Great Han’s Female General Wei Qiqi – Chapitre 8

Le soldat trembla et se cacha derrière le troisième prince tout en pointant Wei Qiqi du doigt.

“Prince, regardez dans quel état il nous a mis !

Liu Zhong Tian transperça Wei Qiqi du regard et ordonna au vice lieutenant derrière lui, « Dis-lui, quel est la punition pour s’être battu à l’intérieur du camp. »

Immédiatement, le vice lieutenant Liu saisit cette opportunité et posa un genou à terre devant Qiqi, « D’après la loi, si des soldats se battent à l’intérieur du camps, la sentence la plus légère sera de vingts coups de bâton alors que la punition la plus lourde sera une exécution sur la place centrale !

« Donnez-lui vingts coups de bâton ! » ordonna Liu Zhong Tian. Puis il remit Qiqi entre les mains du vice lieutenant Liu, se retourna et partit.

Qiqi pensa qu’elle avait mal entendu, vingts coups de bâtons… Finalement, peut-être que la peine de mort n’était pas un si mauvais châtiment. Grand Dieu, s’il vous plaît faites tomber la foudre pour que je puisse rentrer à la maison !

Qiqi fut emmenée jusqu’à la place principale où une foule voulant assister à sa punition s’était formée. Lorsqu’elle vit l’épais bâton, elle faillit s’évanouir. Si ce bâton la frappait, son postérieur finirait par exploser…

Le vice lieutenant Liu s’approcha du visage de Qiqi et lui dit, « Ce n’est pas parce que le troisième prince te garde près de lui que tu peux être arrogant ! Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Tu dois être punie ! Les lois militaires sont très strictes et Sa Majesté déteste vraiment les conflits internes ! »

« Lèche-botte ! Si tu oses me frapper, je t’en ferais voir de toutes les couleurs la prochaine fois ! »

« Tu as encore la langue bien pendue, frappez le ! »

À la demande du vice lieutenant Liu, deux soldats à l’air vicieux apportèrent le lourd bâton. En fait, ils étaient deux des soldats qu’elle venait de battre… Sa punition ne serait certainement pas légère.

« Attendez attendez ! » Qiqi toucha son derrière et sourit au vice lieutenant Liu. Doucement, elle lui demanda « Vous allez réellement me battre ? »

« Bien entendu, les ordres militaires sont aussi solides que du roc ! Frappez-le ! » cria le vice lieutenant Liu.

Après ses vingts coups de bâton, le postérieur de Wei Qiqi gonfla comme une fleur en pleine floraison.

Tous les soldats étaient rassemblés autour d’elle, se moquant ouvertement de ce qui lui était arrivé. Certain irent même jusqu’à lui cracher dessus. Depuis qu’elle était enfant, jamais personne n’avait levé la main sur elle. En général, c’était plutôt elle qui battait les autres.

« Soyez maudits ! » cria Qiqi, « Lorsque je serais guérie, vous subirez mes foudres ! Je vous battrais tous jusqu’à ce que la totalité de vos dents ne tombent ! »

Ces mots eurent l’effet escompté et les soldats, effrayés que cette hideuse fripouille ne remette les pendules à l’heure lors de leur prochaine rencontre, se dispersèrent.

Qiqi se sentait vraiment mal et elle s’étendit sur le sol de la place centrale. Ses larmes rencontrèrent le sol et après un long moment, elle se remit debout tant bien que mal et repartit vers la grande tente en claudiquant.

Wei Qiqi voulait retrouver cet idiot de Troisième Prince pour lui faire entendre raison. Qui lui avait donné la permission de battre les gens lorsqu’il le souhaitait, elle n’était pas la seule à blâmer. Ces soldats étaient en faute aussi, devait-elle se laisser maltraiter et ne pas résister ?

Wei Qiqi entra dans la grande tente et souffla lourdement. Le Troisième Prince entendit le son et reposa son rouleau. Il savait qu’elle n’était pas d’accord avec sa sentence alors il décida de lui faire peur.

« La prochaine fois que tu oses créer des problèmes sur le camps, tu recevras quarante coups de bâton ! »

« Pourquoi n’ont-ils pas été frappé, ils m’ont brutalisé ! »

« Tu oses encore te révolter, la scène que j’ai vu est totalement différente de ce que tu dis ! »

« La prochaine fois que je les vois, je les battrai comme plâtre et je les laisserai se plaindre ! »

« La prochaine fois j’enverrai directement des gens t’abattre ! »

« Hmph ! De toutes façons, vous êtes le patron sur ce camp, Vous êtes la loi! Vous pouvez dire ce que vous voulez ! » Qiqi n’osa pas s’asseoir alors elle se coucha à plat ventre sur son tapis de sol.

« Tu dois absolument obéir aux ordres militaires et ne pas provoquer de problèmes sur le camp ! » lui dit froidement Liu Zhong Tian.

Agitée, Qiqi cala ses mains sous sa tête. Qu’est-ce que ces règles stupides avaient à faire avec elle. Elle était Wei Qiqi, pas un simple soldat de ce camp militaire, il devait sûrement y avoir un moyen de sortir d’ici.

Soudainement, elle arrêta de se rebeller. Le Troisième Prince trouva ça bizarre, il s’approcha de son lit avec suspicion et réalisa que le postérieur de Qiqi lui faisait face et qu’elle était allongée silencieusement. Il semblerait que son châtiment ait été plutôt dur.

« Je vais demander au médecin du camp de venir t’appliquer de l’onguent ! »

« Pas besoin ! » Wei Qiqi tourna son visage vers lui, « Cette petite souffrance n’est rien, vous n’avait pas besoin de vous en inquiéter ! »

Le Troisième Prince ne put contrôler son rire, il était pourtant sérieux, il rajouta froidement, « Ce n’est rien ? Très bien, va remplir ma baignoire, je veux me laver ! La température de l’eau doit être supportable… et, » le Troisième Prince lui frappa la tête, et rajouta, « Lave toi d’abord, remplis ma baignoire ensuite ! »

Wei Qiqi secoua sa tête et ses dents grincèrent. Son derrière venait tout juste d’être frappé jusqu’à se qu’il enfle et elle devait lui ramener de l’eau pour sa baignoire ? L’unique héritière de la famille Wei était maintenant réduite à l’état de larbin ?

Elle se força à se relever. Les vraies femmes ne s’avouent pas vaincues si facilement. Maintenant qu’elle se trouve sur le territoire de Liu Zhong Tian, elle doit jouer selon ses règles.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *