Ecstas Online – Tome 1 Chapitre 5

J’étais retourné à Infermia et j’avais immédiatement tenu une réunion, en appelant tous les Hellzecter.

La salle du conseil, qui se trouvait à l’étage supérieur de la tour qui s’élevait au centre d’Infermia, était interdite à tous sauf à Hellshaft et au Hellzecter. C’était une très grande salle de conseil pour un espace utilisé pour seulement 5 personnes. Environ 20 à 30 mètres de largeur. Sa longueur semblait facilement dépasser les 100 mètres, il s’agissait d’une salle très longue et étroite. Le plafond était haut, il semblerait qu’elle fasse au moins 10 étages.

L’un des murs était entièrement une fenêtre pour que les domaines puissent être vus. C’était vraiment une nuit charmante, la lune rouge brillait dans le ciel étoilé.

Le design intérieur était bizarre, il ressemblait à celui de la chambre de Hellshaft. Cependant, elle avait une atmosphère un peu sacrée, l’impression d’« église du diable » que j’avais eu là. Une table longue et étroite avait été installée pour correspondre à la longue et étroite pièce. Je m’étais assis à la tête de cette table. Et les quatre Hellzecter étaient également assis sur chacun de leurs sièges.

« Quel est le problème, notre Roi, pour nous convoquant tout ainsi ? »

« Est-ce la façon de parler au Roi ? Retiens-toi un peu, espèce de chien sans valeur. »

Sans tarder, Grasha et Adra avaient eu une discussion animée.

« Hell-samaaaa, vous ne vous êtes pas du tout amusé avec moi, j’étais terriblement seule, vous savez ? Je veux dire, Forneus va tirer des rayons “faites attention à moi”. »

Forneus avait gonflé ses joues d’une manière mignonne. Certainement, j’avais l’impression qu’elle me demandait de faire attention à elle, ou alors des faisceaux sortiraient.

D’autre part, Satanachia me regardait fixement avec une expression faciale calme. « Hell-sama, allez-vous rester à Infermia aujourd’hui ? »

« — ? Je vais le faire, » répondis-je.

« Alors, j’aimerais avoir le privilège de vous assister pour aujourd’hui. C’est ma journée risquée, » répondit-elle.

« … Eh ? » demandai-je.

« C’est ma journée risquée » elle l’avait dit deux fois avec un air décontracté.

Quel que soit le niveau de ce cours pour adultes, un artisanat de ce niveau ne devrait pas exister. En y pensant, quelle était cette peur ? Tout mon corps tremblait, je sentais des sueurs froides se répandre sur mon corps.

« Ce n’est pas le moment de parler de ça maintenant ! » déclarai-je.

Je m’étais levé, j’avais étendu mes mains et les avais poussées vers le Hellzecter.

« La raison pour laquelle je vous ai tous convoqués est ! Pour exterminer les êtres humains ! » annonçai-je.

« Ouah ! Vous avez enfin pu penser de cette façon, mon Roi ! » cria Adra, tremblante de joie.

« Vous n’avez pas montré de signes ces derniers temps et vous avez été absent pendant longtemps, alors je craignais que vous n’ayez perdu tout intérêt pour notre Empire Hellandia. »

« Juste quand j’étais sur le point de me mettre en rage ! Ordonnez ce que vous voulez, Roi ! »

« Si Hell-sama me l’ordonne, j’enverrai les humains en enfer autant que vous le souhaitez. »

Satanachia avait également montré un sourire aux lèvres. Elle avait brossé ses cheveux blancs et m’avait envoyé un regard de flirt.

« Nous vous montrerons que nous exécutons avec succès tout type d’ordre. »

D’une certaine façon, ces gars étaient des êtres fiables. Mais les contrarier serait effrayant.

Adra avait ouvert un dossier placé sur le bureau et avait sorti un morceau de papier. « Dans ce cas, que pensez-vous de ce genre d’opération ? »

Le papier présenté était vierge, mais au moment où je l’avais pris en main, les caractères et les images étaient apparus comme s’ils défilaient.

« Il y a une colonie d’Orcs appelée Clan de Deog près de Caldart. C’est une tribu de sauvages errants, mais ils ont une grande force de combat et surtout, c’est une race qui aime se battre. Ils accepteront probablement le travail pour une petite récompense. »

« Un instant, nous ne devrions vraiment pas compter sur ces gars, nous sommes là, n’est-ce pas ? Avec la force d’élite de Hellander, les humains vont —, »

« Comme si des êtres humains pouvaient nous mobiliser, l’armée régulière de Hellzecter. Les mercenaires suffisent. »

Certainement, puisqu’ils sont près de Caldart, il sera facile de leur demander de s’en occuper. Cependant, cela indique que c’est une Quête de Niveau 18… qu’est-ce que cela signifie ?

J’avais essayé d’y penser pendant une seconde, et j’avais soudain compris. Les plans et les actions des monstres comme Adra et les autres Hellzecter étaient signalés aux joueurs sous forme de Quêtes. Comme des quêtes pour entraver les plans des monstres.

Si c’est le cas, cette quête était parfaite. Le niveau de tous ceux qui étaient en 2A devrait être autour de 15. Si le niveau était trop élevé, alors ils ne pourraient probablement pas commencer.

« Très bien ! Confions le travail à la tribu sauvage tout de suite. »

Satanachia s’était levée. « Je connais bien cette tribu de sauvages. Et il se trouve que je connais des gars qui peuvent aussi être utilisés. »

« Hmm, très bien. Je te laisse faire, Satanachia, » déclarai-je.

« Et aussi, puis-je être autorisée à participer à ce combat ? Oui, nous parlons d’êtres humains, mais dans le cas peu probable d’un échec, non seulement nous, Hellandia, aurons notre réputation entachée, mais aussi le nom de Hellshaft-sama sera terni, » déclara Satanachia.

Hmm ? Que faire… ? Sûrement, si c’était une quête faite normalement, elle pourrait finir par être surmontée. Cependant, je vais rejoindre la guilde 2 A. Si Satanachia devait participer, je pense que je serais aussi tué.

« Non. Ce n’est pas nécessaire. Tu dois juste la planifier, » répondis-je.

Satanachia s’inclina très profondément. Ses beaux cheveux s’envolèrent avec élégance. Et ses énormes seins brun foncé qui s’étendaient en dessous étaient tirés par la gravité. Ils rebondissaient de haut en bas comme une boule.

« À la place, il faut augmenter le nombre de mercenaires. Et accorde des objets rares et de qualité supérieure comme récompense, » déclarai-je.

En me basant uniquement sur ce que j’ai vu dans le document de stratégie donné par Adra, la récompense donnée à la tribu sauvage semblait pratiquement être des récompenses de quête. Dans ce cas, cela les attirerait.

« Bien reçu. J’aimerais demander encore une chose, » demanda Satanachia.

« Quoi ? Dis ce que c’est, » demandai-je.

Satanachia avait fixé ses yeux sur moi avec un regard tendu.

« En cas de succès, je voudrais être honoré avec le sperme d’Hellsama dans mon utérus, » déclara Satanachia.

« Vas-y maintenannnnnnnt ! » m’écriai-je.

Avant la fin de mon cri, Satanachia avait déjà disparu de la salle du conseil.

***

« Ah ? Une nouvelle quête a été annoncée. » En ouvrant le menu, Hinasawa haussa la voix et regarda la liste des quêtes.

« Oh, vraiment ? Laquelle est-ce ? »

Ougiya s’était tordu le poignet et avait mis ses doigts en forme de L avec un visage plein d’attentes. Les autres gars avaient fait de même, ils avaient manipulé et ouvert le menu.

Quête Niveau 18 « Subjuguer le clan Deog ! »

J’avais ouvert le menu de la même manière et j’avais fait semblant de vérifier le contenu de la nouvelle quête.

Une fois que le plan qu’Adra avait fait avait été adopté, il avait été rapporté comme une quête du côté humain.

« Notre niveau est de 15, donc c’est un peu difficile. »

À la suite à l’impression ordinaire exprimée par le Général Heibon, l’Allemagne avait crié avec la même excitation que toujours.

« Yo ! C’est bon ! Prenons le risque, bande de bâtards ! Allons saluer les monstres. Et tuons-les ! » cria-t-il.

Arisugawa, qui avait un gros ruban sur la tête et une jupe à jabot étalée, était assise sur le canapé.

« Les tuer, tu dis ? Ce n’est pas ce que j’aime, mais… j’imagine que c’est bon ? Ah, mais je vous soutiendrai par derrière, » déclara-t-il.

Hinasawa, assise à côté de lui, s’était cogné la cuisse. « Hé ! Ne t’assieds pas en écartant les jambes ! Combien de fois dois-je le dire avant que tu comprennes ? C’est honteux ! »

« Je… je suis désolé ! » s’exclama Arisugawa.

Quoi !? Hinasawa était-elle le coach de mariage d’Arisugawa maintenant ? Mais pourquoi ? Alice (homme) était effrayée alors qu’il avait des larmes dans les yeux et la MEXT avait levé la main, montrant un sourire sadique sur son visage. Pourtant, pourquoi est-ce insupportable pour le sage ?

Busujima et Miyakoshi murmurèrent « comme c’est gênant », l’air désintéressé, ils n’avaient manifestement aucune intention de le faire. Yuuki pencha sa tête en murmurant « Je ne suis pas vraiment… »

« Qu’est-ce qu’on fait ? Akira-kun. » Asagiri regarda Ichinomiya comme si elle cherchait une décision sans appel.

Umm, mon opinion est… ah, vous n’en avez pas besoin ? Désolé.

« Eh bien… »

« Nous devrions l’accepter. »

Quelqu’un interrompit Ichinomiya qui réfléchissait soigneusement. Cette personne venait de sortir de sa chambre. Sa cape noire s’agitant, elle était venue vers nous, fronçant les sourcils comme d’habitude.

« Une grande expérience peut être obtenue et les objets de récompense “Poing Grenade”, “Porteur de flammes”, “Bouclier de mithril” et “Necronomicon” ne sont pas mal du tout, » continua-t-elle.

« Shizukuishi-san… »

Ichinomiya était surpris. Pas seulement lui, car le reste du groupe avait aussi l’air surpris. Il semble qu’il soit extrêmement inhabituel pour Shizukuishi de parler lors de réunions.

Et quand Ichinomiya ouvrit la bouche, il fit apparaître un sourire sur son visage. Je me sentais un peu mal à l’aise avec ce visage souriant. J’avais l’impression que ce n’était pas… juste un accueil chaleureux à la camarade de classe peu sociable qui venait résolument rejoindre le cercle des compagnons.

« — Tu as raison. OK, tout le monde, nous allons faire cette quête ! » déclara-t-il.

Tout le monde lance un cri de guerre, un « Oui ! » à la suite de l’ordre d’Ichinomiya.

Moi, dans un coin, j’avais légèrement levé la main.

Ce côté était d’ACCORD. J’étais sur le point de rire, mais je contrôlai désespérément mon visage. Je m’étais glissé hors de la salle de guilde dans un silence qui ne faisait même pas une légère fluctuation à l’atmosphère de cet endroit.

Ensuite, il fallait confirmer le déroulement des événements du côté des démons. Satanachia les poursuit-elle avec diligence ?

J’avais ainsi quitté furtivement Caldart et mis l’armure du Roi-Démon à l’ombre d’un rocher pour ne pas être vu.

Très bien, maintenant pour se téléporter à… ah. En y repensant, je ne suis jamais allé dans la colonie du Clan de Deog.

Pour l’amour du ciel ! Comme c’est gênant !

J’avais commencé à courir en portant l’armure. Le Roi-Démon Hellshaft courait à travers le champ à sa vitesse maximale. L’apparence du majestueux Roi-Démon sprintant en faisant des sons métalliques était à coup sûr surréaliste. Je ne devais jamais être vu par les Hellzecter. Leur [LOYAUTÉ] s’effondrera rapidement s’ils me voyaient.

Bon sang ! Pourquoi n’ai-je pas pensé à un moyen de transport ?

Comme l’avait dit Aikawa-san, je devrais réfléchir avant d’agir.

***

ecstas online tome 1 chapitre 5 partie 2

Le Clan Deog avait délibérément utilisé des ruines historiques qui étaient une ville auparavant pour s’établir. Le paysage de la zone ressemblait à un site archéologique de la Rome antique s’étendant sur plus de 300 mètres. Cependant, il n’y avait rien là, il ne restait que des murs effondrés, des plafonds tombés et des bâtiments et piliers effondrés. Dans le sol pavé de galets, de l’herbe était apparue à travers les interstices.

Il y avait environ 40 membres du Clan Deog dans les ruines. Parmi eux, il y avait une femme dont la beauté était plus évidente que les autres.

« C’est Hellshaft-sama. De penser qu’il viendrait expressément inspecter, moi, Satanachia, je suis profondément émue, » déclara-t-elle.

« B-Bien sûr… C-Ce n’est pas un problème. C-Comment… les choses se passent ici ? » demandai-je.

C’est vraiment extrêmement dur ! Quand je portais l’armure du Roi-Démon, ma vitesse de course était excessivement rapide, ce qui m’avait fait m’emporter par inadvertance ! Sérieusement, c’est dur.

« Oui. Nous en avons déjà parlé, » répondit-elle.

Satanachia s’était retournée et avait donné un signal à l’endroit où environ 10 orcs étaient rassemblés. « Patriarche, viens ici ! »

En réponse à la voix de Satanachia, trois orcs vinrent. Leur taille était à peu près la même que celle des humains. Bien qu’ils aient des différences individuelles, ils mesuraient environ 1,7 mètre. Cependant, les muscles sur tout leur corps étaient développés et avaient un corps semblable à une roche. Leurs visages qui avaient un mélange d’humains et de porc donnaient un fort impact. Leur nez était aplati et il pointait vers le haut, et leurs crocs se faufilaient hors de la bouche alors qu’ils avaient une mâchoire saillante. Leurs oreilles étaient pointues et leurs yeux enfoncés étaient petits et sombres.

Celui qui semblait être le plus âgé des trois était venu devant nous.

Est-ce le patriarche ?

« C-C’est impressionnant de pouvoir rencontrer le Roi-Démon. D-De penser que le jour où vous nous contacterez, le Clan Deog, viendra…, » ne sachant plus quoi dire, le patriarche sanglota et essuya ses larmes.

Eh, pourquoi est-il si ému ?

Les deux orcs qui se tenaient derrière lui s’étaient penchés en avant comme s’ils ne pouvaient pas le supporter.

« Roi-Démon Hellshaft ! Nous voulons faire partie de l’Hellander ! » L’un d’eux continua à parler et l’autre attira mon attention comme s’il criait.

« Nous voulons faire partie de l’armée du Roi-Démon ! Nous sommes fatigués de vivre dans les plaines ! Ah, nous avons confiance en nos compétences, nous serons certainement utiles ! S’il vous plaît — . »

« Imbéciles ! Degu ! Oga ! Ne soyez pas grossier ! » Lorsque le patriarche leur cria dessus, et les orcs appelés Degu et Oga baissèrent la tête. « Je suis profondément désolé, Roi-Démon, d’avoir été très impoli. S’il vous plaît, oubliez ces jeunes hommes au sang chaud… »

Même s’ils avaient été réprimandés, les jeunes hommes ne s’étaient pas calmés et avaient refusé de reculer.

« M-Mais nous sommes sérieux. Si nous arrivons à accomplir quelque chose, y penserez-vous ? » s’écria le premier.

« Je vous en prie ! S’il vous plaît ! » s’exclama le deuxième.

Les deux s’étaient agenouillés par terre.

Que dois-je en faire ? Je regardais Satanachia comme si je cherchais le salut.

Satanachia fit un signe de tête et prit l’arc qu’elle portait sur son dos, le balançant légèrement. Ensuite, et avec un effet de lumière, l’arc se transforma en épée. Elle leva l’épée au-dessus de sa tête et essaya de la déplacer vers les jeunes prostrés du Clan de Deog.

« Eh !? Attends, Satanachia ! » m’exclamai-je.

Toi ! Ne te méprends pas ! Pourquoi vas-tu si loin tout de suite ?

« Je comprends très bien votre volonté. Si vous montrez une bonne performance dans ce travail, alors j’y penserai, » déclarai-je.

« Vraiment !? »

« Merci ! Merci beaucoup ! »

Degu et Oga avaient frappé leur tête au sol plusieurs fois.

Cependant, c’était comme si le monde réel rigoureux était projeté même aux orcs dans le jeu. J’avais eu l’impression que, pour une raison ou une autre, je pouvais comprendre leurs sentiments de vouloir rejoindre une organisation admirée et les rêves et espoirs qu’ils avaient.

À vrai dire, les PNJs du jeu étaient aussi des personnages ennemis… Cependant, quand je les avais vus me supplier, faire briller leurs yeux ténébreux, j’avais eu l’impression de ne rien pouvoir dire.

Je leur avais tourné le dos et j’avais commencé à marcher comme pour m’enfuir.

Au fond, si j’étais de leur côté, et que je n’avais d’autre choix que de me prosterner, je ne saurais pas du tout comment me comporter, et au contraire, je serais nerveux. D’ailleurs, est-ce que le vrai moi avait déjà été aussi désespéré qu’eux à propos de mon avenir ? J’avais fait semblant d’inspecter, puis je m’étais enfui de là et j’avais regardé les ruines historiques. À ce moment-là, une odeur douce et forte était venue de quelque part.

« Hein ? Qui sont… — elle ? » murmurai-je.

Il y avait clairement un groupe étrange. Dans un espace qui était autrefois une salle au fond des ruines, il y avait un groupe de filles possédant une grande séduction présent là-bas. Ne sont-elles pas pratiquement nues ? Leurs costumes très exposés et lascifs m’avaient donné envie de le dire. Elles étaient détendues dans les postures de désirs, et toutes me faisaient vaciller avec les poses qu’elles prenaient comme pour séduire les hommes, ainsi que leur façon coquette d’agir et leurs yeux pleins de désir passionné. C’est mauvais, mon cœur s’emballait.

« Satanachia. Qui sont ces personnes ? » demandai-je.

« Oh, ces filles sont des succubes. Je les ai rassemblées, » répondit-elle.

« Se pourrait-il que ces filles soient celles que tu as dit que tu allais utiliser… ? » demandai-je.

« Oui. Elles ne peuvent pas être utilisées pour le combat direct, mais elles peuvent être utilisées pour attirer les ennemis et obtenir des informations, » répondit-elle.

J’avais mal à la tête. Certes, si on les montrait, tout le monde tomberait amoureux d’elles… mais on ne pouvait pas leur faire passer un si bon moment ! Surtout Ichinomiya, Ougiya, l’Allemant, Yamada, tous les garçons ! Asagiri est… une fille, donc c’est bien.

« Non, on n’aura pas besoin de ces personnes dans cette bataille, » répondis-je.

Satanachia avait laissé tomber ses épaules comme si elle était déprimée.

« Eh bien, je vais les laisser à portée de main pour le plaisir de Roi-Démon, alors s’il vous plaît, appelez-les quand vous en avez besoin, » déclara-t-elle.

Même si tu me dis ça, je n’ai pas besoin de ça… hein ? De me faire plaisir ?

Avant que je demande ce qu’elle voulait dire, les succubes avaient disparu. Seul leur doux parfum persistant était resté autour de mon corps. Soudain, un « avis » était apparu sur le bord de mes yeux.

« — Les succubes sont maintenant disponibles. »

Quand j’avais touché ces caractères, le menu s’était ouvert et j’avais pu découvrir une icône inconnue avec un design modelé sur le profil d’une belle femme. Eh bien… Je pense que je ne l’utiliserai jamais. Mais j’étais un peu intéressé. Me demander ce que je peux faire avec elles avait fait battre mon cœur. En tout cas, les préparatifs étaient maintenant terminés.

Maintenant, je n’avais plus qu’à venir en tant que membre de la Guilde 2A et confirmer la mort de tout le monde. Quand j’y repense, j’avais mal à la poitrine et mes palpitations devinrent féroces. Est-ce que ce sont des attentes, de l’anxiété et des sentiments de culpabilité ? Mon cœur était étrangement troublé.

 

***

Le lendemain de notre acceptation de la quête, nous avions quitté Caldart et nous nous étions dirigés vers la colonie du Clan Deog. Ils s’étaient installés dans les ruines historiques, à environ trois heures de marche. Le chemin, qui était de la terre à découvert, avait continué dans les prairies. Cela donnait l’impression d’une route où les gens pouvaient marcher naturellement. Cette route s’était élargie, devenant deux rangées. Mais j’étais seul. Je m’éloignais un peu du groupe, tout au bout, quand Asagiri était venue à moi.

« Doumeguri-kun, c’est ta première quête à grande échelle, n’est-ce pas ? Es-tu nerveux ? » me demanda-t-elle.

« Je suppose… juste un peu, » répondis-je.

Asagiri sourit joyeusement comme pour me remonter le moral.

« C’est bon. Nous sommes avec toi. Doumeguri-kun, comme tu es en train de t’habituer à l’ambiance de combat d’équipe, ne te surmène pas, » déclara-t-elle.

Elle était retournée à la tête de la ligne en agitant légèrement les mains.

Oui, j’étais nerveux, mais la raison n’était pas celle qu’Asagiri pensait. C’était parce que j’allais piéger tous les membres de la 2A et essayer de les tuer. Il y avait bien plus de monstres que la force annoncée dans la quête. Ils n’étaient pas liés à la quête, ils étaient juste placés en tant que monstres sur le terrain, donc cela ne se reflétait pas dans le niveau de la quête.

Est-ce que ça va vraiment fonctionner ? Eh bien, ça devrait aller. La chose dont je devrais plutôt m’inquiéter, c’est que je pourrais moi-même finir par me faire tuer par des monstres. Ces gens, même dans leurs rêves, je suis le Roi-Démon, Hellshaft. C’est pourquoi je les attaquerai sans pitié. Si j’étais tué, ce serait la fin de l’histoire.

« Tu sembles être devenu un bon ami d’Asagiri-san, hein, » Shizukuishi, qui marchait devant moi, avait dit cela sans se retourner.

« Non, ce n’est pas vrai… Asagiri est gentille avec tout le monde et aime prendre soin des autres, » répondis-je.

Cette fille, pourquoi dis-tu quelque chose comme ça ? Te méfies-tu encore de moi ?

Ceux qui marchaient devant Shizukuishi étaient Busujima et Miyakoshi. Ils étaient assez éloignés l’un de l’autre et tellement immergés dans la conversation qu’ils n’entendent pas notre conversation. Cependant, il serait bon de ne pas dire de choses imprudentes.

« S’est-il passé quelque chose entre vous deux lors du dernier accident ? » demanda-t-elle.

« ! N -non. Rien du tout, » répondis-je.

« Alors pourquoi es-tu si agité ? » demanda-t-elle.

Kuh… cette garce. Non, tu ne peux pas penser ça, tu dois te calmer.

« Eh bien… Je suis distant, donc je ne suis pas bon pour parler aux gens, » déclarai-je.

Shizukuishi avait ralenti son rythme et elle s’était mise à côté de moi. Seule sa bouche souriait en me regardant d’un air sévère. Peux-tu arrêter ce sourire ? Pour être honnête, ça me fait peur.

« As-tu une explication pour cet équipement ? » me demanda-t-elle.

Est-elle venue pour ça ? Ce point avait été souligné quand je l’avais rencontrée sur le toit il y a quelque temps.

« Même si tu me le dis… Je ne sais pas non plus. Quand je me suis connecté, j’étais comme ça. Et je ne marchais pas tout le long du terrain. J’ai rencontré Asagiri et toi pratiquement quand je me suis connecté, » expliquai-je.

C’était une explication parfaite. Il était plus sûr de s’en tenir à « Je ne sais pas bien », car j’étais soudainement jeté dans un monde incompréhensible. Si j’essayais de l’expliquer d’une manière étrange, ma couverture serait grillée.

« Hmm, je vois. Il y a quelque chose qui me pèse, tu sais, » déclara-t-elle.

Allez, qu’est-ce qu’il y a encore ?

« Pour quelqu’un qui est relativement mauvais pour parler aux gens, ton excuse fluide sonne comme si tu parles avec aisance. Comme si tu t’étais entraîné, » déclara-t-elle.

« … ! »

Cette salope. Elle me regarde avec un « Je t’ai eu ! » « Je te tiens ! », n’est-ce pas ? Ne sois pas troublé, calme-toi.

« E… En vérité, oui. Shizukuishi, je pense que tu l’as étrangement mal compris, alors j’ai pensé que je devais te le dire correctement. Je n’ai pas beaucoup d’occasions de parler aux filles… alors j’ai fait un entraînement à l’image, » déclarai-je.

« Tu es dégoûtant, » répondit-elle.

Va te faire foutre ! Il y a des bonnes et de mauvaises choses à dire ! Je te poursuivrai en justice pour m’avoir infligé des blessures corporelles en me frappant avec une arme à langue mortelle comme ça !

« Désolée. Mais accumuler des larmes dans tes yeux ne t’aidera pas, » déclara-t-elle.

« Je… Je ne le fais pas, » déclarai-je.

J-Je ne pleure pas du tout, d’accord ?

« Désolé, ce que j’ai dit signifie que tu es dégoûtant, » déclara-t-elle.

« Ne mets pas de sel sur la blessure ! Ton cœur est vraiment brisé, tu sais ! » répliquai-je.

Parce que j’avais haussé le ton de ma voix sans réfléchir, ceux qui étaient devant moi s’étaient retournés.

« Quoi ? Ne crierais-tu pas si soudainement ? C’est dégoûtant. »

Busujimaa ! Quelle est la couleur de ton putain de sang !?

Ichinomiya arrêta ses pieds et me regarda comme s’il étirait son cou.

« Quelque chose ne va pas ? » demanda Ichinomiya.

J’avais agité la main en toute hâte.

« Ce n’est rien, vraiment, » répondis-je.

« Pas du tout. On discutait et il était un peu trop excité. Ne t’inquiète pas, » déclara-t-elle.

Si Shizukuishi n’avait rien dit d’inutile, ils l’auraient laissé passer. Tout le monde était devenu bruyant tout d’un coup avec des visages surpris.

Miyakoshi m’avait attaqué avec des yeux étincelants.

« Tu mens ! Es-tu en train de me dire que les deux individus distants se sont réconfortés et ont fini par s’apprécier ? »

« Arrête ! Même si c’est Doumeguri, c’est un million d’années trop tôt pour qu’il ait une petite amie ! Je n’en ai même pas une ! »

C’est un énorme malentendu ! Calmez-vous, tout le monde !

Ichinomiya attrapa l’épaule d’Ougiya avec un sourire ironique. « Calmez-vous. Tout le monde n’est pas un élève de l’école primaire, alors ne faites pas de raffut avec chaque chose. Plus importants, nous devons nous dépêcher. »

Il m’a sauvé.

J’avais respiré un soupir de soulagement dans mon cœur.

La Guilde 2A avait retrouvé sa calme grâce à Ichinomiya et avait recommencé à marcher.

C’était bien, mais le problème était que Shizukuishi était toujours à côté de moi. En fait, cette fille n’était pas négligente et je ne savais pas à quoi elle pensait, alors c’était flippant.

Devrait-il être préférable de penser à la façon de s’occuper de cette fille d’abord ?

J’avais juste pensé à ça en marchant.

***

ecstas online tome 1 chapitre 5 partie 3

Nous avions approché de notre destination, la colonie du clan de Deog, puis nous avions commencé à enquêter sans tarder. Le clan de Deog comptait normalement 40 orcs. S’ils étaient annihilés ou chassés, la quête serait terminée.

En fait, il semblerait qu’il y en ait plus d’une centaine.

« Très bien, tout le monde est-il prêt ? » Ichinomiya avait regardé les visages de tout le monde après la réunion stratégique.

« Bien sûr ! »

« Yo! »

« Oui ! »

« Ouais ! »

« Je suis plus que désireux de me battre. »

« Faisons de notre mieux… »

« Je les tuerai parce qu’ils sont dégoûtants. »

« Ageha fera ce qu’elle peut ☆. »

Tout le monde avait répondu.

« Allons-y ! Nous allons certainement réussir ! »

Ichinomiya avait ordonné et tout le monde s’était levé. D’une certaine façon, même moi, je m’étais senti comme un membre de l’équipe de soumission.

« Doumeguri-kun. » Asagiri m’encouragea avec un sourire teinté d’inquiétude. « Il faut d’abord s’y habituer, d’accord ? Ne te force pas et suis tout le monde. »

« Oh… Je comprends, » répondis-je.

« Vraiment ? Doumeguri-kun, tu m’inquiètes un peu parce que tu travailles étrangement dur quand personne ne regarde, » déclara-t-elle.

« C’est bon, je vais très bien cette fois. Mon but cette fois est d’étudier et de voir comment tout le monde se bat, » répondis-je.

Asagiri fit un signe de tête, l’air satisfait et elle me fit un signe de la main. Elle me regarde… ah, était-ce quelque chose comme un high five ?

Asagiri avait frappé de force la paume que j’avais soulevée nerveusement. Ma main avait été poussée, et ce qui avait été entendu n’était qu’un son pathétique. Mais Asagiri avait montré un sourire sur tout son visage.

« D’accord ! Allons-y ! » déclara-t-elle.

Asagiri avait fait demi-tour et s’était rendue aux ruines historiques.

Incroyable, j’ai touché la main d’Asagiri. C’est la première fois que je touche Asagiri, n’est-ce pas ? Même avant ça, je n’avais pas posé un doigt sur elle la nuit qu’on avait passée ensemble.

La sorcière qui était venue jeter de l’eau froide sur mon bonheur était là.

« Tu as un visage extrêmement désagréable. Est-ce parce que tu as touché une fille pour la première fois de ta vie ? » demanda la sorcière.

« Ne va pas aussi loin. C’est… je crois que c’est la première fois en six ans ? » répondis-je.

« Tu es dégoûtant, » cracha-t-elle.

« Et toi ? Tu es aussi un peu insociable et distante, n’est-ce pas ? Pourquoi peux-tu être comme ça seulement avec moi !? » demandai-je.

« La virginité d’une fille est précieuse, mais la virginité pour un garçon devrait être une honte, non ? » répliqua-t-elle.

Ça fait mal, sa remarque frappe en plein visage !

« As-tu… une dent contre moi ? » demandai-je.

« Je n’en ai pas. Je ne t’en veux pas, mais je te déteste. Je pense que tu devrais mourir, » déclara-t-elle.

Pourquoi si loin !?

« D’une certaine façon, c’est comme si je me regardais, et ça me donne envie de mourir, » déclara-t-elle.

― Eh?

« Qu’est-ce qui se passe ? Allons-y bientôt. » Ichinomiya nous avait appelés.

C’était certain qu’il fallait y aller, car tout le monde était déjà parti. Quand j’avais regardé Shizukuishi, elle avait déjà commencé à marcher, en agitant son manteau. Son dos disait qu’elle ne voulait pas marcher avec moi. J’avais donc décidé à contrecœur et consciemment de garder mes distances.

― Mais,

« Ne sois pas si nerveux, d’accord ? On est avec toi, » déclara Ichinomiya.

Pourquoi le roi des normies, le roi du 2A — le héros Ichinomiya — marchait-il avec moi ?

« O-okay… désolé, » répondis-je.

Au bout du chemin, Asagiri nous avait fait signe de la main, en nous attendant. Comme nous n’étions pas très loin des ruines historiques, elle ne nous avait pas appelés d’une voix forte. Elle avait juste agité la main à gauche et à droite de façon énergique.

Alors que je la regardais, pensant que c’était un de ses nombreux mouvements mignons, Ichinomiya murmura quelques mots pour lui-même. « Depuis quand, Doumeguri, t’entends-tu avec elle ? »

Hein ? Avec Asagiri ?

Est-ce que ça veut dire « ne fais pas un pas vers ma femme » ou quelque chose comme ça ?

« N-Non, il n’ai strictement rien entre moi et Asagiri. Je veux dire, oui, on parle plus qu’avant, mais elle parle plus à tout le monde qu’à moi. Ce n’est pas comme si j’étais un bon ami avec…, » balbutiai-je.

Ichinomiya fronça les sourcils pendant un moment.

Hmm ? Ma réponse était-elle si bizarre ?

« Ouais… je suis d’accord. Ririko, elle est très utile, » déclara-t-il.

Quel est ce sentiment de malaise ?

J’avais regardé Asagiri une fois de plus. Et la silhouette d’une sorcière se reflétait sur le bord de mon champ de vision, non ?

« Shizukuishi? »

Se pourrait-il qu’Ichinomiya ait posé des questions sur Shizukuishi ?

Eh bien, c’est vrai que c’est une enfant à problèmes qui ne peut pas agir en groupe… mais si on parle de Shizukuishi, pourquoi ne m’a-t-il pas corrigé ?

Plusieurs rochers étaient éparpillés devant les ruines historiques. Il était probable que cela faisait aussi partie des ruines historiques. Quand on regarde de plus près, le relief présentait des traces d’altération. Tout le groupe de la 2A se cachait derrière eux, préparant leur entrée.

« Hé, Ichinomiya… »

« Désolé, mais je serai le premier à y aller, » déclara Ichinomiya.

« Eh? »

Laissant ces mots avec nous, Ichinomiya donna un coup de pied au sol, dégainant son épée. Même ceux qui pensaient se cacher à l’ombre des rochers pendant un moment ouvrirent la bouche, montrant des visages surpris.

« Attends… Akira-kun! »

Asagiri l’avait suivi sans tarder.

« Hé, ne me laissez pas ici ! » Ougiya s’était précipité et tous les membres avaient suivi Ichinomiya. Étant le dernier, j’avais couru, en m’assurant de ne pas être vu par qui que ce soit.

J’avais bondi dans les rues de la ruine historique que j’avais visitée auparavant. L’impression était différente de celle que j’avais eue lorsque j’avais marché sous la forme de Hellshaft. La dernière fois, on avait l’impression que c’était une toute petite ville, mais maintenant que je marchais comme un humain, les routes étaient larges et les murs effondrés étaient d’une hauteur inattendue.

Soudain, un membre du Clan de Deog était apparu derrière le mur.

« Uwaaaaah!? »

Son apparence était complètement différente de ce que j’avais vu hier. La taille de son corps et son expression faciale diabolique n’étaient pas les mêmes. L’incarnation de l’intention meurtrière qui m’était lancée était quelque chose que je ne pouvais pas percevoir quand j’étais sous forme d’Hellshaft.

Et j’avais vu un gars tenant une épée non raffinée semblable à une hachette devant moi.

Ce type était Degu, le jeune homme qui s’était agenouillé par terre !

« Guheheehe, je vais réussir et entrer dans l’Hellander ! » déclara Degu.

Hé, tu n’auras rien si tu me tues !

Mais mes jambes ne bougèrent pas. Soudain, mon corps ne bougea plus de peur que la mort ne me frappe.

Et la hachette de Degu avait été soulevée au-dessus de sa tête d’une manière impressionnante.

« Kuh! »

À ce moment-là, une ligne de lumière avait parcouru sur le corps de Degu.

Qu’est-ce que c’est ?

« Rayon de Soleil ! »

Un magnifique effet de frappe avait coupé le corps de Degu en deux.

« Guhaaaa !! … Je, je vais quitter cet endroit… Hel, lander…, » cria Degu.

Quand il était tombé avec un bruit sourd, il n’avait plus bougé. Le cri d’Ichinomiya me frappa alors qu’il essayait de me donner un coup de main sans réfléchir.

« Imbécile ! Pourquoi erres-tu dans cet endroit ? » me cria dessus Ichinomiya.

« Ah… désolé, » balbutiai-je.

Ichinomiya me cria dessus avec un air résolu sur son visage. « Replie-toi. Mets-toi à l’abri ! Et fais attention à ce qui t’entoure ! »

« O-okay! » répondis-je.

Je m’étais replié à l’entrée de la ville, l’épée à la main. Je ne savais pas ce qui allait m’attaquer et quand. Mais, comme prévu, je m’étais tellement replié qu’il n’y avait aucune trace du clan de Deog par ici. Je regardai juste tout le monde se battre au loin. On entendait de loin le bruit des armes qui se heurtaient, le bruit de la magie offensive qui explosait, les effets sonores de la magie de récupération et ainsi de suite. Comme ces sons devenaient de plus en plus éloignés, j’étais allé dans la ville, en gardant mes distances. Je m’étais rendus sur la place au fond, et une dizaine de membres du clan de Deog y effectuait une bataille contre les 11 personnes de la 2A.

Est-ce tous ceux du clan Deog qui restaient ?

J’avais été choqué par la force inattendue de la guilde 2 A.

« Tempête de flammes. »

Les flammes tourbillonnantes, la magie offensive de Shizukuishi avaient réduit les Points de Vie d’un membre de Deog. La silhouette qui était sortie des flammes tomba au sol. C’était, si je me souviens bien, le patriarche du clan de Deog.

Il avait été ravi du travail demandé par le Roi-Démon Hellshaft. Il avait fini par devenir quelque chose comme ça. J’avais eu un peu mal à la poitrine quand j’avais vu la figure du patriarche qui était tombé et ne pouvait plus bouger.

Non, à quoi penses-tu ?

Ces gars sont des monstres. Ce ne sont que des PNJs. Pourquoi as-tu pitié d’eux ? Ai-je un problème ? J’aurais été tué par le frénétique Degu, n’est-ce pas ?

Je m’étais ressaisi et j’avais regardé à nouveau attentivement la situation de guerre.

Les membres de Deog étaient devenus désespérés quant à survivre. Ils forcèrent une réponse contre la 2A avec des attaques maladroites et faibles.

« Kyaaaah! »

« Hiiii! »

Hinasawa et Yuuki avaient été coupés par une hachette épaisse et étaient tombés sur le pavé de pierre. Ils n’étaient pas morts, mais ils semblaient avoir subi beaucoup de dommages.

En les voyant, Ichinomiya baissa son épée et plongea tête baissée sur le membre du clan de Deog.

« Je vais te tuer ! Tout le monde va mourir ! »

« Akira-kun!? »

Sans écouter la voix d’Asagiri, Ichinomiya se mit à portée d’attaque du membre du clan de Deog. Puis il avait facilement levé au-dessus de sa tête l’épée abaissée avant ça. Ce coup avait coupé le membre du clan de Deog en deux.

« Guooh!? »

Ichinomiya fit pivoter l’épée, essayant de s’assurer d’ajouter un autre coup à ce membre de Deog qui vacillait. La trace de l’épée brillante coupa le membre du clan de Deog comme le dessin d’un trait.

Asagiri excellait en vitesse, mais Ichinomiya était assez rapide. Et sa puissance d’attaque était bien supérieure. Chaque coup semblait avoir le poids et l’acuité d’une technique de tueur.

Pourtant, il y avait une limite.

La capacité de combat d’Ichinomiya avait clairement dépassé son niveau actuel, qui était de 15.

Exodia Exodus reflétait aussi les capacités et les aptitudes d’un individu. Ainsi, même s’ils étaient au même niveau, Ichinomiya et Asagiri avaient des capacités qui se distinguaient des autres. Mais, c’est —

Il esquiva l’attaque d’un membre du clan de Deog qui était prêt à mourir et lui coupa le torse avec une contre-attaque. Encore une autre attaque, et un autre membre du clan de Deog avaient été tués.

Ils étaient désespérés de protéger leurs amis. Leur énergie et leur force émotionnelle augmentaient leur niveau. Même s’il y avait une différence de niveau, ils ne pouvaient pas être négligents. Maintenant, je vois.

Les membres du clan de Deog avaient perdu sa volonté de se battre et avaient tenté de s’échapper. Cependant, Ichinomiya avait balancé son épée sur le dos du plus proche.

Et le dernier. C’était Oga, celui qui s’était agenouillé au sol devant moi hier.

« S-stop… »

La voix d’Oga effrayé se transforma en cri alors qu’il souffrait d’une mort agonisante. Ichinomiya avait brandi son épée comme s’il coupait le ciel et effectua le coup de grâce. Il y avait eu un bruit de quelque chose qui se déplaçait rapidement contre le vent et le sang avait volé autour.

Avec ça, le clan de Deog avait été éliminé.

― Le Clan de Deog a été anéanti si facilement.

Et quand je m’étais approché de tous ceux qui faisaient des high-five, j’avais montré un vague sourire en me demandant si je devais aussi entrer dans ce cercle ou non.

Avec la joie de terminer la quête, tout le monde était très excité, car il n’y avait plus de tension. Mais les ruines qui se répandaient autour de tout le monde me rendaient étrangement triste.

Après cela, et pendant un court moment, la guilde 2A avait parlé du contenu de la quête comme si elle laissait refroidir l’excitation de la bataille.

Après qu’ils aient distribué les objets acquis, nous étions retournés à Caldart.

― Cependant, Shizukuishi avait quelque chose à dire.

« Est-ce que tout le monde peut rentrer chez lui en premier ? J’ai un petit quelque chose à discuter avec Doumeguri-kun, » déclara Shizukuishi.

« Quoi… !? » Ichinomiya me regarda avec une expression stupéfaite.

Qu’est-ce que… Hé, Shizukuishi ! Qu’est-ce que tu sors !? Tout le monde est surpris, n’est-ce pas ! ? Ils nous regardent comme s’ils observent des créatures étranges !

Je n’avais pas pu m’empêcher de rester silencieux pendant que j’étais sous la pression des voix taquine des autres. Asagiri s’était précipitée vers moi, avait fait une petite pose triomphale et m’avait remonté le moral en disant. « Fonce ! ».

Je n’ai pas besoin de ton soutien. Non, peut-être que ça voulait dire ne pas perdre face à sa méchante langue et à son harcèlement. Si c’est le cas, j’apprécie. En ce moment, je n’avais qu’un mauvais pressentiment intense.

« Finalement, les perturbateurs sont partis, » dit Shizukuishi avec joie alors que tous ceux qui marchaient dans la zone disparaissaient.

« Qu’est-ce que tu veux… ? » demandai-je.

Après tout, je sais que ce n’est pas quelque chose de bon. Est-ce qu’elle va encore me maudire ?

Shizukuishi ouvrit son grimoire et jeta un sort.

― Mais qu’est-ce que c’est… ?

Un cercle magique s’était déployé à mes pieds.

C’est mauvais !

J’avais immédiatement donné un coup de pied au sol et j’avais sauté sur le côté. Alors que je roulais sur le sol comme si je glissais, une grosse explosion s’était produite à l’endroit où je me tenais. Un vent chaud et une onde de choc m’avaient frappé dans le dos.

« E-E-E-E-Est-ce que tu essaies de me tuer ? » demandai-je en panique.

« Oui, c’est vrai, » répondit-elle.

Même si ce n’est pas quelque chose de bien, c’est trop !

« Pourquoi faut-il que je sois tué ? » demandai-je.

« Pourquoi as-tu l’air si triste alors que nous avons vaincu le clan de Deog et terminé la quête ? » me demanda-t-elle.

J’étais inconsciemment à court de mots.

« Es-tu vraiment Doumeguri-kun ou un monstre ? Si tu es une personne, alors toi, un bas niveau, tu mourras avec ma magie en un seul coup. Avec ça, je te reconnaîtrai comme un humain, » déclara-t-elle.

« Qu’est-ce que c’est que ça, cette idée qui ressemble à une chasse aux sorcières médiévale ? Tu crois que je te reconnaîtrai comme un humain si tu te noies dans l’eau ? Tu veux juste me tuer, n’est-ce pas ? Ça n’a pas de sens de le prouver ! » m’écriai-je.

« Qu’est-ce que tu dis ? Tu vas revivre, donc tu vas aller bien, » déclara-t-elle.

« ― ! … C’est… »

Merde, je suis différent de vous tous. Je ne ressusciterai pas si je meurs, bon sang.

« Attends ! Comme ma situation en matière de connexion est différente de celle des autres, je suis sûr qu’il y a eu des problèmes. Si je ne me réveille pas, que vais-je faire ? » demandai-je.

« On verra ça à ce moment-là. De toute façon, serons-nous capables de revenir en vie… ? Il n’y a pas de base pour ça. Peut-être que nous sommes déjà morts maintenant, » déclara-t-elle.

« Shizukuishi… ? »

À ce moment, Shizukuishi avait tendu sa main droite vers moi. Les flammes tourbillonnaient dans sa paume.

« ― oh merde ! » criai-je.

Je m’étais enfui et j’avais tourné dans une ruelle en ruine. La boule de feu était passée à un cheveu de mon dos, le brûlant à peine. Elle avait frappé directement un mur de pierre et une forte explosion avait été entendue, faisant un écho.

Si j’avais mangé ça, je serais mort, c’est sûr.

J’avais couru sans m’arrêter. Shizukuishi n’était pas douée pour les mouvements physiques, alors elle avait couru lentement. Je lui étais supérieur en termes de vitesse.

J’avais pris quelques virages et je m’étais caché dans une petite pièce à l’arrière d’une bâtisse en ruine. Il n’y avait pas de toit, mais les murs étaient hauts, assez pour me cacher. Cependant, à ce rythme, elle me retrouvera tôt ou tard. Si je quittais les ruines historiques, j’allais certainement être frappé de loin.

Bon sang, je vais vraiment me faire tuer à ce rythme. Quelle est la meilleure chose à faire ?

J’avais regardé dans la pièce en désespoir de cause, il y avait des vêtements en lambeaux et une épée rouillée accrochée au mur. Un tapis de jonc tricoté avec de l’herbe était posé sur le sol, il dégageait une sensation de vie un peu étrange.

C’est la pièce où vivaient des gens du clan Deog, n’est-ce pas ?

***

ecstas online tome 1 chapitre 5 partie 4

Je m’étais souvenu des silhouettes du clan de Deog qui avaient été subjugué par le groupe du 2 A. Les monstres avaient été massacrés sans pitié. On pouvait certainement dire qu’ils vivaient pour cette raison.

« C’est la même chose pour moi. »

Le patriarche, Degu et Oga. Leurs visages souriants et inquiets flottaient devant moi et disparurent.

À ce moment, quelque chose avait bouilli en moi.

J’avais ouvert la fenêtre du système et j’avais ouvert la catégorie d’équipement. Puis mon doigt s’était arrêté sur l’armure du Roi-Démon. J’avais pris une profonde inspiration et j’avais respiré à fond encore une fois.

« Gyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa! » J’avais crié comme si je sortais toute ma voix et sans un instant de retard, j’avais poussé mon doigt vers la colonne d’équipement.

Mon choix était, bien sûr, l’armure du Roi-Démon.

Avec un délai très court, l’armure noire de jais s’était placée sur mon corps. Mon faible corps s’unifiait avec l’armure. Ma taille passa de 1,7 mètre à 2,3 mètres. De larges épaules et un torse épais étaient protégés par une armure noire. Malgré tout cela, ma taille était finement rétrécie et mes jambes épaisses étaient très longues comme des bûches. Et des flammes jaillirent de mon dos, rampant sur le sol.

Sois prête, Shizukuishi. Maintenant, c’est à ton tour d’avoir peur.

« Doumeguri-kun ? J’ai entendu sa voix forte, mais où diable se trouve - ? »

Comme si elle avait été invitée par mon cri angoissant, Shizukuishi était venue à moi. Et elle s’était raidie.

Voilà qui est compréhensible. Soudain, et sans logique, le Roi-Démon Hellshaft est apparu. Ce serait surprenant, non ?

« Pou… pourquoi ? » s’exclama-t-elle.

En agitant ma cape flamboyante, j’avais pris une pose splendide. « Invitées par mes frères affligés par la douleur, les flammes noires de jais descendent des ténèbres. »

Le corps de Shizukuishi avait tremblé. Son corps, submergé par l’intense présence que je libérais, s’était déplacé vers l’arrière.

« Le Roi absolu de la colère et des flammes, le Roi-Démon Hellshaft est arrivé ! » continuai-je.

« Impossible… ça ne devrait pas arriver…, » déclara-t-elle.

« Alors il y en a eu un autre, hein… Je vais aussi te tuer. Te plonger dans la douleur fera l’affaire. Sois heureuse de mourir de mes mains, » déclarai-je.

Shizukuishi avait repris ses esprits et elle avait ouvert son grimoire. Mais elle était trop lente. J’avais déjà ouvert le menu magique et j’étais prêt à l’utiliser à tout moment.

C’est une bonne occasion. Alors, laisse-moi l’essayer !

J’avais appuyé sur la fenêtre de vérification de l’âge de façon un peu exagérée avec un mouvement comme si je lançais de la magie depuis ma paume.

« Enfer et Paradis ! » criai-je.

À ce moment, le monde s’était déformé. Nos données, comme notre équipement, nos sens et la carte de cet endroit avaient été écrasés. Tout mon bon sens avait été détruit et dévié. Le déraisonnable avait fait son chemin, la logique avait disparu et l’irrationnel s’était mis à régner.

La ville historique avait été remplacée par quelque chose comme une scène de décor. Alors que les murs de pierre tombaient, ils s’empilèrent sur le sol, et ils se transformèrent en scène. Les murs tombèrent du ciel, les entourèrent et un rideau douteux tomba soudainement de nulle part.

Le soleil couchant s’était couché d’un seul coup, les projecteurs avaient illuminé les ruines historiques assombries. Celle qui était illuminée était une sorcière.

« Qu… qu’est-ce que c’est !? » cria Shizukuishi, semblant impatiente, mais c’est ce que je veux aussi demander  !

Les membres de Shizukuishi étaient enchaînés, ce qui la rendait incapable de bouger. Des statues d’orcs en acier de trois mètres de haut se trouvaient à sa gauche et à sa droite. Les chaînes étaient attachées à leurs mains.

Et le clan de Deog, qui avait été vaincu plus tôt, avait rampé l’un après l’autre hors du sol des ruines historiques.

« *Eek*! »

Les silhouettes fantomatiques qui sortaient du sol firent trembler même la génie Shizukuishi. Je me sentais aussi un peu nerveux. J’étais sur le point de mouiller mon pantalon.

Que diable se passe-t-il ? Un théâtre en plein air était soudainement apparu. Et un public du clan du Deog avait surgi. Les orcs sifflaient, ils étaient très excités, ils m’acclamaient. Ça ressemblait à un club de strip-tease… où je n’étais jamais allé.

Mais est-ce vraiment l’effet de l’Enfer et Paradis ? Certes, j’avais entendu de la bouche d’Aikawa-san que l’effet était aléatoire et qu’on ne savait pas ce qui allait se passer, mais de penser que ce serait tellement absurde que même un théâtre pervers apparaîtrait !

Shizukuishi tremblait de peur, son visage était horriblement pâle.

« Ah… s’il vous plaît, ne faites pas ça, » supplia-t-elle.

Ma colonne vertébrale tremblait. Cette Shizukuishi effrontée et irritante tremblait de peur et avait les larmes aux yeux. C’était une situation tellement irréaliste. D’une certaine façon… j’avais énormément évolué.

Cependant, et pour être honnête, je n’imaginais pas que cela m’amènerait à l’humilier avec tous les yeux rivés sur elle. Mais, si quelque chose de ce degré était fait, alors le cœur de cette fille se brisera et pourrait devenir docile à l’avenir.

Ce sera difficile si elle continue à chercher ma véritable identité.

D’accord… Je, je vais le faire.

J’avais posé ma main sur le col de Shizukuishi et j’avais arraché son haut avec audace. Sa tunique et sa jupe avaient été immédiatement déchirées, révélant une peau blanche et des sous-vêtements roses. C’était des sous-vêtements mignon et inattendu avec un motif de dentelle à fleurs qui étaient apparus.

« Hi… a no… onnn, » s’écria Shizukuishi.

Shizukuishi ne pouvait même pas crier, elle pouvait seulement ouvrir et fermer sa bouche. Au lieu de cela, les gars de Deog poussaient des cris de joie.

« Yaaaaaaaaaaaahoooooooooo! »

« Enlevez-les ! »

« Déshabillez-la. »

Alors que je levais la main pour répondre aux acclamations, l’excitation des camarades de Deog augmentait encore plus.

Je dois dire que ça fait un peu du bien. Très bien, qu’est-ce que je dois enlever ensuite ? Je me sens comme un artiste qui répond aux attentes de ses clients.

« N-non, vous plaisantez, vous ne devez pas, » supplia-t-elle.

Shizukuishi marmonnait comme si elle parlait en étant en plein délire. Sans faire attention à elle, j’avais pris le soutien-gorge, en prenant soin de l’arracher d’un coup. Une peau d’un blanc éclatant était apparue sous le soutien-gorge. Dès que les seins avaient fini de bouger, tout tremblement avait cessé. Je m’étais habitué à voir ceux de Satanachia et de Forneus, et ceux-ci me semblaient petits, mais on ne pouvait rien y faire. Cependant, ils avaient dessiné une belle courbe, et c’était excitant.

Le corps de Shizukuishi était mince dans l’ensemble. Il semblait qu’il se casserait si on le touchait, il était incroyablement délicat, comme s’il devait être traité avec douceur. Son corps n’avait pas de fortes courbes, mais au contraire, il avait une aura un peu vive, mystérieuse et lubrique.

« Woooooooooooaaaaaaaahhhh! »

Un individu, un des gars de Deog, était incroyablement enthousiaste. Tu bondis, hein ? Tu es vraiment très excité… ah, le patriarche !?

Es-tu le patriarche ?

Son visage vieilli et ses ornements d’apparence un peu importante étaient sans aucun doute ceux du patriarche, mais… où est passée cette attitude imposante ! ? Tu étais en fait un vieux pervers extrêmement bizarre ! ?

Non, en fait, je suis assez excité aussi. Shizukuishi avait mis sa cape, mais ses vêtements étaient déchirés, elle ne portait rien d’autre que sa culotte. Avec ses gants et ses bottes, elle ressemblait en fait à une dégénérée.

J’avais balancé le soutien-gorge que j’avais arraché et je l’avais jeté sur le public. Les tribunes des spectateurs s’étaient transformées en un creuset d’excitation, une bagarre pour savoir qui aura le soutien-gorge avait commencé.

Fufufu, cependant, l’événement principal demeure. J’avais levé mon index, le pointant vers le ciel. Les gars de Deog s’étaient tus d’une manière ou d’une autre et avaient fixé mon doigt. Je descendis lentement mon doigt et pointai l’abdomen de Shizukuishi.

« Oooooooooooohhhhhh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii! »

Des cris de joie, déjà absurdes, résonnaient dans les tribunes. J’avais posé mes mains sur la culotte de Shizukuishi pour répondre à leurs attentes.

Shizukuishi ouvrit grand les yeux et secoua la tête. « Vous plaisantez, n’est-ce pas… ? N’importe quoi, mais pas ça. »

J’avais ressenti une douleur à la poitrine en voyant son expression triste.

Mais c’est aussi mon destin. Je dois répondre aux attentes de tout le monde ! J’avais arraché la culotte de Shizukuishi de toutes mes forces.

« Noooooooooooooooooooooooooooooooonnnnnnnnnn! » cria-t-elle.

Shizukuishi laissa monter un cri de deuil alors qu’elle faisait couler des larmes sans fin de ses yeux.

« Ouuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiii! » Le cri de Shizukuishi et les voix joyeuses du Clan de Deog s’étaient mélangés.

J’avais tourné le dos à Shizukuishi, bombai ma poitrine et écartai les deux mains pour recevoir moi-même leurs acclamations.

Quelle belle ambiance !

Tout le monde applaudit ma performance. Ouais, interprétons-le comme ça.

Cependant, les cris de joie qui avaient éclaté à ce moment avaient été interrompus un moment. Les membres de Deog bavardaient, regardant fixement la région inférieure de Shizukuishi.

Y a-t-il un problème ? Honnêtement, je me sentais gêné, alors je n’avais pas jeté un coup d’œil direct jusqu’à présent… mais j’avais jeté un regard de côté sur le corps de Shizukuishi.

« Hmm? »

Même si elle ne portait pas de sous-vêtements et que ses vêtements étaient déchirés, elle ne portait rien d’autre qu’une cape, une cape découverte vraiment étonnante.

Mais quelque chose ne semblait pas à sa place dans cette partie cachée par la culotte jusqu’à présent.

Une ligne droite se poursuivait depuis les cuisses bien fermées jusqu’à la quiétude. Il n’y avait rien de la même couleur que ses cheveux qui devraient être là, tout comme une petite fille pure.

« Hé… ça. »

« Cela n’a pas poussé. »

« Elle est rasée, n’est-ce pas ? »

« Non, ce n’est pas le cas. C’est tout à fait naturel. »

« Ils n’ont pas poussé ! »

L’agitation dans le public avait progressivement augmenté. Et les acclamations avaient explosé.

« Uaaaaa! Ooooo! AaAaoAaa! Ufuuujooooo! Aaaoeuenjubaowhooooo!! »

Alors que des cris incompréhensibles retentissaient, j’avais fait un numéro avec la culotte de Shizukuishi et j’avais pointé du doigt le public.

Les yeux des membres de Deog s’étaient dirigés vers l’endroit que j’avais indiqué. Ils s’étaient battus pour obtenir cette position en criant. Voulez-vous vraiment… cette culotte à ce point ?

J’avais jeté la culotte de Shizukuishi en l’air et vers le public. Les gars de Deog avaient foncé sur la culotte qui s’était envolée. Finalement, celui qui avait survécu au combat mortel et qui avait remporté le prix avait été choisi et il avait crié avec joie.

C’était ce type, Oga, qui s’était prosterné devant moi. À côté de lui, Degu était heureux comme s’il avait gagné. Ils avaient mis leur bras autour de l’épaule de l’autre, avaient mis les mains en l’air et avaient rugi.

Bien joué, Degu, Oga. Vous avez fait de votre mieux. Je n’ai pas pu vous emmener à Hellander, mais vous avez au moins eu une récompense. Reposez en paix.

« Vous êtes si cruel… *Sniif*, *Hic* *Hic*. »

Shizukuishi versa des larmes en sanglotant. C’était vraiment déchirant. D’accord, est-ce que je dois enfin faire en sorte que Shizukuishi se sente bien aussi ?

J’avais ouvert la liste de magie à partir du menu du système puis j’avais appuyé sans hésitation sur le bouton d’approbation de la vérification de l’âge.

« Ecstas! » déclarai-je.

Une lumière rose fut émise par ma paume, et un symbole en forme de cœur s’éleva à la surface de l’abdomen de Shizukuishi.

« Qu’est-ce que vous… hmm !? Aahaan ! »

Dès que je l’avais fait, le corps de Shizukuishi s’était effondré.

Quand j’avais claqué des doigts, les chaînes qui retenaient Shizukuishi avaient été enlevées. Shizukuishi avait fait un bruit en tombant sur le dos sur la scène pavée de pierres.

« A… a, quoi, non, » balbutia-t-elle.

Avec l’effet de l’Ecstas, Shizukuishi était comme une femelle qui avait envie de se reproduire. Sa raison et sa pensée avaient été volées par le désir sexuel croissant. Les preuves : Les mains de Shizukuishi avaient attrapé ses propres seins et avaient commencé à les frotter lentement comme pour faire des cercles.

T-Tu plaisantes, n’est-ce pas… ? Je ne peux pas croire que… Je serais capable de voir le solo secret de Shizukuishi.

Les membres de Deog avaient acclamé cet acte sans relâche.

Shizukuishi rougissait et rapetissait avec extase avec ses yeux larmoyants.

« Pourquoi… Je fais ça, devant ces monstres… pourquoi… a, aaanh ! » cria-t-elle.

« Fu, fufu. Qu’est-ce qu’il y a ? Tu peux même te sentir bien, tu sais ? Bouge tes mains comme tu le veux, » déclarai-je.

« Comme je le veux… ? Je peux ? » demanda Shizukuishi, l’air confus.

« Bien sûr… tu peux le faire comme tu le fais toujours, » répondis-je.

« Comme je le fais toujours ? » demanda-t-elle.

Le mouvement des doigts de Shizukuishi était devenu audacieux. Elle frottait ses seins comme pour les remuer et pinçait avec ses doigts leurs extrémités pointues et debout.

« Nn ! Aah, ça fait… tellement de bien, » déclara-t-elle.

Mais… ça veut dire que Shizukuishi fait toujours ça, n’est-ce pas… ? Oh merde, je suis étrangement excité d’une certaine façon.

« Où est-ce que tu le fais toujours ? Et à quelle fréquence ? » demandai-je.

La main qui se serrait dans les jambes de Shizukuishi montait et descendait furieusement. Ses sourcils se rapprochaient comme s’ils étaient soumis à quelque chose.

« Naah, aaahnh ! Haah, dans le bain, dans ma chambre, tous les jours…, » me répondit-elle.

Eeeeeeeeh !? Tu fais cette tête tous les jours ! ? Pourtant, tu es une beauté solitaire et calme à l’école !?

Ce fait m’avait excité encore plus. Elle venait à l’école avec une expression calme, même si elle avait fait quelque chose comme ça la veille.

« Je jouiiiiiiissss ! »

Shizukuishi avait plié son dos et elle avait fait frémir son corps.

Ses jambes s’étaient étirées et ses orteils s’étaient pliés si fort comme s’ils essayaient de saisir quelque chose.

Shizukuishi… attends, ne me dis pas…

Et elle avait fait trembler son corps raidi, mais finalement tout son corps avait perdu toutes ses forces. Et un bruit d’eau indistinct se fit entendre entre ses jambes.

« Qu-Quoi !? »

Cela s’écoulait, faisant un ruissellement d’eau, et bientôt, cela dessina un arc de cercle, devenant un ruisseau vigoureux. De l’eau scintillante jaillissait de l’entrejambe de Shizukuishi, créant une flaque.

Shizukuishi avait regardé le public abasourdi avec une expression charmante. Comme elle n’avait aucune force pour soutenir sa tête, sa tête était inclinée et la bave pendait de sa bouche. Les larmes coulant sur ses joues rougissantes étaient magnifiques.

Les membres de Deog, qui la regardaient, avaient non seulement leur visage, mais aussi leur corps tout entier teinté de rouge. Et ils s’étaient mis à se bagarrer comme si leur excitation incontrôlable commençait à se déchaîner. Alors qu’ils se battaient, ils m’avaient tous remercié.

« Merci beaucoup ! Hellshaft-samaaaa! »

« Hellshaft-sama! »

« Le Grand Seigneur-Démon! »

À la fin, leurs voix criardes étaient devenues une grande marée et avaient commencé à résonner dans le théâtre.

« Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! »

Les membres de Deog levèrent le poing et louèrent mon nom. Et peut-être parce qu’ils étaient satisfaits de moi et de Shizukuishi sur la scène, ils étaient devenus des particules de lumière et avaient disparu un par un.

« Il était temps de fermer le rideau, » déclarai-je.

J’avais transformé mon manteau en épée et j’avais tourné son extrémité pointue vers Shizukuishi.

« C’était vraiment un spectacle agréable, » déclarai-je.

Shizukuishi me regarda avec des yeux vides.

« Des rêves sont fugaces, mais le destin est brisé. Ta vie se disperse en larmes. »

J’avais abaissé l’épée du Roi-Démon vers Shizukuishi alors que nous étions enveloppés par le rayonnement laissé par la fin de la vie du clan de Deog.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *