Infinite Competitive Dungeon Society – Chapitre 78

Je n’avais pas l’impression que beaucoup de temps avait passé depuis les partiels de milieu de semestre, et pourtant les partiels de fin de semestre se finissaient déjà. Résolu à avoir au moins un B+, je m’étais enfermé avec mes bouquins de cours la veille des tests. Mon intelligence de base était de 20, ce qui faisait 32 avec les 12 points bonus des différents titres ! Bien que je suspecte le système de toujours mettre à jour cette stat, ma mémorisation et mes capacités de réflexion étaient relativement élevées. Autrement dit, ce n’était pas dur pour moi d’avoir juste aux tests.

« Huu, j’ai l’impression de ne pas réellement être un étudiant à l’université, mais juste de prétendre en être un. »

« Beaucoup d’étudiants ont cette impression. »

Lorsque j’avais murmuré en regardant l’assistant partir après avoir ramassé les tests, Su Ye-eun s’était affalée sur son bureau. Son visage indiquait à quel point elle était contente d’en avoir fini. Bien qu’elle soit moins occupée que moi, (elle n’avait pas le donjon) ses notes étaient moins bonnes que les miennes. C’était probablement le résultat de mon intelligence élevée.

Avec le test de la journée, les examens étaient finis. L’amphi dans lequel nous étions n’avait apparemment pas de cours après nous puisque les étudiants restaient dans la salle pour discuter.

« Shin. »

« Oui ? »

Regardant la caméra qui surveillait les étudiants sans trop y penser, j’avais répondu à l’appel de Su Ye-Eun. Elle avait donc demandé.

« C’est les vacances d’hiver maintenant. Tu as prévu quelque chose ? »

« Je serais dans le donjon. »

« … Chii. »

« Et toi ? »

« Dans ma chambre, jouant à des jeux. »

« Je pense que je m’en sors mieux que toi. »

En tout cas, j’en avais fini avec mes révisions. Je m’étais étiré avant de commencer à ranger mes affaires. Elle avait essayé de dire quelque chose mais avait hésité. Il n’y avait qu’une seule situation durant laquelle elle ne savait pas quoi dire. Je m’étais retourné. Il y avait trois personnes, deux filles et un mec. Ils étaient tous assez beaux.

« Hey, tu es Kang Shin, c’est ça ? »

« Oui. »

« Ah, on est des étudiants en première année, nous aussi, donc tu n’as pas à être poli. Hm, tu es arrivé directement après le lycée, n’est-ce pas ? »

« Ouais. Su Ye-Eun, est-ce que tu as raté l’examen d’entrée et pris une année sabbatique ? »

« Tu veux que je te frappe ? »

Ils m’avaient posé d’autres questions de façon relaxée.

« Il y a une soirée d’organisée. Tous les premières années seront là. »

« Tous ? Le département complet ? On est plus de 400. »

« Ouaip. C’est pour célébrer la fin du premier semestre. On y va tous de Vendredi à Samedi. »

« C’est demain ! Je passe. »

J’avais mis mon sac sur mon épaule. A ce moment, le mec s’était mis devant moi et m’avait arrêté.

« Aucun de vous ne traine vraiment avec les autres. De ce que j’ai entendu, vous n’êtes même pas venu à la journée d’intégration des premières années, ni au meeting du début du premier semestre. Personne ne connait vos numéros de téléphone. »

« C’est parce que je ne l’ai donné à personne. Je ne sais pas vraiment pourquoi tu veux qu’un solitaire comme moi vienne à une soirée… »

J’étais vraiment curieux. Mon cercle social ? J’étais satisfait avec celui que j’avais construit avec les personnes du donjon. Quant à l’Université, je ne savais déjà pas quoi faire avec Su Ye-Eun. Comme je ne voulais pas m’impliquer avec les autres, je ne parlais à personne et ne faisast que répondre poliment quand quelqu’un me parlait. Quant aux projets de groupe, je les esquivais juste. Qui avait le temps pour ça ? Je devais avancer dans le donjon !

Cette fois, une des filles s’était avancée.

« Il y a beaucoup de personnes qui veulent faire votre connaissance. Vous êtes tous les deux célèbres. »

« Su Ye-Eun, elle dit que tu es célèbre, félicitation. »

« Elle a dit que toi aussi ! »

« Peu importe ! Vous devez venir à cette soirée ! On part de l’école à 15h, soyez là ! »

L’autre fille m’avait regardé en disant ça. Puis elle avait réussi à obtenir mon numéro de téléphone. Elle allait surement m’appeler si je n’y allais pas. Regardant ces trois personnes partir comme un courant d’air, j’avais demandé à Su Ye-Eun.

« Les gens ne sont pas censés laisser les solitaires dans leur coin normalement ? Ils n’insistent pas comme ça d’habitude, non ? »

« Allons-y ! »

Elle avait complètement ignoré ce que j’avais dit et avait crié avec des étoiles plein les yeux.

« Ça a l’air marrant ! »

« Amuse-toi bien. »

« Allons-y ensemble. S’il te plaît ? Alleeeeeez ! »

« Huu. »

J’avais plongé dans mes pensées. Si je pouvais atteindre le 35ème étage d’ici la fin de la journée, dans ce cas… ouais, si je finissais mes trois Maitres d’Etage le matin, je pourrais me rendre à la soirée sans perdre trop de temps. En plus, ça n’avait pas l’air si mal. Comme ils avaient fait des efforts pour m’inviter, ça ne serait pas poli de ma part de ne pas y aller.

« Allez, pourquoi pas. Je viendrais. »

« Wouhouu ! Juste nous deux… je veux dire, la soirée va être géniale ! »

« Tu veux dire que ça va être bien car il n’y aura pas que nous deux ? »

« Auuuu, non ! »

J’avais puni Su Ye-Eun avec une pichenette sur le front. ‘Pense au nombre de fois où tu m’as fait t’acheter des frites !’

« Je ne t’emmène pas manger des frites aujourd’hui. »

« Pourquoi ?! »

« Si je dois venir à la soirée, il faut que je finisse quelque chose dans le donjon avant. Je n’ai donc pas le temps. »

« Chii, toujours le donjon par-ci, le donjon par-là… Qu’est ce qui est si marrant dans le fait de combattre des monstres effrayants ? C’est pas plus marrant de trainer avec moi. »

J’avais pincé sa joue en lui disant.

« Si tu ne fais pas attention à ton attitude, tu vas finir en danger un jour. »

« … Mais. »

« Si tu veux que je t’aide à régler ta peur des monstres, dis le moi. Je t’aiderais. »

Su Ye-Eun était victime de teratophobie, mais ça pouvait être soigné. Il suffisait d’écarter la peur dans le cœur de la personne. Ce n’était pas incurable, et si elle ne se soignait pas, elle finirait certainement par le regretter. A la suite de mon conseil sérieux, elle avait hoché la tête docilement.

« Oui… un jour. »

« Okay, dans ce cas, j’y vais. »

Alors que je lui avais dit au revoir et que je m’étais retourné, j’avais senti le regard des autres étudiants dans mon dos. En partant, j’avais essayé d’ignorer leurs regards et leurs murmures.

« Ils ne sortent vraiment pas ensemble ? »

« Ils disent que non ! En tout cas, il a dit qu’il venait à la soirée. »

« Argh, je le veux pour moi ! »

« C’est ça, continue de rêver. »

*

Le 31ème étage était particulièrement calme. Même lorsque j’avais crié « Commencer l’Exploration », aucun monstre n’était apparu. Pensant que quelque chose d’étrange se préparait, je m’étais lancé en avant. Le chemin était le même que d’habitude.

La seule différence était qu’il y avait des armures médiévales ici et là. Elles tenaient des armes diverses comme des couperets, des claymores, des rapières etc. Bien qu’elles ne bougent pas du tout, leurs apparences étaient solennelles et suspicieuses.

« Ça doit être elles, non ? »

Vous n’étiez pas là jusqu’à maintenant. Vous pensiez vraiment que je vous remarquerais pas si vous restiez immobiles ?’ J’avais chargé sur l’armure la plus proche. Lorsque je m’étais assez rapproché, elle avait émis un craquement avant de commencer à bouger. Bien que son couperet ait eu l’air lourd et aiguisé, ce n’était pas un problème tant qu’il ne me touchait pas.

« Ruyue ! »

[Auuuuuu !]

Alors que je la chevauchais, Ruyue avait hurlé tout en fonçant dans l’armure. La partie de l’armure qui était entré en contact avec elle s’était gelé avant de tomber au sol. Utilisant la lance qui brillait sous l’influence de Peika, j’avais frappé la partie congelée. A ce moment, une lumière aveuglante avait explosée.

[Coup Critique !]

L’armure avait volé en morceaux. Le couperet sans maître était tombé au sol avec un bruit sourd avant de disparaître en particules de lumières. J’étais assez surpris par le travail d’équipe entre Peika et Ruyue.

L’armure ne pouvait pas avoir d’os, ce qui voulait dire que mon titre de Briseur de Crâne ne s’appliquait pas. Mais même ainsi, l’armure s’était désintégrée après un seul coup critique. Non, ces gars étaient juste vraiment faibles, c’est tout. Afin de tester ma théorie, j’avais demandé à Ruyue d’attendre et n’avais utilisé que ma lance infusée avec Peika. Je l’avais frappé quatre fois avant qu’elle ne se brise.

« Oh, incroyable, Ruyue. »

[J’ai été bonne ? J’ai été bonne ?]

« Oui, tu as été très bonne. »

Apparemment, Ruyue ne faisait pas que rajouter un élémentaire à ma collection, elle apportait aussi une synergie avec Peika.

[Le Maître ne me félicite pas…]

« Pardon Peika. Toi aussi tu fais du bon travail. Je ne m’en sortirais pas aussi bien sans toi. »

[Vraiment ?]

« Bien sûr. »

[Hehehe, Merci Maître !]

Bien que je ne l’ai pas réellement senti quand je n’avais qu’un élémentaire, maintenant que j’en avais deux, j’avais l’impression de voyager avec deux enfants. Non pas que ça me gêne, vu qu’elles étaient toutes les deux mignonnes et adorables.

Pour un Elémentaliste, la communication avec ses élémentaires était une activité spéciale et agréable. Comparé à quand j’étais un Explorateur normal (bien que je suspectais ne jamais avoir été réellement normal pour commencer), j’étais parfois surpris par les faits que je connaissais subitement et les actions que j’entreprenais depuis que j’étais Elémentaliste. Mais je ne regrettais pas d’en être devenu un et de pouvoir vivre avec mes élémentaires.

Après avoir fini de féliciter mes deux groupies, j’avais levé les yeux et vu que les armures alignées comme des décorations avaient commencé à se rapprocher avec leurs armes dans leurs mains. Ces gars… est-ce qu’une Tempête pourrait les envoyer valser ? J’avais immédiatement essayé, mais ils n’avaient pas bougé d’un poil. Comme je le pensais, ils étaient lourds. (NdT : petite note : il ne les a pas attaqués, il a juste envoyé sa Tempête dans le vent pour voir s’ils bougeaient.)

J’avais corrigé ma posture sur Ruyue avant de me pencher légèrement en avant tout en pointant ma lance devant moi. J’avais réduit la quantité de mana dans mon Aura Spirituelle afin de le transférer à Ruyue. Ça avait eu pour résultat d’augmenter la quantité d’énergie de froid qui émanait de son corps. C’était comme si de la neige carbonique s’était déposée tout autour de ses pattes.

Je lui avais caressé la tête avant de lui murmurer.

« Ruyue. Cours. »

[Okay !]

« Allez ! »

[Auuuuu !]

Ruyue avait hurlé à la lune avant de s’élancer de toutes ses forces. Dès l’instant où elle s’était mise à courir, son incroyable vitesse avait rendu les alentours flous. J’avais l’impression d’entrer en vitesse lumière dans Star Wars, mais sans les étoiles. Les armures, appelées de façon très originale ‘armures-vivantes’, essayaient toutes de frapper Ruyue à son passage ou de bloquer notre chemin. Cependant, elle n’était pas un loup classique. Avant même qu’une armure ne puisse nous toucher, elle se trouvait enveloppée de glace, ce qui l’empêchait de nous attaquer.

Il ne me restait plus qu’à les éparpiller avec ma lance de foudre.

[Vous avez obtenu 400 pièces d’or !]

[Vous avez obtenu 420 pièces d’or !]

[Vous avez obtenu un Fragment d’Armure Vivante !]

[Vous avez obtenu 430 pièces d’or !]

[Vous avez obtenu un Fragment d’Armure Vivante !]

« Kuhat, c’est trop cool ! Ruyue, va plus vite ! »

[Auuuuu !]

Elle avait vraiment accéléré ! Sans le sort de Monte, j’aurais été expulsé de son dos depuis bien longtemps. Maintenant que nous étions incroyablement rapides, les armures vivantes du fond du 31ème étage s’étaient éveillées avant de se regrouper. Comme prévu, elles n’étaient fort qu’en surnombre.

{Woosh ! Whoosh !}

« Haaap ! »

Avec plus de cinq armes m’attaquant de front, j’avais appliqué plus de force dans mes bras afin de les frapper. L’énergie de froid de Ruyue les gelait ensuite sur place. Le seul son émis par les armures vivantes était un bruit de craquement, mais maintenant qu’elles étaient gelées, elles étaient aussi silencieuses que des armures classiques.

Alors même que nous nous précipitions en avant, j’en profitais pour terminer les armures gelées avec ma lance afin de les envoyer s’écraser sur les murs.

« Stupides déguisements d’armure ! »

[Vous avez obtenu 410 pièces d’or !]

[Vous avez obtenu 440 pièces d’or !]

A ce rythme, j’arriverais à la fin du 31ème étage au bout de quelques heures ! Avec un sourire carnassier aux lèvres, j’avais encouragé Ruyue.

« Ruyue, encore plus vite ! Plus vite ! »

[Auuuuu !]

« Venez tous à la fois, boîtes de conserves usagées ! »

Quels étaient leurs points communs ? Elles étaient faites de métal et vide à l’intérieur !

Juste comme ça, Ruyue et moi avions fini de balayer le 31ème étage.

Jusque-là, j’avais utilisé mon sort de Ruée pour accélérer mes traversées d’étages, où je devais faire attention à mon endurance et aux attaques ennemies. Mais Maintenant que j’avais Ruyue, qui courrait plus vite que moi et pouvait même bloquer les attaques ennemies, ma vitesse de nettoyage de donjon était effrayante. C’était comme ça que j’avais pu voir l’expression dégoutée de Lin en juste 3 heures.

C’était un secret, mais cette expression sur son visage était l’une de mes préférées !

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *