Gakusen Toshi Asterisk – Tome 1 Chapitre 2

« Bien que l’Académie Seidoukan reconnaisse le droit de nos étudiants de tenir leurs propres duels, je crains de devoir annuler celui-ci, » une fille aux cheveux blonds-platine éblouissants avait émergé de la foule.

Elle était belle d’une manière calme et douce — tout à fait différente de Julis. Si Julis avait la beauté luxuriante et radieuse d’une rose en pleine floraison, la beauté de cette fille était profonde et paisible comme un lac tranquille. C’est peut-être la raison pour laquelle elle semblait beaucoup plus mûre que Julis, même si elles avaient probablement le même âge.

« Claudia. Qu’est-ce qui te donne exactement le pouvoir d’intervenir ? » demanda Julis.

« Julis, ce sera bien sûr selon mon autorité en tant que présidente du Conseil des Étudiants de l’Académie de Seidoukan, » la fille appelée Claudia avait souri avec douceur et posa sa main sur l’écusson de l’école. « Par le pouvoir qui m’est conféré en tant que représentante du Lotus Rouge, je déclare nul et non avenu ce duel entre Julis-Alexia Von Riessfeld et Ayato Amagiri, » les blasons de l’école de Julis et Ayato, rougeoyant jusqu’à ce moment, étaient redevenus normaux.

« Maintenant, vous êtes en sécurité, Monsieur Amagiri, » avait ajouté Claudia en riant amicalement.

« Oufff… » Je suis enfin hors de danger. Ayato avait essuyé la sueur de son front et avait poussé un profond soupir. « Merci… euh, Mademoiselle la Présidente… ? »

« C’est exact. Claudia Enfield, Présidente du Conseil des Étudiants de l’Académie de Seidoukan. Je suis enchantée de faire votre connaissance, » déclara-t-elle.

Elle tendit doucement sa main, et Ayato se hâta de la secouer.

De près, il pouvait voir que Claudia était époustouflante de beauté, ce qui donnait envie de la regarder. Mais sa caractéristique la plus accrocheuse était la poitrine ample qui mettait à rude épreuve la coupe de son uniforme scolaire. Ces courbes étaient assez généreuses pour inspirer le respect. Il n’aurait pas été très délicat de le signaler, mais Julis ne pouvait pas être comparée à Claudia à ce niveau-là.

Julis, quant à elle, semblait bien moins que satisfaite du récent jugement et avait fixé Claudia d’un regard noir. « Je ne crois pas que même la présidente du Conseil des Étudiants puisse intervenir dans un duel sans raison valable. »

« Mais il y a une raison. Savais-tu que c’est un nouvel élève transféré ? Ses données ont déjà été entrées dans le système, donc son blason l’a jugé admissible au duel. Cependant, il y a encore quelques détails techniques à régler avant que son transfert ne soit complet. Ce qui signifie, à proprement parler, qu’Ayato Amagiri n’est pas encore un étudiant de l’Académie de Seidoukan, » expliqua Claudia en douceur sans briser son sourire. « Les duels ne sont autorisés que lorsque les deux parties sont des étudiants inscrits. Et donc ce duel n’est pas valable. Tout cela est parfaitement logique, ne le penses-tu pas ? »

Julis avait fait un petit bruit de frustration et s’était mordu la lèvre inférieure. En se basant sur le fait qu’elle n’avait pas fait de réplique, elle semblait comprendre qui avait raison.

« Eh bien, maintenant que nous avons éclairci tout cela… Tout le monde, s’il vous plaît, partez de là. Vous ne voudriez pas être en retard en cours, » face à l’insistance de Claudia, la foule s’était dispersée. Certains avaient été déçus par la conclusion peu intéressante du duel, mais apparemment ce n’était pas assez pour se plaindre auprès de la présidente du Conseil des Étudiants.

« Oh ! » s’écria Ayato, se souvenant de la flèche. L’assassin qui avait ciblé Julis aurait pu être parmi les spectateurs. Il n’avait peut-être pas encore bien compris les règles de l’école, mais une attaque aussi sournoise aurait dû les enfreindre.

Et si on laissait le coupable s’enfuir ? pensa-t-il. « Euh —, attendez, juste un —, »

Alors qu’Ayato commençait à hausser la voix, Julis avait saisi son épaule. « Laissez tomber. Qui que ce soit, il est parti depuis longtemps, » elle secoua la tête avec un sourire cynique. « D’ailleurs, il n’est pas inhabituel qu’un élève de la Première Page soit ciblé. »

« Elle a raison, » Claudia était d’accord. « Malheureusement, de tels incidents ne sont pas rares. Pourtant, c’était aller trop loin. Il est hors de question qu’un tiers tende une embuscade à un étudiant engagé dans un duel. Je vais demander au Comité de Discipline d’effectuer une enquête. Dès que la partie responsable sera identifiée, elle sera sévèrement punie. »

Ayato avait été un peu déconcerté par l’implication quant au fait que Claudia avait aussi vu la flèche. Il y avait bien plus que quelques étudiants dans la foule, mais il doutait que quelqu’un d’autre parmi eux ait remarqué l’attaque. Si Claudia avait pu voir cette attaque au milieu d’une explosion de flammes, alors elle aussi n’était pas une étudiante ordinaire.

« Quoi qu’il en soit, euh, merci… pour ça, » Julis s’était soudain mise à balbutier, se tournant vers Ayato avec un regard embarrassé. Par « ça », elle devait signifier le fait qu’Ayato l’avait sauvée de la flèche.

« Oh non — ce n’était rien… mais…, » commença-t-il.

Tout s’était passé si vite qu’il n’avait pas d’autre choix. Pourtant, c’était vrai — il l’avait plaquée au sol, et même si c’était involontaire, on ne pouvait nier qu’il l’avait touchée d’une manière inexcusable.

Cette douceur inattendue sous sa main était encore dans son esprit lorsqu’il lui demanda timidement : « … Êtes-vous encore plus en colère contre moi ? »

Julis, pour sa part, avait détourné les yeux alors qu’un léger rougissement illuminait ses joues. « Je ne peux pas dire que je ne suis pas en colère, mais vous m’avez sauvée. »

Elle est vraiment le type juste et honnête, pensa Ayato.

Bien qu’elle ne semblait pas tout à fait prête à lui pardonner, elle hocha la tête avec fermeté. « Même moi je peux comprendre qu’il s’agissait d’un cas de force majeure. »

Ce n’était vraiment rien à voir avec l’incident du mouchoir. Ayato avait eu juste assez de temps pour agir — pas pour y penser. Le prana pouvait renforcer les défenses physiques de l’organisme, mais ce n’était pas suffisant pour se protéger contre une attaque d’un tireur d’élite.

« Alors, disons que je vous dois une dette, » lui avait dit Julis.

« Une dette ? » demanda-t-il.

« Oui. C’est assez simple, n’est-ce pas ? » demanda Julius.

Une dette était certainement assez simple à comprendre, mais cela semblait un peu étrange pour Ayato.

« Tu ne changeras jamais, n’est-ce pas ? » déclara Claudia avec une légère exaspération. « Je pense que ta vie serait plus facile si tu étais un peu plus honnête avec tes sentiments. »

« Mêle-toi de tes affaires, » répliqua Julis. « Je suis assez honnête comme je suis, et ma vie est parfaitement réussie. »

« Oh, alors ta recherche d’un partenaire pour ton équipe doit se dérouler sans problème ? » demanda Claudia.

« Euh… Eh bien… » Julis baissa maladroitement son regard. Elle ne voulait pas en dire plus, mais elle était trop facile à lire.

« La date limite pour l’inscription à la Festa est dans deux semaines. Tu n’as plus beaucoup de temps, » déclara Claudia.

« Je… Je le sais ! Je trouverai quelqu’un ! » Julis virevolta, les épaules serrées de colère, et retourna au dortoir.

« Oh, ma chère, » Claudia suivait Julis du regard comme une mère regardant un enfant irritable qui s’éloignait.

***

« Hmm, dans ce sens, nous pourrions dire que le siècle dernier a été une ère de désastre absolu. Mais la pluie de météorites, connue sous le nom d’Invertia en particulier, a causé de grands dommages au monde entier, à une échelle sans précédent. Considérant la détérioration des États-nations existants et la montée des fondements de l’Entreprise Intégrale, les changements ultérieurs dans les valeurs éthiques, l’émergence d’une nouvelle race d’êtres humains, nés du mana porté sur Terre par les météorites — c’est-à-dire ceux comme vous, les Genestellas, le domaine de l’ingénierie météorique qui s’est développé à partir de la recherche sur le mana, et l’explosion qui en résulte dans le progrès technologique, et ainsi de suite… Nous devons conclure que, pour le meilleur ou pour le pire, l’Invertia était un événement unique qui a complètement modifié le cours de l’histoire de l’humanité. »

En marchant dans le couloir, Ayato pouvait entendre un professeur âgé effectuer une leçon à sa classe.

« L’opinion générale, selon les théories académiques les plus récentes, est que l’Invertia n’était pas constituée de météores ordinaires. Aucun observatoire astronomique n’a détecté cette pluie à l’avance, et les ondes de choc qui auraient dû être générées lors de l’impact n’ont pas été observées. Ce que cela signifie, c’est que… »

Même une minute d’écoute de la voix lente et monotone de l’enseignant était un puissant somnifère. En regardant dans la salle de classe, Ayato n’a pas été surpris de voir que plus de la moitié des élèves étaient affalés sur leur bureau.

« Vous avez des cours si tôt, Mademoiselle ? Même avant la classe ? » demanda Ayato.

« Oui. Bien qu’il s’agisse d’une classe de rattrapage, » répondit Claudia.

« Une classe de rattrapage dès le matin… » Ça allait être dur.

« Après tout, la philosophie de notre école valorise la puissance de la plume et de l’épée. J’espère que vous le prenez à cœur, » alors qu’elle lui montrait le chemin vers la salle du Conseil des Étudiants, Claudia se retourna pour offrir à Ayato un doux sourire.

Contrairement au dortoir des filles avec sa façade classique, les bâtiments principaux de l’Académie Seidoukan étaient des gratte-ciel modernes avec une sensation de plein air. Trois bâtiments — primaire, collège et lycée — entouraient un spacieux quadrilatère central. Le collège, ayant le plus grand nombre d’élèves, occupait le plus grand bâtiment.

« Oh, en passant… Vous et moi sommes dans la même année, Ayato, alors vous devrez vous sentir libre de me parler de façon plus décontractée. »

« Hein ? Mademoiselle Enfield, vous êtes aussi en première année ? » C’était difficile à croire, vu son comportement calme. « Attendez. Si vous êtes la présidente du Conseil des Étudiants, alors… »

Ils étaient en juin maintenant. L’année scolaire avait commencé en avril, donc si elle était une étudiante de première année comme Ayato, cela ne faisait que deux mois qu’elle avait commencé le lycée. Ayato n’était pas tout à fait clair sur le processus de sélection d’un président du Conseil des Étudiants, mais il s’imaginait qu’il était difficile pour quelqu’un d’atteindre ce poste en si peu de temps.

« Oh, je suis Présidente depuis le collège. Il s’agit de ma troisième année de mandat, » répondit Claudia comme si ce n’était rien, alors qu’ils marchaient dans un couloir en verre brillant en raison de la lumière du soleil.

Selon elle, la direction des étudiants n’était pas divisée en conseils de primaire, de collège et de lycée, mais plutôt constituée d’un Conseil des Étudiants qui supervisait l’ensemble de l’académie, composé d’étudiants de tous les niveaux.

« Je vois… »

« Alors s’il vous plaît, appelez-moi par mon prénom, » déclara Claudia.

« D’accord. C’est compris, Mademoiselle Claudia, » déclara-t-il.

« Uniquement, Claudia fera l’affaire et sois moins formel, » déclara Claudia.

« Mais nous venons juste de nous rencontrer…, » avec Julis, elle semblait vouloir éviter les formalités, mais normalement Ayato avait du mal à être aussi décontracté avec une fille qui s’était présentée il y a quelques minutes.

« C’est Claudia et c’est tout, » déclara-t-elle.

« Mais, euh…, » commença-t-il.

« Clau-di-a, » elle avait même été jusqu’à épeler son prénom.

« D’accord… Claudia, » déclara-t-il finalement.

Elle était beaucoup plus forte qu’elle n’en avait l’air. Une fois qu’Ayato avait cédé et l’avait appelée comme elle l’avait demandé, elle avait souri et ses yeux étincelaient.

« Alors tu devrais aussi m’appeler Ayato. Où cela va-t-il faire bizarre ? » demanda-t-il.

« Très bien, Ayato, » déclara-t-elle.

« Tu n’as pas besoin de parler si formellement…, » répondit-il.

« Oh, non… C’est tout simplement l’une de mes habitudes. S’il te plaît, n’y pense pas, » déclara-t-elle.

« Une habitude ? » demanda-t-il.

« Oui. J’ai, disons-le franchement, un cœur noir, alors je m’efforce toujours de me présenter au moins comme une personne polie et affable. Et maintenant, je ne peux plus parler autrement, » répondit-elle.

Claudia avait souri aussi gentiment qu’une mère ce qui ne correspondait pas du tout à ses mots, alors il avait fallu quelques instants à Ayato pour les saisir.

« … Cœur noir ? » demanda-t-il.

« Oh, c’est comme si tu n’y croyais pas. Mon cœur est au moins aussi noir qu’un morceau de matière sombre… brûlé, carbonisé, coincé dans un trou noir, et surmonté de mélasse noirâtre. »

Cela sonne terriblement noir, pensa Ayato.

« Aimerais-tu le voir ? » demanda-t-elle.

« Hein ? » s’exclama Ayato.

À peine avait-elle posé sa question qu’elle avait commencée à remonter son chemisier.

« Hé ! Attends, qu’est-ce que tu es — ? » s’exclama Ayato.

Claudia exposa son ventre pâle et lisse, et Ayato détourna les yeux. Évidemment, ce qu’elle décrivait sur elle-même ne serait pas visible.

« Je plaisante, c’est tout. Quelle adorable réaction que j’ai pu voir venant de toi ! » Claudia se couvrait la bouche en riant. Ayato était totalement tombé dans le panneau.

« … Nous y voilà. S’il te plaît, entre, » déclara-t-elle.

Ils étaient arrivés dans la salle du Conseil des Étudiants au dernier étage du lycée. En fait, toutes les pièces de cet étage avaient quelque chose à voir avec le Conseil des Étudiants.

Le système de sécurité avait lu l’écusson de Claudia et la porte s’était ouverte. Cependant, l’intérieur de la salle ne semblait pas contenir quoi que ce soit de très pertinent pour le gouvernement étudiant.

Un ensemble de meubles de salon en cuir se trouvait sur un tapis sépia. Les murs étaient ornés de vues peintes du campus à une certaine distance. La fenêtre était si énorme qu’elle ressemblait à un morceau de ciel, et devant elle se trouvait un lourd bureau en bois. Cet endroit aurait pu être le bureau du PDG d’une entreprise géante.

Claudia s’était assise derrière le bureau comme si elle y était habituée, puis se serra les doigts et laissa échapper une grande respiration.

« Maintenant, faisons les choses correctement… Bienvenue à l’Académie Seidoukan, Ayato. J’espère que tu apprécieras ton séjour ici, » elle avait regardé attentivement Ayato pendant quelques instants, puis avait fait tourner sa chaise et avait tourné les yeux vers la scène à l’extérieur de la fenêtre. « Et… bienvenue chez Asterisk. »

En suivant son regard, Ayato regarda vers le bas la métropole étalée en contrebas avec ses rues ordonnées et parfaitement arrangées. La ville artificielle, flottant au sommet d’un énorme lac dans un cratère, se composait d’une zone urbaine centrale en forme d’hexagone régulier et des six écoles qui faisaient saillie de chaque sommet comme les bastions d’une ancienne forteresse. Dans l’ensemble, la forme de la ville ressemblait à celle d’un flocon de neige, ce qui avait dû donner au lieu son nom officiel : Rikka, un vieux mot poétique en japonais qui décrivait les flocons de neige comme des fleurs à six pétales.

Une large avenue courait de chaque école, se réunissant au centre, jusqu’à l’école sur le coin opposé de l’hexagone — les lignes formant un astérisque. Ce nom était devenu le nom le plus populaire, peut-être parce que la signification du mot japonais n’était pas immédiatement apparente pour les étudiants étrangers.

« Tu as été transféré ici grâce à une bourse spéciale, et nous, à l’Académie Seidoukan, nous n’avons qu’un seul espoir pour toi : la victoire. » Claudia gardait son regard sur la ville pendant qu’elle parlait. « Battre Gallardworth, être meilleur qu’Allekant, chasser Jie Long, vaincre Le Wolfe, et dominer Queenvale. C’est-à-dire — gagner la Festa. Si c’est le cas, notre institution accordera tout ce que tu souhaites. N’importe quel souhait dans le royaume des possibilités terrestres. »

« Euh…, » embarrassé, Ayato se gratta la tête et plissa ses sourcils. « Je suis désolé, mais ce n’est pas vraiment ce qui m’intéresse. »

L’école — ou plutôt les Fondations des Entreprises Intégrées qui se tenaient derrière chaque école — avait vraiment ce pouvoir. La puissance des FIE dépassait de loin celle des nations, qui n’étaient plus que des lignes sur une carte, et l’État de droit se pliaient facilement devant elles. L’argent, le pouvoir, la gloire, autant qu’on puisse le souhaiter, seraient mûrs à saisir.

Il serait juste de dire qu’environ la moitié des étudiants rassemblés à Asterisk étaient ici pour poursuivre de tels rêves. Quant à l’autre moitié, c’était des Genestellas qui n’avaient rien d’autre à voir avec leur force. Ils voulaient se tester, se battre avec tout ce qu’ils avaient pour une fois dans leur vie. Et c’était le seul endroit au monde où ils pouvaient libérer leurs pouvoirs sans aucune réserve.

Ayato n’appartenait à aucune des deux catégories.

« Oui, je sais très bien que tu n’as aucun intérêt dans ces questions. Je sais aussi que tu as déjà refusé une offre de bourse d’études, » Claudia s’arrêta et elle fit tourner de nouveau sa chaise pour faire face à Ayato. « Cependant, la performance de notre école à la Festa ces dernières années n’a guère été louable. La saison dernière, nous avons terminé à la cinquième place. Queenvale a pris la dernière place, mais considérant qu’une partie de leur stratégie est d’ignorer complètement leur propre rang, nous aurions aussi bien pu finir derniers. Nous ferons tout ce qu’il faut pour sortir de ce triste état de choses et, à cette fin, nous devons acquérir tous les étudiants prometteurs sur lesquels nous pouvons mettre la main. »

La Festa était un terme général qui faisait référence à un ensemble d’événements — trois catégories, en fait, une qui avait lieu chaque année. La compétition de double par équipe, Phoenix, avait eu lieu à l’été de la première année, la compétition par équipe, Gryps, à l’automne de la deuxième année, et la compétition individuelle, Lindvolus, à l’hiver de la troisième année. Dans chaque compétition, des points avaient été attribués aux meilleurs élèves et à leurs écoles, les résultats totaux étant calculés à la fin du Lindvolus. Une « saison » complète de la Festa était un cycle de trois ans.

Et comme Claudia venait de le mentionner, la performance de l’Académie de Seidoukan était en difficulté depuis plusieurs saisons consécutives.

« Les étudiants ont le droit de participer à la Festa trois fois. Ceci est en fait assez limitatif — même les candidats les plus remarquables ne peuvent participer que trois fois. Pour être honnête, je ne peux pas dire que le tableau de service de notre école soit très profond, » déclara Claudia.

Les étudiants pouvaient s’inscrire à la Festa de treize à vingt-deux ans, soit une décennie. À quelques exceptions près, ils étaient libres de choisir les événements de la Festa auxquels ils participeraient. Par exemple, certains se battraient à chaque compétition d’une seule saison et quitteraient leur école dans les trois ans, alors que d’autres mettraient neuf ans tout en ne participant qu’au Lindvolus.

Plus il y a d’élèves talentueux dans une école, mieux c’était. C’est pourquoi chaque école avait employé un certain nombre de recruteurs aux yeux vifs pour rassembler des combattants du monde entier. Les exemptions de frais de scolarité, les subventions de subsistance, l’équipement et le soutien matériel — bien que les commodités spécifiques fournies par chaque école variaient, c’étaient les étudiants boursiers qui avaient été spécialement choisis et invités.

« En premier lieu, pourquoi m’inviter avec une bourse spéciale ? » dit Ayato. « J’ai l’impression d’être modeste, mais je ne pense pas mériter ce niveau de traitement. »

« C’est compréhensible. Tu étais complètement inconnu, et pour dire la vérité, nos recruteurs ont soulevé de féroces objections lorsque j’ai inscrit ton nom, » déclara-t-elle.

« Cela veut-il dire — que tu m’as nommé ? » demanda-t-il.

Les étudiants qui s’étaient fait repérer pour obtenir des bourses d’études étaient généralement ceux qui excellaient dans des tournois de niveau inférieur affiliés à la Festa ou à d’autres compétitions. Stregas et Dantes étaient des exceptions, mais l’enregistrement national obligatoire ne leur avait pas permis d’échapper à l’examen minutieux des recruteurs.

Ayato, quant à lui, n’était rien de plus que le fils d’un dojo en déclin depuis longtemps, et il n’avait rien réalisé de significatif dans les tournois ou ailleurs.

« Oui, et j’ai forcé quant à ta candidature, » s’était-elle pavoisée. « Je n’ai jamais été aussi heureuse d’être la présidente du Conseil des Étudiants. Trois hourras pour l’autorité ! »

« … C’est plutôt affirmé, » déclara-t-il.

« Si tu avais refusé, j’aurais complètement perdu la face. Je suis si contente que tu aies changé d’avis, » déclara Claudia.

« Je n’ai pas vraiment changé d’avis…, » pendant qu’Ayato voûtait ses épaules, Claudia rétrécissait ses yeux.

***

« Alors, pourquoi venir dans cette école ? » demanda Claudia.

Ayato n’avait rien dit. Et puis soudain, avec un regard mortellement sérieux, il s’était penché avec les deux mains sur le bureau et l’avait regardé droit dans les yeux.

« Claudia, est-il vrai que ma sœur était ici ? Haruka Amagiri — était-elle ici ? » demanda-t-il.

« Hmm, eh bien. À ce sujet…, » en rencontrant son regard imperturbable, Claudia leva l’index. « Il n’y a qu’une seule chose que je sais qui pourrait être pertinente. Quelqu’un a supprimé les données sur une certaine élève qui avait déjà été inscrite dans cette école. »

« Supprimée… ? Est-ce que c’est possible ? » demanda-t-il.

« Dans des circonstances normales, non, » répondit-elle.

« Et cela, même par le président de Conseil des Étudiants ? » demanda Ayato.

« Le pouvoir de mon poste n’est pas absolu. Mais pour ceux qui sont au-dessus de moi… Eh bien, » Claudia lui avait fait un sourire complice.

L’expression d’Ayato n’avait nullement changé. Par là, elle ne pouvait parler que de la Fondation des Entreprises intégrées.

« Il n’y a aucune trace de la participation de cette étudiante à la Festa, et elle n’a jamais été répertoriée dans le Tableau Nominatif. Il n’est pas clair si elle a déjà fréquenté cette école. C’était il y a seulement cinq ans — ses camarades de classe et ses professeurs seraient encore là. Et pourtant pas une seule personne ne se souvient d’elle. Je ne sais pas ce qu’on peut faire, » déclara Claudia.

« Et si les enregistrements de la Festa étaient aussi altérés ? » demanda Ayato.

« Impossible. Cela signifierait tromper la totalité d’Asterisk, ainsi que les milliards de fans de Festa dans le monde entier. La Festa est diffusée en direct dans le monde entier, le Tableau Nominatif est accessible au public en ligne et constamment mis à jour. Dans cette ville, même les duels spontanés sont repris par les médias en un clin d’œil. Les vidéos de ton duel avec Julis sont probablement déjà partout sur le Net, » répondit-elle.

« Mais alors…, » commença Ayato.

En le coupant, Claudia avait fait passer sa main sur un dispositif électronique. Une interface virtuelle s’était ouverte dans l’espace qui les séparait, affichant l’image d’une femme. Les yeux d’Ayato s’étaient élargis.

« Il s’agit de la seule donnée que j’ai pu récupérer. Elle s’est inscrite ici il y a cinq ans, puis elle est partie après six mois pour des raisons personnelles. Son nom, sa date de naissance — il ne reste pratiquement plus rien de l’information qui pourrait l’identifier, » répondit Claudia.

Mais c’était plus que suffisant pour Ayato. C’était elle. Il n’y a pas eu d’erreur.

« Comment as-tu eu ça, Claudia ? » demanda-t-il.

Pour récupérer les données, il fallait savoir que quelque chose avait été effacé au départ. Mais elle venait de lui dire qu’il n’y avait aucune trace et même pas de souvenir chez les résidents, de l’existence de cette étudiante. Alors, comment le savait-elle ?

« Je suis désolée, mais je ne peux pas te le dire. Ne me crois-tu pas ? » demanda Claudia.

« Oh — non, ce n’est pas ce que je veux dire, » répondit Ayato en hâte. En tant que présidente du Conseil des Étudiants, elle avait probablement ses sources d’information. Il lui était reconnaissant de lui avoir au moins fait savoir qu’elle ne pouvait pas lui dire.

« Maintenant, c’est mon opinion personnelle, mais… peu importe, les détails, je doute qu’elle soit toujours dans cette école. Si c’est à cause d’elle que tu es venu ici…, » Claudia s’était excusée, mais sa voix s’était éteinte à la fin.

Mais Ayato avait retrouvé son comportement décontracté habituel et avait secoué la tête. « Non, c’est bon. Merci. Mais je ne suis pas venu ici que pour chercher ma sœur. »

Elle l’avait regardé avec curiosité et avait répété sa question précédente. « Alors pourquoi es-tu venu dans cette école ? »

« Hmm…, » il croisa les bras et se donna quelques instants de réflexion, puis il répondit avec un petit rire, « Si j’ai besoin d’avoir une raison… je suppose que c’est pour savoir ce que je dois faire. »

« Une réponse aussi vague et calculateur, » répondit Claudia.

« Hein, est-ce que cela l’est vraiment ? Je pensais que j’avais réussi à parler comme un étudiant, » répondit Ayato.

Claudia avait ri doucement. « Tu n’es pas toi-même si innocent, n’est-ce pas ? »

Elle semblait penser qu’il avait esquivé sa question. Mais Ayato avait l’intention de répondre sincèrement, du moins, dans un certain sens. Peut-être qu’il pourrait vraiment trouver ici ce qu’il devait faire. Si sa sœur était vraiment ici…

« Oh, c’est vrai ! » s’exclama-t-elle d’un claquement de mains. « J’ai failli oublier de te dire quelque chose d’important… Les étudiants boursiers de notre école jouissent de plusieurs privilèges spéciaux en plus des exemptions de frais de scolarité et de frais divers. L’une d’entre elles est la priorité dans l’utilisation d’un Orga Lux. »

« Un Orga Lux ? Veux-tu dire ceux qui utilisent la manadite spéciale ? » demanda Ayato.

« Oui, l’urm-manadite, » répondit-elle.

Les météorites tombées sur Terre pendant l’Invertia contenaient un élément inconnu auparavant connu sous le nom de mana et un minerai particulier connu sous le nom de manadite. On avait découvert que la manadite était composée de mana cristallisé et, au cours des dernières années, des méthodes avaient été mises au point pour la fabriquer artificiellement (bien que la manadite synthétisée soit de moindre qualité).

La recherche sur le mana et la manadite avait été le fer de lance d’un nouveau domaine scientifique appelé « génie météorique », dont le couronnement était le Lux — des armes transformant le mana par l’intermédiaire de la manadite dans leurs noyaux. Une fois activés, ils allaient assembler le schéma élémentaire incorporé dans la mémoire de la manadite et généré des lames (ou projectiles) de mana concentré.

La technologie Lux était supérieure à bien des égards aux armes conventionnelles — la puissance de sortie pouvait être ajustée à volonté, l’activateur tenait dans la paume de la main, les projectiles de type Lux n’avaient besoin d’aucun stock de munitions. Avec tous les avantages en termes de facilité d’utilisation, la plupart des armes à petite échelle produite aujourd’hui étaient des Luxs. Et le Lux était devenu si courant que des versions à faible puissance étaient vendues pour la protection personnelle et comme jouets pour enfants.

De rares cristaux de manadite d’une pureté extraordinaire avaient également été trouvés — l’urm-manadite. L’Orga Lux allait utiliser ces cristaux comme noyaux, produisant un rendement au-delà de la comparaison avec les Lux normaux. Bien qu’ils puissent conférer des capacités spéciales semblables à celles de Dantes et de Stregas, ils étaient également connus pour être difficiles à manier.

La grande majorité des Orga Luxs était contrôlé par les fondations d’entreprises intégrées, mais quelques-unes avaient été confiées à des écoles Asterisk pour la collecte de données.

« Il y a des gens qui n’aiment pas les Orga Luxs. Bien sûr, tu n’es pas obligé d’en utiliser un. Et certains d’entre eux peuvent causer, eh bien, des effets secondaires d’une certaine sorte — nous disons qu’ils ont un “coût”. Qu’en penses-tu ? » demanda-t-elle.

« N’y a-t-il pas une côte de compatibilité ou une autre chose dans le genre ? » demanda Ayato.

La question de savoir si un Orga Lux pouvait être utilisé à son plein potentiel dépendait grandement de l’utilisateur. Selon la rumeur, un Orga Lux avait sa propre volonté et sélectionnait son utilisateur en conséquence.

« Oui — en vérité, c’est le facteur le plus important. La norme ici à l’Académie Seidoukan est de 80 % de compatibilité. Même si tu trouves une arme que tu aimes, tu ne seras pas autorisé à l’utiliser si ton facteur est inférieur. »

« Je vois…, » ce n’était pas qu’Ayato n’était pas complètement désintéressé, mais le fait de traverser tout cela semblait trop compliqué. Quoi qu’il en soit, il se pouvait qu’il n’ait même pas la compatibilité requise.

Tandis qu’Ayato se tenait là en réfléchissant, il remarqua le regard incertain sur le visage de Claudia.

« Y a-t-il un problème ? » demanda-t-il.

« Eh bien, je n’étais pas sûre de devoir te le dire, parce que j’essaie encore de le confirmer… Mais il y a quelque chose de suspect dans les dossiers de prêt d’Orga Lux, » déclara Claudia.

« Que se passe-t-il avec eux ? » demanda Ayato.

« Eh bien, tout naturellement, l’utilisation de tout équipement Orga Lux est strictement supervisée. Les enregistrements de qui a pris lequel et quand sont collectés avec les données de combat. Mais nous avons identifié un cas où un Orga Lux possédait des données de combat alors qu’il n’y avait aucune trace de son utilisation, » répondit Claudia.

« Veux-tu dire… que quelqu’un l’a utilisé sans permission ? » demanda Ayato.

« Ou ils ont modifié les dossiers de prêt. Ce serait l’explication la plus probable. Ces registres sont conservés dans la banque informatique du département Matériel, tandis que les données de combat sont accumulées dans le noyau urm-manadite de chaque arme. Et il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas à propos de ce dernier, donc il se peut qu’ils aient essayé de le modifier et qu’ils n’aient pas pu le faire, » répondit Claudia.

« Laisse-moi deviner — les données datent d’il y a cinq ans, » déclara Ayato.

« Précisément, » répondit-elle.

Ayato soupira lourdement. « Alors j’aimerais vraiment y jeter un coup d’œil. »

À ce moment-là, il pouvait déduire la probabilité que sa sœur eût déjà utilisé l’Orga Lux en question. Qu’il soit autorisé ou non à l’utiliser, il voulait au moins le voir de ses propres yeux.

« Très bien. Je te contacterai plus tard avec les détails. En attendant, veuille utiliser ceci », Claudia avait tendu un activateur Lux. « C’est un Lux de type lame ordinaire. J’ai pris la liberté de le calibrer en fonction de tes données personnelles, mais n’hésite pas à l’apporter au département Matériel si tu as besoin d’autres ajustements. »

« Génial, merci. Attends, ça me rappelle…, » en voyant l’activateur, Ayato se souvient qu’il avait emprunté un Lux pendant tout ce temps — celui que le spectateur lui avait lancé avant le duel avec Julis. « Ce n’est pas bon. Comment le rendre… ? » Il l’avait sorti et l’avait inspecté, mais il n’y avait pas de nom inscrit dessus.

Elle avait ri doucement. « Oh, tout va bien. L’école fournira les armes et l’équipement dont un élève pourrait avoir besoin. »

« Vraiment ? C’est… assez généreux, » Les Lux d’une puissance pouvaient être utilisés en combat réel n’étaient pas bon marché. Pourtant, le coût n’était probablement qu’une goutte d’eau par rapport à l’océan de profits apportés par la Festa.

« Je viens de me souvenir d’une dernière chose, » déclara Ayato.

« Oui ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Claudia.

« Tu parlais tout à l’heure des derniers détails techniques à prendre en charge pour mon transfert ? » demanda Ayato.

« Oh ça. À ce propos —, » Claudia avait commencé à parler, mais sa bouche s’était refermée au milieu de la phrase. Elle semblait perdue dans ses pensées et regardait tout autour d’elle.

« … Quelque chose ne va pas ? » demanda Ayato.

« Oh non ! Pas exactement…, » elle avait fait un signe de la main, mais il était clair que quelque chose l’avait fait agir différemment. Ses joues étaient rouges comme si elle avait de la fièvre, et elle jeta son regard vers le bas. « Pourrais-tu fermer les yeux un instant ? »

« Hein ? » Quel genre de paperasse l’obligeait-il à fermer les yeux ? Cela passa par l’esprit d’Ayato, mais il ferma les yeux sans trop y penser. Il avait entendu le grincement de la chaise, puis après une pause — .

« Je t’ai eu ! » s’exclama Claudia.

Un léger choc l’avait heurté dans le dos. Il avait été un peu surpris, mais cela ne lui avait pas fait mal. En vérité, c’était doux au toucher… Et même, trop doux.

« Quoi — ? » Il avait une idée de ce qui s’était passé. Ouvrant les yeux avec hésitation, il vit deux bras gracieux enroulés autour de sa partie médiane. Il était enlacé par-derrière.

« Qu — Hey ! C-Claudia !? » s’exclama-t-il.

Sa seule réponse fut un rire malicieux.

Quelque chose comme une masse écrasante et d’une douceur inégalée s’appuyait sur son dos. Si l’on devait le décrire avec des onomatopées, alors le jiggle ou le squish serait certainement un choix approprié.

Agité, Ayato décida qu’on le taquinait à nouveau. Si tel était le cas, il devrait essayer d’agir sans se décourager et de réagir calmement. Le mot clé, c’est « essayer ».

Mais il y avait un léger murmure derrière lui…

« Enfin… Nous nous rencontrons enfin, » murmura Claudia.

Sa voix semblait si fragile, si impuissante — la vulnérabilité d’une émotion irrépressible. Face à cette candeur, son cynisme s’était dissipé comme de la brume.

« Claudia… ? » déclara-t-il, mais aucune réponse n’était venue.

Il se demandait un instant s’ils s’étaient déjà rencontrés quelque part auparavant, mais il ne s’en souvenait pas. Et il n’y avait pas moyen qu’il oublie une fille aussi exceptionnelle. Après qu’ils soient restés ainsi pendant un certain temps — même si ce n’était pas vraiment si long —, elle l’avait libéré en douceur.

« Ha-haha. Je plaisante, c’est tout. T’ai-je surpris ? » demanda Claudia.

Ayato se tourna pour la voir sourire comme si rien ne s’était passé du tout. Pris au dépourvu, il avait perdu l’occasion de lui demander ce qu’elle voulait dire. « Eh bien… n’importe qui serait surpris si quelqu’un l’étreignait de derrière de nulle part. »

« Ne te méprends pas, s’il te plaît. Ce n’est pas comme si je faisais des choses comme ça à tous ceux que je rencontre. En vérité, je suis très réservée, » elle avait mis sa main à sa bouche, et Ayato ne pouvait pas discerner de son ton à quel point elle était sérieuse.

« Et maintenant, quoi ? » demanda-t-il.

« Oui ? » demanda-t-elle en retour.

« Ça ne pouvait pas être ce dernier détail technique, n’est-ce pas ? » Il avait changé de sujet, essayant de revenir à la raison pour laquelle elle l’avait amené ici.

« Oh, ça. C’était un mensonge, » répondit Claudia.

« … As-tu donc menti ? » La bouche d’Ayato était ouverte en grand.

« Un crime de convenance, pourrait-on dire, » affirma Claudia sans aucune honte. « Tu fais officiellement partie de cette institution depuis un moment maintenant. Il ne reste pas un seul détail technique. C’était tout simplement la façon la plus efficace de mettre fin à cette situation. Julis est sérieuse pour le moindre détail, alors je savais qu’elle ne continuerait pas un duel en violation des règles. »

« Attends, mais…, » commença Ayato.

« Aurais-tu préféré que je ne l’arrête pas ? » demanda Claudia.

« Euh…, » il n’avait pas de réponse.

« Comment les choses auraient-elles tourné si vous aviez tous deux continué ? Ni l’école ni moi ne voudrions de cela, » déclara Claudia.

Ayato pouvait voir ce qu’elle entendait par « cœur noir ». Il n’était pas certain de savoir à quel point son cœur était noir, mais la présidente du Conseil des Étudiants qui se tenait devant lui était beaucoup plus complexe qu’elle n’en avait l’air. La vulnérabilité qu’elle avait montrée il y a quelques secondes avait déjà disparu sans laisser de trace.

« C’est bientôt l’heure des cours, alors finissons-en, d’accord ? N’hésite pas à me contacter en cas de problème. Je ferai de mon mieux pour t’aider, » déclara Claudia.

Même après tout cela, le sourire sur le visage de Claudia quand elle avait vu Ayato au loin était incontestablement beau.

***

« Voici le nouvel étudiant boursier, Ayato Amagiri. Soyez gentil avec lui, okay ? »

C’est plutôt superficiel quant à la présentation. Un peu de considération ou d’empathie auraient été agréables, pensa Ayato, alors qu’il était un étudiant transféré inquiet de s’intégrer dans sa nouvelle classe. Il jeta un coup d’œil à la femme qui se tenait à côté de lui. Mais Kyouko Yatsuzaki, professeur principale depuis 10 années, classe 3, ne lui avait que fait un faible signe du menton, comme pour dire : « Bon, suivant. »

Elle était mince et grande, avec des yeux affûtés… en vérité, des yeux vicieux seraient une description plus précise. Sa façon de parler et de se comporter n’était pas du tout pédagogique et, pour parler franchement, elle était quelque peu vulgaire.

Ce qui ressort le plus d’elle, c’est un objet qu’elle tenait : une batte de baseball avec des clous enfoncés dedans. Ayato pouvait voir qu’il était bien conçu. C’était un article qui invitait des sentiments contradictoires — d’un côté, il était très curieux au sujet des taches rouge foncé dessus, et d’autre part, il ne voulait vraiment pas savoir du tout.

« Dépêchez-vous ! Je n’ai pas toute la journée devant moi, » avait-elle souligné.

« Oh oui, madame. Je suis Ayato Amagiri. Bonjour, » déclara Ayato.

Ayato n’avait lui-même pas mieux réussi cette introduction brusque, alors peut-être qu’il n’était pas approprié pour lui de la juger.

Ses camarades de classe le regardaient avec des expressions diverses. Certains étaient intrigués, d’autres étaient complètement désintéressés, d’autres l’inspectaient, et d’autres étaient encore prudents…

En effet, une certaine fille avait tourné son regard vers Ayato avec un regard très compliqué, mais il pouvait le comprendre.

« Alors, votre siège… Oh, nous y voilà. Il y a un bureau vide à côté de notre amie qui joue avec le feu. Prenez celui-là, » déclara Kyouko.

« Qu’est-ce que vous dites ? Qui joue avec le feu ? » Face aux paroles de Kyouko, la fille — qui devait être Julis — s’était levée avec son visage qui rougissait d’un rouge vif.

« Hehehehe. De qui d’autre pourrais-je parler, Riessfeld ? Je n’arrive pas à croire que vous fassiez une comédie comme ça dès le matin. Si vous étiez mis au défi, ce serait une chose — mais ce n’est pas le moment pour une élève de la Première Page de commencer à se battre délibérément. Nous ne sommes pas à “Le Wolfe”, vous savez, » déclara Kyouko.

Avec un petit bruit de colère, Julis avait pris place à contrecœur dans l’avant-dernière rangée. À côté d’elle se trouvaient deux sièges vides adjacents.

« Qui aurait cru qu’on serait dans la même classe ? » fit remarquer Ayato en s’asseyant à côté d’elle.

« Si c’est une blague, ce n’est pas drôle, » Julis s’était écrasée sur son bureau et soupira lourdement. Ce n’était certainement pas un accueil des plus chaleureux.

Imperturbable, Ayato essaya de nouveau. « Nous avons eu une matinée mouvementée, mais… J’espère que nous nous entendons mieux à partir de maintenant. »

Julis le regarda du coin de l’œil. « Je vous dois une dette. À votre demande, je ferai quelque chose pour vous aider une fois. À part ça, je ne vous donnerai pas de temps de ma journée, » puis elle s’était détournée de lui de manière catégorique.

… D’accord, alors…

« Oooh, rembarré, » d’un siège derrière lui, une voix à moitié sympathique et à moitié taquine s’était fait entendre.

Ayato se tourna pour voir un garçon avec un sourire amical sur un visage bien marqué, tenant sa main. « Après tout, c’est la princesse, alors que peux-tu faire face à ça ? »

Tandis qu’Ayato offrait sa propre main, l’autre garçon la serrait avec joie et vigueur.

« Je suis Eishirou Yabuki. Je suis ton colocataire, du moins, c’est ce qu’on m’a dit, » déclara le jeune homme.

« Colocataire ? Oh, tu veux dire dans le dortoir ? » demanda Ayato.

« C’est exact. La plupart de nos logements sont en double occupant, » répondit Eishirou.

« Donc tu avais la chambre pour toi tout seul jusqu’à maintenant ? Désolé de te couper l’espace en deux, » déclara Ayato.

« Ne t’inquiète pas pour ça. Plus on est de fous, plus on rit, » Eishirou était un jeune homme joyeux.

Ayato ne pouvait pas être sûr quand ils étaient assis, mais Eishirou semblait avoir une tête de plus que lui. Il se comportait comme un gamin, mais sa corpulence et ses expressions semblaient bien adultes. La cicatrice assez visible sur sa joue gauche n’avait fait qu’ajouter à son charme contradictoire.

« Quoi qu’il en soit, si je partage ma chambre, j’espérais que ce serait avec quelqu’un d’intéressant, » déclara Eishirou.

« … Je ne suis pas si intéressant que ça, » répondit Ayato.

« Oh, voyons. Tu as fait un duel avec une Première Page le matin de ton premier jour, puis tu as agressé la Princesse en la plaquant au sol devant toute une foule. Pas besoin d’être si modeste, » déclara Eishirou.

Pour sa part, Ayato n’avait pas l’intention d’être modeste. Il aurait pu passer une heure à s’expliquer sur ces événements, mais il semblerait que la rumeur l’avait devancé et qu’une certaine impression de lui s’était déjà infiltrée dans le corps étudiant.

Et en effet, à peine la leçon était terminée qu’une petite foule s’était formée autour d’Ayato.

« Hé, Amagiri, n’est-ce pas une drôle de période de l’année pour un transfert ? Qu’est-ce que tu faisais à l’école où tu étais avant ? »

« Alors pourquoi as-tu affronté la princesse en premier lieu ? Je ne trouve aucune information à ce sujet ! »

« Non, non, non, non — nous voulons entendre parler de ta romance ! Cette ouverture intense ! Allez, dis-nous tout ! As-tu craqué pour elle au milieu d’un duel ? Les douleurs de l’amour interdit ? »

« Arrêtez donc ! Oublions ces ordures — dites-nous comment battre la Princesse ! Comment évitais-tu ces attaques ? »

« Il a raison. Pour être honnête, je n’aurais jamais pensé que tu tiendrais si longtemps. »

D’un autre côté, certains étaient beaucoup plus insensibles.

« Hah. N’est-ce pas évident ? La Rose de Glühen se retenait ! »

« C’est vrai, c’est vrai. Ses mouvements, son temps de réaction —, tout à fait médiocre selon les standards de cette ville. À ce rythme, il n’arrivera jamais au Tableau Nominatif. »

« En quoi est-il un étudiant boursier ? Est-ce que nos découvreurs de talents ont besoin d’un examen des yeux ? »

Et ainsi de suite.

Cela se répétait à la fin de chaque période de classe, de sorte qu’au moment où l’école avait été finie pour la journée, Ayato était complètement épuisé.

« Pffww… »

Le soleil de fin d’après-midi s’était répandu dans la salle de classe où il s’était affalé dans son siège.

Eishirou l’avait tapoté sur l’épaule. « Longue journée, hein ? Ça doit être dur d’être aussi populaire. »

« Eh bien, j’ai tout de même pu apprendre des choses, » répondit Ayato.

« Oh ? Comme quoi ? » demanda Eishirou.

« Pour commencer, je ne suis pas du tout le plus populaire, c’est Julis, » Ayato jeta un coup d’œil au bureau à côté du sien et haussa les épaules théâtralement. Celle qui occupait ce bureau avait disparu depuis longtemps, ayant quitté au moment où la leçon avait pris fin. « Aucun d’entre eux ne s’intéresse à moi. Ils voulaient juste entendre parler du type qui avait fait un duel contre Julis. N’est-ce pas ? »

« Ooh ! Très perspicace ! » avait applaudi Eishirou, lui donnant un regard très approbateur.

« Mais ce ne serait-il pas plus facile s’ils le demandaient directement à Julis ? » demanda Ayato.

« Oui, c’est plus facile à dire qu’à faire. Ce n’est pas vraiment facile de lui parler, tu sais ? » déclara Eishirou.

« Maintenant que tu en parles, elle ne semble pas très accessible, » répondit Ayato.

Pourtant, se souvenant de son sourire alors qu’elle lui prenait ce mouchoir, Ayato ne pouvait pas imaginer qu’elle était le genre à rejeter tout contact humain.

« Eh bien, je ne sais pas pourquoi, » déclara Eishirou, « mais la Princesse garde les gens à plus d’une longueur de bras, c’est sûr. D’ailleurs — . »

« Oh, attends. Je me sens bête de demander ça maintenant, mais est-ce que “Princesse” est son surnom ou quelque chose comme ça ? Tout le monde semble l’appeler comme ça, » demanda Ayato.

« Euh, en quelque sorte, mais… c’est aussi une vraie princesse en chair et en os, » répondit Eishirou.

« Hein ? » Ayato ne pouvait pas croire ce qu’il venait d’entendre. « Une princesse… comme une princesse de conte de fées ? »

« Ouais. Le genre qui est maudit par une sorcière maléfique et réveillée par le baiser d’un prince, est offert en mariage à des fins politiques, vient d’un royaume magique, est attaqué par des orcs et des tentacules. Une princesse, quoi ! » déclara Eishirou.

Ayato pensait que quelque chose n’allait pas très bien dans la dernière partie, mais il pouvait comprendre ce qu’Eishirou voulait dire.

« Tu sais qu’après l’Invertia, des pays à travers l’Europe ont commencé à revenir aux monarchies ? Eh bien, je suppose que pour une fondation d’entreprise intégrée, il devait être pratique d’avoir une royauté en tant que figure de proue pendant qu’ils prenaient le contrôle politique et économique. C’est la première princesse héritière d’un pays appelé Lieseltania. Son nom complet est Julis-Alexia Marie Florentia Renate von Riessfeld. C’est dans le registre des familles royales européennes, » répondit Eishirou.

« Wôw… Tu en sais beaucoup sur elle, » déclara Ayato.

« Eh bien, c’est mon affaire. Je suis dans le club de presse, » Eishirou avait souri triomphalement.

« Mais pourquoi une princesse se bat-elle dans un tel endroit ? Les princesses ne s’asseyent-elles pas avec grâce ? » Ayato se demandait ça, se rappelant qu’il avait failli être brûlé ce matin même. Certes, elle avait de l’élégance, de la dignité et du style, mais sa volonté de se battre semblait un peu excessive.

« Ça, je ne sais pas. En fait, j’adorerais moi-même le lui demander, » Eishirou avait hoché la tête sérieusement et s’était ajouté à lui-même, « Ce serait certainement du contenu à la une… »

Puis il avait continué, « Bien sûr, vu qu’elle est aussi jolie, forte et une princesse de surcroît, personne ne la laisserait seule. Elle est venue à cette école l’année dernière, et si tu penses que ce que tu as eu aujourd’hui était monstrueux, ce n’était rien comparé à la Fièvre de la Princesse. Avant que tu ne puisses cligner des yeux, elle était entourée d’une foule de gens qui la bombardaient de questions. »

« Je peux parfaitement l’imaginer, » déclara Ayato.

« Et ensuite, que crois-tu qu’elle leur a dit ? Tais-toi ! La ferme ! Je ne suis pas un spectacle à contempler ! » déclara Eishirou.

« Je peux également imaginer ça, » répliqua Ayato.

« Eh bien, la plupart des gens l’ont évitée après cela, mais il y en avait qui n’aimaient pas son attitude. Ainsi, un groupe de personnes l’a défiée dans un duel les uns après les autres — et elle les a tous fait chuter. Avant que quelqu’un ne sache ce qui se passait, boum, elle était une Première Page, » expliqua Eishirou.

Cela semblait naturel. Ayato savait, après l’avoir affrontée au combat, que Julis possédait une maîtrise considérable. Il ne pouvait pas imaginer qu’il y avait beaucoup d’étudiants plus forts qu’elle, pas mêmes ici à Asterisk.

« Et voilà, tu as compris. Une princesse qui se tient tellement à l’écart que tout le monde s’éloigne d’elle. Il n’y en a pas beaucoup qui ont le cran de la regarder de face et de lui parler, » déclara Eishirou.

« Euh… Mais est-ce qu’elle a des amis ? » demanda Ayato.

« Pas un seul. À ma connaissance, en tout cas… Désolé. Attends une seconde, » Eishirou avait levé une main pour interrompre la conversation et avait sorti l’appareil mobile vibrant légèrement de sa poche. « Hé, quoi de neuf, chef ? »

Une fenêtre transparente s’était matérialisée avant de révéler une femme avec une coiffure courte qui s’était immédiatement lancée dans une diatribe. « Ne me réponds pas “Hé, quoi de neuf, chef” ! Je t’ai dit que j’avais besoin de cette preuve à la première heure ce matin ! Qu’est-ce que tu fous là ? »

« Oh, c’est de ma faute ! Quelque chose d’autre est arrivé ce matin —, » répondit Eishirou.

« Je n’ai pas besoin de tes excuses ! Ramène ton cul ici ! Dans cinq minutes, sinon… ! » La fenêtre s’était fermée avec un blip.

Eishirou affichait un sourire penaud et se gratta le nez. « Eh bien, tu as entendu ça. Je ferais mieux d’y aller. »

« De toute façon, je devrais aller au dortoir, » déclara Ayato.

« C’est vrai. On se retrouve là-bas, » déclara Yabuki.

« Oh, attends… Yabuki ! » Au moment où Eishirou quittait la salle de classe, Ayato lui avait jeté l’objet qu’il tenait dans ses mains.

« Hein ? » Surpris, Eishirou l’avait attrapé, puis avait souri en voyant ce que c’était. « Oh. Alors tu avais donc compris, hein ? »

« Je suppose que je devrais te remercier, même si je n’en suis pas tout à fait sûr, puisque Julis m’aurait peut-être laissé partir sans problème si je n’avais pas eu cette chose, » c’était un activateur Lux — pas celui que Claudia lui avait donné, mais celui qu’Ayato avait emprunté plus tôt ce matin-là.

« Comment savais-tu que c’était moi ? » demanda Eishirou.

« Hmm. Je suppose que c’est ta voix qui t’a trahi, » répondit Ayato d’une manière joviale.

Eishirou le fixa d’un regard vide pendant un moment. « Me dis-tu que tu te souviens de ma voix, d’un type dans la foule, dans une situation comme ça ? »

« Ma grande sœur m’a toujours dit de rendre tout ce que j’emprunte, » déclara Ayato.

« Hahaha ! Après tout, tu es plutôt intéressant, » Eishirou fit trembler de rire ses épaules, essayant de dissimuler le fait que ses joues brûlaient. « Hé, Amagiri. Crois-tu vraiment que tu n’aurais pas pu gagner ce duel ? »

« Non. Pas comme je me trouve maintenant, » répondit-il. C’était la simple vérité.

« Hmm. Comme tu es maintenant, hein ? » Peut-être satisfait de cette réponse, Eishirou sortit tranquillement de la salle de classe.

Ayato avait regardé la porte que l’autre venait de franchir pendant un moment, puis avait poussé un profond soupir. « Cette école va être beaucoup plus dure que je ne le pensais… »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *