Infinite Competitive Dungeon Society – Chapitre 299

Après avoir traité les sujets urgents, j’avais enfin pu libérer un peu de temps pour parler avec Kain. Il était retourné dans le donjon lorsque le combat au Vatican s’était terminé et avait accepté ma requête de me rejoindre au Jardin de Marianne. Lorsque je l’avais appelé dans la salle de réception et l’avais fait s’asseoir, il m’avait posé une question assez inattendue.

« Est-ce que tu n’as pas trop de femmes ? »

« Parlons d’autre chose. »

« Tu as déjà Loretta, mais tu es vraiment avide. »

« Parlons d’autre chose. »

Avide… Je ne pouvais pas dire que j’étais avide, après tout, j’essayais de faire pour le mieux pour tout le monde !… Et pourtant, sa remarque m’avait frappé en plein cœur.

Après tout, qu’est-ce qu’il y avait de mal à vouloir faire plaisir à tout le monde ?! … Enfin, peut-être bien que c’était vrai.

Putain ! Je ne peux même pas me défendre moi-même ! J’ai encore l’état d’esprit coréen ! Mais qui pourrait m’en vouloir pour ça ? Après tout, je suis coréen !’

« Je comprends. J’ai vécu la même chose. Et pourtant, c’est de ta faute d’être né comme ça. Ça n’aurait pas été difficile de les repousser dès le début. »

« Je ne savais pas que les choses tourneraient de cette façon. Et puis je ne suis pas né comme ça ! »

Je ne l’avais pas invité pour recevoir des conseils conjugaux, donc j’avais changé de sujet.

« Est-ce que tu t’es décidé ? »

« J’ai été honnêtement surpris. Comparé à tes ennemis, toi et tes alliés êtes particulièrement forts. J’en venais presque à penser que le donjon avait décidé de tous vous développer en priorité. »

J’avais souri en entendant ça. Si la situation lui semblait ainsi, c’était probablement à cause du fait que la Terre avait distribué des pouvoirs à ses habitants lors de l’arrivée des monstres. Contrairement aux autres mondes, ces pouvoirs nous permettaient de devenir plus forts plus rapidement.

Cela dit, comme les méthodes de cultivation de mana n’existaient pas sur Terre au départ, ce n’était qu’un juste retour des choses. De plus, ce n’était pas le fait du donjon, mais celui de quelqu’un d’autre, qui manipulait les pouvoirs de la Terre pour nous les distribuer.

« Nous avons plus ou moins éradiqué toutes les troupes des monstres. Hélas, il reste des centaines de milliers de démons, ou peut-être même plus. Et nous n’avons pas encore croisé le Seigneur Démon, leur chef. »

« Le Seigneur Démon… J’ai peut-être combattu des démons par le passé. »

En disant ça, il avait eu un sourire amer.

« Comme tu le sais, je ne crains pas grand-chose. Coopérons… Pour voir ce qui se cache par-delà le voile. »

Avant que je le remarque, Kain s’était retrouvé avec deux verres à la main. Pendant un moment, j’avais pensé qu’il les avait pris depuis son inventaire, mais ce n’était pas le cas. C’était de la magie spatiale. En utilisant sa puissance magique, il avait créé un espace extérieur connecté à lui, lui permettant de stocker et récupérer des objets. L’inventaire était très probablement une évolution de cette magie.

J’avais froncé les sourcils.

« Est-ce que tu as appris ça de Loretta ? »

« Tu n’as pas à être jaloux. Tu es celui qu’elle aime maintenant, et pour moi… Elle n’était qu’une gentille vendeuse dans la Boutique d’Etage et une enseignante pour bien des choses. C’est tout. »

Une gentille vendeuse de la Boutique d’Etage. Pour être honnête, entendre ça de la bouche d’une autre personne me donnait une sensation étrange. Sans parler de sa façon d’en parler et de son regard…

J’avais reniflé en voyant ça.

« Ne mens pas. Je n’ai pas atteint ma situation actuelle avec un comportement puéril. »

« … Dans tous les cas, elle n’était pas mon amante. »

Il n’avait pas nié mon accusation et avait même esquivé le sujet. Puis, il avait pris une bouteille de liqueur avec une étiquette inconnue.

« Je n’ai plus besoin d’amour. La revanche. C’est suffisant pour moi. Et pour l’obtenir, je coopérerai avec toi. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« La dernière bouteille. Elle vient de mon monde. Considère cela comme un honneur. »

« … »

Cette bouteille devait avoir une signification spéciale pour lui. J’avais pris le verre de ses mains sans un mot avant de le laisser verser le contenu de la bouteille dedans. Il s’était ensuite servi et nous avions trinqué.

Alors que la liqueur entrait dans mon palais, une forte odeur d’alcool m’avait attrapé au nez, et comme pour apaiser cette assaut olfactif presque suffocant, une douceur épicée s’était répandue dans ma gorge. Mon torse était lourd. Quelque chose avait rapidement circulé dans mes entrailles avant d’exploser de puissance.

J’étais resté calme avec mes yeux fermés, savourant le choc qu’un simple verre d’alcool me procurait. J’avais ensuite ouvert légèrement les yeux en demandant.

« … Est-ce que le degré d’un alcool peut dépasser 100% ? »

« A ton avis ? Ne sois pas stupide et prend un autre verre. »

Je m’étais senti soulagé que mon père et Walker ne soient pas là. Finalement, Kain et moi avions fini la bouteille de liqueur et je m’étais directement rendu dans le donjon. Si mon père apprenait qu’on avait fini une telle bouteille sans lui, j’avais bien peur qu’il voudrait me tuer.

Les monstres qui avaient commencé à apparaître au 31ème étage de l’Au-Delà n’étaient autres que des reines Succubes. En comparaison de la Reine des Succubes du 65ème étage du Premier donjon, elles semblaient avoir un Charme plus élevé et elles étaient des centaines. Pour n’importe quel homme ordinaire, ce lieu serait l’équivalent du paradis. Bien que, après tout, ils finiraient toujours par se faire éjecter après s’être fait sucer… toute leur énergie vitale bien entendu.

Pour moi cependant, cet étage était probablement le plus facile que j’avais eu à traverser jusque-là.

« Kyak ! »

« Comment c’est possible ?! »

« Ah, ma force m’échappe. »

Lorsque les Reines Succubes m’apercevaient, la plupart du temps elles utilisaient Doux Cauchemar, et avec mon Charme ridiculement élevé, elles recevaient les pénalités de leur sort et s’effondraient. Je n’avais alors plus qu’à les percer de ma lance et avancer.

Le but du 31ème étage était probablement d’apprendre à vaincre les Reines Succubes tout en esquivant leurs Doux Cauchemars. Mais pour moi, c’était plus comme avancer en ligne droite en frappant au hasard avec mon arme.

« Je n’arrive pas à le croire, mais cet homme est au-dessus de nos capacités ! »

« Comme on pouvait s’y attendre de notre premier client ! »

« Rideau de Nuit ! »

« Baiser de la Mort ! »

Après avoir traversé environ la moitié de l’étage, les Reines des Succubes avaient commencé à varier les attaques qu’elles utilisaient contre moi. Je savais grâce à Licorice que les succubes étaient aussi naturellement douées pour la magie. Cependant, Licorice était spéciale parmi elles, et bien qu’elles aient toutes étaient renforcées par le donjon, leur magie était incapable de m’atteindre. Âme Absolue me défendait parfaitement contre leurs attaques mentales, et la magie élémentaire pouvait facilement être bloquée par Ruyue. Et dans le pire des cas, je n’avais qu’à utiliser le pouvoir de Sharana pour renforcer ma défense.

« Aah. »

« Je ne suis pas assez forte pour le combattre. »

« Même si on essaye de le retenir, nous ne ferons que perdre notre temps. »

« Je peux sentir que son aura est similaire à la nôtre. »

Alors que je semblais être sur le point de finir le 31ème étage, les Reines Succubes avaient commencé à reculer comme si elles avaient perdu l’envie de combattre. Et pourtant elles n’avaient pas été frappées par leur Doux Cauchemar. Je ne savais pas ce qui se passait. Alors que j’étais en train de réfléchir en penchant la tête, une d’entre elle s’était approchée de moi.

 

« Par pur hasard, aurais-tu formé un contrat avec une autre Reine Succube ? »

« Oui, c’est le cas. »

Depuis quand n’avais-je pas eu une conversation au lieu d’un combat dans l’Au-Delà ? Légèrement surpris, j’avais répondu sans réfléchir. Pour montrer que je n’étais pas dans un état d’esprit belliqueux, j’avais même posé ma lance au sol en la tenant à la verticale. J’avais ensuite commencé à poser des questions.

« Comment le sais-tu ? »

« Celles d’entre nous qui avons été invoquées dans l’Au-Delà manquaient de pureté, mais la plupart de nos capacités et de nos souvenirs sont encore présents. »

Elle avait souri légèrement en disant ça. Il y en avait d’autres qui avaient souri en même temps et j’avais alors remarqué qu’elles se ressemblaient toutes énormément. Celle qui se tenait devant moi semblait avoir deviné mes pensées et avait hoché la tête.

« Oui, elles sont toutes moi. Après tout, comment pourrait-il y avoir autant de Reines Succubes sur Enesis ? Pour être précise, ce sont des copies créées à partir de mana et avec une âme légèrement altérée. Si tu te demandes laquelle est la vraie, nous ne pouvons pas répondre car même nous, nous l’ignorons. »

« … »

Le prix que les vaincus avaient à payer était encore plus cruel que ce que j’avais imaginé. Cela dit, j’imaginais bien qu’il s’agissait de quelque chose du genre. Même si je savais qu’Enesis avait été l’envahisseur d’Elesia, je ne pouvais m’empêcher de sympathiser avec elles. Bien sûr, au moindre signe d’hostilité, j’étais pleinement préparé à les oblitérer.

« Fort heureusement, nous sommes à un étage élevé, donc nous n’avons pas encore été forcées de régénérer et notre semblant d’âme est donc préservé. Je pense qu’une d’entre nous l’a déjà mentionné. Tu es notre premier visiteur. »

C’était la première fois que j’étais officiellement notifié que j’avais atteint le niveau le plus élevé jamais atteint dans l’Au-Delà. Bien sûr, comme je m’attendais à ce que personne n’ai pu dépasser Kain, je n’étais pas trop surpris.

« Je vais aller droit au but. Est-ce que la Reine Succube en contrat avec toi a les cheveux roses ? »

« Ouais. »

Une sorte de vague étrange avait parcouru l’amas de succubes. Peu de temps après, elles avaient toutes hoché la tête en même temps et avait fait un pas en arrière.

« Dans ce cas, comme je m’en doutais, tu ne peux pas être testé par nos maigres capacités. Va directement au 35ème étage. Elle t’attendra là-bas. »

« Elle ? »

« Notre maîtresse à toutes. »

En disant ça, elle avait eu les yeux qui pétillaient avant de conclure par ces mots.

« Lilith. Celle que vous autres, défenseurs, appelez l’ennemi de monde. »

A ces paroles, j’avais tiqué. J’avais été pris de court dans le lieu le plus inattendu. J’avais déjà un sort appelé Tentation de Lilith. Si je pouvais la rencontrer au 35ème étage de l’Au-Delà et la vaincre…

« Je vais en informer les incubes, donc tu peux juste traverser le niveau… Cependant… Certains d’entre eux peuvent ne pas être d’accord et t’attaquer quand même. »

« Ça ne m’effraie pas. »

« Oui, je me doutais que tu dirais ça. Tu peux y aller maintenant, beau gosse. »

Si ça avait été le moi du passé, j’aurais même abattu les monstres qui ne montraient aucune résistance. Mais maintenant, j’étais différent. Sachant qu’elles avaient été auparavant les camarades de Licorice et connaissant leur destin tragique, je n’avais pas vraiment envie de les affronter. Et après leur avoir parlé, j’en avais eu encore moins envie.

Et puis, en plus de ça, ce n’était pas comme si j’avais tout le temps du monde. Comme les incubes et les succubes étaient des monstres se reposant plus sur la magie et le Charme plutôt que les arts martiaux pour combattre, je n’avais pas d’intérêt à les affronter car cela ne développerait pas mon niveau de maîtrise du combat. Cela dit, il me tardait de pouvoir affronter Lilith.

Et apparemment, c’était vrai qu’il y avait des ennemis de monde tapis dans les étages supérieurs du donjon. J’en venais à me dire que le donjon n’avait peut-être pas été fait pour que les Explorateurs puissent le finir. J’avais l’impression que des étages insurmontables avaient été créés dans le but d’avoir plus d’étages.

Alors que je pensais à ces choses inutiles, j’avais dit au revoir aux succubes en parcourant la fin de l’étage. Alors que je me mettais en route, j’avais été interrompu dans mes pensées.

« Au fait, tu pourrais nous rendre une dernière faveur et coucher avec nous au moins une fois- »

Alors qu’une des succubes était traînée par ses camarades loin de moi après s’être faite assommée, tous les monstres avaient fini par disparaître de mon champ de vision.

Enfin, le portail vers le Premier Donjon était apparu.

« Bon, c’est parti de nouveau. »

82ème étage du Premier Donjon. Ce qui m’attendait était normalement une version encore plus forte de ce que j’avais affronté au 81ème étage.

Le sommet du donjon, qui jadis avait semblé hors de portée, n’était maintenant qu’à quelques encablures. Jours après jours, je pouvais me sentir me rapprocher de ce sommet. Cela ne prendrait pas longtemps. Pas longtemps avant que je n’atteigne ce lieu, et qu’ils m’atteignent aussi.

Avec un air résolu, j’avais fait un pas en avant.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *