Infinite Competitive Dungeon Society – Chapitre 253

Je savais parfaitement à quel point le paysage avait changé. C’était l’endroit où nous étions arrivés. La forme du continent avait changé, sans l’ombre d’un doute. En voyant cette coupure artificielle sur la côte, j’avais senti un frisson me parcourir l’échine.

« Le coupable est suffisamment fort pour modifier le paysage ? »

[Non, Cher Mari. Le coupable n’a fait que raser la première couche, comme lorsqu’on prend une boule de glace. Le reste de la glace doit encore être sous l’eau. Nous devrions être capable de faire pareil !]

« Je n’essaye pas de gagner une compétition… »

Licorice avait cependant raison. Il y avait une pente sous l’eau, indiquant que toute la côte n’avait pas disparue. C’était probablement quelque chose que je serais capable de faire, bien qu’il faudrait que j’utilise beaucoup de mana.

Mais même ainsi, le fait que le coupable avait utilisé autant d’énergie pour réaliser ceci me mettait mal à l’aise. Il devait avoir eu une bonne raison de faire ça. J’avais réfléchi un moment à la question avant de penser à quelque chose.

« Est-ce que ça pourrait être pour…. Licorice. »

[Oui.]

Elle semblait penser la même chose que moi. Elle avait projeté une image satellite sur sa boule de cristal avant de zoomer. Lorsque nous avions pu apercevoir l’Australie, les parties gelées étaient toutes connectées aux côtes. Cela devait être le point de départ du gel.

La réponse avait été alors rapidement trouvée. Si quelqu’un de complètement ignorant voyait ça, il pourrait penser qu’il s’agissait d’un glacier géant. Le glacier géant était la chose qui entrait en collision avec le littoral, et c’était de là que l’invasion avait commencé. Ce glacier géant était sans doute possible le morceau de banquise qui manquait devant nous.

« Maintenant, nous en sommes certains. »

[Oui.]

Un vaisseau. Le coupable avait tranché une partie de l’Antarctique pour l’utiliser comme un vaisseau de transport. Être capable de découper un si gros morceau de glace était une preuve de la force de ce dernier. En même temps, cela voulait aussi dire qu’il n’était pas seul. Il avait probablement une armée avec lui.

« Il est venu sur Terre récemment. S’il était seul, il aurait pu être là depuis un moment mais serait resté caché pour une quelconque raison, mais comme il a une armée, c’est plus logique qu’il soit arrivé récemment avec son armée. Mais… Comment est-ce qu’il a réussi à synchroniser son invasion avec les Donjons Évènementiels ? »

Je ne savais pas comment les Donjons Évènementiels étaient créés. De ce que je savais des ennemis de mondes, ils utilisaient des ‘chemins’ pour envoyer périodiquement leurs armées sur les mondes à conquérir et le donjon les capturait à l’intérieur de Donjons Évènementiels tout en encourageant les Explorateurs à les vaincre grâce à des récompenses.

Une chose à noter était que durant la seconde vague de Donjons Évènementiels, j’avais rencontré la race des démons dans le dernier donjon que j’avais nettoyé. Cela voulait dire que les monstres et les démons étaient capturés dans les Donjons Évènementiels lorsqu’ils traversaient le chemin, sans exception. Mais qu’en était-il de cette fois ? Est-ce que j’avais croisé le moindre démon dans les donjons que j’avais nettoyé ?

« Non, aucun. » Avais-je dit à voix haute en secouant la tête. Je n’arrivais pas à croire que je ne l’avais pas remarqué plus tôt. Dans ce cas, la réponse était vraiment simple. Les Donjons Évènementiels qui avaient disparus et l’apparition de l’armée du Seigneur Démon. Cela ne pouvait dire qu’une seule chose.

« Les Donjons Évènementiels n’ont pas disparu… Quelqu’un a le pouvoir de faire sortir les démons des Donjons Évènementiels. Comme s’ils avaient tout prévu, ils se sont rassemblés à un seul endroit et ont commencé à conquérir l’Océanie… »

[Dans ce cas, la raison pour laquelle tous les donjons ont disparu de l’Antarctique était…]

« Ouais. Ils peuvent aussi probablement contrôler ça. »

J’étais sidéré. Si nos suppositions étaient correctes, les démons étaient pratiquement en train de jouer avec le système du donjon. Soit les entraves du donjon étaient devenues inutiles, soit la moitié était devenue inutile. Était-ce parce qu’ils avaient déjà un pouvoir de monde ? Je n’en étais pas certain.

« Désolé. Je vais aller voir Loretta un moment. Allez vous reposer dans la Zone Résidentielle. »

[Compris.]

J’étais entré en urgence dans le donjon. Loretta m’avait accueilli joyeusement jusqu’à ce qu’elle remarque mon humeur et son expression était alors devenue grave.

« C’est impossible. Ce serait la même chose que de défier le pouvoir du Seigneur. Ce vieux dragon est peut-être chiant mais il n’y a aucun doute sur sa puissance ! »

« Mais c’est ce qui s’est passé. »

« Uuu. Mais… Mm… »

Loretta s’était levée d’un coup avant de me tourner autour. Puis elle avait commencé à se murmurer des choses à elle-même. C’était assez effrayant mais je l’avais laissé faire.

Peu après, elle avait hoché la tête comme si elle avait pris une décision. Elle s’était alors tournée face à moi.

« Shin, essaye de résister à ça. »

« Hein ? »

« Résistes-y, ok ? Enfin, je serais heureuse même si tu n’y résistes pas… Kuhum ! En tout cas, essaye d’y résister ! »

Elle n’avait pas attendu ma réponse et avait fermé les yeux. Lorsqu’elle les avait rouverts, les particules de lumière flottants dans ses yeux dorés avaient soudainement laissé échapper une lueur étincelante.

Elle était si belle.

Pendant un moment, mon cœur avait commencé à battre la chamade alors que des idées obscènes me traversaient l’esprit. Je savais que j’aimais Loretta, mais ce besoin… !

« Lo…retta ? »

« Bien, juste comme ça… Non, ce n’est pas bon ! »

Je ne connaissais que trop bien sa beauté, mais sa capacité destructrice actuelle était au-delà de mon imagination. Qu’est-ce qui se passait ? Je pensais que j’étais assez vieux pour être discipliné ! Incapable de contrôler mon désir, je m’étais lentement approché d’elle. Soudain, je m’étais senti terrifié. Je sentais que j’étais aspiré par son charme, incapable de maintenir ma propre volonté. J’étais effrayé d’être sur le point de me perdre moi-même.

Au final, avant que je ne lui saute dessus, j’avais instinctivement déversé du mana dans mes Yeux Démoniaques en libérant le Charme que je gardais réprimé constamment. C’était logique que le Charme d’une personne contre le Charme d’une autre. Lentement, ma conscience avait commencé à revenir. Loretta restait toujours aussi belle, mais je ne sentais plus ce besoin inconditionnelle d’assouvir mes désirs.

Comme si elle n’avait pas voulu perdre, elle avait mordu ses lèvres en renforçant le pouvoir de ses yeux. Cependant, j’avais aussi libéré mon Charme pour lui résister. Au même moment, j’avais compris en quelque sorte que c’était le pouvoir de ses Yeux Démoniaques. Des Yeux Démoniaques qui pouvaient menacer la suprématie de mon Charme ultra élevé, comme je le pensais, les capacités de Loretta étaient vraiment au-delà de mon imagination…

« Jusqu’où vas-tu monter ?! »

« Ow ! »

Réalisant que les yeux de Loretta brillaient d’une lueur malsaine, je lui avais asséné une pichenette sur le front. Elle avait alors réduit la puissance de ses Yeux Démoniaques en se frottant le front comme si elle souffrait.

« Hiing, tu ne voulais pas t’approcher. »

« Tu es celle qui m’a dit de résister. »

« Je me suis énervé parce que tu résistais trop bien ! Si j’avais été à ta place, j’en aurais profité pour me sauter dessus ! »

« C’était ce que tu espérais ? »

« Oui ! »

Comme d’habitude, elle ne cachait pas ses véritables intentions. Étonné, je lui avais renvoyé une pichenette de la mort. Elle avait alors commencé à faire la moue.

« Je n’étais pas sûre que tu pourrais y résister. Uuuuu, pourquoi est-ce que le Seigneur a mis des Mares dans le donjon pour augmenter ta résistance ?! »

« Tu veux vraiment que je réponde à ça… »

Lorsque je lui avais répondu, toujours sonné, Loretta avait gémi avec une expression vexée.

« Cela fait trois cent ans que mes Yeux Démoniaques de Charme n’avaient pas été bloqués. Enfin, c’est la première fois que je les active en trois cent ans… »

« Donc il s’agissait bien d’Yeux Démoniaques relatifs au Charme. »

Tous les Yeux Démoniaques que j’avais vu jusque-là étaient magnifiques, mais ceux de Loretta avaient toujours eu une beauté supérieure. C’était logique vu leur nature.

« Oui. Shin, tu as les qualifications pour rencontrer le Seigneur, et je viens de prouver que tu ne seras pas charmé en sa présence, donc il n’y a pas de problème. Va donc lui demander directement. Ce sera plus facile d’avoir une réponse définitive à tes questions. »

Je vois. Elle avait utilisé son pouvoir sur moi afin de vérifier que je ne succomberais pas face au Seigneur. Dans ce cas, ce Seigneur devait être une femme dont le Charme était d’un niveau similaire à celui que Loretta venait de déployer. Mais pourquoi est-ce qu’elle l’appelait toujours vieux dragon s’il s’agissait d’une femme ?

Bien sûr, je n’étais pas du tout intéressé. Et ce n’était pas du tout parce que Loretta avait sorti ses haches.

« Ça paraît logique mais… »

« Je peux aller lui demander à ta place, mais tu es libre, non ? C’est une bonne chance de lui parler. Allez, on y va. »

« Okay. »

Je n’avais aucune raison de refuser. J’étais aussi curieux à propos de ce Seigneur. Si je pouvais la rencontrer en personne, c’était une chance que je ne voulais pas rater.

« Tout d’abord, allons au Jardin des Fées. De là, j’ouvrirai un chemin pour aller voir le Seigneur. »

Au Jardin des Fées, j’avais croisé Lokanyan qui était en train de jouer avec les élémentaires. Elle ressemblait à un chat chassant les papillons. Tout comme un chat l’aurait fait, elle avait détecté notre présence et s’était tournée pour nous faire face.

« Ah, Maître nyan ! »

« Où est Lin ? »

« Il est en train de fabriquer quelque chose. Il ne peut pas être avec moi nyan… »

Elle avait dit ça tout en pliant ses oreilles, lui donnant un air dégouté. J’avais tiqué en entendant ça. Ce que Lin était en train de faire était certainement les accessoires pour Daisy et moi-même. Loretta avait ri en tapotant la tête de Lokanyan.

« Lin est en train de faire pénitence pour ses erreurs passées en travaillant. Attends juste un peu, Loka. Il n’en aura pas pour longtemps. »

« Compris, nyan. Le Maître est vraiment gentille, nyan ! »

Je me demandais si elle sourirait autant si elle savait que c’était Loretta qui lui avait donné cette punition. Comme je ne voulais pas verser de l’huile sur le feu, je m’étais tu. Loretta avait épousseté Lokanyan avec un peu de mana avant de lui dire.

« Lorsque ton ventre deviendra rond, tu ne pourras plus courir dans tous les sens. Ce n’est pas bon pour l’enfant. »

« Compris nyan ! Mais comment tu en sais autant alors que tu n’as jamais été enceinte, ni même été dans le même lit qu’un homme nyan ? »

« …Huhuhu, j’ai mes méthodes. »

« Le Maître est vraiment incroyable, nyan ! »

« Huhuhu. »

J’avais le sentiment que la punition de Lin allait augmenter d’au moins un mois après cette conversation. Et à ce moment-même, je n’avais pas trop envie de m’approcher de Loretta car son sourire était effrayant.

« Allons-y, Shin. »

« Oui. »

Elle m’avait pris la main avant de s’éloigner. Lorsque Lokanyan avait disparue de notre vue, elle m’avait jeté un regard en coin.

« La moitié de ce qui vient de se passer est de ta faute. »

« Pas possible, seulement un deux-mille-sept-centième est ma faute. »

« Shin… ? »

« Allez, on doit y aller ! »

Le Jardin des Fées n’était pas juste une zone de guilde administrative, c’était aussi un lieu mystique. Juste en marchant tout en pensant à la personne qu’on voulait voir, on était capable de rencontrer cette personne. C’était un lieu hors des lois des hommes, un lieu de mystère.

« Ne lâche pas ma main, et si possible, ne pense à rien. »

« Compris. »

Elle m’avait prévenu en attrapant ma main. Puis, nous avions commencé à marcher dans la forêt vide. Juste comme ça, les environs avaient commencé à changer. D’une forêt à une plaine, d’une plaine à un désert stérile, du désert à une colline, les paysages changaient comme si nous nous téléportions d’un endroit à un autre. Peu de temps après, tout avait disparu et nous étions arrivé dans un lieu entouré de ténèbres.

S’il y avait eu la moindre étoile, j’aurais pu penser que nous étions sous un ciel nocturne. S’il n’y avait pas eu ce sentiment d’immensité, me donnant l’impression que les ténèbres n’avaient pas de fin, j’aurais pu penser que nous étions dans une salle obscure. Bien sûr, ce n’était pas le cas. Je savais au moins que nous n’étions plus dans le Jardin des Fées. En utilisant l’existence de Loretta comme clé et en utilisant le Jardin des Fées comme porte, nous étions arrivés ici. C’était comme lorsque j’étais entré dans le Jardin des Fées via la source de mon manoir.

Ce lieu n’était pas connecté aux autres lieux et il existait indépendamment. Ce n’était pas juste un lieu dans lequel quelqu’un pouvait entrer ni même quitter juste en le voulant.

« Où sommes-nous… ? »

« C’est comme ça que le vieux dragon aime que ce soit. »

« Le vieux dragon ? Quelle vulgarité, Loretta. »

Dès l’instant où Loretta l’avait mentionnée, une voix calme et mature de femme l’avait grondé. Je m’étais instinctivement tourné dans la direction de la voix. C’était sans doute possible la première fois que j’entendais cette voix, et pourtant, elle avait un air familier. Alors que j’étais enveloppé par une sensation étrange, le Seigneur m’avait souhaité bienvenue avec un sourire.

« C’est la première fois que nous nous rencontrons. Je suis Sherafina, en charge de l’administration du donjon. Tout le monde m’appelle Seigneur, mais tu m’as toujours appelé autrement. »

Lorsque j’avais entendu sa voix à nouveau, j’avais alors réalisé à qui elle appartenait.

« La dame des messages !… La gentille dame ? »

Dans un espace vide, la dame des messages, ou plutôt Sherafina, qui nous avait accueillis… était une petite fille, probablement plus petite qu’Ina.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *