Infinite Stratos – Tome 2 Chapitre 4

Il s’agissait de la dernière semaine de juin, et toute l’Académie IS avait tourné toute son attention vers le tournoi à classes séparées. L’enthousiasme était encore plus vif que prévu, et comme le premier round était sur le point de commencer, les étudiants avaient terminé les derniers préparatifs, aménagé le terrain et guidé les invités sur le campus.

Lorsqu’ils avaient été libérés de leurs fonctions, ils s’étaient précipités dans les vestiaires des arènes. Et, comme d’habitude, nous avions l’un des énormes vestiaires pour nous deux. Comme c’était généreux de leur part ! On aurait dit que l’autre pièce devait servir à deux fois plus de filles que cela avait été prévu initialement. Cela devait être dur pour elles.

« C’est vraiment impressionnant…, »

Les écrans du vestiaire affichaient les gradins. Ils regorgeaient de fonctionnaires, de chercheurs, d’agents de l’industrie et plus encore.

« Les gens sont ici pour observer la troisième année et voir les progrès réalisés au cours de la deuxième année. On n’accorde pas beaucoup d’attention aux premières années, mais il y a de fortes chances qu’ils vérifient tout le monde qui se retrouve en haut du classement, » déclara Charles.

« Ça a l’air d’être un dur labeur, » déclarai-je.

Je n’étais pas vraiment intéressé ou attentif, mais d’une façon ou d’une autre, Charles avait compris ce que j’avais en tête. Elle avait fait un petit rire.

« Tu t’inquiètes seulement pour le match contre Bodewig, n’est-ce pas, Ichika ? » demandai-je.

« Eh bien, je suppose que oui, » répondis-je.

Rin et Cécilia avaient été forcées d’abandonner le tournoi après le retrait de leur autorisation. Cela aurait pu convenir à un élève normal, mais il s’agissait de cadettes nationales ayant chacun leur propre IS. Le fait de ne même pas pouvoir participer, sans parler des résultats, allait probablement leur causer des ennuis.

« Ça doit être nul de ne pas pouvoir voir où tu en es, » déclarai-je.

En me souvenant de ce combat, j’avais sans réfléchir serré la main gauche. J’avais dû être trop évident, car Charles l’avait recouvert de la sienne.

« Tu ne peux pas laisser tes émotions prendre le dessus. Elle est probablement la plus forte de notre classe en ce moment, » déclara Charles.

« Je le sais bien, » répondis-je.

Entre le fait d’être jumelés pendant le tournoi et le fait de vivre ensemble dans la même pièce, Charles et moi étions devenus proches. C’était surtout sa compréhension de ce que je pensais ou de ce que je ressentais, mais dernièrement je commençais à la comprendre aussi. Il y avait une alchimie.

— Nous pensions faire des choses comme sortir le thé du matin de l’autre avant même d’avoir pris notre propre thé du matin.

« C’était plutôt nul, Ichika, » déclara Charles.

« Argh… Vraiment ? » demandai-je.

Charles était un critique sévère quant à l’humour. Et pour une raison ou une autre, elle avait acquis de mes vieux amis la capacité de savoir exactement à quoi je pensais. C’était un peu effrayant.

« D’accord, je suis prêt, » déclarai-je.

« Moi aussi, » répondit Charles.

Chacun de nous avait fini de se changer dans sa combinaison IS. J’avais passé en revue ma liste de contrôle finale. Charles portait aussi un costume d’homme, comme d’habitude. Apparemment, il avait été conçu pour pousser ses zones spécifiques de filles dans des endroits qui faisaient ressembler à des bourrelets de mecs… Bref, elle venait de finir ses propres vérifications.

« Je pense que les plannings des matchs sont sur le point d’être annoncés, » déclara Charles.

Pour une raison ou pour une autre, le changement soudain de format en double semblait avoir rendu comme le système habituel défectueux. Ils devaient être annoncés la veille, mais les élèves avaient fini par devoir les apprendre que ce matin-là.

« J’espère que nous serons le premier groupe du bloc A, » déclarai-je.

« Attends ! Pourquoi ? » demanda Charles.

« On n’aura pas à s’inquiéter de cette façon. L’élan est vital. Mieux vaut prendre un bon départ, » déclarai-je.

« Hehe, je suppose que oui. Mais je trouve personnellement que dévoiler notre main dès le début comme un signe négatif, » déclara Charles.

C’était vraiment la façon de Charles de voir les choses. C’est peut-être parce que nous voyions les choses différemment que nous nous entendions si bien. Ou vraiment, c’est peut-être parce qu’elle avait fait tout son possible pour s’adapter à moi. Surtout en regardant l’entraînement que nous avions fait ensemble, Charles avait une si belle personnalité, et elle était aussi gentille, le genre de personne que je n’avais pas autour de moi avant. J’exagère peut-être un peu, mais je me sentais un peu obligé de la considérer comme une sorte de déesse ou d’ange. Sérieusement. Qui pourrait m’en vouloir ?

« On dirait que les tableaux sont en place, » déclarai-je.

Les écrans avaient basculé pour afficher le champ. J’avais mis de côté cette pensée et je m’étais concentré sur les mots qui apparaissent à l’écran.

« QUOI !? »

Charles et moi, on avait tous les deux laissé échapper un soupir en lisant le texte. Nos adversaires du premier tour étaient Laura et Houki.

 

♥♥♥

« … »

Dans le vestiaire en face d’Ichika, il y avait une séparation assez nette entre l’endroit où j’étais et toutes les autres filles. À côté de moi se trouvait Laura Bodewig… aussi froide que jamais. Le simple fait d’être près d’elle avait poussé tout le monde à prendre du recul. Il faisait presque plus frais aussi, contrairement à la chaleur de la pièce surpeuplée dans laquelle nous nous trouvions.

— On est contre Ichika d’abord !? C’est quoi ce planning des matchs ?

L’annonce soudaine m’avait beaucoup dérangée, mais j’avais fait de mon mieux pour y penser calmement. Quand ils avaient annoncé pour la première fois le format double, j’avais fini par perdre beaucoup de sommeil parce que je voulais lui demander de faire équipe. Mais quand j’étais finalement allée le lui demander… tout ce qu’on m’avait dit, c’était. « Je suis déjà avec Charles. »

Je n’avais pas d’autre solution, alors je n’avais jamais cherché de partenaire par la suite. En un rien de temps, la date limite était arrivée et on m’en avait assigné une au hasard. Parmi toutes les filles de notre année, c’était Laura. Apparemment, nous étions les deux seules qui n’avaient pas trouvé de partenaire.

— Je dois absolument gagner, et pourtant…

C’était le pire, c’était vraiment la pire des choses qui pourraient m’arriver. Bien qu’elle puisse être très habile… Je ne pouvais pas la supporter. Nous n’aurions jamais pu travailler ensemble. Elle n’avait rien écouté du tout de ce que j’avais à dire, et tout ce que j’avais retiré d’elle, c’était : « Reste en dehors de mon chemin. ».

Malgré tout ça, je pouvais la comprendre, d’une certaine façon. Elle… me rappelait moi-même, à l’époque où je me sentais meilleure que tout le monde. Et le simple fait de me voir en elle m’avait presque rendue malade. Mais ce n’était pas le moment d’y penser.

— Si je ne me concentre pas, je ne pourrai pas me battre de toutes mes forces. Je ne pourrai pas me battre… Ichika.

Les yeux fermés, j’avais croisé les bras et j’avais commencé à me concentrer.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 4 partie 2

« Je ne m’attendais pas à ce qu’on soit les premiers. On dirait qu’on n’a pas besoin d’attendre aujourd’hui, » déclara Laura.

« Oui, je ne me plains pas non plus. Je ressens la même chose, » avais-je commenté.

Plus que cinq secondes avant le début du match. Quatre, trois, deux, deux, un. Combattez.

« JE VAIS TE FAIRE TOMBER ! »

D’une certaine façon, les paroles de Laura étaient les mêmes que les miens. Dès que le compte à rebours avait été terminé, j’avais commencé le combat avec un Allumage des Boosters. Une telle ouverture ferait pencher la bataille en notre faveur.

« RAAAH ! »

« Hmph. » Laura poussa sa main gauche vers l’avant.

— Le voilà qui arrive.

Ma conversation avec Rin et Cécilia au sujet de leur dispute avec Laura m’était venue à l’esprit.

*

« AIA ? Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« La capacité de troisième génération Schwarzer Regen. Cela signifie “Annuleur d’Inertie Actif”. »

« Hein, » déclarai-je.

« Ichika, tu es au courant pour le AIP, non ? » demanda Cécilia.

« Pas vraiment, » répondis-je.

« Euh, Ichika… C’est l’essentiel. Chaque IS dispose d’un “Annuleur d’Inertie Passif” qui lui permet de planer, d’accélérer et de décélérer, » déclara Cécilia.

« Oh, ouais, je crois que j’ai entendu quelqu’un le mentionner, » déclarai-je.

« Franchement…, » déclara Cécilia.

« Très bien, c’est assez de sketches comiques. Maintenant, réfléchissons à la façon d’y faire face. Honnêtement, c’était la première fois que je le vois aussi, mais je ne peux pas imaginer que tous les problèmes ont été résolus, » avait dit Charles.

« En effet. Il n’y a aucune chance que ça surclasse un canon à impact comme ça, » déclara Rin.

« Et ne fonctionne-t-il pas selon le même principe que le canon à impact ? En dynamisant un champ, ou quoi que ce soit d’autre, » déclara Charles.

« C’est vrai. Oui. Les deux sont alors assez similaires. Les détails peuvent être différents, mais il doit manipuler l’énergie comme un ADWS, » déclara Rin.

« Reiraku Byakuya peut-il couper à travers ça ? » demandai-je.

« En théorie, oui, mais ce n’est pas exactement ce qui s’est passé, n’est-ce pas ? » déclara Cécilia.

« Tu as raison. Alors qu’est-ce qui l’a arrêté ? » demandai-je.

« C’est très simple. Il lui suffit d’éviter de prendre contact avec Reiraku Byakuya, et d’arrêter à la place ton bras directement, » expliqua Cécilia.

« Mon bras, directement ? Peut-on vraiment viser aussi bien à distance ? » demandai-je.

« Apparemment oui. Bien que…, si je peux donner mon opinion, Ichika. Ton mouvement était…, » déclara Cécilia.

« Elle t’a lu dans l’édition en gros caractères, » se moqua Rin.

« Oof. »

« Ton bras bouge toujours en ligne droite, non ? Comme ça, soit directement en bas, soit avec une arme de poing ? Alors…, » déclara Rin.

« Par conséquent, au combat, elle a simplement besoin de balancer les ondes d’énergie de l’AIA le long de la même ligne, et de lui permettre de te rattraper, » dit Cécilia, finissant la pensée.

« Je vois. Alors qu’est-ce que je dois faire ? » lui avais-je demandé.

« C’est ton problème, » déclara Cécilia.

« N’est-ce pas la vérité… ? » déclara Rin.

*

En fin de compte, je n’avais jamais trouvé de moyen, donc je n’avais qu’une seule option : une attaque-surprise.

« Argh ! »

Cependant, il semblait qu’elle lisait ma stratégie, car j’avais d’abord mes bras, puis ma poitrine, puis mes jambes qui étaient pris dans le filet de l’AIA. Peu importe à quel point j’avais lutté, je ne pouvais pas bouger du tout. Des mains invisibles s’agrippaient à moi, empêchant tout mouvement.

« Une frappe préventive au début du match. Comme c’est prévisible, » déclara Laura.

« Il n’y a pas de quoi. J’essaie d’être franc, » déclarai-je.

« Alors tu devrais comprendre ce que je vais faire, » déclara Laura.

Ouais. J’avais une assez bonne idée de ce qui allait se passer, même si j’avais été plus heureux de ne pas le faire.

Clic. Alors que le son du cylindre d’un canon gigantesque se verrouillant en place faisait écho, les hypertenseurs de Byakushiki se déchaînèrent.

[AVERTISSEMENT : LE RAILGUN ENNEMI… SÉCURITÉ DÉSENGAGÉE. MUNITION ENGAGÉE. VERROUILLAGE DÉTECTÉ.]

— Calme-toi. Ce n’est pas un combat en tête-à-tête. N’est-ce pas ?

« Je ne te laisserai pas faire ça, » déclara Charles.

Charles m’avait survolé la tête, plongeant Laura sous une grêle d’obus explosifs avec son canon d’assaut Garm de calibre.61.

« Tch ! »

Le canon sur son épaule s’était écarté sous l’attaque, envoyant la balle qui me visait dans le ciel après m’avoir frôlé. Tandis que Charles continuait l’attaque, Laura recula rapidement en essayant d’ouvrir une brèche.

« Je ne te laisserai pas partir ! » cria Charles.

Charles avait placé directement devant elle le canon d’assaut tout en chargeant, tout en plaçant un fusil d’assaut dans la main gauche. Des traînées de lumière s’entrelacent dans le vide, formant le canon en moins d’une seconde. C’était la spécialité de Charles, le « Changement Rapide ». Plutôt que d’avoir à sortir les armes en avance, elle pouvait les échanger en temps réel. Sa dextérité et sa prise de décision en une fraction de seconde lui avaient permis de briller de mille feux.

« Je ne peux pas te laisser m’oublier, » déclara Houki.

Houki était apparue dans un Uchigane, bloquant notre poursuite de Laura. Son bouclier physique, preuve de son rôle d’IS défensif, s’était étendu, bloquant les balles de Charles alors qu’elle se rapprochait pour une frappe au corps à corps.

« Et je ferai en sorte que tu ne m’oublies pas ! » avais-je dit.

Après m’être libéré de l’AIA de Laura, j’avais plongé vers le dos de Charles avec l’Allumage des Boosters. Juste au moment où nous allions nous écraser ensemble, elle avait fait un saut périlleux en arrière et nous avions échangé nos places. Cette combinaison avait été le fruit de notre dur entraînement.

Clang ! J’avais heurté ma lame avec celle d’Houki, et des étincelles avaient jailli.

Alors que nous avions échangé des coups et des parades, j’avais augmenté la puissance de mon propulseur. Lentement mais sûrement, l’élan supplémentaire derrière mes frappes avait repoussé Houki.

« Argh ! Va au diable ! » cria Houki.

En raison de sa frustration d’avoir été repoussée, Houki avait soulevé sa lame dans une large frappe au-dessus de sa tête. C’était notre chance.

« Charles ! » criai-je.

« Compris ! » déclara Charles.

Ching ! J’avais paré avec le Yukihira Nigata tenu au bon endroit, appuyé contre ma main gauche.

Au même moment, Charles, qui s’était agrippé à moi par-derrière, étendit ses mains sous mes bras. Chacun d’eux était équipé d’un fusil de chasse à deux canons de calibre.62, conçu pour les tirs de suppression. À cette distance, elle ne pouvait pas rater. Houki avait blanchi de peur, mais c’était trop tard. Charles avait appuyé sur la détente.

« … ! ? »

Houki avait soudain disparu sous nos yeux. Les tirs de fusil avaient tiré en vain, ne trouvant que de l’air.

— Quoi !?? Qu’est-ce qui vient de se passer ?

« Hors de mon chemin, » cria Laura.

À la place, Laura se rapprochait rapidement. L’une de ses lames avec fil s’était enroulée autour de la jambe de Houki et l’avait lancée à l’aide de la force centrifuge jusqu’à l’autre bout de l’arène, ce qui donnait l’impression que sa fuite d’urgence avait été faite par la traction du fil.

« Qu’est-ce que tu fais !? » cria Houki.

Mais Laura ne faisait rien d’autre que d’aider une alliée — elle ne faisait qu’enlever un obstacle de son chemin. Houki avait crié de rage sans paroles quand elle avait touché le sol, mais Laura n’avait montré aucune envie de l’écouter, car elle avait déjà commencé son attaque contre nous. Les poignards à plasma s’étendirent, Laura frappa à plusieurs reprises sur les côtés. Son mélange imprévisible de coups m’avait vite repoussé.

« On dirait que les chances sont de mon côté, » ricana Laura. « Seulement deux ? »

Si elle était si sûre d’elle, la vraie force de Laura Bodewig devait être positivement inhumaine. Pendant qu’elle poursuivait ses attaques contre moi, Laura avait utilisé ses lames à fil pour repousser Charles et l’éloigner de moi. Même si elle ne pouvait pas tout contrôler en même temps, elle était capable de tourner entre le tir et la rétraction pour effectuer une attaque à toute portée.

« Ça va, Charles ? » demandai-je.

« C’est à toi que je devrais le demander. Je te couvrirai bientôt, » déclara Charles.

« C’est très bien. Tenons-nous-en au plan, » déclarai-je.

« Roger, » déclara Charles.

Après un bref échange sur notre canal privé, nous passions au plan dont nous avions convenu à l’avance. Essentiellement, c’était. « Allons nous occuper de Houki d’abord. »

— Je suis sûr que j’en aurai plein de reproches dans les oreilles plus tard.

Nous nous étions mis d’accord sur ce point pour une raison simple. Laura s’était spécialisée dans la lutte contre plusieurs adversaires à la fois. Ce qui voulait dire qu’elle n’avait aucune idée de la façon de se battre aux côtés des autres, alors elle n’avait pas levé le petit doigt pour aider Houki. Par conséquent, on pourrait envoyer Houki dehors et s’en prendre à Laura. Comme je l’avais déjà dit, Laura était plus que capable de gérer plusieurs adversaires, mais c’est là que le piège avait été tendu.

— Ce n’est pas parce qu’un duo fait un plus un que la réponse est deux.

« Désolé que tu n’aies pas pu combattre Ichika, » déclara Charles.

« Quoi ? Tu te moques de moi ? » cria Houki.

Charles s’était échappé de la portée d’attaques de Laura et se rapprochait de Houki. Je ne comprenais pas pourquoi cela avait fait qu’Houki était en colère, mais ça l’avait fait.

Clang !

La lame de Houki avait paré une frappe du couteau de combat « Coupeur de Pains » que Charles avait soudainement dégainé. Au même moment, les flammes avaient jailli du canon de l’arme nommée Pluie du Samedi qui était présente dans sa main gauche.

« Argh ! »

Autant j’avais l’image mentale de Charles comme étant bonne au combat à distance, mais ce sur quoi elle était vraiment bonne, c’était son agilité. Elle était également meilleure que la moyenne dans les espaces restreints, même avant son Changement Rapide. Avec lui, elle pouvait tirer à bout portant sur un adversaire qui choisissait de se battre en duel ou d’attaquer de plein fouet un adversaire qui tentait de gagner de la distance. Elle pouvait maintenir sa portée et son rythme idéaux, qu’un adversaire choisisse de se rapprocher ou de reculer, tout en gardant ses options offensives et défensives ouvertes.

Il semblait que cette technique s’appelait « Mirage du Désert ». Ou comme on l’avait décrit : « Poursuivre plus loin comme un désir, et plus près comme si on s’en soustrait, pourchasser sa lassitude d’azur, c’est faire fondre sa fatigue, ce qui conduit à une mort en topaze…, » j’avais compris… en quelque sorte.

« Vous essayez d’obtenir un avantage numérique ? Inutile, » déclara Laura

Laura, tu n’as même pas compté Houki pour commencer. Mais pour nous, c’était important. Je devais survivre aux attaques de Laura jusqu’à ce que Charles achève Houki. Elle combinait avec fluidité les coups de poignard à plasma avec les coups de ses lames à fil. Il n’était pas facile de les éviter. J’avais tout de même fait de mon mieux pour rester en combat rapproché et éviter de la laisser ouvrir une brèche dans ma défense.

« Ta seule arme est cette lame. Si tu n’es pas proche, tu ne pourras pas me toucher du tout, » déclara Laura.

C’était vrai. Mais ce qui m’inquiétait vraiment, c’était ce railgun. En plus, il y avait ses lames à fil, et si elle réussissait à ouvrir un trou dans ma défense, il lui faudrait beaucoup de temps et d’énergie pour le refermer.

Quoi qu’il arrive, j’avais besoin de tenir le coup ! Tenant Yukihira Nigata dans ma main droite, j’avais attrapé l’une des mains de Laura, tenant l’un de ses poignards à plasma — avec ma main gauche. En même temps, mes pieds bougeaient constamment, donnant des coups de pied loin de ses lames à fil. Aussi compliqués que soient leurs mouvements, si je ne posais pas mes coups de pied bien droits sur le côté, j’aurais une ponction de pied. À la seconde où j’aurais perdu ma concentration, tout serait fini.

« ARGH ! »

Clank! Bam ! Bang ! Clang !

Une bataille à grande vitesse et à distance nulle. Je ne savais pas combien de temps encore je pouvais garder ma concentration. Tout ce que j’avais pu faire, c’est tenir bon et croire en Charles.

« On finit avec ça ? » demanda Laura.

Laura avait rétracté ses poignards à plasma.

— Oh non !

Au même moment, je m’étais figé en l’air. Laura avait poussé les deux bras en avant, les paumes ouvertes vers moi.

— Merde ! L’AIA !

« Maintenant —, disparais, » déclara Laura.

Six lames à fil avaient tranché vers moi d’un coup.

« Bon sang ! » criai-je.

J’avais crié pendant qu’elles sculptaient le long de mon corps, arrachant un tiers de l’armure de mon IS. Près de la moitié, de l’énergie de mon bouclier avait été épuisée en même temps. Ce n’était pas non plus la fin de ses attaques, car deux lames à fil se tordaient autour de ma main droite, se tordant comme pour l’arracher en me projetant au sol.

« Argh ! »

Je n’avais pas pu me préparer au choc et mon dos s’était écrasé contre le sol, ce qui m’avait coupé le souffle.

— Je dois me remettre sur pied !

Cette pensée me traversa l’esprit en même temps que je regardais Laura finir de viser avec son railcanon.

« C’est fini, » déclara Laura.

Fshoom !

Ma vision s’était jouée au ralenti. Des flammes étaient sorties du canon, avant d’être déchirées par une balle. Et ce n’était pas n’importe quelle balle, mais une qui était conçue pour percer l’armure IS. Cela pourrait finir un combat en un seul coup s’il touchait sa cible. Et là, il volait droit sur moi.

— Je ne m’écarterai jamais à temps ! Je dois… couper à travers !

Je ne savais pas si je le pouvais, mais je savais que je devais le faire. J’avais mis toutes mes forces dans ma main droite, et — .

« … !? »

— ma main droite s’était arrêtée. Le fil d’avant devait encore être attaché ! Même s’il ne s’agissait que d’un seul fil, c’était assez bien emmêlé avec le gant de Byakushiki pour que je ne puisse l’enlever rapidement.

— Ah, bon sang !

« Désolé de t’avoir fait attendre ! »

Clang ! Avec un son lourd, la balle avait claqué sur le bouclier de Charles.

Elle avait rapidement coupé le fil, libérant mon bras. Peu de temps après, une pluie de balles avait rempli la zone là où j’étais tombé.

« Merci, Charles. Tu m’as sauvée, » déclarai-je.

« Pas de problème, » déclara Charles.

« Où est Houki ? » demandai-je.

« Elle prend une pause, » déclara Charles.

Pendant qu’elle parlait, j’avais suivi le regard de Charles et j’avais vu par moi-même. Dans un coin de l’arène, Houki s’était agenouillée dans un IS lourdement endommagé, sans énergie restante.

« Bon travail, » déclarai-je.

« Gardons ça pour après le match, d’accord ? » déclara Charles.

En jetant les fusils d’assaut présents dans chaque main, Charles avait sorti de nouvelles armes. Un fusil de chasse et une mitrailleuse s’étaient formés dans ses mains.

« C’est ici que le plaisir commence, » déclara Charles.

« Ouais. Montrons-lui combien nous formons une bonne équipe, » déclarai-je.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 4 partie 3

« Wôw, c’est incroyable ! Je n’arrive pas à croire qu’ils aient appris à si bien coordonner en seulement deux semaines. » Dans la salle de visionnement réservée aux enseignants, une Yamada impressionnée avait regardé la bataille se dérouler sur un écran. « Orimura est super. Il a tellement de talent brut. »

« Hmph. C’est parce qu’il est associé à Dunois, » Chifuyu, toujours critique à l’égard de sa propre famille, avait répondu avec un sourire ironique.

« N’est-il pas impressionnant qu’il ait pu le suivre ? Quelqu’un sans charme n’aurait personne pour l’aider comme ça, » déclara Yamada.

« C’est peut-être le cas, » déclara Chifuyu.

La réponse de Chifuyu fut maussade, mais Yamada laissa passer, ayant récemment conclu que c’était ainsi qu’elle cachait son embarras. Au contraire, Chifuyu était fière de son frère.

« D’ailleurs, les changements apportés au format du tournoi… C’est à cause de ce qui s’est passé le mois dernier, n’est-ce pas ? » demanda Yamada.

L’incident du mois précédent — l’attaque d’un IS noir — avait été expliqué comme un complot d’un groupe antigouvernemental. L’attaque de l’Académie IS était grave à elle seule, mais une attaque menée par un drone indiquait une situation encore pire. Les grandes puissances suggéraient chacune qu’elle avait été perpétrée par leurs rivaux.

« Je n’en suis pas sûre, mais c’est ce qu’on dirait. Comme si le format double était capable de leur donner plus d’expérience au combat, » déclara Chifuyu.

« Les premières années ne sont là que depuis trois mois. Ce n’est pas comme si une guerre commençait. Je ne pense pas qu’il faille les précipiter dans la préparation au combat…, » déclara Yamada.

L’inquiétude de Yamada était compréhensible. Mais même si elle s’était trouvée d’accord, l’expression de Chifuyu était restée inchangée.

« Souvenez-vous de l’incident du mois dernier. Bon nombre des nouveaux élèves ont des armes de troisième génération à tester. Si un autre ennemi mystérieux apparaît, de quoi devrions-nous nous inquiéter le plus ? » demanda Chifuyu.

« Oh ! Alors c’est pour leur apprendre l’autodéfense ? » demanda Yamada.

« Exactement. Autant que les pilotes, nous devons absolument garder les IS avec des armes de troisième génération en sécurité. Et comme nous n’avons qu’un nombre limité d’enseignants, en règle générale, cela signifie que ces pilotes doivent être prêts à se défendre — d’où la nécessité d’un entraînement au combat, » déclara Chifuyu.

« Je vois, » Yamada hocha la tête avec ses doutes dissipés.

La divulgation des progrès de l’ingénierie des IS était, en principe, obligatoire. Cependant, toute nouvelle technologie révélée au début de son développement serait volée par d’autres pays, ce qui enlèverait tout intérêt à son développement en premier lieu. Sans une longueur d’avance en matière de savoir-faire de mise en œuvre et de formation des pilotes, le développeur d’origine serait, au mieux, désavantagé. Tel était le but de l’Académie IS. L’Académie IS avait été créée en tant qu’enclave ne relevant d’aucune autorité juridique. Cela, bien sûr, ne signifiait pas qu’il s’agissait d’un endroit totalement anarchique, mais plutôt d’un endroit spécifiquement ciblé sur les lois régissant les tests des IS.

« Les activités d’essai nécessaires au développement de nouvelles technologies sont permises, et les données qui en résultent seront conservées de façon autonome et sans obligation de divulgation. »

Ce qui signifiait que l’Académie IS était le seul endroit au monde où l’on pouvait recueillir des données de combat sans les révéler à ses rivaux. Ainsi, la Chine, l’Angleterre et l’Allemagne avaient chacune envoyé des IS équipés d’armes de troisième génération. Et bien sûr, le véritable objectif était la synthèse de capacités ponctuelles. Si cette période de trois ans permettait la progression d’IS vers le deuxième mode et la création d’une capacité ponctuelle utilisant ses armes de troisième génération, la divulgation ne serait plus un problème. Après tout, les capacités uniques étaient uniques.

Les chances de succès auraient pu être astronomiquement faibles, mais même sans ce saut quantique, trois années d’expérience et de données seraient très précieuses. C’est pourquoi même de simples cadets nationaux en tant qu’élève de l’Académie IS avaient reçu personnellement les modèles les plus récents. Même si elles faisaient partie de l’élite, le mot clé de l’expression était « parmi » eux. On pourrait même aller jusqu’à dire que n’importe qui ayant l’âge requis pour fréquenter l’Académie IS serait assez bon. À cet âge, il n’y avait pas encore d’écart évident dans les compétences.

« Pourtant, Shinonono a été facilement abattu, » déclara Yamada.

« C’est ce qui arrive sans un IS personnel. De plus, la nature de Shinonono ne lui permet pas de rivaliser avec Dunois, » déclara Chifuyu.

Chifuyu l’avait comparée à des pierre-feuille-ciseaux alors qu’elle se retournait vers l’écran. Là, Laura avait tenu bon, même dans un combat à deux contre un.

« Bodewig est assez puissante, » déclara Yamada.

« Hmm. »

Yamada avait été impressionnée, mais la voix de Chifuyu avait trahi son ennui.

« Elle n’a toujours pas changé. Il pense toujours qu’être fort, c’est faire du mal. Mais elle —, » déclara Chifuyu.

— Elle ne pourra pas vaincre Ichika de cette façon.

Chifuyu ne dirait jamais ça à voix haute. Elle savait exactement ce que Maya aurait répondu.

Woooow ! La foule avait explosé en un tonnerre d’applaudissements. Leurs échos étaient parvenus jusqu’à la salle d’observation.

« Ah ! Orimura a activé Reiraku Byakuya ! Il doit vouloir finir le combat rapidement, » déclara Yamada.

« Voyons s’il peut le faire, » déclara Chifuyu.

« Vous recommencez à faire comme si de rien n’était…, » déclara Yamada.

« Madame Yamada. On ne s’est pas battus depuis un moment. On se rattrape avec une bonne dizaine de rounds, » déclara Chifuyu.

« Ah, attendez, pas maintenant ! Je dois, euh, inspecter la formation des étudiants ! » déclara Yamada.

Chifuyu grogna à voix basse à Yamada qui secouait frénétiquement la tête.

« Je n’aime pas qu’on se moque de ma famille. Essayez de ne pas oublier à nouveau, » déclara Chifuyu.

« Compris… désolée…, » déclara Yamada.

L’expression de Yamada était une expression de tristesse presque pitoyable. Assez pitoyable, au moins, pour que Chifuyu lui caresse la tête.

« Quoi qu’il en soit, le match est toujours en cours. Voyons ce que ça donne, » déclara Chifuyu.

« Bien sûr que oui, » déclara Yamada.

 

♥♥♥

« Finissons-en avec ça ! » déclarai-je.

En activant Reiraku Byakuya, j’avais chargé directement vers Laura.

« Oh, l’attaque qui peut briser n’importe quel bouclier d’un seul coup ? Je dois juste m’assurer que je ne sois pas touchée, » déclara Laura.

Laura avait frappé à plusieurs reprises avec son AIA. D’abord son bras gauche, puis son bras droit, puis son regard. Une fois qu’elle était prête à l’utiliser, d’une manière ou d’une autre, en m’arrêtant sec et en me précipitant dans une autre direction, j’avais réussi à éviter les coups invisibles.

« Agaçant comme un moustique, » déclara Laura.

Elle avait commencé à tisser ses lames à fil dans une attaque de plus en plus brutale, mais je n’étais pas seul dans mon combat.

« Ichika ! À deux heures ! » déclara Charles.

« Compris ! » déclarai-je.

Ma coéquipière avait continué de garder Laura coincée tout en détournant ses attaques. J’étais de plus en plus content d’avoir fait équipe avec Charles. Je ne savais pas si je serais capable de résister sans ça contre un ennemi.

« Quelle impudence ! » cria Laura.

En passant devant ses lames de fil de fer, je m’étais rapproché de Laura.

« Inutile. J’ai déjà anticipé ton attaque, » déclara Laura.

« Tu t’attendais à une frappe, hein ? Alors… ! » déclarai-je.

J’avais soulevé la pointe de ma lame, qui était pointée vers le sol, directement devant moi.

« … !? »

Si elle s’attendait à une frappe du tranchant, j’attaquerais avec une poussée de la pointe. Ce n’était peut-être pas plus difficile à lire, mais au moins, elle aurait plus de difficulté à toucher mon bras. Un point était beaucoup plus difficile à intercepter qu’une ligne.

« Absolument inutile ! » cria Laura.

Mon corps s’était figé en un clin d’œil. Le réseau de l’AIA m’avait complètement pris au piège.

« Ne t’inquiète pas pour ton bras. Tout ce que j’ai à faire, c’est de t’arrêter complètement, et —, » déclara Laura.

« Oh, attends. N’oublies-tu rien ? Ou bien n’as-tu tout simplement pas remarqué au départ ? Nous sommes une équipe, » déclarai-je.

« … !? »

Laura était en état de choc, mais il était déjà trop tard. Charles avait tiré une série rapide de coups de fusil de chasse à bout portant. Un instant plus tard, le railgun de Laura explosa dans un rugissement.

« Argh ! »

J’avais raison. L’AIA de Laura avait un défaut fatal. Cela n’avait maintenu une cible en place qu’aussi longtemps qu’elle était concentrée dessus. L’emprise sur moi s’était relâchée.

« Ichika ! » déclara Charles.

« Ouais ! » répondis-je.

Encore une fois, j’avais levé le Yukihira Nigata. Cette fois, je ne la laisserai pas s’échapper !

« … ! »

C’était une attaque qui allait la faire tomber. Mais, à la place — .

WHIRRRRRrrrrrr…

« Tu manques d’énergie ? Maintenant !? » demandai-je.

Les dégâts que j’avais subis avaient dû être lourds. J’avais baissé les yeux lorsque la lame d’énergie de Reiraku Byakuya qui s’était fanée en même temps que le son, avant de reculer.

« Comme c’est malheureux, » déclara Laura

La voix de Laura était proche. En regardant en arrière, j’avais vu qu’elle m’avait foncé dessus. Des poignards à plasma s’étendaient de chacune de ses mains.

« Tu ne peux pas te battre avec l’énergie de ton bouclier épuisée ! Un coup de plus. Et la victoire m’appartient ! » déclara Laura.

Laura avait raison. Un autre coup, et l’énergie de mon bouclier serait nul et ma défaite assurée. Quoi qu’il en soit, des lames meurtrières avaient basculé depuis la gauche et la droite.

« Je ne laisserai pas ça arriver ! » déclara Charles.

« Hors de mon chemin ! » cria Laura.

Sans cesser son attaque, les lames à fil de Laura s’élancèrent pour retenir Charles. Ses frappes rapides et précises avec les deux à la fois nous avaient permis d’atteindre le calibre de l’adversaire que nous devions affronter.

« Wah ! » cria Charles.

« Charles ! Non ! » déclarai-je.

« Tu es le prochain ! Tombe ! » cria Laura.

Le fait que Charles ait été frappé m’avait distrait pendant une fraction de seconde. C’était assez de temps pour que Laura m’attrape fermement.

« Argh… ! »

J’avais senti une chaleur brûlante s’enfoncer en moi pendant qu’un choc pulsait dans mes muscles. Cela annonçait les dégâts que j’avais subis avec plus d’éloquence que n’importe quelle jauge ou HUD. La force avait quitté mon corps, tout comme Byakushiki, et j’étais tombé au sol.

« Ha… Hahahaha ! J’ai gagné ! » déclara Laura.

Alors que Laura proclamait sa victoire, une ombre s’était écrasée sur elle à grande vitesse. C’était…

« Ce n’est pas encore fini ! » Charles avait accéléré en un clin d’œil.

« Quoi !? Allumage des Boosters !? » s’écria Laura.

Pour la première fois, le visage de Laura était consterné. Son briefing n’avait probablement pas mentionné que Charles pouvait utiliser l’Allumage des Boosters. Elle devait être choquée. J’avais certainement compris cela, car je ne le savais pas non plus.

« C’est la première fois que je fais ça, » déclara Charles.

« Comment ça !? L’as-tu appris pendant cette bataille !? » demandai-je.

L’habileté de Charles était plus qu’un simple trait de caractère, c’est clair. C’était un talent, si ce n’est quelque chose que l’on pourrait appeler un talent unique.

« Très bien, très bien. Mais c’est inutile contre mon champ de stase ! » déclara Laura.

Pendant que Laura parlait, elle avait de nouveau préparé son AIA. Et pourtant, à ce moment-là, celle qui s’était arrêtée net, c’était Laura.

Fshoom !

« … !? »

Les yeux de Laura s’élancèrent alors qu’elle cherchait la source du tir soudain sous un angle inattendu. Puis, elle avait amené son regard vers moi. Je visais avec le fusil d’assaut jeté, mais toujours chargé, de Charles directement d’en dessous. C’était le même qu’elle avait déverrouillé pour mon entraînement. Quand elle l’avait jeté sans consommer toutes ses munitions, j’avais réalisé son plan de secours.

Après ça, j’avais juste cru, en moi-même et en Charles. Et… Je suppose qu’on avait eu de la chance. Byakushiki avait fait de son mieux pour résister à une autre frappe de Laura. Je ne pouvais pas demander une meilleure partenaire.

« Tu ne peux pas utiliser l’AIA maintenant ! » déclarai-je.

« Pourquoi refuses-tu de mourir ? » Laura hurla, mais bien sûr, sa froideur têtue tenait bon.

Elle semblait avoir décidé d’ignorer mon tir peu précis et de se concentrer sur Charles. Encore une fois, elle avait concentré son AIA vers l’avant.

« Mais j’ai trouvé mon ouverture, » déclara Charles.

« Ça ne sert à rien ! Mon Schwarzer Regen ne pourrait jamais tomber dans une deuxième génération —, » déclara Laura.

Elle s’était mise à fulminer avant de se taire. Elle s’était dit qu’elle avait fait une erreur. Il y avait une arme de deuxième génération réputée pour sa puissance destructrice brute et c’était l’un que Charles avait porté toute la bataille, caché à l’intérieur de son bouclier.

« À cette distance, je ne peux pas rater, » déclara Charles.

Une plaque de blindage s’était détachée du bouclier, révélant une arme qui était une fusion entre un revolver et un pieu. Le bunker à pieux de calibre 69 de couleur grise. Aussi connu sous le nom de…

« Perceur de Bouclier ! » cria Charles.

Pour la première fois, la panique s’était installée sur le visage de Laura. C’était littéralement un regard de peur mortelle.

« AARGH ! »

Leurs voix s’estompaient. Charles avait serré sa main gauche en un poing et l’enfonça vers l’avant. Comme j’avais essayé auparavant, elle ne voulait exposer qu’un seul point. Mais contrairement à moi, elle n’avait pas pu être arrêtée à temps. Sans un coup précis sur le bunker à pieux, il frapperait son but.

« … ! »

Les yeux de Laura se rétrécirent lorsqu’elle trouva une cible, mais elle la manquait. Pendant les moments les plus fugaces, Charles avait souri. C’était comme le visage de l’ange de la mort, un sourire presque pécheresse.

Bang !

« UAAARGH! »

Le bunker à pieux s’était écrasé dans le ventre de Laura. Même si le bouclier IS avait absorbé le coup, il s’était déchiré en raison de l’énergie restante. Le visage de Laura s’était tordu d’agonie quand le choc qu’il n’avait pas pu annuler l’avait frappée. Mais ce n’était pas fini. L’arme grise comportait un cylindre rotatif de charges explosives pour un rechargement rapide — ce qui signifie qu’il pouvait tirer en tir rapide.

Bang ! Bang ! Bang !

Pendant que Charles tirait trois autres fois, le corps de Laura s’était arqué. Son IS était craquelé en produisant de la foudre violette, avec des bords forcés. Mais à ce moment précis, quelque chose d’inouï s’était produit.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 4 partie 4

Ai-je… Ai-je été battue !? J’ai mal jugé mes ennemis. C’était incontestablement ma propre erreur. Mais quand même — je ne perdrai pas ! Je ne peux pas perdre !

« Laura Bodewig. » C’était mon nom, mon identifiant. Mon premier identificateur était « Expérience d’Amélioration Génétique C-0037 ». Formée à partir d’ADN artificiel. Née d’un ventre d’acier.

Les ténèbres… dans l’obscurité totale, il y avait seulement moi. J’avais été créée uniquement pour combattre — née pour combattre, élevée pour combattre, entraînée pour combattre. Je ne savais que ce qui était nécessaire pour attaquer un autre humain. Je ne comprenais que les tactiques nécessaires pour porter des coups à une force ennemie. J’avais pratiqué les arts martiaux, j’avais été entraînée au tir, j’avais maîtrisé l’utilisation de toutes les armes. J’avais excellé en tout. Ma performance avait toujours été au plus haut niveau. Et puis, l’arme ultime — l’IS — était apparue et avait changé le monde.

C’était pour améliorer mon aptitude à piloter que j’avais suivi le traitement Wodan-Auge — et ensuite, j’avais commencé à changer. Wodan-Auge : Les Yeux d’Odin. L’implantation de nanomachines directement dans l’œil avait amélioré le suivi du mouvement dans le combat à grande vitesse et augmentait considérablement la vitesse à laquelle l’information visuelle était transmise au cerveau. Une sorte de pseudo-hypercapteur. Un œil ainsi traité était aussi appelé l’Œil d’Odin, pour sa capacité à voir au-delà de la vision. C’était une procédure sans risque. Le rejet était impossible — en théorie. Pourtant, cela avait transformé mon œil gauche en or, et l’avait laissé incontrôlable et toujours actif. Cet « accident » m’avait conduite à prendre du retard sur mon escadron dans l’entraînement aux IS. Ce qui m’attendait, dans ma chute de grandeur, c’était les moqueries et les rires de mes coéquipières, et une nouvelle image de marque comme « inutile ».

Mon monde avait changé. J’étais tombée de plus en plus profondément dans les ténèbres au-delà des ténèbres. Et puis, j’avais vu un rayon de lumière. Mon entraîneuse, mon Lehrerin. Chifuyu Orimura.

« Tu ne t’en sors pas bien ces derniers temps, mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Tu seras de retour à la tête de l’équipe d’ici un mois, » avait-elle déclaré.

Ses paroles étaient vraies. Elle ne m’avait pas offert de formation spéciale, mais en suivant ses instructions de près, j’avais retrouvé ma place à la tête d’un groupe qui s’était déplacé pour se concentrer exclusivement sur le pilotage des IS. Pourtant, je n’étais pas satisfaite. Je ne me souciais pas des coéquipières qui m’avaient rejetée avant ça. Au lieu de cela, je l’idolâtrais profondément, passionnément. Sa force. Sa bravoure. Sa dignité. Sa confiance en elle m’avait charmée. Ah, qu’un jour je pourrais être comme ça… qu’un jour, je pourrais être comme elle.

C’est pourquoi, pendant le semestre qui avait précédé son retour au Japon, je lui avais parlé chaque fois que je le pouvais. Non, même rester avec elle, et ne rien dire. Rien que d’être à ses côtés, de la regarder, je sentais une force intérieure qui jaillissait du plus profond de moi. Je suppose que c’était comme du « courage ». C’est peut-être dû à sa force ?

Un jour, je lui avais demandé. « Comment êtes-vous si forte ? Comment puis-je devenir forte ? »

Et puis… son expression de plus en plus stricte s’était adoucie, et un sourire doux et gentil était apparu sur son visage. Je me souvenais encore de la douleur que cela m’avait envoyée dans le cœur.

« J’ai un frère cadet, » déclara-t-elle.

« Un frère ? » demandai-je.

« Quand je le regarde, je comprends ce qu’est la force. Ce qu’il faut pour être fort, » déclara Chifuyu.

« Je ne comprends pas, » déclarai-je.

« Vous n’en avez pas encore besoin. Oh, si jamais vous allez au Japon, vous devriez le rencontrer. Mais je vous préviens… Si jamais vous…, » commença Chifuyu.

Son sourire aimable, sa douceur timide, était…

Ce n’était pas ça. Ce n’est pas vous que j’idolâtrais. Ce n’était pas l’être fort. Pas l’être courageux. Pas l’être digne. C’est pourquoi… Je ne pouvais pas lui pardonner. Je ne pourrais jamais pardonner à quelqu’un qui lui faisait avoir ce regard. Je n’accepterais pas un frère qui la changerait comme ça. Je ne l’accepterai jamais.

Je devais donc le vaincre définitivement. Je devais oblitérer sa propre existence avec ma propre force ! Donc, je ne pouvais pas perdre. Cet homme, cette chose, bougeait encore. Il devait être écrasé jusqu’à ce qu’il s’arrête. Oui. Alors — j’avais désiré la puissance. Quelque chose s’était tordu en moi. Et une voix avait parlé.

« Quel est ton désir ? Pour te transformer ? Une plus grande puissance ? »

Je n’avais pas besoin qu’on me le demande. Si tu as du pouvoir, si tu peux me donner du pouvoir, alors remplis-moi, remplis cette coquille vide ! Accorde-moi le pouvoir, le pouvoir inégalé et écrasant !

Niveau de dommage… D.

État mental… Élevé.

Vérification… Correct

Système de traçabilité Valkyrie… Démarrage.

 

♥♥♥

 

« AHHHHHHHH ! »

Soudain, Laura avait crié comme si elle était déchiquetée. Au même moment, le Schwarzer Regen avait déclenché une explosion d’électricité qui avait ébloui Charles.

« Argh ! Qu’est-ce que… !? » s’écria Charles.

« Quoi !? » demandai-je.

Ni Charles ni moi ne pouvions croire nos yeux. Devant nous, Laura… Son IS se transformait. Non, plus qu’une simple transformation. Les arêtes tranchantes de son armure fondaient dans une gadoue qui enveloppait le corps de Laura. Laura avait été avalée par une obscurité noire.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » J’avais involontairement murmuré cela.

N’importe qui sur Terre qui l’aurait vu aurait probablement dit la même chose. En règle générale, l’IS ne pouvait pas se transformer. Strictement parlant, ils ne pouvaient pas. Les seules formes qu’un IS pouvait prendre étaient sa position de démarrage, son premier mode après adaptation à son pilote, et enfin, son deuxième mode — une adaptation supplémentaire. L’IS pouvait changer sa silhouette dans une certaine mesure, mais sa forme de base restait inchangée. Ce genre de chose était impossible.

Mais, impossible ou non, cela se passait sous nos yeux. Et ce n’était pas seulement transformant, c’était remoulé comme de l’argile. Le Schwarzer Regen — la chose qui était autrefois le Schwarzer Regen — avait englouti entièrement Laura, et sa masse tourbillonnante battait comme un cœur qui battait. Lorsqu’il avait atterri, sa transformation s’était accélérée comme s’il était joué en avance rapide, et cela avait pris une nouvelle forme. Ce qui se présentait à nous aujourd’hui était quelque chose sous la forme d’un IS noir en armure complète, mais il était complètement différent de celui de l’attaquant le mois dernier. Sa forme correspondait à celle du corps de Laura, avec le moins d’armures possible sur ses bras et ses jambes. Sa tête était recouverte d’un casque à visière pleine et, à l’endroit où se trouvaient ses yeux, un capteur linéaire émettait une lueur rouge sous le blindage. Et le vrai problème était l’arme qu’il tenait dans sa main. Il n’y avait pas eu d’erreur. C’était…

« Yukihira ! »

La lame que Chifuyu avait maniée. Sa ressemblance était étrange. Ce n’était pas seulement une apparence, c’était comme si quelqu’un avait tracé une photo. Mon emprise sur la Yukihira Nigata s’était resserrée de manière réfléchie, alors que je le pointais vers l’avant dans la position neutre.

« … ! »

En un clin d’œil, l’IS noir avait plongé vers moi. Sa lame était placée à la hanche comme celle d’un maître iai, prête à frapper en un éclair mortel alors qu’elle se rapprochait à une distance insondable. C’était, sans aucun doute, la technique de Chifuyu.

« Argh ! »

J’avais paré avec le Yukihira Nigata. Mon ennemie leva la lame au-dessus de sa tête.

— C’est… Oh non !

« … ! »

C’était descendu dans une frappe rapide et tranchante. Je ne pouvais pas la parer. Je n’avais pas eu le temps de parer. Rapidement, j’avais dit à Byakushiki de faire marche arrière. Ce n’est qu’en connaissant le style de combat de Chifuyu que j’avais pu m’échapper loin de ça. Malgré tout, Byakushiki n’avait pas assez d’énergie de bouclier pour me protéger complètement, et du sang avait coulé de mon bras où la lame m’avait éraflé. L’esquive avait consommé le peu d’énergie de Byakushiki. Il avait disparu en un éclair de lumière.

« Alors…, » déclarai-je.

Mais à ce moment-là, je m’en fichais.

« Et alors !? »

Poussé par ma rage, je m’étais précipité vers l’IS noir, pour le combattre avec mes propres poings serrés.

— Je ne te pardonnerai pas. Jamais ! Jamais jamais !

« RAAAAARGH! »

Un instant avant que mon poing n’atteigne l’IS noir, j’avais été soudainement tiré vers l’arrière. Ce n’est que lorsque j’avais senti l’impact que j’avais remarqué que ce qui me retenait était Houki dans un Uchigane.

« Espèce d’idiot ! Qu’est-ce que tu fais !? Tu essaies de te faire tuer ? » s’écria Houki.

« Laisse-moi partir ! Elle jouait avec moi comme un jouet ! Je vais lui casser la gueule ! » criai-je.

Cette technique était la première que j’avais apprise de Chifuyu. Je m’en souvenais encore très bien de la première fois que je l’avais vu.

*

« Écoute, Ichika. Une épée est faite pour être balancée. Mais la balancer n’est pas de l’escrime. »

Le poids de l’acier dans mes mains était presque insupportable, comme si c’était un test pour moi. Le simple fait de le saisir m’avait fait transpirer les paumes des mains, et son poids était trop lourd pour que je puisse le soulever en position.

« C’est lourd, n’est-ce pas ? C’est le poids d’un objet fait pour prendre une vie. »

La lame scintillait froidement. Une existence née, créée, forgée pour combattre.

« Pense à ce que cela signifie. Ce que cela signifie de portée ce poids. C’est ce qu’est la force. »

Le visage de Chifuyu était à moitié strict, à moitié doux. Une expression différente de la normale, comme si elle regardait quelque chose d’éblouissant. C’est pourquoi, pour être une source de force pour elle, je voulais être plus fort. Oui, depuis ce jour-là, je…

*

« Hors de mon chemin, Houki ! Si tu continues à essayer de m’arrêter —, » déclarai-je.

« Reprends-toi en main ! » déclara Houki.

Le bruit d’une claque pleine de force sur la joue m’avait fait presque voler alors que je m’écroulais au sol. Pourtant, la douleur et la froideur du sol avaient fait que ma rage, qui avait atteint son paroxysme, s’était calmée.

« Qu’est-ce qui se passe ici !? Donne-moi une explication compréhensible ! » déclara Houki.

« Ce sont… ce sont les données de Chifuyu. C’était indubitablement la technique de Chifuyu. Ça ne peut être que celle de Chifuyu. C’est… Bon sang ! » criai-je.

L’IS noir se tenait immobile au centre de l’arène. Peut-être qu’il n’était programmé que pour réagir aux armes et aux attaques ? On aurait dit qu’il ne reconnaissait pas mon poing comme tel.

« Argh, tu es toujours si inquiet pour Chifuyu, » déclara Houki.

« Ce n’est pas tout. Je n’aime pas non plus que Laura utilise ce que c’est. Je ne peux pas me retenir tant que je ne l’ai pas prise, et elle, à terre, » déclarai-je.

La puissance — la force — n’était pas seulement une question de dégâts. Ce n’était pas la vraie force. C’était juste de la violence brutale.

« Quoi qu’il en soit, j’ai besoin de lui donner une bonne raclée. Mais je dois d’abord me calmer, » déclarai-je.

« Je comprends ta motivation, mais que peux-tu faire ? Byakushiki n’a plus d’énergie. Comment comptes-tu continuer à te battre ? » demanda Houki.

« Argh… »

Houki avait raison. L’IS noir ne devait plus avoir beaucoup d’énergie, mais cela n’avait pas d’importance si je ne pouvais pas la frapper avec quelque chose. Et peu importe l’attaque, Byakushiki n’avait même plus assez d’énergie pour former son armure.

« Urgence ! Urgence ! Tous les matchs du tournoi ont été annulés. Niveau d’alerte : D. tous les escadrons d’enseignants se déploient pour la suppression. Les spectateurs ont l’ordre de se mettre à l’abri immédiatement. Je répète —, » annonça l’interphone.

« Tu l’as entendu. On s’en occupera même si tu ne fais rien. Alors…, » déclara Houki.

« Donc il n’y a aucune raison de me mettre en danger ? » demandai-je.

« Exactement, » déclara Houki.

Houki avait raison. Son raisonnement était solide. Mais j’avais refusé.

« C’est faux, Houki. Complètement faux. Ce n’est pas quelque chose que je pense devoir faire. C’est quelque chose que je veux faire. Je ne sais pas ce que les autres font, et je m’en fiche. Si je ne le fais pas, je ne suis plus moi. Je ne suis pas Ichika Orimura, » déclarai-je.

« Espèce de crétin ! Qu’est-ce que tu comptes faire, alors !? Comment vas-tu devenir plus éner —, » déclara Houki.

« Si tu n’en as pas, tu devrais emprunter celui de quelqu’un d’autre. Pas vrai, Ichika ? » demanda Charles.

« Charles…, » déclarai-je.

Charles s’était remise de l’explosion et avait dérivé vers moi.

« Les IS normaux ne peuvent pas, mais je pense que mon Revive peut transférer de l’énergie par le biais d’un by-pass du noyau, » déclara Charles.

« Vraiment ? Alors, s’il te plaît, fais-le ! Aussi vite que possible ! » demandai-je.

« Mais ! » commença Charles.

Charles m’avait touché du doigt. Pour une fois, elle avait insisté, d’une manière qui n’avait pas permis d’argumenter.

« Mais promets-moi…, promets-moi que tu ne perdras pas, » déclara Charles.

« Bien sûr que oui. Je vais te dire une chose. Si je perds, je ne pourrai pas me considérer comme un homme, » déclarai-je.

« Donc si tu perds, à partir de demain, tu porteras un uniforme de fille, » se moqua Charles.

« Argh… D’accord, c’est bon. Pas comme si j’allais perdre de toute façon ! » déclarai-je.

La blague avait enlevé un peu de tension dans l’air. Le sang qui s’était précipité sur ma tête s’était retiré, et je m’étais calmé.

« Quoi qu’il en soit, j’y vais. Initialisation de la dérivation du réacteur Revive… Transfert d’énergie autorisé. Ichika, mets le mode de Byakushiki sur alimentation de secours ! Ça devrait te suffire pour Reiraku Byakuya, » déclara Charles.

« Compris ! » répondis-je.

Un câble s’était détaché du Revive et s’était attaché au gant auquel Byakushiki s’était rétréci, et l’énergie avait commencé à circuler. Le pouvoir s’était rapidement développé en moi. Ça m’avait donné une sensation étrange. C’était le même sentiment que la première fois que j’avais utilisé un IS… C’était une sensation nostalgique et familière, comme si je l’avais toujours su. Une fraîcheur comme si le monde renaissait autour de moi, comme si je pouvais tout sentir autour de moi.

« … »

— Je m’inquiéterai de ce que c’est plus tard. Il y a quelque chose devant moi dont je dois d’abord m’occuper !

« Transfert terminé. Je t’ai envoyé toute l’énergie restante du Revive, » déclara Charles.

Comme s’il était d’accord, le Revive avait généré de la lumière autour d’elle. En même temps, j’avais commencé à manifester le Byakushiki autour de moi en mode d’alimentation de secours.

« J’avais raison, il n’y en a que pour une arme et ton bras droit, » déclara Charles.

« C’est tout ce dont j’ai besoin, » déclarai-je.

Byakushiki avait compris que j’utiliserais Reiraku Byakuya, et n’avait formé que Yukihira Nigata, ainsi que le gantelet droit dont j’avais besoin pour l’utiliser. Pas d’armure. Un seul coup me tuerait instantanément — me laissant mutilé — si j’étais extrêmement chanceux. Mais il avait mis sur la table juste assez pour que je puisse agir. Le reste dépendait de moi.

« Ichika ! » cria Houki.

Houki, qui regardait de côté, avait ouvert la bouche comme si elle ne pouvait plus se taire. En me regardant, elle parlait avec beaucoup de sérieux.

« Ne meurs pas… Tu ne peux pas mourir ! » déclara Houki.

« Qu’est-ce qui t’inquiète, idiote ? » demandai-je.

« Qui traites-tu d’idiote ? Je —, » s’écria Houki.

« Crois en moi, » déclarai-je.

« Hein ? » demanda Houki.

« Crois en moi, Houki. Ne t’inquiète pas. Ne prie pas. Crois en moi, c’est tout. Je vais gagner. Et je reviendrai vivant, » déclarai-je.

— Je ne me méprendrai pas sur ce qu’est la force. Je sais quelle force n’a pas besoin de puissance. Je connais quelqu’un qui est resté fort pour protéger quelqu’un mieux que quiconque. Alors… Je veux être fort comme ça.

« C’est l’heure d’y aller, » déclarai-je.

« Ah ! Gagne, Ichika ! » déclara Houki.

Ayant promis la victoire à Houki, j’avais fait face à mon ennemi. Un coup d’œil rapide sur Charles qui avait été répondu par un simple hochement de tête, sans paroles. C’était tout ce dont j’avais besoin.

« J’y vais, imposteur, » déclarai-je.

La lame du Yukihira Nigata dans ma main droite avait senti ma volonté et s’était étendue.

« Reiraku Byakuya… Activation, » déclarai-je.

Son bourdonnement doux était comme une réponse vocale. La lame avec le pouvoir de percer n’importe quelle énergie avait jailli, deux fois plus longtemps que celle en métal qu’elle remplaçait. La longueur n’avait pas d’importance cette fois. Ce qui comptait, c’était la vitesse et le tranchant. Une lame élégante qui se maniait rapidement.

J’avais concentré mes pensées, imaginant un rayon de lumière dans l’obscurité. Je l’imaginais de plus en plus mince, plus pointu, plus effilé. Au fur et à mesure que ma concentration s’était consolidée, la transformation de Yukihira avait été achevée. La lame de Reiraku Byakuya, qui avait été une éruption d’énergie, s’était unie dans une forme courte et tranchante. La lame physique du Yukihira qui lui donnait forme avait disparu, et au-dessus de la poignée il ne restait plus que Reiraku Byakuya en forme de katana.

— Merci, Byakushiki. Allons-y !

Je l’avais tenu à mes côtés, en me rapprochant de l’IS noir dans une position iai. L’Issen Nidan, issu de l’enseignement de Chifuyu et de l’exemple de Houki.

« Utilise le poids de la lame à ton avantage. Ne le traite pas comme quelque chose que tu tiens. Traite-le comme une extension de ton propre corps. Déplace-toi sans effort inutile, sans ouvertures et sans imprudence. »

« Pourquoi n’y vas-tu pas ? Regarde, je vais te montrer comment faire ! »

Tout cela avait fusionné dans mon esprit. À partir d’eux, j’avais créé ma propre position. Les hanches baissées, j’avais ramené la main tenant ma lame vers mon dos. Mes yeux regardaient droit devant et mon cœur se remplissait de l’image d’une mare d’eau absolument immobile, comme un miroir. En me préparant à réagir à n’importe quoi, j’avais concentré mes sens sur un seul point — l’ennemi devant moi.

« … »

La lame noire de l’IS avait été basculée vers le bas. Tout comme celle de Chifuyu, c’était une frappe rapide et tranchante sur l’épaule. Mais ce qui lui manquait, c’était la détermination de Chifuyu. C’était…

« Juste une imitation ! » criai-je.

Clang! Une frappe latérale vers le haut à partir de ma hanche avait paré la lame de mon ennemi.

Immédiatement après ça, j’avais amené la mienne par-dessus ma tête et je l’avais fait basculer tout droit vers le bas. Issen Nidan. D’abord un flash, puis une frappe. Et un crépitement. L’IS noir avait été ravagé par la foudre violette alors qu’il s’était fendu en deux. Et, avant qu’elle ne perde connaissance, Laura et moi nous nous étions regardés dans les yeux. Son cache-œil avait disparu, et son œil gauche doré avait été mis à nu. Elle me regardait avec la faiblesse d’un chiot abandonné, comme si elle me suppliait de l’aider.

« OK, peut-être que je ne vais pas te casser la gueule, » alors que je la tenais debout pour l’empêcher de s’effondrer, je lui avais chuchoté à voix basse. Que Laura l’ait entendu ou non, elle seule le savait.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 4 partie 5

« Je vous préviens. Si jamais vous le rencontrez, faites attention. Il peut sembler insensible, mais c’est un véritable charmeur. Baissez votre garde une seconde et vous tomberez amoureuse de lui en un rien de temps, » déclara Chifuyu.

Elle m’avait prévenue avec une quantité dégoûtante de joie et un peu d’embarras qui m’avait vraiment irritée. Mais maintenant, je le comprenais. C’était juste de la jalousie.

Un peu plus tard, je lui avais demandé. « Et vous aussi, l’avez-vous fait ? »

« Une sœur qui tombe amoureuse de son frère ? Quel genre d’idiote êtes-vous ? » répliqua Chifuyu.

Son sourire effronté m’avait encore plus inquiétée. L’homme qui pouvait lui donner une telle expression… Je l’enviais. Et… Quand on s’était rencontrés, j’avais su. Quand nous nous étions battus, j’avais vraiment compris. Qu’est-ce que la force ? Il y avait autant de réponses que de répondants, mais un seul que j’avais rencontré si intensément…

« La force… C’est quelque chose dans ton cœur. C’est quelque chose qui forme ton cœur. Je pense que ça doit être quelque chose que tu essaies constamment d’être. »

Vraiment ?

« Bien sûr que oui. Si tu ne sais pas ce que tu veux être, alors oublie ce que tu veux être, fort ou faible n’ont aucune importance, car tu ne sais même pas marcher. »

Comment… marcher… ?

« C’est là où tu regardes. C’est pour ça que tu regardes là-bas. »

Pour ça… tu regardes là…

« En gros, si tu fais ce que tu veux, tu gagnes. Ne te retiens pas et ne t’inquiète pas. »

Il — cet homme — me parlait avec un sourire.

« Si tu ne fais pas ce que tu veux, ce n’est même pas vivre. »

— Alors, et toi ? Pourquoi veux-tu être plus fort ? Qu’est-ce qui te donne de la force ?

« Je ne suis pas fort. Du moins, je ne pense pas l’être, » avait-il insisté.

Cela m’avait laissée à court de mots. Il était si puissant. Pourquoi dirait-il qu’il n’est pas fort ? Je ne pouvais pas comprendre.

« Mais si je le suis, c’est parce que…, » commença-t-il.

— Parce que ?

« Parce que je veux être fort, » continua-t-il.

« Parce qu’il y a quelque chose que je veux faire quand je serais fort, » continua-t-il.

— Tu veux faire quelque chose ?

« Je veux protéger quelqu’un. Je veux me consacrer entièrement à me battre pour protéger quelqu’un, » déclara-t-il.

Il est comme… Tout comme elle.

« Oui. Alors je te protégerai aussi, Laura Bodewig, » déclara-t-il.

Pendant qu’il parlait, ma poitrine battait la chamade pour la première fois.

« Je te protégerai. »

— En entendant ses paroles, je… Ça doit être ça.

*

Mon esprit s’était emballé.

*

Mon cœur battait la chamade. À côté de lui, je n’avais que 15 ans et je n’étais qu’une femme.

Ichika Orimura…

Elle avait raison. J’étais tombée amoureuse de lui.

 

♥♥♥

 

« Argh… »

Laura avait ouvert les yeux vers une lumière d’en haut.

« Êtes-vous réveillée maintenant ? »

Une voix familière. Et pas seulement familier. Une voix qu’elle pouvait reconnaître en un clin d’œil. Son bien-aimé Lehrerin, Chifuyu Orimura.

« Je… ? »

« Vous vous mettez trop de pression. Vous êtes sous le coup d’une fatigue extrême et vous avez des ecchymoses partout. Vous ne pourrez pas bouger pendant un moment. Ne vous forcez pas, » déclara Chifuyu.

Chifuyu avait essayé d’agir avec désinvolture et de changer de sujet, mais c’était quand même son ancienne élève. Laura ne pouvait pas être distraite si facilement.

« Que… que s’est-il passé ? » demanda Laura.

Laura essaya de se forcer à se tenir droite, grimaçant à la douleur qui s’était propagée à travers son corps. Cependant, ses yeux se fixaient encore sur Chifuyu. Son cache-œil avait été enlevé alors qu’elle était en traitement, révélant un œil gauche qui était doré en contraste avec son œil droit rouge rubis. Couleurs différentes ou non, ils partageaient un regard curieux.

« Hmm. Il s’agit d’une question grave, qui doit rester confidentielle, » déclara Chifuyu.

Pourtant, elle avait compris que Laura ne serait pas repoussée si facilement. Après un silence pour souligner que cela devait être gardé entre eux deux, elle avait lentement formé ses mots.

« Connaissez-vous le système VT ? » demanda Chifuyu.

« Oui… Le système de traçabilité Valkyrie… Il retrace les mouvements des précédentes Valkyries — vainqueurs du Mondo Grosso — mais…, » commença Laura.

« Correct. Toute recherche, tout développement ou toute utilisation par toute nation, organisation ou entreprise est interdit par le traité IS. Mais il est équipé sur votre IS, » déclara Chifuyu.

« … »

« C’était bien caché. Il a fallu votre propre état mental, les dommages à votre IS, et surtout votre propre volonté… Non, vos désirs. L’académie interroge actuellement la Bundeswehr à ce sujet. Il y aura probablement bientôt une enquête obligatoire, » déclara Chifuyu.

En écoutant Chifuyu, Laura serra les draps avec force. Son regard avait dérivé vers le bas, vers le vide présent sous ses yeux.

« C’est parce que j’ai souhaité ça, n’est-ce pas ? » demanda Laura.

— D’être vous.

Elle ne l’avait pas dit, mais Chifuyu avait compris.

« Laura Bodewig ! » déclara Chifuyu.

« Madame ! » répondit Laura.

Le choc d’entendre son nom complet avait fait tourner la tête de Laura.

« Qui êtes-vous ? » demanda Chifuyu.

« JE-JE-JE… Je… Je suis…, » balbutia Laura.

Elle n’avait pas pu finir sa phrase. Dans son état actuel, elle ne pouvait même pas s’appeler Laura.

« Personne, alors ? C’est une opportunité pour vous. À partir de maintenant, vous pouvez être Laura Bodewig. Vous avez tout votre temps. Vous allez rester dans cette école pendant trois ans. Après ça, je suppose que vous avez jusqu’à votre mort. Réfléchissez bien à la façon dont vous allez l’utiliser, jeune fille, » déclara Chifuyu.

« Ah… ! » s’exclama Laura.

Les paroles de Chifuyu l’avaient surprise. Laura ne s’attendait pas à être encouragée et ne savait pas comment répondre. Au lieu de cela, elle s’était assise, la bouche grande ouverte, à la recherche de mots.

Chifuyu se leva et s’éloigna du lit. Il semblait qu’elle avait dit ce qu’elle avait à dire et qu’elle revenait dans le monde de l’enseignement.

« Oh, encore une chose. » La main sur la porte, elle se retourna et reparla. « Vous ne pouvez pas être moi. Le fait d’être sa grande sœur est un stress sans fin. »

C’était un sourire, n’est-ce pas ? Laura le comprenait comme telle. Quelques minutes après le départ de Chifuyu, son humeur avait soudainement changé.

« Ha, haha… Hahaha ! »

— Quelle paire de tricheurs !

Le frère et la sœur avaient disparu dès qu’ils avaient dit ce qu’ils voulaient. Elle parlait d’elle-même, après tout. C’était le sommet absolu de la situation.

— Penser comme moi, agir comme moi, hein…

Chaque rire qui s’était échappé était accueilli par des tics de douleur, mais Laura ressentait quand même de la joie au plus profonde d’elle-même. La défaite. L’échec absolu. Pourtant, cela lui paraissait encore insupportablement bon. Oui, pour Laura Bodewig, ce n’était que le début.

 

♥♥♥

« — En conséquence, le tournoi a été annulé. Toutefois, tous les matches du premier tour seront disputés pour faciliter la collecte des données de suivi. Veuillez vérifier l’heure et l’emplacement de votre nouvelle localisation sur votre ordinateur — . »

La télé de la cafétéria avait sonné quand quelqu’un l’avait éteinte. Je le regardais du coin de l’œil pendant que j’étais focalisé sur mes ramens aux fruits de mer, et j’avais l’impression que quelque chose s’était enfui. Plutôt… Les nouilles étaient là, au moins.

« Hmm. On dirait que tu avais raison, Charles, » déclarai-je.

« Ouais. Ichika, peux-tu me passer le shichimi ? » demanda Charles.

« Tiens, » déclarai-je.

« Merci, » répliqua Charles.

Vous pourriez nous reprocher d’être si détendus après les événements de la journée, mais la vérité était que les enseignants venaient tout juste de finir de nous débriefer. Lorsque nous avions été relâchés, nous avions à peine le temps d’arriver à la cafétéria avant la fermeture. Et alors que nous nous étions précipités dedans, nous avions été accueillis par une foule de filles qui avaient dû vouloir entendre l’histoire en direct. Nous avions pensé qu’il valait mieux que nous nous retirions d’abord du chemin pour le dîner et que nous allions directement à notre table, mais un bruit s’était fait entendre à la télévision disant qu’une annonce importante allait être faite, et c’était apparemment tout.

« Ça m’a vraiment frappé. La nourriture ici est excellente à la cafétéria et dans les cuisines des dortoirs — Hm ? » demandai-je.

Je ne savais pas très bien pourquoi, mais soudain, toutes les filles qui nous attendaient pour nous parler après que nous ayons terminé semblaient profondément déçues. Leurs esprits semblaient aussi affligés que le cuirassé Yamato — non pas que je l’aie vu couler.

« Championnat… Chance… Groupe…, » s’était plainte l’une des filles.

« Rendez-vous… Annulé… »

« WAAAHHH ! »

On pouvait entendre le bruit de dizaines de pieds qui s’enfuyaient en pleurant. Qu’est-ce que c’était que ça ?

« Qu’est-ce qu’elles ont ? » demandai-je.

« Ça me dépasse, » déclara Charles.

Charles et moi étions perplexes. C’était juste un autre exemple de la façon dont les filles n’avaient aucun sens.

« … »

Après le départ du groupe, j’avais remarqué qu’une autre personne s’était levée, comme si elle était hébétée. C’était mon ami d’enfance, Houki. Elle agissait comme si son âme avait flotté hors de son corps, alors je m’étais approché d’elle pour voir ce qui n’allait pas.

« Hé, Houki. À propos de cette promesse du mois dernier —, » commençai-je.

« Bwah ! »

Eh bien, c’était une sacrée réponse. Je suppose qu’elle n’était pas encore morte.

« J’aimerais bien sortir avec toi, » déclarai-je.

« … Quoi ? » s’exclama Houki.

« J’ai dit, ça ne me dérangerait pas de sortir avec toi… Quoi !? » m’exclamai-je.

Elle avait bondi comme un ressort, s’enroulant sans effort autour de mon cou, même si j’étais plus grand.

— Qu’est-ce que…

« Vraiment ? Comme, vraiment, vraiment, vraiment, vraiment !? » Elle avait demandé, encore et encore.

— Continue à demander comme ça, et ce sera une farce… ! 

« Bien sûr que oui, » dis-je.

« Mais pourquoi maintenant ? Dis-moi au moins pourquoi…, » demanda Houki.

Houki s’était soudainement retirée, croisant les bras alors qu’elle s’éclaircissait la gorge. Je me demandais pourquoi son visage était si rouge. Ah, eh bien.

« C’est une promesse avec une amie d’enfance, non ? Alors oui, sortons ensemble, » déclarai-je.

« Oh ? » s’exclama Houki.

« Ouais, on peut aller faire du shopping ou autre chose quand tu veux, » déclarai-je.

« … »

L’expression de Houki s’était durcie en un instant. Donc, c’était sur ça qu’ils avaient basé les masques de démons.

« Je le savais…, » déclara Houki.

« Hein ? » demandai-je.

C’était mieux de ne pas trop pousser Houki quand elle avait ce genre d’expression. Elle était comme la nitroglycérine, ou votre estomac après trop de piments Chili — j’étais mieux traité avec un toucher — délicat, doux.

« Je savais que c’était quelque chose comme ça ! » s’écria Houki.

Bam !

« Aïe ! »

Un coup de poing droit avec toute sa force placée dedans. Pendant un moment, ma vision s’était assombrie. C’était comme se faire frapper par un canon.

« Hmph ! » m’écriai-je.

Argh… Avec un coup de pied, ses orteils s’étaient enfoncés dans mon plexus solaire.

— Idiote, tu exhibes ta culotte… Elle est si blanche.

« Argh… »

Houki m’avait traqué — J’étais trop occupé à m’effondrer pour voir où aller. J’avais subi de sérieux dommages. Je ne voulais pas bouger pendant un moment. Je n’avais pas pu me mouvoir pendant un moment.

« Parfois, je pense que tu fais des choses comme ça exprès, Ichika, » déclara Charles.

« Hein ? Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? » demandai-je.

« Oh, peu importe, » déclara Charles.

Charles avait évité le contact visuel de façon un peu pénible. C’était quoi cette réaction ? Il m’avait fallu un quart d’heure pour m’en remettre. En me frottant l’estomac encore douloureux, je m’étais assis en face de Charles.

« Au fait, il y a quelque chose que je voulais te demander, » demandai-je.

« Bien sûr, quoi ? Pose ta question, » déclara Charles.

Charles avait terminé son tsukimi udon, et leva les yeux avec un sourire. Après tout ce qui s’était passé entre le match et maintenant, j’avais été étonné qu’elle ait pu rester de si bonne humeur.

« Les gens peuvent-ils communiquer par l’intermédiaire de leur IS ? Pas seulement sur un canal privé, mais comme s’ils étaient emportés dans une autre dimension ? » Lui avais-je demandé.

« Hein ? En fait, je crois que j’ai entendu parler de quelque chose comme ça. Ils disent que c’est simplement à cause du réseautage entre les IS, mais parfois les pilotes qui sont sur la même longueur d’onde disent qu’ils partagent leurs idées entre eux. C’est ce que tu veux dire ? » demanda Charles.

« C’est exactement ça ! Même longueur d’onde, cependant… Je ne suis pas sûr de comprendre, » déclarerai-je.

« Il y a beaucoup de choses sur les IS et leurs capacités que personne ne comprend. Leur inventeur, le professeur Shinonono, a disparu sans même nous dire tout ce qu’elle savait d’eux, et je pense qu’avant même qu’elle ait dit dans une interview qu’elle avait construit des parties d’eux pour qu’ils s’autoévoluent et que même elle ne savait pas vraiment, » déclara Charles.

« C’est vraiment quelque chose que Tabane ferait…, » déclarai-je.

Tabane ne se souciait de rien d’autre que ce sur quoi elle se concentrait à ce moment précis. Elle aurait probablement pu s’en rendre compte, mais je pense qu’elle était juste désinvolte. En y réfléchissant, j’avais réalisé que Charles me regardait. C’était peut-être juste mon imagination, mais ça ressemblait plus à un regard fixe qu’à quoi que ce soit d’autre.

« Ichika, cette dimension séparée de la tienne… c’était avec Bodewig ? » demanda Charles.

« Ouais, pourquoi ? » demandai-je.

« C’est ce que je pensais, » déclara Charles.

Charles avait fait preuve de nonchalance lorsqu’elle était allée rapporter sa vaisselle, mais à la suite de notre entraînement ensemble et de notre communication tacite en duo, j’avais réalisé que son humeur avait soudainement changé. Même si elle avait fait de son mieux pour ne pas le montrer, c’était évident dans l’endurcissement de son ton et son rythme accéléré. Qu’est-ce qui l’avait déclenchée ? Vraiment, c’était un mystère.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 4 partie 6

« Oh, vous voilà, Orimura, Dunois. Vous avez bien réagi plus tôt, » déclara Yamada.

« Vous aussi, Mlle Yamada. Vos mains ne sont-elles pas fatiguées de tout écrire ? » demandai-je.

« Non, non. J’ai toujours été douée pour ce genre de petites choses. Ne vous inquiétez pas pour moi. Je suis un professeur, après tout, » déclara Yamada.

Mme Yamada avait gonflé sa poitrine d’un rire satisfait d’elle-même. Encore une fois, ces monticules voluptueux avaient rebondi. Ne sachant pas où regarder, j’avais instinctivement détourné les yeux.

« … »

« Ichika, espèce de pervers…, » le chuchotement était faible, mais je l’avais entendu clairement.

« Hein ? Hé, attends, Charles ! Ce n’est pas comme ça, » déclarai-je.

« Hmph. Si tu le dis, » déclara Charles.

Argh, qu’est-ce qui l’a rendue si furieuse ? N’aimait-elle pas son udon ? Je suppose que c’est moi qui lui ai dit que la façon traditionnelle était d’avaler le jaune d’œuf en dernier, mais…

« Hein ? Y a-t-il un problème ? » demanda Yamada.

« Non, non ! Rien du tout, » déclarai-je.

« Oh, bien. Bref, j’ai de bonnes nouvelles ! » déclara Yamada.

Mme Yamada avait levé les deux poings. Encore une fois, ses seins avaient rebondi. Franchement… Je veux dire, j’aimais les regarder, mais je ne voulais pas les regarder.

« Enfin ! Les garçons peuvent enfin prendre un bain ! » déclara Yamada.

« Ohh ! Vraiment ? Je pensais que ce ne serait pas avant le mois prochain, » déclarai-je.

« Eh bien, il s’avère qu’aujourd’hui, quelqu’un inspectait la chaudière, alors elle était censée être fermée toute la journée. Mais c’est fini, alors j’ai pensé : pourquoi ne pas laisser entrer les garçons ? » déclara Yamada.

Incroyable ! Merveilleux ! Avec tout ce qui s’était passé pendant le tournoi, je voulais juste me détendre et laisser flotter mes soucis. Franchement, avec chaque match que j’avais effectué, même le mois précédent, quelque chose de fou et d’inattendu s’était produit. En ce moment, j’en étais à 1 000. Ce n’est pas un chiffre dont j’étais fier.

« Merci beaucoup, madame Yamada ! » déclarai-je.

Débordant de gratitude, j’avais saisi ses mains. Avec ses mains dans les miennes, j’avais regardé Mme Yamada, mes yeux brillaient comme s’ils étaient peints de paillettes. Ah, les bains étaient si merveilleux ! Ils faisaient partie de la culture japonaise, de la tradition, je dirais même de l’esprit très japonais en lui-même !

« Si vous vous approchez beaucoup, je ne le ferai peut-être pas…, » murmura Yamada.

« Hm ? » demandai-je.

« Ah, attendez ! Ce n’est rien ! Rien du tout ! » s’exclama Yamada.

D’une manière ou d’une autre, le regard de Mme Yamada voltigeait comme si elle ne pouvait pas contrôler ses émotions. N’était-ce pas elle qui m’avait dit de regarder les gens dans les yeux ? Et pour une raison quelconque, son visage était rouge. Avait-elle un rhume ? Le rhume pendant la saison des pluies avait vraiment enlevé beaucoup de choses à une personne. J’aimerais qu’elle prenne mieux soin d’elle.

« Hmm ! »

Charles s’était éclairci la gorge, comme pour lui donner un temps mort. La température de son regard semblait avoir chuté de quelques degrés. Je me demande pourquoi ? N’était-elle pas contente des bains ? Bien sûr que je l’étais !

« En tout cas, allez-y, prenez un bain, vous deux. Vous devez être épuisé par ce long interrogatoire, » déclara Yamada.

« Très bien ! C’est parti pour le…, » commençai-je.

En répondant avec enthousiasme, j’avais réalisé quelque chose. La formulation exacte de Mme Yamada : « Allez-y, prenez un bain, vous deux ». « Vous deux ». Ce qui veut dire, moi et Charles. Oh non. Oh, non, non. Charles se faisait encore passer comme un garçon. Ce serait vraiment bizarre si on y allait séparément, après tout ça. Je n’imaginais pas que l’étaler comme ça serait approprié.

« E-Euh… »

« Qu’est-ce qu’il y a ? Dépêchez-vous d’aller chercher quelque chose pour vous changer. J’ai la clé des bains, je vous attendrai devant les vestiaires. On se voit là-bas ! » Mlle Yamada s’était enfuie de là à toute allure.

Ahh, qu’est-ce qu’on peut faire pour ça ?

« Charles…, » commençai-je.

« Ouais. C’est un problème. Qu’est-ce qu’on va faire ? Trouvons une solution pendant qu’on va chercher des vêtements propres dans notre chambre, » déclara Charles.

« OK. J’espère juste qu’on trouvera quelque chose…, » déclarai-je.

Nous étions sur la même longueur d’onde — ou bien, c’était vraiment évident. Bref, Charles et moi étions retournés dans notre chambre. Rien ne m’était venu à l’esprit en prenant des vêtements, mais en même temps, nous étions trop stressés pour bavarder, alors nous nous étions tout simplement préparés en silence pour notre bain. Et puis…

« Oh, vous voilà. Eh bien, voilà pour vous ! L’eau est bonne et chaude ! » déclara Yamada.

« M-Merci, » déclarai-je.

Avec un final « Amusez-vous bien ! » Mme Yamada était partie en fermant la porte des vestiaires derrière elle. Pendant un moment, nous étions restés assis en silence, dos à dos dans les vestiaires.

« … »

« … »

Oh non. Ce n’était pas bon. Je voulais vraiment prendre un bain, mais je ne pouvais pas le faire avec Charles. Tout d’abord… Je l’avais déjà vue nue, mais c’était différent. Je ne devrais même pas avoir besoin de le dire, mais les filles d’un certain âge ne devraient pas montrer autant de peau aux hommes. Et en même temps, je devais absolument éviter de voir des filles nues. Beaucoup de gens diraient « pas de mal, car pas de faute », mais ils avaient tort. C’était une énorme erreur. Seul un idiot penserait ça. Il y avait eu, en vérité, du mal de causé. C’était une atteinte à la dignité de la fille, à sa bienséance, à sa valeur. C’était la place d’un homme de protéger les femmes, pas de les dégrader. Je n’étais peut-être pas Houki, mais je m’attendais parfois à ce que les gens aient honte d’eux aussi.

« Euh… Charles ? » demandai-je.

« O-Oui ? » demanda Charles.

Pourquoi tant de politesse tout d’un coup ? Eh bien, peu importe. On devrait juste parler face à face. C’était incroyable le nombre de mots que l’on ne pouvait pas dire en se regardant les uns les autres, mais qu’on pouvait dire en se regardant dans les yeux.

« Tu dois être épuisée avec tout ce qui s’est passé aujourd’hui. Prends ton bain. Je vais passer un peu de temps dans les vestiaires, puis retourner dans notre chambre, » déclarai-je.

« Attends ! Et toi, Ichika ? » demanda Charles.

« Ce n’est pas comme si on pouvait prendre un bain ensemble. Alors si ça doit être comme ça, autant t’amuser. Je vais prendre une douche, » déclarai-je.

Les hommes sourient et le supportent. Ça ne me dérangeait même pas, si c’était pour ma partenaire Charles. Je n’allais pas faire la même chose pour quelqu’un que je n’avais jamais rencontrée, mais je lui devais beaucoup… Aujourd’hui, il n’était pas inhabituel pour les filles de demander des choses à des hommes au hasard, et cela ne m’intéressait pas. Peu importait qui vous étiez, si vous alliez juste être impoli et exiger des choses, je n’avais aucune raison de faire attention à vous. Mais inversement, si vous aviez une bonne raison pour ce que vous vouliez, je ferais tout pour que ça arrive. Ce n’était peut-être pas évident, mais j’étais super à la maison, et même bon pour les massages. Chifuyu pourrait en témoigner. Je ne voulais pas me vanter, mais je ferais probablement un super mari au foyer. Hehehehe.

« Nan, je vais bien. Si on doit faire ça, je devrais attendre dans les vestiaires. Je ne suis pas une grande fan des bains de toute façon, mais tu les aimes bien, non ? » demanda Charles.

« Ouais ! » répondis-je.

— Bien sûr que si !

Si je devais choisir entre manger et prendre un bain, je cocherais mon choix pour un bain sur le bulletin de vote. Peut-être que si tu combinais, manger et cuisiner, ce serait différent, hein ? Pourquoi le visage de Charles était-il si rouge ?

« Quelque chose ne va pas ? » demandai-je.

« Rien ! Va prendre ton bain ! Ne t’inquiète pas pour moi, d’accord ? » déclara Charles.

« Es-tu sûre de toi ? » demandai-je.

« Oui, » répondit Charles.

« Très bien, alors ! Merci, Charles ! Je t’en dois une ! » déclarai-je.

Se disputer avec elle quand elle avait insisté sur ce fait serait impoli. En plus, j’étais excité par le bain. Mon premier bain depuis mon arrivée ici — et pas seulement ça, mais l’endroit était énorme ! J’étais sorti du champ de vue de Charles et je m’étais dépouillé de mes vêtements. Ce n’était pas seulement le costume IS, mais les vêtements des hommes étaient si faciles à enlever. Je ne plaisantais pas quand je disais que je pouvais être nu en deux fois moins de temps qu’il me fallait pour m’habiller.

« J’y vais maintenant, » déclarai-je.

« D’accord. Garde ton calme, c’est tout, » déclara Charles.

Je n’étais pas tout à fait sûr de cette réponse. Allait-elle me faire une farce ou quoi ? Ce n’est pas possible.

« Wôw ! » m’exclamai-je.

C’était énorme ! Gigantesque ! Il y avait une grande baignoire, deux jacuzzis de taille moyenne et une baignoire en bois. Mais ce n’est pas tout. Il y avait un sauna, des douches tout autour, et même une chute d’eau ! Tout ce que je pouvais demander !

— Je suis si content d’être né japonais ! Et je suis si heureux d’aller dans une école financée par le gouvernement national !

J’étais tellement excité. Je pourrais utiliser n’importe quoi ici autant que je le voulais. Quel Japonais — quel être humain — ne serait-il pas excité ?

« Attends, reprends-toi. Plonger dans les choses ne paie jamais. Je dois d’abord prendre une douche, » déclarai-je.

— Hahahahah, « plonger » dans les choses.

« Woohoo ! »

Je pourrais même crier ! Après tout, c’était une grande pièce ! (Attention : n’essayez pas cela à la maison.) Retenant toujours mon enthousiasme, je m’étais aspergé d’eau et j’avais commencé à me frotter avec un gant de toilette. D’abord une douche, puis un trempage, puis une autre douche, puis un autre trempage — et c’est fait. C’était comme ça que j’avais pris mon bain. Ce n’était pas une règle absolue, mais cela m’avait fait apprécier davantage les bains, alors c’est comme ça que je l’avais fait. Après m’être lavé, je m’étais plongé dans le grand bain que j’attendais avec impatience.

« Haaah… »

Une sensation de soulagement s’était répandue dans tout mon corps. La disparition de toute ma fatigue et de ma raideur s’accentuait. Le relâchement de la pression dû à la chaleur se fit sentir. J’avais laissé tout cela se faire autour de moi, ne pensant à rien, profitant simplement du bain.

« Ahh, je me sens de nouveau en vie…, » murmurai-je.

Encore une fois… Encore une fois… Encore une fois…

C’était la vraie affaire. Même les échos étaient magnifiques. Il avait tout ce que j’attendais d’un bain. Je devrais lui donner cinq étoiles. J’avais perdu la notion du temps en trempant, et j’avais commencé à avoir sommeil. C’était peut-être parce que j’étais si épuisé, mais à mesure que la relaxation se poursuivait, j’avais commencé à somnoler.

— Ahh, j’aimerais pouvoir m’endormir…

Je me noierais probablement si je le faisais. Ce ne serait pas bien.

Du bruit.

— Hein ? J’imagine des choses, ou la porte du vestiaire vient de s’ouvrir ?

Je n’avais pas vraiment les idées claires. Je ne pouvais pas rejeter l’idée que j’entendais des choses.

Éclaboussure, éclaboussure, éclaboussure.

J’avais entendu le bruit de deux belles jambes qui marchaient sur la tuile mouillée. Je pouvais dire qu’ils étaient beaux parce que le son était beau. S’ils faisaient un beau son, ils étaient probablement beaux. Ah —

« Je vais entrer, » déclara une voix féminine.

« … !? »

Même si mon visage était à moitié submergé, j’avais fait un bond vers l’avant. Ce qui était apparu de la vapeur, c’est une Charles nue. Bien sûr, elle était enveloppée dans une serviette, mais ce n’était qu’une mince serviette de sport. C’était assez transparent pour laisser passer la couleur de sa peau. Et avec la lumière derrière elle, je pouvais clairement voir chacune de ses courbes.

« Quoi… Quoi !? » m’exclamai-je.

« Ne me fixe pas… Ichika, pervers, » déclara Charles.

« Désolé ! » déclarai-je.

Ah, pourquoi m’excusais-je ? Je ne le savais pas ! Je ne le savais pas, mais je m’étais quand même excusé et je m’étais immédiatement retourné. C’était une pirouette réflexive aussi rapide qu’un IS. Le corps humain était incroyable.

« Pourquoi !? Qu’est-ce que tu fais ici ? Je veux dire, évidemment, tu prends un bain, mais ça aurait pu attendre que je sois sorti — pourquoi es-tu ici maintenant ? » demandai-je.

C’était mauvais. Mon esprit s’emballait. Même si je m’en étais rendu compte, je n’arrivais pas à me ressaisir.

— Qu’est-ce que je suis censé faire à ce sujet ? Attendre que quelqu’un d’autre le résolve ? Juste fondre ? J’espère que je ne suis pas trempé dans le solvant.

« Ne veux-tu pas de moi ici ? » demanda Charles.

« Ce n’est pas ça, c’est juste que…, » commençai-je.

Ce que je voulais dire, c’était que cela ne me dérangeait pas. C’était juste embarrassant. C’est très gênant. J’étais un garçon de 15 ans en bonne santé qui s’intéressait au sexe opposé comme tout le monde, et je ne pouvais pas dire que c’était purement platonique. Et me voilà, seul dans cet immense bain — il y avait même de la vapeur et des échos — avec une fille nue. Ce n’était pas bon. Du moins, je ne le pensais pas. J’entendais le souffle de Charles derrière moi, et mon cœur battait à toute allure.

« Je me suis dit que j’allais l’essayer. Si ça te dérange, je peux partir, » déclara Charles.

« Non, non, non, non. Si quelqu’un part, ça devrait être moi. J’ai déjà eu mon tour, et toi —, » commençai-je.

« A-Attends ! » Son cri soudain m’avait choqué et m’avait rendu silencieux. « En plus, je voulais te parler. Il y a quelque chose d’important que je voulais te demander. »

« D’accord, » déclarai-je.

Si c’était important, je devais écouter. J’avais replacé mes hanches sous l’eau, mais je ne pouvais pas regarder Charles. J’avais tourné à droite dans le bain, en inclinant une oreille vers elle.

« C’est à propos de ce dont on a parlé tout à l’heure, » déclara Charles.

« Ce dont nous avons parlé tout à l’heure… Tu veux dire que tu restes ici ? » demandai-je.

« Oui, ça, c’est vrai. Je pense que je vais rester ici. Je n’ai nulle part ailleurs où aller, et d’ailleurs…, » déclara Charles.

« Et d’ailleurs ? » demandai-je.

« … »

On m’avait répondu par un silence. Notre conversation s’était arrêtée, et un silence s’était installé dans le bain.

Plop.

« Ahhh ! »

« Qu’est-ce qui ne va pas !? » demandai-je.

Son cri soudain, bien que mignon, m’avait amené à demander par surprise.

« Une goutte d’eau est tombée sur moi. Ça m’a fait peur, » déclara Charles.

« O-Oh ? »

« … »

« … »

Le silence avait continué. Pour une raison quelconque, les gouttes d’eau du plafond semblaient plus intenses que d’habitude.

Éclaboussures…

« Hein ? Charles ? » demandai-je.

En entendant l’éclaboussure, je m’étais retourné pour voir d’où cela venait.

« Ne regarde pas ! Tourne-toi ! » demanda Charles.

« Désolé ! » déclarai-je.

Même avec la vapeur qui obscurcit les choses, elle était à moins d’un mètre. On aurait dit que Charles s’approchait de moi.

— Qu’est-ce qu’elle fait ? Argh, l’afflux de sang dans ma tête m’empêche de penser clairement.

Et pourtant, dans l’instant qui avait suivi, toute la lucidité qui avait jailli en moi sauta hors dans ma tête. La main de Charles m’avait tapé dans le dos.

« Charl — !? » m’exclamai-je.

Ses bras se frayaient un chemin autour de moi dans une étreinte. La sensation de son corps mince contre le mien avait fait bondir mon cœur.

« C’est parce que tu m’as dit de rester ici. Si tu es ici avec moi, alors je veux être ici, » déclara Charles.

« Je vois…, » balbutiai-je.

Je ne comprenais pas vraiment pourquoi c’était important, mais si ça l’aidait, j’étais heureux. D’autres personnes autour de moi avaient fait la même chose pour moi, alors je voulais le faire pour quelqu’un d’autre. Parce que j’étais si bien protégé, je voulais être gentil avec les autres et les protéger, même un tout petit peu. C’est ce que je ressentais.

« Et… Il y a autre chose que j’ai décidé, » déclara Charles.

« Une autre chose ? » demandai-je.

« Oui. Sur la manière d’être moi-même. C’est toi qui m’as montré comment faire, » déclara Charles.

« Est-ce ce que j’ai fait ? » demandai-je.

« Oui, tu l’as fait. Héhé, parfois tu es si bête. C’est agaçant, » déclara Charles.

« Désolé, » répondis-je.

« Ce n’est pas grave. Je te pardonne. Mais peux-tu m’appeler Charlotte à partir de maintenant ? Au moins, quand on est seuls ? » demanda Charles.

« Est-ce que c’est ton vrai… ? » commençai-je.

« Oui. Mon vrai prénom. Le prénom que ma mère m’a donné, » répondit Charles.

« OK… Charlotte…, » déclarai-je.

« Hmm…, » Charles — non, Charlotte — répondit avec joie. J’imaginais son sourire presque enfantin et innocent.

« Bref, si tu continues à me tenir comme ça, de mauvaises choses vont arriver…, » déclarai-je.

J’avais finalement remarqué la sensation que ces monticules ne reposaient pas seulement sur mon dos, mais qu’ils s’y enfonçaient. Ils n’étaient peut-être pas exceptionnellement grands, mais ils étaient plus qu’assez souples — non, ignorez-les !

« Ahh, oh, c’est vrai ! Je vais me laver les cheveux maintenant ! » déclara Charles.

Il me semblait que Charlotte avait aussi compris ce qui se passait quand je l’avais entendue éclabousser avant de sortir du bain.

« Ne regarde pas, d’accord ? » déclara Charlotte.

« Bien sûr que non, » déclarai-je.

« Tu devais jeter un coup d’œil…, » déclara Charlotte.

On aurait dit qu’elle m’avait répondu, mais je ne l’entendais pas vraiment à cause des éclaboussures. Après cela, Charlotte et moi avions chacun pris un deuxième tour dans le bain, en partant au bout d’une trentaine de minutes de détente. Bien sûr, nous nous étions changés séparément. J’avais attendu qu’elle sorte s’habiller. Les hommes pouvaient s’habiller dans un deuxième temps. J’avais fini en un rien de temps. Et… J’étais parti.

« Retournons dans notre chambre, » déclarai-je.

« Oui, » Charlotte acquiesça d’un signe de tête.

Elle rougissait. Était-ce parce qu’elle venait de sortir du bain ? Elle portait son corset et passait de nouveau pour un garçon, mais pour une raison inconnue, ses cheveux humides m’avaient fait battre mon cœur. De retour dans notre chambre, nous avions passé le temps avec des bavardages stupides jusqu’à ce que nous nous endormions. Je ne m’en souvenais pas très bien, mais nous étions fatigués, alors c’était ce qui avait dû se passer. Probablement. Supposons juste cela.

***

infinite stratos tome 2 chapitre 4 partie 7

Le lendemain, Charlotte n’était pas en classe le matin. Elle m’avait dit d’aller à la cafétéria, mais il avait dû se passer quelque chose. En jetant un coup d’œil dans la classe, j’avais remarqué que Laura n’était pas là non plus. Elle devait encore être en convalescence depuis la veille. De plus, les professeurs voulaient probablement la débriefer davantage.

« Bonjour, tout le monde…, » déclara Yamada.

Mme Yamada était entrée dans la salle de classe, visiblement troublée. Quelque chose la tracassait vraiment, car c’était très tôt le matin. Peut-être qu’elle était énervée parce que son œuf n’était pas à la bonne consistance.

« Orimura, je ne peux pas dire exactement ce que vous pensez, mais je peux dire que vous pensez à moi comme une petite enfant. Ça me met en colère. Soupir…, » déclara Yamada.

En colère, mais toujours pas assez en colère pour être assez énergique. Ah eh bien. Désolé, professeur.

« Aujourd’hui, nous avons une nouvelle élève transférée à présenter. C’est une étudiante transférée, mais elle a déjà été présentée. Euh…, » déclara Yamada.

Je n’étais pas tout à fait sûr de ce que Mlle Yamada voulait dire, mais… hein ? Une étudiante transférée ? Le reste de la classe avait eu la même réaction et s’était mis à murmurer d’avant en arrière… Il était assez tard dans l’année pour les étudiants transférés et nous en avions déjà eu deux, donc un autre ? Qu’est-ce que c’est que ça ?

« Entrez, » déclara Yamada.

« Pardon, excusez-moi, » déclara une autre voix.

Hein ? Cette voix ressemblait à — .

« Charlotte Dunois. Enchanté de vous revoir, » déclara Charlotte.

Charlotte, en jupe, avait fait une révérence précise. Tout le monde dans la classe, y compris moi, était tellement choqué que nous ne pouvions que faire un signe de tête poli.

« Vous voyez, Monsieur Dunois est maintenant Mademoiselle Dunois. Aww, maintenant je dois réassigner les dortoirs…, » déclara Yamada.

C’est pour ça que Mme Yamada était si contrariée. Attendez un peu… Alors que j’essayais d’analyser la situation, la salle avait explosé d’une mer de questions.

« Hein ? Dunois est une fille ? »

« Je pensais que quelque chose n’allait pas ! Donc ce n’est pas un beau gosse, c’est une fille ? »

« Attends, Orimura, tu as partagé une chambre ! Comment as-tu pu rater ça ? »

« Attends ! Ne se sont-ils pas baignés ensemble hier !? »

La tension dans la salle de classe était palpable. Cela avait mijoté quelques instants avant de déborder.

Oh. C’était mauvais. Ça ne pouvait pas bien finir.

Éclat ! La porte de la classe s’était ouverte comme si elle avait été défoncée.

« ICHIKA ! »

Huang Lingyin avait fait son apparition, son visage rouge flamboyant de rage. C’était comme si un dragon était derrière elle. C’est donc ce qu’ils avaient voulu dire lorsqu’ils avaient parlé des 4 000 ans d’histoire de la Chine !

« MEURS ! »

En même temps que son IS avait pris forme, les canons à impact sur chaque épaule tirèrent à pleine puissance.

Eh bien, au revoir le monde. Je ferais la une des journaux de demain : « Malheureux lycéen tué par une camarade de classe. Le cadavre est méconnaissable. Les camarades de classe pleurent. » « Viande hachée », « ketchup », « comme des kakis tombés sous un arbre », « ou peut-être des figues », « comme une canette de soda explosée », « probablement Pepsi ».

— Hé, attendez, le dernier va —

Waouh !

« Hah, hah, hah… ! »

Rin était tellement en colère que sa poitrine se soulevait à chaque respiration. Elle était comme un chat avec ses poils aux extrémités.

— Attends, hein ? Je suis… Vivant ? Je suis toujours en vie ?

« … »

Je ne savais pas comment elle avait réussi à protéger cette coupe de cheveux, mais d’une façon ou d’une autre, coincée entre Rin et moi… C’était Laura, dans son IS Schwarzer Regen noir de jais. Son AIA avait complètement absorbé la détonation du canon à impact. En fait, maintenant que j’avais regardé, elle n’avait même pas son railgun.

« Merci, tu m’as sauvé. Attends… Ton IS est déjà réparé ? C’est incroyable, » déclarai-je.

« Le noyau a de peu survécu sans être égratigné. J’ai assemblé le reste avec des pièces de rechange, » déclara Laura.

« Ouah, c’est vrai… Wah ! » m’écriai-je.

Soudainement. Sortie de nulle part. Laura m’avait attrapé par la cravate, m’avait tiré vers elle — et m’avait volé un baiser.

« … Ngh!!?? »

J’avais été complètement pris de court. J’aimerais que quelqu’un m’explique ce qui se passe. Rin, et le reste de la classe étaient bouche bée. Tout le monde l’était. Même moi.

« Je ferai de toi mon épouse ! Es ist entscheiden ! Pas d’objections possibles ! » déclara Laura.

« É-Épouse ? Pas “mari”, peut-être ? » demandai-je.

J’étais si confus que je ne pouvais rien faire d’autre que répondre calmement. Peut-être que j’étais vraiment important. Non, trop d’autosatisfaction.

« J’avais entendu dire que le Japonais avait l’habitude — lorsqu’il était pris avec une attirance pour quelqu’un — de déclarer que vous en feriez votre épouse. Alors je vais faire de toi mon épouse, » déclara Laura.

Qui lui avait dit quelque chose comme ça ? Franchement, avoue.

« A-A-A-Ah… »

La bouche de Rin battait des ailes, et des bruits sans paroles émanaient de là. Elle bougeait la bouche comme un poisson rouge. Pourtant, je n’arrivais pas à me défaire de mon sentiment de danger. Je serais foutu si elle bougeait maintenant.

« Toi…, » déclara Rin.

Clang ! Les canons à impact s’étaient à nouveau ouverts.

« Attends ! Ce n’est pas ma faute ! C’est moi la victime ! » déclarai-je.

« Bien sûr que c’est ta faute ! Tout cela ! Chaque partie ! C’est de ta faute ! » déclara Rin.

Qu’est-ce que c’était censé vouloir dire ? Comment a-t-elle décidé ça !? Bref, ma vie était en danger. Mon seul espoir était de m’échapper par la porte de la classe.

Fshiiing ! Un laser avait flashé devant mon nez. Dans la terreur, je m’étais tourné vers sa source.

« Tu vas quelque part, Ichika ? Mais il y a quelque chose dont je dois discuter avec toi. Je sais que c’est soudain, mais c’est très important. Ohohohohoho… »

Gloups. Un, deux, trois, trois, quatre… Cinq veines au total pulsaient de colère, Cécilia m’avait bloqué le chemin. Dans ses mains se trouvait le Starlight MkIII. Les parties mobiles montées sur son dos brillaient déjà. Ce n’est qu’après que son armure avait fait son entrée.

Pas possible ! Abandonnant le chemin des escaliers, je m’étais tourné vers la fenêtre. Ce n’était que le deuxième étage, je pouvais survivre à la chute. Si le pire devait arriver, je pourrais déployer Byakushiki et — .

Claquement !

Il y avait quelque chose. J’aurais préféré autre chose, mais j’avais eu autre chose que ce que je voulais. Un katana s’était soudain placé devant moi.

— Hein ? C’est la période Sengoku ? Un nouveau spin-off, l’Académie IS Sengoku ? Je suppose que ça marcherait. L’IS de Chacha serait probablement surchargé, par contre. Je ne sais pas vraiment.

« Explique-toi… Ichika, » déclara Houki.

« Attends, attends, c’est moi qui veux une explication — wôw ! » m’exclamai-je.

Une lame aiguisée avait frappé dans ma direction, comme pour dire : « Je n’écoute pas. »

— Espèce d’idiote ! Tu essaies de me tuer !? Arrête ça !

Ça suffit maintenant ! Je finirais mort à ce rythme ! J’avais plongé sur le sol, et j’avais commencé une lutte sans but pour m’échapper. Mon esprit bougeait si vite que je n’avais plus aucune idée de ce qui se passait vraiment.

Ker-chunk.

« Hein ? » m’exclamai-je.

J’étais tombé sur quelque chose, ou plutôt quelqu’un. J’avais levé les yeux à mi-parcours.

« … »

C’était Charlotte, avec un sourire clairement visible sur le visage. C’était ce sourire angélique. Comme Bouddha souriant, même en enfer. C’était contagieux. J’avais souri en retour. Avec beaucoup de confiance en soi, d’ailleurs.

« Tu embrasses quelqu’un devant d’autres filles ? Je suis surprise, » déclara Charlotte.

« Euh, Charlotte ? Je n’ai pas embrassé quelqu’un, j’ai été embrassé. Et pourquoi as-tu sorti ton IS ? » demandai-je.

« Hmmm, je me le demande, » déclara Charlotte.

Le Changement Rapide n’était même pas nécessaire… Charlotte n’avait pas mis d’arme dans sa main. Son arme la plus puissante était déjà là, avec son armure. Elle n’en avait pas besoin d’autre.

Bang !

Le bruit de l’explosion de la poudre à canon avait rempli la pièce alors qu’elle ouvrait le blindage de son bouclier. À l’intérieur se trouvait le bunker à pieux de calibre.69 de couleur grise — aussi connu sous le nom de Perceur de Bouclier.

« Ah, Hahaha. Ahahahahaha… »

Quand les gens étaient poussés au-delà de leurs limites, tout ce qu’ils pouvaient faire, c’était rire. Il n’y avait pas une chanson là-dessus ? Je suppose que c’est ce que ça voulait dire.

Wrrrraaaaanng !

Ce jour-là, la salle de classe avait été secouée par le rugissement des explosions.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *