Date a Live – Tome 5 Chapitre 5

La forêt qui séparait la partie sud des immeubles de la partie nord de l’île d’Arubi était frappée par un violent ouragan.

Les feuilles et les branches vertes en bonne santé, qui étaient apparues en même temps que l’été, étaient à présent soufflées, déchirées en mille morceaux et projetées dans les airs, elles tournoyaient comme si elles avaient été jetées dans un mixer. Les arbustes étaient déracinés et projetés dans les environs tels des balles de fusil.

C’était exactement ce qu’impliquait le passage d’un berserker révolté : l’incarnation de la violence sans raison était tout ce qu’on pouvait y voir.

Qui en ce monde pouvait imaginer un tel dénouement ?

La principale raison de cette tempête était le terrible affrontement entre deux jeunes filles.

« … J’y ai pensé auparavant ! Tu gardes ça sur le cœur sans jamais en avoir parlé à personne. »

C’est ce que Kaguya cria alors qu’elle dressa sa lance géante vers l’avant, la pointe de celle-ci tournait à vive allure telle une perceuse tout en provoquant une terrible tornade autour d’elle. Elle la pointa vers Yuzuru comme si elle allait tout balayer avec cette tornade.

« Objection. Ces paroles, Yuzuru te les renvoie, Kaguya, avec en prime un cadeau emballé de façon excessive et avec une carte et un ruban accroché dessus… ! »

Même si Yuzuru était menacée par cette déferlante de vents destructeurs, elle était extrêmement calme et exécuta des mouvements complexes de la main gauche. Ce faisant, le pendule qu’elle portait se tortilla autour d’elle comme s’il avait sa volonté propre et forma un cercle magique devant Yuzuru. Après avoir aisément bloqué la tornade qui avait été projetée par Kaguya, le pendule revint à son état de corde inerte. L’instant d’après, il se remit à tourner autour du corps de Yuzuru.

« Tu es trop gentille ! Puisque je suis prête à te remettre le contrôle de la personnalité principale, tu devrais juste tranquillement l’accepter ! »

« Rejet. Depuis le départ, Yuzuru n’a jamais eu l’intention d’être la personnalité principale. »

« … Combien d’épreuves crois-tu que j’ai endurées pour perdre habilement nos duels jusqu’à maintenant ?! »

« Objection. C’est valable pour Yuzuru également. Même si Yuzuru a réussi à perdre des points, ce n’est pas qu’une fois ou deux que Kaguya l’a irrité en ne contre-attaquant pas. »

« Yamai est le roi des tempêtes qui ravage toute création ! N’es-tu pas la seule capable de l’être ?! »

« Refus. C’est une erreur. Le vrai nom de Yamai doit être porté par Kaguya. »

« Uh, quand bien même tu voles plus vite que moi ?! »

« Kaguya a bien plus de pouvoirs que Yuzuru. »

« Quand bien même tu as plus de classe que moi ?! »

« Kaguya a une peau plus jolie. »

« Quand bien même tu es la plus mignonne ?! »

« Objection. Yuzuru ne peut accepter ces propos. C’est évident que Kaguya est plus mignonne que Yuzuru. »

Tout en échangeant des paroles qui pouvaient avoir l’air ou non d’une dispute, la lance de Kaguya, qui tournait à vive allure, et le pendule de Yuzuru, qui avait tant bien que mal adopté le style d’une épée, s’entrechoquèrent. Leur puissance était parfaitement égale. Au moment de l’impact, les bourrasques aux alentours s’emballèrent et frappèrent Shidou.

« Kuh… ! »

Shidou inclina son corps tout en soutenant Tohka et il parvint, d’une manière ou d’une autre, à y résister.

Si son corps n’avait pas bénéficié de la protection des Esprits, il aurait déjà été emporté à ce stade-là. Il y a une chose dont il était particulièrement sûr concernant ce combat… pour le dire plus clairement, les conséquences en coulisse, qu’il entraînerait, seraient catastrophiques.

A chaque fois que ces deux Anges s’entrechoquaient, un déchaînement de violence s’en dégageait et les objets aux alentours étaient déracinés et emportés.

Shidou secoua sa tête comme pour en faire sortir ces pensées, puis, en résistant tant bien que mal aux vents et en relevant sa position, il fixa les deux filles.

« Pourquoi…. ? »

Kaguya voulait que Yuzuru vive, Yuzuru voulais que Kaguya vive.

Toutes les deux pensaient à la même chose.

C’est-à-dire… pour le salut de l’autre, l’une d’entre elle devait sacrifier sa vie.

Mais, malgré tout, pourquoi…

« Pourquoi… les choses ont-elles tournées comme ça… ?! »

Shidou cria, mais sa voix fut étouffée dans sa propre gorge.

« Arrêtez ! Toutes les deux ! Est-ce que vous ne vous aimez pas énormément l’une l’autre ?! »

Cria-t-il, mais il n’y eut aucune réaction d’un côté comme de l’autre.

Que ce fut parce que le son de la voix de Shidou s’évanouit dans la tempête, ou alors parce que toutes les deux ne pouvaient qu’entendre, au sein de leur bulle, leurs attaques et défenses mutuelles, ou encore… En tout cas, elles n’ignoraient. Bien qu’il n’arrivait pas à distinguer qui était qui, mais il était certain que leur intense combat se poursuivait.

« Guh… »

Il était trop puissant, Shidou se couvrit le visage avec ses mains tout en serrant les dents.

Puis…

« Shidou ! Attention ! Il y a quelque chose là ! »

C’était la voix de Tohka à ses côtés qui l’avait prévenu et qui l’avait fait hausser les épaules.

Il regarda aux alentours… et leva ses sourcils.

« Que… »

Pendant les quelques brèves secondes où Shidou était parvenu à suivre du regard Kaguya et Yuruzu, dix formes humanoïdes s’étaient dressées-là comme pour l’entourer lui et Tohka.

Non… faux. Leurs corps avaient des jambes et des têtes similaires à des humains, mais leurs apparences étaient manifestement différentes de ceux-ci.

Ils avaient des corps minces et des têtes lisses comme s’il s’agissait de casques, ils avaient également des jambes avec des articulations opposées à celles des humains ordinaires. Ils se tenaient fermement au sol. A l’opposé de tout cela, leurs bras étaient larges, ce qui leur donnait d’une certaine façon une allure de déséquilibre.

En outre, ils portaient des armures métalliques polies et lisses comme du verre.

Et, enfin, il put voir sur certaines parties de leurs corps des sortes de CR-Unit.

« Qu, qu’est-ce… c’est que ces types ?! »

Toujours en position courbée, il ressentit en lui comme un mystérieux et inconnu sentiment de peur ayant pour origine le groupe de poupées qui se rapprochaient de plus en plus. Shidou lâcha d’une voix qui semblait être un grognement :

« DD-007<Bandersnatch>… même si je vous dis ça, vous ne comprenez toujours pas ? »

La réponse fut une voix semblable à un cri, une jeune femme s’avança de l’arrière des rangs des poupées…

… c’était l’assistance cameraman, Ellen Mathers.

« Ellen…san ? »

« Nu, tu es… »

Face aux voix de Tohka et de Shidou, qui s’élevèrent en même temps, Ellen acquiesça de manière exagérée.

« Tu es enfin sortie dans un endroit isolé, Tohka-san. Il semblerait qu’il y ait une personne inutile ici, mais bon… s’il n’y a que lui, je suppose que ça ira. »

Sur ces mots, elle fixa Shidou et pouffa de manière désintéressée.

« Néanmoins, je suis surprise. De penser que ces deux étaient des Esprits… et, en plus, il s’agissait de la cible primaire, le <Berserk>. Il semblerait qu’elles soient une bonne compensation pour tout cet ensemble de malheurs. »

« Que… »

Il sourcilla involontairement… à l’instant, cette fille venait d’appeler Kaguya et Yuzuru <Berserk>.

« Tu… mais qui diable es-tu ? Ne me dis pas que tu es de l’AST… ?! »

« Houu… ! »

Lorsque Shidou s’écria plein de haine, Ellen sourcilla comme si c’était la première fois qu’elle le trouvait intéressant.

« Tu connais l’unité Anti-Spirit du JGSDF, huh… Mais, c’est tout. »

Sur ces mots, elle baissa la main, suite à quoi, les poupées désignées sous le nom de <Bandersnatch> se baissèrent toutes d’un coup et sautèrent en direction de Shidou et de Tohka.

« Kuh… »

Immédiatement, Shidou haleta de façon instinctive et ferma les yeux.

Mais, même après que quelques secondes se soient écoulées, il n’y eut aucun impact sur son corps.

Il rouvrit les yeux lentement en pensant que c’était étrange et, juste là, il y avait…

« Mu… est-ce que tu vas bien, Shidou ? »

Juste-là se tenait Tohka qui avait manifesté une version limitée de sa Tenue Astrale par-dessus son yukata, elle tenait entre ses mains l’épée lumineuse <Sandalphon>. Vraisemblablement, au moment où les <Bandersnatch> leur avaient bondis dessus, elle avait brisé le limiteur de mana et avait dévié l’attaque par le biais de <Sandalphon>.

A la vue de l’état de Tohka, Ellen ouvrit grand les yeux et parut excitée :

« … <Princesse>. Comme prévu, il s’agit bel et bien de la vraie. »

« Uh, même le nom de code de Tohka… »

Shidou sourcilla. Même s’il devait arrêter Kaguya et Yuzuru aussi vite que possible, il devait également gérer l’apparition devant eux d’un ennemi mystérieux et inconnu.

Mais, Ellen, comme si elle n’était pas du tout préoccupée par les pensées qui agitaient Shidou, tendit ses mains en direction de Tohka comme si elle cherchait à l’atteindre.

« Tohka-san. Voudrais-tu bien venir avec moi ? Je te promets le meilleur des traitements. »

« … Ne raconte pas de conneries ! »

Tout en répondant de la sorte, elle dirigea la pointe de <Sandalphon> vers Ellen.

« O, oi, Tohka, est-ce que utiliser <Sandalphon> contre un simple humain n’est pas trop… »

« Faux. »

« Eh… ? »

Après avoir répondu à la question de Shidou, Tohka, le visage couvert de nervosité, poursuivit son explication en continuant de fixer Ellen :

« Je l’ai remarqué lors de notre première rencontre… cette femme… j’ai un mauvais pressentiment à son propos. Ouais… j’ai ressenti une aura comme celle de l’AST, mais extrêmement plus sombre. »

Comme pour s’accorder aux dires de Tohka, le visage d’Ellen, pour la première fois, afficha une sorte de sourire alors que les bords de ses lèvres se levèrent.

« Une remarque intéressante. »

Sur ces mots, Ellen écarta tranquillement ses mains comme pour provoquer Tohka.

Ce faisant, une pâle lueur la recouvrit immédiatement et, l’instant d’après, son corps se retrouva équipé d’une combinaison high-tech et d’une CR-Unit.

Sa combinaison avait une apparence différente de celles de l’AST. Elle couvrait la majeure partie de son corps et ses composants avait l’allure d’une armure mécanique. Elle avait également une sorte d’épée géante dans son dos, équipement qui attira spécifiquement l’attention de Shidou.

« Que… ?! »

« … Equipe <Bandersnatch>, restez à votre place pour le moment. Je veux tester à quel point la <Princesse> dont j’ai entendu parler est forte. »

Elle dégaina l’épée qu’elle portait dans son dos de sa main droite et une lame de lumière se manifesta sur sa structure.

Comme pour inviter Tohka, *Gui*, elle la désigna de la main gauche et plia ses doigts.

« Ne me prends pas de haut… ! »

Tout en s’écriant de la sorte, Tohka frappa le sol et se dirigea vers Ellen. En même temps, elle leva <Sandalphon> et l’abaissa sur la tête d’Ellen avec une vitesse qui ne pouvait être perçue par un œil normal.

Mais… Ellen l’arrêta facilement à l’aide de l’épée qu’elle tenait en main.

« Oh, c’est tout ? »

« Kuh… ! »

Laissant échapper cette exclamation angoissée, Tohka agita <Sandalphon> sans interruption.

Néanmoins, toutes les attaques furent parées, l’unité d’Ellen n’eut même pas une égratignure.

« Haaah ! »

« …. »

Après avoir arrêté l’épée de nombreuses fois, Ellen lâcha un petit soupir.

« … C’est tout ce que tu as, <Princesse> ? »

« Que…Qu’est-ce que tu viens de dire ?! »

« J’ai même pris la peine d’équiper <Pendragon>, mais… il semblerait que c’était inutile. Quelle déception ! Finissons-en ! »

Sur ces mots, Ellen abattit l’épée laser géante sur Tohka.

« Kuh… »

Tohka apprêta <Sandalphon> pour se défendre contre cette attaque, mais…

« Eh… ? »

L’instant d’après, des exclamations abasourdies s’échappèrent simultanément des gorges de Tohka et de Shidou.

C’était tout bonnement normal, puisque, à l’instant où Tohka para l’épée d’Ellen à l’aide de <Sandalphon>, cette dernière vola en éclats.

« Qu’est-ce… que… »

Après un moment d’anxiété, l’attaque d’Ellen projeta aisément le corps frêle de Tohka en arrière.

« Kuaah… ! »

Le corps de Tohka rebondit au sol plusieurs fois et finit par tomber face contre terre. De même, en retard d’un temps, <Sandalphon>, brisée et projetée en l’air, se métamorphosa en particules de lumière qui se répandirent dans l’atmosphère.

« To, Tohka ! »

Après que Shidou se fut ecrié de la sorte, il essaya de se rapprocher d’elle. Mais… dans sa direction, deux <Bandersnatch> apparurent et l’empêchèrent de s’y rendre. Plusieurs <Bandersnatch> commencèrent à se rendre vers Tohka.

« Quel trouble-fête ! S’il vous plaît, assommez-la rapidement et emportez-la sur <l’Arbatel>. »

Sur ces mots, Ellen claque des doigts et l’armure qu’elle portait disparut soudainement.

Suite à quoi, comme si elle avait perdu tout intérêt pour Tohka, *pui*, elle détourna son regard et croisa les bras.

Mais, la situation ne changea pas. Tohka, toujours étendue face contre terre, ne bougeait pas, ses bras furent saisis par deux <Bandersnatch>, l’un à gauche et l’autre à droite, alors que son corps fut tout simplement traîné. Alors que Shidou réflechissait, une autre poupée s’avança droit vers cette Tohka mollassonne, et referma sa main griffue sur son front.

« Gu…aaa…. »

Tohka s’écria douloureusement tout en se tortillant.

« Tohka ! Qu’est-ce que vous faites, bâtards ?! Merde, allez vous faire voir ! »

Bien qu’il cria, les poupées, qui se tenaient en face de lui afin de lui bloquer la voie, ne bougèrent pas d’un pouce. Pendant ce temps, une voix perçante, qui parut à la fois douloureuse et angoissée, s’extirpa de la gorge de Tohka.

« Tohka… ! »

Cria Shidou.

Un quantité absurde de puissance et de désespoir envahit sa tête.

Au final, il ne pouvait rien faire.

Que ce soit arrêter Kaguya et Yuzuru, ou encore sauver Tohka de cette situation…

La capacité à sceller qu’il détenait lui était actuellement inutile.

La seule chose qui lui restait était sa capacité de régénération qu’il avait empruntée à Kotori et la protection Spirituelle qu’il détenait de par Tohka et les autres.

… Ou tout du moins, une de plus. Si seulement, il avait le pouvoir de couper cette poupée en morceaux de part et d’autres.

Pour une quelconque raison, le visage de… Kurumi, le plus terrible de tous les Esprits, celles qui tuait des humains de son plein gré, lui passa par la tête.

La sensation qu’il avait eu cette fois-là était l’impuissance, la sensation de ne pas pouvoir faire quoi que ce soit. Et, au final… le désespoir de n’avoir pas été capable de sauver Kurumi s’agitait en lui.

… Non, pas encore. Je ne veux pas retomber là-dedans de nouveau.

Shidou entendit des sortes de bruits de claquement à l’intérieur de sa tête.

Je m’en fiche si c’est une chance unique dans une vie. Je m’en fiche si je ne pourrais le faire qu’une fois…

…en cet instant précis, dans ces mains, si j’ai le pouvoir de sauver Tohka… !

« Tohkaaaaaaaaaaa…. ! »

A cet instant… Shidou, tout naturellement, leva sa main droite en l’air.

Et…

« Eh… ? »

Tout en laissant échapper cette voix abasourdie, il abaissa la main, qu’il venait de lever, et le haut du corps du <Bandersnatch>, qui se trouvait devant lui et lui bloquait la route, disparut proprement.

Quant à un autre <Bandersnatch> qui se trouvait droit devant… celui qui retenait la main de Tohka, sa tête glissa de façon diagonale sur son cou.

« *teuh*… *teuh*… »

Suite à quoi, puisqu’elle était traînée, Tohka tomba évanouie au sol.

« C’est… »

Shidou considéra tout cela de façon incroyable, il regarda sa main droite.

Dans celle-ci, il …

… tenait une épée scintillant de lumière.

« Activez le Protect Territory à 1 heure, coordonnées 132-50-39. Rayon 255-246. »

« Ro, roger. Protect Territory activé ; cordonnées de la zone 132-50-39. Rayon 255-246. »

Tout en répétant les instructions de Kannazuki, <Deep Love> Minowa pianota furieusement sur son clavier.

Ce faisant, le Territory disposé autour du <Fraxinus> se transforma, il se concentra sous la forme d’un mur invisible dans la direction et au rayon indiqué par Kannazuki.

L’instant d’après, à cet endroit précis, le rayon de mana du canon impacta. Quand bien même une intense lumière enveloppa le périscope projetant l’image extérieur du vaisseau, il n’y eut qu’un petit tremblement sur le pont.

« … »

Tous les membres de l’équipage du <Fraxinus> eurent leur souffle coupé simultanément.

Le Protect Territory, comme son nom l’indiquait, est un type de territory déployé dans le but d’encaisser les attaques dans une zone précise. En fait, plus son rayon est étendu moins il est efficace, mais, s’il est concentré et disposé pile à la bonne taille, sa force est remarquablement accrue.

A l’instant, les instructions de Kannazuki avaient été d’un niveau au-delà, c’était une méthode où un Territory de la taille d’un mur était condensé en un point spécifique.

Naturellement, la force du Territory s’en était trouvé incroyablement accrue. Le résultat avait été expérimenté par tous les membres de l’équipage.

Mais, c’était une épée à double tranchant extrêmement dangereuse pour la simple raison que si le Territory était déployé sur une zone limitée, alors les autres zones étaient complètement sans défense.

« … Suivant ! La même direction, assignez un Protect Territory avec un rayon 50.69. »

« Cinq… cinquante point soixante-neuf… ?! »

« S’il vous plaît, dépêchez-vous, si vous ne le faites pas nous allons mourir… Aah, mais c’est vrai que j’ai toujours voulu expérimenter la douleur d’une expérience de mort imminente. Je ne sais plus que fai… »

« Protect Territory assigné, rayon 50.69 ! »

En plein milieu de la phrase de Kannazuki, le Territory fut dressé à l’endroit indiqué. Sur un Territory au rayon très réduit, un tir encore plus puissant du canon à Mana fut tiré.

Clairement, c’était une attaque qui aurait endommagé le corps principal du vaisseau si le Territory était resté dans les configurations précédentes. C’est pourquoi Kannazuki avait demandé un rayon plus petit, comme s’il l’avait prédit.

Qui plus est, ça n’avait pas été qu’une seule fois, mais deux fois.

Après le premier tir du canon à mana, il y eut encore 12 tirs et tous furent proprement anticipés par Kannazuki Kyouhei.

C’est vrai qu’il n’y avait qu’un seul ennemi, la direction d’attaque pouvait plus ou moins être estimée, suivant cette réflexion ce n’était probablement pas impossible, mais…

« Eh bien, j’ai commencé à plus ou moins saisir le rythme. En réalité, j’aimerais bien être tortu… attaqué un peu plus, mais je ne peux pas subir davantage de dégâts en étant sous le commandement de l’abre-monde d’Itsuka.»

Après que Kannazuki ait soudainement levé ses bras comme pour attirer l’attention de tout le monde, il jeta un regard au vaisseau ennemi qui était affiché sur l’écran principal.

« … Préparez le canon-mana de convergence, le <Mystletainn>. »

« Pourquoi n’est-il pas touché ?! »

Paddington frappa l’accoudoir du siège du capitaine de son poing serré tout en exprimant un grognement de colère.

Même si les canons à mana avaient frappé à plusieurs reprises, le vaisseau de <Ratatoskr> était toujours-là, flottant dans le ciel.

En plus, lors de leur défense, il n’avait pas entrepris de manœuvre évasives, il s’était contenté de rester à leur place en se protégeant des attaques du canon.

Oui… c’était comme s’il se moquait de <l’Arbatel>.

« Au… au moment de l’impact… c’était comme si un Protect Territory avait été déployé à l’endroit précis de l’impact ! »

« Ne te fous pas de moi ! Comment quelqu’un serait-il capable de faire ça ?! »

« Mais, mais… »

Alors que le membre d’équipage allait dire quelque chose, l’alarme sur le pont se mit à sonner.

« Source de chaleur confirmée ! Le vaisseau ennemi concentre du mana dans son canon principal qui est situé à l’avant de sa coque ! »

« Kuh… Tournez à tribord 1-0-4 ! Transférez tous le mana dans le Protect Territory ! »

« Roger. Tribord 1-0-4. »

Suivant les ordres de Paddington, <l’Arbatel> déplaça sa masse imposante.

L’instant d’après, alors qu’il réfléchissait, une lumière éblouissante apparut sur l’avant du vaisseau ennemi et un intense torrent de mana en jaillit.

Il perça le Territory de <l’Arbatel>, qui avait dévié sa trajectoire, et poursuivit sa course le long de la coque du vaisseau jusqu’à se perdre dans le ciel, non sans avoir creusé un trou dans les nuages. Un violent tremblement se produisit sur le pont de celui-ci.

« Merde… Merde, merde, meeeerde ! »

Après que Paddington s’éclaircit la voix, il donna l’ordre suivant :

« Passez la puissance de tous les réacteurs de <l’Ash Croft-beta> à 50, son maximum ! Après avoir réduit la distance du Territory à 3 mètres de la coque, tournez à bâbord ! Pleine vitesse ! Direction le Territory du vaisseau ennemi ! »

« Ro, roger… ! »

« Aah ~ Aah ~ Origami est vacances actuellement sur une île au sud. Je suis si jalouse…»

Dans une partie du hangar du JSDF de la garnison de la ville de Tenguu, Mily pianotait sur une mince tablette tout en s’éventant et en marmonnant.

« Active tes mains au lieu de ta bouche ! »

Alors que Ryouko soupira comme si elle abandonnait, elle tira sur les lunettes que Mily portait sur son front et relâcha rapidement. *Bam*, un tel impact se fit entendre sur le front de Mily qui tomba à la renverse.

« Ouch ! C’est… c’était pour quoi ça ?! »

« Là, le prochain c’est ça ! Je vais finir par l’utiliser, donc dépêche-toi ! »

Suite à ces mots, elle désigna l’une des unités Combat Realizer qu’elle avait obtenue, des poings américains <Casse-noisettes>. Un câble reliait Mily à un gant métallique qui couvrait son poing et son avant-bras de Ryouko.

C’était un équipement spécialisé en combat rapproché qui permettait à l’utilisateur d’effectuer des attaques de corps-à-corps en recouvrant son poing de mana généré par le Realizer, mais, à cause de la portée extrêmement réduite, il n’y avait pas beaucoup d’utilisateurs de cet équipement au sein-même de l’unité. Pourrait-on même dire que Ryouko était la seule à l’utiliser de son plein gré en guise d’équipement principal.

« Mouu… tu recours à la violence à la moindre occasion. Fais attention à cette tête de mécanicienne… »

Tout en se plaignant, Mily prit les câbles dans sa main et les connecta, puis elle toucha l’écran et commença à régler l’équipement.

« Qu’est-ce que tu dis ? Je suis du genre sérieuse. Le capitaine, lorsque j’ai été engagée à l’AST, était assez dangereuse pour que son souvenir me répugne encore. »

Tout en prononçant ces mots, Ryouko pâlit comme si elle se souvenait de quelque chose d’effrayant. Mily lui faisait face tout en s’exécutant sur la tablette.

« Dangereuse… était-elle si stricte ? »

« Plutôt que stricte, comment dire… ? »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? »

Lorsque Mily posa cette question avec un visage dubitatif, Ryouko poursuivit d’un air troublé.

« Voyons voir… Par exemple, elle nous aurait probablement frappée toutes les deux pour avoir ce genre de conversation inutile. »

« Ouais, ouais. »

« Et aussi, si quelqu’un s’approchait tranquillement du capitaine, et *pon*… mettait les mains sur ses épaules. Si une telle chose arrivait, c’était un avertissement. Pendant toute la journée, tu devais porter une tenue cosplay choisie par le capitaine. Bien sûr, pendant l’entraînement aussi, tu devais la porter par-dessus leur combinaison high-tech. »

« Ehh… »

Mily sourcilla autant qu’elle le put. A cet instant, ses doigts bougèrent de façon désordonnée et il y eut de nombreuses erreurs qui s’affichèrent. Tout en les corrigeant à la hâte, elle répondit à Ryouko.

« Tu, tu veux dire des déguisements ? »

« Oui… et, en plus, ce n’était que le début. Au deuxième avertissement, il y avait une pénalité pour la personne en cosplay : en prime, elle devait marcher sur le capitaine. »

« Heh ? Vous deviez marcher sur le capitaine-san ? »

« Oui. Les membres qui recevaient cette pénalité devaient marcher sur le capitaine. »

Les joues de Mily convulsèrent alors que des gouttes de sueur perlèrent son front.

« Pourquoi ça ? »

«  Je me demande… mais, eh bien, tout le monde était systématiquement dégoûté. »

« Err, et donc, qu’est-ce qui se passait au troisième avertissement ? »

« … Tu veux vraiment savoir ? »

Percevant une expression grave exulter de Ryouko, *swing**swing*, Mily secoua la tête.

« Ce, ce capitaine avait une telle personnalité… »

« … Eh bien, je suppose. Il y avait une chance d’y échapper par le biais d’un filtre de superbes mots de politesse, probablement que seules quelques rares personnes disposaient de la possibilité de former ce genre d’expression d’euphémisme. »

« Hahaha… »

Face à Ryouko, qui utilisait généralement une sale manière de parler, involontairement, Mily eut un sourire sec.

Mais, « comment ? », Ryouko continua son explication :

« C’est vrai que cette personne était une incroyable perverse, mais… ses compétences étaient bien réelles. Sans blagues, avec un Realizer, elle était d’un niveau complètement différent des autres membres. Il n’y avait aucun doute qu’elle soit un vétéran de l’AST. »

« Hahaha, vraiment ? Err, donc, pourquoi est-ce qu’elle n’est pas là actuellement ? Est-ce qu’elle était si forte que les supérieurs voulaient la garder à l’œil ? »

Lorsque Mily posa ces questions, Ryouko sourcilla comme si elle était déroutée.

« C’est… Je ne sais pas vraiment. Un jour, soudainement, elle a dit : ‘Je, je dois partir chercher un maître convenable que je puisse servir ! Aah, pardonnez-moi, mes sœurs d’armes ! Ne m’arrêtez pas, mes compagnons ! A une prochaine, mes amies jurées !’. Elle a dit quelque chose comme ça et a disparu. Juste au cas où, elle a laissé un léger souhait de réintégration avant de prendre un registre… »

Sur ces mots, elle leva les épaules.

« Sérieusement… Je me demande ce qu’elle fait actuellement ? »

« <Mystelainn > a été esquivé…! »

« Oyah, j’ai raté, huh. Mmm, il semblerait en effet que je suis mauvais en attaque. »

Lorsque Kannazuki prononça ces mots sur le ton de la plaisanterie, les membres de l’équipage eurent tous un sourire crispé et impuissant.

« … Le vaisseau ennemi se dirige toujours vers nous ! »

« Je vois, il veut directement défoncer notre Realizer. »

Une bataille entre vaisseaux équipés de Realizer, si elle est bien menée, est remportée par le premier qui fait tomber le Territory adverse.

*Fumu*, Kannazuki soupira avant de dire à haute voix :

« Dérivez tous les Basic Realizer aux moteurs auxiliaires. Transférez tous le mana généré au Territory. En même temps, réduisez le rayon de la zone d’effet, amenez-le à 2 mètres de la coque du vaisseau. »

« Roger, AR-008 à tous les postes du 1 au 10, moteurs auxiliaires activés. »

« Aah, et le Control Realizer… s’il vous plaît, laissez-en un avec ce qu’il reste de mana généré. »

« Rog…eh ? »

Le membre d’équipage, qui répétait fidèlement les ordres de Kannazuki, interrompit sa phrase.

Mais, ce devait être une réaction tout ce qu’il y avait de plus normale.

Le <Fraxinus> était équipé et divisé en 2 types de Realizer. Le Basic Realizer dont le rôle est de générer du mana pour l’utilisation du canon et du Territory, et le Control Realizer dont le rôle est de contrôler le Basic Realizer.

Aussi longtemps que le Control Realizer reste affecté au Realizer, bien qu’il soit inefficace, il demeure possible de générer du mana par le biais du Basic Territory. C’est évident qu’arrêter le vaisseau ennemi en approche demande de produire beaucoup de mana, ce genre de méthode était probablement la seule solution possible.

Néanmoins, abandonner une grande portion du Control Realizer était comme retirer un processeur d’un ordinateur. Même s’il devenait possible de générer de grande quantité de mana, il y avait un risque qu’il ne puisse être affecté au Realizer.

Kannazuki grommela comme s’il pensait que c’était normal que l’équipage soit inquiet, il prit un casque noir de derrière le siège du capitaine et le mit sur sa tête.

« … Ça va aller. S’il s’agit de remplacer le Control Realizer, ça ira. »

Tout en s’exprimant de la sorte, il pointa de ses doigts sa tête.

« Eh ? »

« Gardons les explications pour plus tard. Si vous ne voulez pas que le <Fraxinus> soit détruit, suivez, s’il vous plaît, mes instructions. »

« Uh… Roger… ! Control Realizer… machine numéro 2 à numéro 8, passez en mode génération de mana ! »

Après que les membres d’équipage se soient attelés à leurs consoles, en un instant, le Territory qui entourait le <Fraxinus> disparut.

… Et, il se restaura immédiatement après.

« Im, Impossible ! »

« Vice-commandant, qu’est-ce que vous avez foutu ? »

« Quoi ? Les Basic ne sont pas différents des combinaisons de l’AST. Elles utilisent leurs propres ondes cérébrales pour contrôler le mana généré par le Realizer, n’est-ce pas ? »

« Contrôler… Le Control Realizer qui équipe le vaisseau est 7 fois supérieur à ceux-là, vous savez ?! »

« Les explications pour plus tard. Ils arrivent. »

En même temps que les mots de Kannazuki, l’alarme du pont se mit à sonner.

« Vaisseau ennemi, le Territory de sortie est en hausse »

« Fuun… allez-vous passer à l’attaque ? Grâce à cet <Arbatel> ? »

« Entrez en collision avec le Territory ! Préparez-vous, s’il vous plaît, pour l’impact ! »

En même temps que les cris de l’équipage, le pont de <l’Arbatel> était secouait comme s’il y avait un tremblement de terre.

« Kuuh, activez le Territory de zone ! Concentrez-le sur la zone de contact avec le vaisseau ennemi ! Nous allons les abattre d’un seul coup ! »

« Roger ! Territory de zone activé ! »

Le membre d’équipage s’exécuta et le Territory déployé autour de la coque du vaisseau se dirigea dans la direction de l’ennemi. Ce dernier n’avait toujours pas témoigné le moindre mouvement.

« C’est gagné ! », Paddington serra fermement son poing. Au moment de la collision, à en juger par l’impact, leurs Territory de sortie était plus ou moins égal. Mais, puisqu’ils avaient réussi à réduire la taille de la zone en premier, la force s’en trouvait augmentée. Si en face, ils venaient à la réduire en cet instant,- ce qu’ils ne devraient pas faire en théorie,- le pauvre vaisseau de <Ratatoskr> serait explosé par <l’Arbatel>…

« … ?! »

A ce moment précis, Paddington ouvrit grand ses yeux sous l’effet du choc.

Soudainement, le son d’une explosion survint à l’arrière de <l’Arbatel>.

Il pensa, un instant, que c’était l’impact d’un tir de canon adverse, mais c’était juste impensable, puisque l’explosion avait eu lieu après que le vaisseau ennemi soit entré en collision.

« Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui s’est passé, bon sang ?! »

« Le flanc tribord a subit des dégâts légers ! C’est confirmé, il s’agit d’un impact extérieur ! »

« Extérieur… ?! Un tir ennemi ?! »

« Je, je ne sais pas ! La cause est inconnue ! »

Le membre d’équipage avait élevé une voix aiguë. Sur ce, un autre membre cria comme s’il suivait le premier :

« Uh ! Capitaine, il y a un problème ! Suite à cette explosion, le bloc B2 a pris feu, la salle de contrôle à longue distance de l’unité <Bandersnatch> est endommagée ! »

« Qu’est-ce que tu viens de dire ?! Dépêchez-vous, éteignez le feu ! »

« Que, qu’est-ce que c’était à l’instant… ? »

Sur le pont du <Fraxinus>, après que les secousses se soient calmées, Hinako regarda le vaisseau ennemi prendre la fuite tout en marmonnant son étonnement.

Même si l’ennemi avait réduit le Territory et accru sa force, alors qu’ils étaient impatients face au manque de contre-mesures de la part de Kannazuki, le vaisseau ennemi avait soudainement subit un tir et s’était écarté du <Fraxinus>.

En plus, la partie endommagée de l’adversaire avait été totalement différente de celle qui était entrée en contact avec le <Fraxinus>. Qui avait bien pu attaquer le vaisseau ennemi ?

Il semblait qu’Hinako ne fut pas la seule à se poser la question. Un grande partie de l’équipage retint ses mots et tournèrent leurs regards vers Kannazuki.

Lorsqu’il remarqua ceci, il leva ses épaules et tapota le petit moniteur proche de son bras, comme pour dire à tout le monde de regarder en direction de leurs mains.

Ils obéirent à cet ordre gestuel et regardèrent leurs propres moniteurs… leurs yeux se mirent à le fixer pleins d’interrogations.

Sur ceux-ci, il y avait le vaisseau ennemi qui exécutait une rotation tout en étant pris par les flammes… et ils confirmèrent la présence d’une silhouette semblable à une feuille qui utilisait le mode Invisible.

« C’est… <Yggd folium>… ? »

Oui, en effet, juste avant que l’ennemi n’apparaisse, cette unité indépendante avait été déployée afin de servir de point de relais pour les communications avec l’île d’Arubi.

Immédiatement, tout le monde comprit et, en même temps, fut horrifié.

A l’intérieur du <Yggd folium>, tout un tas de petits Realizer étaient équipés. En les utilisant, ils étaient en mesure de le contrôler à distance depuis le <Fraxinus> et ils pouvaient activer sur ce dernier un Territory.

Mais, pour être capable de déployer le Territory, cela impliquait qu’il ne pouvait plus servir à réceptionner les signaux.

Kannazuki avait contrôler cet objet qui avait été envoyé pour servir de relais de communication à distance et s’en était servi comme mine.

Mais, même en des conditions normales, il avait été capable de compenser le Control Realizer, qui gère la production de 7 Realizer, tout en prenant le contrôle de quelque chose d’aussi petit, c’était tout bonnement incroyable.

Probablement, conscient des pensées de tout le monde, Kannazuki s’exprima :

« Eh bien, comment dire ça ? C’est en quelque sorte triste, je suppose. Peu importe à quel point la technologie actuelle est avancée, il n’est pas possible de recréer les fonctions d’un cerveau humain. »

Sur ces mots, il haussa les épaules.

Non, c’est pas possible qu’un tel humain existe…

Ce genre de pensées échappait complètement à son raisonnement.

« Que… c’est… <Sandalphon>… ? »

Shidou éleva une voix surprise par l’apparition de cette épée dans sa main droite.

C’était une épée large de laquelle émanait une lumière radieuse et qui avait une garde aux décorations délicates.

Oui, sans aucun doute, il s’agissait de l’Ange de Tohka, [le Miracle qui prend forme], <Sandalphon>.

« Shi… dou… ? Pour, pourquoi Shidou peut-il utiliser <Sandalphon>… ?! »

Tohka était également étonnée alors qu’elle regarda dans sa direction.

C’était une réaction normale, puisque la <Sandalphon> qui venait d’apparaître entre les mains de Shidou avait été précédemment détruite par Ellen.

Mais… même s’il était surpris, Shidou se rendit compte qu’il était en mesure d’appréhender la situation.

Au fond, sa capacité de régénération ne lui appartenait pas non plus, c’était quelque chose qui était apparu après avoir scellé le mana de Kotori.

A en juger par cela, les autres… si son corps, qui enfermait le mana des Esprits, était devenu apte à ce faire…

Il devenait donc possible d’envisager qu’il puisse être capable d’utiliser le pouvoir des autres Esprits également.

En réalité, il y avait bien une preuve qui permettait de confirmer cette hypothèse…

… Puisque l’Ange s’était manifesté.

« Ange… ? En plus, c’est le même que <Princesse>…. ? Il était supposé être détruit par moi. Mais, avant tout, pourquoi quelqu’un comme toi est capable de… »

Ellen, qui était désintéressée jusqu’à présent, changea soudainement d’attitude et regarda Shidou avec des yeux aux reflets inquisiteurs.

« Tu te nommes bien Itsuka… Shidou, non ? Que diable es-tu donc ? »

« … Humain. Aussi loin que je m’en souvienne. »

« … »

Après qu’Ellen ait sourcillé suite à sa réponse, elle leva ses mains en l’air. Les <Bandersnatch> aux alentours adoptèrent une genre de position d’alerte.

« J’ai changée d’avis. Itsuka Shidou, je vais t’amener avec nous aussi. Je te conseille de ne pas résister. »

« Guh… »

Shidou empoigna fermement <Sandalphon> tout en affichant une mine sombre.

Effectivement, Shidou venait de réussir à vaincre deux <Bandersnatch>, mais, malgré tout, il en restait huit en activité et en alerte, ainsi, qu’à l’arrière, la Magicienne non-identifiée qui avait facilement battue Tohka en mode limit break.

Il devenait facile d’envisager à quel point il serait difficile de s’enfuir avec Tohka dans ce genre de situation.

« Unité <Bandersnatch>. Capturez-les, s’il vous plaît. S’ils résistent, je m’en fiche que vous leur cassiez quelques bras ou jambes. »

Tout en prononçant ces mots, Ellen baissa la main en direction de Shidou.

Simultanément, les <Bandersnatch>, qui se trouvaient dans les environs, attaquèrent Shidou.

« Kuh, pourquoi… ?! »

Il agita soudainement <Sandalphon>, mais l’attaque spéciale, qu’il avait utilisé précédemment, ne se produisit pas. L’épée, faiblement lumineuse, traçait simplement des lignes au milieu de la nuit.

Bien sûr, ces coups ne touchèrent pas les <Bandersnatch>, ils esquivèrent facilement et tendirent leurs bras en direction de la main droite de Shidou, celle qui tenait l’épée.

« Eh… ? »

Soudainement, alors qu’il entendit le bruit d’un bouton qui venait d’être appuyé, des étincelles jaillirent des têtes des poupées mécaniques, qui les encerclaient, et leurs corps se mirent à convulser.

« Qu’est-ce qui se passe, bon sang ?! »

Il sourcilla d’un air dubitatif. Les poupées mécaniques qui bougeaient normalement jusque lors commencèrent à avoir des mouvement maladroits, comme un jouet électroniques qui serait à court d’électricité.

Ellen, qui regardait l’épée dans la main de Shidou, afficha des traits déformés de façon inexpliqués. Et, comme si elle venait de se rendre compte de quelque chose, elle porta sa main à son oreille et commença à parler :

« L’unité <Bandersnatch> rencontre quelques problèmes. Est-ce qu’il s’est passé quelque chose ? »

Puis, sa voix trembla comme si elle marmonnait.

« … Le Control Realizer a été touché ? Qu’est-ce que vous voulez dire par-là ?… Uh, une bataille avec un vaisseau ? Je ne me souviens pas avoir donné d’ordres pareils… »

« … ! »

-Je ne peux pas laisser cette opportunité s’échapper.

Immédiatement, Shidou frappa le sol du pied et attrapa prestement la main de Tohka avant de s’enfuir à tout vitesse.

« Que… Qu’est, qu’est-ce qui s’est passé ? »

« Je ne sais pas ! Mais, c’est notre chance ! »

Tout en prononçant ces mots, il courut en direction de la forêt en vue de s’éloigner des poupées.

« Nous ne pouvons pas les laisser s’échapper. S’il vous plaît, prenez-les en chasse. »

Alors qu’Ellen donna cet ordre depuis les rangs arrières, un petit nombre de <Bandersnatch> bougèrent leurs têtes vers Shidou et le poursuivirent.

Mais… après avoir bouger leurs bras et leurs jambes de manière désordonnées, tels des marionnettes cassées, ils s’écroulèrent.

« Kuh… Qu’est-ce que vous faites ?! »

Ellen fit claquer sa langue comme si elle était impatiente, puis elle se mit à courir après Shidou et Tohka.

Mais, à cet instant.

« Uguu ?! »

Elle marcha sur un trou dans le sol et, *Suteen*, elle tomba dedans.

« Pou, pourquoi il y a un trou à cet endroit-là… ?! Ne me dites pas, que c’est la foreuse à haute vélocité… »

Au passage, un des <Bandersnatch>, comme s’il se penchait vers Ellen, tomba à l’intérieur.

« Eh, u, uwaahh?! »

Il semblait que c’était une idée catastrophique de déployer les CR-units après avoir attrapé Tohka. Ellen, comme si elle avait été prise au piège, se retrouva enterrée sous la lourde poupée mécanique.

« C’est, c’est impossible… Je, je suis la plus forte… des Magiciennes… Mukyuu. »

Après avoir élevé cette voix bizarre, elle s’arrêta totalement de bouger.

Malgré tout, il ne savait pas vraiment quand Ellen se relèverait ou quand les <Bandersnatch> recouvriraient leurs fonctions. Shidou arrêta de regarder derrière lui pour se concentrer sur devant lui et, *Gou* *Gou*, il courut accompagné du son de la tempête.

Plus tard, il se demanda à quel point il s’était éloigné.

« … ! C’est… »

« … Muu. »

Shidou et Tohka, qui couraient côte à côte, s’exclamèrent en même temps.

Oui, dans le ciel au-dessus de la forêt, les branches des arbres étaient agitées, ils purent voir Kaguya et Yuzuru s’attaquer mutuellement de façon répétée.

« Kaguya… Yuzuru ! »

A la base, ils s’éloignaient le plus possible d’Ellen, mais… involontairement, Shidou arrêta sa course.

S’ils ne les arrêtaient pas ici et maintenant, il était plus que probable que leur combat se concluraient cette fois.

Et, cette conclusion signifiait… que Kaguya ou Yuzuru, l’une des deux allait disparaître.

Si, à tout hasard, le résultat ne se décidait pas ce combat-là, ce serait la même chose que si elles étaient LOST dans l’autre monde.

En vue de les sauver toutes les deux, il devait sceller leurs pouvoirs Spirituels ici, et maintenant.

« Toutes les deux ! Arrêtez ! Il doit y avoir une façon pour que vous puissiez vivre toutes les deux ! »

Bien qu’il criait, il lui sembla qu’elles n’entendirent pas sa voix. Même si la distance entre eux n’était pas si importante, le mur de vent tourbillonnant autour d’elles avait probablement coupé tout son provenant de l’extérieur.

« Kuh, que devrais-je… »

Sur ces mots, soudainement, il ouvrit grand ses yeux avant de les porter sur sa main droite.

L’Ange de Tohka, <Sandalphon>, s’y trouvait encore.

Oui, s’il utilisait l’attaque Spirituelle qui avait défait les <Bandernatch>, il devait être possible de couper en deux la tempête qui les encerclait.

Bien sûr, il ne pensait pas pouvoir les arrêter simplement ainsi. Shidou détourna son attention un bref instant : il serait du coup possible de leur faire écouter ce que j’ai à dire.

C’était une maigre possibilité, mais c’était également la seule.

« Désolé, Tohka. Éloigne-toi de moi un peu, s’il te plaît… ! »

« Mu… ? U, umu. »

Après avoir gémit honnêtement, elle prit de la distance par rapport à la main de Shidou, elle fit quelques pas en arrière.

Lorsqu’il confirma cela dans son champ de vue, il se mit en position et agrippa <Sandalphon> à deux mains, puis il l’abaissa en direction du vent qui les encerclait comme s’il essayait de le couper.

« Haaaa ! »

Mais…<Sandalphon> ne produisit pas la même lumière que la première fois.

« Kuh… »

Il essaya plusieurs fois, mais le résultat demeura le même. <Sandalphon> coupait seulement l’air dans sa zone d’effet, il ne démontrait aucunement son autorité absolue comme lorsque Tohka l’utilisait.

« C’est inutile… »

Shidou grinça des dents et serra plus fortement <Sandalphon>.

Mais, rien de plus, il finit par tourner sa tête et porter son regard sur le vrai possesseur de l’Ange.

« Tohka… ! Je t’en supplie, utilise <Sandalphon> et arrête ces deux-là! »

« Quoi… ? »

Tohka s’était exprimée avec une voix dubitative. Mais, probablement après avoir regardé Kaguya et Yuzuru qui s’entrechoquaient violemment, et après avoir constaté le comportement inhabituel de Shidou, elle saisit la situation et acquiesça comme si elle s’était débarrassée de toute pensée encombrante.

« Désolé, je t’en supplie…! »

Sur ces mots, il tendit la poignée de <Sandalphon> à Tohka.

« Umu, laisse-moi faire. »

Elle hocha une nouvelle fois de la tête et prit l’épée entre ses mains. Néanmoins…

« … Uh. »

A ce moment-là, elle soupira légèrement et sourcilla.

« Tohka… ? »

« … C’est inutile. La moi actuelle ne peut pas utiliser cette <Sandalphon>. »

« Eh ? »

Alors que des points d’interrogation flottaient autour de Shidou, elle le fixa dans les yeux intensément tout en poursuivant :

« <Sandalphon> n’est pas une épée ordinaire. C’est un [Ange] manifesté par la volonté d’un utilisateur possédant de la Puissance Spirituelle. Ce serait différent si j’étais à pleine puissance, mais, dans mon état actuel, je ne peux pas utiliser la <Sandalphon> invoquée par ta volonté. »

« Pas moyen… bon… »

Shidou afficha un visage à l’expression de désespoir.

Dans le ciel, les deux Esprits poursuivaient leur combat sans merci et se donnaient à fond pour laisser l’autre survivre.

Tout en faisant les louanges de l’autre à chaque fois qu’elles ouvraient la bouche…

Tout en prenant soigneusement en considération son adversaire alors qu’elles donnaient des coups de poings et de pieds…

Tout en communiquant leur affection par le biais de chaque attaque utilisée…

Elles s’aimaient toutes les deux, c’était l’enjeu de ce combat dénaturé par ces êtres maladroits. … Pour se sacrifier elles-mêmes.

« Pas moyen… que je permette ça ! »

Cria Shidou en reprenant fermement <Sandalphon> et en l’agitant une fois de plus.

Bien sûr, il n’y eut aucun changement, mais il n’avait aucun autre choix. Sans abandonner, il répéta ce geste une deuxième et troisième fois.

« Putain, putain… ! N’y a-t-il pas un moyen ? Si ça continue, toutes les deux vont… »

S’il utilisait les pouvoirs scellés, il pouvait enfermer leur Puissance Spirituelle à toutes les deux. S’il y arrivait, alors, aucune d’entre elle n’avait besoin de devenir Yamai et elles pouvaient continuer de rester comme elles étaient.

Il n’avait pas besoin de se jeter en plein cœur de la tempête. Il lui fallait juste un coup. S’il pouvait simplement séparer les vents avec un simple coup, et captiver leurs attentions sur lui…

Tohka plaça ses mains sur les épaules de Shidou.

« … Tohka ? »

Il tourna son visage vers elle, puis regarda de nouveau dans le ciel et, enfin, il engloutit.

Les mains de Tohka étaient placées sur ses épaules, non pas dans une attitude de gentillesse pour le réconforter de sa frustration, mais bien plus dans une attitude forte de sévère reproche.

« Je suis jalouse, en quelque sorte, que Shidou ait dit de telles choses… »

« Tohka … ? »

S’était-il exclamé avec une voix à moitié-stupéfaite. Tohka afficha un sourire amer avant de hocher de la tête de toutes ses forces.

« Même si je ne le dis que maintenant, je pense qu’il n’y a, en effet, pas d’autre choix qu’elles parlent et se comprennent l’une l’autre. Si tu connais une façon de les faire vivre toutes les deux, elles déposeront probablement leurs armes. »

C’était très simple, mais vrai.

« Mais, que devrions-nous… »

« … Je te l’ai dit avant, cette <Sandalphon> a été matérialisée par ton souhait. Dans ce cas, si tu ne le fais pas, qui le fera ? »

« … ! Moi ? »

Après que Tohka ait acquiescé, il empoigna la garde fermement. Elle appuya son corps contre le dos de Shidou et enserra le corps de celui-ci de ses bras comme si elle prévoyait d’utiliser <Sandalphon> avec lui.

Mais… de manière attendue, leurs physiques étaient trop différents. Après qu’elle ait grommelé un *Muu…*, elle finit par passer sous les bras de Shidou et par se mettre devant lui.

Tous les deux étaient dans une sorte d’haori, elle accompagna de ses mains celles de Shidou qui tenaient <Sandalphon>.

« Tohka… »

« Calme-toi et souviens-toi de ce que tu veux faire maintenant, de quelle est la chose que tu souhaites actuellement. Toutes les autres choses sont sans importance. Ignore-les. Juste une, imagine ton souhait dans ton esprit et abats l’épée… si tu le fais, c’est sûr que l’Ange te répondra. »

« … »

Shidou engloutit, ferma ses yeux et expira délicatement.

Suivant les instructions de Tohka, il se calma et contrôla sa respiration.

Il mit ses pensées de côté, que ce soit le vent qui tambourinait ses oreilles, ou l’orage qui électrifiait ses cheveux, ou encore la douce et chaude sensation de la poitrine et des mains de Tohka, il n’imaginait plus qu’une chose dans son cœur.

Kaguya et Yuzuru, l’Esprit qui, par coïncidence ou fatalité, avait été séparé en deux.

Une existence qui avait vu le jour avec pour destinée que l’une d’elle disparaisse.

Mais, même après avoir appris ça… elles s’étaient battues contre leur autre moitié bien-aimée afin de la laisser vivre.

Shidou grinça des dents.

« … Putain, comme si j’allais laisser ça se produire ! »

Oui, toutes les deux étaient en quelque sorte des idiotes, que l’une ou l’autre doive disparaître, c’était tout simplement quelque chose qui ne devait pas arriver.

C’est pourquoi, avant qu’elles finissent le combat…

… il fallait porter un coup absolu et violent qui arrêterait leur prétendu noble combat… !

« … ?! »

Immédiatement, Shidou ouvrit les yeux : <Sandalphon> émettait une forte lumière qui n’était nullement comparable à celle d’auparavant.

Il stabilisa sa prise à nouveau, Tohka en fit de même, elle mit plus de force dans la main qui l’accompagnait, puis elle leva sa tête.

Une fois de plus, Shidou leva la sienne et regarda les deux incapables qui produisaient un tel raffut dans les cieux.

Puis…

« OOOOOOOOhhhhhhhhh… ! »

Accompagné d’un cri, il abaissa <Sandalphon>.

En un instant, la lumière, qui se dégageait de la lame… comme si le coup porté par cette dernière s’allongeait, trancha le ciel.

La lumière de <Sandalphon> coupa facilement le château de vent qui soufflait violemment et passa entre Kaguya et Yuzuru avant de poursuivre sa route. Lorsqu’elle sépara les nuages qui soufflaient entre les deux, la silhouette de la lune, qui était cachée jusque lors, se dévoila.

Suite à quoi, le vent cessa comme si ce fut une illusion et il put entendre des voix emplies de confusion.

« Que… »

« Inquiétude. C’est… »

Kaguya et Yuzuru, qui dirigeaient leur lance et leur pendule l’une vers l’autre, ouvrirent de grands yeux surpris et, cherchant probablement la source de cette attaque, elles baissèrent leurs regards.

Lorsqu’elles reconnurent la silhouette de Shidou, elles sourcillèrent.

« Shidou… ?! A l’instant, c’était toi… ? »

« Choc. Impossible, c’était une trop grande Puissance Spirituelle ?! »

Il utilisa <Sandalphon> comme une canne de marche et, soutenu par Tohka, comme pour répondre à leurs questions à toutes les deux en même temps, il dit :

« Kaguya… Yuzuru… ! »

Une seule attaque. Même si ça n’avait été qu’une seule attaque, son corps entier lui faisait follement mal. Mais, s’il laissait passer cette occasion, il y avait de fortes chances que sa voix ne les atteignent plus. Il la fit jaillir sa gorge cassée.

« Je vous en supplie… arrêtez de vous battre ! »

Néanmoins, quand Shidou leur apparut, les visages de Kaguya et Yuzuru exprimèrent du mécontentement.

« … Tu… Tu ne m’as pas écouté ? Yuzuru et moi ne pouvons exister qu’en absorbant l’autre. »

« Accord. C’est exactement ça. S’il te plaît, ne nous dérange pas. Actuellement, Yuzuru doit donner une leçon à cette imbécile de Kaguya, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’elle est un excellent Esprit. »

« Uh, tu es encore en train de dire ça… ! Je t’ai déjà dit qu’on ne peut pas empêcher que quelqu’un comme moi ne survive pas ! Pourquoi est-ce que tu ne peux pas comprendre ?! Tu devrais être celle qui survit ! »

« Rejet. Yuzuru ne le pense pas. Kaguya devrait être la seule survivante. »

« Pourquoi es-tu si… ! »

« Colère. Kaguya aussi… »

« … Je ! »

S’il laissait passer ce moment précis, l’interruption si difficilement acquise serait gâchée et le combat reprendrait. Il haussa la voix pour couper leurs phrases :

« Je n’ai jamais eu l’intention d’arrêter d’être le juge de votre duel! Je… vais choisir l’Esprit qui sera digne d’être la véritable Yamai, celle qui restera en vie ! »

« … ! »

Sur ces mots, Kaguya et Yuzuru ouvrirent grand leurs yeux sous le choc… et regardèrent immédiatement ce dernier avec des regards perçants.

Mais, elles n’essayèrent même pas de dire quelque chose. Avec hésitation, elle écoutèrent ce qu’il avait à dire.

Il était facile de comprendre la raison de leurs regards : des deux côtés, il sentit une énorme pression, suffisamment importante pour qu’il ait la chaire de poule.

… Le fait était que toutes les deux pensaient la même chose : Ça ira si tu choisis mon adversaire, mais si tu essayes de me choisir, moi, je te percerai le cœur avant que tu ne puisses finir ta phrase.

Puisqu’elles étaient les esprits du vent, <Berserk>, elles pouvaient sûrement mettre leurs pensées en application.

Shidou engloutit nerveusement avant de poursuivre non sans avoir judicieusement choisi ses mots :

« Celle que je vais choisir, c’est… toutes les deux ! »

La voix de Shidou se répercuta à travers la forêt qui était devenue silencieuse depuis que le vent avait cessé de souffler.

Elles fixèrent Shidou pendant quelques secondes avant… qu’elles ne poussent toutes les deux un profond soupir de soulagement.

« … Qu’est-ce que tu racontes ? Tu te moques de nous ? »

« Dédain. C’est une réponse digne d’un élève de primaire. Un homme sans sens des décisions est méprisable. »

Elles avaient toutes les deux prononcé ces mots d’une voix résignée.

Mais, Shidou ne plaisantait pas, il n’avait nullement l’intention de se moquer d’elles. Il poursuivit d’un air sérieux :

« … On ne peut rien y faire ! Puisque vous avez toutes les deux de bons côtés, je ne peux pas choisir ! »

« Que… »

« … »

Les joues de Kaguya devinrent rouges alors que Yuzuru ferma à moitié ses yeux.

« Beaucoup, tu dis… ? Ne parle pas comme si tu savais tout ! Qu’est-ce que quelqu’un comme toi… »

« Je sais ! Tout du moins, j’ai appris quelque chose sur toutes les deux bien plus rapidement que vous ne l’avez fait ! »

« … Question. Et il s’agit ? »

Face à la question de Yuzuru, Shidou ferma son poing tout en appuyant sa gorge :

« Que dans le cas de Kaguya, ses pensées et ses sentiments pour Yuzuru sont bien plus forts que ceux que Yuzuru a pour elle-même… Que dans le cas de Yuzuru, elle estime Kaguya plus précieuse que Kaguya ne s’estime elle-même. »

« … Quoi ! »

« … »

Toutes les deux se tinrent calme comme si elles étaient en manque de mots. Shidou fit pression sur son corps qui était à deux doigts de s’écrouler, il rassembla toute ses forces avant de poursuivre :

« … Toutes les deux !! Vous avez plusieurs choix pour votre futur ! Choisissez ! Un : Yuzuru absorbe Kaguya et devient la vraie Yamai ! Deux : Kaguya absorbe Yuzuru et devient la vraie Yamai ! »

Après qu’elles aient écouté les paroles de Shidou, elles eurent des expressions du genre « quelle question évidente est-ce là », puis elles répondirent :

« C’est évident : la 1… »

« Réponse. Pas besoin de réfléchir. La 2… »

Mais, Shidou n’écouta pas leurs réponses et poursuivit :

« Trois : En échange de la perte de vos pouvoirs Spirituels, vous vivez toutes les deux… ! »

« … !? »

Au moment où il formula cela, elles le regardèrent avec étonnement.

« Huh…? Qu’est-ce que tu as dit ? »

« Requête. A l’instant, qu’est-ce que tu as dit. »

Shidou toussa violemment alors que Tohka tourna sa tête inquiète.

Mais, il ne pouvait se permettre d’arrêter son explication ici. Il humidifia sa gorge avec sa salive et dit :

« … Je suis désolé mais, depuis un moment, on ne m’a donné le choix qu’entre 3 options… Je ne peux permettre qu’il n’y en ait que 2 choix. »

« Qu’est-ce… que tu racontes ? Ce genre de choses, c’est impossible. »

« Doutes. Oui, Yuzuru n’a jamais entendu parler d’une telle possibilité auparavant. »

Elles lui portèrent des regards dubitatifs. C’était pour une bonne raison : celui qui leur avait dit de le croire était celui qui était absurde.

C’est alors que Shidou cria :

« Je vous en prie, toutes les deux ! S’il vous plaît, croyez-moi ! Une seule fois, ce sera suffisant ! Laissez-moi une chance de vous faire vivre toutes les deux… ! Si c’est un échec, vous pourrez faire ce que vous voulez de moi, je m’en fiche ! Dans ce cas, vous pourrez même me tuer ! C’est pourquoi… ! »

« … Qu’est-ce que tu es ? N’es-tu pas un humain ? Ce genre de… »

« A l’instant, n’as-tu pas oublié qui est celui qui a tranché ta fière bourrasque ? »

« Uh… »

« Réflexion… »

Elles perdirent leurs mots et se regardèrent confusément l’une l’autre. Plutôt que de chercher les vrais motifs dans les paroles de Shidou, elles étaient confuses par la tournure des événements.

« C’est pourquoi… Arrêtez ! Vous n’avez pas besoin de continuer à vous battre… ! Qu’une des deux doive disparaître, ce genre de chose, plus besoin… »

En plein milieu de sa phrase, il fut victime d’un coup de sommeil intense et s’écroula sur place. <Sandalphon> tomba au sol et se transforma en particules de lumière avant de disparaître complètement dans les airs.

« Shidou ! »

Tohka laissa échapper une voix inquiète et secoua ses épaules. Mais, il était malheureusement difficile pour lui de répondre.

Il reprit provisoirement un peu conscience, *Hyuu**Hyuu*, il parvint à faire sortir ces sons de sa bouche, mais il ne put en faire sortir rien d’autre. Il semblait que… le corps de Shidou avait atteint ses limites depuis longtemps.

« … »

« … »

Dans les airs, Kaguya et Yuzuru se fixèrent l’une l’autre.

… Kaguya s’exprima calmement.

« … Qu’est-ce qu’il vient de dire ? Tu en penses quoi, Yuzuru ? »

« Méfiance. C’est impossible de croire ça. Même si cette attaque a été produite par Shidou, Yuzuru n’a jamais entendu parler de voler la Puissance Spirituelle d’un Esprit. »

« C’est vrai… Je le pense aussi. »

« … ! … ! »

Dans son champ de vue flou, Shidou essaya d’une manière ou d’une autre de projeter sa voix hors de ses poumons, mais… peu importe à quel point il essaya, son souffle ne lui permettait de produire le moindre son.

C’était pas bon, il n’avait plus la possibilité de faire en sorte qu’elles le croient. Il sentait sa vue s’obscurcir.

– Arrêtez, arrêtez, arrêtez ! J’ai vraiment le pouvoir de vous sauver toutes les deux, si vous me tendez vos mains, je pourrais les attraper.

Malgré tout, les sons de voix de Shidou, qui n’étaient pas vraiment une voix, n’atteignirent pas les cieux. Kaguya et Yuzuru se regardaient l’une l’autre, se fixant dans les yeux tout en continuant de parler :

« Sérieusement, Shidou est un type dérangeant. Nous interrompre deux fois. »

« Consentement. Sérieusement. Même si Yuzuru était proche de battre Kaguya. »

« Qu’est-ce que tu as dit ? J’allais t’envoyer une attaque mortelle unique ! »

« Ricanement. Était-ce Sturm Lance (Rire). »

« La, la ferme ! Si tu le dis une fois de plus, je vais sérieusement me mettre en colère. »

« Défi accepté. Par tous les moyens, fais donc ce qui te plaît, ce sera quand même une victoire pour Yuzuru. En définitive, Yuzuru réussira à faire survire Kaguya. »

« Je ne peux pas laisser ça se produire ! Je vais gagner ! Tu dois vivre, peu importe comment. »

« Réfutation. C’est Kaguya qui le doit. »

Kaguya se mit en position avec sa lance pendant que Yuzuru en fit de même avec son pendule. Autour d’elles, le vent commença à nouveau à souffler.

… Mais…

« … Hey, Yuzuru. »

« Réponse. Qu’est-ce que c’est. »

« C’est pertinemment juste une discussion. Une discussion de « si », une discussion du possible… si à tout hasard ce que vient de dire Shidou était vrai, qu’est-ce que tu en penses ? »

« Demande. Donnerais-tu à Yuzuru le temps limite pour réfléchir. »

« Approuvé. Seulement 3 secondes. »

« … »

« Très bien, c’est fini. Donc ? »

« Réponse… Je pense que ce serait vraiment merveilleux. »

« … Fuun. Contre toute attente, tu es une telle romantique. »

« Découragée. Qu’en est-il de toi, Kaguya. »

« … Par chance, moi aussi. »

« Question. Si nous vivions toutes les deux, qu’est-ce que Kaguya voudrait faire. »

« Moi ? Laisse-moi réfléchir… Ah, ce que disait Tohka, je voudrais tenter de manger ce pain au kinako. Il a l’air super bon. »

« Confirmation. Il a l’air vraiment bon. »

« Et pour ta part, Yuzuru ? »

« Réponse… Yuzuru voudrait tenter d’aller à l’école. »

« Aah… très bien. Ahaha, c’est tout Yuzuru, tu serais l’objet de l’adoration de tous les garçons. »

« Refus. Yuzuru pense que ce n’est pas possible. »

« Heh ? Pourquoi ? »

« Réponse. Parce qu’il y aura aussi Kaguya. Il est plus que probable que Kaguya serait celle qui prendrait la vedette. »

« Haha… Ensemble ? Avec moi ? »

« Affirmation. C’est parce que, ce n’est qu’une discussion. Yuzuru ne se souvient pas qu’il ait été donné la moindre restriction. »

« Aah… Je l’ai pas fait. Je devine qu’une fois la classe finie, nous pourrions traîner en ville. »

« Confirmation. Ce serait merveilleux. Yuzuru essayerait d’entrer dans un café. »

« Ouais, ouais, je le ferais. Mais, tu devrais accepter qu’on sépare l’addition, ok ? »

« Refus. C’est injuste. Kaguya mange plus que Yuzuru. »

« Il… il n’y a pas beaucoup de différence. »

« Question. Est-ce vrai ? »

« … »

« … »

A la fin de ces mots, les deux restèrent silencieuse pendant un moment.

Au sein du hurlement du vent, celle qui reprit la discussion était Kaguya :

« … Hey, Yuzuru. »

« Réponse. Qu’est-ce qu’il y a. »

« Désolée, j’ai menti…je… »

De grosses larmes s’écoulèrent de ses yeux.

« Je ne veux pas mourir… »

Tout en sanglotant, elle poursuivit :

« Je veux vivre… Je, je veux être avec Yuzuru encore un peu plus. »

« Rép… »

Suite à quoi, un flot de larme s’écoula le long des joues de Yuzuru.

« Yuzuru… aussi. Yuzuru ne veut pas disparaître. Yuzuru veut vivre avec Kaguya. »

« Yuzuru… »

« Kaguya. »

Elles croisèrent leurs regards et articulèrent en même temps…

« … »

Mais, la voix qui en sortit n’atteignit pas l’autre.

De manière plus imminente, le bruit d’un moteur au loin gronda dans le ciel au-dessus de Kaguya et de Yuzuru.

« Quoi… ? »

« Fixation. C’est… »

Elles regardèrent au-dessus d’elles.

Là, il y avait un vaisseau géant de couleur noire, de la fumée s’échappait derrière lui.

« Capitaine ! Ça va être dangereux si nous réduisons encore plus l’altitude ! Si Invisible n’est pas utilisé, il y a une possibilité que les habitants nous remarquent… ! »

A l’intérieur de <l’Arbatel>, les cris des membres de l’équipage teintés d’inquiétude se faisaient entendre partout.

« Silence ! »

Mais, Paddington, qui était assis dans le siège du capitaine, leur ordonna le silence à l’aide de ce seul cri.

– Les habitants risquent de nous remarquer ? Quelle signification cela peut-il avoir ? En réalité, lorsque <l’Arbatel> a commencé à piquer du nez, le vaisseau de <Ratatoskr> a arrêté la poursuite.

Heureusement, il semblait que le capitaine adverse avait le même genre de pensée médiocre que les membres d’équipages de ce vaisseau-ci. Puisque leur principale préoccupation était le secret, ils avaient permis à l’ennemi de s’échapper sous leur nez.

« Non… c’est faux, huh. »

Paddington lécha ses lèvres.

Si leur objectif était de maintenir le secret sur leur vaisseau, ils pouvaient quand même attaquer <l’Arbatel> sans lui donner la chasse. Ils pouvaient simplement utiliser le canon à convergence de mana, ou utiliser cette mine mystérieuse qu’ils venaient d’utiliser.

Mais, s’ils avaient poursuivit l’attaque, il y aurait eu des risques de pertes parmi les civils de l’île.

Puisque ce capitaine appartenait à une capricieuse organisation qui essayait de persuader les Esprits par des moyens pacifiques, il avait dû penser que ce serait risqué… il était sûr d’avoir mis le doigt sur le bon motif.

Mais… ce n’était pas tout.

Perdre une unité de <Bandersnatch>, endommager <l’Arbatel> et s’enfuir… à ce compte-là, la disgrâce de Paddington était totale. Pour effacer tout cela, il avait besoin d’un bon résultat pour compenser.

Il fixa les deux filles qui apparurent sur l’écran.

A l’instant, juste avant que la communication ne soit interrompue, à l’égard des informations données par Ellen, il s’agissait de l’Esprit <Berserk>.

« Le feu a été éteint dans la salle de contrôle à l’instant-même ! Amenez tous les <Bandersnatch> restant dans le hangar de décollage de <l’Arbatel> ! Nous devons capturer <Berserk> et <Princesse>, coûte que coûte ! »

« Mais, mais… »

« Exécution ! »

En raison des ordres de Paddington, l’équipage eut un soubresaut, mais se mit à tapoter sur la console tout en grinçant des dents.

« … Qu’est-ce que c’est que ça ? »

« Confirmation. Yuzuru souhaite le savoir aussi. »

Kaguya et Yuzuru observaient l’énorme morceau de métal plus haut dans le ciel.

Puisqu’elles s’étaient réconciliées avec leur autre moitié bien-aimée, cette chose venait de les déranger pile au meilleur moment.

Mais, cela ne s’arrêta pas là.

Alors qu’elles étaient pensives, le sas à l’arrière du vaisseau s’ouvrit et des groupes différents de poupées, armées de diverses armes sur leurs dos ou leurs bras, en sortirent.

Leurs apparences étaient lisses et organiques. C’était apparemment des poupées avec des têtes et de bras, mais, plutôt que des êtres humains, elles évoquaient bien plus proches les humanoïdes ou les diables des contes.

Étonnamment, ces poupées mécaniques, une fois leurs équipements dorsaux mis en route, se mirent à tourner dans le ciel en formant des cercles et elles volèrent autour des deux Esprits comme pour les encercler.

Puis, l’instant d’après, elles dirigèrent vers elles l’espèce d’objet cylindriques accroché à leurs bras et ouvrirent le feu.

« Uoou ?! »

« … ! »

Après que Kaguya et Yuzuru aient esquivé de justesse, *Kii*, elles observèrent les poupées.

D’autres se mirent immédiatement en position avec leurs canons comme pour servir de soutien et commencèrent aussi à les attaquer.

« Kuh, qu’est-ce ce qu’elles veulent ces poupées ? »

Après que Kaguya ait fait tourner la pointe de sa lance, elle créa un typhon à petite échelle et dégagea les poupées qui se trouvaient-là.

« Offensive. C’est irritant. »

Yuzuru, également, dégagea les poupées aux alentours par le biais de son pendule.

Mais, celles qui avaient été projetées par leurs attaques, revinrent à la charge comme si de rien n’était et leurs firent face en ignorant totalement les lois de la gravité.

Les deux filles sourcillèrent de manière déplaisante.

« Fu… Quel troupeau abject. »

« Confirmation. En toute honnêteté, Yuzuru n’a pas vraiment envie de les toucher. »

Après qu’elles eurent à nouveau projeté des poupées, elles regardèrent dans le ciel.

Il semblait que les ennemis n’arrêtaient pas de venir, les poupées étaient encore une à une larguée du vaisseau géant.

Après qu’elles en aient eu assez toutes les deux, elles levèrent leurs épaules et elles s’exprimèrent en même temps. Il semblait qu’il n’y avait jamais de fin au nombre d’ennemis qu’elles allaient affronter.

« Hey, Yuzuru ! »

« Suggestion. Kaguya. »

Leurs voix se chevauchèrent parfaitement. Après que leurs yeux se soient grand ouverts sous le choc, elles se regardèrent l’une l’autre.

Puis, provenant de chacune d’elle, elles lâchèrent un *Fufu*.

« Tu veux le faire ? »

« Consentement. Faisons-le. »

Elles acquiescèrent en même temps. Kaguya leva sa main gauche alors que Yuzuru leva sa main droite… elles les joignirent parfaitement.

Ce faisant, leurs Tenues Astrales et leurs Anges se mirent à briller et…l’aile qui avait poussé sur l’épaule droite de Kaguya et celle qui avait poussé sur l’épaule gauche de Yuzuru se joignirent et formèrent une sorte de forme d’arc.

Le pendule de Yuzuru se connecta aux ailes et devint la corde de l’arc… la lance de Kaguya devint la flèche et fut encochée.

Cette fois, Kaguya utilisa la main droite, alors que Yuzuru utilisa sa main gauche, pour tenir l’arc.

Avec les mains qui restaient libres, elles tendirent ensemble la corde de l’arc jusqu’à son extrémité.

Elle pointèrent l’arme vers le vaisseau qui flottait dans les airs, puis…

« <Raphael>…<Ell Kanaph> !! »

Toutes les deux, relâchèrent la pression exactement en même temps et la flèche géante siffla dans le ciel.

Elle fut accompagnée par des rafales de vent qui n’étaient en rien comparables à celles qu’elles utilisèrent précédemment.

Shidou et Tohka, qui se trouvaient encore en-dessous, n’en ressentirent pas les effets, mais les poupées qui volaient autour d’elles furent tout simplement emportées. Les arbres restants furent déracinés et la forêt bruissait comme si elle ondulait.

Il n’y avait rien en ce monde qui aurait pu arrêter la progression de cette flèche protégée par le pouvoir des vents.

Une attaque combinée unique, absolue et invincible.

Un tir qui avait été produit par les forces conjointes de Yamai, la plus redoutable des flèches.

Le vaisseau de guerre étant une production humaine, il n’y avait aucune possibilité qu’il puisse esquiver cette attaque.

En l’espace d’un instant, il fut transpercé par la flèche <Raphael> et, en raison des rafales qui l’encerclaient, l’intérieur de celui-ci fut ravagé et totalement détruit… le ciel obscur fut teinté de rouge alors que le vacarme d’une explosion géante retentit.

« … Kuh… Ah… »

C’est avec cet espèce de grommellement qu’Origami ouvrit les yeux.

L’image qui était projetée dans ses yeux, en cet instant, n’était pas le ciel de l’île frappé par les bourrasques, mais c’était plutôt le plafond d’une chambre d’hôtel illuminée par un éclairage de forme carrée. Pendant un moment, elle pensa avoir été attaquée par une hallucination, comme si tout ce qui s’était passé jusque lors n’avait été qu’une illusion, mais… faux. La douleur sourde qu’elle ressentait sur la partie gauche de son corps était réelle.

C’est avec une expression sèche qu’elle toucha sa poitrine, elle y trouva des équipements médicaux, ainsi que des bandages et une fomentation[1].

« Qu’est-ce qui s’est passé… ? »

« … Aah, tu t’es réveillée. »

Une voix venait de s’élevait à côté de son lit, une voix endormie. C’était la vice-professeur principale, Murasame Reine.

« Sensei… je suis où ? »

« … C’est ma chambre. Je suis désolée, mais j’ai dû t’amener ici. Ça provoquerait sûrement de l’agitation si les autres élèves voyaient cela. »

« Err… les poupées… »

« … Aah, après que tu aies perdu conscience, pour des raisons inexpliquées, elles ont arrêté de bouger. »

« … Je vois. »

Sur ces brefs mots, Origami essaya en quelque sorte de lever son corps endolori.

« … Ce serait mieux que tu n’en fasses pas trop. Reste tranquille pour aujourd’hui. »

« Ces soins ont été prodigué par vous, sensei ? »

« … Aaah. Désolée, j’ai utilisé ce que j’avais. »

« Non… merci. »

« … Celle qui devrait dire ça, c’est moi. Merci de m’avoir sauvée. Merci. »

Sur ces mots, Reine baissa la tête. Origami engloutit avant de poursuivre :

« Sensei, concernant les poupées… »

« … Je ne le dirais à personne. C’est mieux ainsi ? »

« … »

Origami regarda silencieusement Reine.

… Elle trouva que Murasame-sensei était étonnement calme bien qu’elle ait été attaquée. Et, par-dessus tout ça, elle avait prodigué des soins médicaux à Origami avec un raisonnement calme et sans en avoir parler à personne.

C’est vrai qu’Origami ne voulait pas que l’information concernant ces mystérieuses poupées soit imprudemment ébruitée… Comment dire, elle trouvait que c’était un peu trop parfait.

Oui… c’était comme si elles connaissait l’existence des CR-Units.

Origami arrêta-là ces pensées puisqu’une chose plus importante s’imposa à son esprit :

« Shidou ?! »

« … Hnnn ? »

« Où est Shidou ? »

« … Aah, il va bien. Il semblerait qu’il vienne par ici. »

En entendant ces mots, elle soupira de soulagement… puis, elle haussa les épaules avec un mauvais pressentiment.

« Comment savez-vous ça ? »

« … »

Lorsqu’Origami posa cette question, Reine se gratta la joue et ses yeux furetaient aux alentours comme si elle se disait « Oh, non ! ». Après un moment de silence, elle dit :

« … Intuition ? »

« … »

Origami sortit silencieusement de son futon. Puisqu’on lui avait confirmé la bonne santé de Shidou avec un si mince prétexte, elle ne pouvait qu’être inquiète.

Au moment où elle se leva, une douleur terrible lui parcourut le ventre et elle tomba à genoux.

« Ugh… »

« … C’est ce que je te disais avant, tu ne dois pas te forcer. Il reviendra rapidement… »

« … Kuh. »

A quatre pattes, Origami frappa le sol de son poing. Bien qu’une petite douleur se répercuta à son ventre suite à l’impact, elle n’y prêta pas attention et le frappa à nouveau.

Ça n’avait été qu’une simple attaque, une simple attaque sans arme, de la part d’une poupée qui n’était pas ni un Esprit ni une de leurs attaques spéciales, et voilà le résultat.

L’Origami actuelle, sans son Realizer, n’était malheureusement qu’une simple humaine.

Si faible, et si impuissante. Elle s’était juste accrochée à la vie qu’on lui avait par hasard donnée. Si la poupée ne s’était pas arrêtée, elles auraient probablement été tuées toutes les deux. C’était une faible fille qui n’avait pas pu ramener Shidou, son amour, hors de ce lieu dangereux. C’était l’actuelle Tobiichi Origami.

Elle grinça des dents, elle sentit légèrement le goût du sang.

« … Grr. »

« … Un ? »

Reine pencha la tête, mais ne dit mot.

Comme pour se le dire à elle-même, elle scanda une fois de plus :

« Je veux… être plus forte. Ne pas dépendre des autres… Assez pour protéger Shidou… »

Qu’elle ait entendu ou non ces mots… Reine, ferma tranquillement ses yeux, et gentiment posa son manteau sur les épaules d’Origami.

« …<Arbatel>. C’est Adeptus 1. Répondez, <Arbatel>. »

D’une façon ou d’une autre, parvenant à reprendre conscience, Ellen, qui avait été enterrée sous les <Bandersnatch>, s’écria de la sorte. Mais, elle n’entendit aucun son de l’autre côté de l’Incam.

« … »

Ellen fit claquer sa langue dans sa bouche et leva les épaules.

<Arbatel> avait été à 8 chances sur 9 vaincu. A l’instant, il n’y avait aucun doute, tous les <Bandersnatch> avaient cessés de fonctionner d’un coup.

Elle plongea dans ses pensées. Ça passait encore si <l’Arbatel> était totalement détruit sans laisser aucune trace derrière lui et si tout le monde était mort, y compris Paddington. Mais, elle ne pouvait absolument pas laisser ce vaisseau tomber entre les mains de <Ratatoskr>…

Elle leva légèrement les épaules puisqu’elle entendit une sorte de bruit provenant de l’autre côté du communicateur.

« C’est <l’Arbatel> ? Comment est la situation… ? »

Néanmoins, l’interlocuteur de la cette échange était complément différent. Un gloussement qu’elle avait déjà entendu précédemment frappa ses oreilles.

« Fufu… A en juger par cette question, il semblerait que le plan ait échoué. N’est-ce pas rare pour quelqu’un comme vous ? »

« … Ike. »

Oui, la voix n’appartenait à personne d’autre qu’à Isaac Westcott.

« Je suis vraiment désolée. Tout est de ma faute. »

Bien entendu, elle ne pensait pas réellement cela. C’était la faute de cet incompétent qui avait fait joujou avec le puissant jouet qu’on lui avait confié… et la faute de ces étudiantes diaboliques.

Westcott rit une fois de plus comme s’il lisait dans les pensées d’Ellen.

« Du coup, qu’en est-il de <Princesse> ? »

« … Je suis désolée, j’ai échouée dans sa capture. »

« Était-elle un Esprit ? »

« Eh ? Ou, oui. J’ai pu confirmer cela. Il n’y a pas de doute possible. Yatogami Tohka est bel et bien l’Esprit nommé <Princesse>. »

Sur ces mots, Westcott éclaircit sa gorge comme s’il était satisfait.

« Fufu, il semblerait que tu l’ais bien identifiée. Juste savoir cela donne au plan actuel un réel intérêt… Bien joué. Reviens à la base. »

« … »

« Contrariée ? »

« Pas vraiment. Seulement… j’aurais une dernière question à vous poser. »

« Houu, qu’est-ce que c’est ? »

Ellen s’exprima calmement.

« … Quelque chose concernant un humain capable de contrôler la Puissance Spirituelle, pensez-vous que ça existe ? »

Shidou s’appuyait sur les épaules de Tohka et revenait lentement vers l’hôtel.

La forêt avait été complètement ruinée, elle n’était plus comparable à celle d’avant ; c’était particulièrement visible par rapport à la première fois où il était passé par-là, et c’était bien plus facile pour marcher. Il regarda le maigre chemin tout en marmonnant d’inquiétude :

« … Tout ira bien, pas vrai… ? »

Sur ces mots, il sentit que… il entendit le bruit de Kaguya et de Yuzuru en train d’engloutir.

En s’approchant de l’hôtel, Shidou et le groupe trouvèrent quelque chose d’étrange.

« Hmmm… ? C’est… un <Bandersnatch>, pas vrai ? »

A cause de la tempête de Kaguya et de Yuzuru, il semblait avoir été emporté jusqu’ici. Sa tête avait une sorte d’enfoncement, il s’était sûrement assommé lorsqu’il était tombé.

Alors que Shidou était plongé dans ses pensées, il entendit Kaguya glousser derrière lui.

« Kuku… c’est à cause du violent ouragan. Une poupée comme celle-ci n’est bonne qu’à partir à la poubelle. »

« Consentement. Les bourrasques de Yuzuru et de Kaguya sont les meilleures. »

Sur ces mots, elles heurtèrent leurs poings l’une l’autre et sourirent. C’était une réconciliation incroyable considérant ce qui s’était passé auparavant.

« Plus important… Shidou, dépêche-toi de sceller nos pouvoirs. »

« Consentement. Même s’il y a encore le temps, le plus tôt sera le mieux. »

« Eh, non, c’est… »

Ses paroles devinrent floues après qu’il ait regardé en direction de Tohka. Elle lui rendit le regard tristement.

« Puis, puisque j’ai pas mal de préparations, du coup, faisons-le rapidement demain matin. S’il vous plaît, attendez encore un peu plus longtemps. »

Comme on pouvait s’y attendre, il ne pouvait pas le faire en face de Tohka. Il avait donné une excuse quelconque.

« Fuun… il vaudrait mieux que ce ne soit pas un mensonge ! Si tu as menti à une fille de la Tempête, tu penses bien qu’il ne te restera plus aucun os. »

« Lynchage. Ainsi que toutes les dents. »

« Je, je n’ai pas menti. »

« … »

Après qu’elles lui aient lancées toutes les deux des regards suspicieux, elles soupirèrent.

« Kuku… Ça ira, je pense. J’ai confiance en toi. Et, en passant, en toi aussi, Tohka. »

« Mu ? Quoi ? »

« Requête. Pendant un petit moment, tu peux nous prêter Shidou ? »

Comme pour conclure les paroles de Kaguya, Yuzuru s’était ainsi prononcée. Tohka pencha sa tête désagréablement.

« Je m’en fiche, mais… pourquoi ? »

« C’est, c’est bon, juste un petit peu. Attends, ici. »

Sur ces mots de Kaguya, Tohka s’éloigna de Shidou et les laissa toutes les deux l’emporter à l’intérieur de la forêt.

« Que, qu’est-ce qu’il y a, sérieusement ? »

« C’est bon, sois rassuré. »

« Consentement. Le silence est d’or. »

Puisqu’elles lui parlaient de façon autoritaire, Shidou se tut paisiblement.

Lorsqu’elles arrivèrent à un endroit où elles ne pouvaient plus être vues par Tohka, elles s’arrêtèrent.

« … Shidou. Eh bien, comment dire, merci. Sincèrement. »

« Remerciement. Grâce à Shidou, l’affrontement entre Yuzuru et Kaguya s’est achevé. »

« Non, c’est… »

Il fut comme rétabli par cette soudaine gentillesse. Il afficha un sourire sec comme s’il était troublé.

Après qu’elles se soient échangées un signal visuelle l’une l’autre, elles observèrent Shidou.

« C’est pourquoi, eh bien, bien que ce soit fâcheux, nous avons décidé de te donner une récompense. »

« Requête. S’il te plaît, ferme les yeux. »

« Huh ? Les yeux… »

Il sourcilla tout en s’exécutant.

Ce faisant…

« … ?! »

Provenant de sa droite et sa gauche, sur ses lèvres une douce sensation se produisit en même temps. Il fut surpris.

Oui, Kaguya et Yuzuru étaient en train d’embrasser Shidou en même temps.

« Que, toutes les deux, qu’est-ce que vous… »

« C’est, c’est ce que je t’ai dit avant. C’est une récompense, le premier baiser de deux super beauté, Yuzuru et moi, tu sais ? Te voir danser de joie aurait été bien, mais cette réaction est également adorable. »

« Excuse. Est-ce dérangeant ? »

Kaguya croisa ses bras alors que son visage était rouge, alors que Yuzuru baissait sa tête en guise d’excuse. Et…

« Que… »

« Surprise. C’est… »

Dirent-elles soudain avec des voix paniquées. Réaction normale, puisque les sangles et chaînes qui couvraient leurs corps se transformèrent en particules de lumière et disparurent.

« Uh, ukyaaaaaaaa ?! »

« Panique. Ecchi-desu.[2] »

Toutes les deux couvrirent leurs poitrines et s’accroupirent sur place. Shidou s’exprima paniqué :

« Cal, calmez-vous toutes les deux ! Actuellement, en vue de sceller la Puissance Spirituelle, c’est important… »

« Shidou ? Il y a eu quelque chose qui a fait de la lumière, c’était quoi ? »

« … ?! Tohka ?! »

Afin de rendre la situation pire encore, Tohka, qui était supposée les attendre plus loin, *hyokon*, arriva.

Après avoir ouvert en grand ses yeux sous le choc, elle comprit probablement la situation et son visage devint totalement rouge.

« Shi, Shidou ?! Que, quequeque, qu’est-ce que tu es en train de faire ?! »

« Non, non, tu fais erreur ! Je n’ai pas… »

« Shidou m’a subitement enlevé mes vêtements… »

« Pleurs. Yuzuru ne pourra plus jamais se marier. »

Le coup de grâce fut prodigué par Kaguya et Yuzuru dont les deux voix se firent entendre derrière lui. Après que les joues de Tohka devinrent encore plus rouges, elle fixa Shidou dans les yeux.

« Shidoooooooouuuu ! »

« Att, attends ! Mon, mon corps est encore… Uh, aaaaaahhhh ?! »

Les cris de douleur de Shidou s’élevèrent de la forêt nocturne.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *