HP9999999999 – Chapitre 7

Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! Qu’est-ce qui vient de se passer ?!”

En réalisant enfin que je n’avais pas subi le moindre dégât, le bandit qui m’avait lancé son arme est devenu pâle. J’utilise ma main droite pour le saisir par ses habits et le hisser avant de le jeter sur le côté avec insouciance.

“Ah…”

Ce faisant, je semble l’avoir lancé vers le bout de l’horizon et dans le ciel, le faisant naviguer dans les airs à la vitesse d’un avion à réaction. Au loin, il se transforme en une belle étoile scintillante. Bon sang, j’ai utilisé beaucoup trop de puissance pour ce lancer…

“Mais qu’est-ce qu’il… ?!”

“Qui est ce type… ?!”

Visiblement perturbés, les bandits s’éloignent tous de quelques pas. Je profite de l’ouverture créée par leur hésitation, et…

“Les villageois, écoutez-moi ! Rassemblez-vous derrière moi si vous ne voulez pas mourir !”

Je les appelle d’une voix forte, et les villageois prennent mes mots à cœur alors qu’ils forment un groupe bruyant derrière moi, leur esprit encore en désordre.

“Incantation : Barrière absolue !”

Une énorme barrière est érigée entre moi et les villageois. C’est une barrière ultime, que ni les attaques physiques ni les sortilèges ne peuvent franchir. Cela devrait suffire à empêcher les villageois de devenir la cible de ces bandits, et toute crainte que ce dernier ne soient impliqués dans cette affaire est ainsi dissipée.

“Alors, mes chers bandits, que se passe-t-il ? Cet étalage vous terrifie-t-il ?”

Une fois de plus, je me retrouve face à face avec la meute de bandits.

“M-Mec ! Attaquez-le ensemble !”

L’un des bandits – leur chef, semble-t-il – donne ses ordres. Tous ensemble, les bandits élèvent la voix et lancent un cri de guerre collectif alors qu’ils se précipitent vers moi et brandissent leurs armes. Me sentant un peu téméraire, je ne fais pas un seul pas de là où je me trouve et j’accepte le poids de chaque attaque qu’ils me lancent. Suite à leurs attaques, un grand nombre de flèches tombent d’en haut sur mon corps. Je ne subis toujours aucun dommage, comme avant.

“Un tel gaspillage… Peu importe combien vous essayez de le multiplier, un zéro restera toujours un zéro. N’avez-vous pas appris cela quand vous étiez enfants ?”

J’essaie d’ajouter une certaine dose de ridicule à mon ton. Les expressions des bandits se transforment en pur choc.

“Pourquoi nos attaques n’ont pas fonctionné… ?!”

“Ne vous avisez pas d’avoir les genoux à terre ! Ce bâtard utilise juste une sorte de magie qui annule les attaques physiques ! Quelqu’un a juste a l’attaquer avec un sort !”

“Il est temps pour moi de briller ! Canon de désastre !”

Un des bandits me fait face et tire un rayon violet. Oh, donc même les humains de ce monde peuvent faire de la magie. Je ne m’attendais pas à les voir utiliser le même sort que moi. Mais quand même…

BOOM !

Le faisceau se connecte à mon corps pour faire un coup direct, faisant tourbillonner un nuage de poussière autour de moi comme il le fait.

“Ha… Hahahahahaha… ! Tu vois, je t’avais dit que les sorts marcheraient ! Maintenant, vous tous, chargez -“

“Marcher ? Vos yeux ne semblent pas fonctionner correctement, n’est-ce pas ? Quelque chose de ce calibre n’est même pas suffisant pour me faire un massage.”

J’utilise ma main droite pour éloigner le nuage de poussière et de débris. Les bandits me regardent dans un silence étonnant. On dirait que je ne m’étais pas trompé dans ma première hypothèse ; sa magie n’est rien comparée à la mienne.

HP : 9,999,999,999 / 9,999,999,999

Toujours pas de dégâts, hein… ? Est-ce que ça ne fait pas de mon HP un peu plus qu’une décoration ? J’étais curieux et je voulais faire l’expérience de ce que ça fait de perdre des HP, mais on dirait que ça ne mène nulle part.

“Mais je dois dire, quelle heureuse coïncidence. Il se trouve que je connais ce même sort. Pourquoi ne pas me laisser vous apprendre comment faire ?”

Je guide silencieusement mon doigt pour pointer le bandit.

“Canon du désastre !”

BOOOOOOOOOOOOOOM !!!

“Uwaaaah !”

“Gyaaah !”

Le rayon violet qui jaillit du bout de mon doigt se connecte et crée une grande explosion, envoyant tous les bandits en roue libre dans l’air. Inutile de dire que malgré l’effet, j’ai veillé à réprimer mon propre pouvoir encore plus que la dernière fois que j’avais utilisé ce sort. Après tout, si je ne m’y prends pas avec autant de délicatesse que possible, je risque de finir par détruire les maisons des villageois en même temps que les bandits.

“Malgré les apparences, il se trouve que je suis assez sympathique aux humains… Normalement, je ne ferais jamais rien pour faire couler le sang parmi eux. Pour les brutes comme vous, en revanche, je suis prêt à faire une exception.”

Lentement mais sûrement, je me rapproche des bandits rampants.

“Permettez-moi de jouer le divin bienfaiteur et de vous juger pour vos folies.”

“Ne bougez pas ! Vous vous fichez qu’ils soient blessés !”

Loin derrière leurs rangs se trouve un groupe de jeunes femmes. Un bandit solitaire dirige son épée vers le groupe et fait quelques gestes de coups de poignard.

Hein ? Tous les villageois ne sont-ils pas censés être derrière moi en ce moment… ?

Oh, c’est vrai. Je me souviens avoir entendu quelque chose à propos de rassembler toutes les femmes qui semblaient pouvoir rapporter de l’argent. Cela signifie que ce sont ces filles que lui et les bandits ont rassemblées. Si mon canon de catastrophe avait été un tant soit peu dévié de sa trajectoire, elles auraient probablement été touchées par l’explosion elles aussi.

“Dégoûtant… Alors il ne vous reste plus qu’à prendre quelques otages, n’est-ce pas ?”

Mes mots sont accompagnés d’un profond soupir. Professer mon empathie pour les humains s’était transformé en talon d’Achille.

“Regarde, ne t’avise pas de bouger maintenant, compris ? ! Si tu fais ne serait-ce qu’un pas -“

“Et puis quoi ?”

“…Hein ?”

En un clin d’œil, j’apparais derrière le bandit et je présente son crâne à mes articulations. Son corps prend l’impact et s’enfonce profondément dans le sol.

“Même si vous faites semblant d’être un bandit, vous devez apprendre à prendre un véritable otage.”

Je devrais probablement mentionner que je n’avais pas utilisé le sort de téléportation à ce moment-là. Avec un AGI de 99 999 (ndt : Agilité, si vous vous souvenez bien), il était facile de courir et de me positionner derrière le bandit. Cela dit, je me rends compte que pour un être humain normal, cela ne semble pas être autre chose qu’un sort de téléportation.

“Hiiieeeeeeeeeh !”

“C’est un monstre !”

“Retraite ! Retraite !”

Les bandits se dispersent et quittent le village comme un groupe d’araignées fraîchement écloses.

Eh bien, je pense que j’en ai fait plus qu’assez. Je suppose que j’ai eu amplement l’occasion de faire sauter tout le monde, mais je veux donner l’impression que le Grand Roi est “un type bien”, et c’est la raison pour laquelle je suis ici.  Tout travail supplémentaire de ma part aurait probablement l’effet inverse de celui que je voulais obtenir.

“Il n’y a plus de quoi s’inquiéter. Ce village a été sauvé.”

Je me retourne vers le groupe de villageois derrière moi et je laisse tomber la barrière absolue. Certains lancent des cris de pure joie, d’autres se trouvent tellement soulagés qu’ils ne peuvent retenir leurs larmes, et d’autres encore vont tenir les membres de leur famille dans leurs bras. Je dois dire que faire de bonnes actions vous fait vraiment sentir tout flou à l’intérieur.

“Merci d’avoir sauvé ce village. On ne pourra jamais assez vous remercier…”

Un vieil homme aux cheveux blancs s’approche de moi et baisse la tête. Il doit être le chef de ce village.

“Lève la tête. Je n’ai fait que ce qui devait être fait.”

En tant qu’ancien humain, je ne peux pas m’empêcher de penser que parler ainsi à un ancien est un peu grossier de ma part. Mais agir de manière formelle dans cette situation serait probablement encore plus déplacé…

“Je dois vous demander, qui êtes-vous au juste ? Vous n’avez pas l’air d’être humain…”

“Je suis le Grand Roi.”

Une fois ces mots sortis de ma bouche, tous les villageois se taisent. C’est comme s’ils étaient figés dans le temps.

Oh mon Dieu, qu’est-ce que c’est que cette humeur ? C’est moi, ou ces gens deviennent de plus en plus blancs… ?

“Le Grand Roi… ?!”

“C’est celui dont on dit qu’il règne sur tous les démons, le plus fort de la race ?!”

“On… On va se faire tuer… !”

Je ne vais pas vous tuer, d’où est-ce que ça vient ? ! Pourquoi pensez-vous que je vous ai sauvé en premier lieu ? !

“Nous vous donnerons tout ce que nous avons à offrir… Alors s’il vous plaît, épargnez-nous au moins la vie… !”

Même le chef du village devant moi semble penser que la fin des jours est proche, il tremble comme une feuille alors qu’il se tient là. Mais pour qui me prend-il ?

“Vous vous trompez tous. Je ne suis pas venu dans ce village pour ça.”

“Alors qu’est-ce que vous pourriez… ?”

“Eh bien, pour dire les choses simplement… Je suis vraiment venu ici pour rehausser mon image.”

“… ‘améliorer’ votre ‘image’ ?”

Les villageois ont l’air complètement confus.

“Ce monde, dans son ensemble… est rempli de gens qui considèrent le Grand Roi comme la source de tous les maux. Mais ce n’est pas la vérité. Je suis un allié de la justice, un être qui vous apportera à tous joie et bien-être.”

Je leur donne à tous un coup de pouce.

Aucun des villageois ne réagit. Aucun d’entre eux. Je ressens de la gêne qui s’empare de moi alors que mon corps tout entier se réchauffe…

Qu’est-ce que je peux bien dire… ?

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *