Everyone Else is a Returnee – Chapitre 21

La première chose à faire après le combat fut de sauver les gens qui n’avaient pu s’échapper à temps vers un autre monde, avaient été blessés au combat ou qui, plus généralement, se trouvaient sous les décombres.

Yu Ilhan et l’Impératrice s’en chargèrent aussitôt qu’ils furent à terre, et passées les 3 minutes de handicap, il parvint à soulever plusieurs tonnes de gravats sans jamais sourciller.

« C’est quand même autre chose, avec une seconde classe… »

« Son masque a changé, non ? » « Ouais… Il l’a sûrement fait avec les ossements d’un monstre. »

« Par ici ! » « Attention, il va s’effondrer ! »

D’ici à ce qu’ils eurent terminé, la charogne féline avait diminué de moitié, mais le choc d’avoir rencontré un adversaire si féroce restait tout aussi intense. En vérité, c’était surtout parce qu’il demeurait un problème de taille : à qui allait le butin, et qui allait s’en occuper ?

« Je vais essayer de voir ce que je peux faire. » trancha finalement un soldat, un long couteau à la main.

« Non, je m’en charge. D’ailleurs, c’est moi qui vais récupérer la plus grosse part du trésor. » s’opposa aussitôt Yu Ilhan, la voix légèrement éraillée par l’effort qu’il fit pour libérer un homme du poids d’une Retona1).

« Ugh… » se plaignit l’intervenant.

Oui, finalement, la cupidité finissait toujours par reprendre le dessus. De plus, chacun ici avait risqué sa propre vie, alors il était bien normal qu’ils réclament un dû, même si ça constituait un problème. Enfin, il n’était pas suffisant pour que même un solitaire se fasse berner.

« C’est quoi, d’après toi, le ratio à adopter ? » demanda Yu Ilhan.

Étonnamment, ce fut à l’Impératrice qu’il formula cette requête. Il n’accordait en temps normal qu’un crédit très limité aux jugements de l’autre, mais elle avait remis sa propre vie entre ses mains, alors…

« Tu prends 60%, moi 20, et ils se partageront le reste. » répondit-elle sans la moindre hésitation.

Yu Ilhan s’étonna un peu. N’y en avait-il en ce bas monde que pour la vedette ? Malgré tout, son calcul lui sembla assez juste. Après tout, sans lui, un quartier entier aurait été détruit, et un nombre impressionnant de vies perdu.

« Quelqu’un a des objections ? » lança-t-il alors à la foule.

Qui oserait s’opposer à leur force et au jugement de l’Impératrice ? Personne, car il n’existait sur Terre personne de plus expérimenté qu’eux.

« Bon, alors va pour 60%. » trancha-t-il.

Il y avait largement de quoi faire. Même après qu’il eut diminué, le léopard restait plus grand que l’ours géant. Il était triste de ne pouvoir se faire d’armure avec sa peau, mais à en juger par les quelques zones encore intactes, il restait tout à fait envisageable de confectionner des gants ou des bottes. Quant aux os, ils étaient bien sûr splendides. Mais ce n’était pas réellement là ce qui l’intéressait.

Il sauta sur la tête du léopard, au niveau de la blessure qu’il avait lui-même créée, et plongea le poing profondément à l’intérieur. Passant par à peu près tous les registres d’expressions faciales tandis qu’il semblait fouiller, il s’arrêta enfin sur celle de satisfaction, après avoir heurté quelque chose de sa lame d’os.

« Il y en a une ! » s’écria-t-il.

« Il a failli obtenir sa troisième classe… Elle doit être d’excellente qualité. » lui répondit Herta.

Sa lueur bleutée était bien plus puissante que toutes celles qu’il avait jusqu’à présent pu obtenir. Elle n’était en outre ni de la taille d’un grain de riz, ni d’un haricot, encore moins d’une amande, mais bien de la taille d’un putain de Ferrero Rocher !

« C’est une pierre magique ! » s’exclama un homme dans la foule.

« Une pierre magique de deuxième classe… wow… »

« Eh beh ! »

Yu Ilhan ne leur prêta pas attention et se tourna plutôt vers l’Impératrice, seule personne alentours dont le jugement semblait fiable.

« Alors ? » lui demanda-t-il.

« Je pense que ça constitue les 60% de ta part. » répondit-elle.

« Bon, alors je prends ça, débrouillez-vous pour le reste. »

« Mais attendez, on parle d’une pierre magique ! » s’opposa vivement un soldat.

Il se fit cependant tout petit sous les regards accusateurs des personnes secourues. Il les avait sauvés, qui étaient-ils pour oser tenter de négocier ? Mais l’avidité reprit une nouvelle fois le dessus.

« On devrait calculer la pierre magique séparément ! »

« On a tous mis notre vie en danger, c’est injuste ! »

« L’armée aussi a droit à une part de la pierre magique ! »

La clameur prit tout à coup en intensité, du même temps qu’apparurent quelques évidentes tensions. Même Herta ne semblait ne pas en revenir.

« Les êtres inférieurs sont vraiment bons à rien… J’ai été idiote de penser qu’ils étaient comme toi. »

« La flagornerie ne prend pas avec moi. Tu n’obtiendras rien. » répondit Yu Ilhan, à nouveau d’humeur à plaisanter.

« Au moins, tu sais que tu es digne de compliments comme ça ! »

Les deux s’adressèrent un sourire puis Yu Ilhan, dans le souci de calmer les esprits, sortit à nouveau à la vue de tous la fameuse pierre magique.

« Bien. Faisons comme ça, alors. » dit-il à l’intention des visages moribonds.

« Hmpf, vous auriez dû commencer par là… »

« Au moins, vous vous êtes ressaisi avant que la situation ne devienne réellement désagréable ! »

La question restait de savoir qui était le plus agréable ici, comme le pensa Yu Ilhan… Mais peut-être, après tout, était-ce simplement par principe ? Dès lors, changer leurs mentalités relevait de l’exploit, tout particulièrement avec des gens aussi bornés. Enfin, là, le problème restait bien leur avidité. Et comme l’exemple valait mieux que mille mots, surtout avec des poings puissants comme un camion de douze tonnes…

Il ne trouva rien de mieux à faire que de balancer la pierre de toutes ses forces dans la tête du léopard, faisant siffler les oreilles de ceux qui s’étaient trouvés à proximité. Un tel lancer n’aurait certainement pas manqué de lui garantir, en des circonstances différentes, une place au panthéon des plus grands joueurs de baseball.

Après un tel exploit, le silence s’effondra comme un coup de gourdin sur la tête. Ce coup de gourdin, c’était le souvenir de son incommensurable puissance, qui avait la particularité de mettre tout le monde, fût-il un léopard géant, d’accord.

« Alors prenez ce que vous voulez, et remettez-moi mes 60%. Par contre, je vous préviens, s’il en manque ne serait-ce qu’un gramme, je vais tous vous défoncer. » déclara-t-il, ce avec une telle assurance qu’elle ne laissait pas la moindre place à la contestation.

Il agita légèrement sa lance et la planta soudainement dans le sol, brisant le béton dans un craquement assez sonore. Si d’aucuns auraient pu voir le geste comme une menace, il ne s’agissait en fait là que d’une tentative de détourner leur attention pour profiter à nouveau de son pouvoir de dissimulation. Sans grand effet, du reste… et le silence vint à son tour à se briser. Personne ne souhaitait l’affronter, surtout depuis qu’il avait récupéré toute l’expérience lors du dernier combat.

« Bon, prenez la pierre. » dit un homme.

« Ouais, faites comme vous voulez, au final… »

« Nous avons été trop gourmands… »

Tous en vinrent ainsi à botter en touche. Loin d’en rire, Yu Ilhan se contenta de retourner au niveau de la tête du monstre et, à la lance cette fois, récupéra la pierre. Le malaise était total, surtout à le voir si à l’aise en dépit du climat qui régnait.

« Si… si tu dépèces la partie qui doit me revenir, je t’en donne 40%, ce qui augmentera ta part à 68%. Je t’aurais bien donné 50, mais tu as pris toute l’expérience pour toi. » lui dit soudain l’Impératrice.

Enfin, quelqu’un de vivant ! Sa seule voix revivifia toute l’assemblée. Comme lors de l’invasion des monstres sur le campus universitaire, elle fut la seule à conserver son calme.

« Tu veux quoi ? » lui demanda Yu Ilhan, de toute évidence intéressé par la proposition.

« J’ai besoin des os, mais je pense qu’il serait plus intéressant que je récupère de la fourrure. » répondit-elle.

Pour cause de son intéressement, il parviendrait ainsi à s’octroyer quelques parties juteuses se la bête. Comme deux bouchers dans un abattoir, les deux entreprirent de discuter tandis que Yu Ilhan s’activait avec la grâce des dieux. Il commença par trancher la bête avec une précision divine en deux parties parfaitement égales, et seulement 7 minutes plus tard, il eut finit de séparer les différentes parties intéressantes. La foule poussa plusieurs cris teintés d’une exclamation admirative, jusqu’à ce qu’il ait totalement terminé de séparer en tas distincts les os et le cuir de chacun d’entre eux deux.

« Je devrais appeler un chauffeur… » observa l’Impératrice.

Même séparé des chairs toxiques et de la partie qui revenait, suite à leur négociation, à Yu Ilhan, sa part à elle restait colossale. Elle fut ainsi contrainte de quérir les services d’une aide, mais que sa famille riche n’aurait aucun mal à lui financer. À moins qu’elle ne soit devenue riche seule… Toujours fut-il que Yu Ilhan ressentit le besoin de s’éloigner de toute cette mondanité.

« Tu veux que je te fasse apporter ta part ? » lui demanda-t-elle, sans lâcher son téléphone.

« Non, pas la peine. Je pars. » répondit-il froidement.

L’Impératrice semblait s’être prise d’une certaine camaraderie du fait d’avoir combattu à ses côtés. Elle eut beau faire montre de bonne volonté, Yu Ilhan dressa pourtant et aussitôt un mur gigantesque entre eux, dans le seul espoir d’étouffer sa gêne.

« Attendez ! »

« Et notre part, alors ?! »

« Je ne suis pas un voleur. J’allais partir. » répondit-il laconiquement, la voix teintée d’une certaine lassitude.

La vérité était que Yu Ilhan savait parfaitement ce qui les agitait…

« Ce n’est pas ça ! On ne peut pas retirer son cuir nous-mêmes ! » s’offusqua une femme, pointant de la main la partie de carcasse encore vierge de dépeçage.

« Même si on y arrive, on va tout bousiller… »

« Je veux juste ma récompense pour pouvoir aller dans un autre monde… »

Les complaintes reprirent ainsi, et Herta commença à sérieusement perdre patience.

« Je me demande sincèrement ce que je fais, ici. Je devrais peut-être aller me lancer dans l’agriculture en rase campagne. »

« Surtout, ne te prive pas. Tant que tu y es, laisse Lita te remplacer. » lui répondit, railleur, Yu Ilhan.

« Je… je crois que je vais réussir à supporter, en fait. Oui, ça va. » fit Herta.

Celle-ci réduite au silence, il était temps d’envoyer un message fort. Il planta une nouvelle fois sa lance dans le sol.

« Si vous me donnez 50% de votre part, je dépèce tout. »

Loup parmi les loups, le nombre d’individus constituant la foule n’avaient aucune incidence sur sa détermination. Personne ne pouvait rien contre lui.

« Eh mais non ! Pourquoi c’est 40% pour l’Impératrice et 50 pour nous ?! »

« C’est n’importe quoi ces histoires de ratio, là ! C’est juste éplucher de la peau ! »

« Euh, attendez les mecs… Si Iron Man n’avait pas été là, personne de vivant n’aurait pu récupérer quoi que ce soit. » tenta de tempérer quelqu’un.

« Vous êtes tous plus cons les uns que les autres ! »

« Suffit. Refuser est votre droit le plus entier, mais sans consensus, nous n’irons nulle part. » les avertit Yu Ilhan.

Deux camps se formèrent, certains trouvant encore à redire en dépit du fait que sans lui, ils ne pourraient rien récupérer. Yu Ilhan se détourna alors d’eux. Il avait bien assez obtenu comme ça, et ce n’était que par pure provocation qu’il leur avait proposé ce marché inéquitable. Après avoir fait un baluchon avec la peau du léopard, dans lequel il plaça les os, il s’apprêta à partir sans le moindre regret, n’écoutant même pas le résultat du vote des deux camps qui, de toute façon, ne parvint jamais à trouver un terrain d’entente.

« Attends, j’aimerais te proposer autre chose. » lui fit une voix.

« Encore ? Qu’est-ce qu’il y a ? » répondit-il sans même se retourner, ayant reconnu la voix de l’Impératrice.

Même lorsque le camion appelé par ses soins arriva et commença à charger son butin, elle ne cessa de le suivre bêtement. Yu Ilhan, d’ailleurs, la laissa faire. C’était la première fois que quelqu’un le suivait ainsi, et il s’en émouvait quelque peu. Elle le dépassa après quelques pas et planta son regard dans le sien.

« Si je me concentre assez, sans jamais te lâcher du regard, j’arrive à te trouver. Tu as des capacités de dissimulation très impressionnantes… »

Il n’eut pas le temps de se plaindre de ce qu’il n’avait jamais demandé.

« J’aimerais qu’on fasse un groupe, tous les deux. Je n’ai encore rencontré personne aussi digne que toi d’être mon partenaire. » ajouta-t-elle.

« Je ne marche pas comme ça. » rétorqua-t-il.

Décidément, le mur était sacrément solide. Elle ne s’en offusqua pourtant pas le moins du monde.

« Tout comme toi, j’aimerais m’investir davantage pour la Terre. Je ne suis pas faible au point d’avoir besoin de retourner dans un autre monde et faire de stupides quêtes. Il en est de même pour toi, je me trompe ? De toute façon, on se recroisera, tous les deux. » lui dit-elle.

Il en pensait tout autant, même si pour lui ce n’était pas une question de désir mais d’impossibilité totale à aller dans un autre monde. L’Impératrice lui tendit alors sa carte de visite, où était renseignés son nom, Kang Mirae, ainsi que ses coordonnées. L’entreprise à laquelle elle appartenait lui était parfaitement inconnue, mais elle devait à l’évidence lui accorder pleine confiance pour lui révéler son identité alors qu’il ne l’avait toujours pas fait.

« Appelle-moi, ok ? » termina-t-elle.

Après quoi, elle le laissa seul. L’Impératrice était digne de louanges… mais cette Kang Mirae l’ennuyait tellement ! D’un autre côté, le solitaire avait enfin trouvé un intérêt dans le regard de l’autre… Que faire ? Yu Ilhan prit la décision de hausser les épaules.

« Rentrons, j’ai beaucoup à faire. » trancha-t-il soudain.

« J’étais certaine que tu allais dire ça. » soupira Herta.

Elle joua un peu avec ses cheveux, comme pour lui indiquer de rentrer chez lui. La foule ne réalisa même pas son départ, toujours aussi activée à parlementer sur la conduite à tenir vis-à-vis du dépeçage. En de telles circonstances, personne ne remarqua le léger sursaut de la charogne…

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *