Divas de la Bataille – Tome 2 Épilogue

« Je me demande ce qu’est vraiment la Surtension Céleste ? » se demanda Al à voix haute.

Quelques jours après l’incident, Al était dans son bureau tranquille, réfléchissant alors même qu’il triait les documents. Il ne connaissait qu’une poignée de choses sur l’étrange phénomène connu sous le nom de Surtension Céleste. Il ne s’activerait que si la faux du Roi-Démon et la relique d’une Diva étaient présentes et si leurs émotions et leurs buts correspondaient. Il savait aussi que cela causait des problèmes et des anomalies dans le corps après son achèvement. Tout le reste n’était pas clair. Cependant, il y avait d’autres choses mystérieuses qui se passaient autour de lui aussi. Qui était Gil, la personne qui avait lavé le cerveau de Kanon ? C’était quoi ce cristal ? L’attaque même de l’Empire avait aussi des irrégularités. Al avait trop de questions et trop peu d’informations. Il avait enfoui son visage dans ses bras en désespoir de cause quand…

« On s’est embrassés, il m’a vue nue, et on s’est pelotés ! Je suis clairement sa femme légale maintenant, » déclara Feena.

« Comment oses-tu !? Non, je veux dire, je ne veux pas du tout l’épouser, mais… ! Il m’a vue nue aussi, et on s’est embrassés, » déclara Sharon.

« Hah ! Tu appelles ce stratagème du ruban “nue” ? Ne me fais pas rire ! En plus, il m’a lui-même demandé un baiser ! Qu’est-ce que c’est que ça, sinon l’amour pur ? » déclara Feena.

Alors qu’Al était au bord de la folie à la recherche de réponses, les filles sur le canapé discutaient ouvertement de ses moments les plus embarrassants.

Haah, pourquoi en arrive-t-on à ça chaque fois ?

Juste au moment où il décida d’ignorer leur conversation, il aperçut Kanon s’approchant de lui comme un chaton s’attendant à des câlins chaleureux et douillets. Après qu’il soit devenu notoire qu’elle était une fille, Kanon avait décidé d’échanger son armure robuste contre une robe pourpre claire. Bien que ce ne fût pas une décision volontaire, car Al lui-même avait brisé ladite armure… En regardant la fille qui le suppliait de ses yeux, Al prit une petite gorgée de thé…

« Al ! Faisons l’amour ! » annonça Kanon.

« Pfwhhhhhhhh ! »

Ce qui l’avait fait se projeter dans toute la pièce.

« Whoa, c’était quoi ça ? Pratiques-tu un soin du visage ? » demanda Kanon.

*Toux* *Toux* « ! D’où est-ce que ça vient ? Non, attends, où as-tu appris ce mot !? » demanda Al.

Al avait crié sur Kanon alors qu’il essayait de se défendre contre sa toux.

« Pourquoi ? La femme de chambre m’a dit que pour augmenter la population, il faut d’abord faire des bébés. Elle m’a aussi dit que je devrais beaucoup te câliner et te faire plaisir puisque tu es le réceptacle du Roi-Démon. »

Cette foutue succube… Pourquoi doit-elle tout compliquer ?

« En plus, tu n’es pas n’importe quel homme. Tu m’as conquise sur le champ de bataille ! Tu es mon propriétaire, alors pourquoi on ne pourrait pas faire beaucoup, beaucoup de SEXXXXXXXEEEEE ! » déclara Kanon.

Sa voix calme s’était soudain transformée en cri. Feena s’était faufilée derrière Kanon et l’avait violemment tripotée.

« Tu as encore ces excuses molles au niveau des seins !? Rentre chez toi et débarrasse-toi d’eux ! » déclara Feena.

Al était assis au premier rang pour regarder Feena caresser Kanon, donnant à ses seins de nouvelles formes. Pour le dire simplement, il était témoin d’une démonstration lascive de lesbianisme, avant qu’il ne détourne son regard.

« Ow ow ow ow ow ow ! Feena ! Pourquoi es-tu si cruelle ? Et ça fait mal ! Ta cruauté fait mal ! » Enfin libérée de ses contraintes, Kanon se plaignait, mais…

« Qu’est-ce que c’était, espèce de pudding querelleur !? » déclara Feena.

Feena avait attrapé sa baguette et avait commencé à toucher la poitrine de Kanon.

« Anhhhh ! Non, Feenaaaaaa ! » Elle avait protesté, mais seulement verbalement.

« Vous vous entendez vraiment bien, n’est-ce pas ? » murmura Sharon, mais…

« Oui ! » « Pas du tout… »

Elles avaient des réponses contradictoires.

« Haah… Écoutez, je dois travailler, alors sortez, » Al s’était lassé de l’agitation, mais…

*Bam !*

Sa porte s’était soudainement ouverte.

« Al ! Je l’ai enfin fini ! » Cécilia se tenait de l’autre côté, souriant d’oreille à oreille.

« Finit quoi ? » demanda Al.

Elle était arrivée avec une excitation inhabituelle dans les yeux.

« Oh, mon Dieu, tu aimerais savoir, n’est-ce pas ? Dois-je te le dire ? C’est bon, regarde ! » déclara Cécilia.

Elle lui avait poussé un paquet de papier.

C’était…

« Un projet de loi pour permettre le mariage entre frères et sœurs, parents et enfants, et hommes et femmes de tous âges ! » annonça Cécilia.

Il avait feuilleté les pages remplies de signatures.

« J’ai recueilli les signatures des nouveaux guerriers d’Esanthel, ainsi que de nos résidents de longue date. Les deux tiers de notre population sont en faveur de cette proposition et, à ce titre, le projet de loi a finalement été adopté ! » Elle l’avait dit fièrement, mais…

« Cécilia, » déclara Al, suivi d’un profond soupir, face à sa magnifique, mais déplorable sœur.

« Cécilia. Les guerriers ne sont pas nos citoyens, leurs signatures ne comptent pas, » déclara Al.

Il la regarda avec des yeux pleins de pitié.

« C’est exact, mais quand j’épouserai Al, nos citoyens — ! Feena, arrête de me tripoter ! » s’écria Kanon.

« Mais c’est… mettre la charrue avant les bœufs ! » Cécilia s’était insurgée contre le fait que Kanon n’avait pas réussi à cerner le vrai problème avec ses plans.

« Quoi qu’il en soit, c’est un congédiement…, » déclara Al.

« Excusez-moi, Votre Majesté. Des visiteurs sont arrivés. » Soudain, Lilicia apparut sur le pas de la porte.

« Des visiteurs ? Qui viendrait ici maintenant ? »

Aucune visite n’était prévue,

Alors, il l’avait demandé à Lilicia.

« Ce serait un messager de Freiya, et…, » répondit Lilicia.

« “Et” ? Il y en a d’autres ? » demanda Al.

Al était déjà inquiet, mais sa mâchoire était tombée dès qu’il avait entendu le nom de l’autre visiteur.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *