Infinite Competitive Dungeon Society – Chapitre 64

Lorsque quelqu’un entend le mot ‘mort-vivant’, quel sont les premiers monstres auquel  les gens pensent ? Oui, les zombies. Les Spectres du 6ème étage comptaient aussi comme des morts-vivants.

Par contre les seconds monstres auquel les gens pensent est bien sûr…

« Humain. »

« Humain aux côtes juteuses. »

« L’os caché est à moi. »

« Allez jouer aux osselets ! Je peux même pas faire une soupe avec vous ! »

Les squelettes. C’était des morts-vivants sans une once de chair sur leur carcasse.

[Les éclairs ne fonctionnent pas bien sur les os, Maître…]

« Ne soit pas triste Peika. Il faut juste qu’on les écrase consciencieusement pour palier à ce problème. »

Utilisant ma lance comme une massue, j’envoyais valser les squelettes en approche. Ils étaient plus résistants et avaient des attaques plus puissantes que les zombies ou les goules. Même s’ils étaient beaucoup plus faibles que moi. Leurs attaques étaient juste assez puissantes pour égratigner mon armure, dans le cas où je les laissais la taper, bien entendu. Autrement dit, ils pouvaient à peine traverser ma défense pour m’infliger un minimum de dégâts. On pouvait donc dire qu’ils étaient vraiment faibles.

Cependant leur pouvoir défensif était plutôt bon, et ils étaient plus emmerdants que les zombies ou les goules en termes de pouvoir régénérant. Si je les brisais sans infuser du mana dans mon attaque, ils régénéraient, donc j’étais obligé de les défoncer avec ma lance infusée de mana et de foudre.

Bien qu’ils ne sentent pas aussi mauvais que la chair putréfiée, ils restaient extrêmement sales et emmerdants à affronter. Juste leur façon de bouger m’irritait au plus haut point. Pour de simples squelettes on aurait dit qu’ils exécutaient des pas de danse tout en essayant de me frapper avec leur épée. C’était comme s’ils me suppliaient de les démembrer.

En plus, ces enfoirés étaient des putains de fétichistes des os ! (NdT : 50 Shades of Bones, Shin’s Anatomy. Que de références!)

« Son crâne est pas mal. »

« J’adore sa troisième vertèbre. »

A chaque fois qu’ils me voyaient, ils me chargeaient tout en complimentant ma structure osseuse. J’en étais venu à me demander si cet étage avait été spécialement conçu pour me taper sur les nerfs. Peut-être que c’était une caractéristique des morts-vivants, mais leur niveau d’arts martiaux était, à mes yeux, proche de celui d’un navet anémique. J’avais fini par prendre une lance dans chaque main tout en les infusant de mana et de foudre avant de m’en servir comme de matraques électriques. Ainsi, j’avais tracé ma route en défonçant le crâne de tous les squelettes croisant mon chemin.

« M-Mes os ! J’ai passé une vie entière à les polir… ! »

« Il brise les crânes… ! »

« B-Briseur de Crâne ! »

« Courrez ! C’est le Briseur de Crâne ! »

« Fermez-là ! »

Ces mecs ! Pour des monstres sans cervelle, ils étaient plus malins que les zombies ! J’aurais dû le savoir quand ils avaient mentionné ma troisième vertèbre !

[Explosion de Tonnerre !]

« C’est le Briseur de Crâne !!! »

« Le Briseur de Crâne arrive ! »

« Maintenant vous m’appelez Briseur de Crâne sans prendre en compte l’endroit où je vous frappe… »

Ils m’appelaient Briseur de Crâne quand je brisais leurs côtes. Ils m’appelaient Briseur de Crâne quand je cassais leurs bras. Je ne comprenais pas.

Je ne pouvais pas charger en avant comme au 21ème étage. Ainsi, j’avais opté pour une marche rapide tout en hachant à travers mes ennemis avec mes deux lances tout en lançant quelques Explosion de Tonnerre jusqu’à la fin du 26ème étage. Il m’avait fallu environ 7 heures pour atteindre le bout de l’étage. Après avoir confirmé que mon niveau était bien passé à 27, tout en confirmant qu’il n’y avait plus de squelettes aux alentours, j’avais rangé mes lances avec un soupir.

« Loretta, je suis…Ah. »

A la Boutique du 26ème Étage, je n’avais pas pu trouver Loretta. A la place, il y avait un jeune homme avec le menton se reposant sur le comptoir tout en fumant une cigarette. Me découvrant, il avait regardait autour avant de marmonner tout en mâchant sa cigarette.

« Eh ?… Ah oui, c’est à partir d’aujourd’hui. Bienvenue. »

« Bonjour, tu es le remplaçant de Loretta ? »

« Hm, tu sembles effectivement être au goût de la demoiselle… Hein ? Un Héros ? Elle sait les choisir. »

Le jeune homme m’avait regardé avec des yeux cramoisis étincelants. Bien qu’il fût difficile à comprendre parfaitement puisqu’il continuait à mâchonner sa cigarette, sa voix était très plaisante à entendre. Il avait la peau d’un blanc de neige et était assez mignon pour être confondu avec une fille. Mais il y avait quelque chose d’autre qui avait attiré mon attention.

« Um… sur ta tête… il y a des cornes. »

« Ouais, je suis un Draconien. »

Après m’avoir répondu de façon détendue, il avait recraché sa fumée de cigarette. Puis il avait remis la cigarette dans sa bouche. ‘Ne me dis pas qu’il croit que c’est suffisant comme explication ?’ Étonné, je l’avais regardé fumer sa clope.

Ses cheveux étaient noirs, comme les miens. Cependant, les siens étaient très longs et étaient attachés en queue de cheval. Sur chacune de ses tempes je pouvais voir une corne spiralée argentée de façon symétrique. Finalement, ses yeux étaient un peu sales.

Il portait un ensemble noir drapé autour de son corps, qui ne semblait pas avoir le moindre muscle. J’avais ensuite repéré ses fesses.

Je pouvais y voir une queue écaillée, des dizaines de fois plus grosse que celle d’un lézard, se balancer tranquillement. Ça m’avait rappelé quelque chose.

« Um, tu es peut être un Homme-Bête ? »

« Homme-Bête ? Mmm… non. Les Hommes-Bêtes sont bénis par Dieu afin d’obtenir les traits d’un animal particulier. D’un autre côté, les Draconiens obtiennent leurs caractéristiques de leur héritage draconique. »

« Des Dragons ? »

« Ah, tu n’as pas besoin d’en savoir plus. Ce n’est pas important. »

Il semblait trop flemmard pour m’expliquer plus alors qu’il éventait sa fumer de cigarette. Bien que j’aie une montagne de questions à lui poser, j’avais préféré abandonner le sujet. Après avoir fini son péché mignon, il m’avait regardé et avant demandé.

« Donc, tu es Kang Shin, n’est-ce pas ? Le Héros de la Terre. »

« Je n’aime pas vraiment être appelé Héros. »

« Vraiment ? Mm, dans ce cas, juste Kang Shin. Sache ceci. La demoiselle m’a harcelé pour que je prenne bien soin de toi. »

« Elle t’as harcelé ? »

« Mademoiselle Loretta est en charge de presque 4.000 Explorateurs. Ne crois pas que son vrai corps était à une de ces Boutiques. »

« Oh, donc tu n’es pas une marionnette, contrairement à elle ? »

« Quoi, elle t’a même parlé des marionnettes ? … Elle est vraiment tombée… »

Qu’est-ce qu’il voulait dire par tomber ? Je n’en savais rien. Ce nouveau vendeur de la Boutique d’Étage était inamical et aimait se parler tout seul. Alors que j’étais déjà en train de regretter Loretta, il avait laissé échapper un son, alors qu’il s’était souvenu de quelque chose.

« Lin. Tu peux m’appeler Lin.

« Okay, Lin. Je compte sur toi pour le moment. »

« Mm, ouais. Je suis curieux par rapport au nombre d’étages que tu peux grimper durant cette année. D’après la demoiselle, tu es de la trempe de ceux qu’on a pas vus depuis des siècles. Je peux espérer au moins cinq étages, non ? »

Il m’avait regardé avec ses yeux plissaient tout en parlant de façon arrogante. ‘Oh, tu oses me provoquer ? Moi, Kang Shin, le plus viril des hommes, accepte le défi.’ (

« Lin, est-ce que tu aimes parier ? »

« Kukuku, j’adore ça. »

Lin et moi avions échangé un sourire. Comme prévu avec le remplaçant de Loretta, il prenait le même chemin qu’elle avait pris au début ! J’avais du mal à retenir mon rire d’éclater alors que j’imaginais déjà sa tête. Lin, de son côté, me regardait comme si j’étais un enfant naïf. Il me tardait vraiment le jour où son expression s’effondrerait.

« Kang Shin, faisons donc un pari. D’après ce que j’ai entendu de la bouche de la demoiselle, je ne doute pas que tu puisses atteindre le 30ème étage en un an. Donc, si tu réussi à vaincre le Maître d’Étage du 35ème par toi-même en un an, je te ferais un gantelet adapté à ton talent. Si tu réussis à vaincre le Maître d’Étage du 40ème par toi-même en un an, je te ferais une arme qui contient mon essence. »

« Lin, tu es forgeron ? »

« Ouaip. Je suis le descendant du Dragon Rouge, donc j’ai une grande affinité avec le feu. En tout cas, si tu ne peux pas vaincre le 35ème étage en un an, je prendrais alors la montre à gousset que tu as obtenu. Ainsi que la sous-classe qui y est attachée. Je prendrais aussi la montre à gousset si tu fais équipe avec d’autres personnes pour vaincre le boss du 35ème, bien que je doute que tu aies beaucoup de sorts à l’intérieur de toute façon. »

J’en avais déjà cinq, bien que je me fusse retenu de lui dire.

« C’est possible de retirer la classe de quelqu’un ? »

« Je ne l’aurais pas annoncé sinon. Bien sûr, tout ne monde n’en est pas capable. »

En effet, c’était une pénalité effrayante. La montre à gousset était un trésor qui faisait partie de ma force. Cela dit, il était bien trop ‘gentil’. Il pensait vraiment que je ne pouvais pas grimper 14 étages en une année ? Je lui avais demandé avec un sourire étincelant.

« Dans ce cas, qu’est ce qui se passerait si je réussissais à vaincre le boss du 40ème étage plus tôt ? »

« Quoi ? En moins d’un an ? Puhat. »

Le Draconien avait reniflé.

« Il n’y a aucun précédent à ce fait dans les archives. Ne sous-estime pas le boss du 40ème étage. Il a forcé un nombre incalculable d’Explorateurs du Premier Donjon à se mettre à genoux. La légende dit qu’il est encore plus fort que le boss du 45ème étage. Tu penses réellement pouvoir le vaincre en moins d’un an ? Arrête de rigoler. »

« Mais un homme se doit de rêver. S’il y a une plus grosse récompense, ne serais-je donc pas plus motivé ? »

« … Tu n’as pas tort.  Les Explorateurs de nos jours manquent cruellement de motivation. Hmm. »

Lin avait sorti une seconde clope. Sans même prendre un briquet, la cigarette s’était allumée d’elle-même. Il semblait que le pouvoir du Dragon Rouge était utilisé pour aller du tabac. Alors que je hochais la tête devant ce gain de connaissances, Lin avait murmuré.

« Si tu peux le faire en 9 mois, je te ferais un casque en plus de l’arme. Si tu le fais en 8 mois, je rajouterais des gantelets. En 7 mois, je rajouterais des bottes. »

« Ah, J’ai déjà des bottes à porter. »

« Si tu réussis, tu pourras me donner tes bottes. Je les travaillerais pour les améliorer. »

« Ah, compris. »

« Finalement, bien que je pense que ça soit complètement impossible, si tu réussis en 6 mois…ha, je ne peux même pas le dire tout en restant sérieux. En tout cas, si tu réussi à vaincre le boss du 40ème étage en 6 mois, je te ferais un set d’armure complet. En plus de l’arme bien entendu. »

« Wow, tu es vraiment généreux. »

« Puhahahahaha ! Grimper 14 étages en une demi-année, je pense que tu es bien plus généreux que je ne le suis ! Ku, kuhukuk ! Je sais que tu es un Héros, mais ton foie est tellement gros qu’il dépasse de ton ventre ! Agh, j’ai un point de côté ! Hahaha ! Je comprends un peu mieux pourquoi mademoiselle Loretta t’aimes tellement ! »

« Ek, cela dit, j’aime les femmes… »

« J’aime les femmes aussi, enfoiré ! »

Comme il avait soudainement appuyé sur ses mots avec ses yeux incandescents, j’avais légèrement reculé.

« Eh bien, fait de ton mieux, Kang Shin. N’abandonne pas au milieu. Ce que je déteste le plus sont les gens qui abandonnent. »

« Quelle coïncidence. »

Comme la conversation m’avait bien reposé, je m’étais étiré et avait détendu mon corps. Tenant ma Lance en Terre Noire, j’avais crié à Lin, tout en me dirigeant vers les escaliers du 27ème étage.

« Je déteste abandonner aussi. »

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *