Infinite Competitive Dungeon Society – Chapitre 240

Même après avoir attendu pendant un moment, aucune autre voix n’avait retenti. La dernière fois que j’avais vaincu un ennemi de monde, la réponse avait été bien plus chaotique. Cette fois-ci, cependant, m’avait fait douter que nous avions réussi à vaincre un ennemi de monde. Mais le pouvoir que je tenais entre mes mains était sans doute possible un pouvoir de monde.

J’avais alors demandé à Lin.

« Lin, on a vaincu un ennemi de monde… Il n’y a rien de plus ? »

« Ne sois pas stupide. D’où viennent les récompenses ? »

« C’est évident, elles viennent du don… Ah ! »

La raison pour laquelle nous étions là était pour faire en sorte que le donjon refonctionne ! Bien sûr qu’il n’y avait pas de récompenses ! A ce moment, le visage de Sipua s’était illuminé alors qu’elle se jetait vers moi.

« Maître, si ce sont des stats ou des points, je peux vous en donner ! »

« Ferme-la, Sipua. Ne gaspille pas plus de ton pouvoir ! »

« Ne m’interromps pas lorsque je parle au Maître, Lin ! »

« Sipua, ferme-là. »

« Oui ! »

Je commençais à entrapercevoir comment fonctionnait le donjon. Une fois que Sipua s’était calmée, Lin l’avait regardé avec un regard à la fois haineux, nostalgique, et avec de ma pitié et une pointe d’horreur.

« Bien que Sipua soit faible, réussir à la rendre comme ça… Qu’es-tu ? »

« Je me pose la même question. »

« …Ça lui servira de leçon. »

Daisy avait regardé Sipua uniquement avec dédain alors qu’elle s’approchait de moi.

« Merci, Kang Shin. Ta promesse, tu l’as tenue. Rapidement. »

« Je ne suis pas celui qui a tué l’ennemi de monde. C’était Lin. Si tu veux remercier quelqu’un, remercie-le. »

« Dragon Cornu, bien joué. »

« Pourquoi est-ce que tu le remercie sincèrement et tu me traites comme un caniche qui a fait un tour ?! »

J’y pensais depuis un moment, mais ce pouvait-il que Daisy voit Lin comme une sorte d’animal de compagnie… ? Peut-être qu’elle aimait juste sa corne. Apparemment il faudrait que j’avertisse Lin de faire attention à ce que sa corne ne se fasse pas couper dans son sommeil.

« Retrouvé espoir… Même si, avant que ces faibles ne grandissent, ça va prendre du temps. »

« Désolé. Tellement de personnes sont mortes à cause de nous… »

« Ce n’est pas ta faute, Kang Shin. Personne ne se serait attendu… C’est ma faute, d’avoir cru trop dans un humain. »

Après quoi, elle avait semblé réfléchir un moment avant de secouer la tête et de dire.

« Mais Kang Shin différent. J’ai confiance en toi. »

« Ouais, merci. »

« N’as pas le cerveau suffisant, pour tromper les gens… »

« C’est trop méchant ! Je ne suis pas stupide au moins ! »

Daisy avait rigolé face à ma réaction avant de dire.

« Tu m’aimes bien, donc tu n’essayes pas, de me tromper. »

« Je ne suis pas sûr de ce que tu entends pas ‘aime bien’… Tu sais que ce que j’ai dit plus tôt était au sens figuré, hein ? »

« Kang Shin cache son embarras, ennuyant mais un peu mignon. »

« Donc tu veux vraiment que ça reste un qui pro quo, hein ? »

Après quoi, je m’étais juré de lui faire entendre raison plus tard. Pour le moment, il y avait quelque chose d’autre que j’avais besoin de faire. J’avais tendu la sphère blanche de lumière qui se trouvait au-dessus de la paume de ma main vers elle.

« Il est temps de tenir ma promesse. Daisy, je vais faire de toi un Héros. Tu es prête ? »

« Depuis 90 ans, lorsque j’ai été choisi, pour être candidate au poste de Héros, je suis prête. »

« Je le savais déjà mais tu es vieille, mami-Kahak ! »

J’avais failli absorber le pouvoir du monde par accident. Daisy avait frôlé mon menton avec son pied en me regardant méchamment.

« Je suis, une jeune fille, dans la fleur de l’âge. Excuse-toi, pour ta remarque vulgaire. »

« Désolé… »

Tout d’abord, j’avais fait de Daisy un Héros. Voyant ça arriver, Lin avait souri amèrement.

« Tu es plutôt doué pour manipuler ce pouvoir. Manipuler un pouvoir de monde étranger aussi facilement et le transmettre à quelqu’un avec autant de tact, c’est presque comme si je regardais le Héros Sauveur… »

« Le Héros Sauveur ? »

« Rentrons. Nous ne pouvons pas laisser le donjon dans cet état plus longtemps. »

Héros Sauveur, c’était un de mes titres. Est-ce que Lin savait quelque chose à ce propos ? Il ne semblait pas vouloir en dire plus et s’était retourné en silence.

Dans le souterrain silencieux et sombre, les seules personnes restantes étaient moi, Lin, Daisy, Sipua et le corps sans tête de l’ennemi de… Hey !

« Bon matériaux de mort-vivant… Bon rival pour Laki. »

« Hey ! »

« Très très bon matériaux. »

« Même, c’était ton ennemi de monde… Tu veux vraiment prendre le contrôle de quelqu’un comme lui ? »

Lorsque j’avais demandé ça à Daisy sur un ton choqué, elle m’avait regardé comme si j’étais fou.

« Les cadavres… N’ont pas de péchés. Tous les corps, sont des bons corps. »

« Ne dis pas ça comme si c’était une vérité profonde du grand Dao ! »

Après quoi, la recherche de Sipua avait fini et tous ceux qui avaient été déployés sur le continent de Sylon étaient retournés dans le donjon. Bien que court, cet évènement resterait un moment incroyable dans les souvenirs des participants.

Pour avoir aidé à retrouver un maître de guilde administrative, Revival était devenue une guilde de rang A et Daisy et moi allions tous deux recevoir un accessoire de qualité supérieure comme récompense pour compenser la récompense de l’ennemi de monde qui n’était pas tombée. Il serait à hauteur de la défaite d’un ennemi de monde et de la récupération d’un maître de guilde administrative. Il me tardait vraiment d’avoir cet accessoire, mais…

« Pourquoi est-ce que je dois me taper tout le boulot alors que je me suis cassé le cul aussi dans cette histoire ?! »

« C’est évidemment parce que tu n’as pas ramené immédiatement Sipua après l’avoir trouvée ! Parce que tu as fait preuve de pitié envers Sipua, tu sais combien de mondes tu as mis en danger ?! Deux d’entre eux ont failli s’effondrer ! »

De plus, c’était la première fois que je voyais Loretta aussi furieuse.

« Dès que Sipua a quitté le donjon, elle est devenue notre ennemie ! Elle a été notre alliée pendant 2500 ans ?! Tu as eu pitié d’elle ?! Elle a piétiné toutes ces années qu’elle a passé avec nous ! Lin, comment as-tu peu faire quelque chose d’aussi stupide ?! »

« N-Non, maîîîître… Tu vois… »

« Et ça vous a même mené dans les griffes d’un ennemi de monde ?! C’est une chance que ça se soit bien passé, mais qu’est-ce que tu aurais fait s’il était arrivé quelque chose à Shin ?! Dis-moi ! »

Elle était si effrayante que j’avais envie de prendre mes jambes à mon cou. Cependant, je ne pouvais pas m’enfuir puisqu’alors qu’elle hurlait sur Lin, elle me tenait fermement dans ses bras. Kuk, j’avais en même temps envie de m’enfuir, et d’un autre côté, sa fragrance et la façon dont son corps se collait au mien, mon souffle… mon souffle… !

« Si je pouvais, Lin, avec mes propres mains… ! »

« E-effrayante ! Maître, ton expression est vraiment effrayante ! »

C’était la première fois que je voyais Lin aussi horrifié ! Je me demandais vraiment quel genre de tête faisait Loretta… Mais je sentais que je le regretterais jusqu’à la fin de mes jours si je regardais, donc j’avais gentiment abandonné tout espoir de sortir de son embrasse en me laissant faire.

« J’étais si inquiète… Pour toi aussi, Lin ! Comment peux-tu être aussi immature ? Tu n’as pas dit que tu avais failli mourir ?! Qu’est-ce que Loka aurait fait tout seule ?! »

« Non, elle a un enfant maintenant, donc elle n’aurait pas été s…Désolé !!! » Avait-il fini par crier en mettant son visage sur le sol pour s’excuser. Cependant Loretta ne semblait pas satisfaite.

« Tu devrais savoir plus que quiconque que tu ne devrais jamais baisser ta garder face à un ennemi de monde ! Même moi, je dois être très prudente. Je t’ai dit de nombreuses fois de protéger Shin et pourtant vous vous retrouvez tous les deux à combattre un ennemi de monde ? Et tu oses revenir en te sentant fier ? Hm ? Tu veux que je te félicite ? »

« Kang Shin a été   vraiment uti… Épargne-moi, maître ! »

« Loretta, je ne… peux plus… respirer… »

« O-Oh, désolé Shin. Je me suis un peu emportée… »

Je ne pensais pas que quiconque appellerait ça ‘un peu emportée’ mais j’avais décidé de ne rien dire. Elle m’avait légèrement relâché en prononçant ses mots avant de me resserrer de plus belle par devant.

« J’étais tellement inquiète… ! Dieu merci tu vas bien, dieu merci… »

« Je suis désolé de t’avoir inquiété, Loretta. »

« Tu es revenu vivant, donc tout va bien. Si quelque chose venait à t’arriver… Je pourrais me retrouver à prendre une décision qui ne me permettrait plus de juger Sipua… »

Alors qu’elle avait dit ça, son expression était devenue étrange. Presque comme si elle avait découvert quelque chose, son visage avait pâlit. Puis, elle m’avait lâché. Alors que j’essayais de me remettre de ce câlin intense et de sa fragrance qui s’éloignait de moi, elle avait mis une main sur son front avant de soupirer et de cracher quelque chose enfouie profondément dans son cœur.

« Pendant… Pendant longtemps, nous avons maintenu le donjon comme ça. Pendant longtemps… Oui, un très long moment. Quelque chose comme ça était forcé d’arriver. »

« N’aurait-il pas été possible de l’empêcher ? »

« Est-ce que tous les maîtres de guildes administratives devraient être mis dans des cercueils ? Si nous étions scellés avec le pouvoir du Seigneur, nous n’aurions pas à nous inquiéter que quelque chose comme ça arrive à nouveau. »

« Désolé, Loretta. Je ne voulais pas dire ça. »

A mes mots, elle avait secoué la tête.

« Pour nous, le pouvoir du donjon qui est en nous ne peux pas être détaché à moins que l’on meurt. Pour maintenir le donjon, nous devons rester dedans. Incapable de résister au stress construit sur de nombreuses années, deux maîtres de guilde administrative ont déjà abandonné leur position à d’autres… »

« Attends, tu veux dire… »

« Ils se sont suicidés. »

J’avais arrêté de respirer. Alors que j’étais figé, Loretta avait continué.

« Le poids du temps qui passe les avait étranglés. Il n’y avait plus rien qui les stimulé.  Les choses semblaient trop dangereuses, et un par un, nous avons commencé à recevoir les positions que le pouvoir du Seigneur maintenait. C’était vraiment un moment de grâce. De plus en plus de personnes étaient en demande du pouvoir du donjon, et peu importait à quel point elle était puissante, elle avait une limite. Nous avons décidé de rentrer en contact avec les Explorateurs de donjon, et à travers eux, nous avons trouvé un nouveau sens à la vie. Cependant, cela a créé un nouveau problème. »

« Un problème similaire à ce qui s’est passé avec Sipua… »

« Oui. Je t’ai dit quelque chose de similaire s’était déjà produit, non ? La personne qui avait causé ça en premier était le maître de la guilde administrative de Vallée Perdue. Il était tombé amoureux d’une Exploratrice. Pour la sauver et sauver son monde, il a concentré trop du pouvoir du donjon en elle. »

Le maître de guilde de Vallée Perdue, je l’avais déjà rencontrée. Et elle…

« Elle est devenue très puissante et a réussi à vaincre son ennemi de monde. Mais à cause de la trop grande quantité de pouvoir du donjon en elle, le donjon avait atteint un point où il ne pouvait plus fonctionner. L’ancien maître de guilde avait alors tenté de s’échapper avec elle dans son monde pour qu’ils puissent vivre ensemble. »

« Loretta, attends… »

« Eleine l’a tué. » Avait-elle continué sans s’arrêter.

« Elle a alors remis les choses en ordre dans le donjon et est devenue le nouveau maître de guilde de Vallée Perdue. Un pouvoir capable de l’aider à protéger son monde, elle était persuadée que les autres mondes en auraient besoin aussi. »

« Pour ça, elle a tué son amant… »

« Leur relation était plus un amour à sens unique. De plus, Eleine a une volonté de fer, bien qu’on ne dirait pas en la voyant comme ça. »

« Elle ressemble à une fille qui aime juste s’amuser à droite à gauche. »

« Ce n’est pas mauvais non plus. Je ne te l’ai pas dit ? Elle est complètement à fond sur Lin en ce moment, donc elle n’arrête pas de le chasser, mais par le passé c’était pire. Elle n’est pas le genre de fille à tomber profondément amoureuse. Pour être honnête, la personnalité d’Eleine est parfaite pour être maître de guilde administrative. »

L’explication principale était venue après.

« Après cet incident, tous les membres des guildes administratives, incluant les maîtres de guilde, ont commencé à utiliser des marionnettes à la place de leurs vrais corps. Bien que la possibilité de communiquer avec les Explorateurs était une bonne chose pour tout le monde, on s’est rendu compte qu’elle ne fallait pas que nous soyons trop affectés par ces rencontres. Seuls quelques rares exceptions ont été exempté de cette règle. Comme par exemple Eladel et Maladel. »

« Mais même ainsi, personne n’aurait pu empêcher Sipua de tomber amoureuse. »

« Il n’existe pas de solution parfaite… Tout comme moi, qui n’ai été en contact avec toi qu’à travers une marionnette, ait fini par tomber amoureuse de toi. »

Loretta avait soupiré à nouveau.

« Avoir des sentiments pour ou contre des Explorateurs n’est pas encouragé. Avec cet incident, tu peux voir où ça peut finir. Mais même ainsi, je… »

« Loretta… »

« S’il te plaît, Shin, reste toujours tel que tu es… Resplendissant, comme si tu étais… »

Elle avait avalé le reste de ses mots en secouant la tête.

« Non, n’y pense pas. Shin, tu devrais faire ce que tu veux faire. Je ne te mettrais plus la pression… C’est ainsi que ça devrait se passer. »

« … »

« Ce n’est pas grave s’il y a d’autres femmes. Je ne serais pas égoïste, donc… Si tu continus dans ta direction, je ne m’égarerais pas. Je ne deviendrais pas comme Sipua. Tout ira bien. »

J’avais silencieusement embrassé Loretta. Après quoi, Loretta, qui n’avait pas cessé de parler jusqu’à maintenant comme si elle avait été soûl, s’était calmée. Lin avait agrandi les yeux et Daisy avait couvert son visage avec ses mains alors que Sipua avait crié quelque chose avant de se faire taire par un coup de pied de Daisy.

Avec une expression hagarde, Loretta avait parlé.

« Shin… »

« Un jour… »

« Un jour… ? »

« Non, désolé. C’est un secret pour le moment. »

« Dans ce cas, jusqu’à ce que tu sois prêt à le dire, j’attendrais… »

Ce jour-là, je m’étais fixé un objectif apparemment impossible et imprédictible. C’était la seule solution. Maintenant que j’en étais venu à le découvrir, je ne pouvais plus l’empêcher. Je ne pouvais plus continuer à fuir indéfiniment.

« Oh au fait Loretta… Il y a quelque chose que je voulais te dire. »

« Oui ? »

« Loretta… Je t’aime. »

Ce jour-là était le jour où j’avais failli me faire violer sous les yeux de Lin. C’était effrayant.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *