HP9999999999 – Chapitre 32

Une autre journée s’est écoulée. Quelque part dans les terres humaines se trouvaient les représentants officiels de ses différents pays, tous réunis dans une même pièce par la convocation de Céal, l’un des Anges des Sept Étoiles. Pas un seul d’entre eux ne fut épargné par la surprise.

“Pourquoi Lady Ceal nous aurait-elle convoqués comme ça… ?”

“J’ai entendu dire que Lord Uriel est allé défier le Grand Roi, mais qu’il a été vaincu. On dit qu’il a été tué…”

“Quoi ?! Cela ne peut pas être vrai, sûrement !”

“Vous ne pensez pas qu’elle veut nous faire porter la responsabilité de cela, n’est-ce pas… ?!”

“C’est ridicule ! Pourquoi devrions-nous être tenus responsables de la mort de Lord Uriel ? !”

“Bien que cela me peine de le dire, il y a une part de vérité dans le fait que celui qui a demandé à ce que Lord Uriel batte le Grand Roi partage une part de la responsabilité. Si je me souviens bien, c’est vous qui avez demandé son aide.”

“Vous dites que je suis en faute ? ! Je vous ferai savoir que c’est Lord Uriel lui-même qui est venu me voir avec cette suggestion ! En aucun cas je ne l’ai cherché en premier ! Si vous êtes si disposé à rompre les ponts, alors pourquoi ne pas vous reprocher de ne pas avoir essayé de vous mettre en travers du chemin de Lord Uriel ? !”

“Comment osez-vous, mon bon monsieur ! Si vous voulez dire que nous sommes tous à blâmer pour quelque chose d’aussi insignifiant, alors épargnez-moi les plaisanteries !”

Pendant que les ministres se déchirent, cherchant qui mérite la faute, la porte s’ouvre, et Ceal entre dans la pièce. Les ministres cessèrent leurs altercations, se précipitant de leurs sièges pour s’agenouiller sur le sol.

“Dame Ceal. Nous vous remercions d’avoir fait le long voyage du Sanctuaire céleste jusqu’à -”

“Pas besoin de formalités inutiles. Retournez tous à vos sièges.”

Toutes les personnes présentes ont obéi à ses paroles, se remontant maladroitement à leur place.

“Est-il donc vrai que vous nous avez convoqués ici pour discuter de l’affaire de Lord Uriel… ?”

Ceal répondit à la question craintive du ministre en secouant la tête.

“Aussi tragique que fut sa mort, il y a peu de choses que le souvenir apportera. Surtout maintenant. Non, je vous ai fait venir ici pour discuter d’un autre sujet.”

Les ministres ont donné un regard collectif de soulagement.

“Je vous assure que ce sera de la plus haute importance pour vous. Vous feriez bien d’écouter attentivement.”

Un silence complet a dominé la salle. Après avoir laissé le silence régner un peu, Ceal a ouvert la bouche.

“Nous, les sept anges des étoiles, allons bientôt commencer à chasser les âmes humaines.”

Les paroles de Ceal ont fait frissonner les officiels réunis.

“La chasse aux âmes humaines… qu’est-ce que ça veut dire, exactement… ?”

“Précisément ce que ça veut dire. Je vais cependant rester bref. Les Sept Anges des étoiles vont, de nos propres mains, extraire les âmes des êtres humains. Nous allons les rassembler, les compiler. Nous avons l’intention de rassembler un minimum de mille âmes.”

“Vous n’êtes pas sérieux !”

Tous les ministres sont partis de leur siège avec les yeux écarquillés.

“Si nous voulons vraiment vaincre le Grand Roi, alors nous n’avons pas d’autre choix que de libérer le sceau de la Porte de la Bête Légendaire. Je crois que certains d’entre vous le savent déjà, mais pour ce faire, il faudra sacrifier un millier d’âmes.”

“Vous devez pardonner mon impudence, mais Dame Cael, s’il vous plaît ! Sept Anges ou pas, nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ce… !”

Le front de Ceal se plissa, et les épaules des fonctionnaires commencèrent à trembler.

“Qui est-ce, je vous le demande, par quelle vertu les humains ont-ils vécu en paix pendant si longtemps ? Si nous, les anges, n’avions pas été là pour vous soutenir, aussi frêle que soit votre espèce, la première vague de démons vous aurait éradiqués. N’êtes-vous pas d’accord ?”

“C-C’est peut-être vrai, mais… !”

“Laissez-moi vous rappeler que même si votre espèce devenait la proie du Grand Roi, nous, les anges, n’en serions pas plus mal lotis. Laissez-moi vous rappeler que nous avons le choix de vous laisser vous débrouiller seuls. Ecoutez-moi bien quand je vous dis que nous offrons de sauver votre espèce, même s’il faudra pour cela un sacrifice relativement petit. Je ne vous demanderai pas de nous remercier pour cela, mais avez-vous vraiment des raisons de vous opposer à cela ?

“…!”

Les ministres ont gardé le silence. Aucun d’entre eux ne savait comment réagir à cela.

“Je dois, bien sûr, vous demander de coopérer. C’est pourquoi je vous ai tous convoqués ici.”

“Nous devons coopérer… ?”

“Vous devez, tout d’abord, permettre à la chasse de continuer. De plus, vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour éviter que cette affaire ne soit rendue publique. Ce ne sont là que les deux choses que je vous demande de faire.”

Les ministres ont échangé des regards perplexes.

“Vous détenez une autorité importante dans le domaine des humains, n’est-ce pas ? Cela ne devrait pas vous paraître impossible. Cela aidera notre collection à se dérouler sans problème.”

“…Nous, nous comprenons.”

Un seul d’entre eux avait parlé. Les autres ont hoché la tête, mais leurs mouvements n’étaient pas très vivants.

“Très bien. Alors permettez-moi de prendre congé.”

Tous convaincus et de son côté, Ceal sortit de la pièce avec un air galant.

Après avoir terminé son voyage sur les terres humaines elle partie vers le Sanctuaire céleste, elle ne perdit pas de temps et se dirigea vers le Fort Lumineux. Là, elle appela à la nouvelle assemblée de Gabri, Micha et Raphae.

“Cela s’est passé bien plus vite que je ne l’aurais cru, Ceal. Et alors ? Comment ça s’est passé, hein ?”

“Les négociations ont été fructueuses. Nous allons bientôt partir sur les terres des hommes et commencer notre chasse aux âmes.”

“Voilà ce que j’appelle un sacré bon chef ! Kukuh, je ne me suis pas autant amusé depuis des lustres… !”

Le corps de Gabri tremblait avec la même anticipation qu’un enfant peut avoir face à une excursion.

“Gabri. Je le dirai aussi souvent que je le dois, mais gardez à l’esprit que ce n’est pas un jeu. N’oublie pas que tu es un ange des sept étoiles.”

“Ouais, ouais, j’ai compris ! Ce n’est pas comme si on faisait ça parce qu’on a le choix, non ? On fait ça pour vaincre le Grand Roi, non ? Je vous le dis, mon coeur va souffrir quand je vais effectué ce travail !”

“…je vous crois sur parole, alors.”

Les yeux de Ceal s’égarent vers Micha, qui était toujours préoccupée par le fait de grignoter ses bonbons.

“Micha. Tu dois te joindre à nous.”

“…’kay.”

Micha se leva de son siège, les friandises toujours à portée de main. Ses yeux scintillaient comme des étoiles.

“Il y a des tonnes de sucreries dans les terres humaines. Je les attends avec impatience.

“…As-tu au moins entendu un mot de ce que j’ai dit ? Nous n’allons pas là-bas pour jouer.”

“Je sais. Je vais faire mon travail, je te le promets.”

Ceal a poussé un soupir de mécontentement, puis a tourné son attention vers Raphae, qui n’avait pas levé les yeux du sol.

“Raphae. Tu vas monter la garde ici.”

“Hein… ?”

La tête de Raphae s’est levée par surprise.

“Recueillir un millier d’âmes prendra un certain temps, je crois. Nous ne pouvons pas quitter le Fort Lumineux. Cela signifierait des ennuis. De plus, vous avez un coeur trop doux pour voler l’âme de mille hommes.”

“…je suis désolé.”

La voix de Raphaé le laissait frêle et minuscule.

“Tu n’as pas à t’apitoyer sur ton sort. Ta gentillesse est un point en ta faveur.”

“De la gentillesse, pour de vrai ? Tu es sûr que tu ne voulais pas dire “faiblesse” ?”

“Tiens ta langue, Gabri.”

“Kukuh. Tu aimes vraiment gâter ce gamin, Ceal. Mais tu sais quoi, oublie ça. Quand est-ce que tu vas utiliser ce sort spécial sur nous, hein ?”

“Pas besoin de me le rappeler. Je sais déjà ce qu’il faut faire. Gabri, Micha. Mettez-vous devant moi.”

Gabri et Micha se sont tous deux déplacés pour se mettre devant elle. Ceal a tendu sa main droite vers l’avant et a fermé les yeux.

“Incantation : Pouvoir partagé.”

Instantanément, un coquillage s’est formé autour de Micha et Gabri, de couleur violette. Une fois qu’elle a disparu, Ceal lui a ouvert les yeux une fois de plus.

“…Cela devrait vous permettre à tous les deux d’utiliser mon sort d’Absorption d’âme. Vous pouvez l’utiliser sur les humains pour récolter leurs âmes. Mais je vous préviens, Gabri, n’utilisez pas ce sort là où beaucoup peuvent voir.”

“Oh, allez ! Pourquoi tu viens de me fixer du regard ?! Dis ça à Micha aussi !”

“Tu es le moins digne de confiance ici. Les ministres ont offert leur aide et feront tout leur possible pour garder le secret, mais si, par malchance, la nouvelle se répand de notre pratique, les choses s’aggraveraient beaucoup trop.”

“Tch. J’ai compris, d’accord ?”

La langue de Gabri s’est mise à claquer, signe de son mécontentement.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *