Great Han’s Female General Wei Qiqi – Chapitre 5

Wei Qiqi relâcha le souffle qu’elle avait retenu jusque-là. Rha quelle malchance ! Comment avait-elle réussi à se retrouver à l’époque des Hans ? N’y avait-il vraiment aucun moyen de rentrer ? Satané endroit ! Elle ne voulait pas s’attarder ici plus longtemps. Il n’y avait ici ni autoroutes, ni riches villes modernes, sans oublier les essentiels comme la voiture, l’oncle Yan, Mr Bean et internet ! Mon Dieu, comment un être humain pourrait-il survivre ?

Wei Qiqi observa ses vêtements, ils étaient la seule chose montrant qu’elle n’appartenait pas à ce monde et qui contenaient les meilleurs souvenirs de sa vie citadine. En dehors de ses vêtements, il ne lui restait que ses baskets et son sac à dos.

Qiqi fit une rapide prière, « Grand Dieu, vient et sors moi de ce pétrin s’il te plaît. Je t’en supplie, ramène-moi à la maison ! Je suis la populaire du lycée Xuan De, l’héritière de l’entreprise familiale ! »

« Qui ? Qui est là ?

Lorsque Qiqi entendit cette voix venir du fond de la tente, son corps se statufia. Elle sentit le propriétaire de la voix s’avancer dans son dos, puis il l’attrapa solidement par le col et la tira sur le côté. L’homme passa brutalement ses bras musclés où couraient des gouttelettes d’eau autour de son cou. Wei Qiqi leva la tête et se tordit le cou dans le but d’apercevoir le visage de l’homme qui l’immobilisait.

Ce qu’elle vit lui fit immédiatement regarder autre part pendant que son visage et ses oreilles se teintaient de rouge. L’homme qui la retenait prisonnière ne s’était pas couvert après être sorti de son bain. Qiqi n’osa pas crier, de peur qu’un des gardes à l’extérieur ne l’entende et n’accoure dans la tente. Cependant, il y avait bel et bien un homme…nu…dans son dos !

Elle voulut se défaire de son étreinte mais plus elle essayait et plus l’homme resserrait sa prise. Elle avait beau y mettre toute sa force, elle n’arrivait pas à détacher le bras de l’homme de son cou.

« Qui es-tu ? Comment oses-tu t’introduire dans mes quartiers ! Es-tu ici dans le but de m’assassiner ? ». La voix profonde de l’homme retentit à son oreille. Qiqi se rappela alors que les beaux acteurs qu’elle voyait à la télévision avaient tous ce genre de voix apaisante. Soudain, elle voulut vraiment voir à quoi ressemblait cet homme.

« Parles ! Avec un peu plus de force, je pourrai facilement te briser la nuque ! »

« Non…non, laissez-moi partir. Je ne suis pas un assassin, j’ai été capturé par inadvertance. Je veux retourner chez moi ! »

« Rentrer chez toi ? »

« Oui, ma maison me manque vraiment ! »

« Tu n’es réellement pas un assassin ? » L’homme ne semblait pas la croire, et ses deux mains se mirent à tâtonner son corps. En un instants, Qiqi recommença à se débattre, il n’avait pas le droit ! Elle, Wei Qiqi, était l’héritière de la famille Wei, personne encore n’avait eu l’audace de se jouer d’elle de la sorte. En un mot, elle pourrait tenir sa vie dans le creux de sa main…

Lorsque ses mains se posèrent sur ses hanches, Wei Qiqi, ne put en supporter plus. Elle attrapa son bras, et rapide comme l’éclair lui donna un uppercut en pleine mâchoire.

En temps normal, si son opposant avait était une personne lambda, il aurait dû s’écrouler sous le coup. Cependant, la tête de l’homme s’inclina légèrement vers l’arrière et encaissa le coup facilement. Il n’était absolument pas assommé… Elle voulut enchaîner sur son whirlwind kick[1], mais avant qu’elle n’ait pu esquisser le moindre geste, son corps entier fut immobilisé. Suspendue dans les airs, elle se retrouva les yeux dans les yeux avec l’homme.

L’homme était grand, avec son chignon,ses sourcils bien dessinés et ses yeux brillants. En résumé, il était l’homme rêvé de toutes les femmes. Cet homme charmant et charismatique avait le pouvoir de faire tourner les têtes de tout être humain. Soudain, ses magnifiques yeux commencèrent à se remplir de rage comme s’il allait dévorer Qiqi vivante. Encore une fois, elle toisa l’homme de la tête aux pieds et ne put s’empêcher de remarquer qu’il était plutôt musclé et bien fait de sa personne. Qiqi ferma fermement ses yeux et n’osa plus le regarder en face. Avant qu’elle ne puisse penser à autre chose, l’homme pressa un de ses points d’acupuncture[2], la jeta sur le côté et partit mettre ses vêtements derrière le paravent.

Puis il revint auprès de Qiqi, posa un genou à terre et pris son menton entre ses doigts. Il examina son visage sous toutes les coutures, puis il étudia ses vêtements qui lui semblèrent assez étranges. Ce gamin était encore un enfant, mince et osseux. Remontant son regard sur son visage, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils, le visage de ce garçon était rempli de cicatrices jaunâtres. C’était comme si des insectes s’étaient établis là, rendant son visage extrêmement hideux.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *