce n’est pas le plus important. Regarde ça, Shidou ! »

À l’intérieur de la boîte se trouvaient des choses difformes couvertes de traces de brûlures noires. Ce n’était pas possible d’appeler ces choses-là des ‘cookies’.

Shidou et Tohka étaient camarades de classe, mais dans le but de « faire participer tout le monde activement aux activités de classe » … pendant les cours d’éducation ménagère, l’école essayait de les mettre en petits groupes.

En bref, aujourd’hui était le jour où les filles uniquement avaient ce cours.

« Ce sont… ? »

« Ouais, sous les conseils de tout le monde, j’ai réussi à pétrir la pâte ! Alors, s’il te plaît, prends une bonne bouchée ! »

Après avoir dit cela, Tohka avait à nouveau un large sourire.

« … »

Shidou sentit un indescriptible frisson parcourir sa colonne vertébrale.

Il n’était pas question de savoir si les cookies de Tohka étaient bons ou pas.

C’était simplement parce que… tous les garçons de la classe lui lançaient des regards pleins de ressentiment.

Bien sûr, cette réaction était tout à fait naturelle.

Simplement ‘recevoir des cookies faits main d’une fille’ était suffisant pour devenir la cible de la jalousie des autres garçons.

Et il fallait ajouter à cela le fait que la fille qui les lui donnait n’était autre que Yatogami Tohka, celle qui depuis son transfert dans cette école, ‘selon certaines sources’, gravissait sans cesse les échelons du ‘Classement de la fille avec laquelle tu voudrais le plus sortir’.

Même la personne à côté de Shidou, celui qui se trouvait juste à sa droite, Tonomachi Hiroto, murmurait en continu avec des yeux éteints : « Merde… Merde… Meeerde…, Crève Itsuka ! Et meurt seul, s’il te plaît ! »

« Qu’est-ce qu’il y a, Shidou ? Est-ce que tu ne veux pas les manger ? »

« Err… non… ce n’est pas ça… tu vois… »

Après avoir entendu les mots de Shidou, dont la joue affichait constamment des mouvements nerveux convulsifs, Tohka baissa les épaules de déception.

« Ah… Je vois. C’est parce que les compétences de cuisine de Shidou sont meilleures que les miennes. »

« Non… Ce n’est pas ça ! Je… Je vais les dévorer ! »

Après avoir repris ses esprits, Shidou prit un cookie du récipient.

Ensuite, il ramena lentement ce dernier à sa bouche.

« … ! »

À ce moment-là, quelque chose qui semblait être un tir argenté traversa son champ de vue.

Cette chose provenait probablement du couloir. Elle éclata en morceau le cookie que Shidou tenait en main et fila droit dans le mur.

« Q-Quoi… ! »

Cet événement soudain provoqua d’abord une tension sur Shidou puis, immédiatement après, un cri.

Suivant la trajectoire de cet objet argenté, il découvrit une fourchette enfoncée dans le mur. Son manche émettait encore un son ‘Biii’ incessant. Son apparence était plutôt simple, ce qui signifiait qu’elle venait probablement de l’équipement de ce cours.

« Hé, qui a fait ça ?! C’était très dangereux, vous savez ?! »

S’écria Tohka, et elle tourna sa tête en direction du couloir. Comme s’il l’imitait, Shidou se tourna également dans cette direction.

« … »

Se tenant là silencieuse, il y avait une fille avec un bras tendu, comme si elle venait à l’instant de lancer quelque chose.

Ses cheveux atteignaient à peine ses épaules et sa peau était exquise. Bien que son apparence était parfaite, son visage ne laissait paraître aucune émotion. Par conséquent, cette jeune fille donnait sans cesse l’impression d’être aussi froide et sans vie qu’une poupée.

« To-Tobiichi ? »

« Ugh ! »

Tandis qu’une goutte de sueur coulait le long de la joue de Shidou, Tohka, contrairement à lui, plissa ses yeux bruns, mécontente.

Cette fille—— Tobiichi Origami les fixait tous deux en s’avançant lentement vers eux.

Lorsqu’elle arriva en face de Shidou, Tobiichi souleva le couvercle du récipient qu’elle tenait avec sa main gauche et fit le même mouvement que Tohka précédemment — elle présenta la boîte à Shidou.

« Tu n’as pas besoin de manger les choses que Yatogami Tohka a faites pour toi. Si tu veux manger quelque chose, mange ceux-là à la place. »

Dans la boîte se trouvaient des cookies soigneusement disposés, comme s’ils étaient tout droit sortis de la même chaîne d’assemblage, parfaitement identiques et uniformes.

« À propos de ça… »

« Ne te mets pas en travers de ma route ! Shidou mangera les cookies que j’ai faits ! »

Alors que Shidou ne savait que faire, Tohka cria furieusement.

Mais Origami ne montrait aucun signe de peur, au contraire elle dit même sans changer d’expression :

« Celle qui est en travers de la route c’est toi. Dégage. »

« Mais qu’est-ce que tu racontes ! Tu es celle qui est arrivée après, et pourtant tu es si arrogante ! »

« L’ordre ne compte pas. Je ne peux pas le laisser avaler les cookies que tu as faits. »

« Qu-Qu’est-ce que tu as dit ?! »

« Tu n’as pas suffisamment lavé tes mains. De plus, pendant que tu cuisinais, tu as été étouffée par la levée de la farine de blé, ce qui t’as fait éternuer trois fois. C’est particulièrement peu hygiénique. »

« Quo…… »

Comme si elle s’enfonçait dans le vide, les yeux de Tohka se retournèrent.

Pour une raison inconnue, au moment où Origami finit sa phrase, les étudiants de sexe masculin autour d’eux commencèrent à devenir très bruyants et excités. Tous les regards se concentrèrent sur les cookies de Tohka.

Mais Tohka n’était pas en état de remarquer cet afflux d’attention ; *Grrr…* elle serra ses poings.

« S-Shidou est fort, ça ne lui fera rien ! »

« Tu ne sembles pas consciente des conséquences —— En plus, tu t’es trompée sur la quantité des ingrédients. Je ne pense pas qu’en laissant tomber une partie de la recette on puisse la considérer comme achevée. »

« … ?! »

Quand Origami finit de dire cela, Tohka fronça les sourcils, elle regardait Origami et ses propres cookies.

« Quo… Pourquoi tu n’as rien dit lorsque nous étions en classe ? »

« Ce n’est pas mon devoir de te l’indiquer. ——Dans tous les cas, les chances que mes cookies le contentent sont plus grandes. »

« Tais—— Tais-toi ! Il n’y a pas moyen que des cookies faits par quelqu’un comme toi soient délicieux ! »

Cria Tohka, pendant que ses yeux s’agitaient à vive allure. Elle prit un cookie du récipient d’Origami, et le mit dans sa propre bouche. Ensuite des bruits de craquements se firent entendre alors qu’elle commença à mâcher——

« Fuaa… »

Ses joues se teignirent de la couleur des fleurs de cerisiers, alors qu’elle adoptait une expression folle de joie. Il semblait que les cookies étaient délicieux.

Mais Tohka changea immédiatement son expression en secouant vigoureusement son visage.

« A-Amusant, Ce n’est pas si bon ! Si tes cookies sont comme ça, les miens sont bien plus délicieux ! »

« C’est très peu probable. Tu devrais gracieusement admettre ta défaite. »

« QU’EST-CE QUE TU AS DIT ?! »

« Quoi ? »

« C-Calmez-vous, toutes les deux »

Si elles étaient seules, un combat aurait sûrement éclaté ; donc Shidou s’interposa et les maintint à distance l’une de l’autre, tout en disant « Allez, allez » en vue de les calmer.

« Nu… Du coup Shidou, quels cookies tu veux manger ? »

« Eh ? »

Et, confronté à de tels mots si soudainement, Shidou émit un bruit idiot.

Tohka et Origami, des deux côtés en même temps, mirent en avant leurs récipients.

« Alors, Shidou ? »

« … »

Tohka et Origami avaient toutes deux des éclats dans leurs yeux capables de localiser et abattre un ennemi, et tandis qu’elles fixaient Shidou, une goutte de sueur commença à couler le long de sa joue.

… D’une manière ou d’une autre, c’était une atmosphère où peu importe lequel il mangeait, il serait tué.

Shidou suivit ses instincts de survie— et prit un cookie de chaque récipient avec ses deux mains et les fourra dans sa bouche en même temps.

« Uh, o-ouais, ils sont géniaux ! Vos cookies à chacune sont très bons ! »

Tohka et Origami regardaient l’état de Shidou.

« Umu, mon cookie a été mangé plus vite ! »

« Le mien a été plus rapide de 0,02 seconde. »

Ces mots furent prononcés en même temps.

« … »

« … »

Et ensuite, leurs visages se croisèrent calmement.

« … Errrr »

Ce n’était pas la première fois aujourd’hui que l’ambiance était ainsi.

Shidou eut envie d’abandonner ou quelque chose comme ça, mais il sauta une fois de plus entre les deux.

Et à ce moment-là, comme prévu des deux côtés, une énorme quantité de stress mise dans leurs poings fut relâchée et dirigée vers leurs organes vitaux respectifs——et finit par frapper la tête et le ventre du pauvre garçon qui se trouvait entre elles.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *