Ecstas Online – Tome 1 Chapitre 4

« C’est certain que cette fille a besoin d’une attention particulière, » Aikawa-san grommela, en croisant les bras.

Hmm, tu ne veux pas t’asseoir sur mon canapé comme si c’était naturel ? Je veux dire, j’ai décidé de profiter de la chaleur des fesses d’Aikawa-san qui s’assoit sur le canapé après son retour dans la salle des esclaves, d’accord ? Oh, c’est pas mal. Ouais, tu peux t’asseoir là.

« Excuse-moi, mais puis-je aussi m’asseoir sur le canapé comme d’habitude ? Le sol n’est pas si mal, mais j’aimerais m’asseoir en tailleur et au moins, ne pas devoir me placer en seiza, » déclara-t-ili.

« Hein ? Qu’est-ce que tu dis si fièrement ? »

Euh… cependant, ce n’est rien de ce genre. C’est après tout ma chambre ou peut-être devrais-je dire, c’est mon pays.

« Doumeguri-kun, parce que tu as merdé, maintenant tu es suspecté par cette fille, n’est-ce pas ? Agis plus correctement ! » s’écria-t-elle.

« Même si tu me dis cela, je ne savais pas quel matériel était vendu dans quelle ville, alors je ne pouvais rien faire ! » répondis-je.

Cependant, Aikawa-san poussa un grand soupir de désespoir, presque contre nature.

« Pourquoi dis-tu ça ? Si tu avais fait ça, que serait-il arrivé ? Si tu avais procédé ainsi, qu’est-ce qui se serait passé ? Si tu ne l’imagines pas, ne penses pas et n’agis pas à l’avance pour ce genre de choses. Tu dois penser à ce dont tu as besoin pour atteindre tes objectifs, car sinon peu importe le temps qui passe, tu ne seras pas capable de remplir ton travail, » déclara-t-elle.

Pour être honnête, je me sens offensé… mais, je comprends ce qu’elle essaie de dire. Cela montrait à quel point c’est important ce que j’essaie de faire en ce moment. Même une petite erreur pourrait décider de la mort de toute la classe.

« Sois très prudent et agis avec précaution. Si c’était un travail normal, je me mettrais en colère et je t’obligerais à tout recommencer, mais il y a beaucoup de situations comme celle-ci qui ne peuvent pas être défaites. N’oublie pas que nos actions affectent la vie de nombreuses personnes, » déclara-t-elle.

« … Je comprends, » déclarai-je.

Je m’étais levé, en me mettant à genoux.

« J’ai presque oublié, Aikawa-san. Me guideras-tu à travers le château avant que je retourne à Caldart ? » demandai-je.

« Le château ? Pourquoi ? » me demanda-t-elle.

« En fait, je ne connais pas encore du tout la géographie du château… et tu vois, je serai troublé si je demande à mes subordonnés de me faire visiter et que leur loyauté baisse encore, » déclarai-je.

« Je vois, il y a ça aussi. » Aikawa-san hocha la tête et se leva du canapé.

« Compris. J’ai été utilisé comme esclave pendant six mois, donc je connais les lieux principaux. Je vais te guider vers les endroits qui sont considérés comme importants en premier, » déclara-t-elle.

Aikawa-san, qui souriait fièrement, ressemblait en quelque sorte à une Onee-san fiable.

 

***

 

C’est ainsi que j’avais décidé de demander à Aikawa-san de me guider à l’intérieur d’Infermia, le Château du Roi-Démon. C’était comme une visite mystérieuse du Château du Roi-Démon pour le moment. Le début d’une attraction divertissante.

« … Doumeguri-kun, » déclara Aikawa-san.

« Chut ! Ne m’appelle pas comme ça. Tu dois m’appeler correctement “Roi-démon”, » déclarai-je.

En disant cela, j’avais doucement tiré sur la chaîne se trouvant dans ma main.

« Guh, ne-ne le tire pas ! » s’écria-t-elle.

« Dans tous les cas, les yeux du peuple, je veux dire, les yeux des démons nous observeront. S’il te plaît, fais attention, » déclarai-je.

J’avais demandé à Aikawa-san de me guider à l’intérieur du château, et pour ne pas créer de la méfiance, j’avais marché, en mettant une chaîne sur le collier d’Aikawa-san.

Cependant, Aikawa-san ne semblait pas être satisfaite de ça.

« Alors c’est ta revanche parce que tu as été grondé, hein…, » déclara-t-elle.

« Franchement. Pour la sécurité de chacun — tais-toi ! » déclarai-je.

J’avais alors repéré une silhouette venant du bout du couloir et mon corps s’était raidi à cause de la tension.

« Oh, si ce n’est pas le Roi. Qu’est-ce que vous faites ? »

Le légendaire chef des bêtes, le loup-garou Grasha, était arrivé en faisant tressaillir les oreilles qui poussaient au-dessus de sa tête.

« Grasha, hein. Comme tu peux le voir. Je suis en train de faire promener mon esclave de compagnie, » déclarai-je.

De compagnie !? Les yeux injectés de sang d’Aikawa-san l’avaient demandé.

« Hee, ça a l’air cool. Mais ne la laissez pas trop pisser dans le couloir, d’accord ? » En disant cela, Grasha avait ri.

« Je sais. Je prévois de la former adéquatement, mais je serai attentif, » déclarai-je.

Aikawa-san accumula des larmes dans les yeux et grinça des dents, faisant des bruits de grincement. Nous n’avons pas le choix, alors sois patiente pour l’instant. Ah, j’aurai la trouille plus tard.

Grasha fit un signe de la main avec un sourire éclatant et passa devant moi.

D’une façon ou d’une autre, ça… s’était passé comme ça.

Il devrait être un monstre, mais il s’était incroyablement adouci. Bien sûr, il y avait le sentiment qui me disait que je serais tué si sa « LOYAUTÉ » diminuait. Pourtant, c’était au moins mieux que de parler à mes camarades de classe à Caldart.

Je suppose que c’était normal venant des personnages de jeu qui n’existaient pas contrairement aux personnes qui existent réellement, non ?

J’avais soudainement réalisé qu’Aikawa-san me regardait avec un visage discret.

« Qu’est-ce qui se passe ? Il est passé devant nous sans problème, alors allons-y, » déclarai-je.

« … Tu as raison, » déclara Aikawa-san.

J’avais fait un signe de tête et Aikawa-san avait commencé à marcher comme si elle me guidait.

Je pouvais voir l’extérieur à travers les fenêtres quand je marchais dans le couloir ayant un haut plafond.

Les murs du château, les jardins et les bâtiments à l’intérieur ainsi que les tours des deux côtés étaient visibles sous mes yeux.

« C’est le territoire de l’Extrême-Orient du continent de Balgaea. Le royaume des êtres démoniaques est appelé “Hellandia”. C’est le Roi-Démon Hellshaft qui règne sur Hellandia et son château Infermia. As-tu compris ? » déclara-t-elle.

C’est une information de base. J’avais bien sûr lu les spécifications. Mais dans une certaine mesure, j’avais un peu oublié les noms et la géographie.

« L’Infermia, à vue d’oiseau, est pratiquement un pentagone. La partie extérieure est entourée de murs hauts et solides qui ne permettent pas l’invasion d’ennemis. Une porte en forme de visage de démon est à l’avant. À l’intérieur des murs, il y a une grande cour et diverses installations. Il y a toutes sortes d’installations sportives, de grands bains publics… des théâtres et des lieux d’exécution, » expliqua-t-elle.

Bien qu’il soit l’ennemi, les avantages pour l’employé sont substantiels… hein ? Des lieux d’exécution ?

« Les zones à l’intérieur du château sont divisées en une zone commune et une zone contrôlée par Hellander, les forces militaires du Roi-Démon. Hellander était divisé en 4 grands corps d’armée, et les quatre armées sont contrôlées par les proches collaborateurs du Roi-Démon. Par quatre chefs, je parle des Hellzecter, » déclara-t-elle.

En bref, ces quatre-là sont Grasha, Adra, Forneus et Satanachia.

« Nous sommes maintenant dans la Tour du Roi-Démon au centre d’Infermia. Aux étages supérieurs, il y a des endroits comme la salle de l’Hellshaft et la salle de conférence qui est en même temps le bureau où les Hellzecter se réunissent et où se déroulent les affaires du gouvernement. Aux étages inférieurs, il y a une salle pour parler à l’Hellander, l’armée du Roi-Démon. Et diverses installations telles que la salle à manger et la cuisine. »

Par salle à manger, tu veux dire celle-là ? Celle où j’allais être tué par Adra et les autres ? Cet endroit est devenu quelque chose comme un petit traumatisme pour moi. Comme je le pense, je passe devant, mais je n’y ai pas jeté un coup d’œil. Puis je descendis plus bas, vers le souterrain.

« Il y a un entrepôt souterrain. Une armurerie et une chambre au trésor, et même plus bas. La chose la plus importante est encore plus profondement, » déclara-t-elle.

Je descendais des escaliers interminables et me rendais à l’étage -30 où se trouvait un temple géant.

« Qu’est-ce que c’est, ça… ? » demandai-je.

Un énorme creux avait été fait sous terre. Le plafond était haut, mais sa taille n’était pas à ce degré. Quoi qu’il en soit, ses côtés étaient d’environ 100 mètres chacun, assez larges pour un espace souterrain. Et d’une certaine manière, c’était un espace qui faisait ressentir une atmosphère sacrée.

Un couloir avait été aménagé pour contourner les murs. Quand je regardai tout ça, cela avait l’air d’une bâtisse à cinq étages. Le sol avait été transformé en jardin, de la verdure et des fleurs y avaient été plantées.

Et un bâtiment ressemblant à une église gothique était à l’arrière.

« C’est l’endroit le plus important de l’Infermia, le Château du Roi-Démon. C’est le temple de la Porte de l’Enfer, » déclara-t-elle.

J’avais fait un bruit avec ma gorge. « Cet… endroit ? »

Aikawa-san et moi avions marché dans le vaste jardin souterrain. Et, nous avions mis les pieds dans le temple soutenu par d’épais piliers. Au bout du chemin droit, il y avait une grande porte sur le mur à l’arrière du temple. J’étais allé à l’avant de celle-ci et j’avais regardé son aspect majestueux.

« C’est… La Porte de l’Enfer, » murmurai-je.

C’était une porte terrifiante et belle avec des gravures de démons et d’anges sur toute sa surface. La lueur bleue était divine et la porte elle-même semblait comme provenant d’une divinité.

C’est la seule façon de revenir à la réalité… exactement comme la porte d’un autre monde.

« Seule cette porte doit être défendue, quoi qu’il arrive. Il n’est pas permis à une personne normale de la franchir, » déclara-t-elle.

J’avais été bouleversé par la présence de cette porte. Je pouvais comprendre sans avoir besoin d’entre des raisons qu’Infermia et moi, Hellshaft, existions pour protéger cette porte.

« Tu m’écoutes ? Doumeguri-kun, » demanda-t-elle.

J’avais comme ressenti la présence des silhouettes d’Asagiri et du reste de mes camarades de classe, qui ne devraient pas être là, dans mes yeux. Ils me laissaient derrière eux, et tout le monde passait par la Porte de l’Enfer avec des visages heureux.

Et au-delà de la Porte de l’Enfer — les corps de chacun devenaient de la lumière, se brisaient en morceaux et disparaissaient définitivement.

Je répondis alors sans détourner mes yeux de la Porte de l’Enfer. « … Je vais la protéger. Parce que je suis Hellshaft. »

En me regardant, Aikawa-san parla d’une petite voix douce. « Si c’est le cas, retourne immédiatement à Caldart. Et ne fais pas de bêtises, d’accord ? »

― Hein ?

« Eh bien, j’ai pensé à me détendre un peu ici à Infermia…, » répondis-je.

Les yeux d’Aikawa-san s’agitèrent vers le haut. « Ne sois pas paresseux ! Va là-bas tout de suite et enquête sur leurs mouvements ! Ou bien veux-tu être suspecté plus que ça !? »

« O-Oui ! » m’écriai-je.

Je m’étais enfui de là et j’étais revenu à Caldart par téléportation.

***

ecstas online tome 1 chapitre 4 partie 2

Un après-midi calme. Les 12 membres de la Guilde 2A s’étaient réunis dans les prairies où les arbres poussaient de façon clairsemée.

« Très bien, tout le monde est-il prêt ? Faites vos propres groupes et allez sur le terrain. En gros, vous êtes libres de faire ce que vous voulez, mais le but est d’obtenir 100 Sols par personne. Vous pouvez essayer de défier des monstres de haut niveau, mais n’allez pas mourir encore et encore. »

Après tout, n’est-ce pas bien de mourir même si vous renaissez ? C’était ce que je pensais, mais quand j’en entendis parler en détail, il semblerait qu’il y ait une pénalité.

Bien que le niveau d’une personne ne baisse pas, l’expérience était remise à 0. En bref, vous ne pouvez pas progresser à moins de retourner à votre expérience d’origine. Naturellement, le niveau allait être conservé tel quel, donc c’était beaucoup plus facile que de commencer au niveau 1.

Au fait, cette pénalité, quand j’avais demandé plus d’informations à Aikawa-san, elle avait dit que c’était un simple bogue.

Le plan d’aujourd’hui était de tuer correctement les monstres sur le terrain et d’obtenir des objets. C’était une tâche dans laquelle vous vendiez des objets en ville et gagniez de l’argent pour les frais de subsistance.

Et en même temps, c’était fait dans le but d’acquérir de l’expérience. Si des points d’expérience étaient suffisamment accumulés, alors chaque compétence s’élèverait et votre niveau augmenterait. Des combats répétés avec des monstres augmenteront la puissance d’attaque, la défense et l’agilité de chacun.

Cependant, n’est-il pas cruel de faire arbitrairement des groupes avec ceux qui s’entendent comme ça ? Cela se produisait fréquemment à l’école, alors que j’avais toujours été laissé pour compte. Et finalement, les enseignants allaient invoquer leurs pouvoirs coercitifs afin de corriger ça. Moi, celui qui avait été mis à l’écart, j’étais assigné de force à un petit groupe.

Mais je me souvenais encore des visages agacés de tous les membres des groupes que j’avais ainsi rejoints de force. Ce que je pensais à ce moment-là, c’était des choses du genre : eh bien, ça ne veut pas dire que je veux rejoindre votre groupe. Je suis bien tout seul et nous sommes sur un pied d’égalité à cet égard, alors je vais supporter ça. Ma plus grande sympathie me dit de ne pas me mettre en travers de leur chemin tout en n’étant pas trop à l’écart de tout le monde.

Mais c’était une situation dans le monde réel.

C’est un jeu ! En d’autres termes, un monde différent ! Je suis né à nouveau, comme une autre personne !

― Hmm ?

D’une certaine façon, j’avais l’impression que les groupes s’étaient déjà décidés, et qu’ils étaient complets.

Trois personnes, quatre personnes et quatre personnes formèrent naturellement des groupes, pour un total de 11 personnes. Même cette Shizukuishi insociable était parmi eux comme si c’était naturel.

Hein ? Personne n’est encore venu me dire quelque chose… ?

Cependant, tout le monde commença à marcher en se parlant, demandant : « Où allons-nous aujourd’hui ? ».

Eh bien, c’est bon… ou plutôt, c’est ce que je veux. Après tout, même si je tue des monstres, je ne me développerai pas. Ceux qui étaient humains s’excitaient sans savoir quand ils allaient mourir. C’était un fait que se déplacer seul était d’une manière ou d’une autre plus pratique.

Il valait donc mieux retourner à Caldart et comprendre la géographie de la ville ou retourner un instant à Infermia et augmenter la « LOYAUTE » avec les membres de l’Hellzecter.

« Ah, attendez, tout le monde ! Doumeguri-kun a été laissé pour compte ! » Ichinomiya s’était gratté la tête comme s’il se souvenait de mon existence.

« Oh, tu as raison. Et bien, peux-tu rejoindre le groupe d’Ougiya ? Son groupe ne compte que trois personnes. »

Cependant, Ougiya semblait extrêmement peu disposé sur ce point.

« Hein ? Attends un peu. Nous avons prévu de chasser dans la forêt noire aujourd’hui. Je ne dis pas qu’il est un fardeau, d’accord ? » déclara Ougiya.

Oh, tu ne dis pas ça !

« Alors, et mon groupe ? Akira-kun. » Asagiri avait tourné un visage rayonnant vers Ichinomiya.

La gal Busujima s’était plainte qu’elle faisait obstacle aux déclarations d’Ichinomiya. « Eeh, mais aujourd’hui Akira a dit que nous allions exterminer un paquet de Bearlizards. Je veux dire, tu ne vas pas nous diviser de ton propre chef, n’est-ce pas, Asagiri-san ? »

Et le reste du groupe avait détourné les yeux, l’air gêné. Asagiri avait mis les mains sur sa taille et avait montré un regard déçu sur son visage.

« Bien, j’en ai assez. Je vais m’occuper personnellement de Doumeguri-kun afin que tout le monde puisse aller à la chasse, » déclara Asagiri.

« Eh ? Mais… Asagiri, » déclarai-je.

« Ne t’inquiète pas, Doumeguri-kun. C’est réglé, non ? Busujima-san et Akira-kun ? » déclara Asagiri.

Ichinomiya avait dit « Désolé » tandis que Busujima avait plutôt fait un accueil chaleureux face à cela. Elle était souriante. Hé ! N’est-ce pas une mauvaise chose que d’être divisé ?

Cela dit, le moment de ma leçon privée avec Asagiri était arrivé à l’improviste.

« D’accord, on y va aussi, » déclara Asagiri.

En veillant sur moi, Asagiri avait montré un sourire éclatant.

Je répondis à peine à ce sourire éblouissant. « O-Oui. »

Nous avions commencé à marcher vers le périmètre alors que les autres groupes avaient déjà disparu.

« Où est-ce qu’on va ? » demandai-je.

« Hmm. Il y a une quête de type tutoriel parfaite pour toi. Cette quête n’a plus d’utilité pour nous, mais je pense qu’elle est bien pour toi, Doumeguri-kun, » déclara Asagiri.

Une rivière s’écoulait au milieu de la vaste prairie. Nous avions vu une forêt un peu plus loin sur le tracé de cette rivière.

« Cette région est agréable… »

Asagiri avait ouvert le menu et avait passé un doigt dans l’espace vide. L’écran du menu n’était visible que par la personne elle-même, alors on aurait dit qu’elle écrivait quelques caractères en l’air.

« D’accord. C’est bon. J’ai accepté une quête pour les débutants, » déclara Asagiri.

« Quel est… son contenu ? » demandai-je.

« Oh, c’est vrai. Je n’ai pas dit les choses importantes, n’est-ce pas ? » déclara Asagiri.

Asagiri avait sorti sa langue avec un *Tee-hee* et avait souri. Ses expressions qui changent constamment étaient si mignonnes.

« “Battez cinq monstres ressemblant à des moutons appelés Moutons Barrett dans cette région”. Ces monstres laissent tomber de la laine comme un objet, donc si nous les vendons aux magasins de matériaux de Caldart, la quête sera terminée, » expliqua-t-elle.

Je vois… Je sens que c’est certainement une quête destinée aux « Débutants ».

« Regarde, il y en a un qui est apparu assez vite. Fais de ton mieux ! » déclara Asagiri.

« O… okay, » répondis-je.

Une boule de poils blanche était en train de manger de l’herbe dans les prairies. C’était un mouton Barrett. Ses cornes étaient grandes et pointues et son visage était plus diabolique que celui d’un mouton normal. Ses yeux plissés, en colère, étaient bizarrement relevés.

Je m’étais approché lentement mais sûrement par-derrière pour que le mouton Barrett ne me remarque pas. J’avais tenu l’épée fermement dans ma main, je m’étais accroupi et j’avais observé son allure.

« Bien, bien. C’est la façon de procéder ♪ , » murmura Asagiri.

Bien que je sois prudent, Asagiri avait croisé les doigts sur son dos et m’avait accompagné, tout en marchant lentement. Mais je ressentais une pression rien qu’en étant observé par elle.

Avec détermination, j’avais déplacé mon épée vers le bas en plein sur le Mouton Barrett. Mon épée fut repoussée par la laine duveteuse et la peau et la chair épaisse en dessous. Pourtant, le nombre « 10″ de couleur rouge était apparu.

Le Mouton Barrett avait crié et il s’était retourné. Il m’avait reconnu comme un ennemi et s’était jeté sur moi. Comme son nom l’indiquait, son attaque était comme une balle. Mon corps avait été emporté par le vent.

« Guwaaaah ! »

Le nombre « 40 » avait émergé de mon corps alors que je roulais sur le sol. Hé ! Si j’en mange deux autres coups, je m’avancerais au bord de la mort, n’est-ce pas ? Je mourrai même si c’est une mauvaise attaque ou une attaque critique !? Qu’est-ce que je dois faire ? C’est..,

Le Mouton Barrett avait encore chargé sans se soucier de mon état.

« U… waaaah! » J’avais crié par réflexe et je m’étais contracté sur moi-même.

Asagiri s’était placée de force entre nous, devant moi.

« Asagiri !? » m’exclamai-je.

Elle avait arrêté la charge du Mouton Barrett avec le bouclier métallique qu’elle a équipé Dieu sait quand. Et sans un instant de retard, elle avait ajouté un léger coup d’épée. Puis, le nombre « 100 » émergea du corps du Mouton Barrett.

« Maintenant, lève-toi. Essaie encore ! » déclara Asagiri.

« … D’accord ! » répondis-je.

Je m’étais levé et j’avais frappé de toutes mes forces le Mouton Barrett qui avait vacillé. Le nombre « 20″ s’était affiché depuis la laine blanche et le Mouton Barrett était tombé, tremblant violemment.

« Félicitations, Doumeguri-kun ! Tu as vaincu le Mouton Barrett ! C’est ta première mise à mort, » déclara-t-elle.

Elle sourit joyeusement comme si elle avait elle-même obtenu la victoire pour la première fois.

« Eh bien… c’était cependant presque entièrement… grâce à, toi, Asagiri, » par ces seules actions, j’avais fini par être essoufflé, alors j’avais répondu par à-coups.

Le corps du Mouton Barrett, qui était tombé et avait eu des convulsions, était devenu de la lumière puis il avait disparu. Au même moment, une icône de notification était apparue dans le coin de mon champ de vision ainsi qu’un faible son électronique. J’avais touché cette icône et la fenêtre d’objet s’ouvrit. Elle me montrait la laine nouvellement obtenue.

J’avais alors soupiré comme si j’avais terminé la tâche.

« Alors, faisons les quatre autres de la même façon, d’accord ? » demanda Asagiri.

Asagiri était étonnamment spartiate.

« Hmm ? … Qu’est-ce qui se passe ? »

Soudain, un air froid était arrivé de quelque part. Au même moment, le sol à mes pieds était devenu brumeux.

« Est-ce du brouillard ? » demandai-je.

« C’est à ça que ça ressemble. Mais c’est inattendu et inhabituel dans ce pays plat…, » répondit Asagiri.

Le brouillard devint de plus en plus sombre au moment où nous parlions. Quelque chose ne va pas. Au moment où je l’avais pensé, une fenêtre était apparue devant moi.

Une Quête d’Épidémie.

« Asagiri, que diable est-ce… ? » demandai-je.

« C’est une quête forcée soudaine ! Nous avons été entraînés là-dedans, » répondit Asagiri.

Le teint d’Asagiri changea.

Le niveau cible de la quête était de 17. C’était très risqué, car le niveau de chacun était autour de 15. Il n’est pas surprenant que le teint d’Asagiri ait changé.

« Fuyons ! » cria Asagiri.

J’avais couru, en suivant Asagiri qui s’était mise à courir.

Cependant, au bout d’un moment, mon corps était rapidement devenu plus lourd.

« Qu… qu’est-ce que c’est ? » m’écriai-je.

Mon corps ne bougeait pas vers l’avant, comme si j’étais freiné par une main invisible.

Asagiri était elle aussi devenue confuse et répondit en secouant la tête. J’avais ouvert le menu à nouveau et confirmé le contenu de la Quête d’Épidémie.

« Voyons voir… Trouvez le Magicien Grim de niveau 17 et soumettez-le. Il y a une barrière générée dans la zone avec un pouvoir magique, donc nous ne pouvons pas partir avant sa défaite. Le temps dans la barrière change facilement et il est probable que ça empire… il semblerait, » avais-je lu.

Asagiri, tête en bas, posa sa main sur son front.

« Je suis désolée, Doumeguri-kun. C’est devenu comme ça…, » déclara Asagiri.

« Non, c’est bon. Ce n’est pas de ta faute, Asagiri, » répondis-je.

« C’est vrai. Nous allions faire le tutoriel pour débutants, mais je n’aurais jamais pensé qu’une Quête d’Épidémie surgirait dans un endroit comme celui-ci. Je suis vraiment si…, » déclara Asagiri.

Une goutte de pluie avait touché le bout de son nez. L’odeur de la pluie nous avait immédiatement enveloppés.

« Uwaa, c’est devenu tellement pire dès qu’il pleut ! » m’écriai-je.

La pluie qui tombait sur l’herbe faisait monter une odeur de verdure.

« L’explication dit que le temps change facilement, mais… c’est certainement ce à quoi ça ressemble, » déclarai-je.

Durant ce temps, l’averse passagère arriva, devenant de plus en plus forte.

« Allons, ce…, » déclarai-je.

« On ne peut pas rester ici. Mettons-nous à l’abri de la pluie ! Suis-moi ! » déclara Asagiri.

Avec cela comme but, Asagiri avait commencé à courir. Je l’avais suivie, en surveillant le dos d’Asagiri dans cette pluie battante. C’était vraiment une pluie terrible. L’expression « il pleut des cordes dehors » convenait parfaitement. Cependant, était-il nécessaire de faire des changements de temps de ce niveau dans le jeu ? C’est trop intense ! Peut-être que cela n’avait pas encore été ajusté. Mais si cela continuait comme ça, une plainte allait certainement leur parvenir. L’eau accumulée dans mes bottes était désagréable, et même mon pantalon sera absolument trempé sous peu.

« Continuons ! Juste un peu plus ! » déclara Asagiri.

« D-D’accord ! » répondis-je.

Elle cria pour ne pas perdre face au bruit de la pluie. Après avoir couru un moment, une grande ombre apparaît au milieu de la pluie et du brouillard.

« On peut se mettre à l’abri de la pluie là-bas ! » déclara Asagiri.

C’était une maison de style européen. Il s’agissait d’un bâtiment en bois de deux étages avec une grande cheminée installée sur le toit triangulaire. Était-ce une maison où vivaient des PNJs ? Cependant, Asagiri avait bondi dans l’entrée sans frapper.

« On sera en sécurité ici. Les monstres n’entreront pas dans la maison, » déclara Asagiri.

« Oh… Je suis crevé, » déclarai-je.

Tout mon corps était mouillé. C’était comme si nous avions tous les deux sauté dans une piscine.

« Mais, qu’est-ce qui se passe avec cette maison ? » demandai-je.

La maison n’avait ni lumière ni meubles, elle était vide. La seule décoration était une cheminée placée contre le mur. La grande cheminée sur le toit semblait être liée à cette cheminée.

Il n’y avait pas de meubles, mais il y avait un long tapis poilu étalé sur le sol. Avec ça, et même si on s’allongeait par terre, je pense qu’on allait bien pouvoir se reposer.

Asagiri avait essoré ses cheveux dégoulinants avec les deux mains.

« Je faisais une pause ici quand je venais avant, mais d’une certaine façon, ça ressemble à une maison inoccupée. On peut faire une pause, plus ou moins, et en plus, quand on le fait, notre argent n’est pas diminué, » déclara-t-elle.

Il semblerait que des personnages PNJs allaient être déployés, mais n’avaient pas encore été faits. Ou alors seules les données de la maison avaient été placées de manière adéquate.

« Serait-ce ainsi… ? En tout cas, on a échappé au danger, » déclarai-je.

« Oui, donc… *atchoum* ! » Asagiri éternua.

Uwaa, quel éternuement mignon !

Cependant, le visage d’Asagiri était devenu rouge et elle avait couvert sa bouche.

« Il semblerait que j’ai pris froid… d’abord, nous allons devoir allumer un feu dans la cheminée et nous changer, » déclara Asagiri.

Heureusement, le bois de chauffage était empilé sur le côté de la cheminée et Asagiri avait un article allume-feu prêt à l’emploi pour pouvoir immédiatement allumer le feu dans la cheminée.

***

ecstas online tome 1 chapitre 4 partie 3

Il pleuvait toujours abondamment dehors, il faisait aussi sombre que la nuit.

Comme il n’y avait pas de lumière dans la maison, le feu de la cheminée était la seule lumière.

Le feu de la cheminée était chaud alors que je tenais mes mains vers elle. Avec ça, nos corps n’allaient pas geler.

« La prochaine étape est de changer de vêtements, hein…, » déclarai-je avant de me figer.

« Tu ne vas pas te changer… Doumeguri-kun ? » demanda Asagiri.

Je n’avais pas apporté de vêtements de rechange alors j’étais devenu troublé. Je me demandais en ce moment quoi faire. À part ce que je portais en ce moment, l’autre chose que j’avais était l’armure du Roi-Démon. Mais il n’y a aucune chance que je porte ça, n’est-ce pas ?

« Ce n’est pas bien de rester mouillé comme… ah *atchoum* ! » déclara Asagiri.

Oh non, elle a vraiment pris froid.

« Tu ne peux pas. Tu tombes aussi malade dans ce monde, tu sais ? Nonnon… Je veux dire, Shizukuishi est restée au lit pendant trois jours avec un rhume, » expliqua Asagiri.

Hein ? Vraiment ? Si c’est le cas, je me demande si ce réalisme presque identique est vraiment nécessaire.

« Mais je n’ai pas d’autre équipement…, » déclarai-je.

Y a-t-il une sorte de vêtements que je peux utiliser une fois que j’ai enlevé mes vêtements… ?

Soudain, le rideau de la fenêtre avait attiré mon attention.

Dois-je emprunter ça ?

J’étais immédiatement allé retirer le rideau. Oh, c’est étonnamment doux. C’est comme une serviette douce, idéale pour s’essuyer le corps. J’avais mis le rideau comme une cape et je l’avais enroulé autour de mon corps.

« Je me sens vraiment mal pour toi d’être comme ça, Asagiri… mais puisque tu sembles avoir très froid, ne sera-t-il pas bien d’enlever ton équipement ? » demandai-je.

Asagiri rougit et regarda en diagonale vers le bas. Elle semblait être troublée par quelque chose tout en gémissant légèrement.

« Asagiri ? » demandai-je.

« C-Ce n’est rien. C’est juste que…, » répondit Asagiri.

« Vraiment ? Non, je me sens vraiment mal. Oh, je sais. Essayons de rester le plus près possible. Je suis sûr que tu es totalement préparée et que tu as beaucoup d’équipement, Asagiri, » déclarai-je.

Soudain, Asagiri avait relevé ses épaules.

« Un rideau… pour moi, s’il te plaît, » déclara Asagiri.

Hein ?

En voyant mon visage abasourdi, une Asagiri apparemment brûlante avait continué à parler. « P-Parce que ! C’est inévitable ! J’avais beaucoup trop d’objets et j’ai pensé à les trier quoiqu’il arrive… »

Oh… je comprends maintenant.

J’avais enlevé l’autre rideau sans rien dire et l’avais offert à Asagiri.

« Comment le dire… quel mauvais timing, hein, » déclara Asagiri.

Asagiri, dont les oreilles étaient devenues rouges, avait accepté le rideau.

Asagiri avait complètement enroulé le rideau autour de son corps et avait soigneusement confirmé que son corps ne serait pas vu depuis une ouverture. Puis elle soupira et laissa sa main droite sortir d’un coup par une ouverture. Je fus inconsciemment surpris par la blancheur de sa peau. Asagiri manipula le menu comme si elle avait pris une décision capitale.

Au-delà du rideau, la silhouette de l’équipement mis sur le corps d’Asagiri avait été mise en évidence.

Puis leurs formes avaient disparu tout d’un coup.

Le rideau s’était enroulé directement autour de son corps et les contours du corps d’Asagiri avaient émergé.

Malgré un taux d’exposition nulle, j’avais clairement saisi la forme de son corps svelte et souple.

Inconsciemment, j’avais fini par chercher les points de différence avec le modèle VR d’Asagiri que je faisais. Le modèle VR d’Asagiri, pour parler franchement, avait des seins énormes et un corps érotique. Malgré cela, quelle était cette sexualité inhabituelle ? Bien que la taille de sa poitrine et l’inflexion de son corps aient eu tendance à être supprimées, la séduction que dégageaient ses hanches souples en forme de saule stimulait mes instincts.

— Ah, je ne peux pas. Qu’est-ce que je fais, à la regarder fixement comme ça ? Je suis un gentleman. Je dois me comporter comme un gentleman. Je ne deviendrai jamais un gentleman pervers. J’avais aussi enlevé mon équipement. Ça m’a fait du bien d’enlever mes vêtements, mais ça.

Bien sûr, je me cache, mais qu’est-ce que c’est ? J’avais l’impression d’être nu devant Asagiri. Quand je le pensais ainsi, ma partie essentielle semblait incapable de se contrôler. C’est mauvais ! Ce sera terrible si je ne le contrôle pas tout de suite !

J’avais pris de la distance et m’étais assis plus loin, donnant à Asagiri la place devant la cheminée. Asagiri s’était assise en diagonale devant la cheminée et m’avait jeté un coup d’œil.

« N’auras-tu pas froid en étant si distant ? Tu peux te rapprocher un peu plus, tu sais ? » déclara Asagiri.

P-pourquoi est-ce que ça finit par être un peu excitant ? Mon cœur est devenu corrompu, peut-être ?

« A-Alors… Je vais accepter ton aimable proposition, » déclarai-je.

J’avais lentement rampé et j’avais essayé de m’approcher de la cheminée. Lorsque je regardai Asagiri avec désinvolture, je vis que ses pieds blancs s’étendaient du bas du rideau dont elle était enveloppée. Elle était assise sur le sol, s’agrippant les genoux. Une ombre sombre s’était créée en dessous. Dans cette obscurité, ses cuisses lâches et arrondies étaient à peine visibles. Si j’appuyais plus bas, je risquais de voir ce qu’il y avait là-dedans, j’avais inconsciemment retenu mon souffle. Nous étions à environ 1,5 mètre l’un de l’autre. S’approcher plus que cela serait considéré comme dangereux.

J’avais détourné mon visage vers la cheminée tout en étant assis de la même manière qu’Asagiri.

Cependant, qu’est-ce que c’est que cette situation alors que j’essaie de me recueillir ? J’étais seul avec Asagiri. De plus, c’était dans une telle situation de cercle fermé, où un simple morceau de tissu était enroulé autour de nos corps.

D’une certaine façon, j’avais l’impression que c’était comme une chance, mais comme je n’avais pas eu de chance depuis le début, alors je me disais que ce n’était qu’une illusion.

En fait, et pendant un court moment, nous nous étions assis devant le foyer, mais il n’y a pas eu de développement qui devrait être signalé.

Asagiri aborda un sujet stupide, mais je ne pouvais pas bien répondre à cause de la tension et de mon inexpérience. Je répondis pratiquement question par question. J’aimerais dire quelque chose d’intelligent, mais ce n’était que dans des moments comme celui-ci que je ne trouvais pas les mots. Ce serait assez grave si je disais quelque chose de stupide et si elle trouvait cela désagréable et me détestait pour cela.

Finalement, Asagiri s’était calmée et nous nous étions mis à genoux tous les deux en regardant le feu dans la cheminée.

« *Bâillement*… »

J’entendis alors qu’Asagiri était en train de bâiller. Elle avait beaucoup chassé et couru sous la pluie, alors ce n’était pas étonnant qu’elle soit fatiguée. Je pensai alors que c’était une preuve qu’elle s’ennuyait d’être avec moi, et qu’elle essayait intentionnellement de fermer les yeux. Néanmoins, il était intéressant de noter que le sommeil était nécessaire même dans Exodia Exodus. Nous n’avions pas notre vrai corps, et pour ainsi dire, nous étions juste faits de nos données de conscience. Malgré cela, on s’endormait quand même. Il n’y avait pas que la fatigue physique, mais aussi la fatigue émotionnelle…

« Ah, tu m’as entendu… n’est-ce pas ? » me demanda-t-elle.

Asagiri avait baissé la tête, l’air gêné.

« Oui… mais, tu es fatiguée et il est assez tard, » répondis-je.

Quelques heures s’étaient déjà écoulées depuis que nous nous étions mis à l’abri de la pluie.

L’heure affichée sur la fenêtre du système était postérieure à 22 heures. Je ne pense pas qu’il soit si tard, mais Asagiri semble être une lève-tôt.

« Je suis déjà à ma limite, » déclara-t-elle alors qu’elle s’était étendue. « Désolée. Je vais un peu dormir. »

« Oh, d’accord. La pluie ne s’arrête pas et c’est dangereux de sortir la nuit. De toute façon, nous sommes coincés ici jusqu’au matin… Je suppose que c’est mieux de dormir quand on peut dormir, » déclarai-je.

Oh, c’était une belle réplique, n’est-ce pas ?

« Tu as raison. Et Doumeguri-kun, tu devrais aussi dormir. Si la pluie s’arrête, nous bougerons dès l’aube demain, » déclara Asagiri.

Certainement, ne pas dormir à partir de ce moment jusqu’au lever du soleil serait une mauvaise idée.

« Alors, moi aussi…, » répondis-je.

Je m’étais allongé avec une certaine nervosité en moi. Ah, le tapis est étonnamment bon.

Je regardais en ce moment le plafond, et le balancement des flammes de la cheminée qui s’y reflétait. J’entendis le bruit d’Asagiri qui se retourna et le bruissement des vêtements se mélangea au bruit du bois de chauffage. Ce son était étrangement fort et résonnait dans mes oreilles de façon séduisante.

J’avais même entendu sa respiration indistincte pendant son sommeil. Ouais, d’une certaine façon, mon cœur s’emballait. Ce que je veux dire par là, c’est que je ne peux pas du tout dormir. Une Asagiri absolument sans défense dormait à côté de moi. De penser que je dormirais avec elle, juste nous deux dans un endroit comme celui-ci, j’étais si nerveux que je ne me sentais pas capable de dormir. Avec l’idée constante que je devais dormir, l’incapacité de dormir augmenta.

Si j’abandonnais plutôt cette chose, que je devais dormir, ce serait mieux pour ma santé mentale. Je veux dire, c’est une chance rare, n’est-ce pas ? Je peux vénérer le visage endormi d’Asagiri autant que je veux, non ?

— D’accord, je vais le voir.

J’avais bougé et m’étais tourné vers Asagiri.

« Hey. Doumeguri-kun, » déclara Asagiri.

« Hy-hyaaa! » m’écriai-je.

Asagiri détourna le regard, elle regarda par ici. Euh oh, a-t-elle découvert que j’essayais de regarder furtivement son visage endormi ?

En gloussant un peu, Asagiri m’avait parlé. « Je suis contente d’avoir pu te rencontrer, Doumeguri-kun. »

Ma poitrine avait bondi, étant effrayée.

« Hein !? P-Pourquoi ? » demandai-je.

« Je m’inquiétais de ce qui était arrivé aux autres. Peut-être… qu’ils sont morts, j’ai pensé à toutes sortes de choses. Mais je suis un peu soulagée, sachant que venir tard est aussi une alternative, » déclara Asagiri.

Oh, je vois. C’est ce qu’elle voulait dire par là.

« Mais les deux tiers de la classe sont manquants…, » déclarai-je.

C’est certain, où diable les autres sont-ils allés ? Quant à Aikawa-san, elle ne semblait pas avoir reçu de communication même si des gens sont morts, donc je ne peux que le deviner : où sont-ils… ?

« Oui. C’est pourquoi quand tu es arrivé, Doumeguri-kun, il y a des choses que nous ne savons pas et beaucoup de possibilités aussi. Je sais qu’il n’y a pas de relation directe, mais je suis sûre qu’il est possible de retourner dans le monde originel, » déclara Asagiri.

En disant cela, le visage vu du côté d’Asagiri était un peu fugace.

« Asagiri, penses-tu qu’on ne peut pas se libérer de ce monde ? » demandai-je.

Affichant un faible sourire, Asagiri se tourna vers moi.

« Je dirais, en partie. J’ai vécu ici ces six derniers mois, croyant que j’allais rentrer chez moi… mais, honnêtement, je suis un peu fatiguée. C’est pourquoi, je suis heureuse que tu sois venu, Doumeguri-kun, » déclara Asagiri.

Mon cœur battait tellement fort que ça faisait mal.

Quand j’y pense, c’était la première fois que je parlais avec une camarade de classe comme ça. Et en plus, il s’agissait d’Asagiri Ririko. En tout cas, c’était une femme mignonne et belle que j’aimais bien, et dont je me languis, mais elle était aussi une résidente absolument inaccessible d’un autre monde malgré qu’elle soit dans la même classe que moi. C’est miraculeux de pouvoir discuter avec elle, même si elle est heureuse que je sois venu, n’est-ce pas ?

« Tu peux avoir une différence de niveau avec tout le monde… mais si tu t’habitues à te battre, alors tu pourras former des groupes avec tout le monde et il sera plus rapide pour toi de monter de niveaux de cette façon, » déclara Asagiri.

« Eh bien, personne ne voudrait s’associer à quelqu’un comme moi. En premier lieu, les invitations étaient…, » commençai-je.

Ce n’est pas ça. Ce n’est pas ça, n’est-ce pas ? J’ai ma propre opinion bien établie me concernant. Je ne serai jamais un impotent distant. J’ai choisi d’être distant.

« … Je pense que communiquer avec les autres est une perte de temps et d’opportunités. Je pense que c’est le cas dans la mesure où le faire c’est comme des pertes mentales, physiques et financières. C’est pourquoi j’agis seul. Donc… il n’y a pas besoin de s’en faire avec ça, » déclarai-je.

Asagiri avait fait un signe de tête et avait dit. « Est-ce ainsi ? » avec un doux sourire.

Son sourire semblait regarder droit dans mon cœur, alors je ne pouvais plus regarder Asagiri. Je regardai le plafond et murmurai sans réfléchir.

« Eh bien, je suis une personne barbante. Pour être honnête, je ne suis ni une personne intéressante ni quelqu’un avec qui tu pourrais être heureux. »

Je parlai, face au plafond, avec un sentiment d’autodévalorisation.

« Je ne pense pas que ce soit vrai. Doumeguri-kun, tu es une bonne personne et tu es aussi sérieux, » déclara Asagiri.

Une bonne personne ? J’ai entendu dire que « bonne personne » est l’abréviation de « personne sans valeur », non ?

« Tu ne viens jamais en retard et tu n’es jamais absent. Ton comportement en classe est sérieux et tes notes ne sont pas mauvaises, » continua Asagiri.

Eh bien, c’est normal…

« Même s’il y a des gens qui sautent leur tour pour faire le ménage à cause des activités du club, je trouve que toi, qui les fait tout seul est admirable, » déclara Asagiri.

Eh bien, sachant que je suis le seul à ne pas être impliqué dans les activités du club, ces gars m’ont juste poussé à le faire, en disant « On s’en fout, Doumeguri le fera de toute façon ».

« Au moment de la fête de l’école, la porte de l’école était cassée, n’est-ce pas ? Mais le jour suivant, elle a été réparée d’une manière ou d’une autre. Celui qui l’a réparé, c’était toi, Doumeguri-kun, n’est-ce pas ? » demanda Asagiri.

C-Comment le sait-elle ?

Cette Ougiya facile à vivre était de bonne humeur et avait eu le culot de la détruire. J’avais décidé d’essayer de tout faire sans la porte, mais j’avais confectionné la porte, alors j’avais pensé à la réparer à tout prix tout en étant en colère.

« Au bout d’un certain temps, j’ai entendu une conversation dans laquelle ils disaient t’avoir vu la réparer ce jour-là, tard dans la nuit, c’est comme ça que j’ai su, » déclara Asagiri.

« V-Vraiment… ? » demandai-je.

« Ce n’est pas la seule chose. Le jour où la fille du club de jardinage a eu son premier rendez-vous avec son petit ami, tu l’as remplacée pour le désherbage du club de jardinage. J’étais très heureuse que tu sois la personne avec qui elle avait trouvé pour changer de place, » déclara Asagiri.

Eh bien, j’ai juste été piégé, tu vois… elle a dit « Senpai, pourquoi ne pas faire le désherbage ensemble ce dimanche ? ». Mais quand j’y suis allé, la fille n’était pas là, j’étais son suppléant.

Mais je connaissais les circonstances.

C’était un mensonge flagrant, mais mes yeux pétillaient de tant d’espoir que j’avais pensé que cela n’avait pas d’importance si je me faisais avoir.

« Ce serait génial si je pouvais en faire étalage plus souvent. »

J’avais entendu la douce voix d’Asagiri.

« Je sais que même si personne ne sait que tu es là, tu es une personne qui travaille dur pour tout le monde dans le secret. Donc, c’est normal d’avoir plus confiance en soi, tu sais ? » déclara Asagiri.

Je ne pouvais pas bouger tout en regardant le plafond.

Je pensais que personne ne s’intéressait à moi.

Que personne ne m’avait vu, qu’on me faisait la sourde oreille, qu’on ne me remarquait pas.

Je ne pouvais pas croire qu’Asagiri me surveillait.

Elle en savait autant sur moi.

Je me consolais en achetant des modèles en plastique de choses que j’admirais ou que je voulais et que je n’aurai absolument jamais comme les voitures et les avions. Avec ce sentiment, j’avais fait un modèle VR d’Asagiri.

Cependant, la vraie Asagiri n’était pas quelque chose qui pouvait être reproduit avec un modèle VR.

Pas du tout.

Elle est un ange.

Mais je n’avais pas les qualifications pour être loué de cette façon par Asagiri.

Je le sais bien.

Je savais qui se passait dans ce monde et à quel point les situations étaient dangereuses pour elle.

Je suis venu à Caldart pour avoir l’opportunité de tous vous tuer.

Si je suis vaincu, vous passerez par la Porte de l’Enfer et vous mourrez.

Donc je dois vous vaincre.

Mais pour être honnête, ce n’est pas le principal.

Le plus important, c’est que je vous sauve.

Je ne veux pas mourir, alors je vais vous vaincre.

En conséquence, j’ai seulement décidé de vous tenir éloigné de la Porte de l’Enfer.

― Mais,

Si c’est Asagiri.

Si c’est Asagiri, alors je peux lui dire la vérité.

Parce que,

Asagiri me comprend.

Et surtout, je veux aider Asagiri.

Sans tenir compte des autres camarades de classe.

Je dois le faire,

Je dois la sauver,

Il faut que je sauve Asagiri.

Cette personne en vaut la peine.

Ce n’est pas grave si elle ne m’aime pas.

C’est bon si elle a décidé de sortir avec Ichinomiya.

Néanmoins, moi, pour Asagiri —

« E-Euh, actuellement ―, » commençai-je.

« Je veux absolument rentrer à la maison. Et pour cela, » déclara Asagiri.

Inconsciemment, j’avais bloqué mes mots qui allaient sortir de ma bouche quand j’avais entendu le ton fort présent dans la voix d’Asagiri.

« Je vais certainement vaincre le Roi-Démon Hellshaft, » déclara Asagiri.

« ― ! »

J’avais ouvert les yeux en grand et je m’étais raidi.

« Il y a des gens dans notre monde d’origine qui m’attendent. C’est pourquoi, peu importe la méthode que j’utilise, je dois… vaincre ce Roi-Démon, » continua Asagiri.

J’avais souri de toutes mes forces. Cependant, ce n’était rien d’autre qu’un sourire raidi. J’avais tourné le dos à Asagiri pour cacher mon visage.

« V-Vraiment ? Mais… il est fort, n’est-ce pas ? Le Roi-Démon, » demandai-je.

« Mais il doit y avoir un moyen de le vaincre de façon certaine. De plus, si la véritable identité du Roi-Démon est révélée, la quête de Clarté du Jeu devrait apparaître à nouveau, » déclara Asagiri.

Je pensais que mon cœur s’était arrêté.

« Nous ne le savions pas à l’époque… mais au cas où cette quête serait à nouveau générée, cela signifierait que “la véritable identité du Roi-Démon” était connue, non ? Je n’arrête pas d’y penser, » déclara Asagiri.

J’étais complètement à court de mots.

Et, pendant un moment, j’avais regardé la lumière des flammes vacillantes sur le mur sombre.

Soudain, je regardai vers les flammes de la cheminée.

Dans ces flammes, j’avais senti que j’avais aperçu le manteau du Roi-Démon Hellshaft.

Les reproches qui brûlent dans la cheminée se reflétaient dans mes yeux.

« Asagiri… veux-tu tant retourner dans le monde originel ? » demandai-je.

« Oui, » répondit Asagiri.

J’avais tranquillement fixé mes yeux sur Asagiri. Asagiri regardait droit vers un point du plafond.

« Je veux rentrer à la maison. Je veux vraiment rentrer chez moi, » déclara Asagiri.

Son visage vu de côté et sa voix étaient emplis d’une volonté forte.

De façon inattendue, et comme si elle se réveillait d’un rêve, Asagiri se tourna vers moi comme si elle le réalisa soudainement.

« Désolée ! J’ai été tellement absorbée par ma propre histoire ! Qu’allais-tu dire à l’instant ? » demanda Asagiri.

J’avais relâché mes lèvres et m’étais tourné vers le plafond.

« Rien… J’ai juste un peu sommeil. »

« Ah, je suis désolée ! Alors, bonne nuit ! » En disant cela comme si elle paniquait, Asagiri avait détourné ses yeux et s’était retournée.

Je n’arrêtais pas de réfléchir en regardant le plafond.

En écoutant le bruissement du tissu et la respiration d’Asagiri pendant son sommeil.

Je ne pouvais pas dormir même s’il n’y avait pas de lumière à l’extérieur de la fenêtre.

***

ecstas online tome 1 chapitre 4 partie 4

« Quel soulagement ! Il semble que ce soit complètement arrêté, » déclara Asagiri.

En quittant la maison vide, Asagiri et moi regardions le ciel. C’était encore nuageux, mais le ciel était vraiment lumineux et l’herbe brillait avec la rosée du matin.

« Les vêtements semblent également être totalement secs, » déclarai-je.

L’équipement semblait sécher automatiquement après un certain temps.

Nous, qui avions revêtu notre équipement pour le combat, avions quitté la maison inoccupée et avions marché sur les champs couverts de la brume matinale.

« Si on ne bat pas le magicien qui a fait la barrière, alors on ne sortira pas d’ici, hein…, » déclara Asagiri.

C’était très vrai. Un Magicien Sinistre de niveau 17. C’était un ennemi assez puissant.

« Hmm ? Asagiri, n’est-ce pas étrange ? » demandai-je.

« Hein ? Quoi ? » demanda-t-elle.

Des falaises abruptes s’étendaient à gauche et à droite. Et une partie des falaises semblait être surélevée.

Les graphiques de l’arrière-plan étaient légèrement décalés. Est-ce un bogue ? Ou…

Asagiri retraça le chemin de la vallée. Et, elle s’arrêta un peu avant l’endroit suspect.

« C’est certain, il y a quelque chose…, » déclara Asagiri.

Asagiri avait ouvert le menu et avait fait fonctionner quelque chose. Puis, un avis était apparu dans lequel un élément avait été ajouté à mon champ de vision.

« C’est… la brume du matin, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oui. C’est de l’énergie. [1] Je n’en ai que deux avec moi. Alors, utilise-les quand ça devient dangereux, » déclara-t-elle.

« Compris. Alors, je vais attirer son attention, » déclarai-je.

Cependant, Asagiri secoua la tête.

« Doumeguri-kun, ton niveau est trop bas pour ça. Je suis sûre que celui qui se cache est un Magicien Sinistre. Si des sorts offensifs à large portée sont utilisés, Doumeguri-kun, tu te retrouveras… ce sera dangereux, alors, hmm, utilise-le toujours avant que ça ne devienne dangereux, » déclara-t-elle.

C’était un ennemi avec lequel même Asagiri aurait du mal, et pourtant, on me donne toute l’énergie ?

« … J’ai compris. Mais, je vais aussi me battre. Je vais réduire un peu ses Points de Vie, » déclarai-je.

Asagiri sembla un peu surprise, mais elle sourit gentiment. « D’accord. Faisons de notre mieux ! Mais ne te force pas. »

Je m’étais approché lentement de la texture de la falaise qui se détachait du reste. Quand je la regardai de près, elle apparaissait comme un humanoïde avec des effets minimes. De toute évidence, c’est un signe que quelque chose se cachait. Asagiri dégaina son épée et poussa un cri.

« Éclair !! »

Elle relâcha un coup de toute sa force. Une bande de lumière avait clignoté depuis la position d’Asagiri. Lorsque cela frappa une partie de la falaise, les caractères « 70 » de couleur rouge apparurent. De plus, l’onde de choc de la foudre avait révélé ce qui était caché sous la texture de la falaise.

Ce qui en était sorti, c’était un sorcier portant une cagoule noire sur la tête et un masque étrange. Un côté du masque était un visage taché de larmes et l’autre montrait de la colère. Il avait un grimoire épais dans sa main. Lorsqu’il fait courir ses doigts à l’air sec sur le grimoire, un cercle magique brilla aux pieds du grimoire, élargissant son diamètre.

« Fais attention ! » Asagiri, qui continuait à balancer son épée sur le Sinistre, éleva une voix impatiente.

J’avais immédiatement sauté en arrière. Puis une explosion se produisit dans le cercle magique et un éclat de flammes se répandit dans la zone.

« Asagiri !? » criai-je.

Bizarrement, l’explosion n’avait aucun effet en dehors du cercle magique. Il n’y avait ni feu, ni explosion, ni onde de choc, rien du tout. Cependant, Asagiri y resta, et elle continua d’attaquer le Sinistre.

Je m’étais alors approché avec détermination du Sinistre et j’abaissai mon épée sur mon adversaire. Mais les dommages causés furent de 5 puis de 8, c’était insignifiant. Mais cela aidait Asagiri, même si c’était faible.

Au moment où j’avais levé mon épée au-dessus de sa tête, un second cercle magique s’était déployé à ses pieds.

« Guwwaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! »

Ce qui était devant moi fut alors enveloppé par des flammes. Une douleur comme si mon corps était brûlé s’était jointe à l’impact qui avait secoué mon corps. En un seul coup, mes points de vie avaient été réduits à 20.

« Kuh! »

J’avais donc utilisé en toute hâte l’énergie que j’avais reçue d’Asagiri. Puis, mon endurance avait remonté à 80. À ce rythme, ce serait dangereux si j’en encaissais encore.

Alors que je pensais à ça, un cercle magique s’étendit à nouveau.

— Merde !

Je m’étais enfui loin du cercle magique, en m’assurant de me retourner, et une explosion identique s’était produite derrière moi.

Je l’avais esquivé cette fois, mais Asagiri était restée là, brandissant son épée désespérément.

Asagiri… est-ce que ses points de vie sont toujours corrects ?

J’étais couvert de sueur froide alors que je la voyais réduit les Points de Vie de Sinistre avec une expression faciale comme si elle était prête à mourir.

Est-ce qu’elle… va vraiment bien ?

À ce moment, un troisième cercle magique s’étendit à ses pieds.

« Asagiri ! » m’écriai-je.

Asagiri avait répondu à mon appel. « Doumeguri-kun ! »

Elle retira une main de son épée et elle étendit sa paume vers moi.

En voyant ça, je l’avais véritablement ressenti. J’avais alors donné un coup de pied au sol et j’avais sauté dans le cercle magique sans hésitation. En le faisant, j’avais ouvert la fenêtre pour mon inventaire et j’avais sélectionné l’énergie.

Et celui sur qui je l’avais utilisé — ce n’était pas moi, bien sûr.

Le corps d’Asagiri fut enveloppé par une lumière verte. C’était une preuve qu’une partie de ses points de vie avait été restaurée.

Mais dans l’instant d’après, une onde de choc et une explosion de flammes avaient fait irruption dans le cercle magique.

« Uwaaaaaaaaaah! »

« Kyaaaah! »

Les flammes et l’onde de choc frappèrent, tourmentant sans pitié tout mon corps.

Mais, j’étais toujours en vie.

Asagiri dégaina une autre épée. La paire d’épées était tenue respectivement dans la main gauche et la main droite. Elle avait levé les deux épées haut dans le ciel. Et, elle avait frappé le Sinistre, mettant le maximum de force dans chacune de ses frappes.

« Double Éclair !! » cria Asagiri.

La technique de mise à mort d’Asagiri l’avait décidé. Les épées extrêmement rapides, tenues fermement dans les deux mains, avaient taillé le Sinistre en un instant. Le Sinistre poussa un cri comme si un engrenage qui manquait d’huile grinçait. Le Sinistre tomba au sol, un certain nombre de lumières rouges s’étaient dessinées sur son corps. Il devient des particules de lumière et disparu, étant dispersé par le vent.

Asagiri lâcha les épées et soupira de toutes ses forces comme si elle avait craché tout l’air de ses poumons.

« On l’a fait… d’une façon ou d’une autre, » déclara Asagiri.

« Ouais. Bien joué, » répondis-je.

Asagiri avait fait un large sourire sur son visage. « Mais tu as parfaitement compris ce que je voulais à ce moment-là. »

J’avais aussi souri.

« Oui, j’ai compris ça. D’une certaine façon, » répondis-je.

« Vraiment ? Alors, je pense que nous travaillons considérablement bien ensemble, » demanda Asagiri.

« Tu… tu le penses vraiment ? » demandai-je.

Hein ? C’est une belle atmosphère, n’est-ce pas ?

« Oh, la barrière semble avoir été enlevée, » déclara Asagiri.

Juste quand je pensais que c’était une bonne ambiance, quelle déception ? J’observais le bruit numérique se répandre devant moi avec un sentiment à moitié haineux. Mais ce n’était pas grave. Puisque la barrière était partie, on pouvait reparler.

Tout l’environnement était couvert de bruits, et après quelques secondes, les bruits avaient disparu d’un seul coup.

« ― !? »

Une ombre énorme se trouvait sur le chemin.

Ces yeux brillants nous regardaient de loin. Et on entendait de sa bouche un rugissement semblable à celui des pierres qui roulaient, avec les crocs alignés.

Un monstre géant et imposant.

Il faisait plus de deux mètres de haut. C’était un monstre avec un visage de lézard et un grand corps d’ours.

« Un Bearlizard…, » Asagiri avait appelé son nom, laissant le désespoir se révéler.

C’était encore une fois un monstre de niveau 17. Et cette fois, ce n’était pas seul. Il y avait quatre Bearlizards qui nous entouraient à l’arrière et à l’avant, comme pour nous attaquer en tenaille. Asagiri et moi ne pouvions pas les vaincre seuls, c’était impossible. Le chemin était complètement bloqué alors nous ne pouvions pas tenter de nous échapper.

Bon sang ! Avec mes points de vie actuels, je serai éliminé d’un coup !

Asagiri peut renaître, mais je… je vais mourir.

Les Béarlizards vinrent vers nous en faisant trembler le sol.

Si je m’équipais de l’armure du Roi-Démon, ces petits avortons —,

non, ça ne sert à rien !

Ma véritable identité sera découverte par Asagiri !

Mais si je ne l’utilise pas, je serai à tous les coups…

« Rayon de Soleil ! » En même temps que ce cri strident se fit entendre, le corps d’un Bearlizard avait été coupé en deux.

Une personne était tombée du ciel. La hauteur des falaises des deux côtés était d’environ 20 mètres. Si on devait sauter de ces falaises, cela ne serait pas sans dommage.

Mais sans se troubler pour des dommages aussi insignifiants, un homme était apparu.

« Akira-kun !! » Asagiri avait poussé un cri de joie.

« Tempête de Flammes ! »

Une masse de flammes était descendue du ciel et les trois Béarlizards avaient été engloutis par les flammes.

― Shizukuishi !

Quand j’avais levé les yeux, la silhouette de Shizukuishi et de son manteau flottant sur la falaise apparut dans mon champ de vision.

« D’acccccccccord ! Allons-y, tout le monde ! »

En commençant par Ougiya, les membres de la Guilde 2A descendirent en courant du haut de la falaise.

« Les gars ! » Asagiri avait ouvert la bouche, l’air content.

Le niveau de chacun se situait autour de 15, ce qui était inférieur à celui des Bearlizards. Cependant, il était beaucoup plus efficace de faire tomber un animal avec un groupe. Ils avaient ainsi vaincu des ennemis de niveau bien plus élevé qu’eux les uns après les autres.

Et, après quelques minutes, les Bearlizards avaient tous disparu.

« Vas-tu bien ? Ririko. »

Quand Ichinomiya parla à Asagiri, elle courut vers lui et hocha la tête avec un visage presque en pleurs. Ougiya fit beaucoup d’histoires en élevant une voix forte sur le côté.

« Oh la vache, c’est vraiment devenu dangereux. Je veux dire, si on n’était pas revenu, qu’est-ce que tu aurais fait ? » demanda Ougiya.

Quand les autres membres avaient entouré Asagiri, tous indiquaient qu’ils étaient contents qu’elle aille bien.

« Oui. Je suis désolée, tout le monde. Je vous ai fait vous inquiéter, » déclara Asagiri.

La Guilde 2A était un groupe solide. Tout le monde s’était précipité, inquiet pour Asagiri. Comme je le pensais, c’est sa personnalité, n’est-ce pas ? Peut-être que tout le monde l’aimait en raison de ça.

J’avais ainsi regardé depuis l’extérieur ce genre de cercle de personnes.

C’était comme s’il y avait des murs invisibles entre eux et moi.

Asagiri était au centre, regardant Ichinomiya. Ses yeux étincelaient. Ils étaient très différents du moment où ils étaient pointés sur moi.

« Akira-kun. Merci, d’être venu me sauver. »

En souriant, Ichinomiya avait reçu les mots d’appréciation d’Asagiri.

« C’est moi qui devrais m’excuser d’être en retard. Mais je te protégerai, Ririko, » déclara Ichinomiya.

Oui, c’est ça.

Ichinomiya, tu protèges Asagiri.

L’héroïne a besoin d’un héros. Protège et soutiens Asagiri.

S’il te plaît, sois un héros. Sauve le cœur d’Asagiri.

Et moi,

Je sauverai la vie d’Asagiri.

Je vais faire ce que moi seul peux faire.

Je suis le Roi-Démon Hellshaft. Mon rôle est de tous vous tuer.

Et, Asagiri, je te renverrai,

 

— À notre monde d’origine.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *