Elf Tensei Kara no Cheat Kenkoku-ki – Tome 1 Chapitre 4

« J’y vais. Attendez-moi et gardez espoir. »

Je disais au revoir aux personnes venus voir mon départ.

Environ 20 personnes étaient venues pour me regarder partir avec Lucie.

L’hiver arrivait dans 3 mois. Si aucune nourriture n’était récupérée, le peu de réserves alimentaires du Village Elfe allait rapidement se tarir. Le destin du Village reposait sur le succès de cette attaque de la Base de Ravitaillement.

« Si tu ne reviens pas, je dirais aux soldats humains que tu as tué leurs camarades avant de fuir. Ce faisant, nous recevrons de quoi tenir l’hiver. Quand aux 3 elfes que voulaient les soldats, il y aura une nouvelle sélection. Mais as-tu vraiment besoin d’emmener Lucie avec toi ? Tu vas probablement mourir en vain là-bas. Ne devrais-tu pas plutôt passer le peu de temps qu’il te reste à vivre dans ce village ? Il vaudrait mieux que le village lui-même t’arrêtes en tant que criminel. »

S’exclama le Chef du Village Nije en nous observant.

Nous n’étions pas regardés avec gentillesse et espoir. Après tout, je venais de tuer 5 soldats, j’étais donc devenu une source de peur.

« Je ne prévois pas de mourir, et deux personnes sont nécessaires. Ne m’avez-vous pas vu tuer instantanément ces 5 soldats alors que je portais toujours un collier ? »

« Mais n’y a-t-il pas 300 personnes dans cette Base de Ravitaillement ? »

« Ce n’est pas l’objectif de ce combat. Je m’enfuirais directement, une fois la nourriture récupérée. »

« En assumant que tu arrives à t’infiltrer avec succès, comment prévois-tu de transporter la nourriture ? Comment pourrais-tu porter à toi tout seul toute la nourriture nécessaire à un village ? »

« Il existe une magie pour ça. Si je l’utilise, je pourrais transporter n’importe quelle quantité à moi seul. Je l’ai déjà utilisé hier, et je transporte actuellement sur moi les cadavres des soldats. Pendant l’attaque de leur base, je prévois de m’en débarrasser. Ainsi, nous pourrons gagner du temps. »

Ces mots n’étaient pas un mensonge. Toutefois, le moi actuel ne pouvait pas utiliser une telle magie.

Les moi du passé pouvaient être appelés grâce à ma magie unique, et seul l’un de ces individus possédait une magie aussi utile.

« Est-ce vraiment possible ? »

Le Chef du Village paraissait sceptique.

Même si je voulais lui faire une démonstration ici-même, la consommation en énergie de ma magie unique était plutôt importante, je ne pouvais donc pas me permettre de la gâcher.

« C’est vrai. Ainsi, après m’être infiltré, je vais juste voler la nourriture avec ma magie, ans même que la situation ne devienne dangereuse. »

« …..Depuis quand connais-tu une telle magie ? »

« Incroyable Syril ! Tu paraissais avoir perdu toute motivation, mais en fait tu t’entrainais en secret à la magie ! »

Je ressentis une douleur dans mon torse en recevant un regard de profond respect de la part de Lucie et en voyant Nije baisser la tête.

« Oh, je vois. »

« Mais le problème risque d’être l’endroit où est stockée la nourriture. La base est immense, en plus d’être gardée par de nombreux soldats. »

Lucie paraissait inquiète.

« Tout va bien se passer. J’ai un peu réussi à faire parler le Capitaine Humain, il m’a révélé toutes les informations nécessaires. »

Ses deux yeux écrasés, j’avais torturé le Capitaine gardé expressément en vie pour en retirer des informations. Puisque j’avais déjà à de nombreuses reprises délivré et même reçu de telles tortures, je n’étais pas un débutant en la matière.

Bien sûr, il ne s’agissait pas de mes expériences personnelles, mais d’expériences reçues de la voix.

Puisque l’homme en question gonflait les taxes et vendait illégalement, je pensais qu’il cracherait rapidement le morceau, mais il avait été étrangement obstiné. Il m’avait même compliqué la tâche en me mentant pour essayer de survivre. Si je n’avais pas été habitué à la torture et que je n’étais pas parvenu à réaliser sa véritable nature, j’aurais crû en ces fausses informations.

Epéiste de première classe, technique de renforcement des Capacités Corporelles, une volonté à toute épreuve, une prise de décisions rapide, il était plutôt capable.

Ainsi, j’avais été obligé de continuer jusqu’à le briser, puis, malheureusement, j’avais été forcé à le tuer sans pouvoir le réutiliser.

« C’est….. Syril, qu’est-ce qui t’a autant fait changer ? »

« Syril n’a pas changé. A l’époque, il était tout à fait diligent. L’ancien Syril capable de tout faire est donc revenu. »

En réponse aux deux personnes devant moi, j’affichai un sourire vague sans rien dire.

Les deux avaient raison, et les deux avaient tort.

Puis, nous quittâmes le village des elfes.

 

Secoué dans un chariot hippotracté, je travaillais mes capacités de renforcement corporel.

Mon corps, en plus de posséder une capacité mentale pauvre, était physiquement faible.

Même si je possédais de bons yeux, il s’agissait simplement d’un trésor inutile si le reste ne suivait pas.

Maintenant, ma magie et mes capacités de corps à corps avaient d’importantes restrictions, même dans les meilleures conditions, je ne pouvais faire appel qu’à 30% de mon énergie.

L’énergie magique interne appelée « Odo » passait à travers l’ensemble du corps. Elle permettait d’améliorer les signaux électriques du corps et ainsi de le renforcer partout où elle passait.

Les muscles de mon corps réagissaient à ces signaux électriques que je créais moi-même, et mon corps était pris de convulsions.

Je ressentis une douleur insupportable tandis que mes muscles se déchiraient. Puis, la magie s’arrêta.

En laissant échapper un long souffle, je mis en marche une nouvelle technique améliorant les capacités de récupérations, réduisant ainsi le temps normal de guérison de 24~48 heures à un instant.

De plus, je me mis à consommer une large quantité de viande séchée présente dans le chariot des soldats afin de remplir mes réserves de protéines.

« Hey Syril, que faisais-tu ? Ton corps s’est mit à trembler puis tu avais l’air soulagé avant de te mettre à manger. Franchement, c’est un peu effrayant. »

Lucie, qui s’occupait de diriger les chevaux, vint me voir dans le véhicule d’un air suspicieux.

« En implémentant la destruction puis reconstruction de mes muscles avant d’utiliser une technique avancée de soin, je peux renforcer ma force musculaire en très peu de temps. »

« Je suis désolé, je n’ai rien compris. »

« Je ne fais que de l’entrainement musculaire en m’aidant de la magie. Lorsque tu bouges beaucoup, le jour suivant, ton corps te parait endolori à chaque mouvement n’est-ce pas ? »

« Ne s’agit-il pas juste d’une douleur musculaire ? »

« Oui, de la douleur musculaire. Cette douleur est causée par le déchirement du muscle. Ainsi, lorsqu’il se répare naturellement après avoir été modérément endommagé, ce muscle devient encore plus fort qu’avant sa restauration. »

Bien sûr, la modération était de mise.

Si une trop grande pression était exercée et que le muscle était endommagé plus que nécessaire, l’effet inverse risquait d’avoir lieu.

De plus, il valait mieux être entièrement guéri avant d’utiliser une telle technique.

Ainsi, même s’il était difficile de restructurer son corps en une courte période par un entrainement musculaire intensif, grâce à la magie, les muscles pouvaient être régénérés bien plus rapidement et efficacement. De plus, il était possible de choisir quels muscles renforcer, afin de ne pas se retrouver avec des muscles plus gros que d’autres, ce qui risquerait de gêner les mouvements de l’utilisateur.

« Secouer ton corps et devenir tout à coup plus fort, c’est injuste. »

« Tu as raison. Toutefois, maitriser cette magie est extrêmement douloureux, les avantages sont donc compensés. »

Pour contrôler les signaux électriques du corps, il fallait posséder une manipulation extrêmement précise et délicate de la magie.

Lorsque j’avais découvert cette méthode de renforcement, j’avais passé 30 ans à l’étudier avant de pouvoir l’utiliser.

« Mais en faisant ça, tu ne peux pas améliorer ton endurance. »

« Si l’endurance fait partie des fonctions cardio-pulmonaires, je peux aussi l’entrainer. Un peu comme ça… »

J’étendis ma magie dans le mana de l’air environnant, englobant Lucie.

« Qu’est-ce que c’est… J’ai du mal à respirer… »

Une expression de douleur apparut sur le visage de Lucie.

Après avoir confirmé le succès de ma technique, j’arrêtai ma magie.

« J’ai fait ça pour une raison. N’as-tu pas l’habitude de courir pour améliorer ton endurance ? Après tout, lorsque l’oxygène… lorsque l’air n’est pas suffisant, le corps s’entraine à en incorporer plus efficacement. Ainsi, en créant un environnement dans lequel l’air est rare, le cœur et les poumons peuvent être renforcés. »

Un entrainement similaire aux entrainements en haute altitude… Ces entrainements ont lieu à 2000 ou 3000 mètres d’altitude, là où l’oxygène est faible. Cela est très utile pour renforcer l’endurance.

« La magie peut aussi améliorer d’autres capacités. Par exemple, j’utilise constamment la magie pour augmenter ma vision dynamique. »

« Wow, est-ce que le Syril du passé ne faisait que prétendre être fainéant, alors qu’en vérité il s’entrainait ? Je te critiquais, mais en vérité, tu as toujours travaillé dur. »

« …..C’est ça. »

Je n’osais pas la contredire, et cela me fit remonter légèrement dans son estime.

« Toutefois, Tu es très doué en magie Syril. Puisque tu peux te battre avec, pourquoi entrainer ton corps ? »

« C’est nécessaire. La force et les capacités physiques ont toujours le mot final. Après tout, celui qui peut fuir survit sur le champ de bataille. La magie n’est qu’un outil. Elle ne peut être employée qu’à partir d’un corps. »

« C’est possible, mais tu n’es jamais allé sur un champ de bataille. »

Pensant que ce que je venais de dire était une blague, Lucy murmura cela, come pour se moquer gentiment de moi.

Je lui répondis par un sourire amer.

Le champ de bataille, je l’avais vu des centaines de fois.

« Syril, j’ai une requête. »

« Quoi ? »

« Apprends-moi cette magie. »

« C’est impossible. La configuration est trop complexe et le contrôle nécessite une synchronisation optimale. Cela est trop dangereux pour un amateur. »

Un magicien normal ne pouvait que tracer la formule du sort avant de l’utiliser, et même dans un tel cas, contrôler la magie était difficile.

Ainsi, la magie ne pouvait être utilisée qu’après un certain degré d’entrainement.

Toutefois, les formules de sorts étaient extrêmement délicates. Même moi, un Magicien au Talent d’Ultra Première Classe, j’avais passé plusieurs décades à la maitriser.

« Alors je ne pourrais pas utiliser la magie sur moi-même ? »

« Ce n’est pas très grave, mais pourquoi.. ? »

« Parce que je veux devenir forte moi aussi. Je veux combattre avec Syril. »

De profonds sentiments étaient contenus dans la voix de Lucie. Il ne s’agissait pas d’un caprice, mais d’une profonde résolution.

« Tu en es sûre ? Le combat peut être laissé aux hommes tandis que les femmes peuvent rester en sécurité à la maison. Je t’ai emmené aujourd’hui avec moi car je voulais que quelqu’un garde les chevaux pendant l’attaque de la base. Je ne compte pas te faire combattre. »

« Je déteste être la femme devant attendre. Si je reste à la maison et que tu meurs, je le regretterais pendant le reste de ma vie. Je veux me battre, pour que nous survivions ensemble. »

Lucie était forte.

Hier, alors que j’étais sur le point de me faire tuer par un soldat, elle m’en avait donné la preuve.

« Je comprends. Dans ce cas, entrainons-nous Lucie. Mais pour cette fois seulement, tu devras rester ici et t’occuper des chevaux.

« Je ne peux vraiment pas venir avec toi ? »

« Non, cette attaque ne sera pas facile si je dois transporter toute la nourriture. Je ne peux pas me permettre de te protéger. »

« Je comprends. »

« Ne t’inquiètes pas, je ne prévois pas d’attaquer directement. »

« Oui, je veux me battre avec toi, mais je ne veux pas non plus te déranger comme une enfant avec mon égoïsme. Toutefois, je veux devenir forte le plus rapidement possible afin de me battre à tes côtés. »

Un sourire apparut sur mon visage. J’étais heureux de pouvoir protéger Lucie.

« Dans ce cas, je vais immédiatement utiliser la magie. Peux-tu me dire à l’avance lorsque la douleur te donne l’impression de mourir ? »

« …..Je suis prête. »

« Changeons de conducteur pour éviter tout danger. »

Je pris la place conducteur et Lucie se décala à côté de moi en me donnant les rênes.

« Un contact direct est nécessaire, est-ce que ça te va ? Etant donné que le centre du corps est plus efficace, il vaut mieux que je place ma main sur ton cœur. »

« D’accord. Si c’est toi… »

Avec la permission de Lucie, je plaçai ma main sous ses vêtements, juste au dessus du cœur, sur son sein gauche. L’âme, la base de toute magie, repose dans le cœur. Ainsi, il s’agissait d’un processus nécessaire à l’activation de la magie…. Même si en vérité, le processus pouvait aussi être réalisé dans le dos….

Ma main s’enfonça légèrement dans la poitrine de Lucie. Celle-ci était étonnamment large. C probablement, même si elle ne le paraissait pas sous les vêtements. Je pensais personnellement qu’il s’agissait d’un B.

Lorsque ma main toucha son sein, le corps de Lucie trembla.

Cette tension ne venait pas de la magie. Elle n’était probablement pas habituée à être touchée par un homme.

Un signal électrique magique préparé à l’avance s’enfonça en elle pour analyser la structure de son corps.

Vitesse de transmission, de réaction, état des muscles, toutes ces informations me furent transmises. Me basant celles-ci, je changeai moi-même la formule de base de mon sort pour l’adapter à sa morphologie.

« J’y vais Lucie. »

« Vas-y. »

Puis, j’activai la magie.

Plutôt que d’envoyer moi-même un signal de l’extérieur en interférant avec son cerveau afin de contracter ses muscles, je renforçai le signal qu’elle émettait elle-même avec ma magie.

Si j’avais décidé d’envoyer un signal de l’extérieur, la peau de Lucie aurait été brûlée.

« Syril…Qu’est-ce que….c’est….. C’est étrange. »

Tandis que son corps tremblait, son visage était devenu rouge pourpre. Après une petite période de repos, j’augmentai petit à petit la force de ma magie. Le corps de Lucie sursauta.

La scène paraissait érotique. Je n’aurais sentis que du dégoût en le faisant avec un homme, mais là, il s’agissait d’une belle jeune fille.

Pendant environ 5 minutes, je continuai à intervalles régulières.

« C’est terminé. »

« Un….. »

Lucie soupira, l’air absente.

« Essaye de bouger ton corps. »

« D’accord….. Ca fait mal~tsuuu. »

S’écria Lucie en essayant de bouger ses muscles.

Son corps tout entier paraissait souffrir de douleurs musculaires. La condition actuelle de dommage subis par ses muscles était idéale.

« Ensuite, la prochaine étape est le soin. »

Après avoir dit cela, je renforçai ses muscles en renforçant les capacités régénératives de Lucie.

Sentant une sensation particulière parcourir son corps, Lucie souriait amèrement.

« Ton corps te fait toujours mal ? »

« Non, je vais mieux. »

« Bien. Ce processus devra être répété 3 fois par jour, tous les jours. Ce faisant, tu te rapprocheras du corps le plus optimal possible. Toutefois, n’essaye surtout pas de le faire toi-même, d’accord ? »

« D‘accord. De toute façon, je ne sais pas comment faire. »

Le processus pouvait être très dangereux s’il était réalisé sur soi-même par un débutant. Et même s’il était réussi, il risquait de donner des muscles à son utilisateur. Si Lucie obtenait des abdos, je pleurerais.

« Et n’oublie pas de manger de la viande. »

Je donnai la viande séchée à Lucie.

« Pourquoi ? Je n’ai pas faim. »

« Les nutriments contenus dans la viande sont importants pour restaurer les muscles. Si tu ne manges pas de viande, cette magie ne servira pas à grand-chose. »

« Ce n’est pas grave, la nourriture est précieuse alors manga-la. »

« Non, tu en as besoin pour devenir plus forte. Ainsi, les chances de succès de cette opération augmenteront, de même pour nos chances de rapporter la nourriture au village. »

« D’accord, je vais manger. »

Lucie se mit à ramollir la viande avec sa salive avant de la manger petit à petit.

Ce faisant, elle ressemblait à un petit animal.

« Lorsque tu auras fini, reste ici et regarde ça. N’utilise que tes yeux sans bouger ton cou. »

Je pointai du doigt une sphère noire flottant dans les airs.

Il s’agissait d’une sphère créée par la magie afin d’améliorer la vision dynamique.

« Ugh, c’est dur. »

Se plaignit Lucie.

La sphère noire volait à une vitesse modérée tout en traçant des 8 dans les airs et maintenant une distance constante.

Les yeux de Lucie n’arrivaient pas à la suivre.

« Si c’est difficile, observe attentivement et une malédiction te forcera à la suivre des yeux. Cette malédiction sera retirée lorsque je dirais [Tsukamae Ta]/[Capturée]. Tu devras donc continuer jusqu’à ce que tes yeux te fassent mal. »

« Oh, facile, mais mes yeux sont vraiment fatigués. »

« C’est un entrainement. Toutefois, sa vision dynamique sera entièrement entrainée une fois cet exercice répété chaque jour. Si tu veux devenir forte, il s’agit de l’une des choses les plus importantes. »

« Est-ce pour cela que Syril est aussi puissant ? Tous les autres arrivent eux aussi à devenir puissants en courant dans la forêt et s’entrainant à l’épée. »

« Peut-être, mais nous n’avons pas le temps. Devenir forts par les moyens habituels nous prendrait bien trop de temps. Je suis donc forcé de trouver un compromis. C’est pourquoi, tous nos entrainements passeront par la magie. »

La vie d’une personne était courte, je ne le savais que trop bien.

Même si j’allais avoir une autre vie après, je ne pouvais vivre celle-ci qu’une seule fois. De telles techniques étaient donc nécessaires pour vivre cette vie sans le moindre regret.

Selon les sportifs, 3 heures d’entrainement quotidiennes étaient nécessaires pour maintenir la force musculaire. Je n’avais pas tout ce temps.

« Les choses que tu aimes faire… Qu’aimerais-tu faire Syril ? »

« Je veux flirter avec la jolie Lucie. Je veux que nous rentrions tous les deux à la maison, que nous mangions de délicieuses choses ensemble, que nous rions ensemble. »

« Mouu arrête de dire n’importe quoi. Nous pouvons faire de telles choses n’importe quand. »

Les joues de Lucie se gonflèrent tandis qu’elle poursuivait toujours la sphère noire du regard.

« Ce n’est pas une blague, je suis tout à fait sérieux. Mon but est de vivre joyeusement avec toi. C’est pourquoi je dois régler le problème alimentaire au village avant l’hiver. C’est pourquoi je dois repousser les soldats de l’empire venus attaquer le village, et permettre au village de devenir auto-suffisant avant l’année prochaine. De plus, même sans moi, j’aimerais que le village soit capable de repousser seul et à n’importe quel moment les attaques. Je veux aussi donner de tels standards de vie aux autres villages comme le nôtre. »

Il s’agissait du défi contre lequel je me soulevais.

En divisant dans mon esprit les tâches à régler, je me rendais compte que j’avais encore beaucoup de choses à faire.

Il s’agissait des conditions nécessaires pour que je puisse vivre avec Lucie, rire avec elle.

Le temps passé à préparer cela était insignifiant.

« Si le village n’avait pas été contrôlé par les humains, si nous avions vécu normalement, m’aurais-tu épousé ? »

Dans notre village, il était possible de se marier à partir de 14 ans.

Nous avions tous les deux 14 ans, une telle chose ne serait donc pas étrange.

Toutefois, tout cela était impossible dans le village actuel. J’ai tué un soldat pour Lucie, je me suis placé en ennemi de l’Empire. Ainsi, je n’allais pas pouvoir vivre de vie normale avec Lucie.

« Lucie, je veux t’épouser. Je dis cela maintenant, mais je te le redemanderais lorsque tout sera réglé. S’il-te-plait, réfléchis à ta réponse. »

« U-Une minute Syril…. C’est…C’est un peu trop soudain… »

« Je sais, mais combien te temps serait nécessaire à cela ? »

Je me sentais gêné et frustré en regardant l’expression sur le visage de Lucie changer sans arrêt. Ne recevant aucune réponse, je mis fin à cette conversation en tournant mon attention vers le contrôle des chevaux.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *