High School DxD – Tome 1 Prologue

Issei Hyoudou… C’est mon nom. Mes parents et mes amis m’appellent Ise.

Je suis un élève en première, qui profite actuellement de son adolescence.

Un jour, un élève que je n’avais jamais rencontré auparavant a dit « Tiens, c’est pas Ise ? », donc je ne sais pas vraiment à quel point mon nom est connu des autres.

Vous pensez que je suis étonnamment populaire ?

Non, pas du tout. Après tout, je suis connu pour être un grand pervers. On m’a même accusé de mater les filles dans le vestiaire du club de kendo féminin.

Je ne ferais jamais une chose aussi honteuse que de mater le vestiaire des filles…

Désolé. J’étais sur les lieux. J’étais dans la réserve à côté du club de kendo. J’essayais de mater à travers le trou du mur de la réserve du club.

Malheureusement, je n’avais rien pu voir. C’est à cause de Matsuda et Motohama qui ne voulaient pas bouger du trou. Vraiment, ces deux-là…

Je n’arrivais pas à me calmer quand ces deux idiots disaient des trucs comme « Oh ! Murayama a vraiment de gros nichons ! » ou « Ah, Katase a vraiment de belles jambes ».

Bien sûr que je voulais mater ! Mais quelqu’un approchait de la réserve, je me suis donc tiré.

Pourtant, quelque chose de merveilleux m’est arrivé à moi, un type qui passe ses journées à faire des trucs pervers.

« Sors avec moi, s’il te plait. »

Une fille m’a fait sa déclaration !

J’ai compris ce que ça faisait d’être jeune.

Pour un type comme moi, qui n’avait pas de petite amie, c’était comme un rêve devenu réalité.

Ma copine s’appelait Yuuma[2] Amano. C’était une fille aux cheveux noirs, soyeux, et à la silhouette svelte.

Elle était si mignonne que je suis tombé amoureux d’elle au premier regard.

Ne diriez-vous pas “Oui” tout de suite, si une superbe fille venait vous voir en disant « Je t’aime, Hyoudou-kun ! Sors avec moi, s’il te plait ! » ?

Ça a tout d’un rêve pour un gars comme moi, dont l’âge égale le nombre d’années passées sans avoir de petite amie.

Ça ne serait pas bizarre si quelqu’un me demandait « De quel jeu de drague tu sors ça ? », mais c’est vraiment arrivé !

Un miracle est vraiment arrivé ! J’ai reçu une déclaration d’amour ! De la part d’une belle fille !

En fait, j’ai cru que c’était une blague. J’ai même cru plusieurs fois que c’était un gage et que ses amis nous observaient de quelque part.

C’est normal. Jusque-là, je croyais que j’étais destiné à être impopulaire avec les filles.

Mais depuis ce jour, j’étais un mec casé. Le monde autour de moi avait changé. Je sais pas comment l’expliquer, mais mon cœur était apaisé. Je voulais dire « J’ai gagné ! » à tous les gars que je croisais.

Je commençais à me sentir désolé pour mes deux potes, Matsuda et Motohama, toujours célibataires. C’est vous dire à quel point j’étais devenu sûr de moi.

Lors de notre premier rencard…

J’étais prêt à appliquer le plan que j’avais préparé depuis longtemps.

Hahaha, j’ai brossé mes dents une douzaine de fois depuis hier soir ! J’ai pas oublié un seul endroit.

J’ai même acheté des slips neufs. On sait jamais ce qui va arriver, après tout.

Je suis allé à mon rencard avec l’attitude d’un super puceau.

Je suis arrivé trois heures avant Yuuma-chan au lieu du rendez-vous. J’ai compté une centaine de filles portant des lunettes qui sont passées devant moi !

En attendant ici, j’ai reçu un flyer étrange, distribué par une personne louche.

C’était un truc occulte, avec un cercle magique bizarre et une phrase « Ton rêve sera exaucé ! » dessus.

… Je voulais le jeter, mais je l’ai finalement mis dans ma poche, car je ne pouvais pas m’en débarrasser maintenant.

Quand Yuuma-chan est arrivée, je lui ai dit :

« Ne t’inquiète pas, moi aussi je viens d’arriver. »

Yes ! J’ai pu la placer ! J’ai toujours voulu dire ça !

Après ça, on s’est promenés, main dans la main. J’étais vraiment ému d’avoir un rencard, main dans la main, avec ma superbe copine !

J’étais tellement touché que j’en ai presque fondu en larmes.

Je dois me calmer. C’est pas le moment de paniquer.

Ensuite, on s’est amusés à faire les boutiques de vêtements et à regarder les décorations pour notre chambre.

À midi, on a mangé dans un restaurant familial, comme des lycéens normaux. Yuuma-chan mangeait délicieusement son parfait au chocolat. Je me sentais rassasié juste en la regardant.

Ouais, j’avais l’impression de comprendre ce que les autres ados ressentent quand ils ont un rencard. Je me sentais vivant, comme si c’était la première fois.

Maman, merci de m’avoir donné naissance. Papa, j’avais peur de ne pas pouvoir transmettre mon nom de famille, mais je crois que tu n’as plus à t’inquiéter de ça.

Alors que je pensais à ce genre de choses, c’était déjà l’après-midi.

C’est le grand moment !

Un baiser ?! Un baiser avant de rentrer ?! Rien que d’y penser, ma tête allait exploser !

Oh, peut-être qu’on va même aller plus loin !

C’est le genre de choses qu’un lycéen excité comme moi peut se dire.

On était dans un parc à l’écart de la ville. L’endroit semblait désert, il n’y avait que nous. Du coup, mes fantasmes érotiques s’accumulaient.

J’aurais dû lire un livre qui m’aurait appris à faire des choses encore plus perverses !

Yuuma-chan avait déjà lâché ma main et elle se tenait devant la fontaine.

« C’était vraiment amusant, aujourd’hui. »

Yuuma-chan a souri, avec la fontaine en arrière-plan.

Argh ! Bon sang, elle est craquante. Le crépuscule derrière elle la rendait rayonnante.

« Hé, Ise-kun. »

« Oui, Yuuma-chan ? »

« Il y a un truc que j’aimerais faire pour célébrer notre premier rendez-vous. Tu veux bien écouter mon souhait ? »

Oh oui ! Enfin !

C’est ça ! C’est forcément ça !

Mon haleine ! Ok ! Ma préparation mentale ! Hum ! Mon cœur bat la chamade… !

« Qu… Qu’est-ce que tu veux me de… demander ? »

Aaargh. Le ton de ma voix est grave. Elle va se rendre compte que je pense à un truc stupide !

J’ai fait une erreur aussi conne après être arrivé jusque-là…

Mais Yuuma-chan s’est contentée de sourire.

Puis elle m’a clairement dit :

« Tu veux bien mourir pour moi ? »

… Hein ? Quoi ?

« … Hein ? C’est… heu, désolé, tu peux répéter ça ? Je crois que j’ai un problème avec mes oreilles. »

J’ai dû mal entendre.

C’est ce que je me suis dit. C’est forcément ça. J’ai donc demandé qu’elle le répète.

Mais…

« Tu veux bien mourir pour moi ? »

Elle me l’a redit distinctement. En riant.

Ses mots n’avaient aucun sens. Au moment où j’allais dire « Très drôle, Yuuma-chan » en souriant…

Flap

Des ailes noires sont apparues dans son dos.

Elle s’est alors mise à battre des ailes. Les plumes noires flottaient dans l’air, avant de retomber à mes pieds.

Qu’est-ce que c’est que ça ?

Hein ? C’est vrai que Yuuma-chan est aussi mignonne qu’un ange, mais…

Un ange ? Non, c’est totalement impossible.

C’est une mise en scène ?

Ma magnifique petite amie battait des ailes devant le soleil couchant. Ça ressemblait à une scène tirée d’une histoire fantastique.

Mais je ne pouvais absolument pas croire un truc pareil.

Ses yeux charmants étaient devenus froids et effrayants.

« C’était amusant. Le peu de temps que j’ai passé avec toi. C’était comme jouer à papa et maman avec un gamin. »

Sa voix était glaciale. Le ton était celui d’une adulte. Sa bouche formait un sourire froid.

Bzz…

Un son bien plus puissant que celui d’une console de jeu résonna dans l’air.

Avec un bourdonnement intense, cette chose apparut entre ses mains.

Ça ressemblait à une lance.

Ça luit ? On dirait un amas de lumières ou un truc du genre… En fait, c’était bien une lance.

Woo…

Le son du vent.

Un son inquiétant suivit juste après.

Shlack

Au moment où je me suis dit que quelque chose me frôlait le ventre, la lance que tenait Yuuma-chan me transperça l’abdomen.

Elle me l’a lancée dessus…

Mais avant ça… Pourquoi ? J’ai tenté d’enlever la lance, mais elle a disparu.

Il ne restait qu’un large trou dans mon ventre, et du sang qui en jaillissait. Du sang. Du sang.

Ma tête s’engourdissait et ma vue devenait floue. J’étais déjà étendu par terre, avant même de m’en rendre compte, j’avais perdu l’équilibre.

Des bruits de pas s’approchèrent de moi, tandis que j’étais étendu au sol.

J’entendis vaguement une voix faible. Celle de Yuuma-chan.

« Désolée. Tu représentais une menace pour nous, nous avons donc décidé de te supprimer prématurément. Si tu veux en vouloir à quelqu’un, maudis Dieu qui t’a doté du Sacred Gear[3]. »

… Sacred… quoi… ?

Je n’arrivais même pas à lui poser une question et j’étais à terre. Le bruit de ses pas s’éloigna davantage.

Au même moment, j’ai commencé à perdre connaissance. Le trou dans mon abdomen. Ça doit être fatal. Je ne ressens pas la moindre douleur…

Mais je savais que j’étais dans un état critique, car je sentais que j’allais perdre conscience.

Ça serait sûrement agréable de perdre connaissance maintenant, comme si j’allais m’endormir. Mais si ça arrive, je suis sûr de mourir.

Sérieux… ? Je vais crever à mon âge ?

J’ai même pas encore vécu la moitié de ma vie !

Comment je peux me sentir heureux de mourir, tué par ma copine dans ce parc étrange !

Ah… Je commençais à perdre conscience tout en pensant à ça…

On dirait que plein de trucs en moi sont en train de disparaître…

Oh, ouais, je me demande ce qui va se passer demain, au lycée ?

Matsuda et Motohama seront-ils choqués ? Ils vont me pleurer ? Non, pas eux…

Maman, Papa… Je n’ai encore rien fait pour les satisfaire en tant que fils…

Attends… Ça craint s’ils trouvent les magazines pornos que j’ai planqués, après ma mort…

… Bordel, pourquoi je ne pense qu’à ce genre de trucs, alors que je vais bientôt mourir… ?

Mes mains… peuvent encore bouger…

J’ai touché mon ventre et j’ai ramené ma main face à mes yeux.

C’est rouge… Rouge cramoisi. C’est mon sang. Toute ma main est rouge. C’est mon sang.

C’est là qu’elle m’est venue à l’esprit.

C’est à cette fille que j’ai pensé.

La beauté aux cheveux rouge cramoisi. À chaque fois que je l’ai vue, mes yeux ont été attirés par ses cheveux carmins.

… Quitte à mourir, j’aurais aimé que ça soit entre les bras d’une beauté comme elle…

Je commence à avoir le sentiment que je suis en train de tromper ma petite amie, Yuuma-chan, avec ces pensées. Attends, c’est Yuuma-chan qui m’a tué…

… Mais si je dois crever, je veux que ce soit après avoir tripoté les seins de Yuuma-chan…

Haha, mes fantasmes lubriques continuent, même avant de mourir…

Aaah, je vois encore plus flou…

C’est enfin fini… ?

Putain, j’ai vraiment eu une vie de merde…

… Si je devais renaître, je voudrais être…

« C’est donc toi qui m’a appelée. »

Soudain, quelqu’un est apparu devant moi et m’a parlé.

Je ne pouvais pas deviner qui c’était, vu que je voyais flou.

« On dirait que tu es en train de mourir. Ta blessure… Eh bien, quelque chose d’intéressant est en train de t’arriver. C’est donc toi… C’est très intéressant. »

Elle riait, comme si elle avait trouvé quelque chose d’intéressant.

… Je me demande ce qu’il y a de si amusant…

« Si tu meurs, alors je la prends. Ta vie, je veux dire. À partir de maintenant, tu vivras pour moi. »

Avant de perdre connaissance, j’ai vu une éclatante chevelure cramoisie en face de moi.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *