Divas de la Bataille – Tome 2 Chapitre 3

Le lendemain de la bataille, Al avait convoqué son commandant militaire pour discuter de leur stratégie en vue de l’affrontement imminent. Al était assis sur le canapé, coincé entre Sharon et Feena. Pour info, il ne les avait pas invitées. Devant eux, Jamka était assis, complètement seul, sur un canapé similaire.

« Foutus Adonis ! » déclara Jamka.

Al avait décidé d’ignorer le murmure douloureux de son ami. Dans un coin de la pièce, Cécilia était occupée à préparer son thé favori, en grognant et en jurant. Après leur retraite, Esanthel avait établi un camp dans les bois près de la frontière. Afin de dissiper les malentendus, Al avait envoyé une lettre à l’aide d’un messager, mais il n’avait reçu aucune réponse. Ils s’étaient donc réunis pour discuter de ce qu’il fallait faire, mais juste avant qu’ils ne puissent le faire, Brusch avait ouvert la porte.

« Alnoa ! On a un gros problème ! » Elle débordait d’énergie comme d’habitude, mais son expression était sinistre.

« Brusch, que s’est-il passé ? Qu’est-ce qui presse ? » demanda Al.

« L’Empire s’est joint à Esanthel ! » déclara Brusch.

« Je vois…, » dit Jamka en un murmure. Ils s’y attendaient probablement tous…

« Quoi !?? Pourquoi !?? Qu’est-ce que l’Empire a à voir avec tout ça ? »

Sauf Sharon.

« Je m’attendais à ce que l’Empire arrive tôt ou tard. C’était clair dès le moment où Kanon m’a appelé “Roi Démon”, » déclara Al.

En premier lieu, l’Empire avait répandu les rumeurs à son sujet, alors Al s’était dit que c’était eux qui tiraient les ficelles cette fois-ci aussi. Il avait croisé les bras et avait essayé d’évaluer la situation.

« Brusch, combien de soldats l’Empire a-t-il amenés ? » demanda Al.

« 1 500 cavaliers et 3 000 fantassins, » répondit Brusch.

« Leur force combinée est donc d’environ cinq mille cinq cents, hein… ? » déclara Al.

C’était toute une force militaire pour s’emparer d’Althos, bien qu’ils savaient qu’Althos possédait trois Divas.

« Nous surveillons toujours les environs, mais pour l’instant il n’y a aucun signe d’abominations, de renforts ou de troupes de guérillas, » Brusch continua comme s’il lisait l’esprit d’Al. Cela prouvait qu’elle était au sommet de sa forme en tant que chef de l’agence de renseignement.

« Je me suis si bien débrouillée ! Caresse-moi la tête ! » Elle attendait sa récompense bien méritée. Cela prouvait qu’au fond, c’était une petite fille ordinaire.

« Oh mon Dieu, tu distribues des caresses sur les têtes ? As-tu vu comme j’ai travaillé dur sur ce thé ? »

Lorsque Cécilia avait fini de distribuer les biscuits et le thé, elle avait poussé Brusch sur le côté et s’était blottie à côté d’Al.

« Attends, pourquoi dois-je te caresser maintenant !? » Al se plaignit de sa situation difficile, attendant que le prochain petit lapin se blottisse contre lui, mais…

« Hein ? »

… il a été pris au dépourvu quand le petit lapin en question n’avait pas bougé d’un pouce.

« Ça va, Feena ? » demanda Al.

Elle avait l’air d’aller mieux quand ils étaient revenus au château, mais elle baissait la tête avec une expression qui déprimerait n’importe qui rien qu’en la regardant.

A-t-elle pris à cœur ce que Kanon a fait ?

Il voulait lui remonter le moral, mais en même temps, il n’avait pas vraiment apprécié la situation. Il était comme un enfant, jaloux de tous ceux qui s’entendaient bien avec leurs amis. Il le savait. Il savait que c’était mal, mais Al n’arrivait pas à le sortir de sa tête.

« Haah… Arghhhhhh ! »

Il se gratta la tête et rugit de désespoir. Bien sûr, cette petite action avait instantanément fait de lui le centre de l’attention.

« Ah, Hmm… Mes épaules sont raides, alors…, » déclara Al.

C’est quoi cette excuse ? 

Alors qu’il faisait semblant de bouger sa tête pour faire disparaître ses « épaules raides », son regard rencontra une paire d’yeux bleus remplis de préoccupations.

« Ça va, Al ? » demanda Feena.

La fille dont il s’inquiétait était inquiète pour lui !

« Regarde comme tu es raide. C’est bon, laisse tout sortir, » déclara Feena.

« Laisser sortir quoi !? Non, en fait, ne réponds pas à ça ! Et arrête de te déshabiller ! » déclara Al.

Au moins, leur petit numéro de comédie était redevenu normal.

« Quoi qu’il en soit, ça va, Feena ? » demanda Al.

Al avait jeté un coup d’œil à Feena tout en essayant de retrouver son calme. Elle avait l’air plus stoïque que jamais, mais…

« Moi ? Je vais toujours bien, je réfléchissais un peu, » répondit Feena.

On aurait dit qu’elle était redevenue normale. Elle avait regardé droit dans les yeux d’Al quand il avait enfin corrigé sa posture.

« Al, j’ai réfléchi… Je vais aider les citoyens d’Esanthel, puis leur dire d’éclaircir les rumeurs sur toi, » Feena avait trouvé sa solution. « Donc, je suis désolée, mais je vais devoir quitter cet endroit pour un moment. Me laisseras-tu faire ? »

Elle regardait Al droit dans les yeux. Son souhait était aussi pur que ses yeux bleu ciel.

Il voulait réaliser son souhait, mais son cœur le retenait.

« Il pourrait dire que j’ai lavé le cerveau de son peuple comme je t’ai lavé le tien, » déclara Al.

C’est peut-être pour ça qu’il l’avait dit de façon si moqueuse.

« C’est très bien ainsi. Je veux faire ce que je peux, » Feena, cependant, avait clairement indiqué son but.

Al avait fermé les yeux et s’était décidé. « D’accord. Mais je viens avec toi. »

« Ehh !? » Feena avait poussé un cri de surprise.

« Quoi ? Je voulais y aller depuis le début. Avoir un allié aussi puissant que mille hommes signifie que je n’ai pas à affaiblir les défenses du pays pour ma petite sortie, » déclara Al.

Il ne mentait pas, mais la façon dont il devait s’expliquer donnait l’impression de l’être.

Juste au moment où il pensait avoir enfin trouvé la solution…

« À quoi penses-tu !? C’est toi le roi ! Que crois-tu qu’il se passera quand le peuple découvrira que son roi est sorti pendant que nous attendons d’être assiégés !? » Jamka s’était levé et avait claqué le poing sur la table tout en étant en désaccord avec la proposition d’Al.

Il avait tout à fait raison.

« Laisse-le partir, c’est tout, » alors qu’Al s’apprêtait à s’expliquer à Jamka, une voix autoritaire retentit dans la pièce.

Sharon avait été complètement silencieuse auparavant, mais elle avait fièrement avalé son thé en une seule fois.

Un coup d’œil à son assiette avait révélé qu’elle avait fini ses biscuits.

T’es sérieuse, toi !? N’a-t-elle pas dit un mot jusqu’à maintenant parce qu’elle était trop occupée à manger !?

Mais comme elle la soutenait, Al avait décidé de laisser faire. Et alors qu’il avait quitté son assiette des yeux — .

« Et… »

Il regarda Sharon, s’attendant à plus de soutien de sa part.

« Et ce n’est pas comme si le fait qu’il soit avec toi ferait une grande différence, » continua Sharon.

Aïe ! Ça fait vraiment mal ! Je m’attendais à de l’aide, mais au lieu de ça, tu m’as brisé le cœur !

« Mais ne t’inquiète pas, j’y vais aussi ! On peut s’en prendre à deux mille personnes comme ça ! » continua Sharon.

Elle avait continué avec un sourire éclatant. Se mesurer à « deux mille personnes » semblait un peu stupide, mais le sourire sincère de Sharon était si rare qu’Al s’était laissée entraîner sans penser à la façon dont elle l’avait formulé.

« Je viens avec toi, d’accord ? Je veux voir Esanthel par moi-même…, » déclara Sharon.

Embarrassée par le regard d’Al, Sharon se détourna en faisant la moue. L’équipe s’était enfin réunie. C’est du moins ce qu’il pensait…

« Non. Reste ici, Sharon. »

Mais quelqu’un était contre l’idée.

« Quoi ? Est-ce que je briserais ton petit voyage avec Al ? » demanda Sharon.

Le sourire précédent de Sharon avait disparu, remplacé par une soif de sang palpable. Feena avait encaissé cette soif de sang au complet, inclinant sa tête.

« Non. J’ai besoin que tu fasses autre chose, » déclara Feena.

« Hein ? As-tu besoin de moi ? » demanda Sharon.

Sharon fixa Feena, les yeux et la bouche grands ouverts. Elle était prête à se battre, mais les choses avaient pris une tournure inattendue. Al lui-même s’était déjà mis sur la défensive.

« Kanon est un maître quand il s’agit de combat rapproché, donc…, » continua Feena.

Elle n’avait pas tort. Cécilia était peut-être une Diva, mais elle s’était spécialisée dans la magie sacrée. Le combat rapproché n’était pas son fort.

« Alors ? » demanda Sharon.

Sharon faisait de son mieux pour comprendre ce que Feena suggérait.

« Pourrais-tu rester ici, s’il te plaît ? Il n’y a personne d’autre qui peut le faire, » déclara Feena.

Feena avait alors sorti sa plus grande arme : ses yeux de chiot.

« Vraiment ? » Sa stratégie semblait fonctionner,

Mais…

« Oui. Seul un gorille enragé, féroce et rouge peut égaler la force de Kanon, » déclara Feena.

« Veux-tu te battre avec moi ? » demanda Sharon.

Elle était passée instantanément de la bouffée de chaleur à l’aiguisage de ses dents.

« Non. Je dis que tu es ma rivale honnête et digne de confiance, » dit Feena avec une expression complètement vide.

« Qu’est-ce que… !? Qu’est-ce que tu dis !? Tch… D’accord, puisque tu es prête à aller aussi loin, je vais laisser passer, » déclara Sharon.

Le visage de Sharon devint rouge, au point où elle poussa Feena sur le côté et quitta la pièce, laissant tout le monde deviner ce qu’elle allait laisser passer.

« Je te remercie, » déclara Feena.

On dirait qu’ils ne seront que tous les deux. Ils pouvaient enfin commencer leurs préparatifs et — .

« Oh mon Dieu. Puis-je venir avec toi, Al ? S’il te plaît, s’il te plaît ? »

Mais d’abord, ils avaient dû faire face à un autre problème. Du moins, ils le pensaient.

« Que dis-tu, Mlle Cécilia ? Qui sera la commandante en chef si tu partais aussi ? Sharon est notre invitée, et je ne suis pas noble. Pour empirer les choses, j’ai trahi le pays une fois ! » demanda Jamka.

Jamka s’était mis en travers du chemin de Cécilia avant qu’elle ne puisse atteindre Al. Il n’avait pas non plus donné l’occasion à Brusch d’offrir ses services, car il lui avait couvert la bouche avant qu’elle puisse dire un mot.

« Ughhhh… Mais, mais…, » balbutia Cécilia.

Elle changeait son regard désespéré entre Al et Jamka, mais…

« Cécilia, s’il te plaît, » Al l’avait fait taire en une seule phrase.

« Aww… Bien…, » elle avait finalement abandonné.

« Je vais préparer mes bagages, » après avoir jeté un coup d’œil à la sombre Cécilia, Feena se leva et quitta la pièce.

« Oh ! Qui sait ce qui va se passer pendant notre voyage… Je devrais prendre des sous-vêtements en plus ! » Elle s’était arrêtée dans l’embrasure de la porte pendant une seconde pour partager ses pensées.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 2

Le lendemain matin, Al et Feena étaient prêts à partir sous un ciel à peine éclairé. Ils plaçaient en ce moment sur leurs chevaux leurs sacs, remplis de douzaines de portions de nourriture, de deux couvertures et de vêtements de rechange. Al avait sa faux sur le dos, et Feena était équipée de sa fidèle baguette.

« Nous serons de retour dans quelques jours. Merci de bien vouloir me couvrir jusque-là, » déclara Al.

Ils avaient dit au revoir à Cécilia alors qu’ils montaient à cheval. Ce n’étaient pas les mots que l’on pouvait attendre du roi d’un pays, mais Al pouvait se permettre de dire de telles choses en raison de sa confiance en Cécilia, Jamka, et Brusch. Du moins, Jamka espérait que c’était le cas.

Je ne sais pas comment il peut faire confiance à quelqu’un qui l’a trahi il y a seulement quelques jours…, se dit Jamka en fixant son bras manquant. Eh bien, je penserai à mon bras perdu comme un signe de confiance au lieu d’une sorte de punition.

Il avait saisi sa manche palpitante et lui fit un sourire ironique.

« Oh mon Dieu. Lesfina, on a oublié quelque chose, » Cécilia passa devant un Jamka sentimental et s’approcha de Feena.

« Quoi ? J’ai déjà Al, » répondit Feena.

« Hé, pourrais-tu ne pas me voir comme un objet ? » demanda Al.

Cécilia avait ignoré leur petit échange et s’était arrêtée devant le cheval de Feena.

« Oh, nous avons oublié de prier pour votre sécurité et votre succès, » déclara Cécilia.

« Bénis-tu notre voyage ? » demanda Feena.

Malgré la légère différence de nuance, Feena avait montré un sourire ravi lorsque Cécilia avait levé les paumes de ses mains. En regardant sa forme solennelle et pure, cela suffisait pour aider chacun à trouver un peu de réconfort à l’intérieur de soi.

Mais…

« Je suis une messagère des Dieux. Ceux qui me prêtent serment ne manqueront jamais —, » commença Cécilia.

« Hein ? Attends…, » Al était arrivé trop tard.

« Si cette fille stoïque ose s’en prendre à mon précieux petit frère, qu’elle fasse #[email protected]& — attends, non. Allons-y avec quelque chose de plus simple cette fois. Faites en sorte que son corps soit complètement ligoté, ce qui la rend immobile pendant un certain temps ! » déclara Cécilia.

« Comment ça, “quelque chose de plus simple” ? Tu sais que le Contrat ne s’activera que si l’autre partie le reconnaît, n’est-ce pas !? » Al était outré que Cécilia les ait retenus pour ça.

« Oh mon Dieu. Ne t’inquiète pas, c’était Renvoi, et non pas Contrat, » répondit Cécilia.

Mais tout ce que cela avait fait, c’était encore plus inquiéter Al. Malgré cela, Cécilia était tout sourire.

« Et pourquoi diable envoies-tu des sorts de haut niveau ainsi ? » Al était en pleine détresse tandis que Feena, la cible du sort elle-même, semblait plus calme que jamais.

« Je pense que… je peux lui laisser quelques secondes de mon temps, » déclara Feena.

Elle l’avait déclaré calmement, même si elle avait tous les droits de s’énerver.

« Mais maintenant, je peux me concentrer sur l’objectif sans me laisser distraire par mes désirs. »

Son petit murmure n’avait pas été entendu par Al, mais il était clair pour tous les spectateurs que son cœur avait été bouleversé d’une manière ou d’une autre.

« C’est vrai, ça devrait aller tant que tu ne touches pas à Al. J’annulerai le sort quand tu reviendras, » dit joyeusement Cécilia. Feena ne montrait toujours aucun signe de colère.

« Partez avant qu’il n’arrive quoi que ce soit d’autre, » Sharon, qui était restée complètement silencieuse jusqu’à maintenant, les avait fait partir.

« Je prie pour votre succès, » Jamka avait prononcé ses mots d’adieu.

Je veux dire, ils ont raison, mais est-ce que le fait de nous voir partir doit vraiment être si froid et désinvolte ?

Al avait décidé de garder ses préoccupations pour lui.

« Ouais, on s’en va, » déclara Al.

« Au revoir. »

Al avait commencé à galoper avec Feena derrière lui, se sentant un peu vaincu. Ils étaient partis en voyage après avoir été à peu près expulsés du château.

C’est bien qu’on soit partis, mais… De quoi devrions-nous parler ?

Quelques heures après leur départ, Al était tombé dans le même dilemme que lors de son rendez-vous avec Sharon. Le soleil était déjà monté à l’horizon et les oiseaux chantaient leur mélodie du matin. Tous les deux se promenaient silencieusement sous le beau ciel clair. Pendant qu’il était avec Sharon, il savait ce qui la passionnait (la nourriture), alors il avait réussi à s’en sortir, mais…

Qu’est-ce que Feena aime ?

Il s’était tordu la cervelle comme un fou. Ils allaient passer les jours suivants ensemble, mais il ne savait pas comment entamer une conversation. Al avait réalisé à quel point il savait peu de choses sur Feena.

Il ne connaissait pas la nourriture ou la boisson préférée de Feena, ni même le genre de vêtements qu’elle aimait. Elle mangeait tout ce qu’on lui présentait sans se plaindre, et elle changeait rarement de vêtements. Quand elle le faisait, c’était quelque chose qui plaisait à Al. En gros, c’était une cosplayeuse.

Que dois-je faire… ?

Il avait jeté un coup d’œil sur son côté. Feena chevauchait toujours la tête relevée, apparemment perdue dans son propre petit monde.

Glisse…

Al s’attendait à ce qu’elle admire le ciel clair au-dessus d’eux quand elle s’était penché la tête en arrière, mais malheureusement, son corps avait suivi son exemple. Elle avait glissé de son cheval et s’était écrasée par terre avec un bam !

« Huhhhh !? Feena !? » s’écria Al.

Il avait sauté de cheval et s’était précipité vers elle.

« Que s’est-il passé !? Est-ce que ça va !? » demanda Al.

Al l’avait prise dans ses bras, quand…

« Zzzzz… Zzzzz… »

« Attends, tu dors !? » cria Al, mais il n’y avait aucun signe que Feena se réveillerait bientôt. Mais ce n’était pas une surprise. Après tout, elle dormait en tombant de cheval. Malgré cette grande chute, elle ne semblait pas avoir été blessée. Est-ce parce que c’était une Diva ?

Peut-être qu’elle n’avait pas beaucoup dormi parce qu’elle n’arrêtait pas de penser à Kanon.

Al avait émis une théorie. Il avait l’impression d’avoir entrevu les vraies émotions de Feena, ce qui les rendait encore plus douloureuses.

« Bien qu’elle nous aide aussi avec ça, » murmura Al.

Pendant qu’il essayait de rationaliser les choses avec lui-même, Al avait mis sa faux sur son cheval et avait mis la fille endormie sur son dos. Quelqu’un pourrait les confondre avec un père et une fille.

« Ne t’inquiète pas, on changera au bout d’un moment, » il l’avait dit en tapotant la nuque de son cheval.

« Zzzzz… »

Il s’était mis à avancer le plus discrètement possible afin d’éviter de réveiller la fille endormie.

« … Hmm ? De la nourriture ? »

L’odeur parfumée de la cuisson du déjeuner sur un feu allumé avait aiguisé l’appétit de Feena. Toujours à moitié endormie, elle s’était assise lentement et regarda autour d’elle, distraite. Pendant qu’elle était au pays des rêves, le soleil avait atteint son point culminant et la douce brise printanière s’était levée.

« Où en sommes-nous ? » demanda Feena.

« Oh, tu es réveillée ? » Une voix familière répondit la jeune fille complètement confuse.

« Al, où sommes-nous… ? Qui suis-je… ? » demanda Feena.

« Nous sommes près de la frontière. Tu es la Diva de Subdera, Lesfina, » il avait souri à Feena.

« Désolée, je viens de…, » commença Feena.

Comprenant enfin ce qui s’était passé, elle baissa les yeux vers le sol. Al avait posé sa main sur la tête de Feena, déprimée.

« Tu n’arrivais pas à dormir parce que tu étais trop inquiète pour Kanon, non ? Je suis content que tu t’inquiètes pour lui, mais tu ne peux pas te battre si tu ne te reposes pas assez. Ne pas sauver le peuple d’Esanthel par manque de sommeil serait tragique, n’est-ce pas ? » Il l’avait dit d’une voix douce, mais ses émotions étaient présentes.

« Sauver… Ah ! J’avais oublié ! » déclara Feena.

Il était trop concentré sur la tempête qui faisait rage en lui pour entendre le murmure de Feena.

Haah, qu’est-ce qui se passe avec moi ?

Il avait enlevé sa main de la tête de Feena, s’était retourné et avait commencé à marcher.

« Mange quand c’est chaud pour qu’on puisse y aller, » déclara Al.

Il le savait. Il savait qu’il était déraisonnable, mais il ne pouvait pas apaiser ses émotions. Il ne pouvait même pas tenir une conversation. Ils avaient déjeuné en silence et étaient partis peu après.

« Al… Es-tu fâché ? » demanda Feena peu après leur départ.

« Non, pas du tout, » il avait répondu sans ménagement.

Une fois de plus, il s’était remis à se détester d’agir ainsi. Ils avaient continué leur voyage comme ça — dans le silence total. Lorsqu’ils avaient atteint l’épaisse forêt qui signalait la limite de la zone neutre, le soleil s’était déjà retiré sous l’horizon.

« Faisons un camp ici pour aujourd’hui, » déclara Al.

Al avait soigneusement vérifié les alentours. Les arbres et les buissons à proximité faisaient des cachettes parfaites, et il y avait une petite rivière qui coulait non loin d’eux. Ils auraient pu aller plus loin s’ils l’avaient vraiment voulu, mais la mise en place d’un camp semblait beaucoup plus raisonnable.

« …, » Feena accepta le murmure d’Al avec un petit signe de tête.

Haah, pourquoi suis-je toujours comme ça ?

Incapable d’avoir la moindre conversation avec Feena, sa jalousie envers Kanon n’avait fait qu’augmenter.

Il savait qu’il était à l’origine de la situation, ce qui l’avait amené à remettre en question sa capacité de roi.

Le dîner n’était pas différent, passé sans dire un mot. Après cela, il envoya Feena s’endormir pour sauver sa dignité, en réfléchissant à ses sentiments sous la lueur du clair de lune.

Un nouveau jour, une nouvelle chance ! Je me remonterai le moral et on pourra déconner comme d’habitude.

Juste au moment où il y pensait…

« Al… »

Feena l’appela soudain. Il était si profondément dans sa pensée qu’il n’avait même pas réalisé que Feena s’était glissée hors de ses draps et qu’elle était juste à côté de lui.

« Rawwr… Je vais te mordre ! »

Feena lui avait sauté dessus sans la moindre tension dans sa voix.

« Hm ? Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Al.

Il avait fait de son mieux pour rester calme pendant que Feena s’enroulait autour de lui avec la couverture dans ses mains.

Mais…

« Attends, qu’est-ce que tu portes sous ces couvertures !? » demanda Al.

Elle est nue !?

Il pouvait sentir une paire de bosses modestes se presser contre son dos juste au moment où cette pensée pénétrait dans son cerveau.

« J’ai lu qu’on devrait se blottir nus pour se réchauffer les nuits froides, » déclara Feena.

« Ouais, si on est coincés sur une montagne enneigée ! Et —, » répliqua Al.

Puis, il avait réalisé quelque chose.

Si cela continue, le Surtension Céleste s’activera !

Son esprit avait été ramené à la réalité alors que les bras blancs comme neige de Feena s’enroulaient autour de sa taille. Et une fois de plus, il s’était rendu compte de la gravité de la situation : Elle n’avait pas sa relique avec elle.

« H-Hey, Feena, ta baguerrrreee ! » s’écria Al.

Quand Al s’était retourné, leurs visages n’étaient qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Il s’était soudain penché en arrière pour éviter tout contact direct.

bam !

Il s’était cogné la nuque.

« Ow ow ow ow ow… »

Alors qu’il était au bord des larmes et qu’il se frottait la tête, une petite personne dans une couverture l’enveloppa.

« Al…, » déclara Feena.

« Bwah ! »

Il avait hurlé. C’était la seule réaction naturelle à une Feena presque complètement nue grimpant sur lui. Le clair de lune brillait sur le dos de Feena, Al ne pouvait voir sa silhouette que s’il plissait ses yeux, même s’il n’était guère en mesure de s’inquiéter de sa déficience visuelle.

« Al…, » murmura Feena.

Le souffle doux de Feena chatouilla la joue d’Al quand elle prit sa main et la pressa rapidement contre sa poitrine.

« C’est un peu… un tout petit peu plus petit que ceux de Sharon ou de Cécilia, mais…, » déclara Feena.

Juste un peu !?

Cette pensée lui avait brièvement traversé l’esprit, mais il savait qu’il ne pouvait pas le dire à voix haute.

« Maintenant, on est quittes, » déclara Feena.

Al avait essayé de comprendre exactement à quoi Feena faisait référence lorsqu’elle s’était penchée de plus près les yeux fermés. Sa chance d’activer la Surtension Céleste était arrivée. Il regarda autour de lui, essayant de trouver sa faux et la baguette de Feena. La faux était à sa portée, mais la baguette était un peu plus loin.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 3

Je pense que je peux l’atteindre si je m’étire davantage…

Au fur et à mesure que le visage de Feena se rapprochait, il essayait de tendre sa main libre.

Juste un peu plus… !

Il s’étira de toutes ses forces, quand…

« Al… Je ne peux pas bouger, » déclara Feena.

Feena s’était lentement effondrée sur la poitrine d’Al. Bien sûr que oui. Feena était sous l’effet du sort de Scellage de Cécilia.

« Elle te cause toujours des ennuis, hein ? » demanda Al.

C’était une situation plutôt dangereuse pour lui. À plus d’un titre.

Je veux dire, je voulais juste activer la Surtension Céleste ! Je ne voulais rien faire de pervers !

Sous la jeune fille sans défense, il commença à expliquer son pouls ascendant à un juge qui n’existait qu’au fond de son esprit.

Je ne peux même pas imaginer ce qui se passerait si on… avait un petit rodéo dans la chambre, et que Dieu nous en préserve, on décidait de se marier.

L’image d’une Diva aux cheveux rouges lui traversa l’esprit.

« Al…, » le murmure de Feena avait ramené Al à la réalité. Seule sa tête était visible sous les couvertures.

« Qu’y a-t-il, Feena ? Peux-tu bouger ? » demanda Al.

Elle hocha la tête.

Non seulement c’était une Diva, mais c’est aussi une princesse. Ce ne serait pas étrange que ce soit sa première fois en camping. Peut-être qu’elle était trop excitée pour s’endormir, et c’est pourquoi…

Al avait réfléchi, mais…

« Sniff, sniff, sniff… »

« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Al.

Il regarda Feena, pour la voir renifler sa couverture, ses mains et ses épaules avant de retourner à sa couverture.

« Euh, Feena ? Est-ce que ça va ? » demanda Al.

Elle avait peut-être eu un peu de fièvre parce qu’elle était à moitié nue.

« Désolée… Je veux prendre l’air, » déclara Feena.

Elle avait remis ses vêtements, s’était glissée hors de la couverture et s’était lentement mise à marcher plus profondément dans les bois.

« Haah… Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » se demanda-t-il.

Al avait envisagé de s’arrêter là, mais…

« La laisser errer dans les bois sans sa baguette risque de mal finir, » il murmura à lui-même en ramassant sa faux et la baguette, avant de la suivre.

« Ah ! »

Il avait trouvé Feena au bord de la rivière. Une rivière tout à fait normale. Cependant, voir une fille se baigner dans cette rivière n’était pas du tout un spectacle normal et quotidien. Ses cheveux bleus mouillés brillaient sous l’éblouissante lueur de la lune comme s’ils étaient remplis d’étoiles, sa peau cristalline reflétait la lumière de la lune comme si elle était elle-même pleine de lumière. Le temps s’était arrêté pour Al. Il était complètement abasourdi.

« Al ? » demanda Feena.

Feena s’était instinctivement couverte. Son comportement inhabituellement embarrassé avait touché les cordes sensibles d’Al.

« Ah… Désolé…, » déclara Al.

Al s’était finalement rendu compte qu’il regardait la fille nue et avait rapidement détourné son regard.

« Tu peux me fixer autant que tu le veux, » déclara Feena.

Boom

Le cœur d’Al n’en pouvait plus.

Non, c’est juste que… ouais ! Je fais ça pour le bien du continent ! On ne peut pas laisser le Roi-Démon se déchaîner !

Poussé par ces pensées, Al commença lentement à marcher vers Feena. Elle l’avait juste regardé fixement.

« Al, est-ce que je ne sens pas bon ? » Elle avait demandé ça d’un seul coup.

« L’odeur ? Non, pourquoi penses-tu ça ? » demanda-t-il, perplexe.

« Dieu merci. Tu te tortillais si fort quand je t’ai tenu dans mes bras, j’ai cru que c’était parce que je puais la sueur. Je voulais me rincer, » déclara Feena, soulagée. Il s’était certainement tortillé, mais c’était seulement pour pouvoir atteindre sa baguette… Néanmoins, il avait apprécié à quel point elle en était consciente. Une seconde plus tard, cependant…

Al avait été agressé par un mal de tête soudain et violent.

Tu l’apprécies vraiment ?

Une voix mystérieuse résonna dans sa tête.

Tous ces soins, ces câlins et ces attentions, et cet attrait, c’est pour faire de toi sa marionnette afin qu’elle puisse sauver un type au hasard, n’est-ce pas ?

La voix était projetée directement dans son cerveau.

Est-ce le Roi-Démon ? Le sceau s’affaiblit !?

Avec un sourire peiné sur son visage, il avait essayé de percer le mystère.

Je dois faire la Surtension Céleste dès que possible !

Il avait immédiatement commencé à agir selon son instinct.

« Hein !? A-Al !? Ah ! » s’écria Feena.

Comme s’il se débarrassait d’une mouche persistante, Al retira ses gants et avait saisi les épaules de Feena.

« Al… Sois plus doux…, » déclara Feena.

Il n’était pas vraiment un expert dans ce genre de choses, alors il était allé un peu trop loin. Elle aurait déjà dû nager avec plaisir comme la Surtension Céleste était présente, mais son visage disait exactement le contraire.

Cependant, il devait continuer.

« Ne t’inquiète pas, on aura fini dans une minute. Tu veux sauver Kanon, n’est-ce pas ? » demanda Al.

Il l’avait dit sans réfléchir.

Attends, est-ce que je la fais chanter maintenant ?

Ses derniers éclats de conscience avaient été des signaux d’alerte, mais Al les avait ignorés.

« Mon mal de tête disparaîtra si on fait la Surtension Céleste. En plus, il sera plus facile de sauver Kanon. C’est ce que tu veux aussi, n’est-ce pas !? » demanda Al.

« Ahhhh… Al, je…, » sa voix tremblante n’était pas parvenue aux oreilles d’Al,

Parce que…

C’est étrange. La Surtension Céleste aurait déjà dû s’activer, mais il ne se passe rien.

Il avait enlevé ses gants, la faux et la relique étaient à leur place, et les joues de Feena commençaient à rougir. Mais ça n’avait rien à voir avec ce qu’il faisait avec Sharon.

Pourquoi !?

La réponse était venue de Feena, sous la forme d’un chuchotement.

« Al… Je t’aime, mais… Ce n’est pas juste. Ce n’est pas ce que je veux, » déclara Feena.

Leurs sentiments n’étaient pas entrelacés.

« Qu’est-ce que tu dis !? Tu veux faire de moi ta marionnette, n’est-ce pas !? Tu veux utiliser mon pouvoir pour sauver Kanon, n’est-ce pas !? C’est la seule raison pour laquelle tu essaierais de t’approcher de moi, le Roi-Démon incarné ! » déclara Al.

Complètement paniqué, il secoua les épaules de Feena, espérant la faire accepter.

« Non… Non, non, non, non, non, non ! Ce n’est pas ça du tout ! » déclara Feena.

Mais elle secoua la tête avec véhémence, niant ses accusations à pleins poumons.

« Al, je… t’aime, » déclara Feena.

L’esprit d’Al ne pouvait pas comprendre ce qui se passait.

« Je suis venue ici pour ça, mais… À un moment donné, tout a changé, et je ne sais pas pourquoi. J’ai lu sur le sujet et j’ai conclu que c’était un coup de foudre, » déclara Feena.

Les larmes commencèrent à couler le long des joues de Feena.

« Je t’aime… J’aime tout chez toi. J’aime quand tu es en colère, j’aime quand tu boudes, j’aime quand tu dors, j’aime quand tu souris. Je t’aime du fond du cœur ! C’est pour ça que j’essayais de me retenir jusqu’à ce qu’on sauve Kanon, mais je ne pouvais pas. J’étais étourdie d’excitation rien qu’en pensant à notre voyage ensemble. À tel point que je n’ai pas dormi de la nuit dernière, » déclara Feena.

Sa réserve habituelle était introuvable.

« Tu as déjà embrassé Sharon. Tu l’as même tripotée. Quand tu es avec moi, tu as toujours l’air si inquiet, si concentré. C’est comme si tu détestais passer du temps avec moi, » déclara Feena.

Il était si surpris qu’il avait oublié son mal de tête. Bien sûr qu’il l’avait fait. Après tout, c’était la première fois qu’une personne extérieure à sa famille exprimait aussi ouvertement son amour pour lui.

Qu’est-ce que je fous ? Je l’ai accusée de m’avoir utilisé, puis je l’ai forcée à…

Vaincu par les regrets, Al était prêt à crier toute sa douleur et à s’enfuir. Mais fuir les dégâts qu’il avait causés n’équivaudrait pas à des excuses. Il s’était creusé la tête, essayant de décider de la meilleure ligne de conduite à adopter. Ses relations interpersonnelles étaient épouvantables, mais il faisait de son mieux.

« Al…, » murmura Feena.

La timide fille aux cheveux bleus se tenait devant lui.

Ce n’est pas le moment de parler !

Il avait jeté sa faux sur le côté et l’avait serrée dans ses bras.

« Al ? » demanda Feena.

Cette petite silhouette, cette voix perplexe, ce doux parfum…

« Je suis désolé, Feena. Tu fais toujours attention à moi, mais je ne faisais attention qu’à moi…, » murmura Al.

Al l’avait serrée plus fort dans ses bras, en faisant bien attention à ne pas toucher son corps directement. Il ne voulait pas pousser la Surtension Céleste encore plus loin. Mais curieusement, même s’il ne la touchait pas directement, Feena devint de plus en plus rouge, jusqu’à ce que tout son corps prenne une teinte rose clair.

« Et ne sois pas jalouse de Kanon. C’est nul ! » déclara Feena.

« Jaloux ? » demanda Al.

« Oui. Tu es comme un gamin, » déclara Feena.

Al avait senti son visage se réchauffer. Il était embarrassé. Il était prêt à s’enfuir à l’improviste, mais il voulait répondre aux sentiments honnêtes de Feena avec les siens.

Pourquoi m’admire-t-elle si je suis si puéril ?

Al ne pouvait pas lire son expression en la serrant dans ses bras.

« Je suis si heureuse, » elle avait chuchoté cela.

« Ehh ? Quoi ? » Il avait crié quand il l’avait entendue. Mais son désir de vraiment comprendre ces mots l’avait mis dans l’embarras. Feena, heureuse de pouvoir respirer à nouveau librement, leva les yeux vers Al.

« J’ai dit que j’étais heureuse. Quelqu’un qui se fiche de moi ne serait pas jaloux, » déclara Feena.

Le doux sourire sur le visage de la fille habituellement stoïque avait fait bondir le cœur d’Al.

« Ah, non… Tu sais… tu es une invitée de l’État… Je dois te garder en sécurité… et tout ça…, » balbutia Al.

Les joues d’Al brûlaient, il avait l’impression que son visage allait prendre feu à tout moment. En entendant les mots en désordre d’Al, Feena avait laissé échapper un rire mignon.

« C’est très bien pour l’instant, » déclara Feena.

Après ça, elle s’était encore collée contre la poitrine d’Al.

« Atchoo ! » Feena avait éternué.

« Ah, désolé ! Vêtements ! Froid ! Malade ! » Parlant en un langage d’homme des cavernes, il était parti chercher des vêtements pour la jeune fille tremblante et ramasser ses gants.

« Hein !? Ça va, Feena !? » demanda Al.

Mais dès qu’il l’avait laissée partir, elle s’était évanouie.

Merde, elle a déjà attrapé un rhume, non ? Ou, attends, est-ce que la Surtension Céleste a fait effet !?

Alors qu’Al s’était précipité vers elle et l’avait ramassée, le corps de Feena avait bondi dans ses bras.

« Je suis désolée… Le sort de Cécilia…, » déclara Feena.

« Ah ! Ahh ! C’est vrai, je l’avais complètement oublié ! » déclara Al.

Quel désastre ! La même chose s’était produite il y a quelques minutes, mais il l’avait complètement oubliée.

« Désolé, je t’ai encore fait mal…, » déclara Al.

Des regrets s’étaient emparés d’Al alors qu’il mettait doucement Feena dans sa chemise.

« Al…, » elle l’avait attrapé avec sa main légèrement froide et douce. « Ce n’est pas grave. Je suis heureuse. »

Même avec son corps complètement engourdi, elle avait réussi à forcer un sourire. Al voulait désespérément l’aider.

« Ah, je sais ! Feena, attends ici un peu ! » déclara Al.

Il s’était levé et avait regardé autour de lui avec enthousiasme.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 4

« C’est là qu’elle est ! » déclara Al.

Il avait ramassé sa faux.

« Je me demande si le Roi Démon me détestera s’il apprend à quoi j’utilise ses pouvoirs, » il chuchota avec un sourire effronté. Sa faux à la main, il s’était dirigé vers la rivière.

« Là-bas ! »

La magie noire avait traversé le sol devant lui.

« Ooh, ça s’est plutôt bien passé ! » déclara Al.

La poussière et les cailloux s’étaient déposés pour révéler un trou assez grand pour accueillir une personne. Quand il l’avait vu, Al avait célébré en silence et avait commencé à creuser avec la poignée de la faux, comme s’il essayait de relier la rivière au trou.

« Je suis sûr que le Roi Démon n’aurait jamais pensé que son artefact chéri serait utilisé pour quelque chose comme ça, » déclara Al.

Al se plaignait à lui-même alors qu’il continuait à pelleter, et peu de temps après, le trou était finalement relié à la rivière. Il hocha la tête joyeusement alors que l’eau commença à remplir le trou.

« Passons maintenant à la touche finale… Je pense que ça devrait aller, » déclara Al.

Il avait encore une fois scruté la zone. Ses yeux avaient finalement vu quelque chose d’intéressant, et il s’était rapidement mis à chanter un sort.

« Al, qu’est-ce que tu fais ? » Feena, qui se remettait lentement du sort de Cécilia, était assise et le regarda fixement.

« Il suffit de regarder ! » dit-il gaiement. « Boule de feu ! »

Al avait jeté un sort sur un petit rocher qui s’enfonçait dans le sol, tandis que Feena le regardait comme s’il était devenu fou. Ne tenant pas compte du regard confus de la jeune fille, il ramassa la pierre chauffée avec la lame de sa faux et la jeta dans le trou rempli d’eau. Elle s’était enfoncée dans l’eau, accompagnée d’un bruit de pétillement audible. Feena n’avait toujours aucune idée de ce qu’il faisait, elle le regardait simplement répéter le processus jusqu’à ce qu’un nuage de vapeur ludique apparaisse au-dessus du trou.

« Ah ! Serait-ce… ? » demanda Feena.

Ayant fini ses préparatifs, Al avait vérifié la température avec sa main.

« C’est ça, une baignoire improvisée ! Suivez-moi, s’il vous plaît, madame, » déclara Al.

Al avait réussi à créer un bain.

« Ce n’est pas des excuses pour ce que j’ai fait, mais au moins, ça te réchauffera, » il l’avait dit fièrement en dépit d’être couvert de boue et légèrement rougi.

« Je n’aurais jamais cru que je prendrais un bain ici…, » déclara Feena.

Un peu perplexe, Feena s’enfonça dans la baignoire. Elle avait d’abord flanché, mais son corps fatigué s’était habitué assez rapidement à la chaleur relaxante.

« Il faut du temps pour que les pierres refroidissent, alors fais attention ! » Al l’avait avertie, faisant face à l’autre côté.

« Où as-tu appris à faire un bain comme ça ? » demanda Feena. C’était une bonne question. Althos était peut-être pauvre, mais grâce aux lignes de mana qui traversaient le sol, ils avaient accès à l’eau chaude. Sans parler du fait qu’Al était un membre de la famille royale. Il n’y avait aucune raison pour quelqu’un comme lui s’adonne à des bains improvisés en plein air ?

« Mon frère m’a appris, » répondit Al.

« Ton frère ? » demanda Feena.

« Ouais. Cependant, je suis sûr que je pourrais faire quelque chose de beaucoup plus impressionnant, » répondit-il.

Feena avait tapoté sa tempe, essayant de frayer un chemin dans sa mémoire. Elle avait commencé à se souvenir de l’histoire du frère jumeau d’Al…

« Je pense que c’était il y a environ dix ans… Ah ! » Elle voulait reprendre ce qu’elle avait dit, mais c’était trop tard.

« Ne t’inquiète pas pour ça. Je mentirais si je disais que je ne suis pas blessé, mais je ne peux pas être triste pour toujours, » déclara Al.

Al agita la main, indiquant qu’il n’était pas fâché. Au lieu de cela, il avait commencé à parler de son défunt frère.

« Mon frère était exceptionnellement doué à la fois en sabre et en magie. Non seulement ça, mais il pouvait tout mettre en pratique après l’avoir appris une seule fois. Il n’était rien de moins qu’un génie, » il décrivit joyeusement son frère. « De retour dans la journée, nous nous glissions au milieu de la nuit et installions un campement proche de la rivière voisine. C’est là qu’il m’a appris à faire un bain, ainsi qu’à faire quelques plats simples. »

Al se souvient que leurs tuteurs les grondaient sévèrement le lendemain matin. Il souriait alors qu’il parlait de son frère.

« Aimais-tu ton frère ? » demanda Feena, même si elle savait que c’était un sujet délicat. Elle voulait simplement en apprendre davantage sur Al, ce qui l’emportait sur la culpabilité qu’elle ressentait en posant la question.

« Oui, tout à fait. Si mon frère était encore en vie, je ne serais peut-être jamais devenu roi et l’Empire ne nous aurait jamais ciblés. On les aurait peut-être écrasés il y a longtemps et on serait devenus la plus grande puissance du continent, » déclara Al.

Mais Al se souvient simplement de son frère tout en dirigeant son regard vers la lune éblouissante.

« Alors peut-être que personne n’aurait découvert que j’étais le réceptacle du Roi-Démon et que j’aurais pu agir de manière tout à fait normale, tous les jours, hein ? » continua Al.

Une paire de bras blancs comme neige s’était soudainement enroulée autour de son cou.

« H-Hey ! Tu viens de te délier… et il fait froid… et…, » commença Al.

« Ce n’est pas grave. Je peux y faire face pour l’instant, » répondit Feena.

Il avait été complètement pris au dépourvu par cette accolade soudaine et chaleureuse.

Feena chuchota à son oreille. « Je suis heureuse que tu sois devenu le roi d’Althos. »

« Tu dis ça parce que tu ne connais pas mon frère. Il —, » répondit Al.

« Je t’aurais quand même préféré, » ajouta Feena.

Al pouvait sentir les petits monticules de Feena pousser contre son dos pendant qu’elle le serrait plus fort dans ses bras.

Puis, pour rendre les choses encore plus dures pour lui, elle lui murmura à l’oreille. « Et ne t’inquiète pas pour la Surtension Céleste. Je suis toujours prête pour ça… »

Elle avait raison, comme si elle pouvait lire dans l’esprit d’Al. Incapable de trouver une bonne réponse, il toucha doucement les bras de Feena.

« Al… »

Il sentait son souffle doux et chaud sur son cou. Peu importe à quel point il était bête et antisocial, il savait ce qui allait suivre.

« Guhehehehe ! Regarde ces gosses qui baisent à découvert ! »

Malheureusement, la chose suivante qu’il avait entendue n’était pas aussi romantique. Parce qu’ils avaient gravement négligé leurs défenses, le petit monde d’Al et Feena avait été perturbé. Les intrus se rapprochaient lentement.

« L’… Empire ? »

Trois soldats de l’Empire, qui patrouillaient probablement dans le secteur, se rapprochaient d’eux. Ils s’étaient séparés, essayant d’encercler Al et Feena avec un sourire troublant. Avant même qu’Al puisse regretter son impudence, Feena s’enfonça rapidement dans l’eau.

« Hé, hé, c’est quoi cette idée de montrer tes seins, bien que ce ne soit pas comme si tu avais des seins mass… »

« Tombe de Glace ! » cria Feena.

Le soldat arrogant, avec son cheval, avait été gelé sur place. Elle avait dû être absolument furieuse par ses commentaires grossiers, car elle avait utilisé l’un des trois sorts les plus puissants à sa disposition. Le soldat était pris au piège dans une tombe froide et éternelle. Sa conscience était intacte, mais il mourrait si lentement.

Je vais devoir faire attention à ce que je dis en étant à côté d’elle. Al se le rappela à lui-même en saisissant sa faux.

« Feena, reste là ! Je m’occupe du reste ! » déclara Al.

Il ne pouvait pas laisser une fille s’occuper de tous ses problèmes.

« Concentre-toi sur l’homme ! Attrape cette mauviette et prenons-le en otage ! »

L’un des soldats avait donné un ordre et avait commencé à galoper vers Al, son partenaire reflétant ses actions. Ils se rapprochaient de lui des deux côtés à peu près à la même vitesse.

« Je dois dire que je suis sur le point de m’offenser, » déclara Al.

Il avait raffermi sa prise sur sa faux avec déception après avoir été traité de faible.

« As-tu la moindre idée du nombre de fois où j’ai survécu aux regards de deux Divas en même temps ? » cria Al.

Criant quelque chose qui ne semblait pas pertinent, il chargea vers le soldat de droite, en évitant leur attaque en tenaille.

« Crois-tu vraiment que tu peux gagner en duel !? »

L’attaquant qui s’approchait s’y attendait et avait dégainé son épée pour frapper.

« Trop lent ! »

Al avait frappé la lame qui arrivait.

Clac !

La lame avait été envoyée dans les fourrés. Profitant de son élan, il s’était retourné et avait fait tomber le soldat de son cheval avec la poignée de sa faux.

« Gahh ! »

Bien que le soldat tomba par terre, son cheval passa comme si de rien n’était.

« Hah ! Vos attaques peuvent aussi bien être au ralenti par rapport aux frappes de Sharon ! » déclara Al.

Al se retourna et regarda droit dans les yeux de l’autre soldat, figé en place par ce qui venait de se passer.

« Alors, tu veux que je te frappe, que je te gèle ou alors, tu te rendes ? C’est à toi de choisir, » déclara Al.

Feena, enfin complètement vêtue et tenant sa baguette, s’approcha lentement d’Al. Le soldat n’avait aucune chance de s’échapper.

« J’abandonne ! Franchement, on s’amusait juste un peu avec cette charmante fille, » déclara le soldat.

Le soldat lâcha son épée et leva les deux bras en l’air.

« Charmante… » Feena savait qu’il cherchait des excuses.

« J’ai… j’ai compris ! Voyager avec une si belle dame serait un rêve devenu réalité, Votre Excellence ! »

Le soldat qui avait subi le coup d’Al s’était levé et s’était joint à la conversation. Al voulait y mettre fin le plus tôt possible, car ils lui tapaient sur les nerfs, mais le sourire enchanté de Feena lui avait fait changer d’avis. Mais c’était une erreur de sa part.

« Tout à fait ! Je donnerais ma vie pour voyager avec une femme aussi belle que vous ! Honnêtement, vous êtes comme une poupée — Aghh ! » Il avait soudain crié.

Que s’est-il passé !?

La situation s’était détériorée au moment où ses pensées s’étaient égarées. Il n’y avait personne d’autre dans les environs qu’eux-mêmes et les soldats, mais Feena, heureuse jusque-là, se tenait juste devant le soldat qui hurlait…

« Qu’est-ce que tu fais, Feena !? » demanda Al.

Après avoir finalement compris ce qui s’était passé, Al avait regardé Feena. Son sourire doux n’était plus, ses yeux bleus glacés se remplissaient d’une flamme enragée.

Je suppose que ce qu’on dit à propos de la flamme bleue qui brûle plus fort est vrai.

Ses yeux appuyaient certainement cette théorie. Sa rage n’était pas une soif de sang aveugle qui engloutissait les cieux, la terre, et tout ce qui se trouvait entre les deux, c’était plutôt une attaque dirigée qui ne laissait rien dans son sillage. Et elle dirigeait cette rage contre les soldats.

« Je ne suis pas une poupée silencieuse ! » déclara Feena.

« Je n’ai jamais dit — Eep ! » s’écria le soldat.

D’innombrables cercles magiques avaient piégé l’homme complètement vaincu. Avec une telle puissance de feu, elle aurait pu effacer un manoir de la surface de la Terre.

« Je peux parler comme tout le monde… J’ai ma propre volonté… Je fais ce que je veux ! » déclara Feena.

« Oui, bien sûr ! Je vous en supplie, épargnez-moi ! »

Feena, grinçant des dents en raison de sa frustration, fixa le soldat qui se recroquevillait.

C’est la première fois que je la vois si émotive.

Al avait été stupéfait pendant un moment, mais…

« Je vais te tuer ! »

Elle donnait l’impression d’être une personne complètement différente. Mais au moins, cela avait fait sortir Al de son choc.

« Feena, arrête ! Il a déjà abandonné ! » déclara Al.

Feena avait tourné la tête vers lui avec une hostilité qui l’avait pris par surprise.

« Al. Il m’a traitée de poupée ! » déclara Feena.

Il l’avait entendu aussi, mais ça n’avait pas du tout l’air d’une insulte.

« Je ne peux pas. Je ne peux pas. Il est fini…, » murmura Feena.

La fille triste et vaincue se retourna vers le soldat.

« Frappez ! » cria Feena.

En un claquement de doigts, tous ses cercles magiques se libérèrent sur l’ennemi. Heureusement, Al tenait sa faux.

« Merde ! S’il te plaît, fais-le ! » déclara-t-il.

Il tendit le bras et déclencha son sort noir, qui submergea les cercles magiques de Feena.

« Pourquoi… ? » demanda Feena.

Enfin, voir Feena réagir avec vivacité avait été un beau changement de rythme, bien qu’il n’ait pas eu le temps de l’admirer face à sa rage bouillonnante. Mais il ne pouvait pas céder non plus. Il enfonça sa faux dans le sol, étendit les bras et s’approcha d’elle.

« Je t’ai déjà dit la raison. Je ne participerai pas à un meurtre, qu’il s’agisse d’un ami ou d’un ennemi. Si tu veux rester avec moi, n’oublie pas ça ! Si tu ne peux pas, nous devrons nous séparer ! »

Al s’inquiétait d’avoir été un peu trop dur, mais c’était trop tard. Feena le dévisageait en se mordant la lèvre inférieure. Il était prêt à se défendre si elle attaquait,

Mais…

« Je-je suis désolée…, » balbutia Feena.

Des larmes géantes commencèrent à couler de ses yeux de chiot alors que sa soif de sang s’évanouissait dans le néant.

Haah… Combien de fois l’ai-je fait pleurer aujourd’hui ?

Al avait raison, mais ça n’avait pas changé le fait qu’il l’avait fait pleurer.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 5

« Désolée. Je ne suis pas fâché, » déclara Al.

Une fois de plus, il caressa doucement la tête de Feena alors qu’elle était collée contre lui.

Une trentaine de minutes plus tard, Al était revenu de son nettoyage pour voir Feena assise, les bras autour de ses genoux. Il avait envisagé de laisser partir les soldats après les avoir débarrassés de leurs biens, mais ils couraient le risque qu’ils reviennent avec des renforts, alors il les avait simplement attachés à un arbre. Ils l’avaient menacé de toutes sortes de choses, lui disant qu’ils n’oublieraient jamais, mais Al avait eu la gentillesse de les attacher le plus haut possible pour que les animaux sauvages ne puissent les atteindre… enfin, probablement.

« T’es-tu calmée ? » Son sang-froid enfin rétabli, Al se dirigea vers Feena et versa du thé qu’il avait chauffé sur le feu.

« Ce n’est pas aussi bon que celui de ma sœur, mais ça devrait t’aider à te détendre un peu, » déclara Al.

Feena avait pris la tasse et était retournée bouder.

« Tu sais, je crois que je suis allé trop loin. S’il te plaît, pardonne-moi, » déclara Al.

Se réconcilier était plus important que d’avoir raison, mais Feena secoua simplement la tête.

« Haah… Je pensais que j’avais enfin dissipé les malentendus, mais…, » déclara Al.

Al avait poussé un profond soupir.

« Ce n’est pas ça…, » déclara Feena.

« Hein ? Qu’est-ce qui n’est pas ça ? » demanda Al.

Al pensait qu’il avait peut-être mal entendu le petit murmure de Feena.

« C’est… JE-JE-JE… Je l’ai encore fait…, » déclara Feena.

« Quoi, quand tu t’es fâchée ? J’étais choqué, mais dans le bon sens du terme. Je ne t’ai jamais vue t’investir dans quoi que ce soit, » déclara Al.

Il essaya de maintenir la conversation, mais cela n’aida pas du tout la morosité de Feena.

« Je ne me souviens de rien de mon enfance, » déclara Feena.

Elle était assise sur le sol. Elle avait regardé Al et avait commencé à parler de son passé. Al l’avait simplement écoutée en silence.

« Apparemment, j’étais une Diva géniale depuis ma naissance. Je pouvais utiliser la magie plus tôt que je ne pourrais marcher. J’étais soi-disant une fille vive, intelligente, aimée et adorée de tous, » continua Feena.

Normalement, tu ne dis pas ça de toi-même ! Et c’est quoi ce « soi-disant » ?

Al inclina la tête en écoutant.

« Mais un jour, quand j’avais six ans, mon pouvoir est devenu fou pendant une expérience. J’ai perdu tous mes souvenirs jusque-là, » déclara Feena.

Peu à peu, elle s’ouvrit tranquillement sur son enfance.

« Après ça, je suis devenue une fille silencieuse, stoïque et adorable, » déclara Feena.

Al trouvait la partie « adorable » superflue, mais il aurait été impoli de la mentionner, alors il l’avait gardée pour lui.

« Tout le monde avait pitié de moi. “Cette pauvre petite fille a perdu ses émotions dans un accident. Elle est comme une poupée maintenant”, disaient-ils. Mais peu importe le nombre de fois où j’ai lu mon journal, je ne me rappelais plus de mes souvenirs et de ma vie jusque-là, » déclara Feena.

Elle se frotta les yeux, faisant de son mieux pour retenir ses larmes.

« J’ai lu beaucoup de livres sur l’amour et la vie conjugale avant de venir à Althos. Je ne voulais pas échouer à nouveau. Je ne voulais pas redevenir une poupée, » déclara Feena.

Je vois. C’est pourquoi… Attends, quel genre de livres lisait-elle ?

Al avait finalement compris pourquoi elle semblait toujours si froide.

« Je pensais que je m’en sortais bien, mais…, » continua Feena.

Il savait que même si elle ne le disait pas, le mot « poupée » déclenchait son raumatisme. Il se demandait comment réagir, mais quelque chose lui traversa l’esprit.

« Attends, Sharon ne t’a-t-elle pas appelé de la même manière une fois ? » demanda Al avec curiosité.

« C’est un gorille rouge enragé et féroce ! Les animaux ne peuvent pas contrôler ce qu’ils disent, » déclara Feena.

« N’est-ce pas un peu grossier !? » demanda Al.

Al avait été un peu décontenancé. Feena ne s’était pas levée, mais l’atmosphère lourde avait disparu.

« Et c’est mon… amie, donc… Je vais la laisser s’en tirer, » elle l’avait dit à voix basse. Il ne pouvait pas voir son expression, mais ses oreilles étaient rouge vif, et cela non à cause du feu qui brûlait à proximité.

« Al…, me laisserais-tu rester à tes côtés ? » demanda Feena d’une voix tremblante. Elle était beaucoup plus timide que d’habitude, mais Al savait qu’il n’y avait qu’une seule réponse.

« Bien sûr que tu peux. Si tu te souviens de ce que j’ai dit, tu peux rester aussi longtemps que tu le veux, » répondit Al.

Elle avait vacillé une seconde avant de pousser un énorme soupir de soulagement et de détente. Le simple fait d’imaginer son expression l’avait fait sourire.

« J’ai peut-être déjà dit quelque chose comme ça, mais…, » commença Al.

Al se frotta le nez avant de continuer.

« Tu peux te créer de nouveaux souvenirs dans Althos, alors, euh… Tu sais, Sharon a l’intention de faire la même chose, alors… Quoi qu’il advienne de ce mariage, tu y es la bienvenue, » déclara Al.

Il n’aurait jamais pu se résoudre à chasser une fille seule et sans défense, sans nulle part où aller, même s’il devait encore travailler jusqu’au bout.

« Mhm… Mhm… »

Comme si elle avait trouvé du réconfort dans les paroles d’Al, Feena acquiesça d’un signe de tête véhément. Une fois les choses entre eux réglées, le côté insolent d’Al avait pris le dessus.

« Bref, ne penses-tu pas que tu es un peu trop dure avec Sharon ? C’est ton amie, tout bien considéré » déclara Al.

Il avait veillé à mettre l’accent sur le mot « amie ». Feena avait tressailli un peu en entendant ça.

« Espèce… d’idiot ! » Elle avait crié sans lever la tête.

Les rayons du soleil matinal brillaient sur la forêt. Al et Feena avaient prévu de partir avant l’aube, mais ils avaient trop dormi après les événements de la nuit précédente. Tous les deux étaient extrêmement épuisés malgré le fait d’avoir passé la nuit sous la protection du champ défensif de Feena, donc faire quoi que ce soit si tôt n’avait même pas traversé leur esprit.

« Hé, dépêche-toi ! Je veux aller à Mistwood avant le déjeuner ! » déclara Al.

« Hehehehe… J’ai couché avec Al ! » répliqua Feena.

Mais même si elle était si pressée, Feena avait crié vers Al sur un ton qui ressemblait à son ton habituel et joyeux. Al était ravi qu’il l’ait réconfortée, mais il aurait été encore plus ravi qu’ils puissent enfin accélérer leur rythme. Il avait poussé un soupir fatigué, mais pour une raison ou une autre, il s’était senti un peu enjoué. Il était parti sur son cheval sans attendre Feena.

« Ah, c’est le jeu où tu fais semblant de t’enfuir, mais ensuite je te rattrape et te serre dans mes bras par derrière comme “Hehe, je t’ai attrapé ~ ?”, » demanda Feena.

Feena se sentait encore plus enjouée…

« En avant tout ! En avant tout, vers Esanthel ! » déclara Al.

Mais Al avait décidé de l’ignorer complètement. Avec un petit coup de pied sur le flanc, le cheval d’Al avait accéléré encore plus.

« Ah ! Pardon ! Attends, je ne peux pas ! Je ne peux pas avancer vite ! » s’écria Feena.

Feena avait aussi fait galoper son cheval. Leur voyage actuel leur avait semblé beaucoup plus agréable que le précédent.

« Très bien, faisons une petite pause. On traversera la rivière après ça, » déclara Al.

Au bout d’un moment, Al avait ralenti, trouvant du plaisir à regarder Feena essayer désespérément de le rattraper. Il était descendu de cheval et s’était préparé pour une petite pause.

« C’est méchant ! »

Feena se plaignait en lâchant la bride. Les deux chevaux s’étaient mis à faire du bruit en approchant de la rivière voisine. De l’autre côté se cachaient Esanthel et le camp de l’Empire. Pour atteindre Esanthel sans entrer dans leur campement, ils devaient passer par le fameux Mistwood. Il n’était pas rare de voir des gens entrer dans la forêt et disparaître dans le brouillard épais et dense. C’était incroyablement proche, mais la partie dans laquelle ils se trouvaient n’avait pas du tout été affectée. La mignonne petite rivière et le chant des oiseaux en faisaient un endroit plutôt agréable.

« Il fait si beau. C’est un peu tôt. Et si on faisait une petite sieste ? » demanda-t-il en mettant les pieds dans l’eau rafraîchissante.

« Oui ! C’est le moment idéal pour montrer mes talents d’épouse ! » Elle chuchota en regardant au loin, mais Al n’y prêta aucune attention.

Rattraper le sommeil était plus important que ce que Feena avait prévu. Il posa sa faux à côté de lui alors qu’il se couchait sur le sol. Son dernier instant de vision fugace fut Feena s’approchant lentement de lui.

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? Repose-toi tant que tu le peux encore, » elle marcha à côté de lui et s’assit gracieusement.

« Tes vêtements vont se salir si tu restes assis là ! » déclara Al.

Peut-être à cause de son hypocrisie, Feena avait décidé d’ignorer complètement ce qu’il avait dit. Elle s’était assise à côté de lui sur ses jambes, laissant ses genoux complètement dégagés pendant qu’elle retirait la poussière qui était tombée sur lui.

Et puis…

« Tiens, Al ! » dit-elle avec enthousiasme, bien qu’avec un soupçon de nervosité.

« Hm ? “Tiens” quoi ? » demanda Al.

Elle tapotait ses genoux comme si elle invitait un chaton à lui sauter dessus.

Est-ce une sorte de rituel étrange ?

Feena en avait eu marre des échecs d’Al à capter des indices pas si subtils, et…

« Al, on fait un acte classique pour les couples ! Je t’offre un oreiller de genoux ! » déclara Feena.

Il y a très, très longtemps, Al avait lu ça dans un livre. À l’époque, il riait de couples qui faisaient quelque chose d’aussi stupide que ça.

« Hein… ? Non, ce n’est pas grave, » déclara Al.

Et il semblait qu’il n’avait pas beaucoup changé. Il avait trouvé ça embarrassant, et franchement, une chose problématique, alors il avait décidé de se retirer du rituel de Feena.

« Uhhhh… Là ! »

« Aghh ! »

Feena avait eu recours à une solution beaucoup plus énergique alors qu’elle avait enfermé la tête d’Al dans ses bras et l’avait tiré sur ses genoux.

« Ow ow ow ow ow! Qu’est-ce que… ? » s’écria Al.

Il la regarda, alors qu’il cherchait désespérément à être sauvé. Son dos se frottait contre le sol et son cou faisait un bruit alarmant.

« Hehe… Incroyable, n’est-ce pas ? » demanda Feena.

Mais il ne pouvait rien dire après avoir vu ce sourire merveilleux.

« Eh bien, n’es-tu pas audacieuse aujourd’hui ? » demanda Al.

Eh bien, peut-être pas seulement aujourd’hui, mais…

Le regard enchanteur de Feena était trop beau pour lui, alors il avait détourné son regard.

« Bien sûr ! Tu l’as dit hier : “S’il te plaît, ne va nulle part ! Ta place est ici, juste à côté de moi !” C’est naturel de me consacrer à toi ! Je suis ta femme, après tout ! » déclara Feena.

« Bizarre, je ne me souviens pas d’avoir dit quelque chose comme ça ! » répliqua Al.

Il aurait aimé s’y opposer, mais il s’était perdu face au vent doux qui lui caressait les joues, avec le murmure calme et relaxant de la petite rivière, le parfum délicieux de ce qui l’entourait.

Je vois… Voilà donc la sagesse que nos prédécesseurs ont accumulée au cours de leur vie.

Il avait finalement accepté pleinement l’histoire de son espèce, mais malheureusement, cette expérience apaisante avait été de courte durée, alors qu’il s’était rappelé des événements d’hier.

« Attends, qu’en est-il de Cécilia ? » Al avait essayé de se lever, mais Feena l’avait repoussé au sol.

« Hm ? Je l’ai déjà dissipé, » déclara Feena.

« Ah, OK… Attends, qu’est-ce que ça veut dire !? » demanda Al.

Feena avait enlevé ses mains de la tête d’un Al surpris.

« Je me suis rendu compte qu’il n’y avait aucune raison d’enfouir mes sentiments et mes désirs, alors j’ai dissipés hier soir le sort, » déclara Feena.

« Je vois… Félicitations ? » Al s’était à nouveau détendu…

« Je te remercie. Maintenant, nous pouvons…, » déclara Feena.

… Et ils étaient entrés dans l’apogée de l’humanité.

« Al… » déclara Feena.

« Hm ? » demanda Al.

Feena se pencha plus près de lui.

Même comme ça, elle est si douce.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 6

Mais il n’avait pas eu le temps d’apprécier cette expérience. Son esprit s’était détendu, tandis que Feena était déjà à quelques centimètres de son visage, les yeux fermés.

« Euh, Feena ? On n’a vraiment pas besoin de se dépêcher avec ce truc de Surtension Céleste, tu sais…, » déclara Al.

Il avait essayé de s’en sortir, mais il savait au fond de lui-même que c’était futile. Son but n’était pas la Surtension Céleste. Sa tête n’était pas retenue et il n’était pas menacé par une épée, mais peut-être son instinct ou le pouvoir du Roi Démon l’empêchait-il de s’échapper. Alors qu’il était allongé là, complètement sans défense, les lèvres de Feena se rapprochèrent encore plus. Mais juste à ce moment-là…

Grrrrrrrr.

Un mystérieux bruit les avait interrompus. Pendant une seconde, Al, complètement abasourdi, regarda Feena avec les yeux grands ouverts, et puis…

« Hyaaaaaaaaah ! »

Il pouvait pratiquement voir des flammes jaillir des joues de Feena alors qu’elle se levait et s’enfuyait, laissant la tête d’Al retomber.

« Aghh ! »

Son oreiller confortable ayant disparu, sa tête avait eu une rencontre malheureuse avec le sol dur.

Il n’avait pas subi quelque chose de grave, mais…

« Je n’ai pas du tout faim, c’est juste que… J’étais si contente que tu sois redevenue toi-même, j’ai oublié de prendre mon petit-déjeuner…, » elle l’avait expliqué en devenant aussi rouge que du charbon de bois en feu.

« Tu me cours toujours après à moitié nue, mais tu es gênée par tes grognements d’estomac !? Est-ce que ça a de sens !? » demanda Al.

Al n’arrivait pas à comprendre son processus de pensée, et bien que la situation semblait plutôt mauvaise, c’était en fait le contraire. S’ils n’avaient pas été interrompus, il aurait dû commencer à planifier comment élever un petit Al.

« Moi aussi, j’ai un peu faim. C’est un peu tôt, mais allons déjeuner, » déclara Al.

Elle était amusante à taquiner, mais c’était devenu effrayant au bout d’un moment, alors Al avait décidé d’arrêter.

« Je vous ai trouvé ! » Soudain, une voix familière se fit entendre dans la forêt.

« Hein !? Kanon ? » cria Feena avec surprise. Le cliquetis familier de l’armure lourde prouvait que c’était lui.

« Roi-Démon, éloignez-vous de Feena ! » cria Kanon.

Il avait foncé vers l’avant en produisant un nuage de poussière et s’était servi de la situation pour charger Al.

« Merde ! » s’écria Al.

« Argh… C’est reparti pour la prochaine fois. » Feena déclara ça comme si elle en avait assez des pitreries de Kanon, et se tourna vers lui.

« Boule de feu, » elle avait jeté son sort sans prévenir.

« Hé, es-tu sûre de ça !? » Al n’avait pas pu cacher son choc.

« C’est très bien. Regarde, » dit Feena avec confiance, ses yeux suivant la boule de feu qu’elle avait lancée à Kanon. Son sort s’était dirigé vers l’Inquisiteur, et…

ping!

Après ce qui semblait être un coup direct, la boule de feu avait rebondi sur son armure comme si de rien n’était.

« L’armure de Kanon est imprégnée de la protection divine de la Valkyrie. Elle peut repousser toute sorte de magie, » déclara Feena.

« C’est quoi cette armure divine !? Et as-tu jeté ce sort juste pour démontrer sa défense !? » demanda Al.

« Non, tu vois… la magie ne peut pas pénétrer sa défense, mais les objets si, » déclara Feena.

Al avait été déconcerté par le regard triomphant de Feena pendant une seconde, avant de se rendre compte du danger imminent qui le guettait littéralement. Il avait rapidement regardé sa cible, mais…

« Euh, Feena… Où est-ce qu’il va ? » demanda Al.

Kanon, qui fonçait droit sur lui, avait soudain changé de direction…

Bonk!

Et il s’était écrasé sur un grand arbre.

« Argh…, » s’écria Kanon.

Kanon avait coupé l’arbre en deux, mais avait perdu connaissance à cause de l’impact.

« Son armure est incroyable, mais son intelligence l’est moins. Je suis sûre qu’il a évité de te regarder par peur de tomber enceinte, » déclara Feena.

« Même si c’est un mec ? » demanda Al.

« Oui. Même si c’est un mec, » répondit Feena.

« Donc ta boule de feu était…, » commença Al.

« Oui. C’était une distraction, » elle acquiesça fièrement. Al n’arrivait pas à croire ce qui s’était passé.

« Feena, dis-moi si je me trompe, mais est-ce que ce type…, » commença Al.

Feena avait probablement compris de quoi Al parlait, en acquiesçant d’un signe de tête préventif.

« Oui. Pour dire les choses gentiment, il est pur. En d’autres termes, il est aussi simple qu’une planche, aussi naïf qu’un enfant, et aussi bête qu’un roc…, » expliqua Feena.

« Attends, n’êtes-vous pas amis ? L’idiot est… Peu importe, ce n’est pas comme si je pouvais le réfuter, » déclara Al.

Il avait renoncé à défendre Kanon.

« Mais il a de bons arguments, » déclara Fiona.

Entendre sa belle et gentille voix, alors qu’elle protégeait son ami bien-aimé, aurait déjà pu brisé Al, mais plus maintenant.

« Très bien ! Mettons-le six pieds sous terre avant qu’il ne se réveille ! » déclara Al.

« Al !? » Feena s’était accrochée à Al après qu’il ait dit ce qu’il pensait à haute voix.

« Non, je plaisante… C’est à moitié une blague… Bref, qu’est-ce qu’on fait ? Je ne pense pas que parler soit une option tant que je suis ici, » déclara Al.

Il avait cependant choisi de mettre cela de côté. Feena avait poussé un profond soupir avant de sortir quelque chose d’entre ses seins.

« Ton décolleté est comme un chapeau de magicien, je ne sais jamais ce que tu vas sortir ensuite ! Alors, qu’est-ce que tu as cette fois ? » demanda Al.

Malgré le commentaire un peu cynique d’Al, elle avait fièrement présenté une…

« C’est une fausse moustache ! » déclara Fiona.

« Je vois ça, mais pourquoi ? » Al demanda ça en étant vraiment curieux.

« J’ai pensé qu’on pourrait en avoir besoin un soir, » répondit Fiona.

« Pour quoi faire !? Non, tu sais quoi, ne réponds pas ! » déclara Al.

Il secoua violemment la tête.

« Alors, quoi, je vais le mettre ? Tu crois que ça va tromper quelqu’un ? » demanda Al.

Kanon n’était peut-être pas l’outil le plus pointu de la remise, mais un déguisement aussi simple ne fonctionnerait certainement pas.

« Maintenant, il va penser que tu es un riche noble, » déclara Al.

La réaction instinctive d’Al avait été « Tu te fous de moi », mais le sourire confiant de Feena avait suffi à lui faire croire en elle.

« Tu es son ami, et il ne peut pas me faire de mal de toute façon, alors…, » déclara Al.

« Ne t’inquiète pas, je suis sûre que ça marchera. Et plus important encore…, » répondit Fiona.

Elle était plus stoïque que jamais, mais Al avait senti une aura taquine s’échapper d’elle. Quoi qu’il en soit, il avait arrêté de se disputer et avait collé la fausse moustache sur ses lèvres.

« Euh… Où suis-je ? » Un peu plus tard, Kanon ouvrit les yeux. « J’étais en patrouille, quand… »

« Tu es réveillé ? » demanda Feena.

Ses pensées avaient été interrompues par une fille aux cheveux bleus qui lui était apparue.

« Hein !? Feena !? » Sa voix avait semblé explosée dans la forêt silencieuse. Après avoir réalisé que c’était sa vieille amie Feena, Kanon s’était levé.

« Feena ? Est-ce vraiment toi ? Regarde, c’est moi ! Kanon ! » déclara Kanon.

Kanon s’était laissé emporter par l’instant et avait serré Feena dans ses bras.

« Je sais… Kanon, ça fait mal… Boule de feu, » déclara Feena.

Ça a dû être douloureux, vu qu’elle avait plissé son front et tiré une boule de feu sur Kanon.

« Feena, je sais que cela va le repousser, mais ne crois-tu pas que ça va encore un peu trop loin ? » demanda Al.

Même Al ne pouvait pas tenir sa langue quand il avait vu ça.

« Ahahaha, je connais ce pouvoir ! C’est vraiment toi ! » déclara Kanon.

Mais malgré le fait qu’on l’ait envoyé rouler sur le sol, Kanon s’était levé avec le sourire.

« Quoi ? C’est le lancement d’une boule de feu que vous sers maintenant de salut !? » s’écria Al.

Sans tenir compte du commentaire d’Al, Kanon s’était précipité à Feena.

« Ah, c’est vrai ! Je suis désolé pour ce qui s’est passé, je pensais que tu étais contrôlée par le — attends, t’es-tu libérée du contrôle du Roi-Démon ? » demanda Kanon.

Il avait saisi à nouveau les épaules de Feena, mais d’une manière beaucoup plus prudente. Si Feena répondait mal, ça déclencherait une guerre totale.

 

Sourire en coin.

 

Elle avait fait un sourire espiègle à Al.

« Oui, c’est moi. Je me suis échappée quand le sort sale et pervers du Seigneur Nympho s’est affaibli, » déclara Feena.

Le Seigneur Nympho…

Al avait regardé Feena droit dans les yeux, mais elle l’avait simplement balayé avec un sourire malicieux.

« Dieu merci ! Je suis si content que tu sois en sécurité ! » déclara Kanon.

Kanon était totalement tombé dans le panneau. Il tapota les épaules de Feena.

Leur mensonge avait été planté comme la seule et unique vérité en lui.

« Alors, qui est notre invité ? J’ai l’impression de l’avoir déjà vu — attends, c’est un mec ! » déclara Kanon.

J’espère qu’il n’a pas vu à travers mon… déguisement pas du tout magistral. Bien qu’il ait seulement dit que j’étais un homme, j’espère qu’on sera en sécurité.

En raison de sa peur, Kanon n’avait pas vu directement le visage d’Al pendant leur bataille, mais le tromper avec une fausse moustache n’était qu’un vœu pieux. Tout en essayant de garder son sérieux, Al avait fait un pas en avant pour se présenter, mais…

Bam !

Kanon l’avait abattu de son poing avant qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit. Comme Kanon était un utilisateur de reliques, sa frappe ne pouvait pas atteindre directement Al, mais…

« Gahh ! »

La force de l’attaque lui avait fait manger la terre.

« Hé ! Je me fiche que vous soyez l’inquisiteur d’Esanthel ou quoi que ce soit, comment osez-vous m’attaquer de nulle part !? » s’écria Al.

Tandis qu’Al saisissait enfin ce qui venait de se passer, il réprimandait Kanon d’une manière qui ne convenait pas à un membre de la royauté.

« Ahhhh, comme c’est grossier ! Et plus important encore, c’est un mec ! Feena, qu’est-ce que tu fais avec un autre homme !? » demanda Kanon.

Quelle catastrophe pour les deux parties ! Kanon avait analysé la situation et avait décidé qu’il n’y avait pas besoin de formalités vis-à-vis d’Al.

« Kanon, il est…, » commença Feena.

Feena avait essayé de mettre un terme à la situation explosive avant que quelqu’un, très probablement Al, ne soit gravement blessé.

« Feena, tu savais qu’il m’agresserait depuis le début !? » demanda Al.

« Oui, cependant… Je ne pensais pas que ça irait si mal…, » déclara Feena.

« Ne t’avise pas de parler à Feena, espèce d’animal sale et pervers ! Je sais ! Tu as dû lui faire quelque chose en échange de l’aider à s’échapper, espèce de péon ! » s’écria Kanon.

Kanon avait instantanément mis fin à leurs bavardages.

« Je veux dire, je suis offensé d’être traité d’animal pervers, mais pourquoi suis-je un péon maintenant !? » demanda Al.

Enragé, Al avait quand même trouvé le temps de répliquer à Kanon. Peut-être, que sa résistance accrut à la violence verbale était dû à une certaine fille aux cheveux roux, mais de toute façon, il n’était pas satisfait de la situation.

« Hehehehe, je peux le dire d’un coup d’œil ! Regarde Feena, sa beauté à l’état pur et ses vêtements magnifiques prouvent sa richesse ! Tu as du culot de l’approcher comme une simple roturière ! Ma preuve ? Regarde cette faux sur ton dos ! Sinon, pourquoi transporterais-tu un outil utilisé par les paysans ? » demanda Kanon.

« … »

Kanon prit l’absence de réplique d’Al comme un aveu de son statut, et les coins de sa bouche se recourbèrent en un sourire triomphant.

Mais en réalité, l’absurdité de la déduction de Kanon avait laissé Al sans voix. Il avait les talents de détective d’un chien.

« Pffft… La faux du Roi Démon n’est rien de plus qu’un outil de paysan… Pffft ! » murmura Feena.

Feena était à la limite du rire, hors de la vue de Kanon. Al avait décidé qu’il lui parlerait sérieusement dès qu’il en aurait l’occasion.

« Quoi qu’il en soit, je dois apprécier tes efforts pour prendre soin d’elle malgré le fait d’être un animal. Je veux entendre ton nom, » déclara Al.

Sans aucune connaissance de la lutte intérieure d’Al, le maître détective lui avait demandé son nom avec arrogance. Aussi contrarié qu’il ait pu l’être, il parla encore à l’inquisiteur d’Esanthel. Il fallait qu’il soit plus grand et qu’il laisse filer.

« Je suis Alfonz, mais mes amis m’appellent Al. Enchanté de vous rencontrer, Coureur de Jupons d’Esanthel, » répliqua Al.

Aux yeux d’Al, sa réponse avait été impeccable. Mais seulement aux yeux d’Al.

« Hahahaha, tu ne te retiens pas, n’est-ce pas ? Et si on enterrait la hache de guerre pour l’instant ? » dit Kanon, mais c’était plus comme s’il voulait fendre la tête d’Al avec cette hache métaphorique que toute autre chose. Al pouvait pratiquement voir le sourire effronté de Kanon derrière son casque d’acier.

« Ce n’est pas le moment de se battre ! » déclara Kanon

« Comment veux-tu que je me lie d’amitié avec ce type, Feena !? » demanda Al.

« Tu as du culot de l’appeler “Feena” ! » déclara Kanon.

Personne ne pouvait blâmer Al de vouloir se défendre, mais il commençait à se lasser de son regard furieux,

Alors…

« C’est bon, on en a fini ici ! Allons-y, Feena ! » déclara Al.

Alors qu’Al tournait le dos à Kanon avec Feena derrière lui…

« Ah, attendez ! » Kanon les a appelés. Juste à ce moment-là…

Wham!

“Gahhhh !”

Pour la deuxième fois, Kanon avait frappé Al.

« Hahahaha, désolé. J’ai toujours l’impression que Feena est en danger quand elle est avec un autre homme…, » déclara Kanon.

« Qu’est-ce que ça veut dire !? Tu es la seule menace ici ! » cria Al.

« Wôw, tu peux encaisser un coup de poing ! » déclara Kanon.

Al avait été tempéré par une certaine rousse, alors il s’était vite remis sur pied et s’était défoulé.

« Tu sais, je suis toujours curieux de savoir pourquoi tu m’as frappé ! » s’écria Al.

Kanon était hors de sa portée, alors un autre regard furieux s’était mis à le fixer.

« Hahahaha, ne t’inquiète pas pour ça. Je m’occupe de Feena, tu peux retourner aux champs ou ailleurs, » déclara Kanon.

Kanon se tourna vers Feena, faisant comme si Al n’était même pas là.

« Tu as finalement réussi à échapper à ce pervers de Roi-Démon ! Maintenant, rejoins-moi ! Ce pauvre Roi-Démon ne sera pas à la hauteur de nous deux, il sera scellé en un rien de temps ! On pourrait même le vaincre pour de bon ! » déclara Kanon.

Kanon se vantait d’avoir devancé Al, mais en toute honnêteté, il avait déjà donné non pas un, mais deux coups de poing.

« Heh. Tu crois vraiment que le roi d’Althos est un boulet ? » demanda Al.

Il devait évacuer sa frustration.

« Le roi d’Althos…, » chuchota Kanon.

Tout comme Kanon chuchota que d’un ton calme et menaçant, son attitude changea instantanément. Ce n’était pas une simple colère ou soif de sang, mais quelque chose de beaucoup plus sinistre. Al sentit la même énergie émane de lui sur le champ de bataille.

« Le roi d’Althos est mon ennemi juré. J’ai promis à mes camarades tombés au champ d’honneur de lui couper la tête et de la monter devant leur tombe, » déclara Kanon.

Son ton était également différent, comme si quelque chose l’avait possédé.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 7

Je sais qu’il déteste les hommes, mais je ne pensais pas que ce serait à ce point.

Al avait jeté un regard inquiet sur Feena.

Je ne l’ai jamais vu comme ça.

Feena fit signe en secouant la tête.

« Je suis même allé jusqu’à jurer allégeance à notre plus grand ennemi, l’Empire, » déclara Kanon.

Son aura sinistre s’était dissipée, ne laissant sur son visage qu’une expression de douleur grave. Mais il avait admis avoir travaillé avec l’Empire. Avant, il y avait une petite chance que Kanon ait écouté Al s’il s’était expliqué, mais c’était passé par la fenêtre.

« Je vois. Alors, continue à faire ce que tu as à faire, » déclara Feena.

« Feena, quoi !? » s’exclama Al.

Feena avait interrompu les pensées d’Al.

Qu’est-ce qu’elle dit !?

Il avait rapidement essayé d’empêcher Feena de renforcer la détermination de Kanon, mais…

« Mais s’il te plaît, attends avant d’attaquer Althos, » déclara Feena.

Il semblait qu’il n’y avait aucun besoin.

« Pourquoi devrais-je faire ça ? » demanda Kanon, curieux de connaître la demande de son amie.

« Je ne peux pas te le dire maintenant, mais c’est important. Je t’en supplie, attends un peu, » déclara Feena.

« Hmmm, donc tu veux que je retarde l’attaque, mais tu ne peux pas dire pourquoi. C’est une demande plutôt douteuse, même pour une amie, » répondit Kanon.

« Kanon…, » déclara Feena.

Ce n’était plus une conversation amicale entre deux amis, il y avait des étincelles entre eux.

« Inquisiteur Kanon ! » « Nous les avons trouvés ! »

Plusieurs guerriers à cheval piétinèrent l’atmosphère tendue.

« On dirait que mon entourage est arrivé, » déclara Kanon.

L’expression de Kanon s’était éclaircie lorsqu’il salua ses camarades.

« Ooh, Inquisiteur ! C’est bon de vous voir en sécurité ! »

Les guerriers descendirent de leurs chevaux, soulagés. Pour confirmer son bien-être, ils se précipitèrent jusqu’à Kanon comme si leur lourde armure était faite de papier.

« Inquisiteur, vous devez me dire si vous partez en patrouille ! »

« Ahh, désolé, Toshisaka. Je ne voulais pas vous déranger davantage, » répondit Kanon.

« Vous avez tout faux, Inquisiteur ! Il y aura des ennuis si vous disparaissiez ! » déclara Toshisaka.

« Exactement ! Il a cherché comme un chien enragé alors qu’il n’arrivait pas à vous trouver ! »

« Ferme-la, Gengai ! Tu parles alors que tu n’arrivais même pas à monter sur la selle ! » s’écria Toshisaka.

Les guerriers avaient laissé échapper un rire chaleureux.

« D’accord, désolé. C’était de ma faute ! » déclara Kanon joyeusement.

Comment sont-ils en si bons termes alors que ses troupes sont toutes des hommes !?

Alors qu’Al réfléchissait à l’incohérence du caractère de Kanon…

« Ce sont mes troupes, donc c’est bon ! » déclara Kanon.

Kanon avait résolu son conflit intérieur.

« Inquisiteur, qui sont-ils ? » L’un des guerriers regarda Al et demanda ça à Kanon.

« C’est vrai. C’est la Diva de Subdera, Feena, cependant… Je suis sûr que vous le saviez tous. L’homme à côté d’elle est un nouvel homme riche et égoïste, » déclara Kanon.

L’introduction d’Al, à la surprise de personne, avait été incroyablement grossière.

« Je suis Feena de Subdera. C’est un plaisir de tous vous rencontrer, » déclara Feena.

L’accueil de Feena présenté dans les manuels scolaires était un contraste frappant avec celui d’Al, qui grognait à ses côtés.

C’est dans ces moments-là qu’elle me rappelle qu’elle est de la royauté, peu importe à quel point elle est misérable.

« Al, on en reparlera plus tard, » elle avait jeté un regard aiguisé sur Al en chuchotant ça. On se demandait si les Divas avaient des pouvoirs spéciaux de lecture de l’esprit. « Ton visage en dit plus que ta bouche. »

Mais le secret résidait dans le fait qu’il n’avait pas de visage de poker.

« Ummm, je suis Alfonz. Je suis un fugitif, nouvellement riche et égoïste d’Althos, » déclara Al.

Il ne voulait pas se battre avec une meute de guerriers compétents, alors il avait répété les mots de Kanon.

« Alfonz, vous dites ? » Toshisaka se caressa le menton en fixant Al.

« Il y a un problème, Toshisaka ? Ah, attends, j’ai compris ! Aussi beau que vous soyez, vous vous intéressez beaucoup plus aux hommes qu’aux femmes ! Mais laissez-moi vous prévenir, c’est un bâtard rusé ! Prenez quelqu’un d’autre ! » Kanon avait une fois de plus utilisé sa maîtrise de la déduction.

« Qu’est-ce que vous dites, Inquisiteur !? Je ne suis pas vraiment…, » Toshisaka avait désespérément essayé de nier ces allégations, mais…

« Hahahaha, alors je devrais aussi surveiller mes arrières, hein ? » déclara Kanon.

« S’il vous plaît ! Arrêtez de faire l’imbécile, Inquisiteur ! » déclara Toshisaka.

Toshisaka devenait rouge. Al se demanda si ce genre de relation faisait partie de la culture d’Esanthel, car les autres soldats souriaient simplement comme s’ils étaient habitués à ce genre de plaisanterie.

« Inquisiteur, ordonnez à Toshisaka de caresser —, » commença l’un d’eux.

Frappe

Le guerrier qui faisait l’idiot avait rencontré la lame de Toshisaka avant même qu’il ne puisse cligner des yeux.

« Kanemitsu, je ne pensais pas que tu tomberais si bas…, » déclara Kanon.

« Je plaisantais, c’est tout…, » avec une goutte de sueur froide sur la joue, Kanemitsu leva les mains.

« Je vois que j’avais tort. Désolé, mon raisonnement est généralement au point, » dit Kanon, un peu déçu. Sa confiance en ses capacités déductives était clairement déplacée, à en juger par sa performance. Al avait décidé de se taire à ce sujet.

« Mais Toshisaka, je veux être le premier à savoir si vous tombez amoureux ! » déclara Kanon.

Toshisaka s’était calmé quand il avait vu le sourire éclatant de Kanon, et les soldats environnants avaient tous poussé des soupirs fatigués. En les regardant, Al avait l’impression que, pour une fois, la déduction de Kanon était vraie.

Il savait que certaines personnes préféreraient le même sexe, et il n’avait aucun problème avec ça… tant qu’il n’était pas impliqué. Pendant que Kanon était perdu dans ses pensées, les guerriers avaient fini leur petit bavardage. Kanon sauta sur le cheval de secours que son peuple lui apporta.

« Feena. Je ne sais pas ce qui se passe, mais comme tu es une amie en qui j’ai confiance, je vais attendre deux jours. J’espère que tu viendras me voir et que tu t’expliqueras en attendant, » dit-il avec un sourire solitaire.

« Ce n’est pas grand-chose, mais j’espère que ça facilitera votre voyage, » déclara Toshisaka.

Toshisaka avait donné à Al une pochette de la taille d’un poing. C’était plutôt lourd, alors Al s’était dit que c’était pour les frais de voyage.

Mais pourquoi m’a-t-il donné ça ?

Quelque chose n’allait pas. Si c’était pour les frais de voyage, il aurait été plus logique de le donner à une Diva qu’à un paysan inconnu.

Pensent-ils que je suis le majordome de Feena ?

Al regarda Toshisaka pendant qu’il réfléchissait à la situation.

« Alors, à la prochaine fois, » déclara Toshisaka.

Il les fixa pendant quelques secondes avant de se retourner.

« Je prie pour ta sécurité, Feena. Toi, péon ! Rappelle-toi que si tu oses toucher l’adorable fille, peu importe où tu iras, je te trouverai et je te découperai ! » déclara Kanon.

Al pouvait presque voir les yeux de Kanon briller sous son casque. Après avoir salué Feena une dernière fois, Kanon se retourna gracieusement et partit. Il avait l’air d’un roi bien élevé.

Oui. Il en avait l’air.

« Qu’est-ce qui se passe avec cette fausse Diva ? » Al s’était murmuré cela à lui-même en rage en voyant partir Kanon.

Quelques heures après le départ de Kanon, Al et Feena étaient entrés à Mistwood. Brusch les avait informés que le brouillard se dissiperait juste avant l’heure du déjeuner, mais comme ils avaient perdu du temps en raison de l’apparition inattendue de Kanon, alors ils perdirent leur chance. Le fait d’entrer quand même dans la forêt était une énorme erreur. Ils savaient que le brouillard serait mauvais, mais pas au point où il en était. Incapables de voir plus de quelques centimètres devant eux, ils étaient complètement perdus. Al ne pouvait même pas voir le visage de Feena malgré le fait qu’elle marchait juste à côté de lui. Ils avaient pensé qu’il serait dangereux d’avancer à cheval, alors ils avaient lentement tiré leurs chevaux derrière eux tout en se rapprochant de leur destination. Du moins, c’était leur plan.

« Merde, je ne pensais pas que ce serait si grave, » déclara Al.

« Moi non plus…, » répondit Feena.

La réponse de Feena était exceptionnellement réservée. Elle avait peut-être été secouée après leur rencontre fortuite avec Kanon.

« Euh… Es-tu sûre que c’était une bonne idée de rester avec moi ? Tu aurais peut-être pu convaincre Kanon si tu étais partie avec lui, » Al avait demandé à Feena.

C’était sans aucun soupçon de la jalousie qui le rongeait l’esprit la veille. Il s’inquiétait vraiment pour elle.

« Non, pas encore, » mais elle avait rejeté sa proposition.

« Comment ça, “pas encore” ? » demanda Feena.

Feena était extrêmement confiante dans sa réponse, alors Al voulait connaître les fondements de sa réponse.

« Je pense que Kanon est sous le contrôle d’un sort, » déclara Feena.

« Un sort ? Je n’ai senti aucune trace de ma — Ah ! Ce sentiment effrayant ! » déclara Al.

Il regarda de son côté pour vérifier l’expression de Feena, mais il ne pouvait rien voir.

« Oui. Je sentais une légère distorsion d’énergie magique quand il s’est fâché sur toi, » déclara Feena.

« Une distorsion, hein… ? Peux-tu y faire quelque chose ? » demanda Al.

On aurait dit qu’elle secouait la tête.

« Pas avec mon pouvoir actuel. Mais tout le monde à Esanthel l’adore, ils sont incroyablement proches. Peut-être que leurs voix peuvent le lui faire comprendre, » déclara Feena.

« Et…, » Feena était de plus en plus excitée. « Et je ne laisserai personne interrompre notre lune de miel avant le mariage, que ce soit un ami ou un ennemi ! »

« On n’est pas vraiment en lune de miel, n’est-ce pas !? » s’écria Al.

On aurait dit que leur conversation avait vraiment aidé Al à accepter ses sentiments. Même en disant ça, il ne se sentait pas mal du tout.

« J’aimerais voir ton visage…, » déclara Feena.

C’est pour ça qu’elle est déprimée ? Ce serait un bon changement de rythme si elle était sérieuse pour une fois !

Il pensait ça, mais il avait fait un grand sourire. Juste au moment où les choses commençaient à s’améliorer…

« Qui est là !? Répondez-moi ! » demanda Al.

Ils entendirent un bruissement venant des fourrés à proximité. Al prit immédiatement sa faux, et il semblait que Feena avait aussi préparé sa baguette.

« Feena, restons ensemble. On ne veut pas se frapper par accident ! » déclara Al.

« Compris ! » déclara Feena.

Il sentit Feena glisser vers lui.

« Ah ! Pas si près ! » déclara Al.

Il avait fait un pas en arrière.

C’est mauvais, ça. Si on s’approche trop, la Surtension Céleste pourrait s’activer !

Il avait voulu le faire au début du voyage, mais il avait changé d’avis après ce qui s’était passé la veille. Il pensait que le faire avec désinvolture ou par la force ne serait pas juste. C’est pour ça qu’il avait dit à Feena de rester un peu en arrière, mais…

« Méchant ! Tu ne m’aimes pas ? » demanda Feena.

Elle avait complètement mal interprété la situation.

« Quoi ? Personne n’a dit ça ! » répliqua Al.

« Alors, puis-je rester à tes côtés ? » demanda Feena.

« Non, je veux dire, la Surtension —, » commença Al.

« Tu me détestes après tout…, » déclara Feena.

Feena ne comprendrait pas ses sentiments.

Je devrais peut-être la serrer dans mes bras et laisser la Surtension Céleste se faire.

Ça lui avait traversé l’esprit, mais…

« Euh… Désolé d’interrompre votre petite liaison, mais… »

« Quelle liaison !? » s’écria Al.

Attends… Je connais cette voix.

« Êtes-vous le guerrier de l’Inquisiteur Kanon… Toshisaka ? » demanda Al.

« Oui, je le suis. Je sais que c’est dur à voir, mais suivez-moi, » déclara Toshisaka.

Sans aucune explication, les buissons avaient recommencé à bruisser, signalant le départ de Toshisaka.

« Que devrions-nous faire ? » demanda Feena, complètement perplexe. C’était une situation alarmante, ils ne savaient pas si l’identité d’Al avait été découverte, mais ils étaient dans un endroit dangereux et avaient désespérément besoin d’un guide.

« D’accord, suivons-le. Ne baisse pas ta garde, » déclara Al.

« Compris, » répondit Feena.

C’est ainsi qu’ils avaient commencé à suivre l’autre personne.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Al.

Ni Al ni Feena ne pouvaient croire ce qui se passait. Ce n’était que quelques minutes après qu’ils aient commencé à suivre Toshisaka, mais le brouillard épais avait complètement disparu. Ils marchaient à travers une forêt dense sous un ciel bleu et clair, accompagnés par le chant des oiseaux.

« Ah, j’avais complètement oublié ! Nous sommes sur un chemin secret, connu des seuls habitants d’Esanthel ! » déclara Feena

« Ne pouvais-tu pas t’en souvenir plus tôt ? » demanda Al.

« Incroyable, Lady Lesfina. Je ne pensais pas que vous vous en souviendriez, » Toshisaka répondit avec un sourire joyeux, même si ses joues étaient anormalement pulpeuses.

Comme s’il avait reçu un coup de poing au visage… « Alors, pouvez-vous nous dire pourquoi vous avez laissé votre inquisiteur pour revenir et nous aider ? »

Al voulait le remercier du fond du cœur, mais d’abord, il devait savoir pourquoi il était revenu les chercher. C’était dangereux, mais plus vite il en a appris la raison, mieux c’était.

« Il se trouve que j’avais un petit quelque chose à faire dans le coin, Votre Majesté, » déclara Toshisaka.

« Et qu’est-ce qu’il y a de si petit ? Attendez, “Votre Majesté” !? » demanda Al.

Cette expression cruciale avait été prononcée si naturellement qu’elle avait failli passer à côté d’Al.

« C-Comment connaissez-vous l’identité d’Al ? » demanda Feena.

« Feena ! » s’écria Al.

Il était déjà trop tard.

« Hahahaha, j’ai eu l’intuition que c’était le cas, » déclara Toshisaka.

En raison de l’erreur de Feena, il avait réussi à confirmer qu’Alfonz, le péon nouvellement riche, était, en fait, le roi d’Althos, Alnoa.

« Feena…, » déclara Al.

C’était si soudain qu’Al ne pouvait pas vraiment lui en vouloir.

« Ah… Désolée…, » déclara Feena.

« Non, non, non, vous n’avez pas dérapé ou quoi que ce soit. J’ai déjà rencontré Sa Majesté, » déclara Toshisaka.

Toshisaka avait essayé de remonter le moral de Feena.

« On s’est déjà rencontrés ? Quand ? Où ça ? » demanda Al.

Les choses avaient changé. Feena le dévisagea intensément, mais Al ne se souvenait pas du tout de leur rencontre, alors il secoua tout simplement la tête.

« J’étais présent à votre intronisation en tant que représentant d’Esanthel, » déclara Toshisaka.

Al avait certainement eu une cérémonie d’intronisation, mais il était beaucoup trop nerveux et confus à l’époque pour se souvenir des invités.

« Je suis désolé, mais j’étais juste…, » Al avait commencé à inventer une excuse, mais…

« Al, je te ferai une potion spéciale qui t’aidera à te souvenir une fois à la maison ! » Feena croisa les bras et fit la moue.

« Je ne vous voyais pas très bien dans ce brouillard épais. Ce qui vous a trahi, c’est l’agitation de Lady Lesfina, » déclara Toshisaka.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 8

La situation s’était de nouveau inversée.

« Peut-être que tu as besoin d’une potion pour améliorer ton jeu d’actrice ! Attendez, alors de quel côté êtes-vous !? » demanda Al.

« Hein ? Je suis bien sûr le fidèle subordonné de l’Inquisiteur Kanon, » répondit Toshisaka, l’air un peu abasourdi. Al réalisa que la plupart des troupes Esanthel qu’il avait rencontrées étaient plutôt difficiles à comprendre. On ne pouvait jamais être sûr de ce qu’ils pensaient.

« Et qu’allez-vous faire de cette information ? Allez-vous courir le lui dire ? Ou voulez-vous…, » commença Al.

Al avait saisi sa faux. Il se préparait à une rude bataille. La façon dont Toshisaka tirait son épée pendant qu’ils s’amusaient et sa façon habile avec des mots qui faisaient allusion à lui était une grande menace. Ou peut-être que Feena et lui avaient été trop facilement impressionnés. Toshisaka ouvrit la bouche pour répondre au roi nerveux.

« Oh, au fait. Même si Votre Majesté portait un badge, Kanon aurait probablement accepté votre histoire. Vous avez vu son raisonnement négatif de première main, » déclara Toshisaka.

« Cela pourrait très bien être le cas, » déclara Al.

Feena accepta, et Al poussa un profond soupir. Il commençait à être un peu désolé pour l’Inquisiteur. Ses meilleurs amis et ses subordonnés le considéraient comme un imbécile.

« Cependant, l’Inquisiteur est aussi pur que la neige la plus blanche, » dit Toshisaka avec un doux sourire.

« Vraiment ? On dit que l’amour est aveugle, » déclara Feena.

« Vous avez besoin qu’on vous examine la tête si vous pensez que “pur” est une bonne description de lui, » déclara Al.

« S’il vous plaît, pourquoi supposeriez-vous cela ? Je ne suis rien de plus que l’aide de camp de l’Inquisiteur, » déclara Toshisaka.

Les joues de Toshisaka étaient devenues rouge vif dès qu’il avait entendu leurs commentaires. Il était probablement plus pur que n’importe qui d’autre.

« Alors, qu’est-ce qui vous a poussé à quitter votre cher Inquisiteur pour venir ici ? » demanda Al.

Al avait essayé de remettre sur les rails la conversation qui avait déraillé.

« Je ne suis pas du tout amoureux de lui, mais je suis venu ici pour parler de Kanon, » déclara Toshisaka.

Au moment où la discussion reprit son cours, son expression douce devint beaucoup plus sinistre.

« Lady Lesfina, qu’avez-vous pensé de Kanon aujourd’hui ? » demanda Toshisaka.

Leurs yeux s’étaient rencontrés. Il semblait que tout le monde ressentait la même chose, même si Toshisaka était probablement encore plus conscient des singeries étranges de Kanon, parce qu’il passait ses journées près de lui.

« Oh. Eh bien…, » commença Feena.

Ils avaient échangé des informations, mais comme Al ne savait pas grand-chose, tout ce qu’il pouvait dire à Toshisaka était son plan pour sauver les citoyens d’Esanthel.

« L’Empire travaille donc dans les coulisses… Kanon agit bizarrement depuis sa rencontre avec eux…, » Toshisaka fixa Al en répétant ce qu’il avait appris.

« Quoi… Quoi !? Attendez, est-ce que vous aimez vraiment… ? » s’écria Feena.

« Je savais que tu étais ainsi ! » s’écria Al.

« Non, je ne le suis pas ! Pourquoi sautez-vous instantanément à la même conclusion !? » s’écria Toshisaka.

« Hé, je rembourse juste ce que j’ai reçu de votre amant, » déclara Al.

« Nous sommes mariés. Être sur la même longueur d’onde est tout à fait naturel, » répondit Feena.

« Alors pourquoi n’êtes-vous pas du tout synchronisé avec ça !? Honnêtement, c’est un peu dérangeant ! » déclara Toshisaka.

Al avait trouvé Toshisaka plutôt sensible après leur brève interaction.

« Je me demandais simplement pourquoi Votre Majesté me le rappelle tant ! » déclara Toshisaka.

Toshisaka poussa un profond soupir. Il semblait plutôt fatigué, peut-être qu’on lui mettait beaucoup de pression.

« Pourriez-vous arrêter avec votre regard mitigé ? » demanda Toshisaka.

Il n’avait même pas l’énergie d’apprécier la gentillesse d’Al.

« Quoi qu’il en soit, nos objectifs sont les mêmes. J’aimerais vous demander à tous les deux, d’aider à sauver les citoyens d’Esanthel, » déclara Toshisaka.

Sur ce, leur discussion avait finalement repris son cours, même si une seule question restait sans réponse.

« Avez-vous obtenu la permission de Kanon ? » demanda Al.

Les ordres de l’Inquisiteur étaient absolus pour ses guerriers, mais à première vue, Toshisaka agissait seul. Il avait pris une grande respiration.

« J’ai pris quelques jours de congé…, » il avait chuchoté. Prendre un peu de temps libre ne peut que signifier…

« Avez-vous… quitté l’armée ? » demanda Al.

C’était la seule explication plausible. On aurait dit que ses joues gonflées étaient dues à une gifle.

« Ma loyauté envers l’Inquisiteur est inébranlable ! Je suis fier d’être un guerrier d’Esanthel ! Mais… mais… Je veux que l’ancien inquisiteur revienne dès que possible, » déclara-t-il.

Il s’était alors giflé les joues.

« Notre dernière réunion a confirmé que c’était le meilleur moment pour agir, » continua-t-il.

Chacun pouvait voir la détermination dans ses yeux.

« Alors, puis-je demander à me joindre à la quête pour sauver notre peuple ? » demanda Toshisaka.

Toshisaka avait fait un pas en avant. Al sauta instinctivement en arrière à cause de la détermination qui émanait de lui, mais Toshisaka s’avança encore plus.

« Je suis un guerrier d’Esanthel. Je ne peux pas laisser une partie non apparentée, que ce soit un bon ami de l’Inquisiteur ou quelqu’un d’autre, sauver notre peuple sans mon aide ! » déclara Toshisaka.

« Eh bien, vous nous avez sortis de cette forêt…, » commença Al.

Submergé par sa volonté, Al acquiesça d’un signe de tête.

« Je suis contre, » Feena avait sauté entre les deux.

« Je pense qu’on devrait le faire. Il pourrait nous mener directement à Esanthel, » déclara Al.

Mais Feena n’arrêtait pas de secouer la tête.

« Nous sommes en lune de miel avant le mariage…, » répliqua Feena.

« C’est pour ça !? » s’écria Al.

Al se couvrait le visage de sa main, mais il savait que Feena était têtue comme une mule quand il s’agissait d’une telle chose.

« Umm… Je ne vous dérangerai pas du tout… Ah ! J’ai entendu dire que votre amour ne devient plus fort que lorsque vous surmontez un obstacle, donc… puis-je me joindre à vous ? » demanda Toshisaka.

Feena croisa les bras et réfléchit profondément. « Cela pourrait alimenter notre amour ! »

Ses pensées les plus intimes étaient, malheureusement, audibles pour tous ceux qui se trouvaient à proximité.

« Je suppose que vous pouvez vous joindre à nous, mais faites de votre mieux comme carburant ! » Elle l’avait dit comme une déesse miséricordieuse qui donnait un coup de main.

« Merde, je ne pensais pas qu’ils seraient aussi rapides, » déclara Al.

Ils avaient suivi Toshisaka à travers Mistwood sous le couvert de la nuit. À l’aube, ils étaient arrivés à l’orée des bois dangereux surplombant la ville côtière de Sanda, à l’ouest de la capitale Esanthel. Malheureusement, ils n’avaient pas eu le temps de pleurer à la vue déchirante des champs dévastés et brûlés.

« Je croyais qu’ils partaient ce soir…, » chuchota Feena, confirmant les soupçons d’Al. Malgré les informations dont ils disposaient, les citoyens d’Esanthel avaient déjà été poussés sur les navires visibles au loin.

« Que devrions-nous faire ? Les docks n’auront pas assez de couvertures pour une attaque-surprise, » déclara Al.

Al avait répondu à sa propre question. Leur opération n’était pas risquée uniquement à cause du manque de couverture, les abominations pouvaient facilement rôder derrière les décombres.

« Al, dois-je utiliser la magie de l’illusion pour nous déguiser ? » demanda Feena.

Il avait réfléchi à la proposition de Feena.

Nous sommes encore loin du port, donc un seul sort ne suffira pas à couvrir nos traces. Que devrions-nous faire ?

Peu de temps après, il avait trouvé une solution.

« J’agirai comme un leurre. Vous deux, prenez le contrôle du vaisseau pendant l’agitation, » déclara Al.

Al était prêt à aller réaliser sa stratégie, mais…

« Non. Si quelque chose tourne mal, je devrais prendre le blâme, » déclara Toshisaka.

Toshisaka prit Al par le bras et lui fit un sourire chaleureux.

« Toshisaka…, » déclara Al.

« Ne me dites pas que c’est dangereux, j’en suis conscient. Le danger est la nature de notre mission. Mais même si c’est en ruines, c’est toujours ma ville natale. Je suis probablement plus doué pour me cacher que Votre Majesté, » déclara Toshisaka.

Il ne pouvait pas s’y opposer.

« Al, il faut qu’on bouge, » déclara Feena.

Feena était d’accord avec le plan de Toshisaka et commença à se préparer à partir.

« Haah, ok, mais faites attention ! Kanon aura ma tête si je vous laisse avoir une seule égratignure ! » déclara Al en plaisantant, mais Toshisaka baissa les yeux.

« Ça n’arrivera pas. On ne peut pas redevenir guerrier après avoir quitté son poste, » déclara-t-il avec un sourire amer. À cet instant, Al avait eu l’idée de l’aider.

« Alors, venez vivre avec nous ! Nous ne sommes pas vraiment riches, donc vous pourriez avoir une baisse de salaire importante, mais je peux vous garantir un endroit où rester et de la nourriture chaude sur votre table tous les jours ! Feena y vit aussi, donc une fois que nous aurons résolu cette situation, je suis sûr que Kanon viendra de temps en temps, » déclara Al.

Al avait partagé son plan. Ils n’avaient passé qu’une journée ensemble, mais Al le considérait déjà comme un ami.

« Ne le prenez pas mal, mais Votre Majesté est un vrai rêveur, » déclara Toshisaka.

Toshisaka se sentait un peu gêné.

« Vous pouvez m’appeler Al. Pensez à ma proposition quand on aura fini, d’accord ? » demanda Al.

Une fois leur planification terminée, ils avaient commencé à se préparer à agir.

« Je vais créer une distraction de l’autre côté du port, » annonça Toshisaka.

Toshisaka avait terminé ses préparatifs et était parti faire son devoir.

« Ah, Toshisaka. Je déteste vous demander ça, mais si vous rencontrez des abominations…, » commença Al.

« Je sais, je sais. Je vais simplement courir comme un leurre pour attirer leur attention. Je ne tuerai personne, » répondit Toshisaka.

Après avoir deviné correctement la demande d’Al, il leur avait fait un au revoir.

« Bonne chance, Votre Majesté, » déclara-t-il avant de partir.

« Je prie pour votre succès, » Al lui avait fait un signe de la main et lui avait rendu ses bons vœux.

« Rahh ! Venez vers moi si vous voulez vous faire tabasser ! » cria Toshisaka.

Toshisaka avait provoqué l’ennemi de l’autre côté du port. Il avait fait un leurre réussi, comme il s’y attendait. Son cri attira l’attention de l’ennemi alors qu’il coupait les jambes des abominations qui arrivaient, les immobilisant complètement. Il avait utilisé leurs corps comme obstacles et boucliers, repoussant avec succès les attaques venant de toutes les directions. Pendant tout ce temps, Al remerciait toutes les divinités qu’il connaissait qu’il n’avait pas à aller à la guerre contre des guerriers aussi talentueux.

« Je devrai le convaincre quand cette mission sera terminée, » Al se murmura ça à lui-même, se cachant derrière les ruines d’un mur même si le sort de Feena masquait leur apparence.

« Al, on parlera de tes désirs homoérotiques plus tard. Concentre-toi sur la tâche à accomplir, » déclara froidement Feena.

Feena avait totalement mal compris le sens du sourire d’Al. Mais elle avait néanmoins raison. Ils devaient se concentrer sur leur mission.

« On y est presque. Ça va, Feena ? » demanda Al.

Elle hocha la tête en silence. Grâce à la diversion de Toshisaka, ils avaient réussi à s’approcher du navire sans éveiller les soupçons. Il aurait dû gagner assez de temps pour qu’ils appliquent à nouveau le sort et se faufilent à bord.

« D’accord, on passera à la suivante, » déclara Al.

« Ahhhhh ! » Il avait été interrompu par un cri aigu.

« Gwrahhhhhhhhhhhh ! »

Al tourna la tête vers le cri troublant, pour voir une abomination sous la forme d’un loup debout sur deux pattes, prêt-à-porter un coup final à Toshisaka.

« Tch, on était si proches ! » déclara-t-il à contrecœur, mais il n’y avait pas eu de retard dans ses mouvements.

« Toshisaka, baissez-vous ! » cria Al en pointant son bras vers l’abomination.

« Sortez, pouvoir du Roi-Démon ! » Il avait crié, même si ses paroles n’avaient aucun sens. Cela n’était ni des chants ni des malédictions.

Quoi qu’il en soit, des flammes noires jaillirent de la paume de la main d’Al, propulsant l’abomination hors de son chemin.

« Hé ! D’autres intrus là-bas ! »

Avec cela, l’illusion de Feena avait été dissipée. Les soldats de l’Empire se précipitent sur le pont et forment une ligne défensive. Après que Toshisaka eut repéré Al, il commença à se précipiter vers lui tout en repoussant d’innombrables attaques des abominations environnantes.

« Bon sang, Al… mais je ne peux pas t’en vouloir. J’aurais demandé le divorce si tu ne l’avais pas aidé ! » dit Feena en évoquant une boule de feu.

« Mes plus sincères excuses, Votre Majesté. J’ai échoué dans ma mission, » déclara Toshisaka.

« Il faut qu’on passe au travers ! Allons-y ! » déclara Al.

Leur plan avait échoué, mais ils n’avaient pas eu le temps de se plaindre. Tous les trois commencèrent à se frayer un chemin jusqu’au navire, mais…

« Gwrahhhhhhhhhhhh ! »

Des dizaines d’abominations étaient apparues devant eux.

« Dégagez le passage ! » Al avait balancé sa faux sur les abominations.

« Boule de feu. Orbe glacé. Frappe d’Éclairs. » Les sorts de Feena avaient fait disparaître quelques abominations.

« Attention ! Attention ! Ils ne sont pas la seule menace ici ! » déclara Toshisaka.

Toshisaka avait bloqué plusieurs coups mortels, mais leur attaque conjointe n’avait pas été très importante devant les innombrables abominations formant un mur entre le navire et eux.

« Al, le vaisseau s’en va ! » cria Feena.

Avant même que Feena ne fasse son commentaire, Al pouvait voir l’énorme navire qui tentait à la hâte de prendre la mer.

« Feena ! Vise la voile ! » ordonna Al.

Leur navire était un voilier générique. Sans la voile, elle ne pouvait aller nulle part.

« Je vais essayer… Non, je vais le faire ! » déclara Feena.

« Toshisaka, couvrez Feena ! » ordonna Al.

« Compris ! » déclara Toshisaka.

Al et Toshisaka avaient repoussé les attaques visant le dos de Feena.

« Boule de feu ! » Feena avait lancé une boule de feu. Sa cible : la voile.

fwoosh !

La voile avait pris feu en un instant. Grâce à cela, ils avaient gagné un peu de temps. Du moins, ils auraient dû, mais leurs espoirs avaient été rapidement anéantis. Le navire ne montrait aucun signe de ralentissement. Soudain, des dizaines de rames apparurent de chaque côté du navire.

« C’était une galère depuis le début !? » cria Al, frustré.

Mais…

« Feena, tu t’occupes du côté droit ! Je m’occupe de la gauche ! » déclara Al.

« Compris ! » répondit Feena.

Al n’avait montré aucun signe d’abandon. Ils avaient chacun préparé des sorts pour détruire les rames, mais…

« Gwahhh ! »

Une abomination de type singe géant s’était jetée devant la boule de feu de Feena. Malgré les flammes qui rongeaient sa chair, elle avait tenu bon, bloquant la ligne de vue de Feena.

« Merde ! Laisse-moi m’en occuper ! » cria Al.

Le sort sombre d’Al avait frappé l’abomination et l’avait fait disparaître. Mais ensuite…

« Tch, ils n’ont pas de fin ! » s’écria Toshisaka.

Le katana de Toshisaka s’était coincé dans l’épaule d’une abomination.

« Urahhhhh ! »

Mais l’abomination n’avait même pas bronché, au contraire, elle avait balancé ses bras en forme de tronc d’arbre directement sur lui.

« Uhhh… Gahhhh ! »

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 3 partie 9

Toshisaka avait réussi à bloquer l’attaque, mais il n’avait pas réussi à bloquer tout l’impact. Il avait été renvoyé jusqu’à Feena. Les abominations avaient pris le dessus. Elles avaient commencé à inonder l’espace laissé par Toshisaka. Feena pouvait voir le bateau, mais elle ne pouvait toujours pas le viser.

« Al, à côté de moi ! » déclara Feena.

Tenant Toshisaka par la nuque, Feena avait commencé à concentrer son mana. Puis, au moment où Al s’était rapproché d’elle…

« Valse cramoisie : Éclat Rondo ! »

Normalement, il s’agissait d’un simple sort qui avait causé une petite explosion autour du lanceur de sorts. Il était largement utilisé pour créer un rideau de poussière. Cependant, en raison de l’affinité magique de Feena, le sort avait arraché des rochers du sol, les faisant pleuvoir sur les abominations.

« Ce n’est pas fini. Bam ! » cria Feena.

Elle l’avait dit d’une manière taquine, mais la portée de son sort s’était élargie au moment où ces mots avaient quitté sa bouche. C’était le chaos total. Al avait aperçu une abomination malchanceuse, frappée directement dans la mâchoire par un rocher. Plusieurs autres avaient été emportés par le sol. Leur nombre avait diminué d’une seconde à l’autre.

« Incroyable ! Est-ce le pouvoir de la Diva de Subdera ? » demanda Toshisaka.

« Ce n’est pas le moment de s’émerveiller ! Couvrez Feena, je m’occupe du… vaisseau…, » déclara Al.

Alors que le nuage de poussière se dissipait, Al s’était rendu compte que le navire s’était déjà éloigné de quelques centaines de mètres des docks.

« Nous n’avons pas réussi…, » dit Feena, choquée.

« PutaIn…, » chuchota Toshisaka en s’effondrant à genoux. Mais Al n’avait pas abandonné.

« Non, je n’accepterai pas ça ! Il doit y avoir un moyen ! S’il vous plaît, je dois trouver quelque chose ! » cria Al.

Al avait serré le poing au point que ses articulations avaient craqué. Sa persévérance était une épée à double tranchant. Certains pensaient que c’était cool, mais d’autres pensaient qu’il était tout simplement mauvais perdant.

« J’ai trouvé ! » déclara Al.

Al se tourna avec enthousiasme vers Feena. Son changement d’humeur soudain lui avait donné l’impression qu’un rocher l’avait frappé à la tête.

« Feena ! Peux-tu faire un mur de glace — non, un pont de glace comme la dernière fois ? Un qui se connecte au vaisseau ! » demanda Al.

« Hein ? Un pont de glace, vous dites ? » demanda Toshisaka.

« Compris ! » déclara Feena.

L’abasourdi Toshisaka avait été complètement ignoré pendant que Feena préparait sa baguette.

« Mur de Glace ! » Elle avait chanté le sort. Soudain, un long chemin de glace avait commencé à s’étendre à la surface de l’eau.

Bam !

C’était un coup direct sur le vaisseau. Le pont de glace reliant la terre ferme au navire s’était enfin terminé, arrêtant le vaisseau dans son mouvement.

« Merci, Feena ! Couvre-moi, s’il te plaît ! » cria Al alors qu’il commençait à se précipiter vers le navire.

« Il est seul ! Tirez les arcs ! »

« Détruisez la glace ! Vite ! »

Les marins complètement abasourdis avaient finalement commencé leur contre-attaque. Les archers se préparèrent à attaquer et les rames commencent à détruire la glace sous le navire. Pendant ce temps, Al courait vers le vaisseau à toute vitesse.

« Avance, vent ! » déclara Feena.

Feena soutenait Al tandis que Toshisaka protégeait Feena. Une forte rafale s’éleva, éparpillant les flèches visant Al, bien qu’il sentit aussi l’effet du sort et parvint à peine à s’empêcher de glisser dans l’eau. Après avoir retrouvé son équilibre, il avait continué à se précipiter vers le navire, mais…

Bam ! Crépitement, Crépitement !

Des bruits soudains d’explosions interrompirent le déroulement de la bataille. La glace qui emprisonnait le navire avait été emportée par le vent.

« Merde, ils avaient de la poudre à canon !? J’étais si près du but ! » déclara Al.

Alors qu’il tentait de reprendre pied, secoué par l’explosion, il fixa du regard le navire qui s’éloignait de plus en plus.

« Je devrais peut-être demander un autre pont à Feena. Mais ça connaîtrait probablement le même sort, » déclara Al.

À court d’idées, de faux espoirs tels que des ailes germèrent dans son esprit, jusqu’à ce que…

« Feena ! Frappe-moi avec une boule de feu ! » Al se tourna vers Feena et cria.

« Quoi !? » s’écria Feena.

Feena le regarda avec des yeux plus froids qu’une nuit d’hiver tranquille. Apparemment, elle n’était pas très excitée d’avoir un petit ami masochiste.

« Non, pas comme ça ! Je veux que tu me propulses jusqu’au vaisseau ! » expliqua Al.

Après avoir entendu son explication précipitée, Feena décida de suivre le plan.

« Boule de feu ! » cria Feena.

Baamm !

Un instant plus tard, la boule de feu avait frappé la glace juste sous les pieds d’Al et il avait été envoyé dans les airs.

« Hyaaaaaaaaah ! »

Il s’était dirigé vers le navire dans une belle parabole, et comme il s’agissait d’une Diva, il fallait s’attendre à ce que son tir soit impeccable.

« Gahhhh ! »

Une douleur aiguë avait traversé le corps d’Al, mais il n’avait pas eu le temps de panser ses plaies. Il s’était rapidement relevé, prêt à agir. Les soldats avaient été pris au dépourvu, comme en témoigne leur réaction tardive face à la chute littérale de l’homme du ciel.

« Raaaaaah ! »

Al avait commencé son attaque contre les soldats abasourdis. Les corps s’étaient effondrés sur le pont l’un après l’autre après avoir reçu des coups de la poignée ou touché accidentellement la lame de l’arme.

« C’est comme la faux de la Mort elle-même, piégeant les âmes de tous ceux avec qui elle entre en contact. »

En plein conflit, la bouche d’Al s’était transformée en un sourire cynique, sans que l’on sache qui était vraiment le méchant.

« Boule de feu ! Frappe de Foudre ! »

Pendant qu’ils se concentraient sur Al, Feena avait réussi à recréer le pont et elle se rapprochait à toute vitesse.

« Aaaaaaah ! »

Toshisaka avait également rattrapé le groupe. Il poussait les soldats hors du pont, les uns après les autres.

« Rendez-vous, chiens de l’Empire ! Vous n’avez aucune chance ! » cria Al.

À en juger par leur pouvoir écrasant, Al était certain de leur victoire.

« L’Empire ne connaît aucune défaite ! »

Cependant, l’Empire ne partageait pas son point de vue. Al s’était retourné, prêt à finir l’épreuve fatigante une fois pour toutes, mais…

Il était arrivé trop tard.

« Commandant Gwain ! Qu’est-ce que vous êtes — !? »

Le soldat impérial appelé Gwain s’approcha d’une pile de canons avec une torche à la main.

« Ça doit être de la poudre à canon, » chuchota Toshisaka.

« Je vais tout faire sauter ! » cria Gwain.

Al avait levé la main pour arrêter Feena avant qu’elle ne fasse quoi que ce soit d’irréfléchi.

« Vous feriez sauter tous les prisonniers et la moitié du vaisseau ! » déclara Al.

Ils ne pouvaient pas se permettre de prendre des risques et d’agir imprudemment alors que l’ennemi avait tant de force destructrice entre les mains.

« Votre Majesté, pouvons-nous le distraire une seconde ? » demanda Toshisaka.

Toshisaka avait glissé sa main dans ses poches. Il avait probablement quelque chose en tête.

« D’accord, mais on fait les choses à ma façon, » déclara Al.

Al jeta un coup d’œil rapide à Toshisaka, qui signala son accord d’un léger signe de tête.

Voyons s’il mérite d’être recruté.

Al avait pris du recul par rapport à Toshisaka, attirant instantanément l’attention de tous.

« Hé, toi ! Qu’est-ce que tu crois que tu fais !? » déclara Al.

Il avait fait un pas en arrière.

« Tu trahirais tes camarades juste pour protéger ton honneur !? » continua Al.

« Tais-toi ! Tu crois tout savoir !? Si j’échoue à cette simple mission, non seulement je serai dépouillé de mon rang, mais je tomberai directement en esclavage ! Qui sait ce qui arrivera après ça, ils pourraient me transformer en une abomination grossière avec leur cristal tout-puissant ! Je préférerais que ce bateau et tout ce qui s’y trouve dorment avec les poissons ! » répliqua Gwain.

Al avait prévu de s’enquérir des abominations en détail, mais d’abord…

« Il y a un autre moyen. Déserte l’Empire ! » déclara Al.

« Désert… l’Empire ? » demanda Gwain.

N’importe qui pouvait voir dans les yeux du commandant qu’il était vraiment perdu. Saisissant l’occasion, Al avait fait un pas en avant.

« Exactement. Tu peux t’installer à Althos à la place ! Nous sommes peut-être pauvres, mais il n’y a pas de peine capitale pour une mission ratée. En tant que roi, je peux te le garantir ! » déclara Al.

Les yeux du commandant brillaient quand Al lui tendit les bras. Enfin, Al avait pu se détendre. Mais ce moment de bonheur s’était évanoui en un instant.

« Pfwahahahahaha ! Tu penses que l’Empire n’écraserait pas ton pays faiblard !? Je préfère mourir ici que de rencontrer le destin d’un traître ! » déclara Gwain.

Malheureusement, l’étincelle précédente n’était pas une étincelle d’espoir, mais de folie.

« Hyahh ! Meurs ! » Le commandant fou avait lâché sa torche sur la poudre à canon.

« Baissez-vous ! » Alors qu’Al grinçait des dents en essayant de couvrir Feena de l’explosion…

« Hé maintenant, Monsieur. Nous aimerions beaucoup en savoir plus sur ce cristal avant que vous ne partiez en fumée, » demanda Toshisaka.

Aussi vite que le vent, Toshisaka s’était faufilé vers le commandant ennemi et avait attrapé la torche avant qu’elle ne puisse se poser sur les barils.

« Espèce de salaud ! » cria le soldat.

La lame de Toshisaka appuya doucement contre la gorge du commandant qui se tortillait. Toshisaka avait parfaitement évalué la situation et trouvé le plan le plus approprié.

« Je me fiche de ce qu’il faut, je le veux dans mon pays », déclara Al.

Toshisaka avait souri à l’Al qui souriait joyeusement,

Mais…

« Arghhhhhh ! Tuez-moi ! Je mourrai de toute façon, alors prenez ma vie ici et maintenant ! » cria Gwain.

Le commandant luttait violemment pour tenter de s’ouvrir la gorge avec la lame de Toshisaka.

« Ne le tuez pas ! » ordonna Al.

Entendant cela, Toshisaka baissa son katana.

« Hyahh ! »

Au moment où Gwain s’était libéré, il avait attrapé le bras de Toshisaka qui tenait la torche.

« Crève, enfoirée ! » cria Gwain.

Il avait poussé la torche vers les barils.

« Votre Majesté ! Lady Lesfina ! Baissez-vous ! » cria Toshisaka.

Al était immédiatement intervenu pour protéger Feena.

Boom !

C’était une explosion étrangement silencieuse pour de la poudre à canon. Une fois l’onde de choc passée, Al leva les yeux…

« T-Toshisaka ? » s’écria Al.

Toshisaka était allongé là, ses vêtements en lambeaux. Les soldats environnants avaient été emportés par le vent, mais pour une raison quelconque, il était resté à proximité du centre de l’explosion, bien qu’il n’ait pas eu le temps d’étudier comment cela s’était produit. Il s’était relevé malgré ses blessures,

Mais ses jambes n’avaient pas pu le supporter longtemps.

« Toshisaka ! » cria Al.

Al s’était précipité à Toshisaka et l’avait tenu dans ses bras, mais ses blessures étaient extrêmement graves.

« Toshisaka ! Tenez bon ! » déclara Al.

« Gbwahhh ! »

Au lieu d’une réponse, il n’avait laissé sortir qu’une énorme quantité de sang de sa bouche. Il saignait abondamment de l’estomac également, malgré tous ses efforts pour appliquer une pression sur sa blessure.

« Hé ! Y a-t-il un docteur ici !? Aidez… Aidez Toshisaka ! » demanda Al.

Al s’était maudit de sa décision de laisser Cécilia derrière lui.

« La magie est… interdite pour… nous…, » déclara Toshisaka.

Toshisaka tourna la tête vers Al. Sa réponse plus ou moins insignifiante était probablement due à sa perte de conscience.

« Nous ne pouvons… utiliser la magie qu’une seule fois… dans nos vies pour sauver l’Inquisiteur… Votre invitation à Althos… signifiait beaucoup pour moi… Je serais heureux de votre — Gahhhh ! » déclara Toshisaka.

« Je sais, mais… ne parlez pas maintenant ! » déclara Al.

Al le tenait encore plus fort dans ses bras.

« Ahh, Votre Majesté… Mes plus sincères excuses, mais… c’est la fin… pour moi… S’il vous plaît… dites à l’Inquisiteur Kanon…, » continua Toshisaka.

Alors que ses bras tombaient sur le côté, le sang avait commencé à jaillir de la plaie ouverte de son abdomen.

Al avait désespérément essayé d’appliquer une nouvelle pression pour arrêter le saignement, mais…

« Merde, pourquoi ça ne s’arrête pas !? Hé, Roi-Démon ! Arrête de me protéger et aide quelqu’un d’autre de temps en temps, salaud ! » Pendant qu’Al maudissait le Roi-Démon, Toshisaka avait dégainé le poignard équipé à sa ceinture.

« C’est… un héritage que j’ai reçu du père de l’Inquisiteur… S’il vous plaît, ramenez-le…, » déclara Toshisaka.

« Ne vous foutez pas de moi ! Qui serait heureux de recevoir un souvenir d’un camarade mort ? Donnez-le-lui vous-même ! Alors, s’il vous plaît… Ouvrez les yeux, Toshisaka ! » cria Al.

« Donnez le… Inquisiteur… mes salutations… Ils sont…, » balbutia Toshisaka.

« Toshisaka ! » cria Al.

Le poignard était tombé d’une main sans force.

« Désolé… J’aurais dû…, » balbutia Al.

C’était les ordres d’Al qui avaient causé cette situation.

« Al…, » Feena avait pris le poignard et elle le donna à l’Al en deuil. « Al. Toshisaka a donné sa vie pour protéger son maître actuel. Le moins que tu puisses faire, c’est… d’exécuter sa volonté. »

Elle l’avait dit alors que de grosses larmes coulaient le long de ses joues.

Comment peut-on la traiter de poupée sans émotion ? 

En la regardant, Al ferma les yeux et…

« Toshisaka, je suis désolé que vous ayez dû servir un si mauvais leader. Ne vous inquiétez pas, je vais réaliser votre souhait. Je vous le promets, » déclara Al.

Al coucha doucement le corps sans vie de Toshisaka et prit la dague de Feena.

« Je donnerai ceci à votre vrai maître, » déclara Al.

Al avait promis une dernière fois avant de se lever.

« Nous retournerons à Althos quand nous aurons libéré les prisonniers et enterré Toshisaka. Je vais mettre un terme à cette guerre insignifiante. Veux-tu bien rester à mes côtés un peu plus longtemps ? » demanda Al.

Il avait regardé Feena droit dans les yeux.

« Oui. Tu es le maître de Toshisaka et mon mari, donc c’est mon devoir d’exécuter chacune de tes demandes ! » répondit Feena.

Al remercia Feena et leva les yeux vers le ciel.

S’il ne l’avait pas fait, un fleuve de larmes lui aurait échappé…

L’armée d’Esanthel était stationnée à quelques kilomètres de la frontière d’Althos… aux côtés des soldats de l’Empire.

« Combien de temps allons-nous rester ici sans rien faire, Inquisiteur !? Nous sommes ici pour aider à l’assaut d’Althos, pas pour traîner au camp toute la journée ! »

Le capitaine des forces de l’Empire, Bouda, pris d’assaut la tente, servant de quartier général temporaire.

« Nous avons notre propre façon de gérer les choses. J’apprécie beaucoup votre aide, mais ça ne fait pas de vous notre patron. On fera ce qu’on voudra. »

Le Kanon en armure n’avait pas dit un mot. Au lieu de cela, son fidèle assistant, Kanemitsu, avait répondu à la question de Bouda. Bouda était peut-être le commandant de l’Armée Impériale, mais il était lui-même un noble sans aucune expérience de la guerre. Il ne pourrait jamais se mesurer à un vétéran endurci comme Kanon.

« Demain ! Demain est votre dernière chance ! Si vous ne lancez pas l’assaut, nous nous retirerons de ce combat, compris !? » déclara Bouda.

« … »

Après avoir lancé un dernier regard furieux sur Kanon, Bouda s’était rapidement dirigé vers la sortie.

« Tch, cette foutue Diva ! » Il l’avait dit alors que personne ne pouvait l’entendre et se retira de la tente, laissant Kanon seul avec ses gardes. Cependant, cette fois, Toshisaka n’était pas dans leurs rangs.

« Inquisiteur, si je peux… Je suis bien conscient de votre promesse avec la Diva de Subdera, mais je vous conseille d’agir rapidement, » déclara Kanemitsu.

Comme si sa posture autoritaire n’était qu’une farce, Kanemitsu essaya de persuader son seigneur de repenser à la situation d’une voix douce.

« … »

Kanemitsu avait reçu les regards des autres soldats. Pendant ce temps, après quelques instants de réflexion, Kanon se leva, signifié par le cliquetis de son armure.

« Nous mènerons notre assaut demain. Ce combat marquera la fin d’Alnoa, le Roi-Démon. Tout le monde, assurez-vous d’être prêt à affronter le mal ultime ! » déclara Kanon.

« Oui ! » « Oui ! » « Oui ! »

Après avoir entendu les réponses de ses gardes, Kanon avait quitté la tente.

« Je suis désolé, Feena…, » déclara Kanon.

Il leva les yeux vers le ciel doré qui s’étendait sur toutes les terres et s’excusa auprès de sa chère amie.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *