Divas de la Bataille – Tome 2 Chapitre 4

« Ennemi en vue ! Préparez les pétards ! Feu ! »

Le siège d’Althos commença le lendemain matin. Jamka avait intercepté l’assaut initial sur une terre agricole autrefois prospère qui avait été réduite en ruines.

« Utilisez vos boucliers pour arrêter la cavalerie ! Utilisez les pétards comme écran de fumée de couverture ! Ruu, au rapport sur le mouvement de l’Empire ! »

Jamka se dépêcha de donner des ordres à l’armée à partir du quartier général. Malheureusement, les trois mille soldats sous son commandement étaient loin d’être suffisants pour utiliser une grande stratégie militaire. Ses formations manquaient inévitablement, et leurs rangs avaient failli s’effondrer en divers points.

« Aucun mouvement pour l’instant, Monsieur. Ou plutôt, c’est comme s’ils n’étaient même pas là, » déclara le vice-chef de l’agence de renseignement, Ruu, d’une voix monotone. Avec Brusch en route pour escorter Al, Ruu était maintenant l’aide de Jamka.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » murmura Cécilia à côté de Jamka.

« L’Empire devrait se joindre à l’assaut s’il s’agit d’une attaque générale, non ? Quoi qu’il en soit, je suppose que je ne peux pas encore devenir folle, » déclara Sharon.

Et à côté de Cécilia, Sharon mangeait des bonbons au sommet de son cheval, comme si elle n’avait aucun souci. Elle croyait probablement qu’elle n’avait rien à faire jusqu’à l’arrivée de Kanon, alors elle était paresseuse comme un chat un dimanche après-midi.

« Concentrez-vous sur les défenses ! Ruu, gardez les yeux ouverts sur toute activité suspecte ! » ordonna Jamka.

Choisissant d’ignorer la Diva paresseuse, Jamka s’inclina devant Cécilia avant de donner ses ordres sur le champ de bataille.

« Pourquoi leur ligne de défense n’a-t-elle pas été détruite ? Vous vous prétendez être l’armée la plus forte de tous les pays !? Pathétique ! Abattez-les ! » cria Kanon avec fureur dans son armure alors qu’il s’appuyait sur son cheval.

« Avec tout le respect que je vous dois, l’ennemi semble avoir un tacticien assez compétent. Sans parler de l’absence totale d’assistance de notre allié… Si seulement nous avions Toshisaka, il traverserait les lignes ennemies… Oups, mes excuses. Ce n’était qu’un lapsus, » déclara Kanemitsu.

Sentant le regard aiguisé de Kanon le transpercer, Kanemitsu s’était rapidement calmé.

« Merde ! Bon sang ! Comment cette canaille ose-t-elle nous abandonner juste avant cette bataille… ? » Kanon avait regardé en direction du champ de bataille et avait maudit la situation en un petit murmure.

Le départ de Toshisaka avait été un coup dur pour lui. Immédiatement après leur rencontre avec Feena, Toshisaka avait exprimé ses doutes sur l’Empire pour la millionième fois et avait conseillé d’envoyer un messager à Althos. Mais, bien sûr, la position de Kanon était la même qu’avant.

« J’ai pris une décision. Si ça ne te plaît pas, pars d’ici ! » avait déclaré Kanon.

Normalement, cela aurait mis fin à leur désaccord. Normalement. Les choses avaient empiré.

« Compris. Je me retire en tant que guerrier d’Esanthel, » avait annoncé Toshisaka.

« Hein !? Qu’est-ce que tu as dit !? » s’écria Kanon.

Il y a longtemps, le père de Kanon avait vu le potentiel du petit Toshisaka, et en tant que tel, il était devenu le garde personnel de Kanon. Ils devinrent des amis proches, Toshisaka aida à contrecœur Kanon à élever ses farces au niveau supérieur. Bien sûr, cela signifie qu’ils avaient été grondés tous les deux ensemble. Une fois qu’ils avaient grandi et que Kanon était devenu le chef des guerriers, Toshisaka avait immédiatement été promu commandant en second. En plus de cela, il était le seul guerrier à connaître le secret de Kanon, qui était étroitement gardé au sein de la royauté. Et puis son ami, son frère l’avait quitté, juste comme ça.

« C’est à cause de ce Roi-Démon ! » Kanon s’était dit ça pour lui-même, sur le point d’exploser. Mais comme si quelque chose amplifiait ses émotions, l’air autour de lui avait changé.

« Inquisiteur…, » déclara Kanemitsu.

Sentant ce changement soudain, Kanemitsu se tourna vers Kanon avec une expression de profonde tristesse. Mais Kanon l’avait complètement ignoré. Au lieu de cela, il leva les yeux, comme si quelque chose vacillait juste au-dessus de lui.

« Je sais ! Si je prends la tête du Roi-Démon Alnoa et que je la présente à Toshisaka, il pourrait réaliser ses méfaits et implorer son pardon ! Alors moi, étant le seigneur gracieux que je suis, je pardonnerai, bien sûr, sa folie ! »

Pleinement déterminé à réaliser son plan génial, Kanon avait donné un coup de pied à son cheval.

« Où allez-vous, inquisiteur ? » demanda Kanemitsu.

« Ne vous inquiétez pas ! Je reviens bientôt avec la tête du Roi-Démon ! » Kanon l’avait dit comme s’il allait faire sa promenade de l’après-midi.

« C’est tout le but de notre opération ! » cria Kanemitsu en essayant frénétiquement de le rattraper.

« Regardez, Toshisaka. Je serai de retour avant que vous vous en rendiez compte, » déclara Kanon.

Ses yeux s’illuminaient de mauvais augures sous son casque, et sa bouche se plissait en un sourire de mauvais augure.

« Ouvrez le barrage ! Que l’eau contrecarre la cavalerie ! »

Suivant l’ordre de Jamka, ils avaient ouvert le barrage. L’eau s’était précipitée sur tout le champ de bataille en quelques instants. C’était la raison pour laquelle il avait choisi leur emplacement actuel comme champ de bataille.

La voie navigable d’Althos couvrait tout le champ. De plus, le sol avait été cultivé spécifiquement pour contenir de grandes quantités d’eau. Ainsi, lorsque l’eau avait été libérée, le sol s’était transformé en une substance argileuse. En quelques instants, les chevaux déjà épuisés s’arrêtèrent alors que leurs sabots s’enfonçaient profondément dans la boue collante. Comme Jamka l’avait prédit, la cavalerie d’Esanthel fut considérablement affaiblie par leur mouvement.

« Haah… Bon sang, où es-tu dans un moment pareil, Al !? » s’exclama Jamka.

Lorsque l’attaque s’était calmée, Jamka avait finalement trouvé une petite fenêtre pour se défouler. Quelques heures s’étaient écoulées depuis le début de la bataille. Ils avaient renforcé leurs défenses, mais le bruit de la bataille faisait toujours rage. L’attaque imprudente d’Esanthel se poursuivit alors que le cliquetis des armures lourdes et le choc des épées se répercutaient sur le champ de bataille. Heureusement, le nombre de victimes était encore nul, mais l’infirmerie d’Althos se remplissait à un rythme alarmant.

« Je suis sûre qu’il reviendra bientôt, » Cécilia l’avait dit si calmement, malgré les perles de sueur qui coulaient sur son front alors qu’elle essayait désespérément de soigner les innombrables soldats blessés.

« Si nous continuons à tomber à ce rythme, notre formation sera —, » commença Jamka.

Un messager s’était précipité vers eux. « Au rapport ! Nous apercevons un cavalier s’avançant à travers le champ de bataille ! Nous pensons que c’est l’Inquisiteur ! »

« Bon, je crois que c’est à moi de briller ! » Sharon écrasa son sac vide de biscuits et s’essuya grossièrement la bouche en souriant sans crainte. Elle était prête à se battre.

« Oh, mon Dieu, Sharon. J’espère que tu te souviens de ta promesse à Lesfina, » déclara Cécilia.

Cécilia pensait qu’il aurait mieux valu ramener Sharon à la réalité avant qu’elle ne s’investisse trop dans le massacre de son adversaire.

« Bien sûr que si ! Tout ce que j’ai à faire, c’est le réduire en bouillie et lui demander de s’excuser ! » répondit Sharon, débordant de confiance. Elle n’avait pas tort, mais…

« Quoi qu’il en soit, assure-toi de faire ce que tu as à faire et de revenir, compris ? » déclara Cécilia.

Tout comme un certain jeune Inquisiteur, Sharon, toujours aussi insouciante, était montée sur son cheval dans la mêlée.

« Oh, mon Dieu, sois prudente ! » dit Cécilia en souriant dans le dos de la Diva de feu.

***

« Avons-nous… réussi ? »

Al avait essayé de retrouver son sang-froid au sommet de son cheval hennissant. Après avoir rencontré Brusch et entendu parler de ce qui se passait, Al avait laissé les citoyens survivants d’Esanthel sous sa garde. Avec Feena, il sauta sur un cheval et se précipita à Althos. Quand il était arrivé, il avait vu que le combat avait déjà commencé, mais c’était loin d’être terminé. Grâce à la stratégie de Jamka, le champ de bataille s’était transformé en marais boueux. La cavalerie d’Esanthel était visiblement découragée. La plupart d’entre eux l’étaient, du moins.

« Al, regarde ! » cria Feena.

Al avait suivi le doigt de Feena, montrant du doigt deux personnages engagés dans la bataille.

« J’ai l’impression qu’on était en retard, » déclara Al.

Sur le côté du champ de bataille principal, les deux personnages s’affrontaient, créant une tempête de poussière et de cailloux et transformant un paysage qui n’avait pas changé depuis des siècles.

« Hahahaha ! Encore toi !? Attention ! Cette fois-ci, je vais le faire à pleine puissance ! » s’écria Kanon.

« C’est ce que je voulais entendre ! Voyons si tu peux m’égaler ! » cria Sharon.

Ils étaient aussi désinvoltes qu’une fille faisant sa tournée d’un marché fermier malgré le fait qu’ils avaient donné un coup de pied assez fort dans le sol pour faire un cratère.

« Hahahaha ! Voilà à quoi ressemble un vrai combat ! » cria Kanon tout excité.

« Bien sûr ! Tu te bats contre moi, après tout ! » Sharon avait encore levé son épée en disant cela. Voyant deux cavaliers de l’Apocalypse s’y mettre, Al s’était inquiété en tapant sur sa tempe.

« Haaaaaaaaaaah… J’allais transformer cet endroit en ferme la prochaine fois ! » cria Al.

Le champ de bataille avait été réduit à un marais, et la terre à côté avait plus de trous que le fromage suisse.

Combien de temps et de main-d’œuvre devrons-nous consacrer à la restauration de cette zone sinistrée ?

Les tapotements ne suffisaient plus, il s’était enfoui le visage dans les mains.

« Très bien ! Pour l’instant, concentrons-nous sur l’arrêt de cette folie ! On s’occupera des réparations plus tard ! » déclara Al.

Il avait essayé d’échapper à son cauchemar, ou peut-être s’était-il faufilé pour y faire face. Quoi qu’il en soit, pour atteindre Sharon, ils devaient d’abord traverser le quartier général d’Althos.

« Continue comme ça, Al ! C’est la dernière poussée ! » déclara Feena.

Mais Feena lui avait volé l’occasion de faire un discours de motivation.

« Hé ! Ne me vole pas mes répliques ! » cria Al, sans se rendre compte qu’il avait un léger sourire sur le visage.

« Désolé de te le demander après tout ce que tu as traversé aujourd’hui, mais s’il te plaît aide-moi pour un peu plus longtemps, » déclara Al.

D’un léger tapotement sur le cou, son cheval reparti. Puis, il avait crié vers les soldats en essayant désespérément de se défendre contre ce qui semblait être une menace arrivant vers lui.

« C’est moi, Alnoa ! On n’a pas le temps de parler, laissez-moi passer ! » cria Al.

Ils passèrent rapidement entre les soldats paniqués.

« Hé, Al ! Dis au moins bonjour si tu es de retour ! J’ai beaucoup de choses à te dire ! » cria Jamka.

« Désolé, Jamka, on n’a pas le temps. On en reparlera plus tard ! » cria Al.

Mais il avait été complètement ignoré. Ils avaient volé à travers le quartier général comme une flèche, et s’étaient précipités directement vers les Divas en conflit.

« Je ne te laisserai pas passer ! »

Un des cavaliers d’Esanthel fonça vers Al et Feena avec son katana dégainé. Al ne pouvait pas voir le visage de l’attaquant derrière son casque, mais il se rappelait que la voix appartenait à Kanemitsu.

« Désolé, mais nous sommes pressés ! On va passer à travers ! » répliqua Al.

Al avait pris sa faux dans son dos, prêt à se battre.

« Vous allez essayer ! »

Kanemitsu chargea la tête la première, lâcha la bride, et attaqua avec les deux mains saisissant le katana.

« Rahhhhhh ! »

« Arghhhh ! »

Un instant après que les deux chevaux se soient croisés…

« Va-t’en ! » cria Feena.

crrrrrrk !

Kanemitsu avait été gelé après avoir été frappé par le sort de Feena.

« Je veux dire, merci, mais… Je voulais montrer…, » commença Al.

Al avait boudé en passant devant le guerrier qui était littéralement gelé sur place.

« On n’a pas le temps. Vite ! Vite ! » s’exclama Feena.

« Désolé ! Je te promets qu’on te fera fondre plus tard ! » Al s’était excusé alors qu’il s’éloignait.

« Incroyable…, » Al avait ouvert sa bouche en grand en regardant la bataille entre les deux Divas.

« Haaaaaaaaa ! »

Sharon balança son épée latéralement derrière le rideau de poussière.

« Arghhhhhh ! »

Kanon avait repoussé son attaque avec une attaque. Si Sharon était une tornade déchaînée, Kanon était un éclair sans peur. Fondamentalement, ils avaient tous les deux été un désastre pour les gens normaux.

« Maintenant, comment pouvons-nous arrêter ça… ? » demanda Al.

Alors qu’Al descendait à pied, il se plaignait de leur dernier affrontement.

« Hein ? Feena !? » s’exclama Al.

Pendant ce temps, Feena était déjà descendue de cheval et en route vers le centre de l’agitation.

« Kanon ! Je suis là ! Écoute-moi bien ! » Elle criait, mais sa voix ne pouvait pas surpasser le vacarme sauvage des épées.

« Argh… Écoute-moi bien ! » cria Feena.

Ils étaient trop pris dans la lutte pour l’entendre, alors elle avait levé les yeux vers le ciel et avait commencé à murmurer quelque chose.

« Feena, tu ne peux pas ! Stoppp ! » cria Al.

Elle n’avait pas tenu compte des supplications d’Al et avait continué le chant.

« Merde ! Allez, viens ! » Il avait essayé de se précipiter et de couvrir sa bouche, mais…

« Chute de météores ! » cria Feena.

Il était arrivé trop tard. Al regarda le flash brillant qui illuminait le ciel, alors que le désespoir se répandait sur son visage.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 4 partie 2

Le flash avait pris de l’ampleur et, un instant plus tard, un météore de la taille d’une petite maison était apparu de nulle part, accompagné d’un grondement menaçant.

« C’est peut-être un peu trop puissant…, » déclara Feena.

« “PUISSANT” !? Quoi, tu veux faire sauter tout le pays maintenant !? » s’écria Al.

Feena se tourna calmement vers l’Al furieux

« Ne t’inquiète pas, ils le voient venir, » répondit Feena.

« Et alors !? Ça ne le fera pas disparaître ! » s’écria Al.

Il regarda les Divas en plein dans le combat.

« Et maintenant !? On s’échauffait ! » s’écria Sharon.

Enfin, Sharon leva les yeux vers la masse de pierre qui tombait. Il y avait une lueur insolente dans ses yeux…

« Hah! Sortons ce caillou d’ici ! » cria Sharon.

Tu te fous de moi…

Sharon avait incliné son corps, se positionnant dans la direction du météore.

« Je veux retourner à notre bagarre, puis-je t’aider ? » Kanon l’avait rejointe aussi. Il avait rengainé son épée et s’était préparé à frapper.

« Hmph. Fais ce que tu veux, » elle l’avait dit d’une manière apathique, mais ses yeux scintillaient d’excitation. Après un rapide signe de tête, ils s’étaient concentrés sur le météore au-dessus d’eux. Un moment plus tard…

« Haaaaaaaaa ! »

Sharon avait fendu le météore en deux avec une seule frappe.

« Arghhhhhhhh ! »

Kanon avait frappé sur le météore fendu avec une attaque rapide comme l’éclair. Le météore avait été réduit à de simples cailloux, qui pleuvaient sec sur le sol alors que le soleil brillait à nouveau sur eux dans toute sa gloire.

« Pas mal du tout ! » déclara Sharon.

« Tu es plutôt bonne toi aussi ! » déclara Kanon.

En regardant le résultat de leur victoire sans effort, ils avaient tous les deux laissé échapper un petit rire. Ils s’étaient entretués quelques instants auparavant, mais ils se comportaient comme de vieux amis.

« Hmph ! Faire équipe, c’est tricher ! Mais c’est bon, je vais en faire un plus grand ! » déclara Feena.

« Ne fais pas ça ! Tout ce que nous voulions, c’était qu’ils arrêtent cette folie, pas qu’ils fassent équipe contre un troisième adversaire ! » s’écria Al.

Sharon avait finalement semblé prendre conscience de la présence d’Al.

« Al, tu es de retour ? Désolée, je ne l’avais pas réalisée. Tu devrais essayer de parler plus fort la prochaine fois, » et elle lui avait immédiatement brisé le cœur.

« Feena ! Désolé, je n’ai pas pu tenir ma promesse…, » déclara Kanon.

« Ce n’est pas grave. Je l’ai fait à temps, » déclara Feena.

« Ah, et le péon ! T’es-tu fait couper les cheveux ? » demanda Kanon.

« Une coupe de cheveux !? C’est ma moustache qui a disparu ! » déclara Al.

Tu veux dire que j’aurais été bien même sans cette stupide moustache !? En plus, c’est quoi ces retrouvailles calmes ? On ne devrait pas se battre ?

« Pffft… Péon… C’est très bien. Je peux t’appeler comme ça aussi ? » demanda Sharon.

Il faudra que je lui parle sérieusement une fois tout ça terminé.

En regardant Sharon, les yeux de Kanon s’ouvrirent.

« Oh, Sharon, tu connais Alfonz ? » demanda Kanon.

Al n’arrivait toujours pas à comprendre pourquoi ces deux-là se comportaient comme de vieilles connaissances, mais pour élucider ce mystère, il fallait attendre. La question de Kanon était vraiment une mauvaise nouvelle, car Sharon n’avait aucune idée de leurs plans.

« Hm ? Qui est Alfonz ? Il est…, » demanda Sharon.

« Lady Sharon, quelle coïncidence ! Je suis venu humblement pour —, » commença Al.

« Qu’est-ce que c’est que ces humbles absurdités !? Tu es le roi d’Althos, alors parle comme ça ! Tu sais, comme un roi ! » déclara Sharon.

Leur couverture s’était envolée en flammes cramoisies.

« C’est le roi d’Althos ? » demanda Kanon.

« Pfff ! C’est Alnoa, le roi d’Althos ! Quoi, tu ne savais pas ? » demanda Sharon.

Sharon riait de tout son cœur malgré les prédictions de Kanon et le visage incolore d’Al.

Oui, on est en train de discuter.

Avant même qu’Al puisse diriger son regard méprisant sur Sharon…

« Roi d’Althos… Roi Démon… Préparez-vous à mourir ! » cria Kanon.

La soif de sang de Kanon s’était répandue dans tout le champ.

« Je le sens, Al. Il est sous le charme, » déclara Feena.

« Rahhhhhhhh ! » En ignorant complètement Feena, Kanon avait avancé vers Al.

« Si vite ! » s’écria Al.

Il s’était avancé vers Al sans avoir le temps de dégainer sa faux.

« Ah ! Al ! »

Al n’avait réalisé ce qui s’était passé qu’un instant plus tard. La lame l’avait frappé du côté avec tellement de force que ses vêtements étaient en lambeaux.

« Je vais très bien ! Les divas ne peuvent pas — Ah ! » répondit Al.

Un petit poignard était tombé de ses vêtements en lambeaux.

« Est-ce que c’est… » Kanon avait reconnu la dague dès qu’il l’avait vue.

« C’est celui de Toshisaka… Avez-vous… L’avez-vous tué !? Avez-vous tué Toshisaka !? » s’écria Kanon.

« Non ! Avec sa dernière once de force, il me l’a donné et m’a demandé de vous le rendre ! » déclara Al.

« Ne me mentez pas, espèce d’enfoiré de Roi-Démon sans cœur ! » cria Kanon.

La haine qui s’infiltrait dans chaque pore de son corps était pratiquement visible. Bien qu’ignorant complètement les circonstances, Sharon avait sauté par réflexe devant Al.

« À quoi penses-tu !? Tu es peut-être fort, mais moi, je suis beaucoup plus forte ! Tu veux me combattre aux côtés de Feena, qui est aussi une Diva et, euh… Al, qui, je suppose, est utile tous les soirs de lune bleue ? » déclara Sharon.

Je te jure qu’elle n’entendra pas la fin de tout ça !

Al s’était juré de mettre les choses au clair avec elle une fois leur mission terminée. Cela dit, elle n’avait pas tort. Tous les trois auraient dû pouvoir triompher sans effort. Au moins sur papier. Mais la soif de sang de Kanon n’avait pas diminué d’un poil. Au contraire, elle s’était encore épaissie.

Et puis…

« Je suis désolé, Toshisaka… Je-Je… Je massacrerai tous les citoyens d’Althos pour vous venger ! » cria Kanon.

Kanon tenait un cristal vert foncé.

« Attendez, est-ce que c’est… ? » s’écria Al.

Cela ressemblait au cristal qui avait fait de Jamka une abomination.

« Je vous le promets ! Je vais tous les massacrer ! » cria Kanon.

« Kanon, arrête ! » Même la voix de Feena ne pouvait pas percer la rage de Kanon.

« Ô toute Puissante Valkyrie endormie en moi ! Accepte cet humble corps comme un sacrifice et frappe ton ennemi, l’odieux Roi Démon ! » cria Kanon.

Kanon claqua le cristal contre le plastron de son armure. Mais le cristal ne s’était pas brisé. Au lieu de cela, il avait traversé son armure sans aucune résistance…

« Grrrgh ! Gwaaaaaaaah ! » cria Kanon.

Alors que Kanon s’agenouillait, le cristal était absorbé dans son corps. Feena regarda fixement un Kanon dans la douleur avec des soupçons d’eau dans le coin de ses yeux, tandis que Sharon se mettait sur la défensive.

« Ahhhh… Gahhhh… Fwaahhhh ! »

Puis, il s’était levé comme si de rien n’était. Il ne s’était pas transformé comme Jamka, mais ses bras pendaient de côté. Ses yeux sans vie brillaient depuis les profondeurs de son casque, et une étrange énergie magique recouvrait son corps.

« Kanon… Qu’as-tu fait… ? » demanda Feena.

La main de Kanon trembla si légèrement devant la fille aux cheveux bleus qui s’approchait de lui en état de choc.

« Eh !?? »

En un clin d’œil, Kanon se tint devant Feena, prêt à la frapper. Elle n’avait pas eu le temps de réagir, car il avait balancé son katana à une vitesse fulgurante.

Cliquetis !

C’était une attaque sans égal qui couperait n’importe qui proprement en deux.

« Sharon… Pourquoi… ? » demanda Feena.

C’était Sharon qui avait souffert de ce coup dévastateur, elle avait sauté devant la lame au dernier moment.

« Tch… Tu n’as pas encore réalisé — Aghhhh ! » cria Sharon.

Sharon était tombée sur un genou, le visage déformé par la douleur. Il y avait une coupure qui parcourait directement de sa hanche jusqu’en haut de son dos, avec du sang frais qui s’en échappait.

« Hé, Sharon ! » cria Feena.

« Cours ! Je ne peux pas le retenir comme ça ! » cria Sharon.

Elle avait poussé Feena vers Al, maintenant sa façade de force même si elle était gravement blessée. Leur situation était certainement désastreuse. Al avait serré Feena dans ses bras alors qu’il retirait sa faux de son dos.

« Sharon, on se replie ! Les renforts devraient être — Ah ! » s’exclama Al.

Il avait senti quelque chose. La fille dans ses bras le regardait avec des yeux pleins de détermination.

« Anhhh… Al, je — Ahhhh… Je veux aider… Hahhhh… Sharon et… Anhhhhhh ! Et Kanon…, » déclara Feena.

Indiquée par les joues de Feena qui devenaient rapidement écarlates, la Surtension Céleste s’était activée. Regardant dans ses yeux braves, Al avait pris sa décision.

« Compris. Je veux les aider aussi, alors j’emprunterai ta force ! » déclara Al.

Al enlaça son petit corps aussi doucement qu’il le pouvait tout en étant ferme.

« Désolé de faire cela au milieu d’une terre agricole morte avec des soldats qui se battent en toile de fond, » déclara Al.

On aurait dit qu’Al l’avait vraiment pris à cœur.

« Je te l’ai dit, je suis prête à t’accueillir pleinement n’importe quand, n’importe où, » déclara Feena.

Mais Feena l’avait serré dans ses bras. Elle posa doucement sa main sur celle d’Al et le conduisit lentement le long de son dos, avant de déplacer sa main sous sa jupe.

« Hein ? Feena, qu’est-ce que… !? » demanda Al.

Ce qu’elle avait fait n’était pas sur la longue liste de choses auxquelles Al avait été préparé. Il était perplexe… non, perturbé par les actions soudaines de Feena.

« Je t’offre tout ce que j’ai, » déclara Feena.

Elle avait laissé Al découvrir de première main les secrets que sa culotte avait cachés si longtemps.

« Pourquoi… ? » demanda Al.

« Parce que… mes seins ne tiendraient pas dans tes mains, » déclara Feena.

Al était sans voix, mais…

« Al… »

La fille agitée leva les yeux vers Al et ferma les yeux.

« Ahhhh ! D’accord, peu importe ! »

« Anhh ♥ ! »

Al avait dirigé toute son énergie magique dans ses mains alors qu’il tâtonnait les fesses molles et pulpeuses de Feena.

« Feena…, » murmura Al.

Les lèvres douces et roses de Feena avaient rencontré les siennes.

« Hahhhh ! Tu… t’empares de mon… Je deviens plus fort !? Ah… Ahhhhhhh !! » cria Feena.

Tout comme ce qui s’était passé avec Sharon, la voix de Feena avait résonné dans son esprit alors qu’il sentait le mana s’échapper de son corps.

« Ah ! Ahhhh ! Je vais me briser ! Al, c’est trop ! Je vais me brisssserrrrr ! » cria Feena, mais on ne savait pas si c’était dû au plaisir ou à l’énergie magique débordante.

Alors, Al…

« Wôw… C’est beaucoup plus intense que la dernière fois. C’est vraiment… Ah… Rahhhhhhh ! » cria Al.

Leurs corps étaient enveloppés de plaisir et de mana.

bang !

La faux d’Al avait commencé à briller et son corps débordait de mana.

« Mistilteinn… »

Comme si Mistilteinn comprenait ses sentiments, la lame de la faux trembla joyeusement en réponse au murmure d’Al.

« Al… »

Il avait regardé devant lui.

« C’est Caducée. »

Elle avait fièrement présenté sa baguette. Sa relique simple avec un globe bleu à l’extrémité s’était transformée en une belle baguette élaborée. Son extrémité s’était ramifiée en un cristal en forme de croissant de lune pulsant d’une lumière bleue glacée.

« Roi-Démon… trouvé… ! ROIIIIII-DÉMONNNNNNN! »

Mais ils n’avaient pas eu le temps d’en admirer la beauté.

« Feena, emmène Sharon chez Cécilia ! Je m’occupe de Kanon ! » déclara Al.

« Quoi !?? Juste courir…, » commença Sharon.

Al leva la main pour interrompre Sharon.

« Al ? » demanda Feena.

Feena était également perplexe devant ses actions. Même s’ils avaient fait la Surtension Céleste, leur adversaire était toujours Kanon, la seule personne au monde dont la force égalait celle d’une Diva. Et pour empirer les choses, son incroyable force avait été encore amplifiée par ce mystérieux cristal. Ses attaques n’étaient pas seulement rapides comme l’éclair, elles étaient aussi très puissantes.

« Fais ce que je te dis ! Sorts Sharon d’ici ! » ordonna Feena.

Al avait poussé son faux vers Feena quand il avait donné son ordre.

clanggg !

Un katana avait frappé la faux d’Al.

« RAHHHHHHHHH ! MEURTTTTT ! » Derrière ça, Kanon criait comme une bête enragée.

« Est-ce qu’il vient de… m’attaquer ? » demanda Feena.

« Eh bien, il est complètement perdu, » déclara Al.

Alors qu’Al avait commencé son explication, Kanon avait crié avant de déclencher une avalanche d’attaques.

« S-Si rapide…, » déclara Al.

Mais Al avait réussi à les repousser.

« Tch. Feena, recule ! » murmura Sharon, apparemment inquiète.

« Mais…, » commença Feena.

« Peux-tu sérieusement avoir une bataille de vie ou de mort avec Kanon ? » demanda Sharon.

« Uhhhh…, » elle n’avait pas pu donner de réponse.

« Je m’en doutais. On ne peut pas continuer à le retenir comme ça ! Nous devons retourner voir Cécilia, nous faire soigner, et nous dépêcher de revenir à l’aide ! » déclara Sharon.

Sharon s’était décidée et avait commencé à fuir la scène.

« Al… »

Même au milieu des attaques incessantes de Kanon, Al avait réussi à calmer le cœur de Feena.

« Ne t’inquiète pas. Je jure que je vais le sauver, » dit-il avec un sourire confiant.

« D’accord. Je te laisse faire, » Feena s’inclina, confiant sa mission à Al.

« Tch ! Ne t’avise pas de perdre, Al ! » Amère face à sa faiblesse, Sharon avait crié sur Al avant de s’enfuir vers le quartier général.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 4 partie 3

Feena la suivit, offrant son épaule à la fille boiteuse.

« Hein ? Maintenant, tu veux venir avec nous ? » demanda Sharon en taquinant, surprise par le soudain changement d’avis de Feena.

« Merci, Sharon, » Feena avait répondu en un chuchotement.

« Pourquoi me remercies-tu !? Je n’ai rien pu faire après que Kanon m’ait attaquée…, » Sharon avait avoué ses ressentiments.

« Mais tu as tenu notre promesse et es venu nous aider, alors… Je te remercie, » déclara Feena.

« Qu’est-ce qui t’arrive ? Bon sang…, » Sharon détourna maladroitement son regard.

« Tu me sembles différente, comme si quelque chose avait changé en toi. Tu es devenue beaucoup plus bavarde… Ah ! As-tu fait quelque chose avec Al pendant ton voyage ? » demanda Sharon.

Elle fixait Feena les yeux grands ouverts.

« Ah, attends, non… Je n’essaie pas de fouiner ou quoi que ce soit…, » embarrassée par ses propres pensées, elle trébucha sur ses paroles.

« Pourquoi ? Que crois-tu qu’il s’est passé pendant notre voyage ? » demanda Feena avec un petit sourire.

« Quoi qu’il en soit, nous devons rentrer et demander à Cécilia de nous aider, » déclara Sharon.

« Hé, réponds à ma question ! » déclara Feena.

« On fera ça plus tard ! Vite ! Vite ! »

Leur querelle avait continué jusqu’à ce qu’ils atteignent le quartier général.

« Je suis désolé pour ça. Alors, êtes-vous prêt ? » après avoir confirmé que les filles étaient à une distance de sécurité, Al avait paré une dernière attaque avant de sauter en arrière.

« GRRRRRRR ! MEURS, ROI DÉMON ! » cria Kanon.

Il sentait le regard furieux de Kanon lui transpercer le crâne. Al tremblait, mais curieusement, même pour lui, ce n’était pas de la peur. Il était ravi de l’imminence du combat.

Est-ce à cause de la Surtension Céleste, ou pourrait-il être…

Il secoua la tête comme s’il essayait de se débarrasser de ses pensées.

« Je dois me concentrer sur le sauvetage de Kanon, » déclara Al avec un sourire ironique. Il avait un plan en tête, mais c’était tellement imprudent que Feena ne l’approuverait jamais dans un million d’années.

« Il n’y a qu’une seule façon de le faire ! »

Al avait ajusté son emprise sur Mistilteinn…

« C’est parti, Kanon ! » cria Al.

Et chargé vers son ennemi.

« Aaaaarghh ! »

Comme s’il répondait à un défi, Kanon avait également chargé, détruisant le sol sous ses pieds.

Clac !

Les étincelles volaient dans les airs, et pas seulement à cause de la tension entre eux. Mais derrière les étincelles, Kanon avait disparu.

« Là-bas ! »

Une autre pluie d’étincelles avait dansé entre eux. Enfin capable de percevoir les attaques de Kanon, Al s’était encore heurté à lui quelques fois. Il maîtrisait sa défense, mais…

« Je ne peux pas gagner en parant ! » Al s’était motivé et s’était préparé à l’attaque.

Shnk !

« Gahhhhhh ! »

L’épée de Kanon était apparue derrière Al, depuis ses côtés. Il aurait dû être puni, mais ça faisait partie de son plan. Il s’était préparé à l’impact et…

« Je t’ai attrapé ! » Al avait soulevé sa faux. « Hahhhh ! »

Kanon sauta en arrière par réflexe, évitant le coup fatal de la largeur d’un cheveu.

« Comment pouvez-vous vous déplacer si librement dans cette armure !? » s’écria Al.

Toujours sur les nerfs, Al avait rapidement tapoté son côté et avait soufflé tout l’air refoulé dans ses poumons.

C’est…

Al avait jeté un coup d’œil à Mistilteinn. En raison de la Surtension Céleste, le mana sortait littéralement des pores d’Al. Il serait devenu fou s’il n’avait pas consciemment travaillé pour le contenir. Avec une telle force qui coulait dans ses veines, sa précédente attaque aurait assuré sa victoire s’il avait eu une meilleure prise sur son arme.

Je dois dire que ma deuxième fois que je fais une Surtension Céleste est bien différente…

Les frappes de Kanon avaient été très douloureuses, mais elles n’avaient pas été fatales. Bien que cela ne l’ait pas protégé de tous les dégâts.

« Je suppose que ce sera une bataille d’endurance, hein ? » déclara Al.

La faux d’Al avait rugi en se tournant vers Kanon.

***

« Qu’est-ce que… c’est… c’est… c’est… ? »

Après que Cécilia eut plus ou moins terminé, Feena et Sharon étaient regroupées auprès d’Al. Les deux armées étaient extrêmement épuisées, mais la bataille faisait toujours rage. Cependant, dès qu’ils auraient récupéré Kanon, la bataille serait terminée.

« Al… Qu’est-ce que tu fous, bon sang ? » murmura Sharon en voyant la scène brutale devant elle.

« Ah, Sharon ! Ne t’inquiète pas, je l’aurai bientôt ! »

Al était trempé de sueur. Il n’y avait pas une seule égratignure sur son corps, mais la quantité de sueur que son corps avait produite n’était certainement pas naturelle.

« Es-tu…, » commença Sharon.

« GRAHHHHHHH ! »

En éclipsant complètement la voix de Sharon, Kanon avait encore une fois frappé.

« Gahh ! »

C’était un coup propre sur l’épaule sans défense d’Al.

« Aaaaaaaah ! »

Puis, en un clin d’œil, Al avait levé sa faux et s’était jeté sur Kanon. Au moment où sa faux avait terminé son arc de cercle, Kanon n’était plus du tout près de lui.

« Es-tu… en train d’échanger des coups ? » demanda Feena.

« Arrête tes conneries ! Tu vas t’effondrer —, » cria Sharon.

« Ne vous inquiétez pas ! La Surtension Céleste me permet de faire le plein d’énergie, et environ une fois tous les cinq coups, je peux réussir un coup ! » déclara Al.

« Mais ton endurance…, » Feena avait instantanément repéré la seule faiblesse d’Al.

« Al, j’y vais ! » Sharon avait dégainé son épée, prête à charger.

« Non ! C’est moi qui sauverai Kanon ! C’est peut-être idiot, c’est peut-être égoïste, mais Toshisaka m’a fait confiance pour sauver son ami, et je serai damné si je ne réalise pas son dernier souhait ! » cria Al.

Al ne se souciait plus s’il était considéré comme un gamin égoïste. Tout ce qu’il voulait, c’était tenir sa promesse, et à cause de cela…

« Alors… Je te surveillerai, » déclara Feena.

Une voix grave, mais gracieuse tomba sur le champ de bataille. Al jeta un coup d’œil pour voir Feena le regarder fixement, saisissant les côtés de sa robe.

« Je regarderai, alors va sauver Kanon ! » déclara Feena.

Feena s’était mordu la lèvre dans la frustration et l’anticipation.

« D’accord, d’accord. Je ne sais pas ce qui se passe, mais je vais rester derrière et regarder. Tu ferais mieux de finir ça vite, compris !? » dit Sharon en rangeant son arme.

« Merci. Je vais finir ça avec le prochain coup ! » déclara Al.

Même s’il ne semblait pas avoir été blessé, son corps atteignait ses limites. Malgré cela, il avait une fois de plus raffermi sa prise, et…

« Venez, Kanon ! Venez vers moi avec tout ce que vous avez ! » cria Al.

Al s’était préparé à attaquer.

« Il est temps d’en finir une fois pour toutes ! Ô faux du Roi Démon, prête-moi ta force ! » cria Al.

« RAHHHHHHH ! MEURS, ROI-DÉMON ! »

Ils avaient tous les deux chargé en même temps.

« Urrraaaaaaaaah ! »

Kanon avait dévié la frappe d’Al avec sa lame. Il avait réussi à frapper le casque de Kanon, mais cela l’avait laissé complètement sans défense au milieu de son saut. Il avait essayé de réajuster sa prise aussi vite qu’il le pouvait, mais Kanon avait été plus rapide.

« Je ne perdrai pas ici ! » cria Al.

Al avait abandonné la défense et avait poussé son bras droit vers l’avant. Afin de détourner l’attaque de Kanon, il avait jeté un sort sur son armure.

« Sorte de là, Flammes du Démon ! » cria Al.

Il avait espéré que le sort rebondisse sur l’armure de Kanon et modifie la trajectoire de son attaque, mais son plan avait échoué.

Parce que…

Whoosh! Crackkk !

Au lieu d’être repoussé, le sort avait instantanément détruit son armure.

« AAAAH… AAAAAAAH ! MON ARMURE ! » dit Kanon, incapable de bouger à cause du choc. Al avait finalement eu l’occasion parfaite de mettre fin au chaos, mais il avait aussi été gelé sur place. Al n’avait jamais vu Kanon sans armure auparavant. Il avait une taille affreusement fine pour un homme, sans parler de son derrière incurvé et de sa belle peau impeccable. Sa poitrine avait deux bosses qui ressemblaient moins à des pectoraux et plus à des petits fruits.

« Attendez… Vous n’êtes pas un homme, vous êtes une Di…, » commença Al.

« URAHHHHHHHHHHHH ! »

Malheureusement, Al n’avait pas eu le temps de confirmer ses soupçons. En armure ou non, Kanon avait continué à charger furieusement. Alors qu’Al était stupéfait, Kanon lança son attaque.

Il savait qu’il ne pourrait pas esquiver à temps, alors il s’était préparé à prendre l’attaque dirigée directement sur sa tête. Un moment plus tard…

« Inquisiteur Kanon ! »

Il y avait une voix faible, mais clairement audible.

« RAHHHHH ! »

Kanon s’était figé quand elle l’avait entendu.

« Toshi… saka ? » dit-elle, ses lèvres tremblant.

« Uraaaaaaaaaah ! »

L’instant d’après, la faux d’Al frappa impitoyablement la fille sans défense.

Bris !

La Faux d’Al s’enfonça dans sa poitrine et détruisit le cristal sinistre niché au plus profond d’elle.

« Aaaaah… Toshi… saka…, » elle s’était effondrée avec un petit murmure. C’était terminé. Regardant la jeune fille immobile, Al avait été envahi par l’épuisement et s’était mis à genoux.

« Est-ce des voix ? » demanda-t-il.

La réponse était entrée dans son champ de vision.

« Inquisiteur ! Nous allons bien ! »

« C’était l’Empire ! Ils nous ont attaqués avec des créatures étranges, Althos n’a rien à voir avec ça ! »

« Cette guerre n’a aucun sens ! Lâchez vos armes ! »

Les citoyens d’Esanthel avaient inondé le champ de bataille en criant après leurs troupes.

« Ce sont les… citoyens ? » demanda Al.

Cela ne semblait pas approprié selon Al. Il aurait juré que c’était Toshisaka…

« Eh bien, peu importe. Ça n’a pas vraiment d’importance, » murmura Al.

Mais il était trop fatigué pour s’en faire.

Bruit sourd

« Qu’est-ce que c’est que ça…, » murmura Al.

Incapable de se tenir debout plus longtemps, Al était tombé au sol. Toute son endurance avait disparu, à tel point qu’il ne pouvait plus bouger un seul doigt.

« Est-ce que ça va !? » demanda Sharon.

« S’agit-il de la Surtension Céleste… ? » demanda Feena.

Al avait renoncé à se battre contre l’épuisement et avait regardé le ciel dégagé au-dessus de lui d’un regard vide.

« La même chose s’est produite avec nous, mais… Feena, vas-tu encore bien ? » demanda Sharon.

« Peut-être que le sort est toujours actif et qu’Al n’a tout simplement plus de force…, » répondit Feena.

Al ne pouvait même pas ouvrir la bouche pour exprimer son opinion.

« Quoi qu’il en soit, nous devons l’emmener voir Mlle Cécilia ! » déclara Feena.

« Ouais. Avec Kanon vaincue, la guerre est…, » déclara Sharon.

Tout comme elles allaient aller aider Al à se relever…

« Aaaaaaah ! »

Un rugissement avait balayé le champ de bataille.

« L’Empire ! L’Empire arrive ! »

Un cri tendu avait confirmé la situation.

« Pourquoi maintenant… ? »

« Ils attendaient probablement jusqu’à ce que… les deux armées soient épuisées…, » Al ne pouvait toujours pas bouger, mais il a réussi à faire sortir cette phrase.

« Sharon, je sais que tu es fatiguée, mais… s’il te plaît, emmène Kanon à Jamka et… dis-lui de battre en retraite en couvrant les troupes d’Esanthel, » Al se donnait à fond pour surmonter son épuisement.

« Pourquoi dites-vous ça !? Vous êtes en bien pire forme que moi, alors pourquoi essayez-vous encore de nous sauver ? » demanda Kanon.

Kanon semblait s’être réveillée, et elle n’aimait pas ce qu’elle avait entendu. Alors qu’Al était incapable de bouger, il avait crié vers le ciel.

« La ferme ! C’est comme ça que je fais les choses ! Sharon, Feena, vu que les individus têtus sont apparemment communs à Esanthel, vous êtes autorisées à utiliser toutes les méthodes que vous jugez nécessaires pour les faire battre en retraite ! » ordonna Al.

Elles avaient toutes les deux regardé Al, et…

« Je comprends un peu ce que tu dis, mais… Non, » déclara Sharon.

« Je suis d’accord. Je… non, nous sommes des Divas ! » déclara Feena.

« Hein ? Qu’est-ce que vous faites, bon sang ? » s’écria Al.

Tandis qu’elles regardaient Al la tête penchée…

« On ne fuira pas certains chiens impériaux, » déclara Sharon.

« On va les faire fuir ! » déclara Feena.

Elles s’étaient regardées et avaient ri.

« Enfin quelque chose sur lequel nous pouvons nous mettre d’accord ! » déclara Sharon.

« Ne t’inquiète pas… Ça n’arrivera plus, » déclara Feena.

« Alors, nous allons prendre congé et faire des ravages ! Oh, et je m’assurerai de faire un saut dans la tente pour informer Cécilia ! » déclara Sharon.

« Vous deux, attendez ici, compris ? » cria Al.

« Allons-y maintenant…, » déclara Sharon.

Avec sa dernière once de force, Al avait levé la tête pour regarder les deux filles partir.

***

« Wahahahahaha ! À toutes les troupes, en avant ! Abattez tout le monde en vue ! »

Le commandant de l’Empire, Bouda, était en extase, car le moment qu’il attendait était enfin arrivé.

Leur plan, une fois qu’Althos et Esanthel auraient dépensé leurs forces, était de marcher avec leurs quatre mille cinq cents soldats. C’était un plan simple que n’importe qui pouvait exécuter. Et même l’Inquisiteur Kanon, l’as d’Esanthel, était inconscient. Bouda avait supposé que les Divas étaient extrêmement fatiguées après leur bataille contre Kanon, alors il avait ordonné l’attaque sans vérifier le champ de bataille.

« Je vais massacrer les restes d’Esanthel, occuper Althos et capturer plusieurs Divas ! C’est mon billet pour devenir général ! » déclara Bouda.

On lui avait confié cette tâche dès le départ, mais il avait des doutes quant à son succès.

« Mwahahaha ! Les dieux nous ont vraiment bénis ! »

Bouda chevauchait joyeusement son cheval dans la boue et la terre tout en suivant ses troupes, une action indigne d’un commandant. Malheureusement pour lui, ces rêves heureux avaient été de courte durée.

« Hein ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-il.

Deux personnes s’étaient présentées devant toute l’Armée Impériale.

« Est-ce des messagers envoyés pour livrer leur reddition ? Hah, qui s’en soucie ? Piétinez-les ! » cria Bouda.

Dès réception de l’ordre ignorant de Bouda, ses troupes se précipitèrent vers les supposés messagers. Il regarda autour de lui pour admirer le sang versé et les restes dispersés des imbéciles qui osèrent se tenir debout devant le puissant Empire…

« Haaaaaaaaa ! »

Un cri violent, mais digne avait alors traversé le champ de bataille.

***

divas de la bataille tome 2 chapitre 4 partie 4

Wham!

Le sol en dessous d’eux avait tremblé, ce qui avait poussé Bouda à fermer les yeux par réflexe.

« C’est quoi ce bordel !? » s’écria Bouda.

Il avait ouvert les yeux sur une scène violente. Ses troupes se faisaient abattre par une fille aux cheveux roux, jonglant habilement avec une longue épée…

« Bête du Feu ! Bête du Tonnerre ! Bête de l’Eau ! Et enfin, Bête de Glace ! Détruisez-les ! »

Des bêtes élémentaires avaient déchiré ses troupes, mettant le feu à certaines d’entre elles et en gelant d’autres. Derrière eux, une fille aux cheveux bleus avait lancé un sort après l’autre avec une quantité apparemment infinie de mana. Ses troupes, ainsi que ses rêves de promotion, étaient annihilées par ces deux-là.

« Hé, Feena ! Laisse-m’en aussi ! » dit Sharon, abattant un ennemi après l’autre.

« Mais c’est à moi de briller ! » Feena s’amusait comme une folle.

« Hé maintenant ! »

Elles commencèrent à se disputer, attirant à elles les malchanceux soldats impériaux.

« Qui diable sont ces deux-là ? » chuchota Bouda. Il ignorait qu’il venait d’assister au début de la fin.

***

« Pourquoi m’aides-tu — nous ? » quelques minutes après le départ des deux Divas, Kanon avait finalement réussi à se relever de terre. Elle s’approcha d’un Al immobile et s’était assise à côté de lui.

« Hé, j’espère que tu vas laisser tomber les coups de poing et les coups de tête pour aujourd’hui ! » dit Al en plaisantant.

« Hahahaha, ne t’inquiète pas. J’accepte ma défaite… Mais maintenant, je serais heureuse d’entendre une réponse, » elle répondit en souriant. Voyant son sourire pur et adorable pour la première fois, le cœur d’Al avait bondi dans sa poitrine.

« Ne te méprends pas, je ne fais pas ça pour toi ! Je, euh… Mon rêve est de créer un pays où tout le monde peut sourire ! » déclara Al.

Dans ce bref moment de bonheur, Al avait partagé son rêve.

« Hmm… Ton rêve, hein… ? » demanda Kanon.

Kanon le regarda avec émerveillement. La voir sans armure avait confirmé qu’elle était sans aucun doute une Diva. Sa beauté pure rivalisait avec celle des autres, elle avait une peau lisse et impeccable,

Des yeux violets, honnêtes et apaisants, de beaux cheveux longs, soyeux, d’un pourpre pâle, qu’elle avait en quelque sorte cachés dans son casque.

« Hmm, intéressant… Penses-tu qu’une telle chose soit possible ? » demanda-t-elle en penchant la tête. C’était une question honnête de la part d’une personne qui avait perdu tout son pays, mais pour Al, c’était comme si elle niait son existence même.

« On s’en fout si c’est possible ou pas !? Je le rendrai possible, et j’abattrai tous ceux qui oseront s’opposer à moi, même toi ! » s’exclama Al alors qu’il était encore complètement paralysé. Il était trop tard quand il avait réalisé sa grave erreur.

Kanon avait été visiblement ébranlé par sa déclaration sauvage.

« Eep ! Non seulement il m’a battue dans un duel loyal, mais sa seule volonté est… ! Nhhhh ! »

Hein ? Est-ce qu’elle vient de dire « Nhhhh » ?

C’était un murmure, calme comme une brise du soir, mais Al l’entendit haut et fort. Non seulement cela, mais il avait été soumis à ce qui ressemblait à un regard lascif alors que les seins de Kanon tremblaient, affirmant leur domination devant ses yeux. Incapable de bouger, Al était dans le pétrin.

« Quel est le problème, Kanon !? Est-ce que ça va ? » demanda Al.

Al était inquiet à cause de son brusque changement d’attitude.

« J’ai moi-même un rêve. Un vœu, si tu veux, » même sa façon de parler avait considérablement changé.

« Et c’est quoi… ? » demanda Al.

Kanon continua à parler sans faire attention à Al. Bizarrement, ses joues rougissaient, ce qui déclenchait des signaux d’alarme dans tout son esprit. À juste titre, puisque…

Smoosh.

Sans aucun moyen de s’échapper, Al n’avait pas eu d’autre choix que de supporter la poitrine de Kanon qui appuyait contre son torse alors qu’elle s’appuyait sur lui.

« Qu’est-ce que tu fais !? » demanda Al.

Il semblait que la personnalité de Kanon avait fait un cent quatre-vingts, alors qu’elle le regardait avec les yeux embués.

« J’ai fait mon choix. Je vais t’épouser ! » annonça Kanon.

D’où est-ce que ça vient ? Qu’est-ce qui a conduit à cette décision ? 

Ces questions traversèrent l’esprit d’Al jusqu’à ce qu’il sente le souffle chaud de Kanon sur sa joue. Malgré la témérité de leur combat, le parfum de Kanon était aussi agréable qu’un champ de fleurs après la pluie. C’était une Diva séduisante, cela ne faisait aucun doute.

« J’ai prétendu être un homme parce que mon père ne voulait pas que j’épouse quelqu’un. Par amour pour mon cher et tout-puissant père, j’ai décidé d’épouser la première personne qui pourrait me battre en duel…, » déclara Kanon.

Sa situation actuelle, plutôt dangereuse. Cela lui avait rappelé l’incident avec une certaine succube. Kanon était monté sur lui, fixant ses yeux d’un regard inéluctable tandis que ses seins lui massaient doucement la poitrine chaque fois qu’elle bougeait.

« Et tu m’as vaincue, » déclara Kanon.

Son regard devint encore plus insupportable.

« Mais j’ai eu de la chance. En plus, j’ai le pouvoir du Roi-Démon et tout… ! » Al avait essayé désespérément de réorienter la discussion.

« S’il te plaît, tu n’as pas besoin d’être si humble ! Imagine un enfant né de l’amour entre une Diva et le Roi-Démon ! Ne penses-tu pas qu’il serait imbattable !? » demanda Kanon.

« Non, pas du tout ! Ne nie pas tout ce que la Valkyrie a béni dans notre monde ! » déclara Al.

« Ah ! Mais tu devras prendre mon nom avant qu’on commence à reconstruire Esanthel ! » déclara Kanon.

« N’as-tu pas un peu trop besoin d’aide depuis qu’on sait que tu es une fille ? J’aimerais que tu m’écoutes de temps en temps, mais tu es une Diva, alors je ne pense pas que cela arrive…, » déclara Al.

Il avait voulu régler ça calmement, mais ça n’avait pas vraiment marché.

« Ahhhh… Je ne peux pas… ces mots audacieux, ces yeux enflammés…, » déclara Kanon.

Elle s’enroula les bras autour d’elle et commença à se tordre sur Al, le laissant très confus.

« Hmm ! Merveilleux ! Comme c’est viril ! Maintenant, je sais pourquoi Toshisaka t’a confié cette mission ! » déclara Kanon.

Alors qu’elle passait ses doigts le long du souvenir de Toshisaka, elle jeta son regard sur la moitié inférieure d’Al.

« Oh ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Kanon.

Elle avait remarqué une bosse dans le pantalon d’Al. Toute la vie d’Al avait défilé devant ses yeux alors qu’il maudissait la seule partie de son corps qui n’était pas paralysée.

« C’est une réaction biologique tout à fait normale ! » déclara Al.

Tandis qu’il tentait de s’expliquer, un fort stimulus avait traversé tout son corps. En fait, ce que Kanon caressait n’était pas le souvenir de Toshisaka, mais l’autre poignard qu’Al avait sur lui.

« Hahahahahaha… Les hommes sont fascinants… Ou peut-être que c’est toi qui es fascinant, » déclara Kanon.

L’esprit d’Al avait été mis en orbite alors que Kanon, la personne qu’il avait supposé être un homme pendant si longtemps, traçait sensuellement le renflement de son pantalon avec un sourire insolent, taquin, mais charmant.

« Tu sais, je n’aurais jamais cru qu’un homme aussi excité…, » elle l’avait dit avec un sourire qui pouvait captiver n’importe quel homme et conquérir n’importe quel roi. « Maintenant, ne tournons plus autour du pot. Échangeons nos vœux ! »

« Je préfère continuer à tourner autour du pot ! » déclara Al.

Elle se pencha encore plus près, caressant toujours le renflement toujours croissant d’Al.

« Aaaaaaaaaaaaah ! »

Ils avaient entendu un cri d’à côté.

« Tch, on en arrivait à la partie amusante ! » déclara Kanon.

Dès qu’il avait regardé dans la direction du cri, Al avait su que le cri venait d’un soldat impérial qui cherchait à capturer le roi blessé et la Diva. Curieusement, il avait senti le besoin de remercier son sauveur inhabituel.

« Kanon, cours ! Tout ira bien pour moi, » déclara Al.

Il voulait au moins s’assurer que Kanon soit en sécurité, mais elle ne montrait aucun signe de départ.

Au lieu de cela…

« Hahahaha ! Je suppose que je te protégerai, mais d’abord… »

Elle l’avait soudainement embrassé.

Encore !?

Comme leurs désirs de se protéger mutuellement s’entremêlèrent, la Surtension Céleste s’activa une fois de plus. Cette fois, cependant, le mana d’Al était entré dans le corps de Kanon par un endroit… non divulgable…

« Ehh ? Ahhhh, nhhhhh… Je… Je suis si excitée ! Est-ce à ça que ressemble le plaisir d’une femme ? » demanda Kanon.

Ils nageaient dans le mana et le plaisir.

Boom !

La faux d’Al s’était illuminée et son corps avait été complètement rempli par le mana.

« On se retrouve, Mistilteinn, » Al se leva et salua sa fidèle faux.

« Al, regarde, regarde ! Mon katana ! »

Il regarda la source de la voix trop excitée.

« Bienvenue… Byakuya, » l’épée, deux fois plus longue qu’avant, était noire comme la nuit, seule sa lame scintillait d’un blanc comme l’argent le plus pur. Voyant sa relique réformée, elle murmura. « Hahahaha, quel merveilleux cadeau de mariage ! »

La jeune fille balança joyeusement l’épée, plus longue qu’elle n’était grande.

« On n’a jamais été d’accord pour se marier, n’est-ce pas ? » demanda Al.

« Attends ici, mon chéri. Laisse-moi sortir les poubelles avant notre cérémonie ! » déclara Kanon.

« Écoute-moi bien… Peu importe, essaie de ne pas les tuer ! » demanda Al.

Kanon leva la main pour signaler qu’elle l’avait entendu haut et fort alors qu’elle se dirigeait vers les soldats impériaux.

***

« Qu’est-ce que je dois faire ? » demanda Bouda.

Le vainqueur avait déjà été décidé. Althos et Esanthel auraient dû être effacés de la surface du continent. Qu’est-ce qui n’allait pas ? Selon les rapports, deux Divas, aux côtés de nul autre que la Diva d’Esanthel, avaient fait des ravages sur les forces de l’Empire et étaient en route vers sa position même.

Qu’est-ce que je fais maintenant ? Dois-je battre en retraite et essayer de me regrouper ? Allons-nous plus loin, en nous fiant à nos chiffres ?

Mais juste derrière le commandant novice qui s’effondrait…

« Oh, mon Dieu, ils se disputent déjà ? »

« Qui est le…, » balbutia Bouda.

Bouda était complètement sans voix. Derrière lui se trouvait une déesse blonde aux yeux bleus, portant une robe de cérémonie blanche.

« Qui… Qui… êtes-vous… !? » demanda Bouda.

La déesse souriante ne répondit pas au commandant complètement abasourdi. Elle l’avait regardé dans les yeux, et…

« Oh, mon Dieu, maintenant c’est ton tour. Déshabille-toi, » déclara la déesse.

« Compris ! Compris ! » déclara Bouda.

Charmé par la beauté de la déesse, Bouda enleva son équipement une pièce après l’autre.

Alors…

« Aaaaaaaaaah ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Aaaaaaaaaah ! » cria Bouda.

C’est ainsi que le second commandant impérial fut victime de Cécilia d’Althos.

***

« Je vois… Toshisaka est donc… »

Après la bataille, Al avait partagé les derniers instants de Toshisaka avec Kanon, paralysée par les séquelles de la Surtension Céleste. Après une petite sieste pour lutter contre son épuisement complet, Kanon était de retour à son état normal. Al avait enfin retrouvé sa capacité de bouger. En plus d’un peu d’engourdissement ici et là et d’un mal de tête lancinant, il était revenu à la normale. Il était seul avec Kanon, Sharon et Feena. Jamka et Brusch s’occupaient des opérations post-bataille, et Cécilia soignait les soldats blessés à l’infirmerie, qui était désignée par le commandant ennemi suspendu à un bâton dans ses sous-vêtements.

Elle s’adonne à un passe-temps étrange : déshabiller les commandants ennemis jusqu’à leurs sous-vêtements.

Faisant fi de cette pensée, Al se tourna vers Kanon.

« Si… Si j’avais pu l’arrêter, alors peut-être…, » commença Al.

« Ce n’est pas ta faute. C’est de ma faute si j’ai été jouée par l’Empire si facilement, » elle l’avait dit avec un sourire éclatant — ou plutôt rafraîchissant, comme si elle avait décidé de quelque chose.

« Et tu m’as apportée le poignard de Toshisaka pour honorer son dernier souhait, » Al, incapable de supporter son sourire pur, détourna le regard et répondit d’un petit signe de tête. Kanon avait passé ses doigts sur le souvenir de Toshisaka.

« J’apprécie ce que tu as fait du fond du cœur, mais j’ai une dernière faveur à te demander, » elle avait regardé Al droit dans les yeux. « Tout ce qui s’est passé entre nos pays relève de ma responsabilité. J’ai personnellement donné tous les ordres, alors j’aimerais que tu pardonnes à mes troupes. Bien sûr, je suis prête à faire des réparations pour les dommages, même si cela signifie… te donner ma personne même ! »

Frappe

Al avait tapé sur le front de Kanon.

« Ehh !? Quoi ? Pourquoi m’as-tu frappée ? Est-ce tout ce que vous, les hommes, pouvez faire ? » demanda Kanon.

« Prends-le comme tu veux ! » C’était une réponse exceptionnellement brutale de la part d’Al.

« Est-il en colère ? » demanda Sharon.

« Non, il est furieux ! » déclara Feena.

Al entendit le petit échange de Feena et Sharon et se tourna vers elles.

« Bien sûr que je le suis ! Toshisaka a donné sa vie pour la protéger, et maintenant elle jette sa vie ! » Al avait diffusé ses émotions, sans filtre.

« Alors qu’est-ce que je dois faire ? Quel est l’intérêt de mon existence sans mon pays, sans Toshisaka !? Dis-moi ! » demanda Kanon.

Kanon regarda Al, les larmes coulant le long de ses joues, apparemment sans fin.

Mais Al répondit avec un doux sourire. « Tu peux toujours reconstruire ton pays. Tu as encore toutes tes troupes, tous les gens que vous avez sauvés et tous tes amis prêts à donner un coup de main, n’est-ce pas ? »

« Mon peuple… Mes amis… » demanda Kanon.

Kanon essuya son visage et fit à Feena un regard doux. Feena hocha doucement de la tête.

« En plus, on a un tas de maisons vacantes et assez de produits pour tout le monde. Si tu n’as nulle part où aller, n’hésite pas à rester avec nous jusqu’à ton rétablissement, » il avait proposé ça, indépendamment des réprimandes d’une heure qu’il recevrait inévitablement de Jamka.

« Ça veut dire… ça… ça… Ce n’est pas ma fin ou celle d’Esanthel…, » déclara Kanon.

« Bien sûr que non. Tu peux rester ici, rassembler les tiens, récupérer et rentrer quand tu veux, » déclara Feena. Elle s’approcha lentement et enlaça la fille en pleurs.

« Merci… et désolée, Feena… Je t’ai causé tant d’ennuis…, » déclara Kanon.

Kanon avait rendu le câlin. Sachant que Kanon était une fille, il n’avait aucune raison d’être jaloux… Probablement.

« C’est génial et tout, mais je meurs de faim ici ! » Malgré ses plaintes, Sharon souriait.

« T’es-tu calmé ? » demanda Feena.

Quelques minutes, ou peut-être quelques heures plus tard, Kanon avait cessé de pleurer dans les bras de Feena.

« Oui. Désolée, Feena, HAAAAAAA !? » L’expression douce de Kanon fut soudain dépassée par la terreur alors qu’elle levait les yeux vers Feena.

« Bien. Alors, écoutons tes excuses, » déclara Feena.

Son visage doux avait disparu depuis longtemps, remplacé par un regard froid et sombre qui rappelait les nuits d’hiver les plus sombres alors qu’elle tâtonnait la poitrine de Kanon.

« Hein ? Feena ! Lâche-moi… Aïe ! Ça fait mal ! » cria Kanon.

Kanon avait lutté, mais l’emprise de Feena était inébranlable.

« Tu m’as dit que tu étais un homme. Était-ce un mensonge ? » demanda Feena.

« Non ! Je l’ai fait pour mon… Aïe ! Écoute — Owowowowowowowowow ! Je ne voulais pas mentir ! » déclara Kanon.

Après l’avoir torturée un peu, Feena avait finalement lâché les seins de Kanon.

Hmph ! Espèce de menteuse ! Traîtresse ! » déclara Feena.

« Hein !? Ne viens-tu pas de me traiter d’amie ? » demanda Kanon.

« Je n’ai jamais dit ça. Si tu restes dans ce pays, coupe ces melons ou reste hors de ma vue ! » déclara Feena.

La contradiction dans ses paroles était claire comme de l’eau de roche, mais personne n’osait s’élever contre elles.

Je vois ! Elle portait cette armure pour cacher ses seins !

Al était visiblement satisfait de sa découverte, mais Feena, qui le regardait au mauvais moment, l’était moins. Elle s’était enfuie en boudant.

« Feena, attends ! Écoute, on peut enfin vivre ensemble ! Discutons un peu ! » déclara Kanon.

Sa grâce sur le champ de bataille ayant apparemment disparu dans les airs, Kanon courut après Feena, essayant désespérément d’attirer son attention.

« Je veux être avec Al… et personne d’autre, » son petit murmure en jetant un coup d’œil en arrière sur Al avait été emporté par le vent.

***

« Hehehehe. C’est merveilleux, Roi-Démon… »

Au fond du château, dans la niche la plus sombre où seules les membres de la royauté pouvaient marcher, se tenait une servante. Elle traçait si lentement l’empreinte de son doigt dans la porte géante. Dans ce trou se trouvait une faux colossale.

« Ils ont relâché la deuxième faux… Hehehehe, bientôt, mon Seigneur. Très bientôt en effet… »

Son sourire sadique et envoûtant avait scintillé dans l’obscurité avant de disparaître.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *