Divas de la Bataille – Tome 2 Chapitre 1

Quelques jours après le combat avec l’Empire.

Al ordonna à Brusch de rendre compte du mouvement de l’Empire à Esanthel, tandis que Jamka travaillait au renforcement des défenses d’Althos en vue d’une invasion. Bien sûr, Al ne perdait pas non plus son temps. Il s’était terré dans la chambre de son défunt père depuis l’aube jusqu’au crépuscule, cherchant partout des informations sur le Roi Démon. Malheureusement sans aucun résultat.

« Arghhhhhhhh ! Je savais que ce ne serait pas facile, mais franchement… ! » s’écria Al.

Il s’était affaissé sur la chaise de son défunt père et avait jeté le livre dans un coin de la pièce. Ses yeux avaient dérivé vers les quelques rayons de lumière qui avaient réussi à pénétrer les rideaux tirés. Il semble qu’un autre jour se soit levé sur lui.

« J’ai même trouvé la porte cachée, mais toujours rien…, » déclara Al.

Il poussa un soupir fatigué avant de retomber dans ses profondes pensées.

Comment n’ai-je rien trouvé après toutes ces recherches ? Mon père a-t-il détruit tous les documents avant sa mort, ou les a-t-il cachés ailleurs ? Mais où ? Je ne vois pas d’autre endroit que celui-ci. Le seul endroit où je n’ai pas vérifié, c’est le sous-sol… Qu’est-ce que je pourrais trouver si je redescendais là-bas ? Il n’y a rien d’autre que la porte qui scelle le Roi Démon. Ça ne sert à rien d’y retourner.

Il en était arrivé à sa conclusion.

« Je vais devoir le redemander à Lilicia, » il chuchota ça pour lui-même et se prépara à quitter la pièce. Les couloirs du château étaient peints en orange par les premiers rayons du soleil qui pénétraient par les fenêtres. Se frayant un chemin vers son bureau, il avait attiré l’attention d’une servante et lui avait demandé d’ordonner à Lilicia de s’y rendre.

Il n’y avait pas d’autre moyen. Quelques jours s’étaient écoulés depuis sa transformation, mais elle travaillait toujours comme femme de chambre. Bien sûr, comme c’est une succube, Al avait envisagé avec sa sœur, Cécilia, de la chasser du château, mais leur manque de main-d’œuvre était plus préoccupant que l’objectif de Lilicia de faire revivre le Roi-Démon. Ils avaient conclu qu’il serait sage de garder leurs ennemis près d’eux. Fait intéressant, Lilicia avait également accepté cette proposition et avait juré une loyauté absolue à Al. Bien que l’intégrité de sa déclaration soit, au mieux, douteuse.

À cause de ça, ils avaient décidé d’appliquer la compétence unique de Cécilia, Contrat, et de la forcer à ne jamais pouvoir mentir à Al. Cependant, ils ne peuvent pas être certains de l’efficacité des sorts contre une succube. C’était dommage cela, même si elle essayait de les aider, ils ne pourraient jamais lui faire confiance aveuglément. C’est pourquoi, au lieu de lui demander directement, Al avait décidé de fouiller dans la chambre de son père, mais…

« Oh mon Dieu, tu as pris un peu de temps. »

Perdu dans ses pensées, Al ne se précipitait pas vraiment dans son bureau. Lilicia était arrivée avant lui et s’était étirée devant la porte en souriant d’un air ironique.

« Ah, eh bien… Quoi qu’il en soit, entrons, » déclara-t-il.

Ce sourire lui rappelait les événements qui s’étaient déroulés dans le sous-sol, alors il était entré dans sa chambre un peu désarçonnée.

« Il n’y a que nous deux, Votre Majesté ? » demanda Lilicia.

Après s’être respectueusement inclinée devant Al, Lilicia l’avait suivi dans la pièce. Le fait de voir son attitude humble calma un peu Al, mais peut-être qu’il était juste naïf à cause de son manque de sommeil.

« Ouais. Sinon, tu ne dirais rien, » déclara Al.

« Oh, je parlerais de tout ce que tu veux, sauf bien sûr de ce qui concerne le Roi Démon, » répondit Lilicia avec un sourire effronté. Elle disait la vérité. Chaque fois que Cécilia ou n’importe quelle autre Diva était à proximité, elle esquivait toutes les questions concernant le Roi Démon.

« Assieds-toi, je t’en prie, » déclara Al.

Al lui avait offert le canapé pendant qu’il s’asseyait sur son bureau. Si c’était ainsi, la grande épée qui décore le mur serait à sa portée. Lilicia avait facilement compris ses intentions et se tenait à côté du canapé avec un sourire encore plus grand sur son visage.

« Ne t’inquiète pas, j’ai déjà mentionné que je ne lèverais jamais le petit doigt sur le réceptacle du Roi Démon. De plus, le Contrat de Lady Cécilia est toujours actif, » déclara Lilicia.

« Bien, alors asseyons-nous ici, » déclara Al.

On n’arrivera à rien d’autre.

Il s’était alors renforcé le cœur et s’était assis.

Par où devrions-nous commencer ?

Pas un seul mot n’avait été prononcé pendant quelques secondes après qu’ils se soient assis. Al grinçait des dents, essayait de trouver la bonne question.

« Oh, mon Dieu, pourquoi me fixes-tu si intensément ? As-tu été charmé par la beauté de ta servante ? » demanda Lilicia.

Contrastant avec les nerfs tendus d’Al, Lilicia riait avec insouciance.

« Hehe, maintenant je comprends pourquoi tu m’as invitée seule dans ton cabinet. Pouvons-nous continuer là où nous nous étions arrêtés la dernière fois ? » demanda Lilicia.

Elle avait immédiatement sauté du canapé et s’était glissée dans le lit sans aucune hésitation.

« Non, désolé, je ne t’ai pas appelée ici pour faire l’imbécile ! » déclara Al.

« Qui fait l’imbécile ? Je suis toujours prête pour toi, Votre Majesté. Je suis une succube, après tout, » déclara Lilicia.

Al s’approcha du lit pour la tirer hors du lit, mais comprenant la gravité de la situation, Lilicia se leva toute seule, l’air aussi déçu que jamais. C’est du moins ce qu’il pensait, mais son regard déçu se transforma rapidement en un regard envoûtant.

« Voilà ! » s’écria Lilicia.

Elle avait sauté sur Al et l’avait poussé sur le canapé.

« Hé, qu’est-ce que… !? Comment es-tu si forte !? » s’écria Al.

« Je suis une succube, » déclara Lilicia.

Sans perdre son sourire enchanteur, elle avait pris le dessus sur Al en un clin d’œil.

« Alors, qu’est-ce qu’on fait ? » demanda-t-elle.

Elle léchait le bout de ses doigts de façon suggestive. Ce charme inhumain avait ensorcelé Al, son corps se réchauffait rapidement et son esprit en manque de sommeil était surchargé par les sensations extrêmes.

Si je n’arrête pas ça maintenant, les choses vont mal tourner !

Al avait utilisé le rebond du canapé à son avantage et avait fait perdre l’équilibre à Lilicia.

« Maintenant ! » s’écria-t-il.

Il avait réussi à changer de position avec elle.

« Quelle assurance, Votre Majesté ! » s’écria Lilicia.

Portant son uniforme de bonne, elle avait été clouée sur le canapé par Al. Il serait certainement dans une situation difficile si quelqu’un les surprenait, mais il n’avait pas le luxe de s’inquiéter de tels détails maintenant.

« Lilicia. Dis-moi tout ce que tu sais sur la Surtension Céleste et sa relation avec la défaite du Roi Démon et des Divas, » il était allé droit au but.

« Haah… Quel visage grossier et quelle question grossière, vu la situation ! » déclara Lilicia.

« C’est quoi ton problème avec mon visage !? » demanda Al.

Épinglées sous Al sur le canapé, les joues de Lilicia étaient légèrement rouges, comme si elle s’attendait à quelque chose de complètement différent.

« Surtension Céleste… Une augmentation massive du pouvoir magique lorsque la faux du Roi Démon et les reliques, ainsi que les sentiments du Roi Démon et des Divas, s’entremêlent et se renforcent mutuellement, », mais elle était soudainement revenue en mode sérieux, s’était assise et s’était penchée vers Al, ne laissant que quelques centimètres entre leurs visages. « Voilà ♥. »

Al avait instinctivement reculé, mais il n’avait pas pu s’empêcher d’inverser la tendance une fois de plus. Lilicia célébrait sa victoire, tandis qu’Al se maudissait pour avoir baissé sa garde. Lorsqu’il s’était rendu compte que sa taille était coincée sous les jambes de Lilicia, sa moitié inférieure avait commencé à se tortiller lascivement. Ses cuisses grassouillettes et la peau qui recouvrait ses jambes féminines et qui sortait de sous sa jupe avaient tenté Al à entrer dans le trésor de la nature.

« Mais dans ce château, juste au-dessus du sanctuaire du Roi Démon, l’énergie magique augmenterait considérablement même sans la faux, » déclara Lilicia.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 1 partie 2

Ah, c’est pour ça que Cécilia est devenue si puissante à l’époque…, pensa Al.

Pendant qu’Al commençait à saisir les tenants et aboutissants de Surtension Céleste, Lilicia fit glisser la main d’Al sur ses genoux.

« H-Hey ! Arrête…, » déclara Al.

Sachant très bien qu’Al luttait contre ses pulsions, Lilicia commença à déboutonner ses vêtements d’une manière lente et taquine.

« Pourrrrquoiiiii ? Nos sentiments s’entremêlent mieux quand nos corps font la même chose, Votre Majesté, » déclara Lilicia.

Malgré tous ses efforts, Al ne pouvait pas quitter des yeux la poitrine de Lilicia, essayant sans relâche de s’échapper des limites de ses vêtements. Pendant qu’il essayait d’échapper aux monticules ensorcelants, Lilicia se pencha vers lui et le regarda avec des yeux pleins de luxure. En même temps, il pouvait sentir ses seins pousser contre sa poitrine. Sa tête tournait à cause de la sensation sauvage, il était sur le point de perdre le contrôle de sa moitié inférieure déjà vigoureusement frétillante. Lilicia avait poussé pour tester la détermination d’Al.

« Tu sais, avoir certaines parties du corps en contact et échanger des fluides corporels chargés par la magie fonctionne aussi très bien. Par exemple, l’échange de sang, de salive, de sueur ou de #[email protected]@& déclencherait certainement la Surtension Céleste, » déclara Lilicia.

« #[email protected]& !? Es-tu sérieuse !? » s’écria Al.

Elle n’irait pas si loin, n’est-ce pas ?

Lilicia avait regardé Al qui déglutissait nerveusement.

« Plus tu le fais, plus les fluides corporels mélangés – non, l’énergie magique devient plus épaisse, ce qui fait que la Surtension Céleste devient plus puissante, » expliqua Lilicia.

En nageant dans le plaisir, elle avait continué à partager des informations précieuses.

Je veux en savoir plus sur Surtension Céleste, mais c’est mauvais. Si je ne fais rien, je deviendrai son jouet !

Toujours dans un état d’étourdissement, il avait encore une fois enroulé ses bras autour de Lilicia pour prendre le dessus, mais…

« Shhhh ♥. »

« Eep ! »

Lilicia arrêta son projet à la suite d’un doux bruit qui se fit entendre à ses oreilles.

« Votre Majesté, comment suis-je censée finir mon explication si tu es si énergique ? » Elle l’avait dit sans aucune hésitation. Pour être juste, elle avait raison dans un sens, mais ce n’était pas le point auquel Al s’attendait. Il était déjà fatigué de gérer sa libido avide, prêt à prendre le contrôle de tout son être chaque fois que Lilicia commençait à se coller contre lui, mais ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait lui dire franchement. Elle le ferait probablement encore plus pour taquiner le jeune roi.

« Ouais, tu as raison. Merci. Désolé de t’avoir appelée ici si rapidement. Tu peux retourner travailler maintenant, » déclara Al.

C’était pour cette raison qu’il avait décidé d’opter pour une stratégie plus calme, mais au lieu de l’accepter, Lilicia avait poussé ses seins lascivement rebondissants ensemble et avait démontré une chose vraiment critique sur un ton séducteur.

« Pourquoi cette hâte ? J’ai parlé de la Surtension Céleste, mais je n’ai pas encore dit un mot sur le Roi Démon, n’est-ce pas ? Comme la façon dont le sceau se brisera dans quelques années, » déclara Lilicia.

« Oh, mon Dieu, tu ne le savais pas ? N’importe qui ayant le moindre talent pour la magie l’aurait réalisé à partir de toute cette énergie magique qui s’infiltre à travers la porte, » déclara Al..

Elle s’était soudain transformée en la même renarde qui avait trompé Al au sous-sol. Al la trouvait clairement révoltante.

« Mais veux-tu savoir comment réappliquer le sceau ? » Elle l’avait dit avec taquinerie. Elle était comme l’incarnation du terme jouée avec le feu.

Il voulait lui dire qu’il ferait quelque chose à ce sujet et qu’il s’en tiendrait là, mais d’après les résultats de ses recherches jusqu’à présent, il savait qu’il n’était pas en mesure de lui refuser des renseignements précieux et, bouder, alors il l’avait laissée continuer.

« Hehehehe, je te récompenserai pour avoir été un bon et honnête garçon. La réplication du sceau est très simple, tout ce que tu as à faire est d’exécuter la Surtension Céleste avec les sept Divas, » déclara Lilicia.

« Attends ! Dois-je vraiment faire la Surtension Céleste avec toutes les Divas ? » demanda Al.

Elle hocha la tête. « Exactement ! Le pouvoir des sept Divas, la force de la Valkyrie s’accumulera en toi, ce qui renforcera le sceau au point où le Roi Démon ne pourra plus rien faire ! »

Elle avait séduit Al en faisant glisser ses doigts le long de sa poitrine, tandis que ses pastèques mûres et tremblantes l’hypnotisaient.

La vieille dame de la cantine nue, le gros ventre de Dante…

Il imaginait tout ce à quoi il pouvait penser pour résister à la tentation.

« Oh, et s’il te plaît, garde ça secret pour toutes les Divas, y compris Cécilia. Ce serait trop amusant si elles l’apprenaient. Ça influencerait grandement leurs sentiments si elles le découvraient, » déclara Lilicia.

Attendez, qu’est-ce que c’est !?

En essayant de faire l’idiote, elle détourna le regard et posa un doigt sur ses lèvres, ce qui le séduisit.

« Mais c’est bon si je le sais ? » demanda Al.

Il avait essayé d’attaquer en retour, mais…

« C’est tout à fait bien ! Ce n’est pas comme si tu pouvais contrôler tes émotions de toute façon ! » répondit Lilicia.

« Ughhhh ! »

Ça s’était retourné contre lui.

« Y a-t-il autre chose ? » demanda Al.

Elle mordilla l’oreille du jeune roi. En le voyant tendu, Lilicia gloussa de rire.

« Uhhhh… Il y a encore une chose, » complètement vaincu, il trouva encore un dernier point d’intérêt dans ce qu’elle avait dit.

« Tu es une succube dont le but est de faire revivre le Roi Démon. Pourquoi quelqu’un dans ta position me dirait-il comment arrêter tout ça ? » demanda Al.

Elle était censée travailler afin de ranimer le Roi Démon, mais tout ce qu’elle avait dit dans cette salle allait à l’encontre de cet objectif.

« Dis-moi, pourquoi ? » demanda-t-il d’une voix tremblante. Et un moment plus tard…

« Pfahahahahaha ! Qu’est-ce qui te rend si nerveux ? Je ne savais pas que Votre Majesté était si effrayante ! » déclara Lilicia.

Elle éclata de rire.

S’il te plaît, pour l’amour de Dieu… Ils secouent trop !

Peut-être avait-elle senti les cris désespérés d’Al, alors que Lilicia essuyait ses larmes et se calma un peu.

« Je te l’ai dit. Je ne toucherais pas au réceptacle du Roi Démon, et je suis toujours sous le Charme de Cécilia, » déclara Lilicia.

Elle ne pouvait pas lui mentir. Il le savait très bien.

« Et ne te méprends pas, t’aider maintenant aide aussi le Roi Démon. Si le sceau doit se briser avant que le réceptacle ne soit prêt à l’accueillir, le pouvoir du Roi Démon va simplement se répandre, » continua Lilicia.

« Vraiment ? » demanda Al.

« Oh, oui, oui. T’ai-je déjà menti ? » dit-elle en souriant quand elle vit qu’Al s’était calmé un peu.

« Eh bien, il y a un truc à propos de toi étant une succube et tout ça ! » déclara Al.

« Je te l’aurais dit si tu l’avais demandé, » Lilicia avait gonflé ses joues alors qu’elle répondit.

Quelle logique rétrograde !

Al la regarda fixement.

« Et j’ai apprécié les années que j’ai passées avec toi et Cécilia, alors je pense que je pourrais attendre le prochain réceptacle pour ranimer le Roi Démon, » déclara Lilicia.

Al était sans voix devant son sourire content et mignon après qu’elle soit soudainement revenue en mode femme de chambre. Lilicia avait lentement mis un doigt sur ses lèvres et…

« N’oublie pas, c’est un secret ! » déclara Lilicia.

Puis elle poussa lentement son doigt contre les lèvres d’Al, descendit de lui et quitta la pièce.

« H-Hey ! Lilicia ! » Il s’était souvenu d’une dernière chose qu’il voulait lui demander, alors il s’était assis et l’avait appelée. « Pourquoi le bras de Jamka ne guérit-il pas ? Son corps a complètement récupéré après avoir été fendu par la faux. »

Quand Jamka lui avait montré sa blessure plus tard, il n’y avait pas une seule égratignure où son bras était séparé. Mais Cécilia avait dit que son bras avait commencé à se briser devant ses yeux.

« Ça me dépasse. C’est peut-être lié au cristal rouge que Lesfina étudie. Mais plus important encore, essaye aussi d’utiliser ta tête parfois. Tu t’ennuieras si tu ne fais que poser des questions, » sans même se retourner pour donner une réponse, elle avait quitté la pièce. Al n’avait même pas eu la force de commenter son comportement grossier.

« Haaah. Bon sang, à quel point puis-je lui faire confiance ? » se demanda Al.

Essuyant l’endroit où Lilicia avait touché sa bouche, il avait regardé la porte fermée dans la pièce vide.

« Merde, quel endroit lugubre ! » s’exclama Al.

Al essuya la sueur froide de son front et entra dans le couloir sombre. Il se dirigeait vers le sous-sol, où seuls les membres de la famille royale pouvaient mettre les pieds. Il avait eu envie d’y revenir après sa discussion avec Lilicia.

« Je ne voulais pas vraiment venir, mais me voilà…, » murmura-t-il.

Découvrir que la gentille, merveilleuse et digne de confiance servante qui avait été à ses côtés depuis qu’il était tout petit était une succube était incroyablement difficile à avaler pour le jeune roi.

« Et ce n’est même pas une rumeur sans fondement, elle l’admet elle-même, » continua-t-il.

Se souvenant de ses derniers mots de leur conversation, cela le fit trembler de dégoût. Réfrénant son instinct, il s’était forcé à aller de l’avant.

« Je ne suis là que pour confirmer ce que Lilicia a dit, rien d’autre. J’ai réalisé la Surtension Céleste avec Sharon une fois, donc si ce qu’elle a dit est vrai, il devrait y avoir une sorte de changement ici, » il marmonnait tout seul. Et puis…

« La porte du sceau. »

Il soupira, arrivant à la porte géante et totalement noire.

« Qu’est-ce que c’est… ? Je n’ai ni chaud ni froid…, » marmonna-t-il.

Il s’était préparé au pire en se basant sur sa visite précédente, mais il n’y avait rien. La magie qui s’infiltrait par la porte avait aussi considérablement diminué.

« Est-ce qu’elle disait la vérité, c’est-à-dire que le sceau est devenu plus fort ? » se demanda-t-il.

Il n’avait ressenti aucun signe de vertige ou de nausée.

« Je ne m’y suis pas habitué… n’est-ce pas ? Je veux dire, je suis le réceptacle du Roi Démon, donc je l’ai peut-être très bien fait, mais… rien n’a changé chez moi depuis ma dernière visite, » continua-t-il.

Malgré le temps qu’il avait pris pour réfléchir à ses options, la magie qui s’était infiltrée par la porte n’avait eu aucun effet sur son corps.

« Peut-être que je peux… après tout, faire confiance à Lilicia ? » Les yeux collés à la porte, il murmura ça à lui-même.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 1 partie 3

Le lendemain matin, Al s’était réveillé dans son lit. Le soleil éclatant qui brillait entre les rideaux indiquait une autre merveilleuse journée. Mais peu importe le temps qu’il faisait, Al ne se sentait pas au top de sa forme, et il savait exactement pourquoi. Sa tête tournait depuis la discussion d’hier avec Lilicia.

« Si je ne fais pas la Surtension Céleste avec les sept Divas, le Roi Démon renaîtra, hein ? C’est logique, mais c’est quand même bizarre… Bien qu’après avoir vu le sceau par moi-même, je dois la croire pour l’instant. La Surtension Céleste, hein…, » il se murmurait à lui-même de façon distraite.

« Aimerais-tu faire la Surtension Céleste ? »

« Ah non, ce n’est pas que je veuille nécessairement… »

Il avait honnêtement répondu à la question soudaine.

Attends, ai-je entendu quelqu’un me demander ça ?

Il était certain d’avoir entendu une voix, mais sa porte était renforcée par des dizaines de sorts défensifs. Actuellement, sa chambre avait de meilleures défenses que le trésor royal.

« Nhhhhhh ! »

Au moins, elle était censée avoir de meilleures défenses.

Non, c’est impossible. C’est impossible, n’est-ce pas ?

Mais ses supplications étaient…

« Si doux et chaud… »

Détruit par la petite personne qui se blottissait contre ses couvertures juste à côté de lui.

« Pourquoi !? Comment !? » demanda Al.

Il se retourna, abasourdi…

« Bonjour, Al. »

Il avait vu Feena se cacher sous les couvertures à côté de lui.

« Bonjour, Feena. Qu’est-ce qui t’amène ici en cette merveilleuse matinée ? Sharon a fait quelque chose de semblable il n’y a pas si longtemps. Est-ce que se glisser dans la chambre de quelqu’un pendant qu’il dort est normal à l’étranger ? » demanda Al.

Il reprenait lentement mais sûrement ses esprits, mais il était encore loin d’être capable de saisir sa situation actuelle. C’était probablement pour ça qu’il avait entamé une conversation si calme et normale.

« Non, c’est différent. Sharon était enveloppée dans des rubans, moi je porte autre chose, » répondit Feena.

Puis, elle avait porté le coup de grâce.

« J’ai seulement une chemise blanche, à la fois révélatrice et subtile, » déclara Feena.

« Qu’est-ce qui est révélateur et subtil dans une chemise blanche ? Je ne comprends pas, » répondit Al.

Al avait repoussé les couvertures alors qu’il essayait d’échapper à l’attraction gravitationnelle de son lit. En se retournant, il avait finalement aperçu Feena assise sur son lit, portant une chemise blanche surdimensionnée. La chemise avait été déboutonnée jusqu’au décolleté, révélant sa peau claire comme du cristal, blanche comme neige, qui faisait honte à tout tissu blanc, et ses cuisses élégantes et belles étaient visibles en bas de la chemise.

« Attends ! Tu voulais littéralement dire, rien d’autre qu’une —, » commença Al.

« Eh bien. Non, pas du tout. Alors, comment est-ce ? Dis-le-moi ~ ! » déclara Feena.

Ne portant que cette chemise blanche et peut-être une culotte, sa peau blanche avait frappé quelque chose qui sommeillait dans l’âme d’Al, alors qu’il devenait incapable de quitter de ses yeux la fille assise là.

« … »

Son cœur battait plus fort que jamais. Il l’avait trouvée adorable, même si c’était très gênant. Dernièrement, la façon dont elle était toujours sur la pointe des pieds autour de lui comme un chaton était devenue plus attachante pour lui, et il était récemment devenu capable de lire les légers changements dans ses expressions.

Même si elle avait dit plusieurs fois qu’elle voulait le transformer en marionnette avec un visage sans expression, tout ce qu’elle avait fait avait été incroyablement utile pour Al. Elle n’avait peut-être pas un sourire chaleureux, mais au fond, c’était une fille bienveillante. C’est du moins ce qu’il pensait.

Attends. Et si j’étais déjà sous le charme qui fait de moi sa marionnette !?

Mais il avait rapidement nié cette idée.

Après tout, le sceau du Roi Démon annulait toutes les attaques venant d’une Diva.

Mais alors, quel est ce sentiment ? La dernière fois que j’ai ressenti quelque chose comme ça, c’était quand j’ai fait la Surtension Céleste avec Sharon.

« Feena…, » il avait dégluti pour essayer de se calmer.

« Attends, je n’ai pas encore fini ! » déclara Feena.

Elle était devenue trop sûre d’elle à cause de son plan apparemment réussi. Alors elle avait pris un seau plein d’eau de Dieu sait où.

« Ahhhhh… ! »

Éclaboussure !

Elle l’avait fièrement versé sur sa tête.

« Qu’est-ce que tu fais, bon sang !? » s’écria Al.

Al était abasourdi. Les contours du corps de Feena étaient entièrement visibles à travers la chemise mouillée, complètement transparente et blanche. Non seulement ça, mais…

« J’y vais en attaque commando ! » déclara Feena.

Elle s’expliqua en se vantant avec un léger soupçon de rose sur les joues. Avec son niveau de taquinerie exagéré, elle était déjà sûre de sa victoire. C’était tout à fait naturel, avec ses jambes d’un blanc neige invitant et sa chemise blanche transparente collée à sa peau, personne ne pouvait reprocher à Feena d’avoir proclamé sa victoire. Si tu la regardais, bien sûr.

« Alors dis-moi : pourquoi diable veux-tu tremper mon lit !? »

La compréhension, l’appréciation et l’admiration pour Feena s’étaient rapidement dissipées des yeux d’Al alors qu’ils suivaient l’eau qui coulait doucement de son lit jusqu’au sol.

Incertain de ce qu’il fallait faire avec le lit trempé, il regarda Feena, dépourvu d’empathie ou d’appréciation.

« Pourquoi tu ne me sautes pas dessus, Al ? J’ai lu que les hommes sont les plus actifs le matin — Atchoo ! » Feena avait été brutalement interrompue par un éternuement.

« Heeeeeey, toiiiiiiiii ! Qu’est-ce qui t’a pris ? Tu vas attraper un rhume si tu te trempes avec une chemise mince ! » déclara Al.

« Kyahh ! »

D’un seul coup, il l’avait recouverte d’une couverture et l’avait ramassée dans ses bras.

« Al ? » demanda Feena.

Al regarda la jeune fille confuse avec une expression légèrement frustrée.

« Ne bouge pas du tout ! » déclara Al.

Il passa devant le canapé et posa Feena devant la cheminée.

« Boule de feu ! » déclara Al.

Puis il lança une petite boule de feu dans la cheminée, créant une petite flamme dansante et chaleureuse.

« Reste là jusqu’à ce que tes vêtements soient secs ! » déclara Al.

Elle est toujours si imprudente !

Il se retourna et se dirigea vers le lit en faisant de grands pas audibles.

« Comment nettoyer cette inondation ? » demanda Al.

Il se tenait immobile et tapait sur ses tempes, quand…

« Laisse-moi sécher tout ça, » déclara Feena.

Il sentit soudain Feena derrière lui.

« Non, n’essaie pas de lancer une boule de feu ici ! Toute la pièce va s’enflammer ! » déclara Al.

Elle avait fait un sourire suffisant après avoir entendu les plaintes d’Al.

« Je ne suis pas une idiote. » Après avoir dit ça un vent doux s’était mis à danser autour d’elle.

« Coup de Vent Infernal, » déclara Feena.

Le vent chaud lui caressa doucement les joues, mais ensuite…

« Je sais que ça ne brûlera pas ma chambre, mais…, » commença Al.

La brise légère s’était rapidement transformée en un vent déchaîné et avait balayé la pièce.

« Ne t’inquiète pas, je vais — Ah ! » s’écria Feena.

Elle avait été projetée à travers la fenêtre par le vent fort avant de pouvoir finir sa phrase, ce qui n’aurait normalement pas été un gros problème, mais ils se trouvaient au dernier étage du château.

« Feena ! »

Al s’était précipité à la fenêtre, mais…

« Ce n’était pas loin, » déclara Al.

Feena jeta rapidement un sort de Lévitation et atterrit doucement avec la couverture encore enroulée autour d’elle.

« … Au moins, elle n’est pas blessée. Rien ne sera fait si je reste là à me morfondre, alors il est temps de faire de l’exercice le matin, » déclara Al.

Regardant autour de lui la pièce vide et dévastée, il avait complètement renoncé à la nettoyer. Suivant les conseils de quelqu’un qui l’avait quitté, il avait vite enlevé son pyjama, se changeant, avant de franchir la porte du château avec sa faux.

Dès qu’il était arrivé dans le couloir, Al avait rencontré une bonne.

« Bonjour, Votre Majesté ! » déclara la bonne.

Elle avait tressailli un moment à cause de la sinistre faux qu’Al portait, mais elle s’était rapidement ressaisie.

J’ai l’impression d’alimenter les rumeurs avec ça.

Il la salua négligemment, car il était trop occupé à regarder la faux dans sa main.

« … »

On aurait dit une simple faux ordinaire.

« Quoi qu’il en soit, je dois admettre que c’est une arme très utile, » déclara Al.

Dans une guerre normale entre humains, il aurait demandé à Cécilia de la sceller, mais c’était une arme inestimable quand il s’agissait de sauver les gens qui étaient attaqués par des abominations. Face à une invasion de l’Empire, ils auraient certainement besoin d’utiliser cette faux. Mais Al lui-même devait aussi devenir plus fort pour réaliser son rêve de protéger son peuple. Et la force physique n’était pas le seul domaine dans lequel il devait s’améliorer. Il devait aussi forger sa volonté s’il voulait empêcher le Roi Démon de s’emparer de son corps. Mais tout commençait avec la maîtrise de cette faux.

Il était arrivé aux portes du château en réfléchissant à tout ça. C’était au même endroit où ils avaient rencontré ce trafiquant d’esclaves visqueux il n’y a pas si longtemps. Les terrains d’entraînement se trouvaient du côté droit des portes, bien qu’il ait pu être exagéré de les appeler ainsi. Il s’agissait d’un endroit simple, avec une seule salle de rangement pour les épées et quelques bûches pour l’entraînement. Même à ce moment-là, il y avait habituellement pas mal de gens qui s’entraînaient l’après-midi, mais il n’y avait personne qui venait à une heure aussi matinale, ce dont Al était incroyablement reconnaissant. Il ne voulait pas renforcer inutilement les rumeurs selon lesquelles il serait le Roi Démon.

« Fuuuu… Bien ! »

Il regarda autour de lui une fois de plus pour confirmer qu’il était seul.

« Haaaa ! »

Il s’élança de toutes ses forces, effectuant un arc de cercle en utilisant la technique de base que Jamka lui avait enseignée. Dans le passé, il s’était entraîné avec des armes de base, mais il avait rarement utilisé une faux auparavant, de sorte que ses compétences n’étaient pas à un niveau convenable pour le champ de bataille. Il avait trompé la mort lors de sa dernière bataille, mais il n’y avait aucune garantie que la chance le soutiendrait à nouveau. À ce titre, il s’entraînait autant qu’il le pouvait.

« Haaaa ! Arghhhh ! Ughhhh ! »

Au début, il balançait sa faux avec confiance, mais quelques pensées oiseuses avaient rapidement obscurci son esprit.

Je dois faire la Surtension Céleste avec les sept Divas, hein… ? Surtension Céleste… Je l’ai déjà fait avec Sharon, donc il n’en reste que six…

La scène où il avait effectué la Surtension Céleste avec Sharon s’était rejouée de façon vivante dans son esprit, rendant le visage du jeune roi rouge vif en quelques secondes.

Je dois le faire encore six fois…

« Arghhhhhh ! »

Il avait balancé la faux de toutes ses forces pour tenter de cacher sa gêne. La fin de son exercice de base l’avait également aidé à se vider l’esprit.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 1 partie 4

« Fuuuu… Mais je n’avancerais pas du tout si je ne fais rien, n’est-ce pas !? » déclara-t-il pour lui-même.

Il ne pouvait pas faire entièrement confiance à Lilicia, mais ses tripes lui avaient dit que quelque chose se préparait, quelque chose qui pourrait engloutir tout le continent. Pour quelqu’un qui ne pouvait même pas sauver son propre pays, penser qu’il pouvait assumer le destin du monde serait tout simplement impudent, mais il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour repousser les dangers cachés dans l’ombre.

« Je ne veux pas faire de choses obscènes avec elles, mais je dois m’assurer que Lilicia dise la vérité…, » déclara-t-il.

« Quoi, tu fais déjà une pause ? Ne fais pas le malin, » une voix aiguë répondit à son excuse. C’était Sharon.

« H-Hey, Sharon. C’est rare de te voir si tôt…, » déclara-t-il.

« Oui, il se trouve que je me suis réveillée tôt aujourd’hui, » répondit Sharon.

Les deux individus se saluèrent timidement l’un et l’autre, chacun tenant son arme de prédilection. Cela faisait quelques jours qu’ils avaient fait le Surtension Céleste, mais l’atmosphère entre les deux ne s’était pas améliorée du tout. Ils savaient tous les deux qu’ils réagissaient de façon excessive, mais ils ne pouvaient rien y faire.

« Al, t’es-tu habitué à la faux ? Je pourrais t’aider si tu veux…, » déclara Sharon.

Ils savaient peut-être qu’ils avaient tort, mais les sentiments d’une personne ne changeaient pas si facilement. Malgré cela, Sharon était visiblement heureuse de lui offrir son aide. Au moins, à en juger par la moitié de son visage qu’elle ne cachait pas en raison de l’embarras.

« U-Umm… Pourrais-tu le faire ? » répondit Al, affichant un regard sérieux.

« OK, dans ce cas… prépare-toi ! » déclara Sharon.

Elle avait raffermi sa prise sur son épée. Son expression timide précédente avait presque disparu. Pas étonnant qu’on l’appelait la Diva de l’Épée, sa position ne laissait rien à désirer.

« S’il te plaît, sois douce, » demanda Al.

Al avait aussi saisi la poignée de sa faux et se mit en position de combat.

« … »

Leur intense combat acharné s’était terminé brusquement alors qu’ils détournaient tous les deux leur regard.

Qu’est-ce que je fous !? Comment suis-je censé m’entraîner en regardant le sol ?

Il s’était dit que son cœur battant trop fort était peut-être dû à son entraînement intense il y a quelques instants, mais Sharon regardait aussi le sol avec les joues roses.

« Ce n’est… pas moi ! »

Elle fixait Al, apparemment bouleversée.

« Al, je ne me retiens pas. Prépare-toi ! » déclara Sharon.

Sharon avait saisi son épée et se prépara à attaquer.

« Haaaaaaaaaaaaaa ! »

Il ne restait plus que de la poussière dansante pour indiquer la position de Sharon alors qu’elle semblait disparaître dans le néant avec sa charge.

« Qu’est-ce… !? Gh, rghhhh ! » s’écria Al.

Un instant plus tard, elle réapparut devant Al, prête à frapper. Grand bruit ! Al se rassura en se disant qu’il avait réussi d’une manière ou d’une autre à empêcher la lame de le décapiter à quelques millimètres près.

« Qu’est-ce que tu fous ? Es-tu sérieuse…, » s’écria Al

« Tais-toi et bats-toi ! » cria Sharon.

Rougissante, elle avait effectué un autre attaque.

« Attends ! N’est-ce pas ton plan d’assassinat encore une fois !? » demanda Al.

« Non, je ne peux pas penser clairement si je ne fais pas d’exercice, » déclara Sharon.

« Bon sang, à quel point peux-tu être difficile !? » s’écria Al.

Tout en fermant les yeux sur sa propre contribution à la situation actuelle, il avait inséré son propre petit commentaire tout en repoussant les attaques acharnées de Sharon. Bien sûr, il savait qu’elle se retenait, il aurait goûté la terre depuis longtemps si elle ne le faisait pas.

« Hé, pas de relâchement ! Défends également ton dos ! » s’écria Sharon.

Mais le fait de se retenir ne l’avait pas dépouillée de toute sa puissance. Un faux pas et le tranchant de sa lame lui avaient frotté la joue. Il savait qu’il ne pourrait jamais l’atteindre, mais son corps s’était raidi quand il avait vu la longue épée osciller rapidement.

« Ne sois pas tendu ! Il faut être plus flexible quand on prend un coup ! » Elle lui avait adressé de sévères critiques. « Tu n’auras pas le temps de t’entraîner pendant une bataille ! »

Il trébuchait de temps en temps, mais il arrivait à encaisser les coups de Sharon. Puis, après s’être habitué aux schémas d’attaque de Sharon, il avait commencé le début de sa contre-attaque.

« Maintenant ! Whoaaaaa ! » s’écria Al.

« C’est une ouverture ! » répliqua Sharon.

Blam !

Mais il avait encaissé un coup percutant avant de pouvoir faire quoi que ce soit.

« Gahhhh ! »

Bien sûr, la lame n’avait pas vraiment atteint son corps, mais la pression de la frappe elle-même avait suffi à le faire rouler dans le terrain comme une balle. Après avoir confirmé qu’Al était à terre pour de bon, Sharon avait relâché un cri de fiertés et avait fait un sourire suffisant.

« Tu as encore du chemin à parcourir, » déclara Sharon.

Mais quand elle s’était approchée d’Al, son sourire avait disparu. C’était rare pour elle d’afficher une expression sérieuse, mais c’était l’une de ces fois.

« Bref, qu’en penses-tu ? » Elle demanda ça au jeune roi, qui essayait de se relever du sol.

« Hein ? À propos de quoi ? » demanda Al.

Sharon demandait quelque chose de complètement non prévisible, laissant Al sans voix. C’était devenu une sorte de situation burlesque entre les deux. Et comme d’habitude, il avait incliné la tête dans la confusion.

« Tu sais… à propos de moi, euh… je parle du fait que j’ai été esclave ! » déclara Sharon.

Elle ferma les yeux et se tint fermement comme si elle s’était décidée sur quelque chose.

« Hein ? » demanda Al.

Je n’ai rien compris de tout ça… De quoi diable parle-t-elle !?

« Vas-y, dis quelque chose ! » déclara Sharon.

Sharon s’en était pris à Al, qui avait renoncé à essayer de comprendre le sens de ses mots énigmatiques.

« Je suis une Diva, mais j’ai été esclave ! C’est, euh… Ce ne serait pas étrange si tu me jetais en prison et me réduisais à nouveau en esclavage ! » déclara Sharon.

Une certaine douleur était projetée sur son visage. Elle avait raison, Al aurait un atout diplomatique contre Freiya s’il les surprenait à mentir en envoyant un esclave au lieu d’une princesse comme ils l’avaient promis. Mais Sharon serait méprisée par les deux pays, alors il avait déjà sa réponse.

« Je ne ferais jamais ça. Bien que tu m’aies causé de sacrés ennuis, tu m’as aussi beaucoup aidé… et jeter un ancien esclave en prison irait à l’encontre de tout ce que je défends, » il avait gonflé sa poitrine après avoir dit ce qui lui paraissait évident.

« Euh… Hm, je vois…, » déclara Sharon.

Elle devait s’y attendre, car elle n’était pas très surprise. Non seulement ça, mais elle avait rajouté une nouvelle question.

« Al… Es-tu heureux quand tu libères des esclaves ? » demanda Sharon.

Il avait déjà entendu cette question. C’était un imbécile à l’époque, un roi naïf qui ne savait rien du monde. C’était peut-être encore le cas, mais Al voulait croire qu’il s’en était remis,

Il avait alors donné son avis honnête sur la question. « Je ne sais pas ce qui est juste, ou si ça me rendrait heureux. Ce qui est important, c’est que je veux le faire. »

« Ce que tu veux faire, hein… ? » Sharon le regarda, perplexe.

« Vis ta vie comme bon te semble. Si les gens sont toujours prêts à te suivre, alors tu as l’étoffe d’un grand leader, » il y a très longtemps, le défunt roi lui avait dit ces mots.

« Je continuerai à libérer les esclaves, mais j’ai dit adieu à mes manières imprudentes. Je veux leur montrer comment mener une vie heureuse et épanouissante et faire de mon pays un endroit où chacun peut avoir une chance d’être libre. Nous sommes encore loin d’y parvenir, mais un jour, je ferai de ce pays un havre de paix pour les malheureux, » déclara Al.

Il s’était complètement ouvert à Sharon.

« Ne reste pas bloqué sur des détails insignifiants, fais ce en quoi tu crois. Tu n’as pas à t’inquiéter, je serai là pour porter ce fardeau avec toi si jamais tu es coincé, » déclara Sharon.

« Hehe, comme c’est généreux de ta part, » déclara Al.

Elle répondit à Al avec un doux sourire. « Ouais. Tu sais, mon père disait toujours : “Si on te frappe, frappe deux fois plus fort, mais si quelqu’un te fait une faveur, rends-lui dix fois plus”. »

Alors, Al, emporté par la situation, déclara. « Vraiment ? Alors tu me dois vingt faveurs au total, n’est-ce pas ? »

« Hé, pourquoi en as-tu ajouté une autre !? Hein ? Est-ce que ça va ? » demanda Sharon.

Il voulait faire une réplique drôle, mais le sourire de Sharon avait soudainement disparu de son visage.

« Al. Savais-tu que j’avais une autre raison de venir ici à part t’assassiner ? » demanda Sharon.

Son changement de ton soudain et ses yeux puissants laissaient n’importe qui figé sur place.

« Tu as dit vouloir utiliser ma position avant ça, » répondit Al.

« Ouais. Je veux utiliser ton pays pour écraser cet imbécile assis sur le trône de Freiyan et sauver mes amis qui sont tombés en esclavage ! » déclara Sharon.

Al n’avait pas pu s’empêcher de laisser échapper un petit rire après avoir entendu cette déclaration ridicule. Il savait très bien qu’ils n’avaient aucune chance contre cette superpuissance. Mais les yeux inébranlables de Sharon ne permettraient pas un tel manque de respect, et Al le savait. Tandis qu’il se tenait là, complètement abasourdi, Sharon lui fit un sourire doux.

« Bien que ton pays devrait devenir plus fort avant que nous puissions faire quoi que ce soit à ce sujet. Et si tu trouves que mon plan va à l’encontre de tout ce que tu défends, n’hésite pas à me jeter en prison ! » déclara Sharon.

Elle avait défié ses idéaux tout en gardant le même sourire doux. Al essaya de choisir ses mots avec soin, mais il avait abandonné. Il n’y avait pas besoin de marcher sur la pointe des pieds avec quelqu’un qui partageait ses sentiments les plus profonds.

« J’ai déjà dit que je porterai ce fardeau avec toi, et je ne vais pas te jeter en prison, » déclara Al.

« C’est quoi cette réponse à la con !? Dis-moi au moins que tu sacrifierais ta vie pour mon rêve ! » Elle répondit par une remarque grossière, qui n’était pas inconnue d’Al. Mais Al savait que Sharon plaisantait, alors qu’il jetait un coup d’œil sur son visage.

« Je pense que tu devrais continuer à faire ce que tu fais, » continua-t-il. « Mais si tu continues à manger autant, tu n’entreras pas dans nos cellules…, » déclara Al en la taquinant.

Blam !

« Gahh ! »

Sharon avait l’air agitée, mais les remarques grossières d’Al n’en étaient pas moins accueillies d’un plein coup du plat de sa lame.

« Tu ne sais jamais quand la fermer, n’est-ce pas… ? Mais merci, » déclara Sharon.

Ses derniers mots n’arrivèrent pas aux oreilles d’Al, qui se retrouva une fois de plus en train de tomber sur le sol.

« Puis-je rester au château ? » Elle le regardait attentivement, cherchant une confirmation.

« Ow, ow, ow, ow… Bien sûr que tu peux ! Plus important encore, est-ce que frapper quelqu’un avec une épée longue est ta façon de montrer ta gratitude ? » demanda Al.

« Hehehehe, ouais, ça l’est, alors ne m’appelle pas “Ow”, » déclara Sharon.

« Qu’est-ce que ça veut dire !? » demanda Al.

Sharon avait complètement ignoré le roi enragé et s’était approchée de lui avec nonchalance.

« Oh mon Dieu, tu es couvert de boue ! » déclara Sharon.

« À qui la faute !? » s’écria Al.

Sharon avait laissé échapper un rire chaleureux.

« Va te laver avant le petit-déjeuner ! Tu ne survivras pas à notre prochaine séance d’entraînement si tu oses laisser couler de la boue sur mon délicieux repas, compris !? » répliqua Sharon.

Pourquoi la personne qui m’a fait plonger dans la boue me réprimande-t-elle maintenant ?

« Et…, » continua Sharon.

Oh, super, elle n’a pas encore fini.

« Maintenant qu’on en est là, que les choses soient claires ! À l’époque, je… Umm… Ce qui s’est passé ne veut pas dire que je t’aime ! Tu pleurais, donc je n’avais pas le choix, j’étais coincée dans un coin. Je voulais te consoler et c’était un service spécial de ma part ! Ne nous vois pas comme des amoureux ou des amants ! » déclara Sharon.

Elle avait tout dit d’un seul coup. Al avait fait un sourire ironique, se sentant un peu mal pour Sharon.

« Ne t’inquiète pas, je le sais. Je suis vraiment reconnaissant que tu m’aies aidé à protéger mon peuple et c’est tout. Le baiser n’a pas compté, et nous ne sommes pas amants. Sommes-nous sur la même longueur d’onde ? » demanda Al.

« Non, je veux dire, tu n’avais pas à le nier comme si tu étais faussement accusé de meurtre…, » répliqua Sharon.

Mais tu as fait la même chose, n’est-ce pas ? Pourquoi as-tu l’air si triste tout d’un coup ? Qu’est-ce que j’aurais dû dire !?

Il s’était peut-être plaint à l’intérieur, mais il voulait mettre un sourire sur le visage de la fille, alors il avait essayé de s’en sortir en parlant.

« Ne t’inquiète pas… considère cela comme quelque chose de banal, comme confondre le sel et le sucre, et oublie cela. Je l’effacerai aussi de ma mémoire, » déclara Al.

Son corps se souvenait encore faiblement de ce sentiment extatique, mais il croyait qu’il s’agissait d’un effet secondaire de la Surtension Céleste. Al était certain que Sharon était du même avis et qu’elle accepterait sa proposition.

« Espèce… d’idiot ! » répliqua Sharon.

Elle ne pouvait même pas produire un cri, réprimandant Al d’une voix fine et aiguë. Mais même ainsi, ses paroles avaient transpercé son âme.

« Hé, pourquoi t’énerves-tu ? Tu devrais —, » demanda Al.

« Ta gueule, gros nigaud ! Va prendre un bain, tu pues ! » répliqua Sharon.

Il avait essayé de combattre la douleur dans son âme en parlant à Sharon, mais elle l’avait poussé vers la porte, lui coupant la parole.

« D’accord, je vais prendre un bain si c’est ce que tu veux ! Bon sang…, » déclara Al.

Ils ne pourraient pas avoir une discussion paisible comme celle-ci, alors il avait fait ce qu’elle lui avait demandé.

« Je… ne l’oublierai jamais, » fixant le dos d’Al, Sharon se murmura ça à elle-même.

« Hm ? As-tu dit quelque chose ? » demanda Al.

« Rien, imbécile ! » répondit Sharon.

Al avait demandé en réponse, mais il avait été immédiatement rejeté.

Elle était rouge comme une betterave, et elle devait être furieuse.

Al ne voulait plus la mettre en colère, alors il était entré à contrecœur dans le château malgré le sentiment qu’il manquait quelque chose. Leur échange s’était terminé là, sans qu’aucun d’eux remarque la présence de la fille aux cheveux bleus qui veille sur eux…

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 1 partie 5

Dès qu’il entra dans le château, il aperçut Jamka, fixant attentivement un morceau de papier.

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Al.

Al avait l’intention de s’éclipser avant que Jamka ne puisse se plaindre à lui, mais le regard impatient de Jamka l’avait forcé à entamer une discussion.

« Pourquoi es-tu caché dans ce coin ? Quelqu’un t’a chassé ou quoi ? » demanda Al.

Il craignait que le personnel ne l’intimide parce qu’il était un soi-disant « traître », mais…

« Ne dis pas quelque chose d’aussi cruel dès qu’on se rencontre ! Et tu sais que tout le monde se disait : “Eh bien, je ne t’en veux pas. Si j’apprenais que le roi que j’ai servi de tout mon cœur est un enfant gâté et qu’on dit maintenant qu’il est le roi démon, alors je voudrais aussi m’enfuir !” Pourquoi ces gens voudraient-ils me chasser, hein !? »

Il s’était fait gronder. Al avait fait une note mentale pour demander qui avait dit exactement cela, tandis que Jamka avait fait un sourire amical.

« Même si tu as l’air d’une belle-mère harcelante, je sais que tu t’inquiètes pour moi. Désolé, » déclara Jamka.

Mais son sourire doux n’avait pas pu tromper Al. Jamka essayait manifestement de cacher le document qu’il venait de lire.

« D’accord. Préviens-moi s’il se passe quelque chose, » déclara Al.

Al avait fait comme s’il n’avait rien vu, et avait lentement dépassé Jamka, mais ensuite…

« Et qu’est-ce que c’est que ça !? » demanda Al.

Dès qu’il était passé derrière Jamka, il lui avait pris le document.

« Ah ! Hé, attends, ce n’est pas ce que tu crois ! C’est Lady Cécilia qui me l’a donné…, » déclara Jamka.

Jamka avait essayé de trouver une excuse sur le champ.

« De ma sœur ? » demanda Al.

Jamka était rarement agité, alors Al l’avait trouvé incroyablement suspicieux. Il passa rapidement en revue le papier qu’il tenait dans ses mains.

« Un projet de loi pour permettre le mariage entre frères et sœurs, parents et enfants, et hommes et femmes de tous âges ! » Al avait lu le titre scandaleux. « Haah… Bon sang, c’est quoi ce bordel, Cécilia… ? »

Il sentit son esprit s’engourdir tandis qu’il poussait un soupir d’épuisement.

« Quoi qu’il en soit, je lui donnerai ça moi-même. Tu as déjà assez à faire, ne te laisses pas emporter par ses idées folles, » déclara Al.

« Tu as raison, mais j’ai reçu ça d’elle personnellement, donc c’est à moi de le rapporter ! » déclara Jamka.

Al n’avait pas pu s’empêcher de sourire en voyant la loyauté absolue de Jamka.

« C’est très bien. Laisse-moi t’aider de temps en temps, » déclara Al.

« D’accord, alors… Merci…, » répondit Jamka.

Jamka s’en alla, apparemment déprimé.

Il se comportait souvent ainsi quand c’était arrivé…

Al s’était rappelé des événements qui avaient conduit à la désertion de Jamka. Il avait vite couru après son vieil ami, mais…

« Haah, et voilà pour le mariage de Brusch…, » il avait à peine capté ce murmure prudent. Il s’était arrêté sur ses pas.

« Quelle putain de blague ! » Il déchira agressivement le document qu’il tenait à la main et se dirigea vers le grand bain.

« Haah, enfin. Ça m’a pris du temps pour venir ici, » déclara Al.

Al avait encore du temps avant le petit-déjeuner, mais pour une raison ou une autre, cela le dérangeait de savoir combien de temps il avait perdu avec Jamka.

Qu’est-ce que je dois faire de lui ?

En ayant de nombreux sentiments en lui en ce moment, il avait ouvert les portes de la grande baignoire avec force.

« Bien, au moins c’est libre, » déclara Al.

Il avait jeté un coup d’œil dans le bain. La baignoire géante, capable d’accueillir vingt personnes, avait rempli la pièce d’une vapeur épaisse et chaude. Il examina attentivement le bain massif, environ quatre fois plus grand que la chambre d’Al, mais il ne pouvait même pas voir le bout de la pièce à travers l’épaisse vapeur.

« J’ai déjà eu affaire à notre maniaque de l’assassinat, donc je pense que je peux y aller en toute sécurité, » déclara Al.

En disant cela, il avait enroulé une serviette autour de sa taille et était entré dans le bain. Il voulait sauter immédiatement dans la baignoire si invitante, mais ce serait impoli de le faire couvert de boue. Il avait rempli d’eau un seau posé sur le sol et il le versa sur sa tête.

« Aïe, aïe, aïe… »

L’eau chaude avait envahi toutes les égratignures présentes sur son corps.

« Je n’ai même pas pu effectuer une contre-attaque…, » murmura-t-il.

Après avoir parcouru les égratignures avec son doigt, il avait plongé son corps dans l’eau. Il ferma les yeux et s’enfonça dans le fond de la baignoire.

« Ahhhh ! C’est ce que j’ai attendu toute la journée ! » déclara Al.

Il avait serré les poings en signe de bonheur. Althos n’était en aucun cas un pays riche, mais dans d’autres pays, même la royauté ne pouvait pas se permettre de s’imbiber d’autant d’eau chaude. Mais Althos était différent. Il avait été choisi comme lieu de repos pour le Roi Démon en raison de l’immense énergie magique qui coulait sous terre. Cette énergie avait renforcé le sceau, mais elle avait aussi procuré de nombreux avantages à ses résidents. L’un de ces avantages était l’eau. L’énergie magique purifiait les cours d’eau souterrains, ce qui permettait à l’eau de jaillir à la surface du sol sous forme d’eau chaude, ce qui permettait aux résidents d’avoir accès à de l’eau chaude en tout temps.

« Haah ~, est-ce que c’est à ça que ressemble le paradis ? » demanda Al.

Il se lava le visage et regarda autour de lui sans but. Mais soudain, il aperçut une ombre menaçante nager à la surface de l’eau.

« Je croyais que Sharon en avait fini avec ça… Est-ce un nouvel assassin ? » demanda Al.

Il fixait attentivement l’ombre, bouillonnant de rage, car son temps de qualité était en train d’être gâché. Restant sous la surface, cela s’approchait lentement d’Al. Al se leva avec précaution et saisit la seule arme à sa portée : un seau en bois. Et puis…

« Qu’est-ce que… !? » s’écria Al.

Il était sans voix lorsqu’il avait finalement repéré la silhouette projetant l’ombre. C’était Feena, toute nue.

« Hein ? F-Fee — quoi ? Pourquoi ? » demanda Al.

En raison du passage soudain d’une situation de relaxation totale à une situation apparemment mortelle, il avait perdu la capacité de former une phrase cohérente.

« Je ne vois rien avec toute cette vapeur. Je n’arrive pas à voir sa belle peau claire qui devient lentement légèrement rougeâtre ! » Il chuchota comme s’il priait les Dieux. Le fait de détourner son regard ne lui avait même pas traversé l’esprit étant donné sa stupeur.

Elle est toute nue !

Quelque chose s’était mis à gonfler, et pour être plus précis, en bas du corps d’Al, prouvant qu’il était bien un jeune homme en bonne santé.

« Ahh ! » Al s’était vite enfoncé dans l’eau pour cacher sa virilité gonflée.

« Al, c’est impoli d’entrer dans le bain avec ta serviette autour de toi, » déclara Feena.

« Et pourquoi n’est-ce pas impoli pour nous de prendre un bain en même temps, hein ? » demanda Al.

Il s’était tranquillement félicité d’avoir conjuré une réplique dans cette situation.

« C’est normal pour un couple marié, » mais la Diva aux cheveux bleus n’en avait pas été affectée du tout par ça. Au contraire…

« Al, laisse-moi te laver le dos. Alors je vais laver ton #[email protected]@& avec mes & #**@& $. Je vais même nettoyer ton %#&@$, alors s’il te plaît…, » déclara Feena.

Dès qu’elle avait terminé son plan inutilement détaillé…

Éclaboussure !

Elle était plutôt chancelante quand elle s’était rendue à Al, alors elle s’était effondrée dans l’eau. Elle s’enfonça comme une pierre, on n’entendait que l’eau bouillonnante derrière elle.

Un… deux…

Son dos rosé flottait au-dessus de l’eau, mais le reste de son corps était encore enfoncé dans l’eau.

« Hein !? Hé ! Vas-tu bien ? Arrête de faire l’imbécile ou tu vas te noyer…, » déclara Al.

Il s’était précipité vers Feena, mais il s’était soudainement arrêté.

Je ne peux pas la toucher comme ça.

S’il touchait Feena directement, elle serait dépassée par la luxure… euh, la Surtension Céleste.

Attends, c’est peut-être ma chance. Si je n’active pas la Surtension Céleste avec les sept Divas, le Roi Démon sera libéré.

Il s’était répété les paroles de Lilicia.

« Si Feena est faite, alors il en resterait cinq, hein ? »

Il envisageait de le faire, mais Al n’était toujours pas sûr de pouvoir faire confiance à Lilicia.

Oh, et nous n’avons pas la faux ou sa relique ici…

Puis il se souvint que ce n’était pas le moment de réfléchir à de telles questions.

« De toute façon, ce n’est pas juste. Je peux jeter ma fierté, avec mon rêve, à la poubelle si je fais une Surtension Céleste avec une fille inconsciente ! » déclara Al.

Mais maintenant que j’y pense, on est tous les deux nus dans une pièce fermée… C’est mauvais, ça.

Non seulement la situation de la fille qui se noyait était horrible, mais sa maîtrise de soi qui s’estompait lentement l’inquiétait tout autant.

« Merde… Mais je dois faire quelque chose…, » déclara Al.

La Diva de Subdera s’était noyée dans le bain d’Althos. Même si c’était vrai, personne ne croirait à une déclaration aussi ridicule. Al s’était décidé, alors il avait enlevé la serviette de sa taille et s’était approché de Feena… tout en gardant les yeux fermés. Puis, au moment où il avait essayé d’enrouler la serviette autour d’elle et de la ramasser — .

Éclaboussure !

Feena avait soudain levé la tête hors de l’eau. Al avait ouvert les yeux devant le bruit des éclaboussures, mais il avait rencontré sa magnifique peau blanche comme neige, reflétée par l’eau chaude du bain, ainsi que ses monticules étonnamment modestes.

« Pwah ! Al… tu as été si lent… Je devais… me retenir… J’ai failli m’y noyer… ! » déclara Feena.

Ce qu’elle avait vu, c’est Al debout là, comme une sorte de statue ancienne dans toute sa gloire virile… c’est du moins ce qu’il imaginait. Ce qu’il n’avait pas réalisé, c’est que la tête de la fille était juste au niveau de sa taille, et que ses yeux étaient collés vers une certaine partie de sa tête. Ses joues devenaient de plus en plus rouges chaque seconde.

« Quelle assurance de ta part… ! Mais ne penses-tu pas que c’est un peu trop tôt ? » demanda Feena.

Feena devait être gênée. Elle bougeait et se couvrait les yeux avec ses mains.

Al n’avait pas eu le temps de s’inquiéter pour ça.

« Non, attends ! Je voulais te sauver —, » il avait rapidement nié l’accusation la plus odieuse, mais…

« Al, voulais-tu m’attacher les mains avec cette serviette et faire de moi ton jouet ? » demanda Feena.

« Non, quoi !? Si je te touchais directement, tu serais dévorée par la luxure, tu t’en souviens ? » demanda Al.

« Tu es tellement amoureux de moi que tu veux faire le Surtension Céleste… Merci…, » déclara Feena.

Ses délires devenaient incontrôlables et ses joues devenaient de plus en plus rouges, jusqu’à ce qu’elle s’enfonce à nouveau dans l’eau.

« Blub! »

« Hé, Feena ! »

Il avait rapidement attrapé Feena avec la serviette et l’avait tirée hors du bain. Il avait finalement eu le temps de pousser un soupir de soulagement, mais…

 

Une soif de sang.

 

« Oh mon Dieu, quelle surprise de te trouver ici ! Laisse-moi laver ton…, » déclara Cécilia.

« Ahh, Cécilia ! Qu’est-ce que…, » commença Al.

La porte de la baignoire s’était ouvert et le son résonna dans la pièce. Cécilia et Sharon étaient entrées dans le bain. Il n’avait aucune idée de la raison de leur présence, mais il ne pouvait pas s’inquiéter à ce sujet. La raison de leur arrivée était loin d’être anodine. Le vrai problème, c’était l’endroit où elles regardaient.

« … » « … »

De leur point de vue, Al avait peut-être l’air d’avoir attaqué la Feena complètement nue. Non, pas « peut être ». Ça ressemblait vraiment à ça.

« Non, c’est un malentendu ! Je peux expliquer…, » commença Al.

Juste au moment où il était sur le point de commencer son explication, la Diva aux cheveux bleus avait repris connaissance.

« Tu es si long… C’était incroyable…, » déclara Feena.

Même ses monologues délirants l’accablaient.

!!

« Hé, ne marmonne pas quelque chose d’aussi incriminant ! » répliqua Al.

Puis, elle avait de nouveau fermé les yeux.

« Ne t’évanouis pas quand j’ai besoin de toi ! Dis-leur que je suis innocent…, » déclara Al.

« … »

Mais elle dormait profondément, comme si elle venait de se glisser dans son lit confortable après un délicieux repas chaud par une froide nuit d’hiver. Alors, Al s’était demandé comment il pourrait échapper à la situation dans laquelle il se trouvait.

« O-Oh mon Dieu… Peux-tu m’expliquer ce qui s’est passé ? » demanda Cécilia.

« Espèce de porc ! Jusqu’où peux-tu descendre ? » demanda Sharon.

Il était certain que le regard de Cécilia allait lui transpercer l’âme, tandis que Sharon lui donnait son tout nouveau titre, plutôt déshonorant : « porc ».

« Fuuuu… Je vous en supplie, s’il y a quelqu’un dehors, sauvez-moi ! » cria Al.

Il avait mis ses mains ensemble et avait plaidé vers le plafond.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 1 partie 6

« A-Alnoa ? »

Brusch s’était comme d’habitude précipitée énergiquement dans le bureau d’Al, mais la situation l’avait apparemment choquée au plus profond d’elle. Feena dormait sur le lit dans le coin de la chambre, ce qui, à lui seul, ne sortait pas de l’ordinaire. Cependant, Cécilia était assise sur le canapé, rayonnant d’une aura presque palpable, vile et empoisonnée de derrière son sourire incassable. À côté d’elle se trouvait Sharon, dont l’expression n’était pas une chose qui devait être vue par ceux qui avaient le cœur fragile, et devant eux, la cible de leurs regards mortels, était le prétendu dirigeant du pays, tremblant de peur. Brusch était incapable de comprendre ce qu’elle voyait. Ils ne l’avaient même pas regardée quand elle avait mis les pieds dans la pièce.

« Je t’ai dit d’aller au bain de vapeur, mais je ne voulais pas dire que tu devrais t’exciter avec Feena, non ? » dit Sharon avec assurance.

« Mais je ne l’ai pas fait…, » déclara Al.

« Oh, je sais ! Tu t’es tout simplement laissé emporter par l’occasion ! N’est-ce pas vrai ? » demanda Cécilia.

Cécilia avait interrompu Al avec quelque chose qu’une mère aurait dit pour défendre son enfant qui avait été pris en train de voler à l’étalage, tout en portant son sourire charmant. Bien que le regard dans ses yeux soit plus sinistre que tout…

« Euh… Alnoa…, » déclara timidement Brusch dans l’atmosphère tendue.

« J’espère que c’est quelque chose d’important, ce n’est pas le moment pour une candidate au mariage temporaire de nous interrompre ! » Sharon lui avait répliqué ça.

« Ce n’est pas “temporaire” ! Je suis une candidate valide et forte ! » répliqua Brusch.

Mais Brusch n’était pas une petite fille banale et énergique. Elle était fière d’être à la tête de l’agence de renseignement et candidate au mariage avec Alnoa, alors elle avait effectué un regard fixe et intense.

« Huhhh !? » « Qu’est-ce que tu as dit !?? »

Elles se regardaient comme des chiens enragés, attendant le signal du début du combat.

« Alors, pourquoi es-tu ici ? » Cela semblait hors de question au début, mais Sharon avait fini par lâcher prise et lui avait demandé ça.

« Je ne dirai rien ! Je suis la subordonnée d’Alnoa et une candidate au mariage, donc je lui donnerai mon rapport directement et à personne d’autre ! » répliqua Brusch.

Mais il semblerait que la remarque précédente de Sharon ait touché une mauvaise corde sensible, alors qu’elle se détournait d’elle avec une moue.

« Que s’est-il passé, Brusch ? » Ils n’arrivaient à rien comme ça, alors Al avait décidé de briser la glace.

« Ah, oui, écoute ça ! Nos soldats qui sont partis pour enquêter sur les environs d’Esanthel ont rapporté qu’un bateau devait partir d’Esanthel pour l’Empire dans quelques jours seulement, et qu’il était rempli à ras bord de prisonniers de guerre, » expliqua Brusch.

« Pourquoi as-tu attendu pour me dire quelque chose d’aussi critique ? » demanda Al.

« Elle m’appelait “temporaire”, c’est tout aussi critique ! » déclara Brusch.

Al avait simplement tapoté ses tempes en entendant la déclaration fière de Brusch.

« Nhhhh… Si bruyante…, » Feena, toujours dans le lit, s’était réveillée.

Maintenant que j’y pense… Je suis…

Elle s’était retournée et s’était enfouie sous l’oreiller tout en essayant de rassembler ses pensées.

« L’odeur d’Al… C’est le lit d’Al ! » déclara Feena.

Mais elle s’était égarée en se frottant le visage contre l’oreiller.

« C’est un peu gênant, alors peux-tu arrêter ? » demanda Al.

Puis elle aperçut Al du coin de l’œil et leva instantanément la tête de son oreiller.

« … »

Arrêtée par Al lui-même dans un tel moment de bonheur, elle avait fait la moue avant de passer à l’évaluation de la situation.

« Attends… J’étais dans le grand bain prêt à tendre une embuscade à Al, puis il… m’a sauté dessus, non ? » Elle avait lâché cette bombe comme si ce n’était rien.

Al sentit alors des regards qui le transperçaient de derrière lui.

« Je ne l’ai pas fait ! Ne pousse pas tes torts sur moi ! Quoi… Quoi encore !? C’est quoi ce regard-là ? » demanda Al.

Tout en essayant de supporter les regards brûlants dirigés vers son dos, il regarda Feena, suppliant désespérément pour de l’aide. Mais l’expression de Feena devint plus sombre que jamais.

« Pourquoi ne m’écoutes-tu pas ? » demanda Al.

Elle s’était contractée tout d’un coup.

« Attends, quoi ? Tu as mal au ventre ou quoi ? »

L’expression de Feena, alors qu’elle était au bord des larmes, avait fait disparaître les regards insupportables qui perçaient le dos d’Al. Il craignait que la jeune fille ne se sente gravement malade après s’être évanouie dans le grand bain. Voyant l’inquiétude sincère se répandre sur le visage d’Al, Feena avait rougi et se mit à parler lentement.

« Kanon est un bon ami à moi, alors je veux m’assurer que lui et son peuple vont bien avec mes propres yeux. Mais je reste ici en ce moment en tant que candidate au mariage, donc je ne peux pas sortir seule quand je veux…, » déclara Feena.

Al avait essayé de se rappeler toutes les informations qu’il savait sur Kanon. Il était l’inquisiteur d’Esanthel et on disait qu’il avait pris la place et le pouvoir de la Diva précédente, qui avait rencontré une mort subite. On disait aussi qu’il était tout un numéro.

Pourquoi se connaissent-ils ?

Après avoir révélé des informations plutôt inattendues, elle se cacha de nouveau le visage dans l’oreiller d’Al comme si elle était gênée par quelque chose, bien que l’on ne sache pas exactement ce qui l’avait rendue agitée. Al ne comprenait pas comment elle pouvait se glisser dans son lit et essayer de lui tendre une embuscade dans le bain si elle trouvait son regard embarrassant maintenant, mais au moins il comprenait pourquoi Feena s’ouvrait à lui maintenant.

« Pourquoi n’as-tu pas commencé par ça ? Ai-je l’air si négatif que ça ? » demanda Al.

Feena avait sorti la tête de l’oreiller et l’avait secouée.

Si elle pense que je le suis, alors pourquoi aurait-elle abordé cette situation de façon si détournée ?

Al essayait de comprendre le raisonnement de Feena, mais…

« J’ai lu que… c’est beaucoup plus facile d’avoir ce qu’on veut… après le sexe, » déclara Feena.

Après avoir un peu réfléchi, Feena marmonna sa réponse. Elle n’avait pas tort, mais sa réponse rougissante ressemblait à un couteau transperçant le cœur d’Al.

Attends, suis-je jaloux parce qu’elle tient beaucoup à un autre homme ?

La tête d’Al était remplie de toutes les fois où elle disait qu’il deviendrait un jour sa marionnette.

Elle disait ça depuis le moment où on s’était rencontrés. Je suis idiot de penser qu’elle a été gentille avec moi tout ce temps…

Feena regardait en silence Al.

Oui… Tout se déroule selon son plan, mais en même temps… Je lui suis redevable.

Il se mit à réfléchir avant de se tourner vers Feena avec un sourire chaleureux.

« Tu n’as pas besoin de tourner autour du pot comme ça après tout ce que tu as fait pour moi. Je serai ravi de te donner un coup de main, » déclara Al.

Il avait dit cela aussi joyeusement qu’il le pouvait pour masquer ses pensées intérieures.

« Al… Je te remercie. » Elle regarda Al comme s’il était son sauveur et fit un signe de tête fort.

« Hm ? As-tu quelque chose d’autre à dire ? » demanda Al.

« Oui. Puisque tu m’aideras à sauver Kanon et les habitants d’Esanthel, je suis d’accord pour continuer là où nous en étions, » déclara Feena.

« Dis-moi, pourquoi essaies-tu de rendre ça encore plus dur pour moi ? » Et, alors qu’Al rétorquait ça…

« S’il te plaît, ne t’en fais pas, Lesfina. Et Al, j’ai quelque chose à te dire, » Cécilia avait saisi le cou d’Al avec un sourire plus froid que le point le plus au nord de l’Arctique.

« Cécilia, puis-je me joindre à toi ? » Sharon avait aussi saisi le cou d’Al, affichant un regard tout aussi froid.

« Hein ? Quoi ? Cécilia ? Sharon ? Vous savez que je n’ai rien fait, hein ? Ça n’a rien à voir… Hein ? Ehhhh !? » s’écria Al.

Sans logique ni sophisme, les deux filles avaient emmené le jeune roi hors de sa chambre.

« Merci, Al, » murmura Feena.

Feena, qui se précipitait habituellement à l’aide d’Al, les regardait maintenant simplement partir, mettant ses mains ensemble comme si elle priait pour sa sécurité.

***

« Haah, c’était horrible ! »

Depuis une heure, il était coincé entre sa sœur surprotectrice et Sharon, le garde qui avait attrapé le vilain Al lors d’un vol à l’étalage. Ça n’avait peut-être duré qu’une heure, mais c’était comme une éternité pour lui.

« Franchement…, elles savent que je suis occupé…, » La Diva aux cheveux bleus le regardait du coin du couloir menant à son bureau alors qu’il ronchonnait à lui-même.

« Oh, Feena. Est-ce que ça va ? » demanda Al.

Comme toujours, elle garda le silence, malgré tout, elle semblait vraiment heureuse pour Al. Bien qu’en réalité, quelqu’un utilisant le pouvoir de la Valkyrie ne serait pas hors service longtemps après avoir eu le vertige dans le bain. Mais même à ce moment-là, Al se sentait soulagé de la revoir sur ses pieds. Cela aurait été un problème si elle avait été clouée au lit pendant des jours, car ils avaient des choses à discuter.

« Feena. Selon Brusch, les prisonniers de guerre d’Esanthel seront envoyés dans l’Empire dans quelques jours, » déclara Al.

Il avait essayé d’être aussi clair et précis que possible.

« Quoi ? Alors il faut se dépêcher, » déclara Feena.

Il leva la main pour la calmer.

« Oui, on fait déjà les préparatifs. Ça prendra un peu de temps avant qu’on puisse partir, mais ne t’inquiète pas, » déclara Al.

« Hmm ? C’est très bien, venant de toi. Tu aurais agi en un clin d’œil il y a quelques semaines, » déclara Sharon.

Pendant qu’Al partageait son plan avec Feena, Sharon s’était approchée d’eux.

Nous observe-t-elle depuis le début ?

« Bien sûr que j’ai grandi avec le temps ! Et je sais très bien que je causerais des ennuis à tout le monde en agissant seul ! » déclara Al.

Il s’était expliqué à Sharon et avait regardé vers elle. Un moment plus tard…

Smoosh!

La tête d’Al était coincée entre deux choses incroyablement lisses et élastiques, et il savait exactement ce que c’était.

« Oh mon Dieu. Bon travail, mon adorable petit frère ! Tu deviens un meilleur roi chaque jour, n’est-ce pas ? » Cécilia enfonça avec force la tête d’Al entre ses seins.

« Pfwah ! Gah ! »

Malheureusement, il n’avait pas eu le luxe d’apprécier la sensation de confort ou le parfum merveilleux. Son rire avait disparu à un moment donné alors qu’elle tenait la tête d’Al baissée.

Il n’y avait eu aucun effet visible.

Oh, donc la Surtension Céleste ne s’activera pas par les seins.

Feena avait réfléchi, bien qu’elle n’ait pas vraiment eu le temps de réfléchir à de telles choses. Al avait lentement cessé de lutter, et non pas parce qu’il s’était livré au plaisir. Son visage, au fond de la vallée, commençait probablement à devenir violet.

« Cécilia, n’est-ce pas suffisant ? Al devient mou, » déclara Sharon.

« Oh mon Dieu. Ne t’inquiète pas, Al est un dur à cuire » déclara Cécilia.

« Mais franchement, regarde-le, il n’a plus l’air de bouger, » Sharon l’avait avertie, mais Cécilia était déjà trop prise par ce qu’elle faisait.

« Mlle Cécilia, veux-tu… » commença Feena.

Feena avait essayé de tendre une main secourable quand elle avait vu la comédie — euh, la tragédie se déroulant devant ses yeux, mais…

« Oh mon Dieu. N’essaie même pas, je n’abandonnerai jamais mon temps spécial avec mon petit frère ! » Cécilia l’avait repoussé.

« Et…, » continua Cécilia.

Cécilia dirigea triomphalement ses yeux vers une certaine partie de Feena. Après un moment de silence…

« Quelqu’un doit le réconforter comme ça puisque tu ne peux pas, » elle avait porté le coup de grâce.

« Kuhhhh ! Je me fiche que tu sois ma belle-sœur, je ne pardonnerai jamais une telle humiliation ! » Feena écarta rapidement les jambes et se prépara à attaquer.

« Cécilia est vraiment effrayante quand elle est comme ça, » déclara Sharon.

« Eeeep ! »

Toute couleur avait disparu du visage de Cécilia alors qu’elle poussait un cri strident et relâcha son emprise sur Al.

« Qu’est-ce que tu racontes, Sharon ? Je ne suis pas effrayante du tout, n’est-ce pas ? Est-ce ce que je fais ? » demanda Cécilia.

Elle cherchait désespérément la confirmation d’Al, qui venait d’échapper à une expérience de mort imminente, mais…

« Hahahaha… Hehehehehehehe…, » en entendant le rire menaçant de la jeune fille aux cheveux bleus, Cécilia s’était figée sur place.

« Oh mon Dieu. Qu’est-ce que c’est, L-Lesfina ? »

Malgré les sueurs froides qui coulaient sur ses joues, elle avait fait de force un sourire. Peut-être à cause du manque d’oxygène, Al semblait remarquer un sourire satisfait sur le visage de Feena.

« Ce n’est rien, Mlle Cécilia, » déclara Feena.

Et le ton habituel de Feena soutenait cette théorie, bien qu’elle ait pu s’arrêter parce que Cécilia souffrait manifestement.

« Quoi qu’il en soit, arrête de faire l’imbécile. Préparons-nous à —, » commença Sharon.

« Alnoa ! Terrible nouvelle ! L’inquisiteur d’Esanthel aurait traversé la frontière avec deux mille de ses soldats ! » cria Brusch.

Franchement !? Pourquoi tout ne se passe-t-il pas comme prévu ?

Il avait espéré au moins reprendre son souffle après les événements qui s’étaient produits il y a peu de temps, mais il semblait que son mal de tête ne disparaîtrait pas dans un avenir prévisible.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *