Infinite Competitive Dungeon Society – Chapitre 271

En moins de 20 minutes, Lotte avait ramené une wyvern gigantesque. Ellos avait été effrayé en voyant ce monstre et avait refusé de le chevaucher, mais comme il l’avait si bien fait remarquer avant, il sautait déjà dans la gueule du dragon. Comment pouvait-il abandonner maintenant ?

La wyvern avait été complètement dominée par la ligue de Lotte et lui obéissait absolument. Même lorsque Elos lui était monté sur la croupe, elle n’avait fait que regarder Lotte. Pour info, Lotte semblait d’accord pour que d’autres femmes la chevauche puisqu’elle laissait Licorice monter.

« On peut y aller. »

« Mon ami, je commence à regretter tout ça. »

« Ne t’inquiète pas, tout le monde dit ça au début. »

Une gigantesque et une petite, deux wyverns s’étaient envolées dans les cieux, transportant des passagers, attirant l’attention de tous les habitants proches du palais. J’avais ignoré leurs regards en criant.

« C’est parti ! »

[Grrrruuuaaaaa !]

Lotte avait battu des ailes avec un cri énergique. Ellos semblait avoir abandonné toute idée de se sortir de cette situation et avait laissé le contrôle total à sa wyvern. En un instant, nous avions quitté le palais et nous nous élancions dans le ciel. Rien ne pouvait bloquer notre route.

« A cette vitesse, nous serons dans le territoire ennemi d’ici dix minutes ! »

« Compris ! »

« Cher Mari, tiens. »

Pénétrer sur le territoire des envahisseurs signifiait que l’inventaire et le système de messagerie du donjon ne fonctionneraient plus. J’avais déjà prévenu mes membres de guildes que je ne pourrais pas les contacter, donc tout ce qu’il me restait à faire était de récupérer quelques objets dans mon inventaire avant qu’il ne soit trop tard.

Licorice, qui avait profité de l’occasion pour s’accrocher à moi, avait passé sa tête au-dessus de mon épaule et m’avait donné une poche en soie.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est l’inventaire de substitution donc tu m’avais parlé. Je suis doué dans la magie spatiale, tu sais. »

« Donc c’est… ? »

« Oui. C’est capable de contenir un millier de potions. »

« Parfait. Merci Licorice. »

Une poche de cette taille était facilement transportable. J’avais joyeusement récupéré celle-ci avant de commencer à déverser mes objets dedans. A ce moment, Licorice, qui était en train de me regarder faire fixement, m’avait demandé.

« Cher Mari, est-ce que tout ira bien juste avec nous ? »

« Oui. »

« Vraiment ? »

« Oui. »

« …Okay. Je te fais confiance, Cher Mari. »

Après avoir dit ça, elle s’était serrée encore plus contre moi. J’étais relativement habitué à ça maintenant, mais il était impossible de totalement résister à la fragrance naturelle de cette Reine des Succubes. Mon cœur avait commencé à battre plus vite.

« C’est bien. Je souhaiterais pouvoir rester comme ça pour toujours sans avoir rien d’autre à faire. »

« Tu pourras le faire un jour. »

J’avais transféré deux Élixirs dans la poche de soie avant de murmurer.

« Dans pas longtemps. »

Bientôt, j’avais pu sentir que nous étions entrés dans le territoire des envahisseurs. Ma force avait légèrement chuté et je ne pouvais plus ouvrir mon inventaire. Grâce au bracelet de Lin, je ne me sentais cependant pas du tout faible. C’était vraiment un trésor suprême. Non, c’était une partie de mon corps maintenant.

« Shin, tu vas bien ?! »

« Oui ! »

Ellos avait crié avec une voix tremblante, mais je lui avais répondu de façon nonchalante. S’il allait bien, tout le monde irait bien ici.

« Nous allons bientôt passé près de l’une de leurs forteresses ! »

« Dans ce cas je vais leur préparer un cadeau. »

Après que j’ai prononcé cette phrase, Licorice avait immédiatement commencé à incanter. J’avais aussi invoqué deux élémentaires avant de les mettre en stand-by. J’avais jeté un œil en contre-bas depuis le dos de Lotte. D’après Ellos, les envahisseurs étaient des humains qui s’appelaient eux-mêmes les envahisseurs.

Comme leur apparence était identique à celle des habitants d’Edias, personne ne les avait cru quand ils s’étaient présentés comme des envahisseurs la première fois. Apparemment, tout le monde pensait qu’ils venaient d’une terre lointaine et inconnue. Mais lorsque de plus en plus d’entre eux étaient apparus sur les champs de batailles contre les habitants d’Edias, et qu’en plus il s’était avéré qu’ils avaient infiltrés les hautes sphères politiques, le peuple avait finalement accepté cette vérité. Lorsque le continent d’Edias avait enfin accepté cela, plusieurs pays avaient déjà succombé. Leur méthode était vraiment digne du nom d’envahisseurs.

Les envahisseurs étaient spécialisés dans la magie, et plusieurs d’entre eux semblaient manipuler de puissants objets magiques. C’était aussi une des raisons pour lesquelles nous ne volions pas très haut dans le ciel. Chaque forteresse avait apparemment une grosse quantité d’artefacts permettant d’abattre toute entité volant au-dessus d’une certaine altitude. C’était l’équivalent des missiles sol-air.

« Ils arrivent ! »

La première chose que j’avais senti était les canons installés sur les murs de la forteresse. Bien que personne ne semblait les manipuler, plus de deux-cent canons s’étaient tournés vers nous pour délivrer un barrage de balles magiques. Individuellement, ces balles étaient plus faibles que des missiles sol-air sur Terre, mais il y en avait suffisamment pour pouvoir transformer une ville en gruyère en un instant.

[Eit !]

Avant que quiconque ne réagisse, Ruyue avait lancé un cri mignon tout en écartant les bras. Une gigantesque barrière transparente de glace était apparue sous nous, bloquant facilement les balles ennemies. La barrière s’était ensuite brisée et avait chût. Non, Ruyue l’avait volontairement brisée.

[Ecrasez-les !]

Sa voix avait renforcé les éclats de glace en chute libre et leur vitesse s’était grandement accrue avant qu’ils ne s’écrasent sur la forteresse comme une tempête. Alors que la glace pleuvait de toute part, la moitié des batteries de canons avaient été détruites et une sirène avait retenti. Juste au moment où je me demandais s’ils avaient suivi un entraînement défensif ou non, des milliers de personnes étaient apparus des différentes portes de la forteresse et s’étaient envolés au-dessus de la forteresse.

« Ennemis ! »

« De quel escouade sont-ils ? »

« On s’en fout. Gardez-en un en vie et tuez les autre ! »

« Ils ne sont que deux… ? »

Ils n’avaient effectivement pas l’air différents de Paul, Ellos ou des autres soldats que j’avais vu. J’avais hésité pendant une demi-seconde, mais j’avais rapidement réalisé qu’ils portaient tous quelque chose.

On aurait dit que des muscles artificiels et des circuits de mana les recouvraient. Si je n’avais pas reconnu de quoi il s’agissait, j’aurais fait honte au Basilique de Puissance qui m’avait donné mes Yeux Démoniaques. En effet, ils portaient tous des armures robotisées comme celles du basilique. De plus, je pouvais sentir une forte concentration de mana dans leurs corps. Il y avait tant de personnes aussi puissantes dans un seul château… Je me demandais comment le peuple d’Edias avait pu survivre aussi longtemps.

« Ruyue, tue-les tous. »

Bien sûr, comme ils en avaient après nos vies, je ne pouvais pas montrer la moindre pitié.

[Je peux les tuer ?]

« Ouais. »

[Ça va être dur sous cette forme. Je vais me matérialiser !]

Elle avait commencé à tourner sur elle-même avant de se matérialiser sous sa forme de femme-bête. Les ennemis avaient eu l’air surpris, mais il ne leur avait pas fallu longtemps pour sortir de leur stupeur et nous bombarder d’attaques.

« Shin, leur mana est différent du nôtre ! Ils peuvent absorber notre mana et l’analyser afin de pouvoir résister à nos futures attaques ! »

« Quoi ? Ces gars sont les cousins retardés des Livres Ambulants ? »

Tous les ennemis de monde que j’avais rencontré jusque-là avaient des capacités étranges. Faire face à deux ennemis de monde souhaitant envahir la Terre était énervant, mais les autres mondes ne semblaient pas mieux s’en tirer que nous.

« Ellos, ils ne peuvent pas partager le mana qu’ils collectent entre eux, non ? »

« Uh, non, rien de semblable. »

« Ruyue, tu as entendu ? »

[Oui !]

« Je vais attaquer en premier ! »

Avant même que les attaques ennemies n’atteignent Ruyue, Licorice avait lancé la magie qu’elle avait préparé avant d’arriver. D’énormes flammes étaient apparues et avaient ravagées les premières lignes de défense des envahisseurs.

« Kuaaaaaak ! »

« Ils ont un puissant magicien avec eux ! »

« Putain, une si grosse quantité de mana en un si court instant ! »

« Contre-attaquez ! »

En vérité, nous étions déjà préparés.

Suite à l’attaque de Licorice, Ruyue avait tendu sa main et avait bloqué toutes les attaques magiques.

[Je n’aime pas leur puissance magique. Elle n’est pas pure.]

« Ça doit être un trait racial. Extermine-les ! »

Comme si elle avait attendu ces ordres, Ruyue avait donné un coup de poing dans le vide. Depuis ses mains, d’énormes griffes de glace étaient apparues et avaient lui avec le reflet du soleil. Nos ennemis semblaient s’être préparés à ce que Ruyue vienne au combat rapproché et avaient changé leur formation. Ceux qui étaient recouvert entièrement d’une armure s’étaient mis au premier rang.

« C’est la garde avancée des forces alliés du continent ! Ne les laissez pas entrer dans la forteresse ! Tuez-les tous ! »

« Ramène-toi, petite fi… ! »

Les griffes de Ruyue les avaient rapidement décapités.

« Elle est forte ! »

« Putain, appelez les renforts ! »

Si des renforts finissaient par arriver, cela deviendrait particulièrement pénible. J’avais levé mon arbalète afin d’éliminer avec précision ceux qui quittaient la formation pour appeler leurs camarades. Avec le pouvoir du Dieu de la Foudre, chaque carreau d’arbalète perçait mes ennemis comme si la foudre les avait frappés. Mon arbalète, Chasseur Parfait, pouvait tirer plusieurs centaines de carreaux à la suite. Après avoir tué ceux qui allaient appeler des renforts, j’avais commencé à tirer sur les troupes de support à l’arrière. Comme ils ressemblaient tellement à des humains, je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir un petit pincement au cœur à chaque fois que j’en tuais un.

J’avais murmuré avec un soupir.

« Au moins je m’y habitue. »

« Tu peux aussi utiliser les arbalètes ? »

« C’est juste une arme secondaire. »

« Une arme secondaire ? Avec cette puissance de destruction… ? »

Ellos avait murmuré avec une expression ahurie. Pendant ce temps, le nombre d’envahisseur avait diminué. Leurs corps s’entassaient en contre-bas alors qu’ils tombaient comme des mouches dans leur forteresse. Ces hommes avaient probablement des familles et des amis à protéger, eux-aussi.

Cependant, la coexistence était impossible. Nous devions les tuer, et ils devaient nous tuer. La seule chose dont j’avais besoin de leur part était de connaître leurs compétences martiales et leurs faiblesses.

Mais même ainsi, j’avais l’impression d’être celui qui les envahissait. Avec la facilité de ce combat, je n’avais rien à y gagner. Ce n’était que de la perte de temps et cela me mettait mal à l’aise. Je n’aurais pas dû écouter Ellos et avoir peur de leurs missiles anti-aériens.

« Volons plus haut. Nous n’avons pas de temps à perdre comme ça. »

« Mais leur artefact magique est effrayant ! Peu importe à quelle altitude nous volerons, il nous atteindra ! »

« Il ne suffit que d’aller plus vite que lui. Et même si on ne peut pas, il y a d’autres moyens de le bloquer. Licorice, aide-nous à faire le ménage. »

« Compris. »

La magie que Licorice avait préparé avant n’était pas juste l’attaque de flammes. Lorsqu’elle avait tendu sa main, des nuages blancs étaient soudain apparues autour de ses bras et avaient saturé l’air autour des ennemis, Ruyue compris. C’était alors que cette dernière avait libéré une puissante énergie de froid.

[Mourrez !]

En un instant, les nuages s’étaient figés, entièrement gelés, avant de se fissurer. Ruyue s’était alors dématérialisée et avait quitté les nuages. L’énorme bloc de glace ainsi formé avait alors perdu sa capacité à se maintenir dans les airs et avait commencé à tomber. Licorice avait souri fièrement.

« Ça, c’est une excellente attaque. Qu’en penses-tu, Cher Mari ? »

« Incroyable. »

J’avais eu un sourire forcé en tapotant la tête de Licorice. Ellos avait alors demandé avec le visage pâle.

« Tu… Mais qu’est-ce que tu as fait pendant tout ce temps ? »

« Pas grand-chose, j’ai combattu des monstres et des méchants… J’ai aussi visité d’autres mondes quelques fois. »

Bien sûr, je ne pouvais pas lui dire que j’avais vaincu trois ennemis de monde. Lin avait été celui qui avait tué l’un d’entre eux, et les deux autres comptaient à peine comme des ennemis de monde. Pour tout dire, ils étaient plus des lieutenants sous les ordres du vrai ennemi de monde. Ce que j’avais dit à Ellos était plus que suffisant. Je pouvais déjà voir ses yeux s’écarquiller au maximum.

« Vraiment… Tu… »

« Allons-y, Ellos. A partir de maintenant, on va voler plus haut et plus vite. Rendons-nous à la Chaîne de Montagnes Peruta aujourd’hui même ! » Avais-je dit en lui coupant la parole.

Si je l’avais laissé finir, je sentais que ça m’aurait mis de mauvaise humeur.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *