Infinite Stratos – Tome 2 Épilogue

« Hmm… »

Une pièce étrange, remplie de machines dans tous les coins, avec des câbles qui s’élevaient comme une forêt électrique. Parmi leurs racines d’acier, un écureuil mécanique patinait, saisissant des boulons tombés comme des glands. Un hochet, comme celui d’un vieux disque dur mécanique, résonnait. Nulle part ailleurs dans le monde on ne trouverait un écureuil capable d’identifier les pièces inutiles, de saisir leur fonction et de les reconstruire sous une nouvelle forme. Oui, c’était le laboratoire secret de Shinonono Tabane.

« Oh ? Oh. »

Frappe…

Hochet, hochet.

« Oh… »

Shinonono Tabane affichait une silhouette étrange. Elle portait une robe d’une seule pièce aussi bleue que le ciel, comme Alice dans Alice au pays des merveilles. Le grand ruban qui tenait son tablier attirait l’œil. Son visage était indubitablement celui de la sœur aînée de Houki. Mais avec leur temps libre, alors que Houki avait acquis le regard sévère d’un maître de kendo, l’insomnie de Tabane lui avait donné un regard malsain. Les poches sous ses yeux avaient duré des années.

C’était le sens du dicton « les génies sont esclaves de leurs pensées ». Sa contemplation continuait même dans son sommeil, la privant de toute chance d’un repos tranquille. À un moment donné de sa vie, elle avait peut-être eu une bonne nuit de sommeil, mais si elle l’avait eu, c’était il y a trop longtemps pour s’en souvenir. Contrairement à sa sœur, elle avait évité le kendo, ou tout autre sport, mais son corps était encore souple et courbé. Et le plus remarquable était sa poitrine ronde.

Peut-être sa chemise était-elle trop petite, ses boutons tendus, laissant entrevoir sa peau séduisante à travers les trous de sa robe. Et sur sa tête… Eh bien, si nous cherchions des choses problématiques, c’était probablement celle-là. Pour une raison quelconque, son serre-tête avait des oreilles de lapin blanches attachées. Elle était comme une Alice au pays des merveilles condensée et ambulante. Alice et le lapin blanc dans une tenue dépareillée.

Mais c’était son truc, c’était ce qu’elle voulait porter. Le mois dernier, c’était Hansel et Gretel. Il n’est pas nécessaire de mentionner que personne n’avait pu s’en rendre compte. Cette Tabane, alors, se pencha en arrière dans son étrange fauteuil. Si l’on pouvait l’appeler ainsi — mais sans rien de mieux pour l’appeler, c’était ce que nous avions choisi. Des reflets de lumière argentés réfléchissaient par elle. Ses lignes torsadées s’enroulaient autour de Tabane comme une cage. C’était presque comme si c’était le squelette d’un dinosaure. Et alors que les doigts de Tabane commençaient à danser, les fils qui s’en échappaient faisaient comme si une marionnette se mettait à bouger.

Frappe…

Hochet, hochet.

Au moindre mouvement, les parties de la chaise bougeaient comme un être vivant, ramassant un tout petit outil. Avec cela, ils avaient commencé à travailler sur une petite pièce maintenue dans une pince. C’était une chaise plus petite, tenant des pièces encore plus petites. Des dizaines de répétitions plus tard, la chaîne avait atteint sa fin. Un modèle IS en plastique à l’échelle nanométrique. Un gaspillage absolu et sans pareil. Un tueur de temps absolument stupide et impardonnable.

« Ahhh, enfin fait. »

C’était terminé. Absolument parfait, jusqu’à la peinture et la finition. Elle soupira d’ennui en se levant de sa chaise. Tabane appuya un point sur la chaise apparemment solide, et elle s’effondra en un tas de gravats.

« Alors, je m’ennuie tellement. »

Da-dum -da-da-da-da -dadum -da-da-da-da-da-dadah ~ ♪ le son du thème du Parrain avait rempli la salle. Même au 21e siècle, il n’y avait pas de meilleur thème pour un délinquant. Pourtant, même son compositeur ne pouvait imaginer qu’il soit si aimé en Extrême-Orient. Elle voulait savoir s’il serait ravi ou dégoûté.

« Attends, cette sonnerie — ! »

Elle s’était levée et avait plongé sur son téléphone. Sa boîte à outils avait claqué contre sa tasse de peinture, mais Tabane s’en fichait. Elle avait appuyé le téléphone sur son oreille.

« Hewwo ? Hewwo yewwow ? »

« … »

Clic.

La personne à l’autre bout de la ligne avait manifestement des doutes à ce sujet. En plus, elle avait raccroché.

« Attendez, attendez ! »

Comme si un dieu répondait aux prières de Tabane, le téléphone sonna à nouveau. Da-dum -da-da-da-da -dadum -da-da-da-da-da-dadah ~ ♪

« C’est l’idole de tout le monde, Shinonono Tabane — attends, attends, attends ! Chichan ! »

« Ne m’appelle pas comme ça ! » répliqua l’autre personne.

« D’accord, Chichan ! » déclara Tabane.

« Soupir. Peu importe. J’ai une question pour toi. »

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Tabane.

« Étais-tu impliqué là-dedans ? »

« C’est… c’est quoi ? » demanda Tabane.

Tabane secoua la tête. Ce n’était pas une évasion. En fait, elle ne le savait pas.

« Le système VT, » demanda l’autre.

« Oh. Vraiment ? Tee-hee. Tu crois vraiment que je deviendrais comme ça ? Je suis la Shinonono Tabane absolument parfaite. Ce qui veut dire que tout ce que je fais est aussi absolument parfait, » déclara Tabane.

« … »

« Et, maintenant que tu me le rappelles, il y a environ deux heures, j’ai fait en sorte que le laboratoire qui l’avait trouvé soit effacé de la surface de la Terre. Pas de victimes, bien sûr. C’était plus facile que de prendre des bonbons à un bébé. Chichan, tu as déjà essayé de prendre des bonbons à un bébé ? C’est plutôt dur. Tu ne l’as pas fait ? Huh. » En riant, Tabane s’était détachée de tout.

« C’est une bonne chose. Désolée de te déranger, » déclara l’autre.

« Oh, pas de problème ! Je n’étais pas du tout occupée ! Je suis ouverte 24 heures sur 24, comme un dépanneur, mais en mieux ! Composez le 1-800-STABANE ! » déclara Tabane.

« À plus tard…, » déclara l’autre.

La connexion avait été interrompue par un fort clic. Cette fois, il n’y aura pas de deuxième tentative. Pendant un moment, Tabane avait regardé son téléphone avec regret, mais à peine deux secondes plus tard, elle l’avait jeté.

« Je suis heureuse d’avoir de tes nouvelles après si longtemps ! Tu es toujours si dur à cuire. Ne pars pas chasser le soleil couchant loin de moi ~, » Tabane avait croisé les bras avec un petit rire.

Chifuyu Orimura et Shinonono Tabane. Elles s’étaient rencontrées pour la première fois à l’école primaire. Tabane avait tiré toutes les ficelles qu’elle pouvait pour que cela se produise, et Chifuyu savait, mais ce n’était pas leur seul lien.

Quand Chifuyu était au lycée, l’IS avait été révélé au monde entier, et pendant plusieurs années après qu’elle en ait été la pilote d’essai. En d’autres termes, Chifuyu avait une longueur d’avance sur les autres pilotes en termes de connaissances, et sa compréhension était à un tout autre niveau. Elle avait développé son propre régime d’entraînement et des tactiques uniques. Il n’est pas surprenant qu’elle ait brillé en tant que championne du premier tournoi Mondo Grosso. Au contraire, c’était tout à fait naturel. C’est du moins ce que Tabane pensait.

« Je me demande pourquoi Chichan s’est retiré, » murmura Tabane.

Elle ne le savait toujours pas. En termes d’âge ou de compétences, Chifuyu était encore un talent de premier plan. Elle serait une favorite dans le prochain Mondo Grosso. Mais le cœur n’était pas si simple. Même un génie n’en comprenait pas toute la profondeur, et c’est exactement pour cela qu’elle le voulait. Parce que Tabane ne s’intéressait qu’à trois personnes dans le monde.

DingDing.

Huweee ~ huwooo ~ huweee ~ huwooo ~ huwooo ~ ♪ Ceux d’entre vous qui ont la chance d’avoir encore leur vie, prenez-la avec vous ! Son téléphone portable sonna soudainement, avec une tonalité stupéfiante.

Il y avait peut-être un million de fans de Kill Bill à travers le Japon, mais seule Tabane l’utiliserait comme sonnerie pour sa vraie sœur, allant même jusqu’à inclure de vrais dialogues du film. Le million n’était qu’une estimation approximative. N’essayez pas de faire des calculs sérieux avec ça. En fait, Tabane elle-même n’était pas une fan — mais elle avait réagi encore plus fortement que lorsque Chifuyu avait appelé. Ses oreilles de lapin s’étaient redressées, ce qui en dit plus que tout autre mot. Après tout, c’était la première fois que cette sonnerie sonnait. Elle avait tout de suite su qui c’était.

« Hey, hey, hey, hey ! Ça fait si longtemps ! J’attendais ton appel ! » déclara Tabane.

« Tabane…, » déclara Houki.

« Oui. Je sais exactement ce qu’il te faut. Tu le veux, n’est-ce pas ? Ton propre IS. Je l’ai préparé. C’est une machine haut de gamme, bien au-delà de la norme. Elle peut suivre chaque mouvement. Son nom est Akatsubaki —, » déclara Tabane.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *