HP9999999999 – Chapitre 30

“Ignorez le Grand Roi ! Concentrez-vous sur la capture de la femme ! Peu importe si vous la maltraitez un peu, mais ne la tuez pas !

“WHOOOOOOOOOOOOARGH !”

Les petits anges plongent simultanément vers Anri, leurs épées à la main.

“Wow, je ne pensais pas que tu serais aussi populaire, Anri. Je dois admettre que tu me rends jalouse !”

“Fais-moi une faveur, Peta, et ne dis pas de bêtises.”

“Oh, Anri se fâche contre moi. Très bien alors, j’y vais en première !”

Peta fait un pas en avant, le moral au plus haut.

“Incantation : Pierre-Papier-Ciseaux !”

Le groupe d’anges s’arrête soudainement, comme si le temps s’était arrêté autour d’eux.

“Qu’est-ce que… ?!”

“Mon bras… Il bouge tout seul !”

Le sort que Peta leur avait jeté les oblige maintenant à lever les bras contre leur volonté.

“C’est parti ! La pierre passe en premier ! Pierre-papier-ciseaux !”

La main de Peta forme un rocher. Les anges eux-mêmes diffèrent dans leurs actions, certains jouent à la pierre tandis que d’autres distribuent du papier ou des ciseaux.

“Qu’est-ce… qu’est-ce que c’est… ? GUAAAARGH !”

“Que quelqu’un me sauve !”

Les anges qui avaient opté pour les ciseaux commencent à s’effriter en poussière, les uns après les autres.

“Vous voyez ça ? C’est mon sort “Pierre-Papier-Ciseaux” ! Il force les autres à m’affronter dans un ronde de pierre-papier-ciseaux, et tous ceux qui perdent sont anéantis ! Qu’est-ce que vous en pensez, Yuuto-sama ?!”

“…C’est un sacré sort, je dois dire.”

“Yaay ! Yuuto-sama m’a encore loué !”

Peta se réjouit, son caractère est toujours aussi innocent. Mourir à cause d’un jeu de pierre-papier-ciseaux ? Ça, c’est terrifiant. Je commence à comprendre pourquoi elle est si douée pour le jeu lui-même.

“Ok, on va faire un autre tour ! Combien pensez-vous qu’il y en aura ? La pierre passe en premier ! Pierre-papier-ciseaux !”

“WAAAAARGH !”

“GYAAAAAAAH !”

Le sort s’applique une seconde fois et tous ceux qui se trouvent du côté des perdants sont éradiqués.

“Je crois que je vais en rester là. Kay, Anri ! Tu peux t’occuper des autres !”

“Bien sûr. Si vous voulez bien, Yuuto-sama, gardez vos yeux sur moi.”

Anri prend le relais et s’avance. Alors que le sort de Peta avait laissé leur nombre diminuer de façon non négligeable, une bonne moitié d’entre eux sont toujours parmi les vivants.

“N-Ne vous repliez pas ! Nous leur montrerons ce dont nous sommes vraiment capables, nous les anges !”

“WOAAAAAAAAARGH !”

Les anges se remettent en action, leurs voix s’élèvent, et plongent sur notre chemin. Anri se permet un sourire audacieux.

“Incantation” : Suicide forcé !”

À ce moment, un groupe important d’anges cesse de bouger. Ils prennent alors leurs propres épées, guidant la pointe de leurs lames vers eux.

“Mon bras… Il bouge à nouveau tout seul… AAAAAARGH !”

“Non… Ça ne peut pas arriver… GYAAAAAAAARGH !”

Pour chaque ange qui s’empale sur sa propre arme, un autre suit, un ange s’effritant après l’autre.

“Mon sort de suicide forcé pousse les autres à s’enlever la vie, comme le nom l’indique. Malheureusement, son utilisation est limitée. Il n’affectera que ceux dont le niveau est inférieur à trois cents.”

Il ne reste guère plus de cent anges à ce stade. Si je devais parier, je dirais que ce sont ceux qui ont un niveau supérieur à trois cents.

“Vous avez entendu ? ! Ce sort ne marche pas sur les personnes qui ont dépassé le niveau trois cents ! Il ne marchera pas contre nous !”

“Il n’y a plus rien à craindre maintenant ! Chargez !”

Les anges les plus courageux qui sont arrivés jusqu’ici se dirigent droit vers nous.

“Il ne reste qu’un maigre dixième d’entre vous en vie, et vous souhaitez toujours exercer vos fonctions. Rien que pour cela, je vous ferai mes éloges. Cependant…”

Anri sourit à nouveau, tout aussi audacieux qu’avant.

“Incantation : Urgent Suicide !”

“Je ne peux plus faire ça… Je ne peux pas aller plus loin…”

“Je veux mourir…”

L’humeur des anges tourne soudain au désespoir. Je me souviens d’un groupe de salariés qui ont été licenciés par leur entreprise.

“Anri, dis-moi. Qu’est-ce que tu leur as fait ?”

Elle fait un sourire étrange et tremblant quand je lui demande cela.

“Ils ont tous été exposés avec force à toutes les formes de désespoir, et en même temps. Ils ont maintenant l’impression d’avoir été rejetés par leurs amants, comme si tous leurs proches étaient morts et partis, comme s’ils avaient été renvoyés de leur travail, et comme s’ils avaient accumulé une dette déraisonnablement énorme, tout cela en même temps.”

Sérieusement ? C’est bien pire que le simple fait d’être licencié.

“Allons donc. Vous en avez sûrement assez de la vie à ce stade. Pourquoi ne pas vous accorder un peu de répit ?”

“Elle a raison…”

“Je suppose que je vais juste mourir…”

Pressés par l’insistance d’Anri, les anges restants s’éteignent rapidement.

“Qu’en as-tu pensé, Yuuto-sama ?”

“… Eh bien, les sorts te conviennent certainement, Anri. Tu as bien fait.”

“Oh, vos paroles sont gâchées sur moi !”

Je frissonne sous le poids de mes propres mots. Il ne m’avait jamais traversé l’esprit jusqu’à présent, pas une seule fois, qu’Anri ou même les autres auraient des sorts aussi macabres en leur possession. Attendez, cela ne signifie-t-il pas qu’ils peuvent tout aussi bien tuer l’humanité si je n’étais pas là ?

” Vilains sorts comme toujours, Anri ! ”

“Tu es la dernière personne dont je m’attends à entendre ça.”

Anri et Peta se montrent tous les deux totalement sereines. Je dois dire que j’étais un peu mal à l’aise. Même si je n’avais pas le pouvoir d’un ange inférieur à un niveau élevé, j’avais cru qu’une horde de mille personnes serait encore un peu trop pour elles. Cela montre à quel point il était idiot de s’inquiéter, vraiment. Pourtant, tuer chacun d’entre eux aurait pu être un peu exagéré…

Je lève les yeux vers le ciel, pour me rendre compte qu’un ange solitaire s’en est sorti vivant. Il tremble terriblement, et il est assez évident qu’il a perdu la dernière once de combativité qui lui restait.

“Mon Suicide Urgent” ne concerne que les personnes de moins de 600 LVL. Mais vous, vous n’en êtes même pas proche, n’est-ce pas ? Il y a une bonne raison pour laquelle je vous ai épargné, mon cher. Vous allez délivrer un message.”

Anri avait commencé à engager l’ange dans une conversation unilatérale.

“Dites ceci aux sept anges des étoiles. S’ils veulent me capturer vivant, ils devraient envoyer quelqu’un avec plus de force.”

“Hieh… HIIIIIEH… !”

L’ange s’enfuit plutôt que de partir.

Et c’est tout. Deux Démons de la Ruine ont encore combattu un millier d’anges de moindre importance, puis ont fermé les rideaux sur leur petit spectacle par une démonstration de force écrasante. Pour dire la vérité, je ne suis même pas sûr que je devrais appeler ce qui s’est passé une “bataille”.

“Hé, Yuuto-sama ! Qui avait les meilleurs sorts, moi ou Anri ?!”

“Les miens étaient meilleurs, évidemment.”

“Eh bien, je ne t’ai pas demandé, n’est-ce pas Anri ? ! Je demande à Yuuto-sama !”

“S’il vous plaît, votre sort “Pierre-Papier-Ciseaux” est miné par sa propre dépendance à la chance pure. Mon suicide forcé et mon urgence suicide, par contre, fonctionnent avec une certitude absolue. Par conséquent, il est logique que mes sorts soient supérieurs”.

“Mais il n’y a pas d’humour dans tes sorts, Anri ! Tu devrais vraiment prendre note de mon carnet !”

“Alors maintenant, on en est réduit à se moquer de mes sorts, n’est-ce pas ? ! Il n’y a pas besoin de sorts humoristiques, bon sang !”

“Très bien, faisons une ronde et décidons qui a les meilleurs sorts !”

“… ? Mais on vient de jouer à pierre-papier-ciseaux ! On devrait régler ça avec un autre défi !”

“Oh, qu’est-ce qui ne va pas ? Tu as toujours peur de perdre totalement contre moi ?”

“Urgh… ! C-C’est pas ça, pas du tout ! Bien. Réglons ça par pierre-papier-ciseaux !”

“Ok, pas de retour en arrière ! Aussi, vous n’avez pas le droit de supplier pour un autre match à deux sur trois, compris ?”

“Je sais !”

Je soupire devant le spectacle. J’ai l’impression de voir deux enfants se mettre dans les cheveux l’un de l’autre.

“Bon, ça suffit, toutes les deux. Vous étiez merveilleuse, je vous assure. Il n’est pas nécessaire que l’une de vous soit supérieur à l’autre.”

“Yuuto-sama… !”

En attendant, je ne peux pas m’empêcher de penser que… s’il y a un moyen de mesurer la valeur de l’une ou l’autre, il ne serait certainement pas défini comme “merveilleux”, ou quelque chose qui s’en rapproche d’ailleurs.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *