Infinite Stratos – Tome 3 Chapitre 2

« Regardez ! C’est l’océan ! »

Alors que l’autobus sortait du tunnel, les filles pilotes avaient laissé surgir leur excitation. Leur première journée sur le bord de l’océan avait été bénie par un temps parfait. Les rayons du soleil caressaient doucement l’eau, tandis qu’une brise de mer relaxante agitait l’air.

« Whoa. J’ai hâte d’aller dans l’eau. »

« Oui. Tu as raison, » dans le siège à côté de moi, il y avait Charlotte. Mais pendant toute la route, elle n’avait pas vraiment fait attention à ce que je disais. Même maintenant, elle n’arrêtait pas de fixer ses mains sur ses genoux.

« Aimes-tu tant que ça ce truc ? » demandai-je.

« Ah, oui. Je suppose que oui, » Charlotte avait gloussé.

J’avais acheté le bracelet pour elle en remerciement d’être allée faire du shopping avec moi et elle l’avait directement mis à son poignet gauche. Maintenant, elle n’arrêtait pas de regarder le bracelet d’argent qui entourait son poignet, avec un sourire qui semblait pouvoir éclater en un rire quant à un souvenir heureux à tout moment. Je me sentais un peu mal. Si j’avais su qu’elle serait si emballée, j’aurais peut-être choisi quelque chose de plus cher. Elle m’avait dit de « choisir ce qui lui irait bien », mais je n’étais toujours pas sûr d’avoir fait le bon choix.

« Ehehehe ~♪ ! » Wôw, elle était vraiment de bonne humeur.

« Tu es certainement de bonne humeur aujourd’hui, Charlotte, » de l’autre côté de l’allée, Cécilia étouffa un air renfrogné.

« Oui. C’est merveilleux. Désolée, » Charlotte avait encore gloussé. Même les accès de colère Cécilia ne pouvaient pas enlever le sourire de son visage. Wôw, c’était presque effrayant. Je suppose qu’elle avait vraiment hâte à l’océan. Ce n’est pas comme si je n’avais pas aussi hâte.

« C’est déjà injuste que vous soyez partis tous les deux seuls hier, mais est-ce aussi un cadeau ? » demanda Cécilia.

« Ahh… Eh bien, euh. Je t’apporterai peut-être quelque chose plus tard ? » On aurait dit que Cécilia voulait aussi un cadeau. Elle n’avait pas besoin de bouder comme ça.

« Me le promets-tu ? » demanda Cécilia.

« Bien sûr. Mais je ne peux rien te garantir de trop cher, » déclarai-je.

La promesse avait suffi pour m’assurer un « Très bien, je suppose que ça compense. » Pourtant, si je devais dépenser de l’argent comme ça, il faudrait que je trouve un autre emploi. Je n’avais aucun intérêt à brûler mes économies.

Étonnamment, Laura était assise tranquillement à côté de Cécilia. Elle avait l’air de ne pas se sentir bien, car elle n’arrêtait pas de jeter un coup d’œil autour d’elle bizarrement.

« Est-ce que ça va ? Tu agis comme ça depuis qu’on s’est rencontrés hier. Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« … »

« Hé, Laura. Heeeeeeeeeey. » Elle n’avait pas répondu du tout, alors je m’étais levé pour voir de plus près son visage.

« Hein !? Attends ! Ne t’approche pas si près, idiot ! » s’écria Laura.

« Oomph! » Elle m’avait repoussé par le nez en émettant un bruit étrange. Elle devait avoir un rhume ou de la fièvre ou quelque chose comme ça, car son visage commençait à rougir. Eh bien… Il n’y avait pas besoin de trop s’inquiéter pour elle, elle savait comment prendre soin d’elle-même. Comme Laura avait l’air d’aller bien, j’avais tourné mon attention vers Houki, qui était assise dans le siège derrière elle.

« Allons nager une fois là-bas. Tu es une grande nageuse, n’est-ce pas ? » demandai-je à Houki.

« Je-Je suppose. Bien sûr. J’allais souvent nager longtemps, » répondit-elle.

Hm ? Il se passait aussi quelque chose avec Houki. Elle semblait nerveuse, comme si elle ne pouvait pas se calmer pour une raison inconnue.

« Nous sommes sur le point d’arriver. Tout le monde, asseyez-vous. » Les ordres de Chifuyu avaient été exécutés immédiatement. Elle avait certainement un talent pour le commandement. Elle avait raison, elle aussi. Presque immédiatement après, notre autobus s’était garé devant le centre de villégiature où nous allions. Les étudiants de première année de l’Académie IS étaient sortis de nos quatre bus en file indienne.

*

« C’est Kagetsu-sou. Nous allons rester ici pour les trois prochains jours. Je ne veux pas que vous causiez d’ennuis au personnel, compris ? » déclara Chifuyu.

« Bonjour ! » Après que Chifuyu ait fini de parler, nous avions salué l’aubergiste. C’était une femme vêtue d’un kimono, son salut poli évoquait de nombreuses années de voyages de classe réussis ici.

« Bien sûr ! Nous espérons que vous apprécierez votre séjour. Vous semblez tous si énergiques cette année ! C’est merveilleux, » déclara la femme.

Elle avait l’air d’avoir la trentaine et d’avoir l’air d’une femme fiable qui travaillait dur. C’était peut-être juste à cause du sourire constant que son travail exigeait, mais elle semblait un peu jeune pour être l’aubergiste.

« Oh, et est-ce lui ? » Quand je l’avais regardée dans les yeux, elle avait demandé cela à Chifuyu.

« Bien sûr que si. Désolée de vous faire réarranger les bains pour un seul garçon, » déclara ma sœur.

« Non, ce n’est pas du tout un problème. Il a l’air d’être un si bon jeune homme. Si fiable, » déclara l’aubergiste.

« Et ne serait-ce pas merveilleux s’il l’était vraiment ? Dépêche-toi de dire bonjour, idiot. » Chifuyu fit un signe de tête péremptoire. Attends, je ne l’ai pas déjà fait ? Franchement…

« Je suis Ichika Orimura. Enchanté de vous rencontrer, » déclarai-je.

« Poli, aussi. Je suis Kiyosu Keiko. » Elle avait fait un autre salut. C’était tout aussi approprié et formel que le précédent. Cela me rendait nerveux, car je n’étais pas vraiment doué pour traiter avec les femmes adultes.

« Désolée de vous infliger mon petit frère inutile, » déclara ma sœur.

« Eh bien, Mlle Orimura ! Vous êtes si stricte avec lui, » déclara Kiyosu.

« J’ai appris à la dure. » Je ne pensais pas que c’était si grave, mais il y avait beaucoup de raisons pour lesquelles je ne pouvais pas vraiment discuter avec elle. Ahh, comme j’aimerais être adulte et hors de sa portée…

« Quoi qu’il en soit, tout le monde, laissez-moi vous montrer vos chambres. Si vous allez nager, nous avons une maison de plage séparée où vous pourrez vous changer. N’hésitez pas à vous en servir. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser à l’un de nos employés, » déclara l’aubergiste.

Avec un refrain de « oui », les filles s’étaient mises en route vers le centre de villégiature. On aurait dit que le plan était de déposer nos sacs d’abord. Oh, et le premier jour était complètement libre. On pouvait manger à la cuisine quand on le voulait.

« Hé ! Hé, Orimu ! » Personne ne m’appellerait comme ça à part Mlle Casual. Elle fit signe de la main et se dirigea vers moi avec la même lenteur que d’habitude. Elle avait l’expression de quelqu’un qui s’était probablement assoupi dans le bus. Il n’y avait pas de maquillage non plus. « Où est ta chambre, Orimu ? Tu n’étais pas sur la liste. Dis-moi ! Je veux traîner là-bas ! »

En l’entendant, les autres filles s’étaient rassemblées autour d’elle et l’avaient poussée à l’intérieur pour le découvrir par elles-mêmes. Pourquoi voulait-elle savoir quelle chambre était la mienne ? Il n’y avait rien d’intéressant là-dedans. Du moins, je ne le pensais pas.

« Honnêtement, je ne sais pas non plus. Peut-être qu’ils m’ont mis dans le couloir, » répondis-je.

« Hé, ça a l’air sympa. Je vais peut-être essayer aussi. Le sol est sûrement bien frais. »

C’était l’été, donc elle avait raison, ça pourrait être agréable. Non, probablement pas. De toute façon, comme ce serait une mauvaise chose si j’avais des filles qui dormaient ici, ma chambre était ailleurs. Du moins, c’est ce que Mme Yamada avait dit. Elle ne m’avait donné aucun autre détail.

« Orimura, ta chambre est par là. Suis-moi. » C’était Chifuyu qui m’appelait. Je ne pouvais pas la faire attendre, alors j’avais quitté Miss Casual avec un « On se parle plus tard ».

« Euh, Mlle Orimura ? Où est ma chambre ? »

« Tais-toi et suis-moi. » Je suppose que les questions sont interdites. Cependant, cet endroit était vraiment sympa et spacieux. Magnifique, aussi. C’était assez étonnant qu’ils aient trouvé un endroit qui pouvait convenir à toute la classe, mais c’était encore plus impressionnant que c’était un endroit qui combinait si bien l’ambiance traditionnelle et le confort moderne. C’était génial d’avoir l’air conditionné en bon état. Les couloirs étaient frais et confortables.

« Le voilà. Elle est là, » déclara ma sœur.

« Hein ? Mais c’est… »

Un panneau indiquant « Professeur » était accroché à la porte. Euh…

« On pensait t’avoir ta propre chambre, mais on n’avait aucune idée de la façon dont on allait éloigner les filles la nuit. » Chifuyu avait poussé un soupir. « Alors tu restes avec moi. Comme ça, elles n’auront pas la vie facile. »

« C’est vrai, mais…, » balbutiai-je.

Pas de cran, pas de gloire. Bien que je ne pense pas que quelqu’un aurait le cran de tout risquer pour moi.

« Je n’ai pas besoin de te le rappeler, mais au cas où je le ferais, je suis toujours professeur, » déclara ma sœur.

« Oui, Mlle Orimura, » répondis-je.

« Très bien, très bien. » Après ça, elle m’avait laissé entrer dans la pièce. Elle était assez grande pour une chambre pour deux personnes, et le mur extérieur était une large rangée de fenêtres. La vue était une belle étendue de mer. C’était orienté vers l’est, donc j’étais aussi sûr que le lever du soleil serait fantastique.

« Wôw, c’est incroyable, » déclarai-je.

Les toilettes et la baignoire étaient séparées. Même l’évier avait sa propre petite pièce. La baignoire spacieuse était assez grande pour qu’un homme puisse même étendre ses jambes.

« Si tu veux utiliser les bains principaux, tu as ta propre période à disposition. D’habitude, ils sont divisés en deux, mais nous ne sommes pas vraiment un groupe homogène. Il ne serait pas juste de tous les entasser juste pour toi, alors utilise si tu veux le temps qui t’est réservé. Si tu veux te baigner tôt le matin ou tard le soir, utilise celui qui se trouve ici. »

« Compris, » répondis-je.

Même quand nous étions seuls ensemble, Chifuyu était tellement concentrée sur son travail, mais elle était comme ça. Je l’aurais appelée Chifuyu plus tôt si elle ne me l’avait pas rappelé.

« Quoi qu’il en soit, le reste de la journée est libre. Laisse tes affaires ici et va faire ce que tu veux, » déclara ma sœur.

« Et vous, Mlle Orimura ? » demandai-je.

« Je dois rencontrer les autres profs, vérifier les choses, et tout ça. Mais —, » Chifuyu toussa, s’éclaircit la gorge. « Je suppose qu’une baignade rapide ne ferait de mal à personne. Après tout, j’ai le maillot de bain que mon frère a choisi à essayer. »

« Je vois. » J’avais donné une réponse désintéressée, mais mon cœur s’était un peu accéléré. J’étais vraiment content qu’elle ait accepté mon choix. Ça faisait combien de temps que je ne l’avais pas vue en maillot de bain ? Hmm…

Toc, toc, toc. Un coup de poing à la porte avait interrompu le fil de mes pensées.

« Avez-vous une minute, madame Orimura ? » Cette voix devait être Madame Yamada.

« Bien sûr, entrez. » En entendant la réponse, Madame Yamada avait ouvert la porte. Quand elle l’avait fait, elle m’avait fait face à face, juste en face de l’entrée.

« O-Orimura ! » s’exclama Madame Yamada.

« Vous n’avez pas besoin d’être si surprise… » On aurait dit qu’elle était là pour tout ce que les profs avaient à faire. Elle lisait de la paperasse en entrant dans la pièce. Ce n’est que quand elle avait levé les yeux qu’elle m’avait vu.

« D-Désolée. J’avais oublié qu’il était dans votre chambre, » déclara Yamada.

« Madame Yamada, n’était-ce pas votre idée au départ ? » demanda ma sœur.

« O-Oui. Oui, ça l’était. Je suis désolée ! » Mme Yamada s’écrasa sous le regard insistant de Chifuyu comme si c’était le regard d’un serpent prêt à frapper.

« Bref, Orimura, je dois aller travailler. Va trouver un autre endroit où aller, » déclara ma sœur.

« Oui. Je crois que je vais aller directement à l’océan, » répondis-je.

« Essaie de ne pas en faire trop. » J’avais accusé réception de son avertissement, et j’étais parti. Dans le sac à dos léger que j’avais sorti de mes bagages, il y avait mon maillot de bain, une serviette et une paire de sous-vêtements propres. Mettons le cap sur la mer, en avant toute !

***

infinite stratos tome 3 chapitre 2 partie 2

« … »

« … »

Houki et moi étions tombés l’un sur l’autre en allant à la maison sur la plage où nous pouvions nous changer. Il n’y avait rien d’étrange à cela. Surtout pas par rapport au spectacle qui nous avait accueillis peu après.

Au milieu du sentier se trouvait une paire d’oreilles de lapin. Pas les oreilles d’un vrai lapin. Des oreilles de lapin, le genre qu’une lapine porterait. Ils étaient blancs. Il y avait un signe qui disait. « Tirez-moi. »

« Hein, qu’est-ce que —, » demandai-je.

« Je ne sais pas. Ne me demande pas mon avis. Ce n’est pas mon problème, » répliqua Houki.

J’avais été rejeté avant même que la question ne sorte de ma bouche. Alors, cela devait absolument être elle. Quelqu’un avec un talent illimité, un génie parmi les génies. La femme qui prétendait faire 35 heures par jour. L’inventeur de l’IS, et la grande sœur de Houki. Ce devait n’être nul autre que Shinonono Tabane.

« Euh… Dois-je les tirer ? » demandai-je.

« Fais ce que tu veux. Je m’en fiche. » Houki s’était éloignée en suivant le chemin. Hmm, on aurait dit qu’elle n’avait toujours pas arrangé les choses avec Tabane. Laissé seul, j’avais haussé les épaules et j’avais donné une tape rapide aux oreilles.

Pop.

« Quoi !? » J’étais convaincu que Tabane elle-même se cachait sous eux, mais j’avais tort. J’y avais mis tant de force que j’étais tombé. « Oww… »

« Mais qu’est-ce que tu fais ? » demanda Cécilia.

« Oh, salut, Cécilia. Je viens de trouver une paire d’oreilles…, » commençai-je.

J’avais jeté mon regard dans la direction de sa voix. Malheureusement, comme j’étais encore par terre, cela signifiait que je regardais droit sous sa jupe.

« Ichika ! Qu’est-ce qui te prend ? » demanda Cécilia.

Remarquant ma ligne de vision, elle avait appuyé sur sa jupe tout en reculant. Elle était blanche, avec de la dentelle. Attends, quel genre d’idiot suis-je ? Pourquoi est-ce que je fais attention à ça ?

« Désolé. J’ai vu une paire d’oreilles de lapin, alors…, » commençai-je.

« Alors… Quoi ? » Cécilia avait riposté d’une voix incrédule. Mais pour le dire franchement, c’était logique. Si quelqu’un m’avait dit la même chose, je le regarderais comme… Comme s’ils venaient de faire surgir des oreilles de lapin sur sa tête. Oh, et les joues de Cécilia étaient rouges, en partie par embarras et en partie par colère.

« Non, je veux dire, Tabane est…, » commençai-je.

Fshoooom !

Hein ? On aurait dit que quelque chose descendait en piqué.

BA-BOOM ! Un objet volant non identifié avait percé le sol. Et, de toutes les choses, on aurait dit…

« Une… carotte ? »

Cécilia et moi avions tous les deux haletés. Elle n’avait même pas la forme d’une carotte normale, elle avait la forme du dessin mignon d’une carotte. Qu’est-ce qui se passait, bon sang !?

« Hahahaha ! Je n’arrive pas à croire que tu aies fait ça, Icky ! »

La carotte s’était fendue en deux, et précédée par son propre rire, la génie Shinonono Tabane mentionnée plus haut était sortie. Je doute qu’elle sache comment faire une entrée normale…

« Alors que je suis venue ici avec un missile, j’ai failli me faire descendre par un intercepteur ! On dirait que j’ai appris ma leçon à ce sujet. Argh, je ne peux cependant pas croire leur culot ! » s’écria Tabane.

Tabane portait une tenue bleue et blanche comme celui d’Alice dans « Alice au pays des merveilles ». Elle avait pris les oreilles de lapin dans ma main et les avait immédiatement placées sur sa tête. Alice au pays des merveilles dans une seule tenue… Son sens de la mode était plus impénétrable que jamais.

« Ça faisait longtemps, Tabane. »

« Oui. Ça fait une éternité. Sérieusement. Icky, tu as vu Houki ? Je pensais que tu étais justement avec elle. Elle devait aller pisser ou quoi ? »

« Euh… »

Houki était allée quelque part pour éviter Tabane, mais je ne pouvais pas lui dire exactement cela, alors je ne savais pas quoi dire.

« Je peux la trouver avec le détecteur que j’ai inventé, facile. À plus tard, Icky ! »

Tabane s’était enfuie. Wôw, elle était rapide. On aurait dit que le détecteur dont elle parlait était ces oreilles de lapin, et qu’elles se dressaient dans la direction où Houki était comme une canne de sourcier. Attends, était-ce comme ça que les radiesthésies fonctionnaient ?

« Ichika ? Qu’est-ce que c’était ? » demanda Cécilia.

« Tabane. La grande sœur de Houki, » répondis-je.

« Quoi ? Vraiment ? Est-ce le professeur Shinonono !? Celle qui a disparu et qui est traquée par plusieurs pays !? » demanda Cécilia.

« Oui, c’est bien cette Shinonono Tabane, » répondis-je.

Oh, et le but de ce voyage de classe au bord de la mer était de permettre l’exploitation sans restriction des IS dans une vaste zone. Ainsi arrivaient des montagnes de derniers modèles, adressées aux différents cadets nationaux. Cependant, comme bien sûr le pilotage par des étrangers n’était pas autorisé, il semblait qu’ils étaient livrés par des péniches de débarquement spéciales. Sauf, bien sûr, pour Tabane. Elle avait agi, au diable le règlement. De toute façon, qu’est-ce qu’elle cherchait vraiment ?

« Ah, eh bien. Elle voulait venir voir Houki à propos de quelque chose. Ça n’a rien à voir avec nous. Bref, j’allais vers l’océan. Et toi, qu’en penses-tu ? » demandai-je.

« Mais, bien sûr, je viens aussi. » Cécilia s’éclaircit la gorge. Essaie-t-elle d’imiter Chifuyu ? « Je ne peux pas vraiment mettre de l’huile solaire sur mon propre dos. Je suppose que je ne pourrais pas te demander de le faire pour moi ? »

« Hm ? Pourquoi ne pas demander à une amie de le faire ? » demandai-je.

« Eh bien, vraiment, si ça ne te dérange pas…, » déclara Cécilia.

N’était-elle pas gênée que je voie sa culotte ? Cécilia bougeait d’avant en arrière, essayant d’éviter le contact visuel.

« Hmm, pourquoi ne te le verserais-tu pas dans le dos à la place ? » demandai-je.

« Non merci ! » s’écria Cécilia.

Elle avait immédiatement refusé. C’était une blague, mais elle l’avait mal prise. C’était toujours effrayant d’essayer de plaisanter avec les filles.

« Je plaisantais, c’est tout. De toute façon, bien sûr, ce n’est pas grand-chose, » répondis-je.

« Vraiment ? Ne vas-tu pas changer d’avis plus tard ? » demanda Cécilia.

Wôw, était-elle vraiment si préoccupée par le fait de brûler ? Je ne l’avais presque jamais vue si enthousiaste à propos de quelque chose. Et j’étais là, sans m’embêter avec de la crème solaire.

« Bien sûr que non. Alors, à plus tard, » déclarai-je.

« Très bien, alors. À plus tard ! » Hochant la tête deux fois, elle s’était mise à courir vers la maison de la plage. Elle n’était pas aussi rapide que Tabane, mais elle était quand même assez rapide.

« Je devrais aussi y aller, » déclarai-je.

Il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’on m’ait demandé d’utiliser la cabine de changement la plus éloignée de la zone. Oh, et ils ne plaisantaient pas quand ils appelaient ça une maison sur la plage. Elle s’ouvrait sur le sable. Cela dit, la zone de changement la plus éloignée signifiait que je devais passer devant toutes les autres sur le chemin. Bien sûr, je n’étais pas capable de voir à l’intérieur, mais c’était quand même gênant d’entendre les voix aiguës derrière les rideaux.

« Wôw, Mika, tes seins sont si gros. Ont-ils grossi dernièrement ? »

« Argh ! Ne les touche pas ! »

« Tina, ton maillot de bain est si audacieux ! Je n’arrive pas à croire que tu portes ça en public. »

« Vraiment ? C’est à peu près normal en Amérique. »

Ah, les choses que vous entendez… Honnêtement, je ne pouvais pas vraiment le supporter. C’était un peu embarrassant, mais je ne savais pas trop pourquoi. En marchant rapidement, je m’étais dirigé vers la cabine de changement pour les garçons. L’habillement était rapide pour les hommes. Quand j’avais décidé de l’ordre dans lequel je devais faire mes exercices d’échauffement, j’avais fini. Grande mer bleue, me voilà !

« Oh, c’est Orimura ! »

« Ce n’est pas possible ! Déjà !? Mon maillot de bain n’est pas trop bizarre, n’est-ce pas ? Tout ira bien, n’est-ce pas ? »

« Oh, wôw ! Il a l’air en pleine forme ! Il est tellement énergique ! »

« Orimura ! On jouera au volley plus tard ! » m’avait crié une fille.

« Bien sûr, si j’ai le temps, » répondis-je.

À peine sorti de la cabane, j’étais tombé sur quelques filles qui devaient utiliser celle voisine. Leurs maillots de bain étaient tous mignons, bien qu’un peu maladroitement révélateurs. Éventuellement… J’avais fait mon premier pas sur le sable, et dans le même moment, le sable sur lequel le soleil de juillet martelait la plante de mes pieds…

« Oh, c’est chaud ! »

Cela faisait des années que je n’étais pas allé à la mer, et la sensation était nostalgique, voire agréable. Oui, ce ne serait pas la mer sans ça. Marchant à travers les dunes, j’avais avancé vers le bord de l’eau. La plage était déjà pleine de filles, certaines bronzant, d’autres jouant au volley-ball, d’autres encore nageant déjà. Leurs maillots de bain étaient un arc-en-ciel de couleurs et brillaient à leur façon plus intensément que le soleil de juillet.

« D’accord, c’est bon. » J’avais commencé à me réchauffer. Ça faisait si longtemps que je n’étais pas allé à la mer, ce serait dommage si j’avais eu une crampe à la jambe et que je me noyais. « D’accord, je dois étirer mes bras, mes jambes, mon dos ! »

« I-chi-ka ! »

Hein ? Attends… Quoi !?

« Pourquoi prends-tu ça si au sérieux ? Je veux dire, vraiment, des échauffements pour nager ? Vite, je veux aller dans l’eau ! » Rin s’était soudainement jetée sur moi. Que ce soit au collège ou même à l’école primaire, mettez-lui un maillot de bain et elle ferait ce genre de chose. Comme un chat. Oh, et son maillot de bain était un tankini sportif. Il avait des rayures orange et blanches, et le haut était coupé assez haut pour montrer son nombril.

« Allez, fais tes échauffements. Je ne veux pas que tu te noies, » déclarai-je.

« Je ne vais pas me noyer. Je pense que j’étais une sirène dans une vie antérieure, » répondit Rin.

Alors que je lui disais ça, elle était montée sur mes épaules. Sirène ? Plutôt un chat, ou peut-être un singe.

« Je suis si haute ! Je peux tout voir ! Tu fais une grande tour de guet, Ichika, » déclara Rin.

Il n’y a pas de quoi. Je pensais justement à la façon dont j’avais besoin d’un travail. Peut-être que ça pourrait marcher. Attends, pas comme ça !

« Tour de guet ? Même pas un sauveteur ? » demandai-je.

« Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? C’est utile, n’est-ce pas ? » répliqua Rin.

« Et alors qui va grimper sur moi tous les jours ? » demandai-je.

« Hmm… Moi ? » répondit Rin en riant. Ugh, qu’est-ce qui lui prend ?

« Ah, ahhh, ahhhh ! Mais qu’est-ce que tu fais ? » Cécilia était arrivée avec une question. Elle tenait un parasol et une serviette de plage, ainsi qu’une bouteille d’huile de bronzage. Son bikini était d’un bleu vif. Le sarong enroulé autour de ses hanches ajoutait une touche de classe. Honnêtement, elle ressemblait à un mannequin. L’accent mis par son maillot de bain sur ses seins enflés était plus provocateur que je ne le pensais, et j’avais du mal à établir un contact visuel.

« Montée sur ses épaules, duh. Ou si tu préfères, on joue à la tour de guet. »

« Je n’ai jamais entendu parler de ce jeu. »

« Qu’est-ce que ça pourrait être d’autre ? Je ne suis pas qualifié comme gilet de sauvetage. »

« Je… Je ne peux pas m’y opposer. »

« Genre, totalement. Si quelqu’un se noyait, j’essaierais de l’aider, mais… »

« Arrêtez de m’ignorer, vous deux ! »

Huh, ça avait fini par être une conversation complètement verticale. Oh, et pour ce qui était de savoir pourquoi j’étais d’accord que Rin se perche sur moi comme ça, je ne lui dirais jamais ça en face, mais c’était parce qu’elle n’avait pas de seins. De plus, elle le faisait depuis l’école primaire, alors j’y étais habitué.

« De toute façon ! Rin, descend de là ! » déclarai-je.

« Je ne veux pas. Je ne veux pas, » répliqua Rin.

« Pourquoi agis-tu comme une enfant ? » Cécilia avait planté son parasol dans le sable avec un crissement audible. Pas besoin d’être si bouillante Cécilia, à la place, laisse cela au soleil.

***

infinite stratos tome 3 chapitre 2 partie 3

« Qu’est-ce qu’il se passe ? Il y a eu une bagarre ou quoi ? »

« Hé, attendez ! Quelqu’un monte sur les épaules d’Ichika ! »

« Ooh ! J’aimerais que ce soit moi ! »

« Chacune son tour ! »

« Première arrivée, première servie ! »

Une foule de filles bavardant s’était rassemblée, sous l’impression erronée que je les porterais sur mes épaules. Oh, non… Ce n’était pas bon. Je ne pourrais pas en supporter autant. Ni physiquement, ni mentalement, ni en tant qu’homme.

« Rin. Peux-tu descendre avant que quelqu’un d’autre ne se fasse de fausses idées ? » demandai-je.

« Hmm. Je suppose que je dois le faire. » Rin sauta de mes épaules en bondissant vers l’avant avant d’atterrir sans problème. Elle était vraiment comme un chat.

« Ling ? N’était-ce pas juste contre les règles ? » Cécilia grinça des dents dans un sourire forcé. Elle devait être furieuse. Pendant ce temps, j’étais occupé à expliquer aux autres filles qu’elles ne pouvaient pas vraiment se relayer sur mes épaules. Tout était de la faute de Rin.

« Cécilia, n’étais-tu pas aussi là pour quelque chose ? Donc on devrait toutes avoir notre tour, non ? » demanda Rin.

« Non, je…, » balbutia Cécilia.

« Quoi, tu n’allais pas le faire ? OK, alors j’aimerais —, » commença Rin.

« Je voulais aussi quelque chose ! Ichika, dépêche-toi d’huiler mon corps ! » déclara Cécilia.

« EHHHH ? »

Juste au moment où je dissipais les idées fausses, Cécilia en avait de nouveau déclenché. Argh, pourquoi a-t-elle été si bruyante à ce sujet ?

« Je vais chercher l’huile de bronzage ! »

« Je vais chercher une serviette de plage ! »

« Et je vais chercher un parasol ! »

« Je vais rincer mon huile de bronzage ! »

Tu en portais déjà, pourquoi faire plus de travail pour moi ? Ah, merde, tu es déjà dans l’eau. Allez… De toute façon, le groupe qui s’était réuni à cause de Rin s’était dispersé à cause de Cécilia.

« Hmm. Si tu pouvais avoir la gentillesse de commencer. » Cécilia déballa et laissa tomber son sarong. D’une façon ou d’une autre, ça m’avait semblé extrêmement sexy, et mon cœur s’était mis à battre la chamade.

« Euh, juste ton dos, c’est ça ? » demandai-je.

« Si tu veux bien m’huiler l’avant, ça me va aussi, » déclara Cécilia.

« Juste ton dos. S’il te plaît, » déclarai-je.

« Très bien, alors. » Cécilia s’était soudain retournée pour détacher la ficelle qui tenait son bikini et s’était couchée en se couvrant les seins avec sa serviette de plage. « Vas-y. »

« Bien sûr que oui, » répondis-je.

Je m’étais retrouvé à regarder le dos nu de Cécilia, car son haut n’était retenu que par le poids de sa serviette qui se serrait contre sa poitrine. Des seins s’étaient serrés sous ses bras. C’était vraiment, vraiment sexy… C’était peut-être juste parce qu’elle était allongée, mais son derrière, déjà ferme et rond comme celui d’une femme, se levait aussi. Je ne m’en étais pas rendu compte plus tôt à cause de son sarong, mais ses fesses étaient aussi très peu profilées. J’avais involontairement dégluti en regardant ses jambes courbes.

« OK, je commence maintenant, » déclarai-je.

« Eek ! Ichika, fais-le en le réchauffant d’abord dans tes mains, » demanda Cécilia.

« Oh, d’accord. Désolé. Je n’ai jamais fait ça avant, » déclarai-je.

« Oh, je vois. Est-ce ta première fois ? Je suppose que c’est logique, » déclara Cécilia.

Pour une raison ou une autre, elle avait l’air heureuse de ça. Je devais imaginer des choses. Quoi qu’il en soit, j’avais laissé l’huile chauffer un peu dans mes paumes avant de l’utiliser. Après qu’elle me semblait moins froide, j’avais commencé à l’étaler sur le dos de Cécilia. Wôw, sa peau est si lisse. C’est vraiment agréable.

« Hmm… Ça fait du bien. Peux-tu descendre un peu plus bas ? » demanda Cécilia.

« Je croyais que tu voulais juste que je te fasse le dos, » déclarai-je.

« Tu as déjà commencé, alors tu peux aller partout où je ne peux pas aller ? Mes jambes aussi. Et mon derrière, » déclara Cécilia.

« Ton quoi…, » demandai-je.

Oh non. Ce n’était pas bon. Même si c’était parce que je la frottais avec de l’huile de bronzage, je ne pouvais pas toucher ses fesses.

« Ne t’inquiète pas, je vais t’enduire d’huile ! » déclara une autre voix.

« Eek ! Rin ? Qu’est-ce que tu fais ? C’est froid ! » s’écria Cécilia.

« Qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ? Tu bronzeras aussi bien de toute façon. C’est parti ! » déclara Rin.

« Ugh, ça suffit ! » Cécilia, en colère, s’était levée. Au même moment, le maillot de bain qu’elle avait détaché était tombé sur le sable.

« Ah… »

« KYAAAAAAAA ! » Cécilia avait à peine réussi à se couvrir, mais son visage et ses oreilles brûlaient encore d’un rouge vif.

« Ah, vraiment désolé, » déclara Rin.

« Et maintenant, tu t’excuses, Ling ? Je vais te le faire payer ! » s’écria Cécilia.

« Alors je m’enfuirai. Je te reverrais plus tard, » déclara Rin.

Gulp.

« Hé ! Ne m’implique pas là-dedans ! Argh, merde… Désolé, Cécilia ! Je n’ai rien vu, d’accord ? » J’avais plaidé coupable.

« Quoi —, » Cécilia brillait d’un rouge encore plus vif, mais incapable de bouger ses mains d’où elles étaient, elle s’était figée. Pendant ce temps, Rin m’emmena vers la mer.

« Whoa ! Rin, qu’est-ce que tu fais ? » demandai-je.

« On fait la course jusqu’à cette bouée, Ichika. Si je gagne, tu me dois un parfait du magasin. Prêt — vas-y ! » déclara Rin.

« Hé, ce n’est pas juste ! Attends ! » déclarai-je.

« Ahahahahaha. C’est de ta faute si tu ne fais pas attention ! » s’écria Rin.

Et c’est comme ça que j’avais été poussé à courir après Rin. Après tout, le parfait le moins cher dans le magasin était à 1 500 yens. Je ne pouvais littéralement pas me permettre de perdre.

 

◆◆◆

Désolée d’être si méchante, Cécilia, mais c’est mon tour. Rin pensa cela alors qu’elle courait avec Ichika. Le plan qu’elle avait élaboré le mois dernier, lorsqu’elle s’était réveillée tôt pour faire du porc aigre-doux, avait été un échec total. Elle ne s’attendait pas à ce que Houki et même Cécilia cuisinent aussi pour lui. C’était aussi un très bon plan. Quand elle y avait pensé, ça s’était passé comme ça :

[Ne réchauffe pas la part d’Ichika.]

[Attendons qu’il veuille du porc aigre-doux chaud.]

[« Je suppose qu’on va devoir partager. »]

[« Dit : “ahhh”. »]

Mais ça ne s’était pas bien passé du tout. Bien sûr, elle avait réussi à lui donner à manger le porc, mais c’était après que Houki ait pris son tour, donc c’était juste une pensée après coup. En même temps, elle ne s’achetait du riz que pour elle-même, en espérant quelque chose comme :

[« Puis-je aussi avoir du riz ? »]

[« Je suppose qu’on va devoir partager. »]

[« Dis : “ahhh.” »]

Mais comme Houki avait fait une boîte à lunch, cela aussi avait échoué. Ichika sait que si je porte un maillot de bain, je vais lui en mettre plein la vue. En même temps, cependant, son oubli des filles était un souci en soi. Ce n’est pas grave ! Personne d’autre n’a le cran de s’approcher autant de lui ! Bien que Cécilia ait été à deux doigts…

Rin repensa à ce qui s’était passé quelques instants auparavant. De l’huile de bronzage, hein… Ichika a l’air d’avoir réalisé qu’il se passait quelque chose. Je devrais peut-être lui demander de me faire le dos après ça. C’était peut-être l’idée de Cécilia en premier, mais il n’y avait aucune raison que ça ne puisse pas marcher pour elle. Mais il faudrait qu’il me touche. Ça ne me dérange pas de toucher les gens, mais être touché… C’est un peu gênant… Elle s’était cachée sous les vagues pour rafraîchir la rougeur rapide de son visage. Cependant, cela n’avait pas empêché son cœur de battre encore plus vite.

Ugh… Je parie que toutes les autres filles vont être aussi après lui… Son soupir remonta à la surface et fut emporté par les eaux. Reprends-toi, Huang Lingyin ! Tu es venue à l’Académie IS, tu ne peux pas abandonner maintenant ! Elle avait pris une grande respiration à la mesure qu’elle rassemblait sa nouvelle détermination. Cependant, elle était toujours sous l’eau. Ce qui s’était précipité dans sa bouche n’était pas de l’air frais, mais plutôt de l’eau de mer.

« Graaak ! »

Surprise, elle paniqua et glissa sous l’eau. Je suis sous l’eau ! Je dois remonter ! Mais elle ne pouvait pas dire de quel côté était le haut. Rin était en train de se noyer, mais un bras fort s’était enroulé autour d’elle et l’avait tirée en sécurité. Ichika… Ce doit être le bras d’Ichika… Soudain, elle s’était sentie soulagée. S’agrippant à ce bras musclé, elle avait flotté à la surface.

***

infinite stratos tome 3 chapitre 2 partie 4

« Rin ! Est-ce que ça va !? » demandai-je.

Rin avait craché de l’eau, « Je vais bien… »

« Bon sang, je te l’avais dit. Tu avais besoin de t’échauffer, » déclarai-je.

« Ce n’est pas le problème ! C’est de ta faute ! » s’écria Rin.

« Hein ? Quoi qu’il en soit, retournons à terre. Allez, viens, » déclarai-je.

Je ne comprenais pas vraiment ce qu’elle disait, mais ce serait mieux pour elle de retourner sur la terre ferme. J’avais tourné le dos à Rin.

« Quoi !? » s’exclama Rin.

« Monte dessus. Je vais te porter, » déclarai-je.

« C’est très bien. Je peux revenir seule, » déclara Rin.

Peu importe ce qu’elle disait, je ne pouvais pas laisser quelqu’un à moitié noyé derrière moi. Cette fois, j’avais insisté un peu plus fermement.

« Rin, » déclarai-je.

« Hmph. Bien…, » répondit-elle.

Cette fois, elle avait écouté. En ramassant sa forme délicate hors de l’eau, j’avais commencé à nager vers la terre ferme.

Il y a longtemps, Chifuyu m’avait appris à nager en portant quelqu’un. C’était difficile. Vous deviez tenir votre dos plus haut que vous ne le pensiez pour éviter qu’elle ne plonge sous l’eau.

« Frappe-moi sur l’épaule si tu as de l’eau dans la bouche. Si tu l’ouvres pour parler, tu vas te noyer, » déclarai-je.

« Hm. » Alors qu’elle répondait la bouche fermée, j’avais nagé vers le rivage. Aller trop vite serait dangereux, alors j’avais pris mon temps. « Euh, Ichika… »

« Tu avaleras plus d’eau si tu parles, » déclarai-je.

« C’est très bien. Bref, euh…, » elle avait parlé doucement, mais j’avais entendu son dernier mot aussi clair qu’une cloche. « Merci… »

Elle devait être gênée de parler à quelqu’un qui venait de la sauver de la noyade. J’avais répondu par un signe de tête et j’avais commencé à la porter sur la plage.

« Je vais bien. Je peux marcher le reste du chemin, » déclara Rin.

« Es-tu sûre de toi ? » demandai-je.

« Ouais. Allez, laisse-moi descendre, » déclara Rin.

Alors que je sortais des vagues, un groupe de filles s’était approché de moi. Rin se tortilla, peut-être par gêne d’avoir été vue alors qu’elle était portée par moi.

« D’accord, je vais te déposer. Vas-y doucement, cependant. Une chute ne serait pas bonne pour toi, même si tu étais un chat dans une vie antérieure, » répondis-je.

« J’étais une sirène, pas un chat…, » déclara Rin.

Bien sûr, peu importe. Je m’étais accroupi pour poser Rin au sol.

« Je crois que je vais m’asseoir un moment. » Rin trébucha vers la maison de la plage. Son visage était un peu rouge après les événements qui venaient de se produire. Je ne pouvais pas lui en vouloir de se sentir mal à l’aise après ce qu’elle avait dit tout à l’heure.

« Oh, Ichika. C’est là que tu es allé, » déclara une autre voix féminine.

En entendant mon nom, je m’étais retourné en m’attendant à voir Charlotte et — .

« Hein ? Qui est le fantôme à la serviette ? » C’était certainement un spectacle étrange. Qui que ce soit, elle était enveloppée dans des serviettes de bain depuis le haut de sa tête jusqu’en dessous de ses genoux. Qui cela peut-il bien être ?

« Allez, sors de là. C’est très bien, » déclarai-je.

« C’est moi qui déciderai quand ça ira… »

Hm ? Cette voix… Était-ce Laura ? D’habitude, elle était si sûre d’elle que j’avais du mal à croire que cette voix timide était la sienne. Charlotte, avec sa personnalité habituelle, essayait de convaincre Laura de quelque chose. Je n’avais pas la moindre idée de quoi.

« Allez, tu as fait tous ces efforts pour te changer en maillot de bain, et tu ne vas même pas le laisser le voir ? » demanda Charlotte.

« Attends ! Je ne suis pas encore prête…, » déclara l’autre fille.

« Bon sang. Tu n’arrêtes pas de dire ça, et tu t’es enveloppée comme une momie toute la journée. Je t’ai aidée, je ne sais pas pourquoi tu penses que tu devrais le lui cacher, » déclara Charlotte.

Au fait, Charlotte et Laura avaient fini dans la même pièce. Même si elles s’étaient battues avec acharnement lors de l’incident du mois dernier, elles s’entendaient bien comme colocataires. Peu importe, à quel point Laura était distante, je suppose qu’être avec une fille aussi positive et amicale que Charlotte l’avait un peu aidée.

« Quoi qu’il en soit, si tu veux rester ainsi, je vais peut-être aller traîner avec Ichika toute seule, » déclara Charlotte.

« Quoi !? » s’exclama Laura.

« Hm, ouais, ça a l’air d’être une bonne idée. Allons-y, Ichika. » Pendant qu’elle parlait, Charlotte m’avait pris la main. Les bras liés, elle avait commencé à me tirer vers l’eau.

« Attends. J’irai aussi, » déclara Laura.

« Habillée comme ça ? » demanda Charlotte.

« D’accord, d’accord, je vais les enlever ! » annonça Laura.

Un tas de serviettes tomba sur le sable et le corps en maillot de bain de Laura entra dans la lumière. Son maillot de bain était — .

« Vas-y, ris ! » déclara Laura.

— Noir, mais décoré de volants en dentelle. À première vue, on aurait dit de la lingerie sexy d’adulte. Ses cheveux, normalement laissés sans style, avaient été tirés vers le haut en queues de chaque côté de sa tête. Elle ressemblait presque à Rin de cette façon, mais plus important encore, elle était adorable. La voir nerveuse et tendue pour une fois l’avait juste renforcée.

« Il n’y a rien de bizarre là-dedans, pas vrai, Ichika ? » demanda Charlotte.

« Oh, bien sûr. J’ai été un peu surpris, mais je pense que ça lui va bien, » répondis-je.

« Qu — !? » Laura ne semblait pas s’attendre à cette réponse, et elle avait hésité un instant avant de devenir rouge. « Je n’ai pas besoin qu’on me mente. »

« Non, ce n’est pas que de la flatterie. Pas vrai, Charl ? » demandai-je.

« Ouais. Je lui ai dit aussi, mais elle ne veut pas le croire. Au fait, j’ai aidé Laura à se coiffer. Elle ne s’habille pas souvent, alors j’ai pensé que ce serait bien d’aller jusqu’au bout, » déclara Charlotte.

« Oh, vraiment ? Au fait, ton maillot de bain est aussi super, » déclarai-je à Charlotte.

« Oh, merci. » Charlotte avait tordu une mèche de cheveux autour de son doigt alors qu’elle acceptait les louanges. Le bracelet que je lui avais acheté hier brillait sur son poignet.

« Es-tu sûre que ça ne va pas s’endommager ? » demandai-je.

« C’est très bien. J’ai mis une couche protectrice dessus et je l’enlèverai tout de suite après. C’est un cadeau de ta part, après tout. » Charlotte répondit en souriant et en riant. Elle avait vraiment l’air d’aimer beaucoup.

« Ichika. »

« Hm ? »

La voix de Laura était plus claire qu’avant, comme si elle avait surmonté ses soucis.

« Ce n’est pas juste. Je… Je veux aussi un cadeau…, » déclara Laura.

Je m’attendais à ce que Cécilia soit jalouse, mais pas aussi Laura.

« Bien sûr, la prochaine fois que tu as quelque chose à fêter. Ton anniversaire, peut-être ? » demandai-je.

« Je vois. Alors j’attends quelque chose. Tu ferais mieux de ne pas oublier, » déclara Laura.

« D’accord. Mais ce ne sera pas trop cher. Je veux dire, je ne suis qu’un écolier, » répondis-je.

« Très bien. Trois mois de salaire, peut-être ? Mes coéquipières me disent que c’est la norme pour un cadeau de ce genre au Japon, » déclara Laura.

La fille avec toutes les idées fausses sur le Japon avait encore dû donner de mauvais conseils à Laura. Eh bien, « fausse » n’était pas le mot approprié, mais plutôt « inapproprié ».

« Y a-t-il quelque chose que tu veux ? Je ne te vois pas vraiment porter beaucoup de bijoux, » déclarai-je.

« Je suppose que oui. Je n’y suis pas particulièrement habituée. Mais… si c’est quelque chose que tu choisis, je pense que j’adorerais ça, » déclara Laura.

« Oh ? Hmm, je me demande ce qui marcherait le mieux ? Un collier, peut-être ? Ou bien ta coiffure laisse voir tes oreilles, les boucles d’oreilles seraient parfaites. Je pense qu’ils te rendraient encore plus mignonne, » déclarai-je.

« M-Mignonne !? » Sa nouvelle coiffure avait dû l’agiter. Elle entrelaça ses doigts de façon agitée.

« Orimura ! »

« Tu as promis de jouer au volley-ball ! »

« Super, je vais jouer avec Orimu ! »

Une fille des environs avait fait un geste de lancer un ballon. C’était celle à qui j’avais fait une promesse, à son amie et encore à Mlle Casual. J’avais réalisé que j’avais vraiment besoin de commencer à me souvenir des noms des gens.

« Là-bas ! Je passe à Orimura ! »

Elle avait donné une claque sur le ballon et me l’avait envoyée en volant. Je l’avais attrapée, et j’avais rapidement mis en place des équipes.

« D’accord, si Charl et Laura sont dans mon équipe, c’est un bon trois contre trois. Commençons tout de suite ! » déclarai-je.

Dès que je l’avais appelé, les deux filles avaient ouvert le filet pendant que Miss Casual traçait les lignes dans le sable. Wôw, elle était lente.

« D’accord, les règles de base. Pas de pointes deux fois de suite, dix points décident de la manche. »

« D’accord. Commence par servir. »

J’avais jeté le ballon de plage. La fille qui se préparait à servir avait une lueur dans l’œil. Je crois qu’elle s’appelle… Kushinada ?

« Hehehehe. Je vais te montrer pourquoi on m’appelle le Diable de Juillet ! »

Wôw ! Un service sautant tout de suite ! C’était rapide, et elle avait un bon angle d’attaque. Je ne pouvais rien faire.

« Je l’ai ! » cria Charlotte. Elle était vraiment l’as de la classe, à plus d’un titre. Je lui dirai ça plus tard.

« Wôw ! »

J’avais entendu un bruit sourd, puis Charlotte avait crié. En me retournant, j’avais vu que Laura, qui avait regardé dans l’air jusque-là, avait soudain poussé Charlotte hors du chemin pour rendre le service.

« Est-ce que ça va !? » demandai-je.

« Oww… Qu’est-ce que c’était, Laura ? » demanda Charlotte.

« Il… Il a dit que j’étais mignonne… Wôw…, » déclara Laura.

Au contact de nos yeux, son expression se vida et elle rougit. Puis, elle s’était enfuie comme un lapin effrayé.

« Euh… Hé, Laura ! Qu’est-ce que tu fais !? » lui avais-je crié, mais le temps que les mots sortent de ma bouche, elle était déjà à l’intérieur de la maison de plage. Moi, Charlotte et un trio, on était restés sans voix.

« Bien, bien, bien. On dirait que c’est Orimura le briseur de cœur en action. » Miss Casual avait brisé la glace. D’ailleurs, elle portait quelque chose qui était moins un maillot de bain et plus un costume de mascotte, cela couvrait tout son corps jusqu’à ses oreilles. Tabane et elle auraient probablement beaucoup de choses à se dire, sur le plan de la mode.

« Eh bien. Quoi qu’il en soit, continuons à jouer. On peut aller voir Laura plus tard, » déclarai-je.

« D’accord ! »

Ainsi s’était poursuivie une partie de volley-ball à deux contre trois, bien que Miss Casual ne soit pas vraiment compétente quand il s’agissait de volley-ball de plage.

« Là-bas ! »

Charlotte avait bougé avec agilité. En regardant du coin de l’œil, j’avais remarqué que ses seins rebondissaient en sautant. Merde ! Pourquoi n’ai-je jamais remarqué à quel point elle a des courbes ? Non ! Une fois que je l’avais vu, je ne pouvais pas l’ignorer. Les seins de l’autre équipe rebondissaient aussi chaque fois qu’elles sautaient.

« … »

« Qu’est-ce qui ne va pas, Ichika ? » demanda Charlotte.

« Non ! Euh, ce n’est rien ! Rien du tout ! » déclarai-je.

Comme je me demandais si elles m’avaient remarqué quand je la fixais, mon cœur avait presque bondi par ma gorge. En essayant de détourner l’attention, j’avais commencé à agiter les mains. En me regardant, Charlotte m’avait fait un sourire stupéfait.

« Hehe. Tu es si bête, Ichika, » déclara Charlotte.

« Eh bien, c’est l’été ! Il faut que je m’échauffe ! »

« C’était plutôt médiocre, même pour toi, » déclara Charlotte.

Elle ne supportait vraiment pas mes blagues dernièrement. C’était du genre « Je sais ce que tu penses, Ichika. ». J’avais l’impression de me faire gronder par un voisin quand j’étais petit. Plutôt embarrassant.

« C’est bientôt l’heure du déjeuner. Que fais-tu cet après-midi, Ichika ? » demanda Charlotte.

« Je veux nager un peu plus, mais c’est une mauvaise idée juste après le repas. Je crois que je vais me détendre un peu. »

« Oh ? Allons déjeuner, alors. Au fait, dans quelle chambre as-tu fini ? »

« Je veux aussi le savoir ! »

« Moi aussi ! »

« J’aimerais savoir où trouver un oreiller cool. » Le reste de l’équipe avait été confondu par celle de Mlle Casual.

« La chambre de Mlle Orimura, » répondis-je.

Aussitôt, leur excitation s’était transformée en glace, comme si la révélation soudaine de leur état d’esprit les avait fait dévier des rails.

« Ah, donc c’est dangereux de venir traîner. »

« C’est exact… Mais on peut encore te voir aux repas ! »

« Ouais ! Pas besoin d’aller visiter le repaire de la démone. »

« Et qui traitez-vous de démone ? » Son entrée sonnait comme un gong. Je n’étais même pas sûr que c’était mon imagination. Les trois filles s’étaient tordu le cou dans la terreur.

« M-Mlle… Orimura… »

« Ouaip. »

Ah. Elle portait le maillot de bain d’avant. Il était noir comme celui de Laura, mais il donnait une impression complètement différente, soulignant fièrement chaque courbe de son corps sous un soleil radieux. Honnêtement, si elle n’était pas ma sœur, mon cœur aurait sauté par ma bouche. Même la main sur sa hanche, habituellement si stricte, était apparue comme sexy. Entre ça et sa beauté de mannequin, les autres filles étaient complètement surclassées. C’était difficile à imaginer quand elles étaient retenues par un costume, mais maintenant, même une observatrice défavorable devrait admettre que ses seins étaient plus gros que la moyenne. Et ce maillot de bain avait été conçu pour attirer les yeux directement sur son décolleté et les garder piégés là.

« Arrête de regarder fixement, Ichika…, » déclara Charlotte.

« Charl !? Qu’est-ce que tu racontes ? » J’avais essayé d’en rire.

« Tu baves pratiquement, » déclara Charlotte.

Arh. Je ne pourrais pas vraiment discuter avec ça.

« Dépêche-toi d’aller déjeuner, » déclara ma sœur.

« Et vous, Mlle Orimura ? » demandai-je.

« Je vais profiter du peu de temps libre dont je dispose, » répondit-elle.

Elle avait raison. Les enseignantes n’avaient presque pas de temps libre, alors je ne voulais pas en gaspiller plus qu’il ne le fallait.

« D’accord, alors, on va aller déjeuner, » déclarai-je.

« Ne sois pas en retard pour revenir, » répliqua-t-elle.

« Oui, m’dame. »

Sur ce, nous avions quitté la plage. Il était midi passé, alors beaucoup d’autres étudiantes partaient aussi.

« Vous avez vu le maillot de bain de Mlle Orimura ? Ça avait l’air génial ! Elle a l’air si géniale dedans. »

« Je suis jalouse. »

« Continue d’être jalouse, parce que tu ne seras jamais comme ça. »

« Je ne le saurai pas avant d’avoir essayé ! »

Tout le monde était excité. Entendre les louanges d’un membre de sa famille, c’était comme être chatouillé, je ne savais pas si je devais rire ou être nerveux. Mais elles avaient raison. Ça lui allait bien sur elle. Elle avait l’air géniale. Comme un mannequin, non, mieux qu’un mannequin.

« Ichika, est-ce que Mlle Orimura est ton type ? » demanda Charlotte.

« Mon… Hein ? Pourquoi me demandes-tu ça tout d’un coup, Charl ? » demandai-je.

« Oh, aucune raison en particulier. Je pensais juste que tu la regardais différemment de nous, » répliqua Charlotte.

Qu’arrivait-il à Charl… En colère ? Mais pourquoi ?

« On dirait que j’ai beaucoup de rivales. Et pas faciles non plus. Surtout si Mlle Orimura est sur la liste, » déclara Charlotte.

Ouais, elle était vraiment dure. Le mois dernier, on l’avait vue bloquer une lame d’IS à mains nues. Quelle quantité de talent et de force faut-il pour cela ?

« Oui, elle est vraiment incroyable, » déclarai-je.

« Je ne suis pas sûre que tu aies compris ce que je voulais dire, Ichika, » déclara Charlotte.

« Hein ? Vraiment ? » demandai-je.

« Vraiment. À tous les coups. Soupir… Parfois, je pense que toi-même, tu es le plus difficile. »

Hein, vraiment ? Honnêtement, je préférerais ne pas m’entraîner avec elle si je pouvais l’éviter. On s’était déjà mis en équipe, alors elle connaissait tous mes tours.

« Eh bien, pas la peine d’y réfléchir trop sérieusement. Allez, Ichika. Allons-y ! » déclara Charlotte.

« Bien sûr, » déclarai-je.

Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, mais il me semblait que sa mauvaise humeur soit passée, alors qu’elle prenait ma main et me conduisait vers la maison de la plage pour nous changer. Bien sûr, je voulais nager à nouveau plus tard, mais qui irait déjeuner dans son maillot de bain ?

« Je me demande ce qu’il y a pour le déjeuner ? On est à l’océan, peut-être qu’on aura du sashimi, » déclarai-je.

« Sashimi ! Ça a l’air génial, j’adore quand c’est frais, » répliqua Charlotte.

On aurait dit que Charlotte s’intéressait vraiment à la culture japonaise. Si c’était Cécilia, elle se plaindrait qu’il était impensable de manger du poisson sans le cuire. Et Laura, d’un autre côté, irait « Ne vous inquiète pas. Je suis formée à la survie dans la jungle, je sais ce que je peux manger cru en toute sécurité ». Ce n’est pas comme ça, Laura. En parlant de ça… J’avais réalisé que je n’avais pas vu Houki de la matinée. N’était-elle pas allée à la plage ? C’est une grande nageuse, je me demande pourquoi elle ne l’avait pas fait. En y repensant, je m’étais séparé de Charlotte pour me rendre au stand de changement pour les garçons.

***

infinite stratos tome 3 chapitre 2 partie 5

En un rien de temps, il était sept heures et demie. Je dînais dans la salle de banquet, qui était composée de trois ailes séparées.

« C’est génial ! C’est génial qu’on ait du sashimi pour le déjeuner et le dîner. »

« Ouais. Ils n’épargnent aucune dépense à l’Académie IS. »

Charlotte, assise à ma droite, hocha la tête en parlant. Comme tout le monde ici, Charlotte portait un yukata. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, mais ça semblait être une règle de l’auberge.

« Les yukatas sont nécessaires pendant le dîner. »

N’est-ce pas l’inverse d’habitude ? Les étudiantes de première année, entassées en rangées droites, étaient toutes agenouillées, comme il se devait pour une salle de tatami. Chacune avait une petite table placée devant elle. Le menu était composé de sashimi, d’un simple hot pot et de deux salades de légumes sauvages différentes. Il y avait aussi de la soupe miso rouge de Dashi et un rapide pot-pourri de cornichons. Maintenant, tout cela pouvait sembler complètement moyen, mais le sashimi : c’était du poisson-limes. Il avait même laissé le foie dedans. Je n’arrivais pas à y croire. Ma langue baignait silencieusement dans sa sensation unique et son goût doux. Même le foie était tout simplement riche, plutôt que giboyeux. Je commençais à comprendre pourquoi il était devenu si populaire dernièrement.

« C’est vraiment bon. Il y a même du vrai wasabi. Je suis étonné qu’ils donnent ça aux lycéens, » avais-je dit à voix haute.

« Du vrai wasabi ? » demanda Charlotte.

« Oh, tu ne savais pas ? C’est le genre râpé directement à la racine, » déclarai-je.

« Hein ? Alors qu’est-ce qu’on a quand ils ont du sashimi au réfectoire de l’école ? » demanda Charlotte.

« Oh, c’est du wasabi préparé. Ce truc est normalement fait avec du raifort. Ils la teignent pour qu’elle ressemble à la vraie, » répondis-je.

« Hmm. Alors, c’est ça le vrai problème ? » demanda Charlotte.

« Ouais. Bien que le wasabi préparé soit aussi devenu assez bon ces derniers temps. Certains restaurants le mélangent même avec de la vraie nourriture, » déclarai-je.

« Hein. »

Elle avait pris une bouchée. Attends, Charl, tu as vraiment mangé tout ce tas de wasabi ?

« MMPH ! »

Oui, elle l’avait vraiment fait. Maintenant, elle se pinçait le nez alors que des larmes coulaient sur son visage. Je n’arrivais pas à croire qu’elle ait fait ça…

« Est-ce que ça va ? » demandai-je.

« Hm fnnh…, » alors qu’elle parlait d’une voix nasale, Charl essayait de garder un sourire détendu, mais ses larmes démentirent ses efforts. « C’est… C’est certainement savoureux… C’est délicieux… Enfin, je pense ? »

Parfois, elle en fait beaucoup trop.

« Argh… »

Oh, et Cécilia, assise à ma gauche, avait gémi comme ça pendant tout le repas. On aurait dit qu’elle n’avait pas du tout l’habitude de s’agenouiller. Elle avait à peine mangé sa nourriture.

« Ça va, Cécilia ? Tu n’as pas l’air bien, » déclarai-je.

« Je… Je vais parfaitement bien…, » répondit Cécilia.

Elle n’avait pas l’air bien. Était-ce si difficile pour elle de s’agenouiller ? Elle tremblait de plus en plus fort, mais quelque chose — peut-être sa fierté d’Anglaise — lui faisait encore prendre ses baguettes à la main.

« Je suppose… que je vais essayer…, » murmura Cécilia.

Ses lentes gorgées m’avaient clairement fait comprendre qu’elle avait des difficultés, même avec la soupe. En parlant de cela, puisque l’Académie IS acceptait des candidatures du monde entier, les étudiants et les professeurs qui m’entouraient étaient un groupe très diversifié. Même le mur de yukatas autour de moi avait été brisé par des cheveux blonds, des cheveux argentés, de la peau brune et des yeux bleus. J’avais presque l’impression de pouvoir faire un tour du monde sans quitter la pièce. Non, pas vraiment.

« C’est… C’est assez bon…, » déclara Cécilia.

Un sourire apparut lentement sur son visage. On aurait dit qu’elle se forçait.

« Tu n’as pas besoin de continuer à t’agenouiller, Cécilia. Pourquoi ne vas-tu pas à une table ? Beaucoup d’autres filles de notre classe l’ont fait. Il n’y a pas de quoi être gêné, » déclarai-je.

Comme il y avait tant de nationalités, de races et de religions représentées, ils avaient pensé fournir une salle attenante avec des tables pour ceux qui avaient de la difficulté à manger à genoux. Les petites tables que nous avions également séparées en un cadre et un plateau de service, de sorte que tous ceux qui voulaient se déplacer pouvaient simplement apporter leur nourriture.

« Je vais endurer. Ce n’est rien comparé à ce que j’ai enduré pour mettre la main sur cette place, » déclara Cécilia.

Hm ? Qu’entendait-elle par « mettre la main sur cette place » ? Je croyais qu’on s’asseyait dans l’ordre où on entrait. Est-ce que j’avais tort ?

« Ichika, il y a des choses auxquelles les filles doivent faire face, » déclara Cécilia.

« Vraiment ? » demandai-je.

« Vraiment, » déclara-t-elle.

Je suppose qu’elle avait raison. En parlant de ça, où était Houki ? Oh, elle était là, assise au bout de la rangée suivante. On pouvait dire qu’elle avait été élevée dans un dojo en voyant à quel point elle tenait son dos droit, même en mangeant à genoux. Elle avait une conversation animée avec ses camarades de classe et elle ne m’avait pas remarqué alors que j’étais en train de la regarder. Ce n’était pas vraiment surprenant qu’elle soit superbe dans un yukata. Est-ce ce qu’ils voulaient dire quand ils avaient parlé de la fleur de la féminité japonaise ?

« Oh, Orimura ! Hé ! »

La fille à côté de Houki m’avait remarqué et m’avait fait signe de la main. Aussitôt, l’expression de Houki passa du plaisir à un éclat d’acier dans ma direction. Je voyais bien qu’elle voulait crier : « Arrête de fixer les filles, espèce d’enfoiré ! » J’avais fait un signe de la main, et j’étais retourné à mon dîner. Elles auraient sûrement du mal à manger si je les fixais.

Et où est passée Tabane ? Après toute la fanfare de son entrée, elle avait complètement disparu. Je ne comprenais toujours pas vraiment ce qui lui passait par la tête.

« Ughhhh…, » murmura Cécilia.

Et puis il y avait eu Cécilia. On aurait dit qu’elle ne supportait pas de s’agenouiller. Elle avait juste fait tomber son sashimi deux fois.

« Cécilia ? » demandai-je.

« Je ne vais pas bouger, » répondit Cécilia.

Elle m’avait rejeté avant même que j’aie pu demander.

« Mais tu n’arrives pas à saisir la nourriture. Veux-tu que je te nourrisse ? Je l’ai fait pour Charl avant…, » déclarai-je.

« Ichika ! » cria Charlotte.

« D-Désolé…, » déclarai-je.

Oups, je l’avais laissé filer. Ça devait quand même être gênant pour elle d’avoir été nourrie parce qu’elle ne pouvait pas utiliser de baguettes. Je m’étais vite couvert la bouche et je m’étais excusé.

« Est-ce vrai, Ichika !? » demanda Cécilia.

Wôw, Cécilia semblait vraiment intéressée. Comment pourrais-je changer de sujet ?

« Charl était malade ce jour-là, et -, » commençai-je à expliquer.

« Je me fiche de ce que tu as fait ou pas pour Charlotte ! J-Juste… Vas-tu vraiment me nourrir ? » demanda Cécilia.

« Euh, bien sûr, ça ne me dérange pas. Sinon le temps que tes jambes se calment, ta nourriture serait probablement froide. Et le sashimi de poisson-lime. Ce serait dommage de le laisser se ratatiner, » déclarai-je.

« Ah, bien sûr ! Oui, oui, oui ! Laisser gâcher un repas aussi délicieux serait une insulte pour le chef ! » déclara Cécilia.

C’était tout à fait vrai. Vous ne pouviez pas tenir pour acquis que quelqu’un serait là à cuisiner pour vous. Si vous oubliez d’être reconnaissant, vous n’êtes même pas humain.

« Très bien, alors. Pouvons-nous commencer ? » Cécilia m’avait tendu ses baguettes en parlant. Je les avais pris et j’avais immédiatement pris un morceau de sashimi.

« Est-ce que tu aimes le wasabi, Cécilia ? » demandai-je.

« Je suppose que si c’est un peu…, » répondit-elle.

Pas très bien, alors. C’était dommage, mais c’était correct.

« Et voilà, c’est parti, » déclarai-je.

« D’accord. Ahh…, » murmura-t-elle.

Mais au moment où elle était sur le point de mordre dedans, les ennuis avaient commencé.

« Hé ! Hé, attends ! Ce n’est pas juste, Cécilia ! Qu’est-ce que tu fais !? »

« Elle se fait nourrir par Orimura ! Quelle tricheuse ! »

« Ce n’est pas juste ! C’est un sale tour ! Quelle coquine ! »

On dirait que les autres filles nous avaient vus. Cependant, je n’aurais pas dû être surpris par ça. Ce n’était pas comme si c’était si dur, nous étions tous assis en rangées droites.

« C’est tout à fait juste ! C’est simplement un privilège d’être assise à ses côtés. »

« C’est exactement ce qui n’est pas juste ! »

« Orimura, nourris-moi aussi ! »

Soudain, j’avais failli être écrasé par une avalanche de filles qui saisissaient l’occasion de l’expérimenter par elles-mêmes. Elles devaient agir plus calmement. C’était assez évident qu’elles pouvaient toutes manger toutes seules.

« Vite ! Vite ! »

« Ahh ! »

Les filles s’entassaient plus loin. C’était quoi, des petits oiseaux ?

« Ne pouvez-vous pas vous calmer quand vous mangez ? » Une voix avait retenti et la pièce s’était figée.

« Mme Orimura… »

« On dirait que vous avez tous beaucoup d’énergie en trop. Très bien. Comment est le bruit d’une course après le dîner sur la plage ? Allons-y pour une distance de, hmm… cinquante kilomètres semblent à peu près juste, » déclara ma sœur.

« Oh, non, non, non ! C’est très bien ! On va se taire maintenant ! »

Les filles s’étaient précipitées sur leurs sièges. Après les avoir regardés, Chifuyu s’était tournée vers moi.

« Orimura, il faut que tu commences à produire moins d’ennuis. C’est pénible de nettoyer après toi, » déclara ma sœur.

« Compris, » déclarai-je.

Était-ce vraiment ma faute ? Je suppose que oui.

« Donc, euh, Cécilia. Je suis désolé, mais -, » commençai-je.

« … »

Son visage avait la moue la plus boudeuse que j’aie jamais vue. Si vous frappiez pour produire le son que vous l’imaginiez faire, vous devriez mettre au moins quatre tildes à la fin.

« Euh, ah…, » balbutiai-je.

« Non, non, non, je comprends. Tu apprécies beaucoup l’opinion de ta sœur, » balbutia Cécilia.

Soupir. On dirait qu’elle était en colère.

« Je me rattraperai, Cécilia. Viens dans ma chambre plus tard, » alors que je l’avais presque murmuré, Cécilia avait cligné des yeux dans la confusion.

« Ta chambre ? » Soudain, elle me serra la main entre les siennes et me murmura intensément en retour. « Bien sûr ! Je comprends ! Donne-moi simplement un peu de temps pour me préparer ! »

Préparer ? Préparer à quoi ? Tandis que je me demandais ce qu’elle voulait dire, Cécilia semblait renaître à la vie alors qu’elle dévorait son repas. Je suppose qu’elle s’était habituée à s’agenouiller. C’était sympa, au moins.

« Ah, c’est si merveilleux ! » déclara Cécilia.

Elle était surexcitée à propos de quelque chose. Et, je pouvais dire que c’était de la bonne nourriture. J’avais compris d’où elle venait. C’était quoi les assaisonnements dans ce hot pot ? Gingembre, poivre du Japon et… Hmm. Je n’avais pas tout à fait compris. Il avait une saveur riche et profonde, si délicieuse qu’elle m’avait rendu curieux. Je crois que je devenais de plus en plus comme un homme à la maison à mesure que le temps passait. Alors que j’avais analysé les ingrédients, avant de m’en rendre compte, j’avais mangé jusqu’à ce que j’aie l’estomac plein.

***

infinite stratos tome 3 chapitre 2 partie 6

« Ahh, ça a frappé juste. »

Après avoir mangé, j’étais allé à la source chaude. C’était incroyablement luxueux. J’étais de bonne humeur en rentrant dans ma chambre, après avoir pris un bain en plein air qui donnait sur la mer pour moi tout seul. Ah, je suppose que Chifuyu est aussi allée se baigner ? Elle n’était pas dans la pièce, donc c’était probablement une supposition sûre. En parlant du diable. Ou démone, selon le cas…

« Aww, tu es seule ? Tu vas m’ennuyer à mourir si tu n’essaies pas de faire entrer au moins une fille ici, » m’avait-elle déclaré en rentrant dans la pièce.

« Je te l’ai dit… Oh, laisse tomber. Oublie ça, » lui avais-je dit.

Cette chambre était encore celle de Mlle Orimura. Elle aurait pu me rattraper plus tard si j’avais essayé quelque chose d’indécent. Oh, et on aurait dit qu’elle avait été aux sources chaudes, car ses cheveux étaient encore humides. Même si c’était ma sœur, voir des cheveux noirs brillants comme ça accélérait mon pouls.

« Hé, Chifuyu. »

Clac. Une frappe de la main avait touché le sommet de ma tête.

« Appelez-moi Mme Orimura. »

« Allez, c’est bon. Il n’y a que nous deux, et on vient juste de sortir du bain, et d’ailleurs, ça fait une éternité —, » déclarai-je.

 

◆◆◆

« Hm-hmhmhm~♪ »

Cécilia fredonnait joyeusement en s’habillant, après un bain et une douche relaxants après le dîner. Elle remettait le yukata du centre de villégiature, mais en dessous, il y avait un autre ensemble de sous-vêtements. Eh bien, ça n’a certainement pas fait de mal d’être préparé ! Un sourire confiant se répandit sur son visage alors qu’elle pensait cela. Les camarades de classe de Cécilia, cependant, n’avaient pas pu s’empêcher de remarquer sa confiance et son enthousiasme.

« S’est-il passé quelque chose de bien, Cécilia ? »

« Oh, rien ! » répondit Cécilia.

« C’est… ça ne ressemble pas à rien. »

« Oh, est-ce vrai ? » répondit-elle en riant. « Très bien, peu importe. Cependant, quelle déception lors de ce voyage ! Je suis venue pour m’amuser avec Orimura, mais il reste avec la démone, alors… »

Les filles environnantes acquiescèrent d’un signe de tête de déception partagée.

D’ailleurs, les suites du centre de villégiature avaient été aménagées avec des jeux allant des jeux de cartes à Uno, à des jeux de société, et même ce que chaque garçon — ou dans ce cas-ci, chaque fille — voulait une excuse pour jouer : twister. Certaines choses n’avaient pas changé, même au 21e siècle. Non pas que j’ai besoin de perdre mon temps à jouer ce soir. Cécilia avait continué à fredonner en vaporisant un léger parfum. Ses beaux cheveux, et tout son corps étaient au moins 20 % plus beaux que la normale.

« Ooh ! Celle-ci porte sa culotte d’adulte ! »

Mlle Casual avait peut-être passé la majeure partie de son temps les yeux à moitié fermés, mais cela n’avait clairement rien fait pour atténuer sa perspicacité. En entendant ces paroles, même Cécilia ne pouvait s’empêcher de hurler nerveusement. Après tout…

« Oh, vraiment ? Laisse-moi voir ! »

« Enlève-le ! Enlève tout ! »

« Eek ! Arrête, ne tire pas ! »

Le vieil adage disait que « trois femmes font un marché », donc une suite avec neuf filles était pratiquement une salle de vente aux enchères, surtout avec toute l’énergie refoulée et le temps libre qu’il restait, car Ichika n’avait pas joué avec elle. Cécilia ne savait que trop bien à quel point elles étaient motivées et prêtes à sauter sur n’importe quelle distraction.

« Oh wôw ! C’est trop sexy ! »

« Sale, sale, sale ! »

« Pourquoi portes-tu ta culotte sexy, au fait ? Ce n’est pas comme si tu allais aller voir Orimura. »

« Bien, bien, bien. La petite Cécilia a grandi pour son âge. »

Chaque fille avait son propre point de vue, mais elles avaient fini par se mettre d’accord sur une opinion commune.

« Cécilia, tu es si méchante ! »

« Je ne suis certainement pas “méchante” ! Ce… C’est exactement ce à quoi ressemble la lingerie de qualité ! » Cécilia avait rougi et remplaça de nouveau son yukata en tirant dessus, priant dans son cœur que personne ne se rende compte qu’elle avait été invitée seule dans la chambre d’Ichika.

« Mais tu as pris ton temps pour manger. »

Twitch.

« Tu t’es douchée après, et tu t’es même maquillée à nouveau. »

Twitch, twitch, twitch.

« Es-tu sûre que tu ne manigances rien ? »

« Je ne le fais pas du tout ! C’est tout simplement comme ça que n’importe quelle femme devrait prendre soin d’elle-même. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, j’ai un engagement fait au préalable ! » déclara Cécilia.

Elle se tenait debout alors qu’elle tentait de couper la ligne de conversation. Une fois que j’aurai franchi cette porte, cela sera vraiment bon ! C’est du moins ce qu’elle pensait, mais…

Renifle, renifle.

« Ce n’est pas ton parfum habituel. C’est Leliel n° 6 ? Wôw, c’est vraiment de la bonne came ! » Pendant qu’elles entendaient Mlle Casual parler, les visages des autres filles se tordirent. C’était terminé. Avant même qu’elle ne s’en rende compte. Les autres filles s’étaient déjà accrochées.

« Leliel n°6 ? J’ai entendu dire que ça coûtait des dizaines de milliers de yens par pulvérisation ! »

« Ce n’est pas celui qu’ils ne font que quelques centaines de bouteilles par an ? Et chacun a un numéro de série ? »

« Tu en as vraiment un ? Laisse-moi-le voir ! »

« Ça ne me dérange pas de vous montrer, mais peut-être qu’on pourrait le garder pour…, » commença Cécilia.

« Ce n’est pas possible ! » Cécilia soupira intérieurement quand les autres filles s’agrippèrent à ses bras. C’était une prise ferme, une prise qu’elle était sûre qu’elle ne déferait pas facilement.

« Où as-tu eu ça !? J’ai entendu dire qu’on ne peut même pas entrer dans un magasin et l’acheter ! »

« Un parent a une connaissance chez Leliel. »

« Wôw ! Tu es vraiment plein aux as ! »

« Ce n’est pas tant moi que ma famille. »

« Laisse-moi-le sentir ! »

« Ça ne me dérange même pas si vous l’essayez, mais je dois vraiment y aller maintenant, » déclara Cécilia.

« Ce n’est pas possible ! » Cécilia soupira à l’intérieur, alors que le cycle recommençait.

« Mais c’est un tel gâchis ! »

« Tu l’as déjà mis, on va te renifler ! »

« Sniff ! Sniff ! »

Les filles écartèrent les bras en avançant. Cécilia, se rendant compte des ennuis qu’elle avait, avait fait marche arrière et avait rapidement trouvé un mur.

« Hehehehe. Tu ne t’échapperas pas. »

« Maintenant, allonge-toi et laisse-nous te renifler ! »

« Ça va être amusant ! »

Pas à pas, les filles se rapprochèrent, leurs yeux brillaient d’une étrange lumière.

« N-NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON ! »

◆◆◆

« Argh, c’était terrible… »

Cécilia, pomponnée à fond, trébucha dans le couloir sans un instant pour reprendre son souffle. Mais maintenant, je peux aller dans la chambre d’Ichika — cette simple pensée avait fait baisser ses épaules en raison de l’épuisement et la frustration. En moins de 10 secondes, ses vêtements avaient été replacés correctement. Je devrais aussi me racler la gorge. Mhm ! Sa béatitude se reflétait dans la finesse de sa marche, alors qu’elle s’apprêtait à sauter dans le couloir jusqu’à sa destination. Mais…

« … »

« … »

Deux filles se tenaient près de la porte de la chambre.

« Ling ? Et Houki ? Que font-elles… ? » murmura Cécilia.

« Chut ! » Ling étouffa rapidement Cécilia. Tandis qu’elle se tenait dans la confusion près de la porte, elle avait entendu des voix de l’intérieur.

« On ne l’a pas fait depuis si longtemps. Es-tu nerveuse ? »

« Bien sûr que non, imbécile ! S-Soit un peu plus doux… »

« D’accord. Pourquoi pas… ici ? »

« Ah ! N’attends, non, pas — . »

« Ça va bientôt faire du bien. Ça fait si longtemps qu’on n’a pas fait ça depuis la dernière fois. »

« Ahhn ! »

« Tout ce qu’ils peuvent…, » les lèvres de Cécilia tremblèrent lorsqu’elle les força à sourire et demanda. Mais on ne lui avait répondu que par le silence.

« … »

Ling et Houki avaient des regards vides. Les regards de ceux qui avaient été complètement vidés.

*

« Maintenant, je vais — . »

« Attends, Ichika. »

Leurs voix s’étaient coupées au fur et à mesure que le trio pressait leur oreille vers la porte avec une curiosité avide…

Bam !

« BWAH ! » La porte s’était ouverte. Dès qu’elle avait été poussée, trois adolescentes avaient crié à l’unisson.

« Qu’est-ce que vous faites, bande d’idiotes ? »

« Aha… Hahahaha… »

« Bonsoir, Mme Orimura… »

« Bonne nuit, Mlle Orimura ! »

Elles s’enfuirent comme des lièvres, mais furent prises presque immédiatement, Ling et Houki par le cou, Cécilia par un pied bien placé sur l’ourlet de son yukata. Elles n’étaient pas à la hauteur de Chifuyu dans les combats d’IS, et encore moins à pied.

« Écouter est une mauvaise habitude, mais vous tombez bien. Entrez, » déclara Chifuyu.

« EHHH ? »

Leurs oreilles s’étaient relevées face à l’invitation inattendue.

« Oh, mais d’abord, appelez les deux autres Bodewig et Dunois. »

« Oui, madame. Oui, madame. » Ling et Houki, maintenant libérées, s’étaient précipitées pour les retrouver. Cécilia, quant à elle, avait ajusté son col en entrant dans la pièce.

« Oh, salut, Cécilia. Je me demandais quand tu arriverais. Commençons tout de suite ! » déclara Ichika.

Ichika tapota le lit pendant qu’il invitait Cécilia à entrer. Cécilia, choquée par l’invitation nonchalante et directe, rougit.

« Euh, euh, ta sœur est là, donc je ne suis pas sûre —, » répondit Cécilia.

« Hein ? Non, ce n’est pas grave. J’ai déjà commencé à m’échauffer, allons-y, » déclara Ichika.

« Je, euh, je veux dire, l’atmosphère n’est pas tout à fait…, » balbutia Cécilia.

« Hein… ? »

Ichika, ne comprenant pas ce que Cécilia ne pouvait pas se résoudre à dire, fit simplement un visage étrange et tapota à nouveau le lit. Nerveuse, elle jeta un coup d’œil sur Chifuyu, qui se retourna silencieusement comme pour dire. « Ne vous occupez pas de moi, allez-y. » Eh bien, je dois quand même faire attention à vous ! Pourtant, cela ne menait nulle part. Et comme Chifuyu avait appelé Charlotte et Laura, les choses seraient encore pires si elle attendait. Argh… Je suppose qu’une fille a besoin de détermination ! Hurlant dans son cœur, elle s’allongea, à moitié par désespoir. Les battements de son cœur avaient failli lui ouvrir la poitrine. Elle avait gardé ses yeux fermés alors que son esprit tourbillonnait entre l’anticipation et la peur.

« … »

Mais, il ne s’était rien passé. Surprise, elle ouvrit l’œil gauche juste pour jeter un coup d’œil, et Ichika parla. « Cécilia, je ne peux pas faire ça si tu ne t’allonges pas sur le ventre. »

« Hein ? Hein ? Sur mon ventre ? » demanda Cécilia.

« Ouais, » répondit Ichika.

« Je-Je vois…, » Cécilia avait été momentanément découragée, car ce n’était certainement pas ce qu’elle avait lu, mais elle avait vite compris que c’était peut-être comme ça qu’on faisait au Japon.

« Quoi qu’il en soit, j’y vais, » déclara Ichika.

« Oui ! Oh, oui, oui ! » répondit Cécilia.

Elle était allée trop loin pour considérer sa réponse, et encore moins pour en être gênée. Attendant la sensation d’une main sur son dos, le cœur de Cécilia battait de plus en plus vite vers ses limites. Et puis — .

« D’accord…, » déclara Ichika.

Pousssééeeeeeeeeeeee.

« Oww ! Ichika ! Qu’est-ce que tu… Ah ! » s’écria Cécilia.

« Comment ça ? C’est du shiatsu, » déclara Ichika.

« Shiatsu ? » demanda Cécilia.

« Ouais. Pour ton dos, » répondit Ichika.

« M-Mon dos… » Cécilia ne faisait que répéter les paroles d’Ichika. « Ah, Ichika ? Est-ce pour ça que tu m’as invitée dans ta chambre ? »

« Oui. J’ai pensé à te faire un massage. Et tu es dans l’une des suites, c’est ça ? Je ne pensais pas que tu pourrais te détendre là-bas, alors je t’ai invitée ici, » répondit Ichika.

*

Un corbeau cria. Au fond de son cœur, Cécilia pleurait.

*

***

infinite stratos tome 3 chapitre 2 partie 7

« Comme c’est gênant…, » murmura Cécilia.

« Hein ? Qu’est-ce qu’il y a ? Cela fait-il si mal que ça ? » demanda Ichika.

« Extrêmement. Comme si j’allais mourir, » déclara Cécilia.

« Oh, oups. Je suis désolé. Je serai plus doux, » déclara Ichika.

« Cela n’a plus d’importance…, » déclara Cécilia.

Cécilia poussa un soupir profond, plus profond que la nuit la plus sombre. Parallèlement, son visage s’était tordu en un mélange d’épuisement et de désespoir, de résignation et d’autodérision, comme si son âme essayait de sortir de son corps. Pourtant, avec le début du massage, son confort et la possibilité de parler avec Ichika lui avaient redonné le moral.

« Est-ce à peu près ça ? » demanda Ichika.

« Oui… Ça fait du bien…, » déclara Cécilia.

Les pouces d’Ichika travaillaient les points de pression le long de sa colonne vertébrale.

« Cependant, ton dos est si raide. Qu’est-ce que tu t’es fait ? » demanda Ichika.

« Hm. Je suis un peu violoniste. Ah, attends, ça fait un peu mal, » déclara Cécilia.

« Oh, désolé. Je devrais alors essayer autre chose que du shiatsu, » déclara Ichika.

Elle sentit ses pouces se retirer, pour être remplacés par le poids du talon de sa paume. Le poids du massage étalé, plutôt que concentré, l’avait détendue. Bientôt, cela devint agréablement vivifiant, et elle poussa sans réfléchir un gémissement de plaisir.

« Ahh — Ichika, tu es très doué pour ça…, » déclara Cécilia.

« J’ai toujours fait des massages à ma sœur, » déclara Ichika.

« Et avec les filles… ? » demanda Cécilia.

Sa voix, bien que condamnant, était assez calme pour qu’Ichika ne l’entende pas. Peut-être, à cause de l’agréable sensation du massage, n’avait-elle pas de réelle colère. C’était plutôt la taquinerie typique d’une amie proche, qui espérait se faire plaisir.

« Très bien, maintenant je vais travailler directement ta colonne vertébrale, » déclara Ichika.

« Oui… Vas-y…, » déclara Cécilia.

Sa bonne humeur et le confort du massage avaient vite à moitié endormi Cécilia. Elle s’était détendue, en rêvassant.

« Y a-t-il un endroit où tu veux que je masse plus fortement ? » demanda Ichika.

« Pourquoi ? Fais-là où tu as besoin de le faire, » répondit Cécilia.

« D’accord, c’est bon. Je vais d’abord essayer ici, » déclara Ichika.

Ichika pressa, fermement, mais doucement, avec la paume de ses mains. Il n’avait pas seulement appuyé sur Cécilia, il l’avait aussi poussée vers l’intérieur, ce qui avait non seulement détendu ses muscles, mais l’avait aussi emportée dans le sommeil. Comme il l’avait dit lui-même, « Un bon massage fatigue. C’est génial si tu peux t’endormir pendant ce temps, ça t’enlèvera l’épuisement. » Et il n’avait pas tort. Un « massage » douloureux pouvait aussi bien être une torture. Un vrai massage, c’était autant de la détente que des nœuds de travail. Il tonifiait le corps et l’âme.

Mmm… J’ai vraiment sommeil… Plus elle laissait ses pensées dériver, mieux elle se sentait. Au même moment, elle remarqua l’odeur d’un homme — Ichika — à côté d’elle, et son cœur bondit silencieusement. Il sent bon… Déjà à moitié endormie, elle était sur le point de se laisser emporter au Pays des Rêves sur cette douce odeur. Quand soudain — .

Pincement !

« … !? »

Cécilia avait été ramenée à la réalité par un pincement soudain sur ses fesses. I-I-I-I-Ichika !? Même pour un massage, ça va trop loin ! Serrant sa main droite contre sa poitrine, elle se retourna avec hésitation, et…

Chifuyu s’était agrippée de tout cœur au derrière de Cécilia. Son visage était celui d’un farceur à succès, mais sans une once de joie innocente. Son sourire était celui d’une panthère. « Je n’arrive pas à croire que tu portes une culotte comme ça à ton âge. Et les noirs aussi ? »

« Ah… Eeeeeeeeeek ! »

Tandis que Chifuyu attrapait les fesses de Cécilia, son yukata s’était retourné, révélant ses hanches et aussi les sous-vêtements en question. C’était une culotte de nuit spéciale, tissée ensemble à partir de rares pièces de dentelle. Chaque côté était attaché ensemble avec un cordon, pour faciliter le retrait.

« … » Ichika rougit profondément et se détourna. Il était évident qu’il l’avait vu. Cécilia, s’en rendant compte, était plus que gênée et voulait juste trouver un endroit où se cacher.

« Mlle Orimura ! Lâchez-moi ! » Tandis qu’elle rougissait d’un rouge vif et criait, Chifuyu avait fait exactement cela de façon inattendue.

« Bien, bien, bien. Seulement quinze, et déjà en train d’essayer de se prostituer sous le nez de votre prof ? » demanda Chifuyu.

« Pro-Prostituer !? » s’écria Cécilia.

« Je plaisantais, c’est tout. Vous quatre, dehors, n’hésitez pas à entrer, » déclara Chifuyu.

Hochet.

« … »

Après quelques secondes de silence, la porte s’ouvrit lentement. À l’extérieur, il y avait Houki, Ling, Charlotte et Laura. Chacune portait l’un des yukatas de la station.

« Assez de massages pour l’instant, Ichika. Tout le monde, trouvez un endroit où s’asseoir, » déclara Chifuyu.

Les quatre filles, saluées par Chifuyu, entrèrent avec nervosité. Comme on leur avait demandé de le faire, chacune d’elles avait trouvé un endroit où s’asseoir, et non pas que les options de lit ou de chaise étaient si variées.

« Pfff. J’ai travaillé sur un massage pour deux personnes d’affilée et je suis maintenant en sueur, » déclara Ichika.

« C’est parce que tu ne sais pas quand reculer. Il faut être plus efficace, » se réjouit Chifuyu.

« J’aurais l’impression de faire perdre du temps à l’autre personne, » déclara Ichika.

« Tu es trop honnête pour ton propre bien, » déclara Chifuyu.

« Ça ne te tuerait pas de me féliciter pour une fois, n’est-ce pas ? » demanda Ichika.

« Qui sait ? Peut-être que oui, » répliqua Chifuyu.

Les filles avaient pris place dans la scène en suivant la répartie. Il était vite devenu évident que Cécilia et Chifuyu avaient été simplement massées alors qu’elles écoutaient.

« Haha… Hahahaha… »

« Eh bien, je suppose que c’est logique. » Houki poussa un soupir de tension, tandis que Ling essayait d’avoir l’air de contrôler la situation.

« … »

Pendant ce temps, Charlotte et Laura, qui semblaient toutes deux avoir une vision plus détaillée de ce qui se passait, étaient toutes les deux rouge vif et regardaient le sol.

« Va prendre un autre bain. Je ne veux pas que ta sueur empeste la pièce, » déclara Chifuyu.

« Mmm. Très bien. » Ichika, acquiesçant à la suggestion de Chifuyu, prit une serviette et quitta la pièce. Son dernier commentaire était. « Détendez-vous. Eh bien… Si vous le pouvez. »

« … »

Et, après qu’il l’ait dit, cinq filles restaient assises dans un silence nerveux.

« C’est quoi, un enterrement ? Une veillée funèbre ? Qu’est-il arrivé à tout cet enthousiasme ? » Chifuyu avait été la première à briser l’air calme.

« Eh bien, euh… »

« Nous n’avons jamais… »

« Je ne pense pas qu’on vous ait déjà parlé comme ça. »

« D’accord, d’accord, très bien. C’est moi qui offre les boissons. Shinonono, que veux-tu ? » demanda Chifuyu.

Les épaules de Houki tremblèrent lorsqu’on la désigna. Incapable de répondre, elle s’était tordue sur son siège. Chifuyu se tenait debout, ouvrit le minibar de la station et sortit cinq boissons fraîches.

« Ici. Il y a un ramune, un jus d’orange, une boisson sportive, un café et un thé noir. Échangez-les jusqu’à ce que tout le monde soit content, » déclara Chifuyu.

Pendant qu’elle parlait, elle les distribuait à Houki, Charlotte, Ling, Laura et Cécilia, qui étaient toutes satisfaites et ne ressentaient pas le besoin d’échanger.

« Merci beaucoup. » Des mots de gratitude était sortie chaque paire de lèvres dans une direction, suivies peu après par des boissons froides dans l’autre. Tandis que chaque fille avalait, Chifuyu s’était mise à sourire.

« Alors, allez-vous le boire ? » demanda Chifuyu.

« Euh, oui ? »

« Bien sûr que oui… »

« Aviez-vous mis quelque chose ? »

« Ayez un peu de gratitude. En plus, je voulais m’assurer qu’on était tous dans le même bateau. » Tandis qu’elle parlait, elle sortit autre chose du minibar : une canette de bière avec un logo en forme d’étoile brillante. Chifuyu avait tiré sur la languette, provoquant un pétillement de mousse et de gouttelettes. Pressant la boîte jusqu’aux lèvres, elle avait avalé le contenu.

« … »

Pendant que les autres haletaient, elle s’était assise sur le lit, satisfaite d’elle-même.

« Hmm. Ça aurait meilleur goût avec la cuisine d’Ichika, mais je vais devoir attendre, non ? » déclara Chifuyu.

Les filles avaient regardé fixement, ne reconnaissant pas la personne devant elles comme la stricte, selon les règles de l’art, Mme Orimura. Laura, en particulier, avait cligné des yeux en état de choc, comme si elle ne pouvait pas en croire ses yeux.

« C’est quoi ces visages ? Je suis humaine, n’est-ce pas ? Une fille ne peut-elle pas boire un verre ? Ou vous attendiez-vous à ce que j’ouvre une boîte de 10W-40 (Huile de moteur) ? » demanda Chifuyu.

« Eh bien, ce n’est pas… »

« Pas comme ça, on a juste… »

« Je pensais juste… »

« Je me disais que techniquement, n’êtes-vous pas au travail en ce moment ? »

La mâchoire de Laura était encore en état de choc. Plutôt que de dire des mots, sa bouche s’était emplie avec fureur de café.

« Allez, ne soyez pas si froide. En plus, je pensais vous avoir donné un petit quelque chose pour que tout le monde se taise. » Chifuyu regarda autour d’elle les boissons dans les mains de tout le monde en souriant. Les filles avaient eu le souffle coupé en réalisant ce qu’elle voulait dire. « Bref, assez de bavardages. J’irai droit au but. »

Elle demanda à Laura de lui apporter une autre bière, qu’elle ouvrit, puis continua.

« D’ailleurs, qu’est-ce que vous aimez chez lui ? » demanda Chifuyu.

Tout le monde savait exactement de qui elle parlait. Cela devait être Ichika.

« Je suis juste ennuyée qu’il ait pris du retard dans son entraînement, » répondit Houki en faisant basculer son ramune vers l’arrière.

« Nous finissons toujours ensemble, que cela me plaise ou non, » murmura Rin en jouant avec le bouchon de sa boisson pour sportifs.

« En tant que représentante de classe, je veux m’assurer qu’il fait de son mieux. » Complètement le contraire de tout à l’heure, répondit Cécilia avec force.

« Je vois. Je suppose que je devrais lui dire ça. »

Dès que les mots avaient quitté la bouche de Chifuyu, les trois filles avaient sursauté, puis s’étaient penchées.

« VOUS N’AVEZ PAS À LE FAIRE ! »

Chifuyu avait ri de leur réaction et avait bu sa propre bière.

« Je… Eh bien, il est gentil, et…, » Charl, timidement et tranquillement, mais toujours fermement, donna sa propre réponse.

« Mais il est gentil avec tout le monde. »

« Eh bien, oui… Parfois, ça me dérange. » Alors qu’elle faisait semblant de rire, elle s’éventa les joues brûlantes. Les trois autres la fixaient silencieusement, comme si elle était jalouse ou rancunière.

« Et vous, qu’en pensez-vous ? » Chifuyu avait parlé à Laura, qui était restée silencieuse tout ce temps. Apparemment non préparée, elle s’était retrouvée sous l’attention de tout le monde, essayant de former des mots.

« Je suppose… Parce qu’il est fort…, » déclara Laura.

« Mais il est faible, » répliqua Chifuyu.

Une réfutation brutale. Chifuyu parlait de fait, mais Laura, pour une fois, s’était disputée avec elle.

« Il est fort. Plus fort que moi, au moins, » déclara Laura.

« Si vous le dites, » commença Chifuyu, alors qu’elle terminait sa deuxième bière. « Bref, qu’il soit fort ou pas, il est certainement utile. Il peut nettoyer, cuisiner et même faire des massages. Pas vrai, Alcott ? »

Cécilia répondit d’un signe de tête rougissant.

« Bref, je connais le genre de fille qu’il cherche. Voulez-vous le découvrir ? »

Les filles la regardaient en état de choc.

Nerveusement, Laura demanda. « Bien sûr… Allez-vous nous le dire ? »

« Hahahaha, bien sûr que non ! » déclara Chifuyu.

Les filles soupirent intérieurement.

« Si vous voulez être une femme, vous devez apprendre à venir le prendre. Il faut se dépêcher, les enfants. » Chifuyu apporta sa troisième bière à sa bouche, et fit apparaître un sourire provenant du fond du cœur.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *