Divas de la Bataille – Tome 1 Chapitre 0

Ce jour-là, il avait rencontré une déesse. Ses longs cheveux roux coulaient le long de son dos tel une rivière de flammes et ses yeux cramoisis miroitaient avec détermination. Sa poitrine était bombée, contrastant avec sa taille serrée. Ses cuisses rebondies jaillissaient sous sa jupe courte, portées pour permettre une grande liberté de mouvement sur les champs de bataille. Un ensemble d’armures de jambe avait complété son Régalia [1], ajoutant ainsi une couche supplémentaire de protection.

Elle avait l’air tout droit sortie d’un tableau. Mais ce que cette belle jeune fille offrit au jeune roi d’Althos n’était pas un bouquet de bénédictions, mais l’extrémité pointue d’une grande épée mal adaptée à la carrure féminine de son porteur.

« Roi d’Althos, c’est un plaisir de vous rencontrer. Désolée d’être si brusque, mais il est temps pour vous de mourir ! »

Elle avait proclamé son intention avec un ton léger et un adorable sourire. En face de ses actions dignes, le vent continu rempli de poussière était apparu comme un peu plus qu’une douce brise. Il aurait pu la regarder pour toujours, mais compte tenu de son statut et de la situation, il ne pouvait pas se perdre dans ses yeux, car cela marquait la deux millième et quelques fois où Althos avait été attaqué par le pays voisin de Freiya.

« Êtes-vous une Diva ? » demanda le roi à la beauté aux cheveux rouges et aux yeux rouges, son énorme épée pointant toujours vers lui.

« Hehehe… Et si je le suis ? »

« Hein ? L’êtes-vous ou ne l’êtes-vous pas… ? »

Au lieu de se concentrer sur l’épée, il était complètement perdu dans ses yeux puissants et sa voix retentissante.

« Qu’importe ? Voulez-vous bien mourir, ici et maintenant ! »

Elle chargea vers lui et balança son épée avec une élégance digne d’une Diva.

« Je vais prendre… »

Enfin, le jeune roi revint à la raison. Mais lui aussi était en retard. Beaucoup trop tard.

« … votre tête ! »

Elle frappa d’en haut, le son de sa lame coupant le vent fournissait à sa victoire une sonate.

Le roi ne pouvait rien faire d’autre que d’être emplie par la terreur.

Chaque spectateur s’attendait à ce que sa tête s’envole, mais…

*Boing!*

La lame fut repoussée par une force invisible à quelques centimètres du cou du roi.

« Quoi !? »

Elle n’avait pas compris. Pourquoi n’avait-elle pas touché ?

Le blocage soudain l’avait déséquilibrée et l’avait envoyée s’écraser juste devant sa cible.

« Faites attention ! »

Le jeune roi, par réflexe, tendit la main pour attraper la fille, ne pensant qu’à la sauver.

Et ainsi, elle atterrit dans ses bras.

« Euh… »

« … »

Un silence de mort. Pendant un moment, personne n’avait dit un mot. On disait que tout pouvait arriver sur les champs de bataille, mais il était assez rare que vous vous retrouviez à tenir une fille si près que vous pouvez sentir son souffle sur votre cou.

Les joues de la jeune fille virèrent lentement du blanc au rose, puis finalement au rouge vif.

« Vos mains… »

Son calme était revenu. Elle dirigea un regard furieux vers son adversaire, rempli d’un mélange de mépris et d’inconfort.

Elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer. Avec elle, qui était couchée fermement dans ses mains et son corps en feu. Quelque chose clochait dans la scène, quelque chose de plus que la maladresse dans cette situation inconnue. Elle sentit quelque chose qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant, remuant sa suspicion.

« Hé ! Qu’est-ce que vous m’avez fait ? » demanda-t-elle bruyamment, leurs visages à peine séparés de quelques centimètres.

« Hein ? Eh bien ! Euh, je pensais tout simplement que vous auriez pu vous faire mal…, » il la regarda, abasourdi.

« On s’en fout de ça !? Relâchez-moi ! »

Avec ses joues rouges et brûlantes, elle se décolla avec force de sa poigne et sauta habilement hors de ses bras.

« Que m’avez-vous fait ? Dites-moi exactement ce que vous m’avez fait ! »

Elle réprima son malaise avec son esprit brûlant, leva à nouveau son épée et regarda le roi.

Mais le roi d’Althos n’avait pas rendu son regard. Il regardait plutôt derrière elle, le panache de fumée qui s’élevait au loin.

« Hé ! M’écoutez-vous !? »

Elle lui lança un regard noir avec de la colère qui brûlait dans ses yeux.

Alors qu’elle soulevait son épée et préparait une autre attaque, un messager de l’armée freiyane sortit de la forêt et l’interrompit.

« Princesse ! Notre convoi d’approvisionnement a été attaqué ! La plupart de nos fournitures ont été volées et les esclaves ont été libérés ! »

« Ils ont libéré les esclaves !? »

Le roi d’Althos avait souri face à leur conversation. « C’est vrai ! Je ne me reposerai pas jusqu’à ce que tous les esclaves de ce continent soient libérés ! »

Le rapport du messager continua. « Nous avons essayé de les rattraper, mais une embuscade d’Althos nous a arrêtés et les esclaves se sont tous enfuis. »

La princesse freiyane cacha son désarroi et continua de regarder le roi, ses yeux enflammés de rage.

« Je comprends. Tout le monde, retraite ! » Elle rengaina son épée et ordonna calmement, mais fermement une retraite.

Le mécontentement était clair sur son visage alors qu’elle regardait le roi devant elle.

« Ne pensez pas que vous avez gagné ! J’aurai votre tête à coup sûr la prochaine fois ! »

Elle tourna les talons et partit rapidement.

Elle est magnifique, mais terrifiante… C’est une bonne chose que nous ne nous voyions pas pendant un moment, pensa-t-il à lui-même alors qu’il la regardait à contrecœur partir. Il n’avait aucune idée de ce que le Destin lui réservait.

 

Régalia : Les Regalia (ou Régalia) sont un ensemble d’objets symboliques de royauté. Chaque royauté a ses propres Régalias qui ont une histoire souvent légendaire. Ils sont conservés précieusement comme des trésors et se constituent par ajouts successifs.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *