HP9999999999 – Chapitre 14

“Ecoute, Rina. Je me fiche de ce que c’est, faites quelque chose, n’importe quoi qu’une sœur ferait”.

“Hein ?!”

Le malaise extrême qui m’envahit m’oblige à murmurer ces mots à l’oreille de Rina. Que suis-je en train de faire ? Je ne peux raisonnablement pas attendre grand-chose des gens…

“Pardonne-moi. Oublie ce que j’ai dit”

“Je comprends. S’il vous plaît, laissez-moi faire”.

Qu’est-ce que vous voulez dire, vous comprenez quoi ? !

Je peux déjà sentir mon cœur s’accélérer dans ma poitrine à la seconde où je commence à me demander ce qu’elle fait, et juste à ce moment-là… Rina croise les bras, gonfle un peu sa joue et se détourne de moi dans ce que l’on pourrait considérer comme une ” bouffée d’air “.

“C – Ce n’est pas comme si je t’aimais ou quoi que ce soit, Onii-chan !”

Bon sang, même Rina a grillé un plomb ou deux ! Bien sûr, c’est un peu comme ce que pourrait faire une sœur, mais où diable a-t-elle pu trouver ce genre de savoir-faire ? !

En fait, attendez. Attendez. Je suis encore plus surpris que ce genre de choses se soient même infiltrées dans la culture de ce monde !

“C – C’est…”

“Pas de doute…”

Avec les bêtises de Rina, les démons commencent à s’agiter.

C’est donc là que tout se termine, hein ? Ce ne serait pas une preuve suffisante pour prouver qu’elle est ma soeur…

“Il n’y a pas d’autre solution, c’est bien la soeur bien-aimée de Yuuto-sama !”

“Il serait impensable que quelqu’un d’autre que sa soeur agisse ainsi envers lui !”

“Il est impossible que ce genre de tsundere ne soit pas une soeur !”

Comment diable avez-vous compris ça ? !

“Je dois humblement m’excuser d’avoir exprimé des doutes, Rina-sama. Vous êtes véritablement la petite soeur de Yuuto-sama… !”

Regardez-moi ça, même Anri l’a cru. Je dois avouer que les voir avaler si facilement est plus dérangeant que rassurant…

“Ahem. Maintenant, il ne peut plus y avoir aucun doute parmi vous. Rina est en effet ma soeur. Si jamais quelque chose lui arrivait, alors… Vous pouvez comprendre le reste, n’est-ce pas ?”

” B – Bien sûr !

“Nous prêtons tous allégeance à Rina-sama !”

Au moins, sa sécurité a été assurée. Restons-en là.

Une fois les démons dispersés et la grande salle vidée, Rina et moi nous sommes déplacés jusqu’à l’entrée d’une pièce au dernier étage de ce château.

“Très bien alors. A partir de ce jour, ce sera ta chambre. J’ai fait en sorte que ce soit la deuxième plus grande salle du château”.

“Est-ce que c’est… ma chambre… ?!”

Les yeux de Rina tournent à la vue de l’intérieur de la pièce. Je ne pourrais pas être plus heureux d’avoir réussi à trouver un espace libre au dernier étage. Ma propre chambre est assez proche, donc il ne me faudra pas trop longtemps pour lui venir en aide si elle en a besoin.

“Qu’est-ce qui se passe ? C’est surprenant, n’est-ce pas ?”

“C’est… Dans mon ancienne maison, je ne dormais que sur un tas de foin dans les écuries…”

Rien que de penser à cette image, mon cœur se met à trembler. Les jours froids ont dû être l’enfer sur Terre pour elle…

“Oh, et à propos de toute cette histoire d’appellation dont nous avons parlé. Puisque tu es ma soeur d’une certaine manière, tu devrais toujours t’adresser à moi en tant qu’Onii-sama”.

“O… Onii-sama ?”

“En effet. Si tu ne veux pas, tu peux toujours m’appeler Onii-chan. Cela ne me dérange pas”.

“Eh bien, c’est un peu trop…”

“Pfft. Je plaisantais”.

J’ai toujours été enfant unique, alors je n’ai jamais pu m’empêcher d’attendre que quelqu’un m’appelle Onii-chan. Mais bon, vu que je suis le Grand Roi et tout ça, je ne devrais pas être pris en train de me faire appeler comme ça. Je dois penser à ma position.

“Alors ça ne vous dérange pas que je vous appelle Onii-sama ?”

“Ça ne me dérange pas. Bien que je doive m’excuser de t’avoir donné ce rôle sans en avoir discuté avec toi au préalable”.

“Oh, non ! Ce n’était pas du tout un problème, vraiment ! Je comprends parfaitement que vous ayez pensé à cette idée pour moi, Maître !”

“Tu veux dire Onii-sama.”

“Ah ! Désolé pour ça, Onii-sama !”

Rina tombe dans la panique et baisse la tête. Je sais que c’est moi qui ai fait cette suggestion au départ, mais je me sens vraiment un peu mal quand elle m’appelle comme ça…

“Alors… Que dois-je faire pendant que je suis dans le château ?”

“Tu peux faire ce que tu veux. Il y a une bibliothèque dans ce château, donc si jamais tu ressens le besoin de t’instruire sur certains sujets, tu peux t’y rendre pour lire. Puisque tu as passé presque toute ta vie en tant qu’esclave, je doute que tu ai eu la chance de recevoir une éducation formelle”.

“Ê-Êtes-vous sûr ?”

“Bien sûr. Comme tu es censée être ma soeur, personne ne se plaindra de cela. Bien que je doive te dire ceci à l’avance : puisque nous sommes tous deux d’anciens humains, il se peut qu’un jour j’ai besoin d’une faveur que toi seule peux faire. Je pourrais te demander quelque chose quand le moment sera venu”.

“Si je peux faire quoi que ce soit, dites-le-moi ! Je ferai n’importe quoi !”

Maintenant, cette ligne demande simplement à être sortie de son contexte.

“Oh, aussi…”

Je tends la main droite vers Rina.

“Incantation : prêts de capacité” !

Ce sort me permettrait d’accorder à Rina un des sorts de mon arsenal.

“Je t’ai maintenant donné le Canon du Désastre. Si jamais tu te trouves en danger, tu peux utiliser ce sort pour te protéger”.

” M – Merci beaucoup… ”

Eh bien, cela signifie que je ne peux plus utiliser le canon à désastre. Mais j’ai encore beaucoup de sorts offensifs en stock, tellement que c’est presque du gâchis d’en avoir autant en réserve en moi. Cela ne devrait pas être un problème trop important. Je ne peux pas m’empêcher de me demander si je ne suis pas un tant soit peu surprotecteur…

“Très bien alors, il est temps pour nous d’aller nous coucher. Tu peux t’amuser autant que tu le souhaites avec la sensation de ton tout premier lit”.

“E-Excusez-moi !”

Au moment où je m’apprête à quitter les lieux, Rina m’appelle et m’arrête dans mon élan.

“Pourquoi iriez-vous aussi loin pour quelqu’un comme moi… ?”

“…”

Une fois de plus, je me tourne vers Rina.

“Tu as passé plus de dix ans en tant qu’esclave, privé de ta liberté. Je voulais simplement que tu te donnes un peu de cette liberté. Bien qu’il soit tout à fait possible que toute liberté obtenue dans ce château exigu puisse finir par ne plus avoir d’importance…”

“Eh bien, je ne dirais pas que c’est étroit…”

“…Mais le moment où tu sais exactement ce que tu veux faire dans la vie et quand tu quitteras le château est le moment où tu obtiendras la vraie liberté. Et en attendant, je ferai tout mon possible pour te soutenir”.

“…!”

D’énormes larmes coulent des yeux de Rina et se mettent à couler.

“Merci beaucoup… Je vous suis vraiment… vraiment reconnaissante…”

“Hmph. J’ai compris que tu es plus que jamais reconnaissante. Maintenant tu devrais te dépêcher de retourner dans ta chambre et de donner à ton corps un peu de repos. Compte tenu de tout ce qui s’est passé, je suis sûr que tu dois être épuisée”.

“Très bien…”

Essuyant toujours ses larmes, Rina entre dans sa chambre et ferme doucement la porte derrière elle.

Je laisse échapper une longue respiration. Pourquoi est-ce que je vais aussi loin pour elle ? Lui donner la liberté n’est qu’une des deux raisons pour lesquelles je le fais. L’autre raison est…

“C’est parce qu’elle est si mignonne, n’est-ce pas… ?”

La façon dont je marmonne me donne l’impression d’être un jeune garçon qui va de nouveau au lycée.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *