HP9999999999 – Chapitre 16

En laissant de côté les terres humaines pour l’instant, les terres des démons possèdent-elles même des quêtes ? Il est un peu difficile d’imaginer qu’un démon, quel qu’il soit, puisse accepter de relever le défi et d’accomplir des quêtes…

“Anri. Dis moi, les “quêtes” existent-elles dans le territoire démoniaque ?

Pour l’instant, je vais me contenter de demander à Anri, qui se trouve être à genoux devant moi.

“Des quêtes, Sire ? Oui, bien sûr il y en a.”

Eh bien, il semble effectivement que ça existe. Maintenant que c’est certain, je devrais me dépêcher et…

“Nos quêtes impliquent des choses comme ” Massacrer tel ou tel humain “, ” Rassembler tel ou tel cœur humain “. Comme elles le laissent entendre, la plupart d’entre elles impliquent des participants humains.”

“…je vois.”

C’est une erreur. Il n’y a pas moyen que je puisse entreprendre ce genre de quête. Et d’ailleurs, mon but ultime est d’améliorer mon image. Si je me contente de faire des quêtes exclusives sur le territoire démoniaque, ça ne servira pas à grand-chose. En fait, je suis presque sûr que cela aurait l’effet inverse. Ce qui veut dire que je devrais vraiment faire des quêtes dans les terres des hommes.

“Mais pourquoi cette demande, Seigneur ?”

“…Pour être honnête, j’avais l’idée d’accepter quelques quêtes.”

” V-Vous vous chargeriez personnellement des quêtes, Yuuto-sama ?!”

“En effet, je le ferais.”

Enfin, au moins dans le domaine humain. Il est évident qu’Anri pense que je parle de quêtes du territoire démoniaque.

“Si vous souhaitez accomplir une quête quelconque, alors je crois qu’il suffirait d’ordonner à vos troupes de le faire. Vous n’auriez pas à vous déplacer de votre propre chef, Yuuto-sama…”

Et bien, j’ai fait une erreur, elle en a dit autant. Maintenant je dois trouver une sorte d’excuse…

“Hmph, ma sortie de la veille ne m’a pas apporté assez de déchets humains criards. Je pensais à entreprendre une quête pour me satisfaire.”

“…je vois, alors. Dans ce cas, je ne peux pas faire grand-chose d’autre que d’offrir mon approbation.”

Huh. Et moi qui pensais qu’Anri dirait quelque chose comme : “Mais une simple quête n’est pas digne de vous, Yuuto-sama”, ou peut-être “Alors permettez-moi d’envoyer une escorte de cent démons !”. Je suis sûr qu’elle ne fait que réfléchir à ce qui s’est passé hier, à la façon dont elle m’a surprotégé. Même moi, je dois lui en être un peu reconnaissant.

Mais comme je n’ai été réincarné dans ce monde que récemment, je n’ai absolument aucune idée de la façon dont je peux entreprendre une quête, ni même de l’endroit où je peux la mener. Cela signifie qu’il est probablement préférable que je demande à quelqu’un d’autre de le faire. Puisque je veux accepter des quêtes en territoire humain, elle, étant un ancien humain, devrait certainement être le meilleur choix pour ce travail.

C’est vrai ; je parle de ma petite soeur (temporaire), Rina. Je vais lui demander d’aller sur les terres humaines et de me choisir une ou deux quêtes.

“Anri. Je m’excuse, mais fais-moi une faveur et appelle ma soeur pour moi.”

“Vous voulez dire Rina-sama ?”

“C’est ça. Il y a quelque chose que je souhaite lui demander, tu vois.”

“Alors pourquoi je ne prendrais pas sa place ? Je ne pourrais pas supporter de voir votre honorable soeur prendre un tel fardeau…”

“Non. J’apprécie ton point de vue sur la question, mais c’est quelque chose que je ne peux demander qu’à elle.”

Je ne peux pas garantir qu’Anri ne dira pas : “Au fait, j’ai tué une centaine d’humains sur le chemin du retour.” De plus, je ne sais pas ce que je devrais lui dire si elle me demandait pourquoi je veux faire des quêtes sur les terres humaines, par exemple.

“…Bien sûr, tout de suite.”

Anri quitte la grande salle, son moral est un peu bas. Quelques minutes plus tard, elle revient avec Rina à ses côtés.

“Seigneur. Je vous ai amené Rina-sama.”

” Très bien. Et Anri… Je m’excuse, mais je dois te demander de t’absenter un instant.”

Si Anri écoute ce que j’ai à dire à Rina, ce serait plus que problématique.

“Eh ? M-Moi, Sire ?”

“Vois-tu quelqu’un d’autre que toi ici ? S’il te plaît, laisse-nous avoir une conversation privée entre frères et soeurs. Tu peux te reposer dans ta chambre si te le souhaites.”

“…Compris.”

Anri sort de la grande salle, son moral est encore plus bas qu’avant. Le fait d’être traitée comme une étrangère a dû être un choc pour elle. Il faut vraiment que je récupère les morceaux plus tard. En tout cas, maintenant, Rina et moi avons la salle pour nous seuls.

“Rina. Je dois m’excuser de faire cela alors que tu n’es arrivée qu’hier, mais j’ai une faveur à te demander.”

“Bien sûr ! Si vous me croyez digne, ordonnez-moi de faire ce que vous voulez !”

Allons, nous avons déjà dit que ce genre de langage pouvait être mal interprété… bon, peu importe.

“J’ai envisagé de postuler pour quelques quêtes dans les territoires humains. J’aimerais que tu t’y aventures et que tu t’occupes des formalités qu’ils demandent.”

“… Une… Une quête ?”

Rina penche la tête dans la confusion.

“Tu es lema seule à qui je vais le dire. J’ai l’intention de changer la façon dont l’humanité me voit, moi, le Grand Roi, pour le meilleur. En d’autres termes, je vise à améliorer mon image. Accepter des quêtes est une des pièces du puzzle.”

“Améliorez votre image… ! Je pense que c’est une merveilleuse idée ! Après tout, vous êtes une personne formidable, Onii-sama. J’aimerais aussi le faire comprendre à un maximum de gens !”

Les yeux de Rina sont brillants, étincelants. Je me demande comment elle réagirait si jamais elle apprenait que j’ai éradiqué cinquante mille hommes en un instant…

“De toute façon, les territoires humains sont assez loin d’ici. C’est pourquoi je vais t’accorder mon sort de téléportation. Tu peux l’utiliser pour t’y rendre. Mais je dois avouer que laisser mon sort de téléportation ne me plaît pas. Une fois que tu seras de retour, je le reprendrai.”

Tout comme j’avais fait avec mon Canon de Destruction la veille, j’ai utilisé mon sort d’Aptitude à la Subvention pour transmettre ma Téléportation à Rina.

“Si possible, accepte une quête dont personne ne veut. Pour faire connaître mon être, il est préférable d’accomplir des quêtes de la plus grande difficulté. Tu peux en choisir une, ou peut-être même deux.”

“Je comprends !”

“Aussi, je dois te demander de garder cela secret. Si tout le monde découvrait que j’ai accepté des quêtes humaines, les choses tourneraient mal. Tu es la seule à qui je puisse demander de faire cela. Tu es la seule à connaître mon secret.”

“… Puis-je considérer que vous dépendez de moi ?”

“Bien sûr.”

Les traits de Rina brillent comme le soleil.

“Je ferai de mon mieux ! Je trouverai une quête extraordinaire !”

“Bien. J’ai de grandes attentes envers toi.”

Pendant ce temps, dans la chambre d’Anri…

“Uuuugh… Dire que Yuuto-sama préfère compter sur Rina-sama plutôt que sur moi… ! Je me rends compte que c’est inévitable, c’est sa soeur chérie après tout, mais quand même… ! Oh, je suis tellement jalouse d’elle… Je veux être la petite soeur de Yuuto-sama… !”

Avec la poupée de Yuuto grandeur nature qu’il avait créée il n’y a pas si longtemps, prise dans son étreinte, Anri se roula de long en large sur le lit

“Hah ! Mais une petite soeur ne pourrait pas l’épouser – oh, qu’est-ce que je pense ?! Penser que quelqu’un d’aussi humble que moi puisse même penser à épouser Yuuto-sama, quelle impudence ! Mais si Yuuto-sama le permettait, alors je… ! Kyaaaah, Yuuto-samaaaa !”

Une voix des plus bizarres s’échappa des profondeurs de la chambre d’Anri, et les épaules des démons surpris qui patrouillaient dans les environs commencèrent violemment à trembler.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *