Infinite Stratos – Tome 2 Chapitre 3

« On dirait que tu as tellement de problèmes contre Alcott et Huang juste parce que tu ne comprends pas vraiment comment fonctionnent les armes à feu, » déclara Charles.

« Oh, vraiment ? Je pensais avoir une bonne maîtrise, mais…, » déclarai-je.

C’était samedi, cinq jours après l’arrivée de Charles. À l’Académie IS, les samedis matins étaient consacrés aux cours de lecture, tandis que les après-midi étaient libres. Ce qui voulait dire que les arènes étaient complètement libres, alors la plupart des étudiants étaient allés s’entraîner. Je n’étais pas différent, et aujourd’hui, après un rapide combat avec Charles, je l’avais écouté donner une conférence sur le combat avec un IS.

« Eh bien, on dirait que tu as la théorie, mais pas la technique. Tu n’as pas été du tout capable de te rapprocher de moi, n’est-ce pas ? » demanda Charles.

« Argh, ouais. Tu as vu à travers mon Amplification de Propulseurs…, » déclarai-je.

« Ichika, ton IS est seulement conçu pour le combat en mêlée, donc si tu ne comprends pas mieux comment fonctionnent les armes à distance, tu ne pourras jamais gagner. Surtout ton coup de fouet à l’allumage. Il va en ligne droite, donc je n’ai même pas besoin de réflexions pour te frapper pendant que tu le fais, j’ai juste besoin de te guider là où je veux, » déclara Charles.

« Une ligne droite… Hmm…, » murmurai-je.

« Il vaut quand même mieux que tu ne changes pas de cap rapidement pendant la charge. Les forces que la traînée exercerait sur ton IS pourraient même suffire à te briser les os., » déclara Charles.

« Je vois…, » déclarai-je.

J’avais fait très attention aux propos de Charles, hochant la tête quand c’était approprié. Après tout, c’était un bon explicatif. Une très bonne explication.

Mes entraîneurs précédents se décrivaient comme étant plutôt…

« Tu fonces comme ça, et puis bang ! Frappe ! »

« C’est facile, tu vois ? Fais-le au toucher, c’est tout. Hein… ? Pourquoi n’y vas-tu pas, idiot ? »

« Lors de la manœuvre de défense, incline le côté droit de ton corps de cinq degrés vers le haut et vers l’avant. Pour éviter, tourne de 20 degrés vers l’arrière. »

Pourtant, quand j’avais cru que j’avais atteint une fin, littéralement, avant que mon sauveur n’apparaisse, j’avais cru que j’étais mort : Charles Dunois. Je ne pourrais jamais dire à quel point j’étais reconnaissant. C’était donc parfait que ce soit un mec et que je n’aie pas à m’en faire. Les costumes IS montraient toujours trop de peau. Ça n’aurait pas d’importance dans un vrai combat, mais l’entraînement, c’était de l’entraînement. Honnêtement, je finissais toujours par chercher quelque part où je ne devrais pas, et ça craignait.

« Hmph. C’est parce que tu n’as pas écouté mes conseils ! »

« C’est quoi ton problème ? Je l’ai expliqué si simplement ! »

« Oh ! N’étais-tu peut-être pas satisfait de mon conseil logique ? »

Ah… Ces trois autocaristes se décrivaient comme des râleuses derrière moi.

Comme je l’avais mentionné, les arènes étaient ouvertes le samedi après-midi, et chacun, y compris la troisième arène où nous nous trouvions, était rempli d’étudiants s’entraînant, mais peut-être parce qu’il y avait les deux seuls étudiants masculins, il y avait vraiment beaucoup de monde. D’autres groupes nous avaient percutés ou nous avaient frappés avec des tirs errants tout l’après-midi. Je m’étais moi-même écrasé sur trois personnes.

« Ichika, ton Byakushiki ne peut pas monter un égaliseur, non ? »

Ah, une conférence du professeur Charles. Je ferais mieux de bien écouter. Et peut-être parce que je l’entendais d’un autre homme, mais j’absorbais les connaissances comme une éponge qui absorbait l’eau.

« Oui. J’ai regardé, et il semble qu’il n’y ait pas d’emplacements d’extension libres. Je n’ai donc pas pu en installer un, » déclarai-je.

« Je suppose que tous les emplacements sont tous épuisés par une capacité unique, » déclara Charles.

« Une capacité unique ? Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Comme il est dit, des capacités spéciales uniques. Ils se manifestent automatiquement lorsqu’un IS est en parfaite synchronisation avec son pilote, » déclara Charles.

La capacité de Charles à fournir une explication aussi complexe avait montré à quel point il était brillant.

« Cependant, elles ne s’activent normalement que lorsqu’un IS est en Deuxième Mode. La grande majorité des IS ne les manifestent pas du tout, c’est pourquoi les IS de troisième génération ont été développés pour mettre des capacités spéciales à la disposition d’un plus large éventail de pilotes. Pense aux Larmes Bleues d’Alcott ou au canon à impact de Huang, » déclara Charles.

« Je vois. Dans ce cas, est-ce l’attaque Reiraku Byakuya de Byakushiki ? » demandai-je.

Reiraku Byakuya… La plus forte attaque de Byakushiki, elle pouvait percer n’importe quel champ d’énergie. Cependant, c’était une épée à double tranchant — elle allait drainer mon énergie de bouclier, comme une arme maudite d’un jeu qui allait drainer la jauge de vie de celui qui la maniait.

« L’activation par Byakushiki de sa capacité dans le Premier Mode est extrêmement inhabituelle. Il n’y a rien de tel. Ou peut-être une chose… N’était-ce pas la même chose pour Mlle Orimura, quand elle était avec le premier Brynhildr ? » demanda Charles.

J’en étais presque sûr, oui. Chifuyu n’avait pas seulement la même arme, c’était comme la mienne dans ce sens aussi. C’était presque comme si c’était le destin.

« Je veux dire, c’est logique. Nous sommes frère et sœur, » déclarai-je.

« Je suis sûr qu’il y a d’autres raisons. Comme je l’ai déjà dit, parce que c’est si étroitement lié à un lien de l’IS avec son pilote, aucun effort n’a pu recréer délibérément une capacité, » déclara Charles.

« Oh. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas comme si on allait se débrouiller en bavardant maintenant. Alors mettons de côté le sujet pour l’instant, » déclarai-je.

« Hmm. Ouais, je suppose que c’est mieux. Passons à l’entraînement aux armes à distance. Voilà pour toi, » déclara Charles.

Pendant qu’il parlait, Charles m’avait remis le fusil d’assaut Vento de calibre.55 qu’il utilisait.

« Attends, quoi ? Depuis quand peux-tu utiliser les armes de quelqu’un d’autre ? » demandai-je.

« Elles sont normalement enfermées dans un IS. Mais si l’utilisateur les déverrouille, il peut ajouter n’importe qui. Là, je l’ai juste réglé pour accepter Ichika et le Byakushiki. Essaie un peu, » déclara Charles.

« D’accord, » déclarai-je.

C’était la première fois que je sentais le poids d’une arme. Il semblait que le champ d’énergie de l’IS l’empêchait d’être trop lourd. Mais c’était peut-être juste mon propre parti pris psychologique qui m’avait poussé à penser ainsi alors que je tenais une nouvelle arme pour la première fois.

« Est-ce comme ça que tu le tiens ? »

« Hmm… Déplace tes bras. Et tiens ton avant-bras gauche comme ça. Compris ? » demanda Charles.

Charles s’était légèrement déplacé derrière moi, utilisant la capacité de vol de l’IS pour me guider de façon experte même si nos hauteurs étaient si différentes.

« Il utilise de la poudre à canon pour avoir un recul lorsque tu tires, mais ne t’inquiètes pas trop à ce sujet, le plus gros du recul est compensé automatiquement. As-tu configuré ton lien de capteur ? » demanda Charles.

« Celui pour le tir ? J’ai cherché, mais je ne le trouve pas, » déclarai-je.

Je tirerais en mode rapide, donc il était nécessaire d’établir une liaison avec mon hypercapteur. L’hypercapteur devait être relié à l’arme pour transférer les données nécessaires, y compris la visée, au pilote de l’IS, mais j’avais parcouru les menus de Byakushiki et je ne l’avais pas trouvé.

« Hein, je pensais que même un IS en mêlée l’aurait, mais…, » déclara Charles.

« Eh bien, on dirait que celui-ci ne l’a pas, » déclarai-je.

« C’est vraiment à 100 % pour du combat rapproché, hein. Alors, on dirait que tu vas devoir le faire à l’œil nu, » déclara Charles.

Quel handicap pour quelqu’un qui n’avait jamais tiré avec une arme ! Je pourrais grommeler, mais ça n’aurait rien changé. Il était temps d’essayer.

« Et voilà, j’y vais, » déclarai-je.

« Bien sûr. Quelques tirs devraient faire une grande différence, » déclara Charles.

Charles avait probablement raison, je ne saurais jamais ce que ça fait sans l’essayer. J’avais pris une grande respiration et j’avais placé mon doigt autour de la détente.

Bang !

« Wôw ! »

Le bruit de l’explosion de la poudre m’avait choqué. Qu’est-ce que cela fait un tir aussi intense sans IS ?

« Comment était-ce ? » demanda Charles.

« Eh bien, euh. D’abord, c’est rapide, » déclarai-je.

Je savais que les balles allaient vite, bien sûr, mais le tir m’avait donné une toute nouvelle compréhension. Il y avait eu aussi le recul. Même si c’était en grande partie compensé, c’était tout à fait différent de balancer une épée, et le sentir pour la première fois m’avait fait battre mon cœur avec intensité.

« C’est vrai. C’est rapide. Même si tu vas vite, cette balle va un peu plus vite. Ainsi, tant que ton adversaire dirige son tir, il est facile d’infliger une frappe, ou du moins de te faire un tir dans ta zone. Tu auras peut-être l’impression d’aller jusqu’au bout, mais il y aura toujours cette petite hésitation, » déclara Charles.

« Ils sont donc capables de créer une occasion, puis d’attaquer…, » déclarai-je.

« Ouais, » répondit Charles.

Ah. Alors c’était comme ça, hein ? C’est sans doute pour cette raison que Houki, qui était aussi une spécialiste de la mêlée, s’était parfois retrouvée dans des combats aussi partiaux contre Rin et Cécilia. J’avais tout compris maintenant.

« Pourquoi crois-tu que j’ai essayé si souvent de te l’enfoncer dans la tête ? » demanda Houki.

« Tu n’as même pas compris ça ? Quel idiot ! » s’écria Rin.

« Je pensais que tu l’avais au moins compris avant de comprendre ce qui passe dans ton plan d’attaque, » déclara Cécilia.

— Oh, qu’est-ce que c’est ? pensai-je.

Des paroles de choc et de dégoût m’étaient parvenues à l’oreille. Ouais. La communication était vitale. Nous aurions dû parler davantage pour nous comprendre. Avec des perspectives qui commençaient si loin l’une de l’autre, des conversations éparses nous confondaient…

« Quoi qu’il en soit, continue. Finis ce chargeur, » déclara Charles.

« Oh, merci, » répondis-je.

Après m’être un peu détendu, j’avais tiré de courtes rafales de deux ou trois coups de feu. Comme je sentais le recul remonter le long de mon bras, j’avais pensé à la façon dont j’allais éviter chacun d’entre eux en me rapprochant.

« Oh, au fait, Charles — ton IS est un Revive, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Ouais. Ah, tes bras ont dévié. N’oublie pas de les replacer après chaque rafale, » répondit Charles.

« D’accord. Comme ça ? » demandai-je.

« Ouais, c’est ça. Oh, tu dois remonter l’arme pour qu’elle soit pointée le long de ta ligne de mire. Si tu dois tourner la tête pour tirer, tu ne peux pas réagir aussi vite, » déclara Charles.

Pendant que j’écoutais son explication, j’avais fait entendre une question qui m’avait intrigué.

« Au fait… Ton IS est assez différent de celui de Mlle Yamada. Es-tu sûr que c’est le même modèle ? » demandai-je.

Le Rafale Revive de Mme Yamada, en abrégé Revive, était bleu marine et avait quatre multipropulseurs, lui donnant une silhouette unique. Pendant ce temps, celui de Charles était différent en plus de la couleur.

Un seul propulseur s’étendait à partir du centre de son dos, se divisant en deux ailes et procurant plus d’accélération et de manœuvrabilité. Son armure était également plus aérodynamique que celle de Mme Yamada, et son râtelier à armes multiples constituait une jupe arrière. Il avait aussi des propulseurs plus petits, probablement pour le contrôle d’assiette. Mais la plus grande différence était son armure d’épaule, avec les quatre boucliers enlevés. Au lieu de cela, le garde-bras gauche avait été monté avec un bouclier directement dessus, tandis que le bras droit n’avait rien d’autre qu’une armure moulante afin de ne pas gêner le tir.

« C’est un modèle sur mesure pour moi, alors ils ont beaucoup travaillé. En fait, ça s’appelle officiellement le “Rafale Revive Custom”. Il supprime également un certain nombre de préréglages, doublant ainsi la capacité d’expansion, » déclara Charles.

« Double !? Wôw, c’est incroyable. J’aimerais que tu puisses en partager avec moi, » déclarai-je.

« Hahahahah. Je le ferais si je le pouvais. Mais oui, ce truc est tellement personnalisé que j’ai une vingtaine d’armes installées, » déclara Charles.

« Wôw, c’est comme un arsenal ambulant, » répondis-je.

Elles étaient probablement toutes des armes d’IS, aussi, donc ce n’était certainement pas le genre de puissance de feu que l’on aurait voulu utiliser. Sans exagération, cela suffisait pour rivaliser avec des dizaines… Non, des centaines de chars d’assaut.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 3 partie 2

Cependant, d’un autre côté, Cécilia et Rin avaient cinq armes, ou peut-être huit armes au maximum. La raison étant qu’elles ne pouvaient plus les utiliser d’un seul coup, et plus important encore, le délai nécessaire pour les appeler les rendait inutiles, même si elles étaient installées en elles. Sachant cela, peut-être que cette personnalisation impliquait que Charles avait aussi une sorte de capacité spéciale.

« Hé, ce n’est pas — ? »

« Ce n’est pas possible ! C’est l’IS allemand de troisième génération ! »

« J’avais entendu dire qu’elle était encore à l’essai en Allemagne. »

L’arène s’était soudainement arrêtée et j’avais tourné mon regard vers une nouvelle cible alors que je terminais le dernier des seize tirs de mon chargeur.

« … »

Il n’y avait pas qu’une seule élève transférée. Il y avait là, la cadette nationale allemande, Laura Bodewig.

Depuis le jour de son arrivée, cette fille solitaire ne s’était pas regroupée avec les autres filles — elle n’avait même pas fait de conversation. Je ne lui avais pas non plus parlé. Après tout, elle m’avait giflé sans raison. Comment étais-je censé l’approcher après ça ?

— Hmm, peut-être essayer d’en rire ? pensai-je.

« Toi ! »

Une voix s’était fait entendre sur le canal ouvert. C’était la même chose que lors de notre première rencontre. Je ne pouvais pas l’oublier. C’était la voix de Laura.

« Quoi ? » demandai-je.

Ça ne pouvait pas être bon, mais je n’avais pas pu l’ignorer. Après ma réponse, Laura avait parlé en s’élevant légèrement dans les airs.

« Tu as donc aussi ton propre IS. Alors, c’est plus simple. Bats-toi contre moi, » déclara Laura.

Qu’est-ce qu’elle racontait ? Aimait-elle juste se battre ?

« Non. Aucune raison de le faire, » répondis-je.

« Tu n’en as peut-être pas, mais moi si, » répliqua Laura.

Oh, c’est vrai. Une seule chose m’était venue à l’esprit quand j’avais pensé à l’Allemagne et à Chifuyu. Le match de championnat du deuxième tournoi Mondo Grosso. Ce n’était pas un souvenir dont j’aimais me souvenir, mais c’était exactement la raison pour laquelle je ne pourrais jamais l’oublier. Pour être tout à fait honnête, le jour du match de championnat, j’avais été kidnappé par une organisation obscure.

— Argh, ça a l’air vraiment nul, comme quelque chose présente dans une émission de télé. Mais ils étaient vraiment dans l’ombre, et c’était une organisation, alors je vais devoir m’en accommoder.

Je n’étais toujours pas sûr de ce qu’ils voulaient exactement, mais ils m’avaient attaché dans une pièce sombre. Il faisait sombre, je ne pouvais donc pas dire exactement combien de temps j’étais là, mais soudain tout l’immeuble avait tremblé. La lumière était entrée dans la pièce par un mur qui s’effondrait, formant un halo autour de Chifuyu dans son IS. Quand elle l’avait su, elle avait volé directement depuis le ring du tournoi. Je n’oublierai jamais de quoi elle avait l’air à l’époque. Sa dignité cool… sa force… et sa beauté… Bien sûr, cela signifiait qu’elle avait perdu le match de championnat et qu’elle n’avait pas été capable de saisir les lauriers deux fois de suite. Tout le monde s’attendait à ce que Chifuyu gagne, alors son manque de participation avait provoqué un choc.

Aucune demande n’avait été formulée à la suite de mon enlèvement, mais une personne liée à la Bundeswehr avait réussi à dresser un portrait de l’endroit où j’étais détenu à partir de ses propres sources privées. Pour rembourser cette dette, Chifuyu avait passé un an là-bas après le tournoi en tant qu’entraîneuse militaire d’IS. Après cela, je l’avais perdue de vue pendant un certain temps alors qu’elle quittait ce poste pour venir ensuite à l’Académie IS en tant qu’instructrice.

« Sans toi, elle serait probablement devenue championne à deux reprises. Par conséquent, je ne peux pas t’accepter — je ne peux pas accepter ton existence, » cria Laura.

C’est vrai. Elle n’était pas seulement l’une des élèves de Chifuyu, mais aussi probablement fascinées par elle. Elle devait me détester pour avoir laissé cette marque noire sur le dossier de Chifuyu. Honnêtement, je l’avais un peu comprise. Je n’arrivais toujours pas à me pardonner l’impuissance que j’avais ressentie ce jour-là. Mais c’était une chose, mais là, c’était toute autre chose. Je n’avais aucune raison de me battre contre Laura. Je n’avais non plus aucune envie de le faire.

« Peut-être plus tard, » déclarai-je.

« Hmph. Si tu ne te bats pas, je vais devoir te forcer à te battre ! » cria Laura.

Pendant qu’elle parlait, Laura passa son IS noir en mode combat. En un instant, la bouche du canon sur son épaule gauche avait fait sortir des flammes.

« … ! »

Clang !

« Commencer une bagarre au milieu d’une foule comme celle-ci… Vous, les Allemands, vous avez la tête brûlée. N’avez-vous pas retenu la leçon ces deux dernières fois ? » demanda Charles.

« Maudit sois-tu… ! » souffla Laura.

Charles s’était approché de mon flanc, bloquant le tir avec son bouclier pendant qu’il prenait son canon d’assaut « Garm » de calibre.61 dans sa main droite et le pointait sur Laura.

« Oh, une antiquité française ! Comme c’est pittoresque, » déclara Laura.

« Probablement plus utile qu’un autre prototype allemand de vanité, » répliqua Charles.

Les deux individus s’étaient lâché des piques. La réaction rapide de Charles m’avait étonné, mais ce qui était encore plus incroyable, c’était la rapidité avec laquelle il préparait ses armes : ce qui prenait normalement une seconde ou deux, il le faisait en un instant, en même temps qu’il visait.

Oh, je vois. C’était parce qu’il pouvait le faire que le Revive avait autant d’emplacements d’extension. De cette façon, il pouvait s’adapter à différentes situations de combat sans avoir à présélectionner un chargement. Il pouvait aussi recharger rapidement. En d’autres termes, c’était un avantage significatif dans les batailles prolongées. Il était également avantageux de pouvoir choisir une arme après avoir vu celle de son ennemi. J’avais compris à la fois pourquoi Charles était un cadet national et pourquoi il utilisait un IS en production de masse personnalisée.

« Vous, là-bas ! Qu’est-ce que vous faites !? Donnez-moi votre année, votre classe et votre numéro de place ! »

Une voix avait retenti au-dessus de l’arène. L’enseignante de service avait dû remarquer l’agitation.

« Hmph… C’est assez pour aujourd’hui, » déclara Laura.

Peut-être que deux interruptions avaient suffi pour couper le vent dans les voiles de Laura, alors qu’elle se désengageait du mode combat et repartait vers les portes de l’arène. L’enseignante était probablement en colère, mais d’après ce que je pouvais dire de la personnalité de Laura, elle l’ignorait tout simplement.

« Ichika, vas-tu bien ? » demanda Charles.

« O-Ouais. Merci, tu m’as sauvé, » répondis-je.

Le regard aiguisé qu’il avait dans les yeux quelques secondes auparavant, alors qu’il regardait Laura était partie. C’était un Charles normal, gentil et agréable qui m’avait regardé dans les yeux.

« Finissons-en pour aujourd’hui. Il est plus de quatre heures, donc de toute façon, c’est l’heure de la fermeture, » déclara Charles.

« Ouais. Tu as raison. Merci pour l’arme, au fait. Ça m’a beaucoup aidé pour comprendre, » déclarai-je.

« C’est une bonne chose, » déclara Charles.

Il avait encore un petit sourire. Sa vulnérabilité réveillait toujours quelque chose d’étrange en moi, mais ce n’était pas ce qui m’inquiétait en ce moment.

« Hmm… Quoi qu’il en soit, pourquoi ne te changes-tu pas ? » demanda-t-il.

Encore ça. Charles n’avait jamais voulu changer avec moi après l’entraînement. Peu importe de ne pas vouloir, il ne l’avait pas fait une seule fois. Même avant l’entraînement, à part ce premier jour, il avait toujours soit déjà mis son costume, soit réussi à se changer avant moi. Et ce que je n’arrivais pas à comprendre, c’est pourquoi Charles, qui était toujours si mesuré et calme en donnant des instructions pendant l’entraînement, était si gêné quand nous retournions dans notre chambre.

Maintenant que je m’en souviens.

« Ouf, c’était rafraîchissant. La douche est libre ! » déclarai-je.

« Ichika ! Pourquoi es-tu nu !? » demanda Charles.

« Hein ? Je suis habillé. J’ai au moins un pantalon, » répondis-je.

« Mets aussi une chemise ! Et tu dois faire quelque chose pour tes cheveux ! » déclara Charles.

« Tu n’as pas besoin de me dire de faire ça, » répliquai-je.

« Oui, c’est vrai ! Tu dois mieux prendre soin de toi ! » déclara Charles.

« Voyons, on est juste des mecs ici. Qu’est-ce qui t’arrive quand tu sors toujours de là tout habiller ? Tu n’as pas à t’inquiéter pour ça, » déclarai-je.

« Ichika, tu dois t’inquiéter pour ça ! Argh, j’abandonne ! » déclara Charles.

— n’était pas une conversation inhabituelle.

Je ne savais pas pourquoi, mais Charles avait beaucoup de choses à dire quand nous étions seuls ensemble. Et on aurait dit qu’il ne me chicanait pas, mais qu’il s’en souciait vraiment. Je suppose qu’il était du genre à materner ? Je ne connaissais pas mes propres parents, mais d’après ce que j’avais pu imaginer d’après ce que j’avais entendu des Gotanda, je suppose que c’est comme ça que vous l’auriez dit. En ayant enfin un colocataire, surtout un autre gars, je sentais qu’il était important de devenir des amis plus proches. OK, il est temps d’allumer le charme.

« Alors, pourquoi ne se changerait-on pas ensemble l’un de ces jours ? » demandai-je.

« Je ne veux pas le faire, » déclara Charles.

« Franchement, n’agis pas si froidement, » répliquai-je.

« Je n’agis pas froidement, juste… Pourquoi veux-tu te changer avec moi ? » demanda Charles.

« Pourquoi ? Plutôt, pourquoi ne veux-tu pas te changer avec moi ? » demandai-je.

Répondre à une question par une question était un peu grossier, mais j’avais appris au cours des derniers jours qu’il valait mieux être un peu énergique avec Charles, alors c’était pour le mieux.

« Eh bien… Je suis gêné de…, » déclara Charles.

C’était une drôle de réponse. Charles était peut-être mince, mais il avait l’air plutôt tonique. Pourquoi y avait-il de quoi être embarrassé ?

« Tout ira bien quand tu t’y seras habitué. Faisons-le tout de suite, » déclarai-je.

« Attends, euh, euh…, » déclara Charles.

Son regard se dirigeait vers le plafond alors qu’il cherchait une bonne excuse.

— D’accord, une dernière poussée ! pensai-je.

« Hey, Char — »

Bruit de gorge.

« Bien sûr, peu importe. Maintenant, allez-y. Si tu ne sais pas quand reculer, personne ne voudra être ton ami, » déclara Rin.

J’avais senti un pincement à l’arrière de mon cou. Argh, ça fait mal. Arrête, Rin. Rin arrête ça.

« Hmm ! On dirait que tu aimerais beaucoup changer avec quelqu’un. Je ne peux pas dire que je suis enthousiaste, mais je suppose que je n’ai tout simplement pas le choix… Très bien, je vais me changer avec —, » déclara Cécilia.

« Nous aussi, nous devons changer. Dépêche-toi, Cécilia, » déclara Houki.

« Houki ! Arrête de me pincer… D’accord ! J’arrive tout de suite ! Bien sûr ! Cela sera bien sûr le vestiaire des filles ! » cria-t-elle.

Houki avait appliqué un pincement au cou, coupant les protestations de Cécilia. Quoi ? Quoi ? Est-ce que le pincement au cou était une compétence de classe pour les amies d’enfance ? Et quand ont-elles fini par s’appeler par leur prénom ? Au début, elles semblaient assez antagonistes, mais je suppose que le temps avait changé les choses. Maintenant, elles étaient assez proches pour s’appeler par leur prénom. Se sont-elles affrontés avant le coucher du soleil, un échange de tirs —, eh bien, des coups de feu, et des frappes — jusqu’à la nuit tombée ? Tu sais, ce « Pas mal ! » « Tu n’es pas si mal non plus. » Mais de toute façon, ça finirait probablement avec des coups de poing.

— Ce n’est pas bon signe. La violence ne résout rien.

« Rin, » déclarai-je.

« Quoi ? » demanda Rin.

« La violence ne résout rien, » répliquai-je.

Frappe !

« Ça, c’était de la violence, » déclara Rin.

Aïe ! Elle m’avait frappé sur la tête ! Et je venais de lui dire que ça ne résoudrait rien.

« Ne me dis pas de ne pas faire quelque chose que je n’ai pas fait, idiot, » déclara Rin.

Quoi qu’il en soit, il n’y avait aucune raison de se faire battre, et l’arène était sur le point de fermer. Il était temps d’aller se changer.

« D’accord, j’y vais, » déclarai-je.

« Pas de problème, » répondit Charles.

Après un petit mot à Charles, je m’étais dirigé vers la porte. Dernièrement, je m’étais habitué aux accélérations et aux arrêts brusques, alors j’avais plus ou moins la maîtrise du contrôle de l’IS.

« Cet endroit est vraiment luxueux, » murmurai-je.

Le vestiaire s’étendait devant moi. Il y avait une cinquantaine de casiers, et plus qu’assez de place pour une cinquantaine de personnes. En reprenant le Byakushiki dans sa forme de gantelet, je m’étais affalé sur un banc alors que je retirais ma combinaison IS.

« Je tuerais pour un bain…, » déclarai-je.

Même si le costume l’avait absorbé, j’avais quand même beaucoup transpiré. J’avais donc vraiment envie de tremper à la fois mon corps et mon âme. La rumeur disait que Mme Yamada envisageait de changer l’horaire des bains maintenant qu’il y avait deux garçons. J’en étais reconnaissant.

« C’est bon, j’ai fini de changer, » déclarai-je.

Les vêtements pour hommes étaient si pratiques. J’avais fini avant même d’avoir fini de penser.

« Orimura, Dunois, vous êtes là ? »

« Oui ? C’est juste moi, Orimura, » répondis-je.

Quelqu’un m’appelait de l’extérieur. On aurait dit Mlle Yamada. En parlant du diable.

« Puis-je entrer ? Vous n’êtes pas en train de vous changer ? » demanda Yamada.

Pour une raison ou une autre, quand les gens appelaient de loin, leur phrase était infléchie. C’était marrant. Ce n’est pas comme si j’étais différent.

« Nan, je vais bien. Je me suis déjà changé, » répondis-je.

« Oh, bien. Alors, si vous voulez bien m’excuser…, » déclara Yamada.

La porte s’était ouverte et Mme Yamada était entrée. Je trouvais toujours que le bruit du mécanisme actionné par la pression avait l’air vraiment cool.

« Dunois n’est-il pas là aussi ? J’ai entendu dire que vous vous entraîniez avec lui tout à l’heure, » déclara Yamada.

« Je crois qu’il est toujours dans l’arène. Vérifiez les fosses peut-être ? Bref, qu’est-ce qu’il y a ? Si c’est important, je peux le retrouver, » déclarai-je.

« Oh, ce n’est rien d’important, » répondit Yamada. « Vous le lui direz plus tard. Euh… À partir de la fin du mois, vous pourrez utiliser les bains. La mise en place des quarts semblait causer beaucoup de problèmes, alors au lieu de cela, vous aurez deux jours par semaine. »

« Vraiment !? » m’exclamai-je.

C’était une grande nouvelle. C’est une très grande nouvelle. Je pourrais enfin prendre un bain. J’avais été tellement empli de gratitude que j’avais saisi la main de Mme Yamada pendant que je lui répondais.

« Je suis ravi. Je suis vraiment ravi. C’est merveilleux. Merci beaucoup, madame Yamada ! » déclarai-je.

« C’est juste mon travail…, » répondit Yamada.

C’est peut-être vrai, mais j’étais encore rempli d’une envie de la remercier. J’avais été submergé par l’envie de la remercier avec le plus grand des enthousiasmes.

« Non, vraiment, c’est grâce à vous. Merci infiniment ! » déclarai-je.

« Vraiment ? Teehee. Vous me faites rougir, » déclara Yamada.

C’est alors que j’avais réalisé la situation. J’étais seul avec une enseignante dans un vestiaire, saisissant sa main avec passion. Ça ne pourrait pas bien finir. Quelque chose de terrible devait arriver.

« Ichika… ? Qu’est-ce que tu fais ? »

Mon cœur battait la chamade. Non, attends. C’était juste Charles. Pfff.

« Es-tu toujours dans les vestiaires ? Pourquoi tiens-tu la main d’un professeur ? » demanda Charles.

« Oh, euh. Ce n’est rien, » déclarai-je.

J’avais lâché ma prise sur sa main. Mme Yamada, elle aussi, avait été gênée par le commentaire de Charles et s’était retournée après que j’eus lâché sa main.

« Ichika, je croyais que tu avais dit que tu rentrais en premier, » déclara Charles.

« Oh, ouais. Désolé, » répondis-je.

Pour une raison ou une autre, on aurait dit qu’il y avait des épines dans le discours de Charles. Mais son expression n’était pas différente de la normale. Je devais trop y penser.

« Réjouis-toi, Charles. À partir de la fin du mois, nous pourrons utiliser les bains ! » déclarai-je.

« Oh ! » s’exclama Charles.

Charles m’avait regardé de travers alors qu’il enlevait son IS et commençait à essuyer sa tête. Il semblait vraiment de mauvaise humeur. C’était dommage, car la bonne nouvelle aurait dû aussi l’exciter.

« Oh, en fait, il y a autre chose dont je voulais vous parler, Orimura. Il y a de la paperasse à remplir, alors pourriez-vous venir à la salle des profs ? Il s’agit de l’enregistrement de Byakushiki, donc il y en a beaucoup, » déclara Yamada.

« Compris. Tu devrais te doucher d’abord aujourd’hui, Charles. Ça va probablement prendre du temps, » déclarai-je.

« Bien sûr. D’accord, » déclara Charles.

« D’accord, c’est bon. Allons-y, Mlle Yamada, » déclarai-je.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 3 partie 3

« Soupir… »

Fermant la porte, Charles, seul dans le dortoir, avait poussé un soupir. C’était peut-être en le gardant en lui si longtemps qu’il était devenu si étonnamment long et profond.

« De toute façon, pourquoi suis-je si en colère ? » murmura-t-il.

La gêne dans les vestiaires était encore présente. Réalisant qu’Ichika, aussi, était choqué par cela, les choses avaient encore plus empiré.

« Peut-être… Je vais prendre une douche et me calmer, » déclara Charles.

Charles avait sorti des vêtements de rechange du placard et était parti pour prendre sa douche.

♥♥♥

« Ouf, c’est enfin fait, » déclarai-je.

Il y avait certainement eu beaucoup de paperasse, mais la plupart n’avaient pas besoin de beaucoup plus qu’une signature, donc cela s’était passé plus vite que je l’avais prévu. J’avais l’impression d’être maintenant officiellement le pilote de Byakushiki, même si c’était une distinction administrative qui ne changerait probablement pas grand-chose.

« Je suis de retour. Hein… ? Charles, où es-tu ? » demandai-je.

Alors que je le demandais, le bruit de l’eau qui coulait résonna depuis la douche.

« Ah, il doit être sous la douche, » déclarai-je.

— Maintenant que j’y pense, n’a-t-il pas dit qu’on n’avait plus de gel douche hier ?

En me souvenant de ce que Charles avait dit, j’avais sorti une bouteille de rechange du placard. Je pensais prendre en premier la douche aujourd’hui, et ainsi pouvoir en apporter quand j’irai.

— Il aimerait probablement l’avoir maintenant. Je vais le lui apporter.

La salle d’eau était munie d’une porte entre la douche et le vestiaire.

— Je devrais l’apporter au vestiaire et crier pour le lui indiquer.

Je pensais qu’en entrant dans la salle de douche.

Clic.

Clic ? Hmm. J’avais déjà ouvert la porte pour entrer, alors pourquoi avais-je entendu ça ? Oh, c’est vrai, Charles avait dû ouvrir la porte de la douche. Il devait être à la recherche d’un gel douche.

« Oh, bon moment choisi. J’ai apporté une autre bouteille de —, » commençai-je.

« I-I-I-Ichika ? » demanda Charles.

« Hein ? » m’exclamai-je.

La personne qui était entrée dans la salle de douche était une fille que je n’avais jamais vue. Comment avais-je su que c’était une fille ? C’est simple. Elle avait des seins.

Ses cheveux humides étaient d’une blonde ondulée, douce et souple. Ses jambes étaient lisses et longues, sa taille élancée accentuait ses seins, les faisant paraître encore plus gros qu’ils ne l’étaient. Avec ses cheveux blonds et ses yeux d’améthyste, je savais qu’elle ne pouvait pas être japonaise. C’est peut-être pour cela qu’elle — autour du bonnet C ? — était encore exceptionnellement pétillante… Les gouttelettes d’eau perchées sur sa jeune peau étaient comme des pierres précieuses, presque comme si elle était sertie de pierres précieuses.

Et elle était nue. Complètement nue. Je savais dans ma tête que je devais détourner le regard, mais mes yeux étaient fixés comme s’ils étaient coincés là.

« Je… Euh, euh…, » balbutiai-je.

J’avais l’impression d’avoir déjà vu la fille nue devant moi quelque part auparavant, mais j’étais si confus que je n’arrivais plus à réfléchir.

— Hmm, blonde… Blonde ?

« Eek! »

Claquement !

La jeune fille avait surmonté son choc et s’était immédiatement couvert les seins en s’enfuyant sous la douche. Le grand claquement de la porte m’avait ramené à la raison, et j’avais écouté l’eau qui coulait.

« Euh…, » balbutiai-je.

« … »

Il n’y avait pas eu de réponse de l’autre côté de la porte. Elle était probablement aussi sans voix que moi.

« Je laisse le gel douche ici, » déclarai-je.

« D’accord…, » répondit-elle.

Avec un échange qui pouvait ou non avoir été une conversation, j’avais placé la bouteille près de la porte de la douche et j’étais sorti.

« … »

— Qu’est-ce qui se passe ici ? Je pensais que Charles était sous la douche… Attends, c’était lui !?

Maintenant que j’y pense, ça ne me semblait pas tiré par les cheveux. S’il laissait tomber ses cheveux, ce serait probablement comme ça. Mais ce n’était pas le plus gros problème.

— Il y a quelque chose qui cloche ici. Pourquoi Charles a-t-il des seins ? Hmmm, seins…

La vue était encore brûlée à l’intérieur de mes paupières.

— C’était… c’était de beaux seins.

Il n’y avait aucune chance. C’était impossible. Cependant, je ne pouvais pas l’exclure complètement…

— C’est mieux de ne pas y penser. Libérer votre esprit et laisser les problèmes s’estomper.

Clic.

« … !? »

Un clic silencieux, presque des condoléances, s’était fait entendre lorsque la porte du vestiaire s’était ouverte. Pourtant, pour moi, c’était le son le plus fort que j’avais entendu de toute ma vie, et je m’étais involontairement recroquevillé.

« Je vais sortir, » déclara Charles.

« D’accord, » répondis-je.

La voix que j’avais entendue derrière moi était bien celle de Charles. J’avais essayé d’ignorer les battements de mon cœur dans ma poitrine en me retournant.

Devant moi… C’était une fille.

♥♥♥

« … »

« … »

Nous avions passé une heure comme ça. Moi et la fille devant moi — la véritable identité de Charles — nous étions assis sur nos lits, nous nous tournions l’un vers l’autre, mais en évitant silencieusement les regards de l’autre.

« Eh bien, euh… »

J’avais décidé de briser la glace. Pendant que je parlais, elle — Charles, tremblait.

— Franchement, ça ne devrait pas être si choquant…

« Veux-tu du thé ? » demandai-je.

« B-Bien sûr. Si ça ne te dérange pas, » répondit Charles.

Il semblait que nous étions tous les deux d’accord sur le fait qu’un verre faciliterait la conversation. Au moins, on était enfin d’accord sur quelque chose. Bref, j’avais fait bouillir de l’eau dans la bouilloire électrique et je l’avais versée dans ma théière.

« … »

« … »

Alors que nous attendions que le thé soit infusé, le silence revint. Même si je le souhaitais, il ne fallait pas faire de précipitation avec les feuilles de thé.

« Ça devrait être bon maintenant. Tiens, » déclarai-je.

« Oh, c’est — Oek ! » déclara Charles.

Alors que je lui passais la tasse, le bout de nos doigts s’était rapproché et Charles, agitée, avait retiré sa main en réaction. Sans réfléchir, j’avais resserré la tasse pour ne pas la faire tomber et, en réponse, le thé s’était répandu sur ma main.

« Ow, c’est chaud ! De l’eau ! De l’eau ! » m’écriai-je.

J’avais couru vers l’évier, et j’avais ouvert le robinet le plus loin possible. Le flot de l’eau m’avait refroidi la main, et il me semblait que la crise était en grande partie évitée.

« D-Désolée ! Est-ce que ça va ? » demanda Charles.

« Oui, ça devrait aller. Tant que tu le refroidis vite, tu ne te brûles pas vraiment, » répondis-je.

« Laisse-moi-le voir… Tu es rouge vif. Je suis vraiment désolée, » déclara Charles.

Un peu paniquée, Charles s’était précipitée à mes côtés et avait tiré ma main vers elle, fixant la partie où le thé avait éclaboussé d’une expression peinée.

« Je vais chercher de la glace ! » s’écria Charles.

« Attends, attends un peu. Tu ne peux pas sortir comme ça. Je vais le chercher moi-même dans un instant, » déclarai-je.

Charles portait sa veste de survêtement comme d’habitude, mais c’est peut-être parce que je connaissais son secret qu’elle avait renoncé au corset spécial qu’elle portait pour maintenir ses seins. Avec sa veste bien ajustée, ses seins étaient évidents.

« Mais…, » balbutia Charles.

« En fait, Euhh. Tes seins… Ils se plaquent contre moi, » décalerai-je.

« … ! »

Comme si elle n’avait pris conscience de sa propre position qu’après qu’elle ait été mentionnée, Charles avait bondi en réponse, les bras croisés sur sa poitrine.

« … »

Même si ce n’était qu’un petit peu, ses yeux portaient ce regard accusateur dont seules les femmes étaient capables.

« Et moi qui m’inquiétais pour toi… Ichika, espèce de pervers…, » déclara Charles.

« Quoi !? »

Impossible ! J’étais traité comme un méchant. Quelle absurdité ! Quel mensonge ! J’imaginais peut-être des choses, mais pendant un moment j’espérais que ce n’était peut-être pas accusateur, mais un mélange d’embarras et de joie. Ouais… J’avais dû imaginer des choses. Quelle fille serait heureuse qu’un mec qu’elle n’aime pas la toucher ?

« Pff. C’est assez refroidi, ça devrait aller. Quoi qu’il en soit, essayons encore une fois, » déclarai-je.

« D’accord, » répondit Charles.

Cette fois, j’avais réussi à passer la tasse à Charles, et nous avions pris chacun une gorgée de notre thé. Après nous être humecté la gorge, j’en étais arrivé à la question que j’avais en tête.

« Alors pourquoi as-tu fait semblant d’être un homme ? » demandai-je.

« Ma… ma famille m’a forcée à le faire…, » répondit Charles.

« Hein ? Ta famille, est-ce bien les Dunois ? » demandai-je.

« C’est bien ça. Mon père est le président de la compagnie. C’était un ordre direct de sa part, » répondit Charles.

Quoi ? Quelque chose n’avait pas l’air d’aller ici. Quand la conversation s’était tournée vers sa famille, une tristesse était apparue sur le visage de Charles.

« Un ordre ? De ton père ? Comment cela se fait-il… » commençai-je.

« Je… Je suis la fille de l’une de ses maîtresses, » répondit Charles.

« … »

Silence, encore une fois. À 15 ans, j’étais assez vieux pour savoir comment le monde fonctionnait. Je n’étais pas assez innocent et protégé pour ne pas savoir ce que ça voulait dire.

« J’ai été adoptée par mon père il y a deux ans. Peu après la mort de ma mère, ses employés sont venus me chercher. Après des tests rigoureux, ils ont déterminé que j’étais tout à fait apte à piloter un IS, et j’ai été affectée comme pilote d’essai non officiel pour Dunois, » répondit Charles.

Charles se frayait un chemin courageux à travers une histoire dont elle ne voulait probablement pas se souvenir, alors je l’avais écoutée attentivement, la laissant finir.

« Je n’ai rencontré mon père que deux fois. Je n’ai prononcé que quelques phrases avec lui. On vivait dans des maisons séparées, et juste une fois, il m’a appelée chez lui. C’était terrible. Sa femme m’a même frappée, et elle m’a traitée de “sale briseuse de ménage”. Cela m’a vraiment peinée. Si maman m’en avait dit un peu plus, au moins je n’aurais pas été aussi déconcertée. »

Charles lâcha un rire forcé, trop sec pour avoir été un vrai rire. Je ne l’avais pas fait de mon côté et je suppose qu’elle ne voulait pas que je le fasse. Pour une raison quelconque, la colère s’était enflammée en moi, et j’avais serré les poings pour la retenir.

« Peu de temps après, Dunois est entré dans une crise financière, » déclara Charles.

« Attends, quoi ? N’ont-ils pas la troisième part la plus élevée de la production de masse des IS au monde ? » demandai-je.

« Oui, mais le Revive est toujours un IS de deuxième génération. Le développement des IS est incroyablement coûteux — la plupart des entreprises de l’industrie reçoivent une aide gouvernementale directe. Et la France s’est retirée du projet de défense commun de l’UE “Plan de mise à niveau”. Le besoin d’une troisième génération d’IS était urgent. Pourtant, même si c’était nécessaire pour notre défense, un pays qui ne disposait ni d’un budget important, ni de l’avantage du premier arrivé, en a inévitablement souffert. »

Maintenant que j’y pense, Cécilia avait parlé à plusieurs reprises du développement des IS de troisième génération.

« L’Union européenne procède actuellement à des essais pour déterminer le fournisseur principal de la mise à niveau de troisième génération. Les propositions en cours d’évaluation sont nos Tears, le Regen allemand et le Tempesta italien. La nôtre est actuellement la plus proche de l’état de préparation à la production, mais ce n’est pas encore décidé. J’ai donc été envoyé à l’Académie IS pour recueillir des données sur le terrain. »

C’est du moins ce que je m’étais souvenu. C’est probablement la raison pour laquelle Laura était aussi venue d’Allemagne.

« Revenons au sujet. Ainsi, si Dunois a commencé le développement d’un IS de troisième génération, il s’est en fait appuyé sur un projet de deuxième génération très tardif, très court en termes de temps et de données utiles, le projet n’a pas pu prendre forme. Par la suite, le gouvernement a fait savoir que le budget avait été considérablement réduit. Et que s’il n’était pas sélectionné lors du prochain essai, tout financement supplémentaire serait également complètement annulé, et la licence d’IS de Dunois serait retirée, » déclara Charles.

« Je crois que j’ai compris, mais pourquoi es-tu venue ici en te faisant passer pour un homme ? » demandai-je.

« C’est très simple. Comme vitrine pour notre produit. Et —, » Charles avait évité le contact visuel, sa voix trahissant un peu de frustration. « Il serait plus facile de me rapprocher d’un exemple similaire au Japon si je me faisais aussi passer pour un garçon. Si possible, je devais obtenir des données sur son IS et sur lui-même. »

« Ce qui signifie…, » déclarai-je.

« Oui. J’ai été envoyée pour voler des données sur Byakushiki. C’est ce qu’il m’a dit de faire, » déclara Charles.

D’après ce que j’avais entendu, le père de Charles profitait d’elle. Le genre de « Elle est douée avec un IS, alors utilisons ça ! » et rien d’autre. Elle l’avait sûrement ressenti beaucoup plus intensément que moi. C’est pour ça qu’elle parlait de son propre père comme s’il n’avait aucun lien de parenté avec elle. Dans son esprit, il n’était pas « papa », c’était juste un type.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 3 partie 4

« Et c’est comme ça. Maintenant que tu as découvert la vérité, je suis sûre que je serai rappelé en France. Quant à l’entreprise… Je suis sûre qu’elle s’effondrera ou qu’elle sera rachetée, qu’elle ne sera certainement plus jamais la même, mais je m’en fiche complètement, » déclara Charles.

« … »

« Ça m’a vraiment soulagée. Merci de m’avoir écoutée. Et désolée de t’avoir menti, » déclara Charles.

Charles s’inclina profondément, mais quand j’avais réalisé qu’elle le faisait, j’avais tendu la main vers ses épaules et j’avais redressé son visage.

« Cependant, es-tu d’accord avec ça ? » demandai-je.

« Eh… ? » demanda Charles.

« Es-tu d’accord avec ça ? Tu ne peux pas l’être. Peu importe ce qu’il dit. Pourquoi quelqu’un a-t-il le droit de te priver de ta liberté juste parce qu’il est ton parent ? Ce n’est pas juste ! » déclarai-je.

« I-Ichika ? » demanda Charles.

Le visage de Charles indiquait qu’elle était un peu perplexe et un peu effrayée. Mais je n’avais pas trouvé les bons mots. Plus que tout, je n’arrivais pas à comprendre mes sentiments.

« Ce que je veux dire, c’est que tu ne serais pas ici sans lui, c’est vrai, mais c’est absurde de penser que cela devrait lui donner une autorité absolue sur toi. Chacun a le droit de choisir comment il va vivre. Et tes parents n’ont pas le droit de dire le contraire ! » déclarai-je.

En parlant, j’avais réalisé que je ne parlais pas vraiment de Charles, mais de moi-même. Et je n’avais pas pu m’empêcher de penser à Chifuyu, qui avait tant souffert à cause d’eux.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Quelque chose te tracasse, Ichika ? » demanda Charles.

« Ah, ouais. Désolé… Je me suis trop énervé sur ce sujet, » déclarai-je.

« Ce n’est pas grave. Dis-moi juste ce qui ne va pas, » demanda Charles.

« J’ai été — Chifuyu et moi avons été abandonnés par nos parents, » déclarai-je.

« Oh… ! » s’exclama Charles.

Charles me regarda un instant, avec un visage qui laissait entendre qu’elle s’était souvenue de quelque chose de tragique, puis il baissa les yeux pour s’excuser.

« Je suis… désolée pour vous, » déclara Charles.

« Ne t’inquiète pas pour ça. Chifuyu est assez de famille pour moi. Je ne voudrais même pas rencontrer mes parents. Bref, qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? » demandai-je.

« Ce n’est qu’une question de temps. Quand le gouvernement français découvrira la vérité, il ne pourra pas rester inactif. Mon statut de cadet national sera révoqué, et si j’ai de la chance, je serai seulement emprisonnée, » déclara Charles.

« Et tu es d’accord avec ça ? » demandai-je.

« Ça n’a pas d’importance que je sois d’accord avec ça ou pas. Je n’ai pas le droit de choisir. C’est ce qui va se passer, » déclara Charles.

Le léger sourire de Charles était rempli de douleur. Cela avait trahi sa résignation désespérée. Je ne pouvais pardonner à personne qui lui faisait ressentir ça. En même temps, j’étais en colère contre moi-même parce que je ne pouvais rien faire. Ne pas pouvoir aider un ami m’avait rempli de frustration.

« Alors, pourquoi ne pas rester ici ? » demandai-je.

« Hein ? » s’exclama Charles.

« Selon l’article 21 : Pendant leur inscription, les étudiants ne sont soumis à l’autorité d’aucune nation, aucun organisation ou groupe. Les interférences extérieures sans leur consentement ne sont pas autorisées, » j’avais récité le règlement.

— C’est ça. Ça va marcher, pensai-je.

Au fur et à mesure que j’y repensais, ma colère s’était dissipée, et j’avais récité le texte avec tant de douceur que j’étais presque dégoûté de moi-même.

« Ce qui veut dire… Tant que tu es ici, tu es en sécurité pour au moins trois ans. Ça te donnera le temps de trouver une solution. Tu n’as pas besoin de te précipiter, » déclarai-je.

« Ichika… » demanda Charles.

« Hein ? Quoi ? » demandai-je.

« Tu t’en es bien souvenu. Il y a, quoi, cinquante-cinq articles ? » demandai-je.

« Je… travaille dur, » déclarai-je.

« Bien sûr que si, » répondit Charles.

Charles avait fini par rire. Son expression était le sourire insouciant d’une jeune fille de 15 ans.

Mon pouls battait à nouveau la chamade… En y repensant, ce que j’avais le plus remarqué, ce n’était même pas sa beauté, mais sa gentillesse. C’est ce qui avait dû la rendre si adorable à mes yeux. En la voyant sans être sur ses gardes, mon cœur avait battu encore plus vite.

« Quoi qu’il en soit, c’est à toi de décider, donc tu devrais y réfléchir, » déclarai-je.

« Bien sûr. Je le ferai, » répondit Charles.

J’avais l’impression que nous passions à autre chose que des sujets plus délicats, mais j’aurais peut-être dû appuyer un peu plus fort. En y pensant, j’avais de nouveau tourné les yeux vers Charles, et nos regards s’étaient croisés.

« Hein ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Charles.

« Oh, rien du tout, » répondis-je.

Charles m’avait regardé en face. Je ne savais pas si elle savait ce que je pensais ou non, et maintenant ce n’était pas seulement sa vulnérabilité. Le haut de son décolleté qui sortait de son encolure était suffisant pour faire battre mon cœur comme un tambour.

« Bref, euh… Peux-tu reculer, Charles ? » demandai-je.

« Hein ? » demanda Charles.

« Eh bien, euh, tes seins…, » déclara Charles.

Charles avait rougi d’un rouge vif à leur mention.

— Elle était comme ça avant aussi, n’est-ce pas, pensai-je.

« Ichika, tu n’arrêtes pas de parler de mes seins… Veux-tu les voir ? » demanda Charles.

« Quoi !? » m’exclamai-je.

« … »

« … »

J’étais nerveux, je ne savais pas ce qu’elle voulait vraiment. Pour une raison ou une autre, elle se tut, son visage était encore rouge comme une betterave, et une autre sorte de maladresse s’installa.

Toctoc.

« … !? »

« Ichika, tu es là ? Tu n’as pas encore mangé. Tu n’es pas malade, n’est-ce pas ? »

Charles et moi avions tous les deux été paralysés, tout ceci était comme au moment du coup de sifflet final.

« Ichika ? Puis-je entrer ? »

— C’est mauvais, ça. Vraiment mauvais. Vraiment, vraiment mauvais. Même un crétin pourrait dire que Charles était une fille s’il la voyait maintenant.

« Qu’est-ce qu’on fait ? » demanda Charles.

« Cache-toi pour l’instant, » déclarai-je.

Nous chuchotions ainsi tous les deux. Nos visages étaient assez proches, mais nous n’avions pas eu le temps d’y penser.

« D’accord. Je vais juste me faufiler ici…, » déclara Charles.

« Quoi — pourquoi le placard !? Utilise le lit ! Couvre-toi avec des couvertures, tout ira bien ! » déclarai-je.

« Oh ! Bonne idée ! » déclara Charles.

Charles et moi, on s’était embrouillés.

Clic. Le son de l’ouverture de la porte avait résonné.

« Oh, salut, Cécilia ! Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce qu’il te fallait ? » demandai-je.

« Ai-je interrompu quelque chose ? » demanda Cécilia.

Ce qu’elle avait vu, c’est Charles, qui venait de plonger dans son lit, et moi, allongé sur le dessus en tirant une couverture sur elle. C’était certainement un spectacle inhabituel d’ouvrir une porte et de trouver un résident allongé l’un sur l’autre sur une couverture. Cécilia avait fait une expression emplie de doute, comme si elle essayait de s’assurer qu’elle voyait vraiment cela.

« Charles pense qu’il a un rhume, alors je l’ai bordé. Ce n’est pas grave, hein ? » déclarai-je.

« Et… est-ce qu’être allongé sur un malade est un remède traditionnel japonais ? » demanda Cécilia.

Bien sûr que non. Ce n’était un remède traditionnel nulle part. Qui diable aurait pu trouver quelque chose comme ça ?

« Bref, Charles ne se sent pas bien, alors il fait une sieste. Il n’a pas faim, alors je vais devoir y aller seul, » déclarai-je.

« C’est vrai, » la voix de Charles s’était échappée de dessous la couverture.

— Allez, fais un peu plus d’efforts pour avoir l’air malade !

« Toux, toux. »

— Pourrais-tu rendre plus évident le fait que tu faisais semblant ? Ça ne va pas marcher, n’est-ce pas ?

« Oh, vraiment ? Je n’ai toujours pas dîné. On y va ensemble ? En effet. Quelle coïncidence inhabituelle ! » déclara Cécilia.

Nous avions apparemment dupé Cécilia, et elle avait tourné son attention vers le dîner avec moi. J’avais besoin de me souvenir de rapporter un repas pour Charles.

« Toux, toux, toux. Amusez-vous bien, » déclara Charles.

« Bien sûr, » répondis-je.

« Prends soin de toi, Dunois. Ichika, on y va ? » demanda Cécilia.

Pendant qu’elle parlait, elle m’avait pris le bras. Les Britanniques étaient naturellement doués pour les gestes dont les Japonais se défendaient. J’étais mal à l’aise avec un contact si étroit, mais je l’avais enduré de façon à ne pas aggraver la situation. Nous étions sortis de ma chambre et nous nous étions dirigés vers l’escalier. Alors que nous étions sur le point de descendre, j’avais entendu un cri.

« Qu’est-ce que vous faites tous les deux ? »

Des bruits de pas rapides retentirent du fond du couloir. Je n’avais même pas eu besoin de chercher pour savoir… que c’était Houki.

« Oh, Houki ! Nous étions simplement en route pour le dîner, » déclara Cécilia.

Il y avait un peu plus d’emphase sur le fait que « nous ». Peut-être qu’elle y avait donné un sens supplémentaire, c’était l’une de ces choses que je n’avais pas comprises et que seules les filles semblaient faire.

« Et pourquoi vous tenez-vous la main, hein !? » demanda Houki.

« N’est-il pas naturel qu’un seigneur escorte sa dame ? » demanda Cécilia.

Alors c’était comme ça, hein. Je n’arrêtais pas d’être l’escorte de quelqu’un. Et, maintenant… Houki me regardait fixement. Pourquoi était-ce ma faute ?

« Et Ichika ! Que se passe-t-il avec toi ? Tu savais que j’allais t’attendre à la cafétéria ! » s’écria Houki.

« Je n’étais même pas…, » commençai-je.

Je voulais lui dire que j’avais d’autres choses plus importantes à régler. De toute façon, n’était-ce pas impoli de dire aux gens que vous attendiez qu’ils viennent ?

« Quoi qu’il en soit, nous sommes en route pour le souper, alors si ça ne te dérange pas…, » déclara Cécilia.

« Attends ! Je viendrai aussi. J’allais justement dîner ! » déclara Houki.

Hein ? Vraiment ?

« Oh, mon Dieu, Houki. Es-tu sûre qu’un quatrième repas par jour ne te fera pas prendre encore plus de poids ? » demanda Cécilia.

« Pas besoin de s’inquiéter pour ça. Je brûlerai les calories à l’entraînement, » déclara Houki.

— Tu veux dire au club de Kendo où tu ne vas jamais. Le reste de l’équipe pleure.

Ils avaient un nouveau membre qui avait fait les nationales, et elle n’était même pas venue. Houki, j’aimerais qu’on puisse s’entraîner ensemble après l’école, mais tu devrais aussi aller au club de temps en temps. Je ne voudrais pas que tu perdes ton avantage.

« Mes parents m’ont envoyé ça. J’allais m’entraîner avec plus tard, donc ça ne devrait pas être un problème, » déclara Houki.

Elle avait tenu un… wôw. Un katana. Il avait été gainé, mais on avait tout de suite su ce que c’était. Une lame célèbre transmise depuis l’époque d’Edo — en d’autres termes, de l’acier.

« Son nom est Akeyoi, l’une des dernières créations du célèbre forgeron Akarugi You, » déclara Houki.

Akarugi You. Après avoir épousé une épéiste, il avait abandonné son travail précédent et ils s’étaient installés dans les montagnes de Hida. Là-bas, il fabriquait « des épées pour les femmes ».

« Des femmes frappant des hommes. »

Ce thème de la grâce supérieur de la puissance avait influencé son métier jusqu’à la fin de ses jours. Bien sûr, il n’aurait probablement jamais commencé s’il n’avait pas rencontré sa femme. Akarugi, vous étiez finalement arrivé à deux principes de l’escrime :

« Laissez filer votre lame comme de l’eau, jusqu’à ce que vous vous approchiez — puis vous frappez en un éclair, » et « Dégainez rapidement votre lame, et avec elle frappez encore plus vite. »

La lame de Houki avait été fabriquée pour cette dernière — une lame plus longue et plus mince qu’un katana standard, avec une gaine plus longue en assortiment. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, il était possible de le dégainer plus rapidement qu’une lame plus courte. J’avais entendu dire que la raison en était la gaine plus lisse et la trajectoire circulaire de l’attaque, combinées au jeu de jambes. Pourtant, le gouvernement était-il d’accord avec cela ? Un lycéen se baladant armé d’un — oh, attends. C’était l’Académie IS, proclamée par la loi et traitée comme n’appartenant à aucune nation.

« Alors, allons-y, » déclara Houki.

Quoi ? Hein ? Pourquoi Houki était-elle à côté de moi ? Attends ! Pourquoi m’attrapait-elle le bras !?

« Houki… qu’est-ce que tu fais ? » demandai-je.

« C’est naturel pour un homme d’escorter une dame, non ? » demanda Houki.

— Escorte ? Bon sang… Vous deux, vous allez seulement à la cafétéria.

Mais maintenant, j’avais Cécilia accrochée à mon bras gauche, et Houki à ma droite.

— Franchement, si on marche comme ça, personne ne pourra nous dépasser en montant les escaliers.

Et aussi, tout le monde nous regardait.

« Mon Dieu, j’aimerais que ce soit moi… »

« C’est une double concrétisation. »

« Ce n’est pas juste de prendre de l’avance ! »

« Ce n’est pas juste d’avoir son propre IS ! »

Hm ? Pourquoi tout le monde regardait-il Houki et Cécilia avec jalousie ? Et pourquoi avaient-elles l’air si suffisantes et satisfaites d’elles-mêmes ? Était-ce si génial d’être escorté par un homme ?

« Euh…, » dis-je.

« Quoi ? » demanda Houki.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Cécilia.

« C’est dur de marcher comme ça…, » déclarai-je.

Mes bras avaient été serrés en stéréo. Qu’est-ce qui n’allait pas avec ces deux-là ?

« N’as-tu rien de mieux à dire en ce moment ? » demanda Houki.

« Un homme qui ne reconnaît pas sa propre fortune est plus bas qu’un chien, » déclara Cécilia.

Fortune ? Avait-on eu la chance, en Grande-Bretagne, d’avoir les deux bras tordus en même temps ? Désolé, mais ce n’est pas du tout mon genre.

« Bref, peu importe. Allons manger quelque chose, d’accord ? » demandai-je.

C’était suffisant pour les faire bouger à nouveau, mais bientôt, un autre problème s’était posé.

« Le dîner de poisson d’aujourd’hui est du maquereau sawara. C’est délicieux, » déclara Houki.

*Quelque chose de mou se pressant sur lui*

« J’ai entendu dire que le repas occidental d’aujourd’hui est des pâtes carbonara. En veux-tu aussi ? » demanda Cécilia.

*Quelque chose de mou se pressant sur lui*

« Eh bien, euh, ils ont tous les deux l’air bons, » déclarai-je.

J’étais tout à fait honnête, ils avaient l’air appétissants tous les deux. Il y avait autre chose dont j’essayais de m’éloigner à ce moment-là. Avec nous, marchant bras dessus bras dessous, c’était plutôt difficile à passer. Elles se pressaient donc chacune près de moi et, à chaque pas, mon bras sentait quelque chose de doux, de féminin, de gonflé, quelque chose auquel je n’essayais pas de penser, mais je ne pouvais m’empêcher de réaliser ce que c’était.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Ichika ? » demanda Yuuki.

« Il y a un problème ? » demanda Cécilia.

*Quelque chose de mou se pressant sur lui*

Chacune s’était penchée encore plus près de moi. Mes bras pouvaient sentir leurs seins se serrer dans leurs vêtements.

« Oh, ce n’est rien ! Ce n’était rien du tout. Ce ne sera pas grand-chose, » déclarai-je.

J’avais surmonté les difficultés pour essayer de garder mon contrôle. Tendu — c’était une façon appropriée d’y penser, tout bien considéré. Ce que j’avais fini par manger pour le dîner m’était complètement sorti de l’esprit.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 3 partie 5

« Je suis de retour, » déclarai-je.

« Salut, Ichika. Hm ? Qu’est-ce qu’il y a ? Tu as l’air énervé à cause de quelque chose, » demanda Charles.

« Ah, ne t’inquiète pas pour ça. Je vais bien. Mais tu dois être affamée. Je t’ai pris un dîner au poisson, crois que tu y arriveras ? » demandai-je.

« Bien sûr, merci, » répondit Charles.

Charles avait souri quand elle me prit le plateau, mais son expression s’était assombrie quand elle le posa sur la table.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« Uhhhh…, » balbutia Charles.

« Dépêche-toi, ou ça va refroidir. Quelqu’un a travaillé dur pour le faire, tu devrais le manger pendant qu’il est encore chaud, » déclarai-je.

« Ouais, tu as raison. Merci, » répondit Charles.

Charles semblait avoir un sourire maladroit, et j’avais vite compris la raison.

« Ah… ! » m’exclama Charles.

Plop.

“ah, euh…”

Plop, plop.

Charles poussa un soupir alors que sa nourriture retombait dans l’assiette. Elle avait ramassé le poisson. Ou du moins, elle avait essayé, mais ça ne se passait pas très bien. Maintenant que j’y pense, c’était la première fois que je voyais Charles utiliser des baguettes.

« As-tu des problèmes avec les baguettes ? » demandai-je.

« Ouais. J’ai pratiqué, mais ce n’est toujours pas — Ah…, » répondit Charles.

Encore une fois, le poisson était tombé. Cela retombait dans l’assiette, donc c’était encore mangeable, mais à ce rythme-là, elle ne finissait jamais son repas.

« Désolé. Je vais te chercher une cuillère, » déclarai-je.

« Hein ? Non, je n’en ai pas besoin. Je finirai bien par finir, » répondit Charles.

« Es-tu sûre de toi ? On dirait que tu as beaucoup de problèmes, ça ne me dérange pas, » déclarai-je.

« Mais…, » déclara Charles.

« Voyons, Charles. Tu dois apprendre à laisser les autres te rendre service. Si tu continues à les rejeter, ça te fera mal, » lui dis-je en poussant un soupir. « Je sais que c’est difficile de demander des choses de façon inattendue, mais pourquoi ne pas commencer la pratique en commençant par moi ? C’est peut-être un peu du passé, mais rappelle-toi, je suis comme toi, surtout dans les choses de type familial. Alors, n’hésite pas. »

« Ichika…, » déclara Charles.

Pendant un certain temps, elle s’était mise à réfléchir, avant d’accepter qu’elle ne pût pas manger autrement et d’ouvrir la bouche.

« Alors, euh…, » déclara Charles.

« D’accord. Tu veux que je t’apporte cette cuillère ? » demandai-je.

« Eh bien, euh… peut… Peux-tu me nourrir ? » demanda Charles.

Elle s’était agitée, et elle avait beaucoup d’hésitation alors qu’elle le demandait — mais la demande inattendue m’avait fait fondre. Charles m’avait souri, la mâchoire ouverte, et m’avait encore demandé.

« Tu m’as dit que je pouvais te demander des faveurs…, » déclara Charles.

« Tu as raison. Un homme ne revient pas sur sa parole. D’accord, faisons-le, » déclarai-je.

Ce n’était pas tout à fait ce que je voulais dire, mais au moins Charles demandait quelque chose plutôt que d’essayer d’abord de tout faire elle-même, puis d’abandonner. Quel genre d’homme serais-je si je refusais ? Mais ce sourire était un peu injuste… Son expression était comme celle d’un chiot abandonné un jour de pluie, suppliant d’être sorti de sa boîte, seul un héros — ou un méchant — pourrait refuser, et je ne voulais pas l’être non plus. J’avais pris les baguettes de Charles, et j’avais ramassé un morceau de poisson comme ceux qu’elle avait fait tomber.

« OK, dis Ahhhh, » déclarai-je.

« Ahh, » répondit Charles.

Je n’aurais jamais imaginé nourrir aussi Charles à la main. Tandis que Charles mastiquait, ses joues semblaient briller d’un rouge pâle.

« Est-ce bon ? » demandai-je.

« Oui. C’est délicieux, » répondit Charles.

« C’est une bonne chose, » déclarai-je.

« Que dirais-tu d’un peu de riz ensuite ? » demanda Charles.

« D’accord, » répondis-je.

J’avais pris un bouquet de riz, de la taille d’une bouchée pour une fille, et je l’avais porté à sa bouche avec la soucoupe sous lui.

« Ahh, » déclara Charles.

« Hm…, » murmurai-je.

Regarder Charles manger m’avait encore fait battre avec force mon cœur. Était-ce ce que ressentait un oiseau en nourrissant ses petits ? Je n’arrivais pas à me calmer.

« Que dirais-tu d’un peu de salade ensuite ? » demandai-je.

« D’accord, » déclara Charles.

Je l’avais nourrie de reste du repas pendant que notre conversation ralentissait, et après quelques mots, nous étions allés chacun au lit. Il s’était passé trop de choses aujourd’hui. Épuisé mentalement et physiquement, je m’étais endormi dès que j’avais touché les draps.

 

♥♥♥

 

L’obscurité. Dans l’obscurité totale, un seul point.

« … »

Elle ne se souvenait plus depuis combien de temps il en était ainsi. Elle savait seulement que sa vie avait été des ténèbres depuis sa naissance. Les humains avaient vu la lumière pour la première fois à leur naissance, mais elle était différente. Elle avait été élevée dans les ténèbres et était née dans l’ombre. Et rien n’avait changé. Dans une pièce non éclairée, entourée d’ombres et baignée de ténèbres, la seule chose qui avait éclairé était la lueur sombre d’un œil rouge rubis. Laura Bodewig.

Elle savait que c’était son nom, mais elle avait compris qu’il n’avait aucun sens. Mais il y avait une exception. Quand son Lehrerin — quand Chifuyu Orimura — l’appela, cela résonna dans ses oreilles. Son cœur battait la chamade.

« Son existence… Son pouvoir… C’est mon but, ma Daseinsberechtigung… »

Le seul rayon de lumière dans sa vie. La première fois qu’elles s’étaient rencontrées, elle avait failli être mise à genoux. Avec terreur. Avec émotion. Avec… joie.

Son cœur avait vacillé. Son corps avait brûlé. Et elle avait prié. Ah, qu’un jour elle pourrait être comme ça. Qu’un jour, ça pourrait être elle. Cela avait comblé son vide. J’ai été guérie. Une force absolue. Vivre la perfection. La seule à laquelle elle pouvait s’identifier. Aucune saleté ne pourrait entacher sa forme parfaite.

« Ichika Orimura… Tu as souillé la Lehrerin…, » elle ne pouvait pas accepter son existence. « Je vais l’éliminer… Peu importe ce qu’il faudra. »

Laura ferma les yeux, une flamme sombre poussant dans sa poitrine. La jeune fille, qui ne faisait qu’un avec les ténèbres, tomba dans un sommeil sans rêves.

 

♥♥♥

 

« Pour de vrai !? »

« Tu ne mens pas, n’est-ce pas ? »

J’étais en route pour le cours lundi matin, et j’avais cligné des yeux, surpris de pouvoir entendre les cris du bas de l’escalier.

« Quoi ? »

« Eh bien ? »

À côté de moi se trouvait mon colocataire, Charles (version masculine).

« C’est la vérité ! Comme si tout le monde en parlait ! Le vainqueur du tournoi à la fin du mois aura un rendez-vous avec Orimu — ! »

« Un quoi avec moi ? » demandai-je.

« KYAAA ! »

Qu’est-ce qu’elles avaient ? J’avais attendu jusqu’à ce que j’arrive en classe et que je le demande d’une voix normale, mais tout ce que j’avais reçu en réponse, c’était des cris. Comme c’est vulgaire.

« Alors, de quoi parliez-vous toutes ? J’ai cru entendre mon nom quelque part là-dedans, » déclarai-je.

« Oh ? Vraiment ? »

« Qu’est-ce qui t’a donné cette idée ? »

Rin et Cécilia essayaient de rire et de changer de sujet. Était-ce quelque chose que je n’aurais pas dû entendre ?

« Bref, je retourne dans ma classe, » déclara Rin.

« Ah, bien sûr ! Je devrais aussi m’asseoir à ma place, » déclara Cécilia.

Chacune avait fait un départ rapide, quoique quelque peu suspect. Les autres filles rassemblées semblaient emboîter le pas.

« Qu’est-ce que c’était que ça…, » j’avais demandé à Charles.

« Ça me dépasse, » répondit Charles.

 

♥♥♥

 

— Pourquoi ça doit se passer comme ça ?

J’étais assis à mon bureau près de la fenêtre pendant que ma tête tourbillonnait de pensées.

— Le vainqueur du tournoi de classe aura un rendez-vous avec Ichika Orimura…

C’était à lui et à moi de le savoir ! Il ne dirait pas ça à tout le monde, n’est-ce pas ? Cela avait dû fuir d’une autre façon.

« … »

Pourtant, toutes les autres filles le savaient, et même les femmes de la classe supérieure se posaient des questions du genre « Et si la gagnante était dans une autre classe ? » et « Vont-ils l’annoncer lors de la cérémonie ? » C’était vraiment mauvais. Je n’approuverais pas qu’Ichika sorte avec une autre fille ! Mais en même temps, essayer de le garder pour moi toute seule proclamerait que nous sortons ensemble. Si seulement on pouvait vivre en paix sans que les rumeurs circulent comme des guêpes…

— Ah, ce serait bien d’avoir une relation secrète, sans tous ces problèmes, et nous pourrions —

« Mais à quoi ai-je pensé !? »

Ça ne ferait pas de mal de rêver un peu… Mais les choses étaient compliquées maintenant qu’il y en avait beaucoup d’autres dans la mêlée.

Bref, il fallait que je gagne. Gagner résoudrait tout ce problème. Il n’était pas question que je répète la même erreur que la dernière fois. Je ne pouvais pas répéter la même erreur… Tout finirait par s’arranger. Probablement…

— Je ne peux pas laisser ça se reproduire. Pas comme avant, quand j’ai fait une promesse similaire…

En quatrième année, j’avais participé aux championnats nationaux de kendo. Même si les inscriptions à l’école primaire avaient été regroupées et que j’étais en compétition avec les élèves de cinquième et de sixième année, on m’avait désignée comme la favorite en raison de mon éducation. Personne d’autre dans la compétition n’avait pu me battre. La victoire était presque assurée, du moins je le pensais… Pourtant, le jour de la compétition, j’avais été forcée de déclarer forfait parce que ma famille avait dû déménager — et c’était la faute de Tanabe. L’IS que Tanabe avait mis au point était, dès la première annonce, reconnu comme étant si puissant qu’il serait utilisé à mauvais escient comme arme. Pour éviter cela, toute notre famille avait été placée dans un programme de protection gouvernemental. Et depuis, je ne supportais plus ma sœur. Je la détestais, en fait.

C’était à cause d’elle que ma vie était dans un chaos total. Nous avions dû déménager plusieurs fois, et avant de pouvoir nous installer à nouveau, nous devions déménager à nouveau. Malgré tout, j’avais reçu une lettre d’Ichika à l’époque. Mais à cause de qui j’étais, je ne pouvais pas répondre parce que c’était une « menace pour notre position » si je le faisais.

Finalement, j’avais réussi à façonner ma propre existence, après m’être séparée de mes parents et après que ma sœur ait mystérieusement disparu. Mais même à ce moment-là, on me regardait encore. Je n’avais jamais vraiment pu échapper au destin qui m’avait été imposée. La seule chose que j’avais à moi, c’était le kendo, et je m’entraînais longuement et durement dans l’espoir qu’un jour peut-être cela nous relierait Ichika et moi à nouveau, comme avant. Pourtant, même après avoir remporté un titre national, je me sentais vide.

Je ne faisais pas du kendo simplement parce que j’aimais ça. C’était tout ce que j’avais, et tout ce que je pouvais faire pour lutter contre mes démons intérieurs. Chaque adversaire était l’occasion de soulager mon stress. Mais quoi que je fis, je n’arrivais pas à me débarrasser des sentiments que je nourrissais en moi. Voir les larmes de mes adversaires n’avait fait qu’empirer les choses. J’avais lentement réalisé le monstre que je devenais. Quand on m’avait remis mon prix, je voulais juste m’enfuir. Je ne le méritais pas. Pas de la façon dont j’en étais arrivé là…

— Qu’ai-je fait de ma vie… ?

Ce n’était que de la violence. Ce n’était pas la vraie force. La vraie force, c’est autre chose. Je connaissais la réponse, mais je ne la comprenais toujours pas.

— Ngh ! Et me revoilà à penser au passé.

« … »

J’aurais aimé que tout ça disparaisse. Si je gagnais cette fois, les choses seraient sûrement différentes. Tous les morceaux étaient là. J’avais juste besoin de gagner.

« Je peux le faire. Je vais le faire… Personne ici ne peut m’arrêter. »

***

« Phew. C’est bien trop loin. »

Il n’y avait que trois toilettes que les garçons de l’école, c’est-à-dire, moi, pouvaient utiliser. Donc la cloche qui sonnait à la fin d’une période était aussi le pistolet de départ pour une épreuve sur piste. Et bien sûr, j’avais dû faire un sprint de retour pour arriver à temps. Pourtant, ces derniers temps, j’avais reçu de cruelles réprimandes pour avoir couru dans les couloirs. Qu’est-ce que j’étais censé faire ?

Mais si j’y pense bien, c’était pire que tout pour Charles. Après tout, Charles était vraiment une fille, mais elle devait quand même courir jusqu’aux toilettes des garçons… En fait, je ne préfère pas. Il valait mieux ne pas y penser du tout. Au moins, je n’avais pas de temps à perdre. Mon cours suivant portait sur les bases du combat rapproché contre l’IS. De toute évidence, c’était une question de vie ou de mort pour moi.

« Et pourquoi est-ce que vous enseignez ici !? » demanda une fille.

« Soupir… »

Hm ? Les voix du coin du couloir avaient attiré mon attention — naturellement, comme elles m’étaient familières. L’une était Laura, et l’autre devait être Chifuyu.

« Je vous l’ai dit à plusieurs reprises. J’ai mes propres devoirs. C’est tout ce que j’ai à dire, » déclara Chifuyu.

« Quel devoir pourrait vous amener au plus loin de l’Extrême-Orient ? » demanda Laura.

J’avais supposé que rien d’autre ne pouvait faire monter la voix de la reine des glaces, Laura Bodewig, comme ça. Il semblait que Laura exprimait ses frustrations face au travail actuel de Chifuyu et son admiration pour elle.

« S’il vous plaît. S’il vous plaît, retournez en Allemagne. Vos talents sont gaspillés ici, » déclara Laura.

« Oh ? » demanda ma sœur.

« Aucun des étudiants ici n’est digne d’un instructeur comme vous, » déclara Laura.

« Pourquoi ? » demanda ma sœur.

« Leurs esprits sont lents, leurs sens sont émoussés. Ils confondent l’IS avec les robes de soirée. S’encombrer de personnes aussi insignifiantes, c’est —, » commença Laura.

« Ça suffit, jeune fille, » déclara ma sœur.

Laura avait lâché un grognement, comme si elle avait reçu un coup de poing dans l’intestin. La voix de Chifuyu sonnait comme si elle venait d’en haut. Même Laura avait été déconcertée par sa force de volonté. Elle était restée silencieuse, incapable de continuer.

« Vous vous êtes un peu emportée depuis notre séparation. Avez-vous décidé de changer de position dès l’âge de 15 ans ? » demanda ma sœur.

« JE-JE-JE…, » balbutia Laura.

J’entendais le tremblement de sa voix, même de loin. La peur, ça devait l’être. La peur de se tenir devant le pouvoir absolu. Et la peur d’aliéner quelqu’un de cher.

« Le cours va commencer. Retournez à votre place, » déclara ma sœur.

« … »

La voix de Chifuyu était revenue à la normale, et Laura avait fait une retraite rapide.

— Aw, merde…

« Et vous, garçon. Vous espionnez ? Être un sale type ne vous rapportera pas d’amis, » déclara ma sœur.

« Pourquoi t’imagines-tu le pire, Chifu… ? » commençai-je.

Bam !

« À l’école, on m’appelle Mlle Orimura, » déclara ma sœur.

« Compris…, » répondis-je.

C’était ça le truc. Je ne pouvais pas tenir tête face à Chifuyu, sinon je me serais fait frapper tout de suite. Qu’est-ce que c’était, un tape-taupe ?

« Allez-vous en maintenant, mauvaise élève ? Si vous ne vous remettez pas en forme, vous seras éliminé du tournoi au premier tour. Pas de relâchement, » déclara ma sœur.

« Je sais, je sais, » déclarai-je.

« C’est bien, alors, » Chifuyu avait souri, et il me sembla que, juste à ce moment, c’était ma sœur.

« Bref, je retourne en cours, » déclarai-je.

« D’accord. Dépêchez-vous. Oh, et, Orimura, » déclara ma sœur.

« Oui ? » demandai-je.

« Je ne vous dirai pas de ne pas courir dans les couloirs. Mais ne vous faites pas prendre en train de le faire, » déclara ma sœur.

« Compris, » déclarai-je.

Chifuyu s’était retournée. On aurait dit qu’elle me laissait partir. J’étais retourné en cours en faisant attention de ne pas me faire prendre.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 3 partie 6

« Ah — »

Deux personnes laissèrent échapper un soupir. Quand : Après l’école. Où : La troisième arène. Qui : Rin et Cécilia.

« Quelle coïncidence ! J’allais m’entraîner pour le tournoi, » déclara Rin.

« Oh mon Dieu, quelle coïncidence ! J’ai eu la même idée, » déclara Cécilia.

Des étincelles invisibles volaient entre elles. On aurait dit que chacune se préparait pour le championnat.

« Cela semble être une merveilleuse occasion de montrer qui d’entre nous est la supérieure — et la plus entraînée, » déclara Rin.

« On dirait qu’on est d’accord, pour une fois. L’une de nous doit être plus forte et plus élégante, et maintenant on pourra savoir qui c’est, » déclara Cécilia.

Chacune avait sorti son arme principale, et elles se mirent en position, se regardant l’une et l’autre.

« Alors…, »

Leurs voix avaient été coupées par le bang supersonique.

« … !? »

Après des manœuvres d’évitement, Rin et Cécilia s’étaient tournées vers la source de tout cela. Il y avait un IS noir de jais. Son nom, Schwarzer Regen. Son pilote…

« Laura Bodewig… »

L’expression de Cécilia s’était durcie en un ricanement. Son dégoût était plus que celui d’une simple concurrente de l’UE.

« Qu’est-ce que tu fais ? Il faut du culot pour ouvrir le feu à l’improviste, » déclara Rin.

Rin avait combiné son Souten Gagetsu et l’avait placé sur ses épaules, se préparant à tirer en mode canon à impact.

« Le Shenlong chinois et la Larme Bleue britannique ? Hmph, vous aviez l’air plus forte d’après les fiches techniques, » déclara Laura.

Rin et Cécilia s’affligèrent toutes les deux face à cette provocation soudaine.

« Oh ? Tu veux te battre ? Quel genre de salope vient d’Allemagne pour se faire fouetter ? Ou est-ce ce qu’elles font pour s’amuser dans les champs de pommes de terre ? » Rin se moqua de l’autre.

« Eh bien, Rin ! C’est méchant d’intimider quelqu’un qui est si peu coopératif. Laisse cette salope gémir, » déclara Cécilia.

Le regard noir et empli de mépris de Laura semblait les ennuyer un peu, et elles exprimaient leur colère par des mots. Cependant, c’était probablement un effort inutile.

« Oh ? Est-ce qu’ils donnent maintenant des affectations personnelles à des pilotes qui ne peuvent même pas vaincre un IS produit en masse ? Vous devez toutes les deux être à la recherche de talents. Naturel pour un empire de fourmis grouillantes, et un empire sur lequel le soleil s’est couché, » déclara Laura.

Snap!

J’entendis quelque chose craquer pendant que Rin et Cécilia faisaient sortir leurs armes les plus puissantes.

« Oh, je vois. J’ai compris. Tu veux te battre, hein. Cécilia ! Jouons à pierre-feuille-ciseaux pour décider qui commence, » déclara Rin.

« Je suppose que oui. Personnellement, je n’ai aucune préférence, » répondit Cécilia.

« Alors, pourquoi ne pas battre toutes les deux en même temps ? Un plus un ne fait que deux. Et deux juments qui se battent pour le dernier étalon restant ne sont certainement pas de taille face à moi, » déclara Laura.

C’était une provocation évidente, mais Rin et Cécilia avaient dépassé les limites de leur patience.

« Qu’est-ce que tu viens de dire ? C’était bien un “Viens ici et botte-moi le cul” ? » demanda Rin.

« En tant que cadette européenne, j’ai honte que l’un de mes pairs insulte ceux qui ne sont même pas là pour se défendre. Je vais devoir te donner une leçon sur tes manières que tu n’oublieras pas, » déclara Cécilia.

Chacune s’était agrippée à son arme. Laura les fixa d’un regard froid, étendant légèrement les bras et faisant signe d’un signe de la main.

« Alors, montrons-moi ce que nous savons faire, » déclara Rin.

« Allons-y ! » déclara Cécilia.

 

♥♥♥

 

« Tu t’entraînes encore après l’école aujourd’hui, Ichika ? » demanda Charles.

« Bien sûr que oui. Laquelle est ouverte aujourd’hui ? » avais-je demandé.

« La troisième arène, » une troisième voix s’était fait entendre.

« Quoi — »

Alors que Charles et moi marchions dans le couloir, une voix inattendue nous avait fait crier tous les deux en état de choc. Houki, qui s’était jointe à nous sans que nous nous en rendions compte, plissa son front, peut-être perturbée par notre réponse simultanée.

« Vous n’avez pas besoin d’être choqué comme ça… c’est grossier, » dit Houki.

« Oh, c’est vrai. Désolé, » déclara Charles.

« Je suis désolé. Tu viens de me surprendre, » déclarai-je.

« Je… Je ne t’accusais de rien, juste…, » déclara Charles.

Le salut arqué de Charles avait suffi à désamorcer même l’irritation de Houki. Comme gênée par les excuses, Houki s’était éclairci la gorge et elle changea de sujet.

« Quoi qu’il en soit… Allons à la troisième arène. J’ai entendu dire que peu de gens l’utilisent aujourd’hui. Si l’espace aérien est dégagé, nous devrions pouvoir livrer une bataille simulée, » déclara Houki.

Ce serait vraiment utile. Les capacités d’un IS étaient à peu près liées à la durée de son fonctionnement à plein régime, de sorte que même un petit peu de quelque chose qui se rapprochait d’un vrai combat était quelque chose dont on pouvait être reconnaissant.

Nous nous étions dirigés vers les arènes, mais à mesure que nous nous approchions, nous avions pris conscience du chaos qui se déroulait à l’intérieur. Il y avait beaucoup d’étudiantes qui couraient dans les couloirs, et il semblait que la troisième arène était au centre.

« Hein ? »

« S’est-il passé quelque chose ? Allons voir ce qui se passe, » déclara Charles.

Charles avait montré du doigt les portes de l’estrade. J’avais acquiescé de la tête. Nous entrions habituellement par les stands, mais c’était le moyen le plus rapide de voir ce qui se passait.

« Quelqu’un mène une bataille fictive. Bien que ça ressemble plus à un vrai —, » déclara Houki.

Boom !

« … !? »

L’explosion soudaine avait attiré notre attention, et nous avions vu des ombres voler à travers un mur de fumée.

« Rin ! Cécilia ! »

Un champ d’énergie spécial protégeait les gradins de l’explosion dans le ring, mais en même temps, on ne pouvait pas entendre les voix de l’extérieur. Chacune d’elles était grimaçante, fixant le centre de l’explosion. À l’intérieur, on pouvait voir l’IS Schwarzer Regen noire de jais et son pilote, Laura.

En y regardant de plus près, j’avais vu que l’IS de Rin et de Cécilia était gravement endommagé. Laura, de même, n’était pas épargnée, mais elle semblait n’avoir subi que des dommages légers par rapport aux deux autres.

« Qu’est-ce que vous faites !? Hé ! » criai-je.

Nos voix ne pouvaient pas être entendues, et Rin et Cécilia, après un contact visuel rapide, se tournèrent à nouveau vers Laura. Même si c’était un combat à deux contre un et qu’elles auraient dû avoir l’avantage, elles étaient surpassées.

Les balles invisibles du canon à impact avaient hurlé sur une trajectoire vers Laura — mais elles n’étaient jamais arrivées.

« Argh ! Je n’arrive pas à croire qu’on soit si mal assortis ! » déclara Rin.

Elle avait dû déployer une sorte de barrière. Après avoir complètement neutralisé le canon à impact avec une poussée de la main droite, Laura s’était tournée vers l’attaquante, des lames montées sur chacune de ses épaules avaient été lancées, tirées vers Rin. Reliés par des fils, elles avaient tracé un arc complexe, se faufilant entre le feu défensif ponctuel avant de s’enrouler autour de la jambe droite de Rin. C’était une arme combinant les capacités d’un poignard et d’un fouet.

« Tu crois que je vais te laisser faire ce que tu veux ? » cria Cécilia.

Cécilia avait fourni un feu de couverture pour Rin. Au même moment, ses parties se déployaient, s’envolant vers Laura.

« Hmph. Je ne peux pas parler au nom de Larmes Bleues opérées à son plein potentiel, mais appeler cela la troisième génération est risible, » déclara Laura.

Le tir précis de Cécilia avait été combiné avec une attaque provenant de l’extérieur de la vision de Laura. Pourtant, Laura avait tout évité sans effort tout en tendant les bras à nouveau. Cette fois-ci, ils furent placés à gauche et à droite à la fois, traversèrent et saisirent quelque chose d’invisible — et lorsque sa prise se referma, les parties s’arrêtèrent de bouger.

« Tu as été arrêtée ! » s’écria Cécilia.

« Toi aussi, » déclara Laura.

Le tir visé de Cécilia avait été annulé par le coup de canon de Laura. Alors que Cécilia s’apprêtait à tirer une autre fois, Laura avait fait basculer Rin, qu’elle avait déjà attrapée, en essayant de l’écraser avec Cécilia en plein air. Rin se balança comme un pendule dans une attaque contondante, mais efficace.

« AH ! »

Alors qu’elles s’écrasaient ensemble et essayaient de reprendre le contrôle, Laura avait foncé. Sa vitesse était comme celle d’une balle, consommant la distance entre eux en à peine une seconde.

« Allumage des boosters ! »

C’était indubitable l’une de mes capacités, une technique de mêlée. Mais Rin connaissait aussi le combat rapproché. Je m’attendais à ce qu’elle fasse tourner son Souten Gagetsu pour un contre rapide, et j’avais été choqué quand elle l’avait plutôt séparé. Mais très vite, j’avais compris la raison. Les lames de plasma à haute température s’étendaient des manchons en forme de gaine sur chacun des bras de Laura, voulant trancher Rin depuis les deux côtés.

« Maudite sois-tu ? »

Pendant que Laura avançait, Rin essayait d’augmenter la distance, esquivant coup après coup les coups. Utilisant le terrain de l’arène en sa faveur, Rin évita de se faire prendre, pour ensuite affronter à nouveau les lames de Laura. Pourtant, cette fois, elle avait utilisé non seulement les lames présentes sur ses omoplates, mais aussi les paires de lames présentes de chaque côté de sa taille, harcelant Rin avec une attaque tridimensionnelle en même temps qu’elle poussait avec ses lames de plasma. Même si Rin était habituée au combat rapproché, c’était trop pour elle.

« Argh ! »

L’énergie s’était à nouveau concentrée au fur et à mesure que les canons à impact s’étendaient.

« C’est stupide d’utiliser une arme de neutralisation de zone lente dans cette situation. »

Comme pour prouver qu’elle avait raison, Laura avait tiré sur les canons à impact juste avant qu’ils ne tirent, et ils avaient explosé sous une pluie d’éclats d’obus.

« Je t’ai eu ! »

« … ! »

L’armure de l’épaule de Rin ayant été emportée par le souffle et son IS s’étant effondré, Laura s’était rapprochée pour une poussée de finition de ses lames de plasma.

« Je ne laisserai pas ça arriver ! »

Avec Laura à seulement un cheveu de Rin, elle avait utilisé son propre Starlight MkIII comme bouclier pour dévier le coup. Au même moment, Rin avait tiré depuis ses propres modules de missile montés sur la taille sur Laura.

KA-BOOM !

Les missiles avaient été lancés dans une attaque rapprochée, dont elle savait sûrement qu’ils les engloutiraient toutes les deux. L’explosion avait touché Rin et Cécilia, les jetant à terre.

« Qu’est-ce que c’était censé être ? » demanda Cécilia.

« Garde tes plaintes pour plus tard. Quoi qu’il en soit, ça aurait dû suffire à —, » déclara Rin.

Cécilia avait été interrompue à mi-parcours de sa peine.

« … »

La fumée s’était dissipée, révélant Laura. Elle flottait d’une manière imperturbable, comme si même le poids de l’explosion l’avait épargnée.

« Est-ce tout ? Alors, c’est mon tour, » déclara Laura.

Tandis qu’elle parlait, elle s’était précipitée vers les deux femmes et avait poussé Rin hors du chemin en ouvrant le feu sur Cécilia à bout portant. Ses lames à fil métalliques les avaient attrapés en plein vol, les traînant l’une contre l’autre vers elle. C’est à partir de là que la brutalisation avait commencée.

« AHHHHHH ! »

Les coups de poing de Laura pleuvaient sur leurs bras, leurs jambes, leur corps. Leur énergie de bouclier avait été drainée rapidement, jusqu’à la zone rouge des limites d’un IS, et dans la zone morte où il y avait un risque pour le pilote lui-même. En fin de compte, leur IS se rétracterait automatiquement, laissant leur vie même en danger.

L’agression de Laura s’était poursuivie. Elle avait continué à frapper, à donner des coups de pied, à déchirer l’armure IS de Rin et Cécilia. Tandis que je regardais son visage normalement sans expression se transformer en une jubilation vicieuse, quelque chose à l’intérieur de moi éclatait au-delà de sa limite.

« ARGH ! »

J’avais déployé mon Byakushiki, prenant le Yukihira Nigata dans ma main et y concentrant toute mon énergie lorsque j’avais activé Reiraku Byakuya. L’énergie s’était propagée bien au-delà de la longueur de sa lame physique lorsque je l’avais cognée contre la barrière de l’arène. Reiraku Byakuya l’avait percé, car il niait presque toute forme d’énergie, et j’avais glissé à travers le trou qu’il avait laissé. En même temps que j’entrais dans le champ de tir, j’avais activé Allumage des Boosters. L’utiliser en même temps que Reiraku Byakuya à pleine puissance aurait aussi bien pu être une charge banzai. Byakushiki avait soif d’énergie dans le meilleur des cas, et avec l’augmentation de la consommation, ses boucliers s’étaient rapidement vidés. Mais je n’avais pas eu le temps d’y penser.

« Laissez-les partir ! » criai-je.

J’avais approché ma lame vers Laura, qui tenait encore Rin et Cécilia.

« Hmph. Aussi émotionnel que tu es simple, l’image même d’un imbécile, » déclara Laura.

Un moment avant que l’énergie de Reiraku Byakuya ne frappe, mon corps s’était figé. L’œil découvert de Laura s’était soudain tourné vers le haut et s’était fixé sur moi.

« Qu’est-ce que — argh, mon corps…, » avais-je gémi.

Mon corps refusait de coopérer, comme si des mains invisibles le saisissaient. Mes bras étaient restés levés, et bientôt, la lame énergétique de Reiraku Byakuya avait commencé à s’estomper.

« Tu n’es pas de taille face à moi. Comparé au Schwarzer Regen, tu n’es rien de plus que de la chair à canon. Maintenant, disparais, » déclara Laura.

Son canon d’épaule avait pivoté, et j’avais regardé son canon.

— Bon sang !

« Ichika ! Recule ! » Charles cria sur un canal privé alors qu’elle lâchait une pluie de balles de fusils d’assaut akimbo.

« Tch. Une autre personne, » déclara Laura.

La force invisible qui me retenait avait disparu et j’avais repris le contrôle de mon corps. J’avais vite pris Rin et Cécilia pour les emmener loin de Laura.

— Allons, Byakushiki ! Encore un Allumage des Boosters !

J’étais presque à court d’énergie, ayant déjà tout réglé à pleine puissance. Mais d’une manière ou d’une autre mes prières avaient été exaucées, et le propulseur sur mon dos avait rugi.

— Très bien !

Le monde avait ralenti au point de ramper devant moi, avant d’accélérer immédiatement. Avec la singulière torsion de l’estomac de l’Allumage des Boosters, nous nous étions éloignés de Laura en un instant.

« Vont-elles bien, Ichika !? » demanda Charles alors qu’elle continuait d’assurer le feu de couverture.

Avec la cadence de tir rapide des fusils d’assaut et la capacité de Charles à les échanger rapidement, Laura n’avait pas pu se glisser dans une contre-attaque.

« Argh… Ichika…, » déclara Rin.

« Je suis tellement humiliée… que tu m’as vue comme ça…, » Cécilia gémit.

« Ne parlez pas… Elles vont bien, Charles. Elles sont toutes les deux conscientes, » déclarai-je.

« C’est une bonne chose, » déclara Charles.

Le soulagement de Charles était palpable alors même qu’elle continuait à tirer. Un troisième chargeur de fusils continuait de frapper Laura avec des balles.

« Intéressant. Mais maintenant, je vais te montrer le fossé des générations, » déclara Laura.

Tantôt en esquivant, tantôt en déviant, tantôt en utilisant son pouvoir invisible pour arrêter les balles, Laura s’était accroupie, préparant une contre-attaque. Elle devait être sur le point d’utiliser l’Allumage des Boosters, mais je portais Rin et Cécilia, et je ne pouvais pas me battre. Mais je savais que c’était trop dangereux de laisser Charles seule avec elle.

« Et voilà, j’y vais ! »

« Argh ! »

Juste avant que Laura ne saute, une ombre s’était élevée entre nous.

Clang !

Le cliquetis du métal sur le métal avait retenti alors que Laura était arrêtée par l’ombre.

« Et c’est pour ça que j’en avais marre de m’occuper des enfants, » déclara une voix féminine.

« Chifuyu !? » demandai-je.

L’ombre était quelqu’un que je n’aurais jamais imaginé. Elle était même dans son costume de tous les jours, sans un IS ou même une combinaison IS. Pourtant, elle tenait dans ses mains une lame de combat rapproché IS longue de 170 centimètres — presque ma taille — et pourtant maniable à mains nues. Le fait de se mettre entre deux IS avec désinvolture avait rendu encore plus évident qu’elle n’était pas un être humain ordinaire.

« Ça ne me dérange pas de simuler des batailles. Mais en tant qu’enseignante, je ne peux certainement pas rester là pendant que vous brisez la barrière de l’arène. Je vais devoir vous demander de finir ça au tournoi. »

« Comme vous voulez, madame, » déclara Laura.

Laura acquiesça d’un signe de tête lorsqu’elle enlève son IS, qui s’était évaporé en particules de lumière.

« Orimura. Dunois. Suis-je assez clair ? » demanda ma sœur.

« O-Ouais, » déclarai-je.

J’étais trop abasourdi par tout ce qui m’était arrivé pour prêter attention à mes manières.

« Vous répondez à vos professeurs par “oui”, espèce d’idiot, » demanda Chifuyu.

« Oui ! » avais-je crié.

« Je suis d’accord avec ça, » déclara Charles.

Charles était d’accord avec ma réponse corrigée. En nous entendant, Chifuyu s’était retournée et avait annoncé à tout le monde dans l’arène.

« Très bien, alors. Il est absolument interdit de se battre en dehors des heures de classe jusqu’au tournoi. Rompez ! » déclara Chifuyu.

Elle frappa des mains avec force. Cela avait résonné comme un coup de feu.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 3 partie 7

« … »

« … »

L’infirmière. Une heure s’était écoulée depuis l’incident dans la troisième arène. Rin et Cécilia, enveloppées dans des bandages, regardaient en l’air, larmoyantes, alors qu’elles se reposaient sur leur lit.

« Vous n’auriez pas dû nous aider, vous savez, » déclara Rin.

« Nous aurions sûrement gagné à la fin, » déclara Cécilia.

Et je m’attendais à des remerciements. Ce n’est pas comme si je les avais aidées juste pour obtenir leur gratitude. Mais c’était plutôt que je ne pouvais pas supporter de voir quelque chose comme ça se dérouler.

« Vraiment, vous deux… Je suppose que c’est bien que vous n’ayez pas été trop gravement blessées, » déclarai-je.

« Comme si cela atteignait le niveau de — Owww ! » s’écria Rin.

« Je ne comprends pas pourquoi ils nous font nous allonger — Nngh…, » déclara Cécilia.

— Idiotes…

« Qui traites-tu d’idiote, idiot ? » s’écria Rin.

« Tu es le plus grand idiot ici, Ichika ! » cria Cécilia.

Ces cruelles contre-attaques m’avaient été faites. Je ne l’avais même pas dit. Comment le savaient-elles ? Comment peut-on faire face à deux invalides en colère ?

« Vous devez avoir honte de perdre comme ça devant votre amoureux, » déclara Charles.

« Hm ? » demandai-je.

Charles était revenue avec des boissons. Elle avait dit quelque chose en entrant dans la pièce, mais je n’avais pas bien entendu. On aurait dit que Rin et Cécilia l’avaient bien compris elles, car leur visage était enflammé de colère.

« Q-Q-Q-Q-Q-Q-Q-Q-Qu’est-ce que tu racontes ? C’est bien pour ça que je ne peux supporter les Européens ! » s’écria Rin.

« Pas du tout ! Cette simple suggestion me rend malade à l’estomac ! » déclara Cécilia.

Les deux filles continuèrent à rougir alors qu’elles se bousculaient pour trouver des mots. Qu’est-ce que c’était que ça ? Qu’est-ce que Charles leur avait dit ?

« Ici, un oolong et un noir. Buvez un peu, cela vous calmera, » déclara Charles.

« Hmph ! »

« S’il le faut. »

Rin et Cécilia arrachèrent les bouteilles en plastique, retirèrent les bouchons et burent immédiatement le thé à l’intérieur. Franchement, vous ne devriez pas boire des trucs froids si vite.

« Le professeur a dit que vous pouviez partir une fois que vous vous seriez un peu calmées, alors pourquoi ne pas vous reposer et —, » déclarai-je.

*Des bruits de personnes parlants au loin.*

« C’était quoi ce bruit ? » demandai-je.

Un bruit comme un tremblement de terre résonnait dans le couloir. On aurait dit que ça se rapprochait, mais ça devait être mon imagination.

Boom ! La porte de l’infirmière s’était effondrée sur le sol.

Elle l’avait vraiment fait. Pour le dire franchement, c’était la première fois que je voyais une porte sortir de ses charnières. J’étais étonné que ça puisse arriver dans la vraie vie.

« Orimura ! »

« Dunois ! »

Et ce qui était entré par là était tout sauf facile à gérer. Une véritable horde de plusieurs dizaines d’étudiantes. Même s’il y avait de la place dans la salle pour cinq lits, elle avait été remplie d’individus en un instant. En nous repérant, Charles et moi, elles nous avaient encerclés et elles avaient fait sortir leurs mains comme si elles fouillaient dans un conteneur à aubaines. C’est le genre de choses qu’on voyait dans un film d’horreur. Une mer infinie de mains, de mains, de mains, de mains qui dépassaient d’une foule sans visage. C’était franchement terrifiant.

« Qu’est-ce qui se passe !? » demandai-je.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Calmez-vous ! Calmez-vous, s’il vous plaît ! » demanda Charles.

« CELA ! »

Les filles avaient envoyé un avis d’urgence de l’école, accompagnée d’un formulaire de demande, devant nous.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Cela dit que pour fournir une simulation plus précise dans le tournoi du mois prochain, les participants seront organisés en équipes de deux, et que ceux qui n’ont pas de partenaire se verront assigner un partenaire de façon aléatoire. La date limite pour soumettre votre équipe est —, » avait lu Charles.

« D’accord ! J’ai compris ! » déclarai-je.

Un autre blizzard de mains. Oh, franchement !

« Orimura ! Fais équipe avec moi ! »

« Dunois ! Faisons équipe ! »

Je ne savais pas pourquoi ils avaient soudainement changé les règles du tournoi, mais d’après ce qui était dit et les couleurs de leurs rubans, ces filles étaient toutes de notre année… Apparemment, elles avaient trouvé le courage d’essayer d’attraper l’un des deux seuls garçons de l’école avant tout le monde. Mais…

« Hmm… »

En effet. Charles était vraiment une fille, donc ce serait vraiment mauvais si elle faisait équipe avec l’une d’entre elles. Il y aurait beaucoup d’entraînement en duo et beaucoup d’occasions d’être découvert.

J’avais regardé Charles, et j’avais vu une expression agitée flotter sur son visage pendant quelques secondes avant qu’elle ne remarque que je la regardais. Nos yeux s’étaient croisés un instant, et il semblait qu’elle avait compris que j’avais compris son appel silencieux à l’aide avant de détourner ses yeux. J’avais fait mon meilleur sourire, avant de me tourner vers la foule excitée et de faire une annonce assez forte pour que tout le monde l’entende.

« Désolé, les filles. Vous feriez aussi bien d’abandonner maintenant, parce que Charles et moi sommes en équipe, » déclarai-je.

Silence. L’immobilité soudaine m’avait donné quelques instants pour me tortiller. Ce n’était probablement pas une bonne idée, n’est-ce pas ?

« Eh bien, c’est logique. »

« C’est mieux que d’y aller avec une autre fille. »

« La bromance est une chose. »

On dirait qu’elles avaient réussi à comprendre tout cela. Les filles marmonnaient chacune leur propre acceptation au fur et à mesure qu’elles déposaient leur demande au bureau de l’infirmière. Une agitation animée avait retenti de la salle alors qu’elles se dirigeaient immédiatement vers la mise en place du Plan B.

« Pfff, » j’avais poussé un profond soupir.

« Euh, Ichika…, » déclara Charles.

« ICHIKA, » cria Rin.

« ICHIKA ! » cria Cécilia.

Charles s’était mise à parler quand j’avais poussé un soupir de soulagement, mais on avait immédiatement crié dessus alors que Rin et Cécilia se lèvent sur leurs pieds.

« Tu devrais t’associer avec moi ! On se connaît depuis toujours ! » déclara Rin.

« C’est normal que deux camarades de classe fassent équipe, » déclara Cécilia.

Elles semblaient toutes les deux prêtes à s’accrocher si fort qu’elles m’étrangleraient. Quand tu es blessé, tu as besoin de te reposer dans le calme. Tu aggraverais tes blessures si tu t’énervais. Quoi qu’il en soit, je ne savais pas quoi faire. Contrairement aux filles d’avant, ces deux-là n’étaient évidemment pas en état à se disputer. Tout ce que j’avais pu faire, c’est pousser un soupir.

« J’ai bien peur que ça n’arrive pas ! »

Oh !? J’avais l’impression de ne pas être le seul choqué par le son d’une autre voix. Rin et Cécilia clignèrent des yeux surpris lorsque la nouvelle arrivée, Madame Yamada, prit la parole.

« J’ai vérifié vos IS, et ils sont tous les deux endommagés au-delà du niveau C. Si vous ne vous concentrez pas sur leur réparation, cela va causer des problèmes majeurs dans le futur. Vous avez besoin de repos. Vous ne serez pas autorisées à participer au tournoi, » déclara-t-elle.

Ces deux cadettes nationales passionnées seraient-elles d’accord avec ça ? J’avais des doutes, mais…

« Argh… Compris…, » déclara Rin.

« En signe de protestation ! Mais cela sera après la plus ferme protestation ! Je me retire après protestation ! » s’écria Cécilia.

Hein ? Je m’attendais à beaucoup plus d’histoires. Comment cela se fait-il ?

« Alors, je suis contente que vous compreniez. Rappelez-vous que les dommages que vous accumulez en repoussant les limites de votre IS reviendront vous hanter. Le pire, c’est quand on voit une chance et qu’on ne peut pas la saisir. Je ne veux pas que cela vous arrive, » déclara Yamada.

« Oui, madame…, » déclara Rin.

« Compris…, » déclara Cécilia.

La discussion claire et sobre de Madame Yamada n’avait peut-être pas expliqué tout ce qu’elle espérait, mais au moins, elle avait fait accepter au duo qu’elles ne participent pas au tournoi.

« Ichika, quelle est la troisième règle de base de l’expérience avec un IS ? » demanda Charles.

C’était, euh…

« Un IS se développera de manière indépendante sur la base de l’expérience accumulée, y compris au combat. Ce processus se poursuit même si l’IS est utilisé alors qu’il est endommagé, et s’il est exploité alors qu’il est endommagé au-delà du niveau C, cela inclura la fonction de dérivation d’énergie qui aura un effet négatif sur le fonctionnement normal, » Charles avait expliqué ça.

« C’est exactement ça ! Bon travail comme toujours, Charles ! » déclara Yamada.

Charles m’avait donné l’explication qui ne me venait pas à l’esprit. Essentiellement, c’était comme « se surmener avec des os cassés va, à son tour, causer des dommages à ses muscles ». C’est à peu près tout à fait réussi. Quoi qu’il en soit, après cela, j’avais posé à Rin et à Cécilia la question que je me posais depuis un moment.

« D’ailleurs, pourquoi vous battiez-vous contre Laura ? » demandai-je.

« Eh bien, euh…, » balbutia Rin.

« Comment le dire… ? C’était une question de fierté féminine, » déclara Cécilia.

« Hein ? »

Pourquoi étaient-elles si réticentes à répondre ? Il était évident que Laura les avait provoquées, d’une façon ou d’une autre. Néanmoins, en tant que cadettes nationales, elles ne devraient pas être si impatientes de mordre à l’hameçon. Ouaip.

« Oh. Vous vous disputiez pour Ichi… ? » demanda Charles.

« Agh ! Dunois, tu parles trop ! » s’écria Rin.

« En effet ! Beaucoup trop ! Ohohohohoho, » déclare Cécilia.

Quelle que soit l’idée qui avait germé dans l’esprit de Charles, elles avaient été extrêmement rapides à l’arrêter. Charles avait fait une grimace pendant qu’on parlait d’elle.

« Allez, arrêtez ça. Regardez ce que vous faites à Charles. En plus, vous avez été trop actives et vous allez vous blesser, » déclarai-je.

Pour tenter de les ralentir, j’avais touché chacune sur leurs épaules.

« BWAH ! »

Comme je le pensais, cela leur faisait mal. Chacune poussa un cri étrange avant de se taire.

« … »

« … »

« Oh, désolé. Je n’avais pas réalisé que ça ferait si mal, » déclarai-je.

Leurs regards silencieux emplis de reproches rendaient évident que cela leur faisait mal. Réalisant que j’étais allé trop loin, je m’étais immédiatement excusé.

« Ichika, tu…, » déclara Rin.

« Tu le paieras plus tard…, » continua Cécilia.

Oups… Quand elles se sentiraient mieux, des poings de fureur s’envoleraient sûrement vers moi. Cela sera sûrement un repas complet… un repas vraiment complet. Ouais. Et probablement que le dessert serait aussi inclus. Un verre ou deux avec ? Des suppléments gratuits aussi seraient sûrement inclus.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 3 partie 8

« Hé, Ichika… »

« Ouais ? » demandai-je.

En rentrant dans notre chambre après le dîner, Charles avait ouvert la bouche. C’était une phrase anodine, mais je pouvais dire qu’il y avait quelque chose derrière tout ça. Qu’est-ce qu’il y a ?

« Désolée de ne pas l’avoir dit avant, mais… merci de m’avoir couvert, » déclara Charles.

« Hein ? Qu’est-ce que j’ai fait ? C’est plutôt toi qui m’as soutenu dans l’arène, » déclarai-je.

« Pas ça, non. Dans l’infirmerie. J’étais vraiment content que tu aies dit que tu faisais équipe avec moi pour le tournoi, » déclara Charles.

« Oh, ça ? Ne t’inquiète pas pour ça. Je suis le seul à être au courant de ta situation en ce moment, alors bien sûr, je ferais ce que je pourrais pour t’aider, » déclarai-je.

Pour moi, ce n’était rien de spécial, mais pour Charles, c’était différent. Elle était positivement rayonnante de gratitude.

« C’est plus que ça. Si tu n’avais pas été si gentil, tu ne l’aurais jamais toi-même trouvé. J’aime vraiment les gens qui sont prêts à parler pour aider quelqu’un d’autre. Cela m’a rendu très heureux, » déclara Charles.

Eh bien… C’était parlé comme un vrai « gentleman blond ». Chaque choix de mots m’embarrassait un peu plus. Je m’étais couvert les joues pour enlever la chaleur.

« De toute façon… À propos de ça. Tu n’as pas besoin de te forcer à parler comme un mec quand je suis le seul ici, hein ? » déclarai-je.

« C’est vrai, tu as raison. Ils m’ont fait suivre un entraînement intensif avant que je vienne ici sur la façon d’agir et de parler comme un garçon pour que je ne me fasse pas prendre. Donc ça va probablement prendre du temps pour revenir à la normale, » déclara Charles.

Même si je n’avais jamais rencontré le père de Charles, la partie sur le fait de lui « faire subir » quelque chose m’avait mis en colère contre lui, mais elle l’avait traité de son côté comme si de rien n’était, alors je m’étais retenu. Il était important de ne pas confondre la colère de quelqu’un d’autre avec sa propre colère.

« Je veux dire, je ne suis pas vraiment une fille, n’est-ce pas ? » demanda Charles d’une manière timide, alors que ses yeux s’éloignaient loin de moi.

« Hein ? Est-ce que tu parles de ta façon de parler ? » demandai-je.

« Oui. Je ne suis pas vraiment féminin, alors j’aimerais pouvoir être moi-même avec toi…, » déclara Charles.

« Tu n’as pas besoin de te forcer autant, d’accord ? En plus, je ne pense pas que tu n’es pas une fille. En fait, je te trouve mignonne, » déclarai-je.

« M-Mignonne ? Moi ? Vraiment ? Es-tu sûr ? » demanda Charles.

Pour une raison ou une autre, Charles semblait un peu paniqué, et elle m’avait interrogé attentivement.

« Bien sûr que oui. Fais-moi confiance, » déclarai-je.

« Je… Je suppose que oui. OK… Très bien, alors, » déclara Charles.

Je n’étais pas vraiment sûr de ce qui lui passait par la tête, mais je suppose que cela n’avait pas d’importance. Elle hocha à nouveau la tête en signe d’acceptation.

« De toute façon, il s’est passé tellement de choses que nous sommes toujours en uniforme. On se change ? » demandai-je.

C’est à ce moment-là que cela m’avait vraiment frappé. Charles était une fille. Nous n’avions pas vraiment le choix pendant que nous enfilions nos combinaisons IS dans les vestiaires, mais chez nous, nous avions plus de temps et de liberté pour nous promener, alors c’était probablement mieux si je n’étais là jusqu’à ce qu’elle ait fini. Oui, c’est une bonne idée.

« D’accord, je m’en vais alors, » déclarai-je.

« Hein ? Pourquoi ? » demanda Charles.

« Ben, c’est que… tu ne peux pas te changer avec moi ici, non ? Et cela surtout avec la combinaison IS impliquée. Je vais aller quelque part pour un moment, » déclarai-je.

Maintenant que j’y avais pensé, j’avais eu la même conversation avec Houki. C’était un peu gênant de vivre avec des filles. Et le fait que Charles se soit présentée comme un garçon n’avait fait qu’empirer les choses.

« Oh, non, c’est bon. Je ne veux pas m’imposer comme ça, et en plus… Ça ne me dérange pas vraiment…, » déclara Charles.

« Peut-être pas, mais moi, oui, » déclarai-je.

« Et… Et ! Ce serait bizarre si un gars devait quitter la pièce pendant que l’autre se changeait, non ? » demanda Charles.

« Eh bien, tu as raison à ce sujet. D’accord… Je serai dans la salle de bains. Dis-moi quand tu auras fini, » déclarai-je.

« Je te l’ai dit, tu n’as pas à t’inquiéter pour ça ! Fait comme si de rien n’était. Et tu dois te changer aussi, non ? » demanda Charles.

Je n’étais pas obligé de partir. Je ne savais pas vraiment pourquoi Charles insistait autant, mais à cause de cela, je ne pouvais pas vraiment le lui refuser.

« D’accord. Alors, je vais aussi me changer, » déclarai-je.

« Bien sûr que oui, » déclara Charles.

Un sourire s’éleva sur le visage de Charles. Peut-être à cause de la passion avec laquelle elle parlait, ses joues brillaient d’un pourpre pâle.

« D’accord, je suppose que je devrais juste sortir un t-shirt. Où l’ai-je mis… ? Oh, le voilà, » déclarai-je.

« … »

« Hm ? Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

Charles avait dit que c’était correct de rester dans la pièce, mais pour une raison quelconque, elle ne changeait pas. Je l’avais regardée, alors que j’étais déconcerté par la contradiction.

« Ichika, je ne peux pas me changer quand tu me regardes fixement…, » déclara Charles.

« Oh, c’est vrai. Désolé, » déclarerai-je.

Je m’étais retourné. C’est comme du déjà vu. Je pourrais jurer que j’avais eu la même conversation avec Houki.

« D’accord, je vais commencer à me changer maintenant, » déclara Charles.

« Compris, » répondis-je.

Je m’étais figé lorsque l’annonce soudaine avait interrompu mes pensées. Quelques instants de silence plus tard, j’avais entendu le bruit de son pantalon glisser vers le sol.

— Oh non… Il y a encore cette odeur sucrée…

Je ne l’avais jamais remarqué quand je pensais qu’elle était un garçon, mais maintenant que je savais qu’elle était une fille, c’était comme si la pièce était remplie d’une odeur douce et envoûtante quand nous étions ensemble. La douce odeur que seules les filles avaient. Qu’est-ce que c’était ? Je n’avais jamais remarqué qu’un garçon sentait comme ça. Était-ce les phéromones dont j’avais entendu parler ?

« Ichika ? Tu ne vas pas changer ? » demanda Charles.

« Oh, c’est vrai. Je vais le faire, » répondis-je.

Ce rappel m’avait sorti de mes pensées. Je m’étais levé de mon lit, et j’avais commencé à enlever mes vêtements du haut vers le bas.

« … »

Regard.

Je sentais des yeux qui me regardaient fixement le dos.

« Charles ? » demandai-je.

« Quoi ? — O-Oui ? » demanda Charles.

Le choc dans sa voix avait suffi à me surprendre, même moi. Et le tremblement dans ses paroles avait suffi à me faire demander un peu à contrecœur.

« Désolé. Si je me trompe, mais tu me regardais ? » demandai-je.

« Bien sûr que non ! » répondit Charles.

« Oh, d’accord, » déclarai-je.

Un déni à gorge déployée. Je suppose que j’imaginais juste des choses. Un mec se sentirait-il dévisagé ? C’était une fille, même pour moi.

— Bon, finissons simplement.

« … »

Regard.

Euh, Charles ? Hé ?

« Pas de regards indiscrets, » déclarai-je.

« Quoi !? Non, je ne le faisais pas, je ne le serais jamais… Oek ! » s’écria Charles.

La voix agitée de Charles s’était transformée en hurlement. En même temps, j’entendis un bruit sourd et me tournai en réfléchissant pour voir ce qui se passait.

« Oww… Je me suis coincée avec ma jambe… Hein ? » s’écria Charles.

« Hein ? » demandai-je.

« EHHHH ? »

Ce qui avait rencontré mon regard, c’était Charles, qui s’était écroulé par terre avec son pantalon placé autour de ses jambes. Le problème, c’était son apparence. Son unique haut était son corset, et en dessous, à part le pantalon qui s’était pris bloqué au niveau de son genou, elle ne portait que des sous-vêtements — pas seulement des sous-vêtements, mais… une culotte. Et alors qu’elle s’effondrait, elle s’écroulait à quatre pattes, avec ses fesses pointées vers l’extérieur. La culotte rose pâle, serrée entre ces fesses fermes, était, comment dire, extrêmement sexy… Et ce n’était pas bon. C’était vraiment mauvais. Surtout pour moi.

« N-Non —, » commença Charles.

— Oh non ! Nous aurions tous les deux des ennuis si quelqu’un entendait une fille crier ici.

Je ne pensais qu’à ça quand j’avais remonté le pantalon que je venais d’enlever et que j’avais sauté pour couvrir la bouche de Charles avec ma main. C’était vraiment suffisant pour que Charles arrête d’elle-même son cri, mais à ce moment-là, j’étais déjà en train de plonger. Il y a eu un bref moment de silence après qu’elle se soit arrêtée, mais avant que l’inertie ne me porte sur elle…

Il y a un dicton qui dit : « Tout ce qui peut mal tourner, va mal tourner. » C’était logique, faire que quelque chose d’autre tournant mal faisait partie de ce qui tournait mal. Pendant que je plongeais, mon pantalon s’était emmêlé sur un montant de lit et s’était bloqué. Mon élan s’était essoufflé, j’étais tombé tout droit sur le sol.

Tout cela s’était produit en l’espace d’une seconde. Par purs réflexes, j’avais attrapé quelque chose avec les mains tendues — quelque chose que je n’aurais vraiment pas dû attraper.

« Mmph ! »

Mes mains sentaient quelque chose de souple et élastique, mais charnu. Une peau lisse sous un tissu soyeux. Ce qui voulait dire… que je tenais l’arrière de Charles par les fesses. À ce moment, j’avais compris la sérénité de ceux qui se résignaient à mourir. Ce sentiment de nostalgie universelle.

Mais la gravité était, comme on le sait, une dure maîtresse. Mon corps avait continué à tomber. Ce qui voulait dire que la culotte que j’avais à portée de main m’avait rejoint dans ma descente continue.

« Quoiiiiii — ! » s’écria Charles.

Bam !

Charles s’était retourné à quatre pattes et avait livré une contre-attaque instinctive. Quand elle avait frappé, ma mâchoire et ma tête s’étaient fait repousser en arrière, et le monde s’était effacé au noir.

♥♥♥

« … »

Charles, après avoir soulevé un Ichika inconscient dans son lit, se changea en pyjama, alors que son visage était encore rouge. Son expression était étrange, mêlant colère et embarras, et un peu de joie.

« Bon sang, Ichika, je n’aurais jamais cru que tu serais si habile…, » murmura Charles.

Comprenant qu’il ne l’avait pas fait intentionnellement, Charles était toujours en conflit. Si cela n’avait pas été fait par accident, cela aurait été impardonnable, alors cela l’avait quand même un peu énervée avant de le faire disparaître sous le tapis.

« Si tu avais demandé, j’aurais…, » murmura Charles.

Elle avait commencé à parler avant de se ressaisir. Réalisant ce qu’elle disait, son visage avait rougi d’un rouge vif et elle secoua la tête.

— Euh, je devrais juste aller au lit. Ouais ! C’est ça, c’est ça !

Se détournant d’Ichika, Charles avait éteint les lumières. Il avait fallu un certain temps pour que sa vision s’adapte à l’obscurité. Elle ne voyait pas bien le visage d’Ichika, mais bizarrement, ça lui avait donné du courage.

— Qu’est-ce que je fais…

Charles s’était mise à réfléchir alors qu’elle déplaçait son propre visage vers celui d’Ichika. Elle le regardait à une distance de moins de cinq centimètres. À cette distance, elle pouvait sentir non seulement sa respiration, mais même sa chaleur — et elle pouvait sentir son propre pouls s’accélérer.

« … »

Tandis qu’elle regardait Ichika, son expression devint sérieuse.

« Pourquoi ne pas… rester ici ? »

C’était la première fois qu’elle entendait ces mots. Depuis la mort de sa mère, elle n’avait plus sa place dans le monde. Son père était seulement un parent par le sang, et elle se sentait comme si elle s’était enfermée avec de la glace, étouffant dans l’insignifiance de ses journées. Elle s’était habituée à une répétition brumeuse et ennuyeuse des jours, n’osant même pas rêver d’une époque où elle serait appelée à faire autre chose. Et ainsi, quand son père avait décrété qu’elle serait envoyée au Japon, elle n’avait rien ressenti.

Pourtant…

— Pourquoi Ichika fait-il battre mon cœur comme ça ?

Sans ça, elle n’aurait jamais rencontré le garçon devant elle. Parfois, il arrivait avec ce qui semblait être le hurlement d’une tempête, pour fleurir comme un trèfle des prés à ses côtés. Pourtant, parfois, dès qu’elle tendait la main, il s’enfuyait, se précipitant d’arbre en arbre comme un écureuil.

« Tu n’es pas juste, Ichika, » murmura-t-elle.

Alors qu’elle s’approchait si près, il dormait tranquille. C’était comme dans La Belle au bois dormant — et en pensant cela, Charles avait commencé à se perdre.

— Hehe. On a les rôles à l’envers.

Après avoir regardé Ichika un peu plus longtemps, un regard de bonté d’un autre monde s’installa sur le visage de Charles. Comme une mère pour son enfant, elle se pencha en avant et embrassa légèrement son front.

« Bonne nuit, Ichika…, » murmura Charles.

Avec une chaleur qui coulait à travers son corps, Charles s’installa pour une longue, très longue nuit.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *