Infinite Stratos – Tome 2 Chapitre 1

Un dimanche, en début juin. Pour la première fois depuis longtemps, j’étais loin de l’Académie IS — ce qui signifie que j’étais chez les Gotandas.

« Et ? » me demanda-t-il.

« Et, quoi ? » lui demandai-je.

Hmmm. Dan Gotanda avait soudainement déclenché une conversation lors du lancement d’un round de notre jeu de combat.

Hé, attends ! Ne te contente pas de libérer ton coup suprême alors que tu fais cela en même temps ! Ce n’est pas juste ! pensai-je.

« Après tout, c’est une école de filles. Tu as dû avoir beaucoup d’occasions pour diverses situations intéressantes, n’est-ce pas !? » me demanda-t-il.

Pas possible… Combien de fois dois-je le lui dire avant qu’il le comprenne finalement ? me demandai-je.

J’avais rencontré Dan dès le premier jour de ma première année au collège et, d’une manière ou d’une autre, il s’était retrouvé dans la même classe que Rin et moi pendant les trois années. Ainsi, nous avions fini par traîner ensemble à l’époque quasi tout le temps, mais…

« Voyons, ne me cache rien. J’ai vu la photo que tu m’as envoyée. L’endroit ressemble à un paradis sur Terre. Ne peux-tu pas me faire entrer en douce ? » me demanda-t-il.

Ça n’arrivera pas dans un million d’années, pensai-je.

Ma nouvelle école était l’Académie IS, une académie de formation spéciale administrée par le gouvernement. Un Infinite Stratos, ou plus simplement IS, était un exosquelette se transformant développé à l’origine pour l’utilisation dans l’espace, mais maintenant ils forment l’épine dorsale des armées internationales sur Terre. Les IS avaient été développés par la grande sœur de ma première amie d’enfance, la fille qui essayait de cacher quelque chose, mais c’était une longue histoire pour une autre fois. Le fait était que l’IS ne pouvait être piloté que par des femmes. Et j’étais un homme.

J’étais donc là, Ichika Orimura, apparemment le seul homme au monde qui pouvait piloter un IS, à moitié forcé à m’inscrire à l’Académie IS. Inutile de dire que, les autres étudiants, les enseignants et le personnel étant toutes des femmes, j’étais très populaire dans les dortoirs.

« Eh bien, tu sais. Je suis content que Rin ait été transférée, je n’avais personne d’autre à qui parler, » déclarai-je.

« Oh, oui, Ling. Elle doit être…, » commença-t-elle.

Hm ? Qu’est-ce que c’était que ce demi-sourire, mi-rictus sur son visage ? Quel taré ! pensai-je.

« J’ai encore gagné ! » s’écria-t-il.

« Hé, attends ! Ce n’est pas juste ! Tu ne devrais pas pouvoir me tuer avec des dégâts minimaux en mode hyper actif ! » m’écriai-je.

Je devrais mentionner que le jeu auquel Dan et moi jouions était « Infinite Stratos : Versus ». Tout le monde y jouait. Il avait été vendu à un million d’exemplaires au cours de son premier mois. Il avait utilisé les données du deuxième tournoi mondial IS le « Mondo Grosso ». Mais à cause de ce qui s’était passé à l’époque, ma sœur Chifuyu n’avait pas été incluse.

« Le Tempesta italien est vraiment bon. La chose est à peu près imbattable, » me déclara-t-il.

« Tu devrais choisir autre chose un jour. Peut-être le Maelstrom britannique, ou quelque chose comme ça, » déclarai-je.

« Non, cette chose est beaucoup trop maladroite. En plus, il n’encaisse pas bien les dommages, et ses combos ne fonctionnent jamais bien, » déclara-t-il.

Le jeu avait été développé par une société japonaise, et bien sûr, tous les pays avaient émis les mêmes plaintes.

« Il n’y a aucune chance que le nôtre soit aussi sous-puissant ! » déclarai-je.

Les développeurs avaient fini par devoir publier 21 versions localisées distinctes, chacune avec l’IS de ce pays réglé comme étant le plus puissant. Et ils s’étaient vendus comme des fous. Cela devait être sympa de pouvoir faire 21 versions différentes en ajustant quelques chiffres. Puis, il y avait eu une anecdote selon laquelle ils avaient dû annuler les plans pour les championnats du monde parce qu’ils n’avaient pas réussi à s’entendre sur la version à utiliser.

« Bref, de retour sur Ling…, » déclara Dan.

La tentative de Dan de ramener la conversation sur Rin avait pour une raison quelconque échoué lorsqu’un nouveau challenger était apparu.

« Dan ! Je croyais t’avoir dit que le déjeuner était prêt ! Allons-y…, » déclara la nouvelle arrivante.

La sœur de Dan, Ran Gotanda, avait alors donné des coups de pied dans la porte. Elle était d’un an plus jeune, donc en troisième année du collège. Elle était l’élève d’honneur d’une célèbre école privée, elle ne pouvait pas être plus différente que son frère.

« Oh, hé, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. Je pensais passer plus tôt, » déclarai-je.

« I-Ichika !? » s’écria Ran.

J’avais supposé que les filles s’habillaient vraiment quand elles étaient à la maison. Ses cheveux avaient été maintenus jusqu’à la longueur des épaules avec uniquement une pince. Elle portait un short pratique et un débardeur. Mais, vous savez, depuis que j’avais emménagé dans les dortoirs de l’Académie IS, je m’étais habitué aux filles qui portaient peu de vêtements ou qui n’étaient tout simplement pas du tout habillées. Elles étaient toutes comme ça là-bas. Leur encolure avait semblé plonger au fur et à mesure que la température extérieure augmentait. Et comme il n’y avait pas d’autres hommes, que ce soit parce qu’elles pouvaient s’en tirer sans problème ou parce qu’elles s’en fichaient, presque toutes les filles ne portaient pas de soutien-gorge.

Alors, disons-le franchement, j’étais un lycéen en bonne santé. Où étais-je censé regarder dans un tel cas ? C’était incroyablement gênant chaque fois que je remarquais qu’une fille essayait de se couvrir quand elle avait remarqué que je la regardais.

« E-Es-tu venu me rendre visite ? J’avais entendu dire que tu étais dans un pensionnat, » s’écria-t-elle.

« Bien sûr, mais j’ai décidé de sortir aujourd’hui. J’étais dans le coin pour vérifier la maison, alors j’ai fini par passer, » répondis-je.

« Je vois…, » déclara-t-elle.

Pour une raison inconnue, Ran avait toujours été très réservée et polie quand elle me parlait. C’était bizarre.

« Ran, tu devrais apprendre à frapper. Tu ne veux pas qu’il pense que tu n’as pas de manières —, » déclara Dan.

Le regard foudroyant de Ran était presque audible. Dan avait rétréci comme un plomb qui avait eu une touche. Comme d’habitude, il était facile de voir les relations dans cette famille.

« Pourquoi ne m’as-tu rien dit ? » lui demanda Ran.

« Attends un peu. Je suis désolé, » déclara Dan en riant nerveusement.

« … »

Ses yeux brillaient. Ran fixa de nouveau Dan, comme si elle plongeait un couteau dans un cadavre, alors qu’elle s’éloignait rapidement de la pièce.

« Ichika, tu es aussi le bienvenu pour le repas. Nous rejoindras-tu ? » me demanda-t-elle.

« Oh, bien sûr. Je vais venir. Merci, » répondis-je.

« Oh, ne t’inquiète pas pour ça, » déclara-t-elle.

*Clack*. La porte avait été fermée avec force et le silence s’était installé.

J’avais récemment pensé à lancer une sitcom appelée « Dan & Ran ». Crois-tu que ça irait le dimanche matin ? Eh bien, je suppose que non.

« C’est drôle. Je connais Ran depuis quoi, trois ans maintenant ? Et elle ne s’est toujours pas vraiment ouverte à moi, » déclarai-je.

« Hein ? » s’exclama-t-il.

Tout simplement pour changer de sujet pendant une minute, j’étais toujours étonné quand je voyais un gars donner un surnom mignon à une fille. Je ne pourrais jamais faire ça, même quand c’était la petite sœur d’un ami. Alors je l’avais appelée Ran. Je me souvenais encore de son ambiguïté alors qu’elle l’acceptait avec un « Eh bien, je suppose que c’est bon… »

« Eh bien, je peux dire qu’elle semble être comme coincée. Elle a même failli s’enfuir de la pièce, » déclarai-je.

« … »

Dan avait poussé un soupir qui avait été suivi par un deuxième.

« Quoi… ? » lui demandai-je.

« Oh, rien ! Je pense juste que parfois tu fais ça exprès, » déclara-t-il.

« Hein ? » lui demandai-je.

« Ahh, peu importe, c’est bon si tu ne le comprends vraiment pas. Je n’ai pas besoin d’un petit frère si proche de mon âge, » déclara-t-il.

Pourquoi parlait-il de frères ? Je n’avais vraiment pas compris ses pensées.

« Peu importe. Allons manger et ensuite, on ira traîner en ville, ou quelque chose comme ça, » déclara-t-il.

« Bien sûr, le déjeuner a l’air bon. Alors merci d’avance, » lui répondis-je.

« Ce n’est pas grave. Il ne restera que quelques restes de plats spéciaux du midi, » déclara-t-il.

Oh, est-ce encore ce ragoût de courge sucrée ? Me demandai-je.

Ça ne me dérangeait pas vraiment, quel que soit ce que c’était, donc ce n’était pas grave. J’étais tout simplement reconnaissant qu’ils me permettent de manger avec lui. Et n’oublions jamais d’être reconnaissants envers les agriculteurs et les cuisiniers.

« Quoi qu’il en soit, allons-y, » déclara Dan.

Nous avions quitté la chambre de Dan et nous étions descendus au rez-de-chaussée. Nous étions sortis par la porte arrière avant de nous diriger vers l’entrée du restaurant se trouvant à l’avant.

C’était un peu gênant, mais Dan avait dit que cela « aide à garder les affaires en dehors de leur vie privée ». Je suppose que c’était vrai. La chose la plus importante qu’une maison pouvait faire était de satisfaire les gens qui y vivaient. Mais cela ne signifierait-il pas que les rénovations que vous aviez toujours vues dans les émissions de télévision avaient rendu les maisons moins habitables ? Quoi qu’il en soit, assez de cette histoire de satisfaction des résidents.

« Arg. »

« Hmm ? » lui demandai-je.

« … »

J’avais essayé de jeter un coup d’œil vers Dan et j’avais vu ce qui avait provoqué sa déception vocale si évidente. Une autre personne semblait déjà être à notre table.

« Quoi ? Préférez-vous manger à l’extérieur ? Ça peut s’arranger, » demanda l’autre personne.

« Tu as entendu ça, Ichika ? Ces tonalités sourdes ? C’est assez pour me faire pleurer, » déclara Dan.

Ran était là, à la table. Je n’avais pas de mouchoir pour sécher les larmes de Dan. Ce qui était bien, parce que je n’avais non plus aucune motivation de le faire.

« Pourquoi ne mangeons-nous pas ensemble ? Asseyons-nous simplement. Il y a encore d’autres clients, » demandai-je.

« Oui, idiot. Assieds-toi, » déclara Ran.

« Très bien, très bien, » répliqua Dan.

Nous nous étions assis l’un à côté de l’autre à la table : moi, Dan, puis Ran.

Hmm ?

« Hey, Ran, » lui demandai-je.

« O-Oui ? » me demanda-t-elle en réponse.

« N’as-tu pas changé de vêtements ? Sors-tu quelque part ? » lui demandai-je.

« Ah, eh bien, euh, ouais, mais…, » répondit Ran.

Il ne restait aucune trace de la fille en vrac que j’avais vue avant. Elle avait laissé descendre ses cheveux, et ils pendaient en semblant s’illuminer tellement ils semblaient pleins de vie. Sa robe était une robe à manches courtes dans un tissu léger, parfaite pour le mois de juin. Sous l’ourlet se trouvait une paire de jambes remplies de l’énergie propre aux adolescentes. Ses chaussettes noires avec de minuscules froufrous étaient probablement ce qui plaisait le plus aux filles en ce qui concerne ce genre de choses. Eh bien ! Bien sûr que cela n’était pas quelque chose pour laquelle j’étais un spécialiste.

« Oh ! » C’était comme si une ampoule s’était mise à clignoter au-dessus de ma tête alors qu’une idée m’avait frappé.

« Est-ce que tu as un rencard de prévu après ça ? » lui demandai-je.

*Boom !*

« Absolument pas ! » cria Ran.

Wôw, elle avait frappé la table alors qu’elle l’avait instantanément nié. J’avais peut-être tout à l’heure marché sur une mine terrestre en lui demandant ça. C’était le genre de chose qui avait conduit les individus à dire que les Japonais n’avaient pas d’instinct de survie. Si cela avait été un champ de bataille, je serais déjà mort. Tout ce que je pouvais faire, c’était de maudire ma naïveté.

« Désolé, » déclarai-je.

« De toute façon, ce n’est pas un rendez-vous, » déclara-t-elle.

« Ça ne l’est pas ? En tant que frère, j’espérais que cela l’était. Je ne t’ai pas vu t’habiller comme ça à mon…, »

*Clack!*

La « Soudaine Griffe de Fer », aussi connue sous le nom de « Silencieux », si je me souviens bien, venait d’être utilisée. Cela avait dans tous les cas coupé le souffle de Dan. Quel geste terrifiant ! Où avait-elle appris quelque chose comme ça ? Les écoles privées de filles avaient-elles inclus les techniques d’assassinat dans leur programme d’autodéfense ?

« … ! »

« Ghhhhhhrhhrgh ! »

Nos yeux s’étaient rencontrés. Ran était comme une reine lunaire froide et royale, regardant vers le bas un Dan pitoyable, dont la tête hochait encore et encore pendant qu’il suppliait pour que ses péchés soient pardonnés. Mais je n’avais pas pu m’empêcher de dire à haute voix ma pensée… « Vous êtes toujours sur la même longueur d’onde. »

« Quoiiii !? »

Oh, ils sont parfaitement synchro, constatai-je.

« Si vous ne mangez pas, vous sortez, » déclara une autre voix.

« Nous mangeons ! » s’écria Dan.

Gen Gotanda, avec plus de 80 ans, mais toujours en bonne santé et plein d’énergie, était là en tant que propriétaire du restaurant Gotanda et chef de famille. Il était soudainement apparu. Les manches de sa veste de chef étaient retroussées jusqu’aux épaules, ce qui exposait ses bras musclés. Ces bras musclés, qui remuaient deux woks à la fois, étaient d’un brun profond toute l’année à cause de la chaleur. C’était un bronzage cent fois plus sain que d’aller dans un salon. Et je savais par expérience que ses poings étaient capables de faire un bon duel face à ceux de Chifuyu.

OK, il est temps de la fermer et de manger, pensai-je.

« Merci pour le repas. »

« Merci pour le repas. »

« Merci pour le repas… »

Moi, ainsi que Ran et Dan avions répondu dans l’ordre.

« D’accord. Allons-y ! » s’écria Dan.

Avec un signe de tête satisfait, Gen s’était tourné afin de s’occuper de la prochaine commande. On aurait dit qu’il grillait, littéralement, la spécialité de Gotanda, le « Sauté de légumes aux flammes de l’enfer », alors que le son de découpe d’un hachoir résonnait dans la pièce.

Nous avions commencé notre bavardage à l’heure du déjeuner avec en toile de fond des légumes grésillant. Bien sûr, nous étions encore prudents dans nos manières, car parler avec la bouche pleine serait récompenser avec un wok volant.

« Quoi qu’il en soit, Ichika. J’ai entendu dire que tu as pu retrouver Ling et, euh, qui était-ce, ta première amie d’enfance ? » me demanda Ran.

« Tout à fait, Houki, » répondis-je.

« Houki ? Qui est-ce ? » demanda Dan.

« Je viens de le dire. Ma première amie d’enfance, » déclarai-je.

« Ling était alors ta deuxième ? » demanda Dan.

« Eh bien, euh…, » déclara Ran.

Pour une raison inconnue, plus nous parlions de Rin, et plus l’expression de Ran devenait dure. Leurs noms se ressemblaient, alors peut-être qu’il s’agissait d’une sorte de dégoût de soi ?

« Bref, ouais, on s’est retrouvé dans la même chambre pendant un moment, mais maintenant…, » commençai-je.

*Clack*

« LA MÊME CHAMBRE !? » s’écria Ran.

Ran, visiblement secouée, avait bondi sur ses pieds. Un instant plus tard, sa chaise s’était cognée sur le sol derrière elle.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Calme-toi, » déclarai-je.

« Oui, calme-toi, » déclara Dan.

Un autre regard fut effectué de la part de Ran sur Dan. Et encore une fois, il s’était rétréci sur sa chaise. Dan ne se sentait pas très « bien » en ce moment. Gen était toujours allé doucement avec Ran. Si l’un d’entre nous avait renversé une chaise, une louche volerait avant qu’elle ne touche le sol.

« Même chambre ? Veux-tu dire que tu cohabites avec elle ? » me demanda-t-elle.

Quelle belle façon de le dire ! Mais le Japon avait toujours été un pays qui valorisait ses traditions. De ce point de vue, Ran était tout simplement normale.

Il y a beaucoup de choses que moi-même ne comprenais pas, pensai-je.

« Je suppose qu’on peut le dire comme ça. Mais c’était seulement jusqu’au mois dernier. Nous sommes bien sûr maintenant dans des pièces différentes, » déclarai-je.

Le tofu frit était excellent aujourd’hui.

« Pendant un mois et demi, vous dormiez tous les deux dans la même chambre !? » s’écria Ran.

« C’était à peu près ça, » déclarai-je.

N’était-ce pas le bruit d’un truc qui craquait ? Non, je devais entendre des choses.

Qu’est-ce qui t’arrive, Dan ? Pourquoi transpires-tu ? As-tu découvert une nouvelle intrigue secondaire ? Me demandai-je.

« Dan. Il faut qu’on parle, » déclara Ran.

« Ichika et moi étions sur le point de sortir…, » Dan riait d’un rire boiteux.

« Alors, cela sera plus tard au cours de la soirée, » elle l’avait brusquement coupé.

Je savais qu’elle était la présidente de classe d’une école terminale. Peut-être que c’était là qu’elle avait appris à être si perçante par moments ?

« Eh bien… J’ai pris ma décision, » déclara Ran.

À propos de quoi, exactement ? Me demandai-je.

« Je m’inscris à l’Académie IS l’année prochaine, » déclara Ran.

*Claquement*

« Qu’est-ce que tu as… ? » demanda Dan.

*Bruit sourd*

Une louche avait frappé Dan au visage. Sa chaise basculante s’était écrasée sur le sol à côté de lui, presque en s’excusant.

« Quoi ? Tu postules ? Pourquoi !? Ran, tu vas déjà dans une grande école qui te mènera jusqu’à la fac ! » s’écria Dan.

Quel que soit son nom, c’en était un que j’avais déjà oublié.

« Ce n’est pas grave. Mes notes sont plus qu’assez bonnes, » déclara Ran.

« Je ne peux vraiment pas recommander l’Académie IS…, » commença Dan.

Dan s’était levé en tremblant. Ses PV étaient peut-être faibles, mais son temps de régénération était court. Il s’agissait du talent caché de Dan, mais ce n’était pas comme si cela allait l’aider.

« Je ne suis pas comme toi, et je n’aurai pas d’ennuis à l’examen, » déclara Ran.

« Ce n’est pas ce que je… Hé, Ichika ! N’y a-t-il pas aussi un examen pratique ? » me demanda Dan.

« Oh, ouais. Ils vous mettent dans un IS et font un test de démarrage. Je pense qu’ils te rejetteront si tu n’es pas douée pour ça, » répondis-je.

Vous alliez également être évalué sur quelques manœuvres simples, et c’était probablement ainsi qu’ils avaient établi le classement initial. Ma bataille avec ma surveillante (dont j’avais appris plus tard qu’il s’agissait de Mademoiselle Yamada) en faisait également partie.

« … »

Silencieusement, Ran avait sorti une feuille de papier plié depuis sa poche. Dan l’avait pris et l’avait ouvert.

« Guh !? » s’écria-t-il.

Qu’est-ce que tu as vu là-dedans ? Guan Yu ? Où sont les gongs ?

« Examen d’aptitude de base à l’IS… Rang : A…, » murmura Dan.

« Ce petit problème a déjà été réglé, » déclara Ran.

Quelle réplique impressionnante ! J’adorerais l’utiliser un jour.

« As-tu fait celui qui est ouvert à tout le monde ? J’avais entendu dire que le gouvernement faisait cela dans le cadre de ses efforts pour recruter des pilotes IS, » demanda Dan.

« Oui. C’est gratuit, » répondit Ran.

« La gratuité, c’est bien. Si tu peux l’obtenir gratuitement, prends-le, » déclara Gen en hochant la tête.

Il y va vraiment doucement avec Ran…, pensai-je.

« C’est pourquoi…, » commença-t-elle à dire.

S’éclaircissant la gorge, Ran se reposa légèrement sur sa chaise et se redressa de nouveau.

« Ichika, si tu pouvais me donner un coup de main pour les cours…, » commença-t-elle.

« Bien sûr. Si cela te permet d’y arriver, alors cela me va, » déclarai-je.

Une assurance un peu oisive avait plutôt quitté mes lèvres, mais Ran s’y était accrochée.

« Promets-le-moi ? Tu ferais mieux de ne pas mentir ! » déclara Ran.

« Bien sûr, » répondis-je.

Me sentant un peu sous pression par son enthousiasme, j’avais hoché la tête à deux reprises.

« Allez, Ran ! Tu ne peux pas changer l’endroit où tu vas pour l’école sur un coup de tête ! Pas vrai, maman ? » demanda Dan.

« Eh bien, je ne vois rien de mal à cela. Merci d’avoir accepté de l’aider, Ichika, » déclara sa mère.

« Bien sûr, » déclarai-je.

Ren Gotanda, la fille autoproclamée de Gotanda. Son âge réel était un secret. Elle avait dit qu’elle avait arrêté de vieillir à 28 ans. Il y avait toujours un sourire sur son visage. On disait qu’un peu de gentillesse faisait toujours paraître quelqu’un sous un meilleur jour. Aujourd’hui, elle était époustouflante.

« Que veux-tu dire par “bien sûr” ? » me demanda Dan.

Pour une raison inconnue, Dan était le seul à s’énerver. Pourquoi était-il si inquiet ?

« Arg, papa n’est même pas là pour en parler ! Et toi, grand-père ? » lui demanda Dan.

« Ran a pris sa décision. Ce n’est pas à nous d’en discuter avec elle, » déclara son grand-père.

« Ce n’est pas ça, mais —, » commença Dan.

« Est-ce qu’il y a un problème avec ça ? » demandai-je.

« Non…, » répondit-il.

C’était vraiment une mauviette. Si j’avais quelque chose à dire, je le dirais, même si c’était à la famille. Si on m’avait dit. « Alors, penses-tu pouvoir t’occuper de ta sœur ? » j’aurais pensé au seul membre de ma famille proche…

Eh bien, je vais devoir m’engager à ça, pensai-je.

« Alors, c’est réglé. C’était délicieux, merci ! » déclara Ran.

Ran avait fini son repas sans qu’on s’en aperçoive. Elle avait posé ses baguettes et s’était serré les mains tout en se levant. Bien sûr, elle avait aussi nettoyé sa place. Un jour, elle ferait une bonne épouse. Et peu importe qui finissait par être marié avec elle, il serait très heureux.

« Ichika, » Dan s’était penché vers moi, le visage serré, et avait chuchoté pour une raison inconnue. « Tu as besoin d’une petite amie. Et vite. »

« Quoi !? » m’écriai-je.

« Ne me “quoi” pas ! Dépêche-toi, c’est tout ! Cette année, non, ce mois-ci ! » déclara Dan.

Qu’est-ce qui l’avait tant énervé ? Oh, tu savais que le bétail ne pouvait pas distinguer la couleur rouge ? La cape rouge d’un torero était à la place là pour exciter les humains, ou quelque chose comme ça.

« Je ne cherche pas vraiment ce genre de choses en ce moment, » répondis-je.

« Qu’est-ce que tu es, une sorte de vieil homme desséché ? Ce n’est pas étonnant que Ling —, » commença Dan.

« Hein ? Et pour Rin ? » lui demandai-je.

« Oh, rien. Bref, mon pote, tu as vraiment besoin d’avoir rapidement une relation plus sérieuse. Avec quelqu’un. N’importe qui, » déclara Dan.

Que cherchait-il à faire là ? Comment en sommes-nous arrivés à ce sujet ?

« Les femmes sont aussi toujours toutes après toi. Pourquoi est-ce ainsi ? Essaies-tu d’être une sorte de tombeur ? » me demanda-t-il. Donnez-moi la moindre chance !

« Pourquoi es-tu si en colère ? » lui demandai-je.

« Je ne suis pas en colère ! » répondit Dan.

Oh, il était en colère. Dan était vraiment le genre de gars qui insistait pour dire qu’il était sobre quand il était ivre. Du moins, c’était ce que je supposais qu’il ferait dans un tel cas. Ce n’était pas comme s’il avait déjà été saoul.

« Dan, » déclara une voix féminine.

Oh, Ran était de retour. Pour une raison ou pour une autre, j’avais eu l’impression que la température dans la pièce avait soudainement chuté.

« O-O-O-O-O-Oui ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Dan.

Dan tremblait. Avait-il froid ?

Curieux, j’avais jeté un coup d’œil à Ran. Nos regards s’étaient rencontrés une fraction de seconde, et à ce moment-là, je n’avais rien vu d’autre que la mort dans ses yeux.

 

***

 

Reste en dehors de ça ! crièrent ses yeux.

Peu importe le fait qu’elle était capable d’abattre n’importe qui du bout du doigt, c’était comme si elle pouvait également le faire d’un simple regard.

« De toute façon, j’y vais maintenant, » déclara Ran.

Elle s’était mise à courir hors de la pièce après avoir repris le contrôle d’elle-même.

« … »

Dan s’était encore assis, comme s’il était congelé en place. Il faisait chaud aujourd’hui. Ainsi, si je le laissais là, il finirait par dégeler.

« De toute façon, on ne peut pas laisser le repas refroidir, » déclarai-je.

La courge à l’étuvée était trop sucrée, comme d’habitude, mais le curry au piment était délicieux. Comment avaient-ils pu faire ressortir la saveur ainsi ? Je devrais leur demander un jour, car j’adorerais laisser Chifuyu l’essayer.

« Pourquoi… Après…, » balbutia-t-il.

« Hmm ? » lui demandai-je.

« De toute façon, pourquoi toutes les filles sont-elles à tes pieds ? Est-ce ton visage ? Est-ce un visage de tombeur ? Et si tu gardais la partie palpitante et que tu me laissais avoir leur cœur, je serais content ! » s’écria Dan.

Qu’est-ce qu’il raconte ? Me demandai-je.

« Calme-toi, Dan ! » déclara son grand-père.

« Oui, grand-père. Je suis désolé, » déclara Dan.

Les réprimandes de Gen avaient à peine quitté sa bouche que, d’un geste rapide, Dan s’excusait sur sa chaise en un léger mouvement du buste. Il avait été bien élevé. Ou peut-être que le mot « entraîné » lui ressemblait davantage ? Avec une bonne formation, même le roi de la jungle sauterait à travers des cerceaux enflammés.

« Ichika, allons-y pour une partie un contre un plus tard, » déclara Dan.

« Bien sûr. Quel jeu ? » lui demandai-je.

« En hockey sur table, » répondit-il.

Pourquoi aurait-il choisi quelque chose dans laquelle il avait perdu contre moi les 10 dernières fois ? Essayait-il de mettre son dos contre le mur ? Je pense que c’était bien ça.

« Je me suis beaucoup amélioré depuis le collège, Ichika ! » déclara Dan.

C’était comme si un dragon s’enroulait devant un rideau de flammes, prêt à prendre son envol. Ma main gauche s’était resserrée en un poing en tremblant en prévision de notre combat.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 1 partie 2

« Arg, mes mains sont si douloureuses, » murmurai-je.

Le dragon n’avait été qu’une illusion. Au cours de cette journée, j’avais remporté seize victoires d’affilée. Plus de la moitié de « mes » points étaient aussi des buts contre son camp.

« … »

Il était six heures et demie. J’étais de retour à mon dortoir, allongé dans mon lit. Comme mes mains tremblaient également un peu après l’entraînement, j’avais regardé l’autre lit. Jusqu’à la semaine dernière, Houki aurait été là, mais maintenant elle était dans une pièce séparée. J’avais l’impression que cette pièce était trop grande pour une seule personne.

« Hmm. »

Pourquoi est ce qu’Houki est apparue dans mon esprit tout d’un coup ? Me demandai-je.

Je me souvenais du jour où elle avait changé de chambre. Juste au moment où je pensais qu’elle reviendrait, elle avait fait une soudaine déclaration et s’était enfuie comme un lapin, presque comme le calme après une tempête.

Ce tournoi se déroule ce mois-ci, n’est-ce pas ? Me demandai-je.

J’avais alors vérifié le calendrier sur le mur.

Le tournoi à niveaux séparés… Comme son nom l’indiquait, il s’agissait de tournois individuels organisés au cours de chaque année scolaire. On dirait qu’il allait prendre une semaine entière. Il y avait une raison simple et évidente pour laquelle cela prendrait autant de temps. La participation était obligatoire.

Chaque année d’études comptait environ 120 élèves. Un tournoi avec une si grosse fourchette de personne représentait donc quelque chose d’énorme. Les premières années n’avaient pas eu beaucoup de temps pour s’entraîner, de sorte qu’ils étaient surtout évalués en fonction de leur talent naturel, tandis que les deuxièmes années seraient notées en fonction des progrès et les troisièmes années en fonction de l’efficacité au combat. C’était surtout une affaire sérieuse pour la troisième année. Sans parler des recruteurs des industries liées aux IS, la salle serait également pleine de VIP internationaux. L’anxiété de savoir dans quel genre d’école je m’étais embarqué commençait à déborder.

En bref, je dois faire de mon mieux. Je ne peux pas embarrasser Chifuyu, n’est-ce pas ? pensai-je.

Le match de la ligue de classe du mois dernier avait été annulé en raison de l’attaque, et un ordre de non-divulgation général avait été donné. Cécilia, Rin et moi, qui nous étions battus directement, avions même dû signer des papiers. Qu’est-ce qui s’était passé ? Ce n’était pas quelque chose que je pouvais comprendre, mais je n’arrêtais pas d’y penser.

J’avais négligemment levé la main droite qui avait passé tout l’après-midi à saisir une manette et je l’avais suspendue devant mon visage. En tirant ma manche en arrière, j’avais découvert un gant qui semblait être attaché directement à ma peau. C’était le mode veille de l’IS Byakushiki. Vous ne croiriez jamais qu’une arme mécanisée avec une puissance aussi étonnante aurait un mode de veille qui semblait si inoffensif. Ou peut-être que c’était juste en train de dormir ? Était-elle suffisamment consciente pour « dormir » ?

C’était ce qui m’avait dit que je me battais contre un drone. J’étais alors trop pris par le moment, et pour être honnête, cela m’avait traversé l’esprit, mais plus je regardais ce qui s’était passé et plus je pensais que Byakushiki me l’avait indiqué. Je ne pouvais pas en être sûr, mais j’étais plutôt confiant. Il n’y avait pas de raison de s’inquiéter à ce sujet.

Ah, je peux aussi bien aller dîner, pensai-je.

J’avais sauté hors du lit. L’élan m’avait porté jusqu’à ma porte, et j’avais déjà ma main sur le bouton quand j’avais entendu quelqu’un frapper.

« Es-tu là, Ichika ? » demanda une voix féminine.

« Ouais, » répondis-je.

J’avais ouvert ma porte, et elle s’était ouverte d’un coup avant de révéler Rin.

« Ne l’ouvre pas comme ça ! Tu m’as fait peur ! » s’écria-t-elle.

Il s’agissait de Huang Lingyin, ma deuxième amie d’enfance, et le seul pilote de l’IS Kouryuu — je veux dire, Shenlong. Elle était toujours dans ma classe au collège, jusqu’à son retour en Chine il y a deux ans. Il s’agissait d’une fille énergique avec deux couettes jumelles. En dehors de cela, ses seins étaient si… — ne pensons pas à cela maintenant. Dernièrement, j’avais remarqué que lorsque j’avais commencé à penser à quelque chose, les autres pouvaient parfois dire exactement ce qui se passait dans ma tête.

« Qu’est-ce que tu regardes ? » me demanda-t-elle.

« Oh, rien de particulier, » répondis-je.

C’était une réponse honnête, mais pour une raison inconnue, je pouvais encore l’entendre marmonner « Ce n’est pas comme si ça me dérange… » Oh, eh bien.

« Bref, j’étais sur le point d’aller dîner. De quoi avais-tu besoin ? » lui demandai-je.

« Euh, excellent minutage. J’allais justement te demander si tu voulais aller manger. Si tu vois un chien errant sous la pluie, il suffit de le ramener, n’est-ce pas ? » me demanda-t-elle.

Alors maintenant je suis un chien, est-ce ça ? pensai-je.

« Merci. Alors, allons à la cafétéria, » déclarai-je.

« D’accord, » répondit Rin.

Je m’étais alors mis à marcher à côté de Rin. C’était l’heure du dîner et les portes s’ouvraient partout.

« … »

Avec tant de filles mal habillées, je n’avais jamais eu un endroit sûr où regarder. Elles étaient en short et en t-shirt, sans rien en dessous. J’aimerais qu’elles accordent un peu plus d’attention à l’endroit où le sexe opposé pourrait regarder.

« Oh, c’est Orimura. Hé ! »

« Eh !? Orimura !? »

Une fille à l’air détendue me faisait signe de la main. Elle s’appelait… Allons-y avec Miss Décontractée. Peu importe l’heure de la journée, quand elle était dans le dortoir, elle portait toujours un pyjama ample. Quand j’avais pensé à elle, je m’étais toujours souvenu qu’elle vacillait dans le couloir pendant qu’elle essayait de placer une main dans sa manche trop longue pour repousser son énorme bonnet de nuit.

« Hé, Orimu ! »

« Suis-je coincé avec ce surnom ? »

« Bien sûr que tu l’es. Quoi qu’il en soit, viens dîner avec moi et Kanarin ! »

Miss Décontractée, qui devait avoir presque un pied de moins que moi, s’était accrochée à moi comme d’habitude. Et comment est-ce que j’avais pu le savoir ? Oh, c’est vrai. C’était comme quand un petit chien voulait de l’attention, alors il marchait jusqu’à vous sur ses pattes arrière.

« Désolé, Ichika mange déjà avec moi, » déclara Rin.

« Oh, c’est Ling-Ling ! Tu t’y es enfin attelée ? »

« Arrête de m’appeler comme ça ! » déclara Rin.

La voix de Rin tremblait de traumatismes refoulés, mais Miss Décontractée en était complètement inconsciente. Essayer de la faire changer, c’est comme cracher dans le vent. En fait, depuis l’école primaire, Rin avait été taquinée au sujet de son nom par les autres garçons de notre classe. Parce qu’elle était aussi chinoise, ils l’avaient toujours taquinée avec des choses comme « Ling-Ling est le nom d’un panda ! Va manger du bambou ! » Et j’avais fini par recevoir la réprimande de ma vie quand j’avais combattu quatre de ces types en même temps.

« Calme-toi, Rin. Ne serait-il pas amusant d’y aller à quatre ? » lui demandai-je.

« Je ne suis pas sûre pour le quatre, mais… D’accord, » répondit Rin.

Hm ? Était-elle juste superstitieuse ? Attends, non, je devais être sûr de ne pas avoir laissé sortir ça de ma bouche. Elle me retournerait quelque chose du genre. « Les Chinois ne sont pas tous superstitieux comme ça ! De toute façon, qui a inventé ce stéréotype ? » Et une fois que Rin était en colère, il était presque impossible de la calmer. Le match de championnat de classe du mois dernier me l’avait prouvé une fois de plus.

« Où est allée Kanarin ? »

« Oh, wôw. Elle a dû partir. »

La jeune fille qui, peut-être embarrassée par sa petite tenue, s’était couverte de ses bras avait disparu plus loin dans le couloir.

« Hé, attendez ! »

Miss Décontractée s’était alors inspirée d’elle, mais vraiment lentement.

« … »

« Quoi ? » lui demandai-je.

« Je vois que tu es populaire auprès des filles, » déclara Rin.

« Hein ? Pourquoi penses-tu cela ? C’est juste parce qu’il n’y a pas d’autres gars dans le coin, » répondis-je.

« Hmph. Supposons ça, » déclara Rin.

Avec un visage plus aigre que ce qu’on lui demandait d’avoir, Rin se dirigea vers la cafétéria.

Hé, attends ! Attends-moi un peu ! pensai-je.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 1 partie 3

« Avez-vous entendu ? » demanda une première fille.

« Je l’ai entendu pour ma part ! » déclara la deuxième.

« Entendu quoi ? » demanda la troisième.

« À propos d’Orimura, » répondit la première.

« Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? » demanda une quatrième fille.

« Une très, très bonne chose, » répondit la première.

« Dis-le-moi ! » demanda une autre fille.

« Calmez-vous. Vous ne devez en parler à personne d’autre, d’accord ? C’est juste entre nous. J’ai entendu dire qu’au tournoi avec les années séparées —, » commença à expliquer la première.

La cafétéria remplie d’adolescentes était aussi assourdissante que jamais. Rin et moi avions remarqué un groupe d’une douzaine de personnes au fond de la pièce.

« Il y a beaucoup de monde à cette table, » déclarai-je.

« Est-ce qu’elles jouent aux cartes ? Ou peut-être qu’elles se tirent les cartes, » déclara Rin.

Quoi qu’il en soit, elles étaient encore plus enthousiastes que d’habitude, et un tumulte s’était vite fait entendre. Qu’est-ce qui se passait en ce moment ?

« Ehh !? Vraiment ? »

« Vraiment ! »

« Pas possible ! Qu’est-ce qu’on va faire ? »

On aurait dit que ça devait être quelque chose de vraiment intéressant, car leur bavardage aigu m’avait balayé comme un raz-de-marée. Tant qu’elles s’amusaient. « Les personnes ne vieillissent pas si elles sourient ». Je me disais tous les jours que j’allais devoir faire face à la vie réelle assez tôt, et pour l’instant je devrais juste garder un sourire sur mon visage.

« Ichika, » déclara Rin.

« Oui, » répondis-je.

Pour le dîner, je mangeais du poulet grillé aux herbes, des pommes de terre et des légumes à l’étuvée, une omelette savoureuse et une soupe miso rouge aux épinards. La bonite avait vraiment aidé à faire ressortir la saveur. Le dîner de Rin était à peu près le même, mais avec un bol rafraîchissant de soupe au miso blanc. Elle s’arrêta en le soulevant jusqu’à sa bouche et parla.

« Tu penses comme un vieil homme, non ? » déclara Rin.

Eh bien, excuse-moi pour ça, pensai-je.

« Eh bien ! Ce que je veux dire par là, c’est que tu plisses toujours les yeux quand tu fais ça. Qu’est-ce qu’il y a ? Te sens-tu nostalgique à propos de quelque chose ? » demanda-t-elle.

« Arrête avec ça, » lui répliquai-je.

Pourquoi me regardait-elle comme ça ? Bon sang !

« Ne pointe pas avec tes baguettes les personnes. C’est impoli, » déclarai-je.

« Je ne pense pas que ce soit si important, » répliqua-t-elle.

« Ce n’est pas le problème. Tu dois faire disparaître tes mauvaises habitudes. Chifuyu ne se fâchait-elle pas contre toi pour ça ? » lui demandai-je.

« Arg, arrête de m’embêter avec ça, » répliqua Rin.

Rin n’avait jamais été à l’aise avec ma sœur. Un regard d’inquiétude flottait sur son visage en ce moment.

« Ichika, tu es toujours une telle…, » commença Rin.

« Hm ? » lui demandai-je.

« Oh… Rien du tout, » répliqua Rin.

Hmm ? Rin avait l’air d’être sur le point de dire quelque chose avant de se rétracter. Ce qu’elle s’était refusé de dire, elle l’avait fait disparaître alors qu’elle mangeait son riz.

« … »

« … »

La conversation était devenue gênante, et nous nous étions retournés à nos assiettes. Curieusement, même si nous ne parlions pas, le simple fait de manger lentement notre nourriture ne faisait pas durer le repas très longtemps.

« Je vais chercher du thé. Est-ce que le vert te convient ? » me demanda-t-elle.

« Bien sûr. Merci, » lui répondis-je.

Même si elle allait en chercher également pour elle, cette attention de sa part était gentille. D’un autre côté, elle avait été un peu irritable ces derniers temps, et il semblait qu’elle était de mauvaise humeur.

L’avais-je offensée ? Je suppose que j’avais besoin de clarifier les choses. J’avais alors franchi la jungle dense de mon propre esprit à la recherche d’un sujet.

Oh, je sais, on peut parler des Gotandas, pensa-t-il.

Elle aimerait probablement avoir des nouvelles du troisième membre de notre trio du collège.

« Regarde, c’est Orimura ! »

« Pas possible ! Où ça ? »

« Demandons-lui si la rumeur — Oh ! »

Le groupe de filles d’avant m’avait remarqué, et elles avaient avancé vers moi comme une avalanche. Quoi qu’il en soit, de quoi parlaient-elles ? Quelle rumeur ? J’avais entendu quelques mots, mais je ne savais pas encore de quoi elles parlaient.

« Oh, rien. Rien du tout ! » déclara la fille.

La fille qui avait parlé avant ça avait essayé de rire.

« Idiote ! Je t’ai dit que c’était un secret ! »

« Eh bien ! Dans tous les cas, il doit déjà le savoir. »

L’un des membres du groupe se tenait comme pour me bloquer et, dans son ombre, deux voix chuchotaient dans les deux sens.

« Quelle rumeur ? »

« Oh, qui sait ? »

« Vous savez comment sont les rumeurs, attendez 365 jours et il y en aura une nouvelle. »

N’est-ce pas un peu long ? C’est toute une année ! pensai-je.

« Vas-y, Miyo, fais-le, d’accord !? C’est censé durer 49 jours ! » demanda l’une des filles.

Ce n’était pas vraiment correct d’agir ainsi. Mais plus important encore…, pensai-je.

« Essayez-vous de cacher quelque chose ? » leur demandai-je.

« Nous ? »

« Cacher quelque chose ? »

« Bien sûr que non ! »

Mes paroles avaient affecté le trio de filles qui s’étaient rapidement repliées. Cela n’avait pas dû prendre plus de deux secondes. Je n’étais toujours pas tout à fait sûr de ce qui se passait, alors tout ce que je pouvais faire était de rester là, la mâchoire relâchée.

« Dans quoi t’embarques-tu maintenant ? » me demanda Rin.

Rin était de retour. Dans ses mains se trouvaient deux tasses, d’où s’élevait une vapeur chaude bien invitante.

« Pourquoi me traites-tu comme un fauteur de troubles ? » demandai-je.

« Attends, penses-tu que tu n’en es pas déjà un ? » me répliqua-t-elle.

— Hmm…

« Le thé est bon, » déclarai-je.

« Tu changes de sujet, » déclara-t-elle.

Comme c’est grossier ! Sur quoi se basait-elle ?

« Hmm, le thé après un repas te calme vraiment, » déclarai-je.

« Je… pense que oui, » répondit-elle.

Après avoir laissé le dîner s’écouler un peu plus longtemps, j’avais parlé des Gotandas. Ils avaient sûrement aussi manqué à Rin. Vraiment, nous aurions probablement dû y aller ensemble aujourd’hui.

« Au fait…, » déclarai-je.

J’avais commencé à parler de ma journée. Rin acquiesça d’abord, mais lorsque la conversation se tourna vers Ran, son expression s’était obscurcie.

« Attends… s’inscrit-elle à l’Académie IS ? » me demanda Rin.

« On dirait bien, » répondis-je.

« Mmhm, » grogna Rin.

Pour une raison inconnue, Rin ne s’entendait pas avec Ran. Était-ce parce que leurs noms étaient similaires ? Par exemple, si je rencontrais quelqu’un qui s’appelle Itsuka, je ne sais pas si je pourrais m’entendre avec lui.

« Quand elle sera là, je l’aiderai, » déclarai-je.

« Uhuh… Attends, quoi !? » s’écria Rin.

Rin avait frappé la table alors qu’elle se levait. Pourquoi était-elle si en colère ?

« Tu dois arrêter de faire des promesses comme ça ! Quel genre d’idiot fait des promesses qu’il ne tiendra jamais !? » s’écria Rin.

Elle avait l’air furieuse. Maintenant que j’y avais réfléchi, elle aussi était en colère à propos des promesses du mois dernier.

« Je veux dire que… je suppose que tu as raison. Désolé, Rin, » déclarai-je.

« Je ne veux pas que tu t’excuses, je veux juste que tu fasses ce que je te dis…, » déclara Rin.

« Ah —, » déclarai-je.

« Ah ! »

« Qu’est-ce que tu veux dire — ah…, »

Quelle scène ! Les trois « Ah »… Le premier était moi, le deuxième était Houki et le troisième était Rin.

« … »

Oui, Houki. Cette Houki. Je venais de la rencontrer alors qu’elle venait dîner. À en juger par l’heure, elle essayait de m’éviter en arrivant en retard, mais j’avais l’air d’avoir traîné trop longtemps. Consciemment, elle avait évité le contact visuel.

« H-Hey, Houki, » déclarai-je.

« Oh, tu es là, Ichika ? » déclara Houki.

« … »

« … »

Et nous n’avions plus rien à dire. C’était comme ça le mois dernier quand elle avait changé de chambre, quand elle essayait de cacher quelque chose. Au début, j’avais essayé de faire la conversation même si elle m’évitait, mais n’obtenant rien d’autre que des réponses directes comme « oui » et « oh ? », j’avais fini par laisser tomber.

« Attendez, s’est-il passé quelque chose entre vous ? » demanda Rin.

« Non ! Rien du tout ! »

Arg. Je voulais l’ignorer délibérément, mais Houki avait répondu en même temps. Même moi, je n’avais pas trouvé un bon moyen de minimiser ce que nous venions de faire. Mais quelqu’un pourrait-il vraiment le faire ?

Non, attends, je crois que j’ai une idée. Hmm, ça pourrait être sérieux, pensai-je.

« Eh bien, c’est vraiment évident. Vous aviez prévu ça bien en avance ? » demanda Rin.

« Bien sûr que non, » répliquai-je.

J’avais répondu au regard méprisant de Rin avec une excuse rapide. Houki, qui semblait avoir eu ses sentiments blessés, avait tourné les yeux et s’était rapidement éloignée.

« Hé, att, attends…, » commençai-je.

Pendant que je regardais sa queue de cheval se balancer, j’avais eu un sentiment étrange, comme si quelque chose à l’intérieur de moi était en train d’être arraché. Je ne savais même pas pourquoi cela m’arrivait.

« De toute façon, je vais retourner dans ma chambre, » déclara Rin.

« Hein ? Oh, d’accord. Merci de m’avoir invité, » déclarai-je.

« Mais franchement, pourquoi ne me demandes-tu pas parfois aussi ? » demanda-t-elle.

« Hm ? »

« Oh, rien. À un de ces jours, » déclara Rin.

Rin, traînant ses queues jumelles derrière elle, s’éloigna dans la direction opposée de Houki. Je devrais peut-être acheter quelque chose qui voltige comme ça. Une cape, peut-être ? En y repensant… Ce serait un peu trop voyant.

En retournant vers ma chambre, je n’avais pas pensé à ce que demain serait. Franchement, je ne pouvais pas vraiment prévoir de quoi demain serait fait.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 1 partie 4

« Les Hazuki sont vraiment les meilleurs. »

« Vraiment ? Je croyais que c’était que pour le spectacle. »

« Mais ils sont superbes. »

« Le modèle Murray a l’air d’être le plus fonctionnel. Surtout leur modèle lisse. »

« Oh, ouais, celui-là. C’est bien, mais c’est un peu cher. »

C’était le lundi matin. Les filles de ma classe bavardaient bruyamment, faisant circuler un catalogue pendant qu’elles échangeaient leurs opinions.

« Où as-tu trouvé ton costume IS, Orimura ? Je n’ai jamais vu ça avant, » me demanda l’une des filles.

« Oh, le mien était une commande spéciale. Il n’y a pas de costumes pour hommes, alors ils ont dû l’assembler dans un laboratoire quelque part. J’ai entendu dire que c’était basé sur le modèle Ingrid à bras droit. »

Je m’en étais souvenu correctement. Récemment, toutes ces études si difficiles avaient porté fruit. J’avais fait un bon travail. Quoi qu’il en soit, les combinaisons IS étaient exactement comme on les appelait : une combinaison spéciale, adaptée au corps, portée pendant que votre IS se matérialisait. Bien qu’ils ne soient pas spécifiquement obligés d’en avoir un pour piloter un IS, son temps de réaction serait considérablement ralenti si on n’en avait pas. Mais je n’avais pas encore compris la raison.

« Les combinaisons IS détectent les subtiles charges électriques transportées par la peau et transmettent directement les mouvements du pilote à chaque partie de l’IS qui peut ensuite manœuvrer selon les besoins. Les costumes sont également conçus en cherchant la résistance, et ils arrêteront complètement la plupart des balles d’armes de poing de petit calibre. Mais ne vous faites pas de fausses idées. Ça ne vous protégera pas de l’impact en lui-même. »

Mademoiselle Yamada avait annoncé son arrivée avec une explication en douceur.

« Vous savez tout, Yamster ! »

« Eh bien, je suis un professeur. Attendez… Venez-vous de m’appeler Yamster ? »

« Oh, je voulais dire Yamapi ! »

« Quoi qu’il en soit, c’est aujourd’hui le premier jour où vous pouvez commander vos propres costumes. Il fallait que je sois prêt, vous savez ? Euh… Venez-vous de dire “Yamapi” ? » demanda-t-elle.

Cela faisait environ deux mois depuis mon inscription et Mademoiselle Yamada avait déjà eu huit surnoms distincts. C’était la preuve qu’elle était bien aimée. Son magnétisme personnel avait compté pour quelque chose, du moins, c’était ce que je supposais.

« Vous n’êtes pas censée donner des surnoms à vos profs, » avait-elle protesté.

« Pourquoi pas ? »

« On n’aurait pas à le faire si vous n’étiez pas si sérieuse, Maayan, » déclara une autre étudiante.

« Vraiment, je préférerais que vous ne…, » commença Yamada.

« Oh ? Préféreriez-vous Mayamaya, alors, Mayamaya ? » demanda la fille.

« Pas vraiment, simplement…, » commença Yamada.

« Alors vous aimeriez le changer pour Yamaya ? » demanda une autre fille.

« Arrêtez, maintenant ! » s’écria Yamada.

Il était rare que Mademoiselle Yamada insiste autant. Ce n’était pas la première fois que je le remarquais, mais elle semblait avoir des problèmes avec le fait qu’on l’appelait « Yamaya » en particulier.

« Bref, retour sur le sujet. Souvenez-vous au moins du “Mademoiselle”. Compris ? Est-ce que c’est compris ? Je sais que vous pouvez le faire, » déclara Mademoiselle Yamada.

Le refrain de « oui, madame » de la classe avait démenti la vérité comme quoi Mademoiselle Yamada n’obtiendrait qu’encore plus de surnoms au fil du temps.

« Bonjour, la classe, » déclara une autre voix.

« Bonjour. »

En un clin d’œil, la salle de classe vivante s’était transformée en une salle remplie d’étudiants très stricts. Ce n’était pas littéralement, mais métaphoriquement. Notre professeur principal, Mademoiselle Chifuyu Orimura, était arrivé.

Chifuyu Orimura… Ma sœur aînée et ancienne représentante du Japon. Elle était professeur à l’Académie IS. Elle était aussi dure envers elle-même qu’envers les autres. Elle se tenait debout comme un soldat, s’asseyait comme un samouraï et marchait comme un char d’assaut — et si elle vous entendait dire cela, vous seriez probablement mort comme un clou enfoncé dans une porte. C’était plutôt « très probablement ». Bref, assez de spéculations.

Elle porte le costume qu’elle m’a fait transporter, pensai-je.

Hier, alors que j’étais à la maison, elle avait pensé à sortir son costume d’été du placard, et il semblait qu’elle s’était déjà changée avec lui aujourd’hui. C’était toujours une jupe de couleur noire, donc elle n’avait pas l’air très différente, mais le tissu plus léger la rend plus agréable à porter.

Ah, c’est vrai. Après le tournoi, nous aurons tous nos uniformes d’été, pensai-je.

« Nous allons mener des exercices de tir réel à partir d’aujourd’hui. L’IS que vous utilisez peut être un modèle d’entraînement, mais c’est quand même un IS. Restez bien attentif. N’oubliez pas votre combinaison scolaire IS jusqu’à ce que votre propre combinaison arrive. Si vous oubliez le vôtre, on vous demandera de compléter l’exercice dans votre maillot de bain scolaire. Si vous n’avez ni l’un ni l’autre, tout le monde s’en fout si vous devez le faire en sous-vêtements, » annonça ma sœur.

J’étais sûr que « je m’en soucie ! » serait la réaction de la plupart des filles ici, et non pas seulement la mienne. Ce serait déjà assez dur d’être en sous-vêtements, même sans un mec dans le coin. Oh, et au fait, les maillots de bain de l’Académie IS étaient des maillots de bain comme dans les anciennes écoles. Les costumes bleu-marine. Ils avaient été décrits comme une espèce en voie de disparition, mais étonnamment, ils avaient trouvé un refuge ici. Dan aurait adoré. D’un autre côté, je m’en fichais.

En fait, nos uniformes de gym sont aussi des bloomers…, pensai-je.

C’était une autre chose qu’il adorerait. Et bien sûr, j’étais pour ma part juste avec un short de gym.

Les combinaisons IS émises par l’école étaient de conception simple, de forme ajustée comme un débardeur et un short de vélo. Quant à savoir pourquoi il y avait un costume d’école alors que nous commandions tous le nôtre. Les unités IS étaient fortement personnalisables, alors on nous avait dit qu’il était important que chacun d’entre nous développe son propre style le plus tôt possible. Bien sûr, tout le monde n’allait pas recevoir un IS personnalisé, donc c’était difficile de dire que c’était nécessaire, mais je suppose qu’ils mettaient aussi les émotions de ces jeunes filles en avant. Qui avait dit que les femmes étaient des esclaves de la mode ? Hmm. Probablement Cécilia.

Oh, et l’une des meilleures parties d’avoir son propre IS personnalisé, c’était qu’il allait aussi matérialisé un costume. Cela vous permet d’éviter d’avoir à changer. Il semblerait que lorsque le processus de personnalisation avait eu lieu, les vêtements que vous portiez étaient décomposés en particules élémentaires et stockés dans les banques de données de l’IS. Franchement, je ne me souvenais pas beaucoup de l’explication, alors n’y pensons pas trop en ce moment. Pensez-y comme à une lumière incandescente, et puis « pouf », et je suis transformé. Ouais. C’était beaucoup plus simple. Cependant, tout type de changement direct de forme, y compris de costume, consommait de l’énergie. Donc, en dehors des urgences, il valait mieux mettre un costume et matérialiser l’IS normalement.

« Maintenant, Mademoiselle Yamada, si vous pouviez vous occupez de la classe ? » demanda ma sœur.

« Bien sûr, » répondit Mademoiselle Yamada.

Chifuyu avait passé le relais à Mademoiselle Yamada dès que les questions importantes avaient été réglées. Prise au dépourvu alors qu’elle nettoyait ses lunettes, elle les avait remises sur son visage avec une allure d’un chiot pris par surprise.

« Eh bien, euh. Aujourd’hui, nous n’avons pas un, mais deux nouveaux étudiants à présenter ! » déclara Mademoiselle Yamada.

« Eh… »

« Ehhhhhhhhhhh !? »

La salle bourdonnait de chuchotements en attendant leur soudaine présentation. Bien sûr que oui. Les adolescentes se nourrissaient de rumeurs, et les trois repas par jour n’étaient qu’une réflexion d’après-coup. Et de deux, c’était choquant qu’une seule nouvelle élève ait échappé à leur attention, alors deux…

Mais pourquoi sont-elles toutes les deux dans ma classe ? Vous ne les répartissez pas normalement entre toutes les classes ? Me demandai-je.

Alors que je réfléchissais à cette question évidente, la porte s’était ouverte.

« Excusez-nous. »

« … »

La classe s’était tue en voyant les nouveaux élèves.

Mais c’était tout à fait naturel. Après tout, l’un d’entre eux était un garçon.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *