Elf Tensei Kara no Cheat Kenkoku-ki – Tome 1 Chapitre 0

J’étais à bout de souffle, dans l’atelier magique présent chez moi.

J’étais né au Japon  60 ans plus tôt, en 1912, et actuellement, je savais ma fin proche.

Pour maîtriser la magie, la durée de vie d’un humain était bien trop faible.

Même si j’avais dévoué toute ma vie à la magie, j’en avais à peine vu un aperçu. Mais cela ne me suffisait pas, je voulais aller plus loin.

Avec les technologies actuelles, je pouvais rallonger ma vie de 10 à 20 ans.

« Mais qu’arrivera-t-il ensuite ? »

Une telle tentative pour tromper la mort était difficilement suffisante.

Il me fallait vivre au moins 10 fois pour y parvenir.

Toutefois, un tel pouvoir n’existait pas. Ce corps vieillissait et se détériorait. Mes pensées allaient s’estomper. Je ne pouvais que regretter posséder ce corps de chair.

Alors, devais-je abandonner ?

Non ! Absolument pas !

Je cherchai de toutes mes forces dans mon esprit une magie capable de réaliser un tel souhait.

Et une solution s’ouvrit presque à moi. Une solution qui se transforma vite en résolution.

« C’est ça ! Si je ne peux plus continuer à vivre dans ce corps, je n’ai qu’à me débarrasser de ce réceptacle de chair. »

Cette réponse avait probablement été pensée par des centaines de sorciers avant moi.

La possibilité de transférer son âme dans un autre corps.

Toutefois, personne n’y était encore parvenu.

Il était particulièrement difficile de prendre possession du corps d’autrui. La magie était le pouvoir de la volonté. La conscience d’un individu constituait donc la force la plus puissante au sein de celui-ci, et elle désirait bien évidement rester en place.

De plus, des incompatibilités pouvaient survenir entre l’âme et le corps. Le corps grandissait en fonction de l’âme qui l’habitait, même si cette évolution était lente chez le nouveau-né. A l’instant où elle apparaissait dans ce monde, la chair était déjà le réceptacle de l’âme.

Il fallait donc profiter d’un instant de fragilité de la vie. Toutefois en faisant cela, mon corps risquerait de mourir dans le processus, sans que mon âme ne soit sûre d’intégrer un nouveau corps.

N’existait-il pas une méthode plus sûre ?

Les génies devaient-ils ainsi se cantonner et se rabaisser aux réflexions d’hommes normaux ?

La magie était l’étude de l’âme. Ainsi, je connaissais plus de choses sur l’âme que quiconque.

Puis, la réponse me vint enfin.

« La réincarnation. »

Le cycle des âmes.

Lorsque l’âme mourait, elle montait aux Cieux, avant de retomber sur la Terre dans une nouvelle chair. Ma supposition était que lorsque mon âme atteindrait les cieux, elle serait ‘’nettoyée’’ avant de retourner sur Terre, et que tous mes souvenirs seraient perdus dans le processus.

Toutefois, il existait des exceptions. Parfois, de puissants sentiments pouvaient s’attacher à l’âme et perdurer après sa renaissance. Ainsi, certains humains récupéraient rarement des souvenirs d’une autre vie.

Dans ce cas, je devrais être capable de le faire.

Afin que mes souvenirs ne s’échappent pas de mon âme, je me mis à les engraver dans celle-ci aussi profondément que possible.

Ainsi, lorsque je passerais par le cycle de réincarnation, je renaitrais en tant que moi-même.

C’était maintenant ou jamais, avant que l’âge ne me prenne mon esprit et mes techniques magiques.

Si je ratais, mon âme se désintégrerait et je deviendrai un pantin vivant. Une coquille vide.

Et même si je réussissais, je n’étais même pas sûr de l’existence de la réincarnation.

Les risques d’un tel pari étaient énormes.

Mais,

« Je n’ai pas vraiment d’autre choix. »

C’était tout ce qu’il me restait à faire.

Il y avait un futur radieux à l’horizon de la route que je souhaitais prendre.

Et pourtant, je ne pouvais m’empêcher d’être légèrement hésitant.

Toutefois, si j’abandonnais cette route, je ne pourrais plus me considérer comme un magicien.

« Libère-toi, mon âme. »

En commençant le rituel, je me mis à réciter l’art de manipulation de l’âme.

« Par les souvenirs reposant dans mon être, que toutes mes pensées et émotions soient gravées dans mon âme. Jutsu Shiki Kaishi (= Sort de Chirurgie de l’Ame) ! »

Le chant n’avait pas de but ou de sens réel.

La magie était activée à l’aide d’une formule présente dans l’âme et l’esprit afin de réécrire les règles du monde.

Toutefois, un plus grand pouvoir pouvait être employé à partir des émotions durant le chant.

Tout à coup, une sensation de brûlure intense surgit du plus profond de mon torse. Les informations normalement présentes dans mon cerveau se gravèrent de plus en plus profondément dans mon âme.

Lorsque les cellules du cerveau mouraient, les informations contenues dans celles-ci disparaissaient. Toutefois, lorsqu’elles étaient gravées dans l’âme, elles restaient présentes pour l’éternité.

Toutefois, cette technique pouvait causer de graves dommages à l’âme. Si je faisais la moindre erreur, mon âme pouvait se briser et ainsi me faire disparaitre. Une destruction telle que même la réincarnation n’y ferait rien.

Des milliers et des milliers de commandes furent réalisées. Bleu … Une image de mot apparut … Mon image commença à revêtir une forme et à se construire. Elle tourna sur elle-même et tournoya.

Du sang avait coulé de ma bouche, et commençait à coaguler. Mon âme avait apparemment été endommagée, et détruisait mon corps de l’intérieur.

Tout était chaud. Si chaud. Je revis plein d’amertume mon existence.

Pourquoi avais-je toujours accordé tant d’importance à cet amas de chair qu’était mon corps ?

Du fin fond de mon cœur, je me sentis enfin clairement posséder le contrôle sur mon âme.

Il s’agissait de la véritable forme d’un Magicien.

Du sang suintait de chaque pore de ma peau. Pour la première fois, je ne comprenais pas la situation. Pourtant, je n’avais pas échoué et continuais à exister, à graver mes souvenirs au plus profond de mon âme.

Puis enfin, mon corps atteignit sa limite.

C’était inévitable.

Je fis un dernier sourire avant de m’écrouler dans une flaque de mon propre sang.

J’avais réussi. Même si elle avait été légèrement blessée, mon âme était sauve. J’avais réussi à graver mon existence en elle.

Dans une telle situation, j’accueillais maintenant la mort à bras ouverts.

Mais tout cela ne comptait plus. Je savais désormais que j’avais raison.

 

A en juger par le résultat, la réincarnation avait été un succès.

Je fis ma première réincarnation aux Etats-Unis, en l’an 1972.

J’étais né en tant que second fils dans une famille modeste de classe moyenne.

Ce ne fut qu’à mes 13 ans que je me souvins de ma vie précédente. Apparemment, le cerveau ne pouvait pas accepter les informations en provenance de l’âme tant que le corps n’avait pas atteint cet âge.

Durant ma première réincarnation, je dévouai ma vie à la recherche, tout comme je l’avais fait lors de ma vie originelle.

Toutefois, cette vie fut solitaire et triste. Le monde avait oublié la magie.

Ce monde de ténèbres avait été illuminé par la science, ne laissant plus la moindre place au mystère. La magie avait disparu au profit de la logique.

Par exemple, un magicien s’étant entrainé toute sa vie et utilisant divers outils pouvait au maximum brûler une zone de 50 mètres. Toutefois, avec la science, il était possible de réaliser des centaines, non, des milliers de fois mieux, et n’importe qui pouvait y arriver avec quelques outils.

Je décidai donc de mettre de côté la magie et ses phénomènes physiques, pour me concentrer entièrement sur l’étude de l’esprit et de l’âme. Pour moi, il s’agissait d’un domaine sacré de la magie.

Puis … après avoir vécu 50 ans, je mis fin à mes jours en gravant à nouveau mon âme, afin d’acquérir une nouvelle vie.

 

Lors de ma seconde réincarnation, le monde était une véritable blague.

La civilisation était un mélange de Moyen-âge et de Temps Modernes.

Des monstres tels que les gobelins et les orcs existaient, et des Chevaliers en armures paradaient dans les rues. La magie était si commune que n’importe qui pouvait l’utiliser.

Plutôt que le temps, le monde entier était différent.

J’étais ainsi né dans tel monde en tant que 4ème fils d’un Chevalier au service de la Famille Royale, me permettant ainsi de vivre une vie des plus luxueuses.

Dans cette vie, mes souvenirs précédents me vinrent à 14 ans.

Et lors de cette nouvelle vie, je découvris que sur Terre, la magie était en fait restreinte par une certaine influence.

La magie disparaissant lorsqu’elle quittait le corps sur Terre, gardait longtemps sa forme dans ce monde. De plus, il était bien plus facile de formuler une magie dans sa tête.

Ce monde fut amusant. La sorcellerie avait été énormément développée, et certains de ses aspects m’étaient encore inconnus. Et surtout, je pus enfin utiliser ma magie en combat réel.

Dans ce monde, je brillai de par mes connaissances en magie. J’étais très doué, grâce à toutes mes études menées sur Terre par le passé. Ainsi, je réussis à grimper rapidement les échelons et à m’installer au château, où je devins le Mage de la Cour Royale.

Dans ce monde, je découvris aussi qu’il existait des magies spéciales propres à certains individus, contrairement aux magies générales pouvant être utilisées par n’importe qui. La magie unique était offerte par la Déesse. J’étais bien là dans un monde fantastique.

La théorie couvrait ainsi la magie générale, mais pas la magie unique. Même si je pouvais l’utiliser, il m’était impossible de comprendre son fonctionnement. Selon la Déesse, chaque personne naissait avec un circuit magique spécialisé pour la magie unique. La magie générale occupait l’espace restant.

La véritable nature de ma magie unique était le pouvoir de me rappeler quand je le voulais de mes vies précédentes. De plus, je pouvais les appeler et prendre leur forme.

Lors de mes derniers moments dans ce monde, je mourus sur le champ de bataille.

Avec le peu de conscience qu’il me restait, je gravai à nouveau mes souvenirs dans mon âme.

 

Puis, je me réincarnai ainsi à de multiples reprises. Le Japon à l’ère Heisei, un monde fantastique, un monde steampunk, la France en l’an 2210. Ainsi que différents mondes : un monde où la magie ne fonctionne que sur soi-même, un monde ressemblant à l’intérieur d’un jeu vidéo, et le processus se répéta ainsi 15 fois au total. Et chaque fois, je regagnai mes souvenirs entre 13 et 15 ans.

Ma magie atteignait ses limites, et je fus forcé pour la première fois lors d’une réincarnation de me reposer sur une forme non-magique d’amusement.

Cet événement se déroula en France, en l’an 2210. Une époque où des jeux appelés VRMMO étaient populaires.

En plus de cette  technologie de réalité virtuelle, il existait une technologie permettant d’allonger la sensation de temps.

Ainsi, une seconde dans la réalité devenait 1 000 secondes dans la réalité virtuelle.

Dans ce monde, je profitai des anciens jeux et animes Japonais. J’étais originaire du Japon à la base, et avais connu une vie durant l’ère Hesei, alors je connaissais ses jeux, et ils m’emplirent de nostalgie. Je pus ainsi en profiter pendant ce qui paraissait une éternité.

Dans ce monde, après avoir profité des formes d’amusement qui s’offraient à moi et non pas de la magie, je mourus de vieillesse.

 

Après m’être réincarné plus de 20 fois, tout me parut terne tout à coup.

Mon enthousiasme avait disparu.

Je pensais ma fin proche. Mes recherches étaient bloquées dans une impasse, et le temps ne me permettait pas de la surmonter.

Après ma 21ème réincarnation, je décidai enfin de mettre fin à cette farce.

Toutefois, je fis la rencontre d’une femme.

Je rencontrai une femme dans un monde dominé par le Roi Démon, et où la civilisation humaine était au bord de l’extinction.

Elle était une belle Haute Elfe. Avec ses longs cheveux blonds et sa robe noire flottants dans le vent, elle avait décidé de résister dans ce monde en ruine, tout cela armée seulement d’un arc taillé dans l’Arbre Monde.

Peu importe les blessures qu’elle recevait, chaque fois qu’elle tombait, elle se relevait pour continuer à combattre.

Puis, vint le combat décisif, dans la dernière ville humaine attaquée par le Roi Démon.

La fille, aux côtés de quelques compagnons, s’avança et prit part à un combat perdu d’avance. Plutôt que d’être désespérés, ils croyaient en leur victoire, peu importe leurs chances, et combattirent pour la rendre réalité. Une personne, puis deux, tandis que leurs compagnons tombaient, ils continuèrent à se battre jusqu’au dernier homme s’il le fallait. Et enfin, le Roi Démon succomba.

Le combat terminé, elle se retourna vers les personnes qui avaient combattues à ses côtés, souriant, riant, s’exclamant que tout allait bien.

Pendant ce temps, j’avais souffert d’une blessure pouvant facilement me faire perdre la vie, tout en endurant la tristesse montant en moi lorsque je pensais à nos compagnons tombés.

En regardant cette fille, mon cœur se remit à battre après une longue absence.

Je le savais. Après une éternité, mon âme était fatiguée et ne brillait plus.

Toutefois, voir cette personne brillante raviva la flamme reposant en moi.

Puis, la Haute Elfe partit en voyage afin d’éliminer tout risque de résurrection du Roi Démon. Et après avoir voyagé à ses côtés durant de longues années, je mourus.

Cette réincarnation m’avait changé. Au lieu de me plonger dans l’amusement et dans les recherches du secret de la magie, je me mis à chercher des personnes émettant une lumière, afin de voir leur histoire se dérouler en marchant à leurs côtés.

Mon ancien moi disparut enfin.

Mon âme ressuscita à nouveau pour la 31ème fois, et la réincarnation fatidique commença.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *