HP9999999999 – Chapitre 11

“Yuuto-sama… Qu’est-ce qui se passe ici… ?!”

L’expression d’Anri se tend à l’extrême, se déformant d’une manière que je n’avais jamais vue auparavant. Je suis pratiquement assailli par des sensations si fortes qu’elles étaient à deux doigts d’arrêter mon cœur.

“Pourquoi poseriez-vous vos mains sur une simple femme humaine plutôt que sur moi… ?! Je suis toujours prêt ; vous devez savoir que…”

C’est pour ça que vous êtes en colère ? ! Oubliez le fait que j’ai apparemment emmené une fille humaine et que je l’ai entassée dans le château, c’est pour ça que vous êtes en colère !

Je suppose que peu importe ce qui la met en colère, la situation est déjà assez précaire de toute façon. Si la rumeur se répand dans le château que le Grand Roi a fait preuve de compassion envers un être humain, cela ne se terminera certainement pas bien.

N’y a-t-il rien, rien que je puisse faire ? ! Je dois juste trouver une excuse, quelque chose qui me donne une sortie… !

C’est alors qu’une idée me vient à l’esprit. C’est vrai, c’est la réponse !

“Ecoute bien, Anri. Tu sembles être arrivé à une sorte de malentendu”.

“Un… malentendu, Sire ?”

“Tu vois, tu peux penser que j’ai été submergé par la passion pour une fille humaine et que je l’ai amenée ici avec moi, mais c’est loin de la vérité.”

” A – Alors pourquoi… ?! “

“Tu dois déjà savoir que j’ai l’intention d’éradiquer l’humanité un jour. Mais en fin de compte, il se trouve que je suis du genre prudent. Je frappais sur les ponts de pierre avant même d’essayer de les traverser. Je pense donc que pour commencer à mettre mes plans en pratique, je dois d’abord me familiariser avec le mode de vie des humains. Cette fille n’est qu’un échantillon… non, un cobaye !”

“…”

Je me donne une minute pour fermer les yeux. Il devrait être évident que je n’ai aucun projet réel d’éradication de l’humanité, mais il n’y a pas vraiment d’autre excuse qui me permette de me justifier.

Comment cela se fait-il ? N’est-ce pas majestueux ? !

Très timidement, j’ouvre les yeux.

“Bien sûr, alors tout cela a un sens ! Yuuto-sama, vous ne cesserez jamais de m’étonner !

La première chose que je vois, c’est le regard très respectueux d’Anri.

Mon cœur se calme, et moi aussi. Je l’ai fait. D’une manière ou d’une autre. J’ai réussi à esquiver cette balle d’une manière ou d’une autre. De plus, alors que je nourrissais une certaine idée depuis quelque temps déjà, cela ne fait que la renforcer : Anri est en quelque sorte du genre… simple.

“Ne pas réaliser vos véritables intentions a mis mon impolitesse au premier plan. Pour ce péché, je vais..”

“Tu n’as pas à te suicider, d’accord ?”

“..Prendre ma vie – Quuuoooiii ?! J-Juste comment avez-vous su ?!”

S’il vous plaît, un élève du primaire vous aurait déjà remarqué.

“Mais Yuuto-sama, pourquoi avez-vous caché l’humain dans votre propre placard ? C’est presque comme si vous ne teniez pas à ce qu’elle soit vue…”

Ghurk !

“…Hmph. Je pensais simplement qu’une pièce aussi grande serait gaspillée pour un simple humain. Quelque chose d’aussi petit et étroit qu’un placard est beaucoup plus adapté à leur espèce”.

“Bien sûr. C’est effectivement le cas, mon Seigneur”.

J’ai poussé un autre soupir de soulagement. Vraiment, je ne peux jamais dire si Anri est un peu plus bête ou plus vive qu’elle ne le laisse paraître.

“Mais quand même, Yuuto-sama… Si vous vouliez les examiner, nous l’aurions fait volontiers pour vous. Il n’est vraiment pas nécessaire de s’encombrer…”

“Non, ça ne me dérange pas. Voir les visages humains se tordre de peur est l’une des grandes joies de ma vie. En outre, toi et les autres devez être épuisés, avec toutes les choses dont vous êtes chargés. Laissez-moi m’occuper de ces questions”.

“Compris. Nous ne méritons pas tous votre grande considération, Yuuto-sama”.

Je n’ai pas besoin de faire appel à mon imagination pour imaginer ce que la pauvre fille subirait si je la laissais avec Anri et les autres. Au moins, je peux maintenant dire sans risque qu’elle s’en sortira avec tous ses membres intacts, si ce n’est plus.

“Alors, Yuuto-sama… S’il vous plaît, prenez votre temps. Amusez-vous bien”.

“Naturellement”.

Anri sort de ma chambre à coucher avec un regard apaisé. Une vague d’épuisement me submerge à la seconde même où elle le fait.

Je… Je l’ai fait… Je dois dire que je suis un peu fier de moi pour avoir trouvé une excuse après l’autre. Quelques-unes de ces excuses avaient été, je dois l’admettre, un peu humiliantes avec le recul… Mais j’avais réussi à en reprendre à Anri, alors je vais les compter comme des succès dans mon livre.

La première vague de troubles a peut-être été évitée, mais cela ne veut pas dire que la situation a beaucoup changé. Tant que je dois cacher Rina dans ma chambre, en exposant tout ce que je viens de dire comme une farce, ce n’est qu’une question de temps. Je dois trouver quelque chose avant que cela n’arrive…

“Rina. Je dois m’excuser de t’avoir fait subir tout ça – hm ?

En jetant un nouveau regard sur Rina, je me suis fait plaisir en la voyant trembler comme une feuille, avec son visage si pâle qu’on dirait qu’elle a été témoin de l’enfer lui-même. Anri l’avait-elle vraiment effrayée à ce point ? On ne peut pas la blâmer, elle avait fait un sacré numéro. Assez pour faire presque frissonner un Grand Roi dans ses bottes.

“Détruire l’humanité… Un… cobaye… ?!”

Loin de là, c’est ma propre faute ! Elle a cru tout ce que j’ai dit !

“Rina, calme-toi. La plupart de ce que je viens de dire à Anri était une simple blague. Je n’ai aucune intention de détruire l’humanité, ni de vous transformer en cobaye d’ailleurs”.

Attendez, essayer de la convaincre de cela tout en ayant l’air… eh bien, d’un Grand Roi n’ira nulle part. Et, bien sûr, il semble que les frissons de Rina ne vont pas s’arrêter de sitôt.

“Je vais p-p-parfaitement bien. Après tout, je suis une e-es-esclave. Je suis tout à fait prêt à être transformé en une sorte de c-c-cobaye… !!”

Sa peur ne trahit pas. Cela ne peut pas être bon. Cela ne contribuera certainement pas à dissiper ces malentendus non plus. Mais se débarrasser de la méfiance naturelle que l’on ressent face à quelqu’un qui ressemble à un Grand Roi est peut-être trop demander…

Une idée me vient à l’esprit. C’est tout. Je dois juste ne pas ressembler à un grand roi pendant un certain temps.

“Incantation : Transformer” !

Je chante le sort et ma forme se transforme en autre chose. Je me transforme en…

“… Salut. Je suis Azora Yuuto”.

Je me transforme en moi-même, depuis que je suis encore un être humain. Le regard qui me tombe dessus est un regard d’incompréhension totale.

J’utilise un miroir proche pour vérifier mon état. Oui, il n’y a pas de doute. C’est moi, juste avant que je ne sois réincarné en Grand Roi. Il y a quelque chose qui cloche un peu avec l’image, presque comme si mes traits avaient été affinés pour donner un visage un peu plus attrayant, mais c’est probablement juste dans ma tête.

Il n’y a vraiment qu’un seul problème avec le sort Transformer. Si je devais jeter un autre sort alors que je suis sous une autre forme, ma transformation serait annulée avec force.

Mais même sans ce seul défaut, il est déjà assez probable que toute transformation de ce type ne serait pas bien accueillie par Anri et les autres, ce qui les inciterait probablement à dire quelque chose comme : “Peu importe si Yuuto-sama lui-même est le coupable, se transformer en être humain est tout simplement scandaleux ! Dans cette optique, il est très peu probable que je puisse tirer parti de ce sort.

“Hum… Qui… êtes-vous ?”

La question de Rina va de pair avec une expression totalement perplexe. Eh bien oui, c’est une évidence. Le Grand Roi vient de se transformer en un véritable être humain devant elle. Sorti de nulle part.

“Surpris, hein ? C’est le vrai moi – en fait, dire cela semble un peu bizarre. Je veux dire, je ne suis même plus humain, pas vraiment. Disons que j’ai essayé de changer un peu de look, de m’adapter à ce à quoi je ressemblais avant”.

“…?!”

Rina semble de plus en plus confuse. Encore une fois, c’est un fait. Se faire raconter ce genre de choses totalement hors champ n’est pas vraiment quelque chose qui se comprend sur le moment.

Très bien, j’ai pris ma décision. Comme Rina ne me semble pas vraiment être quelqu’un qui répandrait la bonne parole et dévoilerait ses secrets, il est sans doute prudent de faire la lumière par moi-même.

“Très bien, Rina. Je vais te dire quelque chose et je veux que tu m’écoutes attentivement”.

Alors, je lui raconte tout ce que je peux sur mon histoire personnelle. Je lui dis que j’étais un humain, que je viens d’un autre monde, que je suis devenu le grand roi avant même d’avoir eu le temps de vraiment gérer la situation, etc.

Rina me prête ses oreilles et écoute mon histoire, du début à la fin.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *