Infinite Competitive Dungeon Society – Chapitre 83

« Kyaaaaaaaaaaaaaaaaak ! »

« Peika ! Ruyue ! »

Dès l’instant où la succube avait hurlé à la mort, j’avais regagné conscience et appelé mes élémentaires. Elles étaient toutes les deux instantanément apparues.

« Kiaaaaaaaak ! »

[Maître !]

[Tu vas bien ? Tu vas bien ?]

« Avant que je ne replonge dans son charme, arrachez lui son autre œil ! »

Retirant mes yeux du corps de la succube, j’avais crié de toute mes forces. Bien que j’ai aussi besoin de demander de l’aide aux autres Explorateurs de donjon, je ne savais pas s’ils viendraient immédiatement ou non et j’étais effrayé à l’idée de me retrouver à nouveau sous l’emprise du boss. J’aurais pu appeler Peruta avec Manifestation Divine, mais la peur glaciale qui m’avait envahie m’avait fait oublier l’existence de mon maître.

« Kyaaaaaa ! Salope ! Je vais te buter ! Ailes du Corbeau Sanglant Tranche-Flamme ! »

[Flèche de Glace !]

[Lance de Foudre !]

Des explosions magiques avaient commencés à retentir violemment dans la pièce. Bien que des résidus m’aient atteint, ils ne pouvait pas me blesser gravement. Les étudiants contrôlés par la succube aurait pu être blessé, mais je n’étais dans une situation où je pouvais les protéger.

J’avais ensuite commencé à penser à ce qui s’était passé. Alors que j’étais sur le point de donner ma vie à la succube, je n’avais eu aucun contrôle sur mes actions. Je pouvais parfaitement me rappeler de cette sensation d’incapacité totale.

Mais dans cette situation où ma force vitale était sur le point d’être aspirée, un des yeux de la succube avait été arraché. Mais tous les autres étudiants étaient sous son contrôle, et comme ils étaient des humains ordinaires, ils n’avaient rien pu faire.

Avant que l’œil du boss ne soit arraché, Su Ye-Eun avait retiré sa capuche. Cela voulait dire qu’elle avait résisté au charme de la succube plus longtemps que moi. Sans parler du fait qu’elle n’était pas à côté de moi en ce moment. Cela ne laissait place qu’à une seule réponse.

Celle qui avait arraché l’œil au boss était Su Ye-Eun.

Comment ?!’ Elle était censée avoir une profonde teratophobie, et même sans ça, comment avait-elle eu la force d’arracher un membre à un boss de raid ?! Bien sûr la réponse était simple. Elle n’était surement pas atteinte d’une peur des monstres en plus d’avoir une capacité puissante lui permettant de blesser un boss de rang B d’un seul coup. Son camouflage ne devait pas juste cacher son apparence, mais aussi ses capacités.

« Tout le monde, levez-vous ! Tuez ces misérables insectes ! »

Au son de la voix glacée de la succube, j’étais sorti de mes pensées et avais relevé la tête. Les étudiants qui me regardaient avec un air bovin jusque-là avaient commencé à se relever.

Merde !’ Dans ce lieu empli de foudre, de feu et de glace, leurs vies seraient mises en danger par le simple fait de se relever ! Peu importait la situation, je ne pouvais pas me permettre de mettre en danger mes camarades étudiants sans rien faire. Mais que pouvais-je faire ? Après un instant, je m’étais souvenu d’une carte qu’il me restait à jouer pour les arrêter.

« Kiaaaaaaaaaaaaak ! »

[Vous avez utilisé Voile de l’Esprit Vengeur. Tous les ennemis aux alentours deviennent confus et appeurés !]

« Ueeeeek. »

« Je ne peux pas voir devant moi ! »

« Je dois suivre les ordres de la maîtresse ! »

« Hiik, n’approchez pas ! Arrêtez ! »

Bien qu’ils soient contrôlés par la succube, ils avaient toujours les capacités physiques d’humains ordinaires. Après avoir été affecté par le Voile de l’Esprit Vengeur, ils s’étaient combattus les uns les autres en se roulant au sol. Un par un, je les avais ramassés pour les jeter dans le couloir. Je pouvais sentir une odeur de sang remonter dans le couloir. Elle avait vraiment tué beaucoup de monde !

Fais chier ! Personne n’a contacté les Gardiens ?’ Maintenant que j’y pensais, il n’y avait personne pour les contacter ! Cette saloperie de succube devait avoir charmé tout le monde dès l’instant où elle s’était infiltrée dans l’université. Comme la soirée était organisée par elle, il était probable que même les caméras de sécurité n’étaient pas branchées.

De l’autre côté de la porte, dans la pièce, un son assourdissant avait fait vibrer l’atmosphère. Un frisson m’avait parcouru le dos. Cette femme appelait ses minions ! Pour utiliser le canal de communication des Explorateurs de donjon dont j’avais presque oublié l’existence, j’avais mis ma main devant ma bouche. A ce moment…

« Kyaaaaak ! Mes yeux ! Mes yeuuux ! »

[Maître, cette femme bizarre lui a arraché les deux yeux ! Son pouvoir de séduction a disparu !]

[Cette femme est effrayante. Effrayante.]

Peika et Ruyue avait volé vers moi. Son pouvoir de séduction avait disparu ? Me rappelant cette sensation de perte de contrôle, j’étais devenu prudent. Puis, j’avais vu Su Ye-Eun révélant entièrement son magnifique visage et ses cheveux flottants derrière elle alors qu’elle attaquait la Succube de Sang. Elle avait disparu puis était réapparue à un autre endroit alors que ses mains étaient teintes d’un rouge cramoisi.

Ses yeux luisaient d’une lueur vermeille, contrairement à d’habitude. Utilisant son camouflage, elle se cachait de la succube puis attaquait avec ses ongles à chaque fois qu’elle voyait une ouverture. Ses ongles avaient clairement étaient entourés de mana, leur donnant cette aura rouge. Bien que légèrement barbare, elle était forte et puissante.

Quant à la Succube de Sang, même si du sang coulait de ses orbites, elle réussissait à détecter Su Ye-Eun grâce à sa magie. Je n’en attendais pas moins d’un boss de raid ! Les murs avaient été détruits et les fenêtres avaient toutes volé en éclats. Si les choses continuaient ainsi, le bâtiment entier s’effondrerait.

Après avoir subi plusieurs attaques de la succube, Su Ye-Eun portait plusieurs blessures sur son corps. Bien que ses attaques soient puissantes, sa défense était assez faible. A ce rythme, elles s’entretueraient surement. Comme je n’avais plus à m’inquiéter des sorts de charmes de la succube, je ne pouvais pas me permettre de rester ainsi sans rien faire à les regarder combattre.

J’avais donc sorti ma Lance en Terre Noire de mon inventaire. Bien qu’utiliser Manifestation Divine fut possible, j’avais rapidement abandonné l’idée. De quoi étais-je effrayé ? De ne pas être capable de me venger avec mes propres moyens. Je me refusais à combattre avec la force de quelqu’un d’autre alors que je savais avoir la force nécessaire pour le faire moi-même.

« Peika. »

[Compris !]

Sans avoir à échanger beaucoup, elle avait compris mon intention et s’était infusée dans la lance. Sûrement à cause de la fluctuation de mana qui provenait de ma lance, le boss s’était retourné vers moi, ses orbites vides fixées droit dans mes yeux. C’était une vision d’horreur totale.

« Merci, Ye-Eun. Tu peux te reposer maintenant. »

« Hein !? »

Su Ye-Eun avait été secouée par ma voix, puis s’était retirée du combat avec obéissance. J’étais inquiet pour son état mental à cause de son changement soudain, mais elle semblait aller bien. Alors qu’elle se retirait du combat, j’étais entré dans l’arène.

« Toiiiiii ! »

Elle avait hésité entre m’attaquer et attaquer Su Ye-Eun, mais au final, elle avait choisi celui qui lui fonçait dessus, moi. Des dizaines de boules de feu étaient apparues en l’air et s’étaient précipitées sur moi. Ruyue avait alors grogné.

[Mur de Glace !]

Bien qu’ils soient tous les deux des boss de raid de rang B, il y avait une nette différence entre un boss de raid de 20 personnes comme la Succube de Sang et un boss de raid de 500 personnes comme le Sanglier de Fer Géant. Avec une grande quantité de mana à sa disposition, le mur de glace de Ruyue se dressait toujours après avoir essuyé les attaques répétées de Batgirl. (NdT : pour rappel, elle a des ailes de chauve-souris dans le dos.)

En vérité, la succube sans ses charmes était comme un tigre sans ses griffes. Il n’y avait aucune raison d’en avoir peur.

J’avais utilisé Vitesse Divine. En l’espace d’un battement de cil, je m’étais alors retrouvé en face d’elle. Balançant ma lance, j’avais d’abord tranché une partie d’une de ses ailes. C’était parce que ses ailes émettaient une aura de charme. Même si elle n’était plus en mesure de me charmer sans ses yeux, je n’avais aucune raison de lui laisser une arme potentielle.

« Kuaaaak ! Attends ! »

Elle avait finalement pris en compte ma puissance, et alors qu’un monstre basique aurait continué à attaquer sans réfléchir, elle, au contraire, avait tenté de marchander sa vie, voyant que la force ne fonctionnerait pas.

« Attends, attends. Laisse-moi vivre. S’il te plaît. Je, je te prêterais allégeance. Je ne suis qu’une simple succube. Cette femme est celle qui m’a malmenée. Si tu me sauves d’elle, je peux même te donner mon corps… »

« Je n’en ai pas besoin. »

Je l’avais interrompu. Je ne voulais pas perdre plus de temps que nécessaire à l’écouter. Elle pourrait bien être capable de régénérer son corps blessé pendant ce temps.

« Je veux juste vivre ! Je te serais fidèle, s’il te plait, ne me tue pas. Je ne tuerais pas cette femme non plus ! J’étais juste excitée après être apparue dans un monde comme ça ? Je, je m’excuse ! Mon corps pourrait t’être utile ! »

« Ton corps, hein ? »

« O-Oui ! Une fois que mes yeux se seront régénérés, je te servirais en tant que beauté à laquelle aucun homme ne peut résister. Je ferais ce que tu veux, s’il te plait, laisse-moi vivre. Je serais ton esclave ! »

Une succube qui peut prendre la forme d’une beauté. Quel homme ne serait pas tenté par cette proposition ? Son offre était tentante et ses mots étaient choisis précautionneusement.

Hélas, pour elle, elle avait choisi le mauvais adversaire.

« Dans ce cas, qui va payer pour tous ceux qui sont morts ? »

« Payer ? Qu’est-ce que tu… »

« A plus ! »

« Att- »

Sans une once d’hésitation, je lui avais tranché la tête. La Lance en Terre Noire dans laquelle j’avais infusé beaucoup de mana en écoutant parler mon adversaire, avait facilement séparé la tête du corps. J’avais alors attrapé la tête qui s’était envolée. Maintenant qu’elle était morte, je me rendais compte de sa faible puissance. J’étais frustré en réalisant que j’avais failli mourir devant une faiblarde comme ça. Il faudrait que je réfléchisse très sérieusement à ce problème.

Au même moment où la succube avait perdu la vie, les étudiants sur le sol avaient cessé de bouger. Ils n’étaient plus sous son contrôle et s’étaient effondrés.

L’instant d’après, ma petite fanfare personnelle avait retenti.

[Le Raid Evènementiel a été complété ! Avec juste un membre, vous avez réussi le raid ! Ce grand achèvement augmente énormément les récompenses ! Votre rang vastement supérieur par rapport à la puissance du boss réduit énormément les récompenses !]

[Vous avez complété un Raid Evènementiel et obtenu 1 point de stat comme récompense.]

[Vous avez obtenu les Boucles d’Oreille de la Succube de Sang.]

Laissant les messages pour plus tard, je m’étais tourné pour faire face à Su Ye-Eun. Elle me regardait avec un air hagard, puis avait réalisé que je la regardais aussi, ce qui l’avait sorti de ses pensées. Elle tenait ses mains entre elle avant de voir qu’elles étaient pleines de sang. Ses lèvres et ses mains s’étaient alors mises à trembler, suivi par tout son corps. C’était le symptôme qui m’avait fait douter de sa teratophobie.

« N-Non, Shin. »

« Hm ? »

« C-Ce n’était pas moi. Ce n’était pas moi, donc n’ai pas peur. »

« Peur… ? »

Après avoir entendu ça, j’avais commencé à comprendre la vraie raison pour laquelle elle tremblait devant les monstres.

Elle n’avait pas peur des monstres, elle avait peur d’elle-même, qui devenait extrêmement cruelle lorsqu’elle les combattait, et elle avait peur que les autres soient effrayés en la voyant faire.

Je lui avais alors répondu.

« Qu’est-ce que tu entends pas peur ? Tu étais super cool. En plus, je suis celui qui a envoyé sa tête valser. Pourquoi devrais-je être effrayé par quelque chose comme ça ? »

J’étais un peu désolé car mes mots étaient loin de ce qu’on aurait pu attendre de quelqu’un cherchant à réconforter quelqu’un d’autre. Mais ça semblait avoir fonctionné sur elle. Ses tremblements avaient commencés à s’estomper. Ses yeux, qui étaient toujours teintés de rouge, s’étaient élargis.

« C-Cool ? Je n’étais pas effrayante ? »

« Ouais, super cool, comme une femme guerrière. Ah, je te conseillerais par contre de prendre une arme… mais tu étais bien plus cool que quand tu tremblais devant un monstre. »

« …Vraiment ? J’étais cool ? » (NdT : une autre petite couche, histoire qu’on ait bien compris ? Oui, elle était cool.)

« Ouais. »

J’avais hoché la tête sans hésitation. Comme je disais ce que j’avais réellement sur le cœur, je n’avais aucune raison de me retenir. Su Ye-Eun m’avait sauvé alors que j’étais sur le point de mourir. Si j’étais une fille, je serais tombée follement amoureuse de mon chevalier protecteur, qui s’avérait être aussi une fille.

Elle s’était alors mise à pleurer. Sans crier gare, elle avait sangloté violemment.

« Hic, hic… »

« Euuuuh, heu, comment dire… J’ai dit quelque chose de mal ? »

« Hic, uwaaaaaaaaaaaah ! »

Elle avait alors couru dans mes bras en criant de toutes ses forces. Apparemment non, je n’avais pas fait quelque chose de mal. C’était même peut être l’opposé. (NdT ! OMG OMG ! Il a compris une fille pendant un instant !)

J’étais content qu’elle puisse alléger le poids sur son cœur mais j’étais en même temps mal à l’aise car je ne savais pas quoi faire pour la faire arrêter de pleurer. Les autres étudiants dans le bâtiment réaliseraient rapidement que quelque chose s’était passé. Si je voulais éviter d’être découvert, il fallait que je m’échappe rapidement…

Je n’avais pas d’autre choix. J’avais d’abord appelé Peika en lui donnant un ordre et beaucoup de mana. Après qu’elle soit sortie de la pièce, j’avais mis ma main sur l’épaule de Su Ye-Eun et l’avait réconforté.

« C’est bon, c’est bon, Su Ye-Eun. Ne pleure pas. Je ne sais pas ce que tu as vécu dans le passé, mais tout d’abord, il faut qu’on se lave et qu’on se débarrasse des preuves, compris ? »

« Tu m’as appelé Ye-Eun un peu plus tôt. Hic. »

Les Anglaises, les Lukans et même les Coréennes… Pourquoi est-ce qu’elles insistaient autant sur la façon dont je les appelais ?!

« Ok, Ye-Eun. Fini les pleurs. Allons-nous nettoyer et nous reposer, d’accord ? »

« Hic, hic, ueeeeeeeeeeeeeeeeeh ! »

Apparemment, j’en avais pour un moment avant de pouvoir lui parler sans qu’elle pleure. Je lui avais caressée les cheveux alors qu’elle pleurait dans mes bras, tout en regardant par la fenêtre cassée. Les deux lunes étaient claires cette nuit-là.

Presque comme pour dire que le monde avait changé.

Presque comme pour dire qu’il restait encore un peu de temps avait que le soleil ne se lève.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *