Infinite Stratos – Tome 3 Chapitre 4

Bien avant, quand Ichika était en CE1, il pratiquait le kendo pendant un an, s’inscrivant à l’origine aux côtés de Chifuyu, et avait développé un certain niveau d’expérience. Bon sang. Elle est juste trop dure. Peu importe comment il essayait, il ne pouvait pas vaincre la fille du maître de dojo, une fille de son âge.

À l’entraînement ce matin-là, une dispute s’était transformée en combat, et elle l’avait envoyé sur le côté avec une seule frappe. Merde… Je ne gagne jamais… J’aimerais pouvoir gagner pour une fois… La déception d’Ichika était visible dans son expression maussade alors qu’il nettoyait la classe. L’éblouissement du soleil de l’après-midi remplissait la pièce. Ses autres camarades de classe avaient abandonné pour aller jouer, mais il s’en fichait. Quelqu’un devait nettoyer, et ça aurait aussi bien pu être lui.

« Hé, garçon manqué ! Qu’est-il arrivé à ton bokken ? »

« C’est un shinai… »

« De toute façon, un garçon manqué comme toi a besoin d’une arme. »

« … »

« Toi aussi, tu parles bizarrement. »

La fille n’avait pas répondu. Trois garçons avaient encerclé une fille et se moquaient d’elle. Mais elle refusa de céder un seul pas, et les fixa d’un regard limpide. La fille s’appelait Houki.

« Regardez le garçon manqué ! »

« Arrêtez, les gars. Si vous n’avez rien à faire, rentrez chez vous ou aidez à nettoyer, d’accord ? » déclara Ichika.

Frustré par leurs moqueries inutiles, Ichika s’en était pris aux garçons.

« Oh, tu es de son côté, Orimura ? »

« Je parie que c’est sa petite amie. »

Les taquineries enfantines avaient toujours été dures et le seraient toujours. Même s’ils avaient le même âge, Ichika n’avait pas le temps.

« Dégagez le passage, j’essaie de balayer. Allez embêter quelqu’un d’autre, » déclara Ichika.

« Hein ? Quel genre de mannequin aime vraiment nettoyer ? »

Soudain, Houki avait attrapé l’un des garçons par sa chemise. Elle n’était peut-être qu’en CE1, mais elle s’entraînait tous les jours. Si cela s’était transformé en une vraie bagarre, elle aurait été plus qu’à la hauteur des trois garçons. Et pourtant, à part cela, elle n’avait répondu que par des mots. « Qu’est-ce qu’il y a de stupide à prendre les choses au sérieux ? Au moins, c’est mieux que ce que vous faites. »

« Pourquoi es-tu si en colère ? Laisse-moi partir ! »

Les deux garçons qui n’avaient pas été attrapés s’étaient échappés avec un sourire méchant.

« Je le savais ! Ils sont vraiment un couple ! Ils se sont embrassés toute la journée ! »

Argh, c’est encore ça. Appeler les gens en couple est leur insulte préférée. J’en ai marre de tout ça. Depuis qu’Ichika avait commencé à aller au dojo de Houki, les autres garçons n’arrêtaient pas lui sortir ça. Non pas que ça ait vraiment compté pour lui. Sans parents, il ne savait même pas ce que ça voulait dire.

« Totalement. C’est peut-être pour ça que le garçon manqué a commencé à porter un ruban ! Hahahaha – Gwah ! »

La colère d’Ichika avait finalement fait surface et il avait donné un coup de poing au garçon sur le nez. Ignorant les autres, il avait relevé le garçon.

« Qu’est-ce qu’il y a de drôle ? Qu’est-ce qui te fait rire ? Il n’y a rien de mal à ce qu’elle porte un ruban ! Elle est superbe dedans ! Eh bien !? C’est quoi ton problème, imbécile ? »

« Je vais le dire au professeur ! »

« Vas-y, fais-le ! Je vous aurai tous avant que vous ne le puissiez ! »

Finalement, un enseignant avait remarqué l’agitation et avait arrêté le combat. Ichika, qui avait appris les arts martiaux de Chifuyu en plus de pratiquer le kendo, avait été capable d’affronter les trois garçons sans une égratignure. Mais cela n’avait fait qu’empirer les choses pour lui. Les enfants morveux avaient généralement des parents égoïstes, et derrière les trois gosses se trouvaient trois adultes qui menaçaient d’aller à la police, ou même de les poursuivre en justice. Ichika s’en fichait, mais il ne s’en fichait pas que Chifuyu finisse par devoir aller s’excuser auprès de chacun d’eux.

Si je cause des ennuis, Chifuyu devra y faire face. Ichika avait appris sa leçon sur la façon de traiter les mômes avec des méthodes pacifiques.

« Tu es un idiot. »

« Moi ? Et toi, alors ? »

Quelques jours plus tard, alors qu’Ichika se lavait le visage après l’entraînement après l’école, Houki avait entamé une conversation.

« Ne pensais-tu pas à ce qui se passerait après ça ? »

« Hein ? Oh, alors ? Non, pas du tout. Ils avaient besoin d’un coup de poing, » répondit Ichika.

Même si Chifuyu l’avait sévèrement grondé, il n’avait pas changé d’avis. C’est une chose sur laquelle le jeune Ichika était ferme.

« Ils se liguaient contre toi. Je déteste ça. Il ne faut pas se liguer pas contre les gens, ce n’est pas bien, » déclara Ichika.

« … »

« Donc ça ne me dérange pas. En plus, ce ruban t’allait vraiment bien. Tu devrais continuer à le porter, » déclara Ichika.

« Hmph. Je n’ai pas besoin qu’on me dise comment m’habiller, » répliqua Houki.

Houki croisa les bras et se détourna, et Ichika marmonna « oh bien » pendant qu’il retournait se laver le visage. La fraîcheur de l’eau fraîche du puits qui essuyait sa sueur était l’une de ses choses préférées.

« Je rentre chez moi maintenant. À plus tard, Shinonono, » déclara Ichika.

« Ho — Houki…, » murmura Houki.

« Hein ? » demanda Ichika.

« Je m’appelle Houki. Souviens-t’en. Mon père est Shinonono. Ma mère est Shinonono. Ma sœur est Shinonono. C’est trop déroutant. Appelle-moi Houki, d’accord ? » déclara Houki.

« Bien sûr. Je suppose que c’est pareil pour moi aussi. Tu peux m’appeler Ichika, » déclara Ichika.

« Quoi… Quoi !? » s’écria Houki.

« C’est mon prénom. Il y a deux Orimuras, mais je suis le seul Ichika ! » déclara Ichika.

« D’accord…, » répondit Houki.

« D’accord, Houki ! » déclara Ichika.

« Ouais, bien sûr, très bien ! I-I-I-Ichika ! Es-tu content maintenant ? » demanda Houki.

« Parfait. Si tu as besoin de moi pour quelque chose, dis-le, ne me montre pas du doigt, » déclara Ichika.

« Hmph ! »

Il regarda Houki essayer d’avoir le dernier mot et partir en trombe, en pensant à quel point elle était bête. C’était en juin. Le temps de l’été était proche.

 

◆◆◆

 

Dans une pièce du centre de villégiature, l’horloge sur le mur indiquait juste avant quatre heures. Ichika était au lit depuis plus de trois heures. Houki avait attendu à ses côtés tout ce temps. Ses cheveux, tombant bas sans son ruban habituel, étaient le reflet de ses émotions.

C’est de ma faute… Des souvenirs d’Ichika souriant s’élevèrent en elle, sans y être invitée. Mais maintenant, ce sourire avait disparu de son visage. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était rester allongé là, sans vie. La chaleur brûlante des explosions avait percé les boucliers de son IS, puis son armure, et maintenant il était enveloppé dans des bandages. Si j’avais pris les choses plus au sérieux, ça ne lui serait pas arrivé ! Elle avait serré sa jupe jusqu’à ce que ses doigts deviennent blancs à cause de la pression, comme si elle se réprimandait elle-même. Plus elle pensait, plus sa prise se serrait.

◆◆◆

« La mission a été un échec. Si la situation change, on vous appellera. D’ici là, restez en alerte. »

C’était le débriefing qui attendait Houki après qu’elle ait été récupérée dans la mer et qu’elle soit retournée à la station. Après avoir ordonné qu’Ichika reçoive les premiers soins, Chifuyu était retournée dans la salle de briefing. L’absence de réprimandes rendait Houki encore plus malheureuse. Pourquoi… Pourquoi est-ce que je fais toujours… ? Dès qu’elle avait saisi le pouvoir, elle l’avait laissé lui monter à la tête. Le désir était trop fort. Il y avait toujours eu un moment où la soif de sang avait pris le dessus. Qu’est-ce que j’ai fait pour m’entraîner ? Pour Houki, l’escrime avait toujours été non seulement un exercice, mais une discipline — c’était un limiteur. Une façon de contrôler sa soif de sang.

Elle savait que c’était une ligne dangereuse. Comme de la glace mince sur un cours d’eau, la moindre pression provoquerait sa rupture. Je… J’en ai fini avec — juste au moment où Houki était sur le point de prendre une décision cruciale, la porte s’était soudainement ouverte. Le son violant de l’ouverture l’avait choquée, mais elle n’avait même pas pu rassembler l’énergie nécessaire pour faire demi-tour et voir qui était entré.

« Je savais que tu serais là. »

La fille qui avait fait irruption s’était approchée de Houki, s’était affalée sur sa chaise. La voix était… celle de Rin Ling.

« … »

« Écoute. »

Houki n’avait pas répondu. Elle ne pouvait pas répondre.

« Tu penses qu’Ichika est comme ça à cause de toi, n’est-ce pas ? » demanda Ling.

Les systèmes défensifs de l’IS avaient maintenu Ichika dans un coma artificiel. Il avait brûlé presque toute son énergie pour lui sauver la vie, le mettant directement sous respirateur artificiel. Donc jusqu’à ce qu’il retrouve de l’énergie, il ne se réveillerait pas.

« … »

« Est-ce pour ça que tu es affalée comme ça ? Franchement ! » La rage de Rin avait débordé, et elle avait arraché Houki du sol par son col. « Tu as des responsabilités ! Pourquoi n’es-tu pas en train de te battre ? »

« Je… Je ne peux pas… Je ne peux plus piloter un IS…, » déclara Houki.

« TOI — , » cria Rin.

Smack ! La claque sur la joue, ainsi que le retrait du support, avait envoyé Houki s’affaler sur le sol. Encore une fois, Rin avait relevé Houki.

« Espèce de sale gosse gâtée ! Tu as ton propre IS ! On ne peut pas se permettre que tu te morfondes comme ça ! Ou bien es-tu juste…, » pendant un instant, les yeux de Rin avaient rencontré ceux de Houki. Ils brûlaient avec détermination comme s’ils pouvaient brûler de rage. « Es-tu trop lâche pour te battre quand tu en as besoin ? »

Ses paroles avaient déclenché la même détermination qui s’était répandue dans les yeux de Houki.

« Quoi…, » le marmonnement doux n’avait duré qu’un mot avant de se transformer en un cri de colère. « QU’ATTENDS-TU DE MOI ? On ne sait même pas où est l’ennemi ! S’il y a un combat, je me battrai, mais — . »

Rin poussa un soupir silencieux tandis qu’elle regardait la détermination de Houki revenir.

« C’est beaucoup plus comme toi. Argh… Je déteste avoir à faire ça, » déclara Rin.

« Quoi !? »

« Nous savons où il est. Laura va…, » pendant qu’elle parlait, la porte s’ouvrit à nouveau. Debout, il y avait Laura, en uniforme noir de jais.

« Nous l’avons trouvé. À 30 km de là, au-dessus de l’océan. Il est en mode furtif, mais il ne semble pas avoir d’occultation optique. Un satellite a pu le repérer, » déclara Laura.

Tandis que Laura entrait dans la pièce, tenant un lecteur numérique dans une main, Rin était visiblement impressionnée.

« Voilà de quoi sont capables les forces spéciales allemandes. Pas mal. Pas mal, » déclara Ling.

« Hmph. Et toi, qu’en penses-tu ? Es-tu prête ? » demanda Laura.

« Bien sûr que oui. Le paquet d’assauts de Shenlong est installé et prêt. Et Charlotte et Cécilia ? » demanda Rin.

« Elles…, » Laura se tourna vers la porte, et quelques secondes plus tard, elle s’ouvrit.

« J’ai fini il y a un instant, » déclara Charlotte.

« Tous les systèmes en ligne. Nous sommes prêtes à partir, » déclara Cécilia.

L’escouade de pilotes aux IS personnels s’était rassemblée, et tournait son regard collectif sur Houki.

« Alors qu’est-ce que tu vas faire ? » demanda Rin.

« Je… Je suis…, » les mains de Houki s’étaient serrées. Pas avec regret, mais avec détermination. « Je vais me battre, et je vais gagner ! Cette fois, je ne perdrai pas ! »

« C’est décidé, alors. » Rin croisa les bras, et fit un sourire sans peur.

« Très bien ! Allons à la salle de briefing. Cette fois, on va le vaincre ! » déclara Houki.

« Ouais ! »

***

infinite stratos tome 3 chapitre 4 partie 2Whoosh, fshoosh.

Où suis-je ? Transporté par le bruit de la mer, je marchais seul sur une plage inconnue. À chaque pas que je faisais, du sable craquelait sous mes pieds. Je sentais sa chaleur sur mes semelles. L’odeur de l’eau salée rendait l’air très agréable. La brise était fraîche et le soleil était chaud. Est-ce cet été ? Est-ce l’été maintenant ? Je ne savais pas où j’étais ni quand. Juste que, pour une raison quelconque, je marchais pieds nus le long d’une plage dans mon uniforme. Je portais mes chaussures dans ma main.

« Hmm~ Hmm-hmm-hmmmmmm~♪ »

Il y avait une voix qui chantait. Une belle et vibrante voix. Cela avait piqué ma curiosité, j’avais marché vers elle.

À chaque pas, le sol de sable sous mes pieds.

« La-la~ Lalala~♪ »

Devant moi, il y avait une fille. Elle chantait et dansait au bord de l’eau, seuls ses orteils étaient légèrement touchés par les vagues. Alors qu’elle l’avait fait, ses cheveux blanc pâle se balançaient. Pas un blanc terne, mais un éclat éblouissant. Sa jupe, de la même couleur, se balançait et soufflait dans la brise de mer pendant qu’elle dansait.

Hmm… Pour une raison inconnue, plutôt que de penser à l’appeler, j’avais simplement posé mes hanches sur une bûche de bois. Elle avait dû s’échouer il y a longtemps, car son écorce avait été décapée et son bois blanchi. Alors que je m’asseyais sur mon canapé blanc et gauchi, je regardais la fille en blanc. Le bruit des vagues résonnait dans mes oreilles. Apaisé par la brise légère, je regardais simplement, langoureusement.

 

◆◆◆

 

« … »

200 mètres au-dessus du niveau de la mer. Silverio Gospel était présent silencieusement, courbé en position fœtale. Tandis qu’il se serrait les genoux, ses ailes s’enroulaient autour de lui comme s’il se protégeait lui-même.

[– ?]

Par réflexe, il avait levé le visage. Un instant plus tard, une balle supersonique lui avait frappé la tête et avait explosé.

« Un coup direct. Début du bombardement ! »

À cinq kilomètres de là, l’IS Schwarzer Regen et Laura flottait, tirant d’autres projectiles avant que l’Évangile ne puisse commencer sa contre-attaque. Contrairement à son chargement normal, il avait maintenant monté un railgun « Blitz » de calibre.80 sur chaque épaule. Quatre boucliers supplémentaires, chacun protégeant son avant et ses côtés, avaient complété son adaptation au bombardement et au tir de tireur d’élite. C’était le paquet « Panzer Kanonier » de Schwarzer Regen.

Avancement de l’ennemi… 4 000… 3 000… Argh ! C’est plus rapide que ce à quoi je m’attendais ! En un clin d’œil, Silverio Gospel avait réduit la portée à 1 000 mètres. Même si Laura avait continué à tirer, les balles énergétiques de ses ailes auraient intercepté plus de la moitié des tirs de Laura.

« Tch ! »

Il était difficile de se concentrer sur l’amortissement du recul avec la mobilité. Pendant ce temps, l’« Évangile », axé sur la mobilité, s’était approché à moins de 300 mètres, puis avait étendu sa main droite vers Laura. Elle n’avait pas eu le temps de s’échapper. Mais la bouche de Laura s’était transformée en sourire.

« Cécilia ! » cria Laura.

Des flammes s’étaient écrasées au niveau des bras étendus de l’IS depuis en haut. L’IS Larmes Bleues d’un bleu pur avait effectué un assaut en force à partir du mode furtif. Ses six drones, contrairement à son chargement standard, étaient pliés en jupe autour de sa taille. Pendant que cela bloquait leurs barils, cela les rendait utilisables comme propulseurs.

Le fusil laser BT « Tireur de Poussière d’Étoiles » qu’il avait bercé dans ses bras, d’une longueur de deux mètres, avait compensé la puissance de feu perdue par une nouvelle utilisation de son énergie. Cécilia, équipée de l’ensemble d’assauts à grande mobilité « Strike Gunner », portait « Brilliant Clearance », et sur son visage, un hypercapteur de très haute performance de type visière conçu pour améliorer ses sens de combat à plus de 500 kilomètres à l’heure. Sentant l’information qu’elle en tirait, elle avait soudain fait volte-face et s’était tournée vers l’Évangile.

[Cible B confirmée. On procède à l’élimination.]

« Trop lent ! » Alors que l’Évangile avait échappé au feu de Cécilia, un autre IS l’avait attaqué directement par l’arrière. C’était Charlotte, qui montait sur le dos de Cécilia en mode furtif. Les coups de feu de ses fusils akimbo s’étaient écrasés sur le dos de l’Évangile, l’envoyant plus loin. Mais à peine un moment plus tard, il avait commencé à contre-attaquer contre les trois IS avec ses ailes d’argent mises en cloche. « Désolé, mais tu ne passeras pas si facilement à travers ma défense ! »

L’ensemble défensif du Revive se vantait de boucliers énergétiques et physiques combinés, sur lesquels le feu de l’Évangile frappait comme la pluie. Même s’il ressemblait à un Revive normal, des paires des deux types de boucliers recouvraient sa façade avant comme un rideau. Même en défendant, Charlotte utilisait son Changement Rapide pour équiper un canon d’assaut et se servait des tirs quand il y avait une ouverture. Pendant ce temps, Cécilia tournait autour de l’Évangile, tandis que Laura continuait le bombardement de loin. L’Évangile commença rapidement à montrer les dommages causés par l’assaut sur trois fronts.

[Changement de priorité de la mission — Priorité au retrait de la zone de combat.]

Tirant des coups de feu dans toutes les directions, il avait préparé une charge de rupture.

« Je ne peux pas te laisser faire ça ! »

Les vagues s’étaient levées, puis la surface de la mer avait explosé. L’Akatsubaki cramoisi s’était propulsé en avant, avec Shenlong perché sur le dos.

« On te fera tomber avant que tu ne puisses t’échapper ! » cria Rin.

Akatsubaki plongea vers l’Évangile. Rin, qui avait sauté de son dos, avait fait passer son pack rapide « Bengshan » en mode combat. Les emplacements des canons à impact sur ses épaules s’ouvrirent, révélant deux canons dans chacun d’eux. Tous les quatre s’enflammèrent.

[– !]

Houki plongea loin des combats rapprochés alors qu’une rafale de tir partit de là. Plutôt que les balles invisibles habituelles, chacune était enveloppée d’une flamme rouge. Le torrent de balles avait suffi à étouffer le feu de l’Évangile. Telle était la puissance du canon à impact amélioré — non, le canon à impact à dispersion thermocinétique.

« Est-ce que tu as compris ? » demanda Houki.

« Pas encore ! »

Même s’il avait fallu un coup direct du canon à impact à dispersion, l’Évangile avait continué.

Cloche d’argent, puissance maximale… activation. En déployant ses bras comme pour tenir dans ses bras le monde entier, il déploya aussi ses ailes vers l’extérieur. En un instant, le champ de bataille fut baigné d’une lueur surnaturelle, alors que des vagues de feu se répandaient dans toutes les directions.

« Tch ! »

« Houki ! Reste derrière moi ! » cria Rin.

Après son échec lors de la sortie précédente, l’Akatsubaki de Houki était en mode « limité ». Pour éviter d’épuiser son énergie par une utilisation excessive de l’armure à plaques variables, il avait été configuré pour ne pas fonctionner automatiquement, même en mode défensif. Bien sûr, la seule raison pour laquelle cela avait été fait, c’est parce que Charlotte pouvait se défendre. Chaque membre de l’équipe contribuait à ce qu’il faisait de mieux, afin de tirer profit de ses divers rôles.

« Mais ce n’est pas encore vraiment une promenade dans le parc, » déclara Charlotte. Même avec un ensemble défensif équipé, elle ne serait pas capable de résister éternellement au feu incessant de l’Évangile. L’un de ses boucliers physiques avait déjà été complètement détruit. « Laura ! Cécilia ! À votre tour ! »

« Tu n’as même pas besoin de demander ! » déclara Laura.

« Laisse-nous nous en occuper ! » déclara Cécilia.

Alors que Charlotte se repliait, Laura et Cécilia s’élancèrent par les côtés et tirèrent. Cécilia avait utilisé sa vitesse pour faire une série de tirs précis, tandis que Laura maintenait la cadence de tir fulgurante de son paquet d’artillerie.

« Une fois qu’ils t’auront coincé, tu seras à moi ! » déclara Rin.

Pendant ce temps, Rin s’éleva d’en bas. Après une frappe avec le Souten Gagetsu, elle avait lâché un déluge de feu à courte portée avec le canon à impact à dispersion. Sa cible était le multipropulseur de la Cloche d’Argent attaché à la tête de l’Évangile.

« Je t’ai eu ! » Pendant que les balles d’énergie frappaient sa cible, Ling n’arrêtait pas de s’éloigner. Son propre coup de canon à impact infligeait des dégâts tout aussi critiques, et bientôt, elle réussit à couper l’une des ailes de l’Évangile. « Ha — comment… Et si… Ugh ! »

Même avec une seule aile, l’Évangile se redressa et se retourna, donnant des coups de pied au bras gauche de Ling. Accéléré par les propulseurs de ses jambes, le coup de pied avait écrasé l’armure de Rin et l’avait fait descendre en spirale vers la mer.

« Ling — maudit sois-tu ! » s’écria Houki.

Houki souleva un katana dans chaque main et fit une frappe vers l’Évangile. Profitant de l’équilibre perdu dût à son accélération soudaine, elle plongea vers son épaule droite exposée. Compris ! Au moment même où elle pensait avoir saisi la victoire, l’Évangile se retourna et attrapa chaque lame dans une paume, ce qui était tout bonnement incroyable.

« Quoi !? » Alors même que l’énergie des lames fondait à travers son armure, l’Évangile étendit à nouveau ses bras. Houki, toujours en train de les saisir, sentit aussi ses bras se déchirer lorsque son front fut exposé. Et puis l’aile restante avait déplacé ses canons sur elle.

« Houki ! Lâche tes armes et sors-toi de là ! »

Mais Houki ne pouvait pas lâcher prise. Si j’abandonne ici, pourquoi me suis-je battu ? Alors que les balles d’énergie allaient être envoyées, une lumière rougeoyante brillait sur l’aile, puis elle avait semblé explosée. Pourquoi ai-je de la force ? Juste avant que les balles ne frappent, Akatsubaki s’était rapidement détourné. Ses pointes, comme si elles répondaient à sa volonté, avaient fait jaillirent des lames d’énergie pure.

« Là-bas ! »

Comme si elles donnaient un coup de hache, les lames frappèrent l’Évangile. L’Évangile, finalement dépouillé de ses ailes, tomba vers la mer.

« Haa… Haa… »

« Est-ce que ça va !? » demanda Laura.

Houki calma sa respiration difficile en entendant un rare signe d’inquiétude de la part de Laura.

« Je… Je vais bien. Je vais bien. Et le Gos —, » déclara Houki.

Alors que quelqu’un avait répondu « nous avons gagné », une sphère de lumière avait jailli de la mer.

« … !? »

Une cavité ronde dans la surface s’était formée autour d’elle, comme si l’écoulement du temps s’était arrêté. À l’intérieur, l’Évangile d’Argent, couvert d’éclairs bleus, flottait comme s’il était en boule.

« Quoi !? Qu’est-ce qui se passe, bon sang ? » s’écria Houki.

« Oh non ! C’est sa deuxième position ! » À la seconde où Laura l’avait crié, l’Évangile avait tourné son visage vers elle, comme s’il répondait. La visière mécanique recouvrant le visage de son pilote cachait son expression, mais elle était manifestement malveillante, car les avertisseurs de chaque IS sonnaient dans une cacophonie. Cependant, il était trop tard.

Avec un cri comme le rugissement d’une bête, l’Évangile s’élança vers Laura.

« Quoi !? » s’écria Laura.

Sa vitesse était trop rapide pour s’échapper, et l’IS ennemi avait attrapé Laura par les jambes. Comme un papillon émergeant de sa chrysalide, deux ailes d’énergie brute avaient commencé à germer lentement, mais sûrement, de ses moignons coupés.

« Lâche Laura ! » cria Charlotte.

Charlotte passa rapidement à une lame et l’y enfonça. Mais, sans effort, avec sa main libre, l’Évangile avait poussé la lame sur le côté.

« Va-t’en ! Fuis ! Ça va…, » cria Laura.

La sentence de Laura avait été écourtée par la beauté aveuglante des ailes qui l’entouraient. Un instant plus tard, une grêle de frappes d’énergie avait été tirée à bout portant, et elle était tombée, vaincue, jusqu’à la mer.

« LAURA ! Merde ! » cria Charlotte.

Jetant sa lame, Charlotte avait échangé son fusil contre un fusil de chasse. En plaçant la bouche de son canon sur le front de l’Évangile, elle appuya sur la détente. BANG ! Mais le bruit qui avait été entendu n’était pas celui du coup de feu. Soudain, des fissures commencèrent à se former à travers l’Évangile. Sur sa poitrine, son torse et son dos, c’était comme s’il s’agissait d’une éclosion de coquille d’œuf. À travers les fissures de petites ailes de lumière furent émises de l’intérieur. Ce feu avait emporté le fusil de Charlotte avant de l’abattre.

« Qu’est-ce qui se passe !? C’est trop, même pour un militaire —, » déclara Cécilia.

Cécilia posa les yeux sur l’Évangile, se préparant à une autre attaque. En activant le « Amplification de Booster », des propulseurs sur chacun des bras et des jambes de l’Évangile avaient rugi.

« Argh ! »

Un fusil à longue portée était un handicap dans un combat rapproché. Alors même que Cécilia replaçait son arme, l’Évangile l’avait pourchassé. Et dans la fraction de seconde suivante, ses ailes éclatèrent à nouveau. Cécilia s’enfonça dans l’océan, incapable même de pouvoir effectuer une contre-attaque.

« Je ne te laisserai pas faire ça à mes amies ! » Houki avait soudainement accéléré. Utilisant son armure à plaques variables, elle évita acrobatiquement chaque frappe, se surenchérissant à chaque passage pour couper sans reprendre pied. « HIIIIIIRAH ! »

Une danse d’esquives et d’attaques pressées s’était déroulée en plein vol. Quand Akatsubaki avait accéléré, lentement mais sûrement, il avait mis l’Évangile dans un équilibre précaire. Je peux le faire ! J’ai juste besoin de continuer ! Houki avait mis toute sa force et sa volonté dans une frappe vers la tête. Mais — Fshhirrr.

« Quoi !?? Je n’ai plus d’éner — GAH ! » cria Houki.

Saisissant l’occasion, l’Évangile avait attrapé Houki par le cou. Lentement, ses ailes s’enroulèrent autour d’elle.

Je suis désolée, Ichika…

***

infinite stratos tome 3 chapitre 4 partie 3Les vagues s’écrasaient sur la plage. Je les avais écoutées pendant que je la regardais. D’une certaine façon, son chant, sa danse, me rappelait tellement de choses chez moi.

Hein… ? J’avais remarqué que sa chanson s’était calmée. Tandis que ses pas s’immobilisaient aussi, la jeune fille fixait le ciel. Je me demandais pourquoi, je m’étais levé de ma bûche et je m’étais approché d’elle. Alors que les vagues s’écrasaient sur le rivage et s’avançaient sur la plage, l’eau froide humidifiait mes pieds alors que je marchais vers le bord de l’eau.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

Même si je l’appelais, la jeune fille restait immobile, fixant le ciel. Quand j’avais levé les yeux, elle m’avait finalement dit. « Ils m’appellent. Il est temps d’y aller. »

« Hein ? » demandai-je.

J’avais regardé de mon côté, et elle n’était plus là. Qu’est-ce que… En jetant mes yeux d’un côté à l’autre, je n’avais vu aucun signe de vie humaine. Je n’entendais pas non plus sa chanson. Il n’y avait rien de plus que le bruit des vagues.

« Hmm… »

N’ayant rien d’autre à faire, je m’étais tourné vers la chaise de fortune. Et puis, de derrière moi, une voix s’était fait entendre. « Désires-tu la force ? »

« Hein ? » J’avais tourné en rond, et au milieu des vagues se tenaient une femme — l’eau clapotait jusqu’à ses genoux. Son corps était enveloppé d’une armure blanche étincelante, comme celui d’un chevalier. Une grande épée était plantée dans le sol devant elle, et elle y posa ses deux mains. Son armure lui couvrait les yeux, et je ne voyais que la moitié inférieure de son visage.

« Désires-tu la force ? Et pourquoi ? » demanda-t-elle.

« La force ? Eh bien… C’est une question difficile, » répondis-je.

Le flot sans fin des vagues continuait, c’était la seule chose qui se tenait entre nous.

« Je… Mais j’ai une réponse. Pour protéger mes amis, mes camarades, » répondis-je.

« Tes camarades ? » demanda-t-elle.

« Mes camarades… Comment dois-je le dire… Il y a des choses dans ce monde qui valent la peine de se battre, non ? Pas seulement pour se battre, pour atteindre un but, » déclarai-je.

Même si je n’avais même pas mes propres idées à ce sujet, j’avais été en mesure de lui donner une réponse claire. En m’écoutant parler, j’étais parfois surpris de ce que je pensais vraiment.

« Et parfois, lorsque tu poursuis ces objectifs, ce qui se passe n’a pas de sens. Il y a beaucoup de violence inutile. Et quand ça arrive, je veux protéger mes camarades. Les gens à mes côtés, » déclarai-je.

« Je vois…, » la femme hocha la tête en silence.

« Alors tu dois y aller. »

« Hein ? » demandai-je.

Une autre voix était venue de derrière moi. Je m’étais retourné pour revoir la fille en jupe. Elle m’avait souri amicalement et m’avait regardé calmement.

« Prêt ? » En me prenant la main, elle m’avait fait un sourire. Soudain, rougissant, j’avais hoché la tête « oui ». Immédiatement après, mon environnement avait changé.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

Le ciel — le monde entier — avait commencé à briller de mille feux. Alors que la lumière blanche m’enveloppait, la plage autour de moi devenait floue. Comme si un rêve se terminait, ça m’était venu à l’esprit. Maintenant que j’y pense… Cette femme me disait quelque chose. Cette chevalière blanche.

◆◆◆

« Guh… Ghrgh… »

Un souffle de douleur s’échappa de la gorge de Houki en raison de la prise d’étranglement. La main de l’Évangile se serrait plus fort autour de son cou, et une Cloche d’Argent d’énergie pure enveloppait l’Akatsubaki. Est-ce donc ça ? Je n’arrive pas à croire que ça finisse comme ça… L’éclat de l’aile devint plus intense. Tandis qu’elle se préparait à tirer, une seule pensée lui traversa l’esprit.

— Je veux être avec lui.

— Je veux être avec Ichika —

— En ce moment, je veux être avec lui.

— Ah, être à ses côtés.

« Ichi… ka… »

Inconsciemment, son prénom avait franchi ses lèvres.

« Ichika… »

Alors que la lueur s’intensifiait, elle avait fait la paix.

Fshooom !

[– !?]

Soudain, l’Évangile la lâcha. Désorientée, Houki ouvrit les yeux et vit un canon à particules l’exploser. Qu’est-ce qui vient de se passer ? La voix qu’elle désirait ardemment résonnait comme une cloche à travers sa confusion.

« Je ne te laisserai toucher aucun de mes camarades ! »

Juste sous les yeux de Houki, un IS blanc scintillait de lumière.

« A-Ahhh…, » elle avait les larmes aux yeux. Le deuxième mode de Byakushiki, Setsura et Ichika, planait dans sa vision trouble.

 

◇◇

« Ichika ! Ichika, est-ce toi ? Comment ? Tu as été si gravement brûlé…, » déclara Houki.

Je m’étais déplacé jusqu’à Houki, alors qu’elle luttait pour contrôler sa voix.

« Ouais. Désolé d’avoir été si long, » déclarai-je.

« Je… Je suis si heureuse…, » murmura Houki.

« Est-ce que tu pleurais ? » demandai-je.

« Je ne l’ai certainement pas fait ! » répliqua Houki.

J’avais tapoté doucement la tête de Houki pendant qu’elle essuyait des larmes des coins de ses yeux.

« Ne t’inquiète pas. C’est bon maintenant, » déclarai-je.

« Je n’étais pas inquiète…, » déclara Houki.

Elle essayait de montrer qu’elle contrôlait toujours la situation. C’était bien Houki. En lui tapotant la tête, j’avais remarqué qu’elle ne portait pas de queue de cheval.

« C’est le bon moment. Tiens, prends ça, » déclarai-je.

« Eh… ? » demanda Houki.

J’avais passé ce que je portais à Houki.

« Un… ruban ? » demanda Houki.

« Joyeux anniversaire, » déclarai-je.

« Ah…, » s’exclama Houki.

C’était le 7 juillet. C’était l’anniversaire de Houki aujourd’hui. Je ne savais pas quoi lui offrir, alors j’avais demandé à Charlotte de m’aider à choisir quelque chose.

« Vas-y. Mets-le, » déclarai-je.

« O-Oui, » répondit Houki.

« D’accord, j’y vais. Ce n’est pas encore fini. » Pendant que je parlais, je m’étais précipité vers l’Évangile d’Argent. « C’est l’heure de la revanche ! »

J’avais brandi le Yukihira Nigata dans ma main droite, et j’avais effectué une attaque. Pendant qu’elle frôlait l’IS, j’avais fait une attaque avec la nouvelle arme de ma main gauche, le setura. Il est apparu lorsque Byakushiki était passé au deuxième mode et pouvait apparemment s’adapter à n’importe quelle condition tactique. Il semblait porter le même nom que le deuxième mode, lui aussi. Cette fois, j’avais imaginé une griffe d’énergie jaillissant du bout de mes doigts.

« Tu ne peux pas esquiver ça ! » criai-je.

Une griffe de plus d’un mètre de long avait coupé dans les plaques d’armure de l’IS. Comme cela avait été dissipé par son bouclier, il n’avait pas été touché.

Le Silverio Gospel avait déployé ses ailes d’énergie, et les ailes qui poussaient de son corps s’étaient tendues. Après avoir évité, il avait riposté en tirant.

« Combien de fois penses-tu t’en tirer comme ça !? » criai-je.

Plutôt que d’esquiver, j’avais levé la main gauche devant moi et mis la Setsura en mode bouclier. Il absorba les balles. Avec un bruit de sonnerie, le Setsura change de forme. Une barrière de lumière se répandit, et la pluie de feu de l’Évangile d’Argent disparut. C’était un annulateur d’énergie, comme le Reiraku Byakuya, mais comme un bouclier. Il avait peut-être coûté cher en énergie, mais le fait de pouvoir annuler complètement les attaques de l’ennemi m’avait donné l’avantage. J’avais regardé les fiches techniques plus tôt, et ils n’avaient que des armes à énergie.

« RAAAGH ! »

Les quatre gigantesques propulseurs d’ailes de Byakushiki Setsura s’étaient mis à rugir lorsque j’avais activé la Double Amplification. Même l’Évangile agile ne pouvait pas s’échapper, et je réduisais rapidement la distance.

[Changement de situation tactique. Utilisation de la puissance d’attaque maximale.]

Alors que la voix artificielle de Silverio Gospel annonçait sa prochaine tactique, ses ailes allongées se replièrent pour s’enrouler autour de son corps. Ils s’étaient formés en sphère et l’avaient enfermé dans un cocon d’énergie. Oh non. J’ai un mauvais pressentiment. Et j’avais raison.

Les ailes tournaient sur elle-même, s’ouvraient à nouveau et remplissaient l’air proche d’une tempête de balles. Une attaque qui allait frapper Rin et les autres, qui étaient encore en convalescence. Argh ! Est-ce que je peux les protéger ? J’avais plongé devant elles pour encaisser les coups, mais j’avais été interrompu.

« Qu’est-ce que tu fais !? Nous sommes peut-être blessées, mais nous sommes toujours cadettes nationales ! Ne t’inquiète pas pour nous ! Abats l’ennemi ! » me cria Rin.

« Rin… D’accord ! » déclarai-je.

Je devais y croire. Il n’y avait pas d’autre choix. Quoi qu’il arrive, je devais y croire. Avec Yukihira dans ma main droite et Setsura dans ma main gauche, j’avais fait surgir la lame brillante de Reiraku Byakuya depuis chacun d’eux, et j’avais chargé vers mon ennemi.

 

◆◆◆

Ichika ! Il est venu ! Son cœur battait la chamade. Sa passion avait bondi. Et le voir se battre, elle l’avait souhaité, plus que tout. Je veux me battre à ses côtés. Je veux le protéger ! c’était ce qui était souhaité de tout son cœur. Comme pour répondre à sa prière, des étincelles d’or se mêlèrent à la lumière rouge de son armure à plaques variables.

« Est-ce que c’est… ? » murmura Houki.

Au fur et à mesure que le flux de données de son hypercapteur pénétrait dans son esprit, elle pouvait sentir l’énergie refluer soudainement dans Akatsubaki.

[KENRAN BUTOU ACTIVÉ. UNE DANSE ÉBLOUISSANTE. DÉRIVATION D’ÉNERGIE VERS L’ARMURE À PLAQUES VARIABLE : COMPLÈTE.]

Un indicateur indiquant « Capacité ponctuelle » flottait sous ses yeux. Puis-je encore me battre ? Puis — serrant le ruban qu’elle avait reçu d’Ichika, Houki regarda l’Évangile et dirigea ses yeux. C’est parti ! Akatsubaki ! Une traînée de cramoisie traîna de la poussière d’étoiles dorée lorsqu’elle traversait le ciel du soir, rétroéclairée par le soleil couchant.

◆◆◆

« Je te tiens maintenant ! » Les lames brillantes de Reiraku Byakuya s’étaient enfoncées à travers les ailes énergétiques de l’Évangile d’Argent. Mais il m’était presque impossible de frapper sur une autre zone, et ma deuxième frappe n’avait rien touché. Au fur et à mesure que j’avançais, son aile perdue s’était redressée et avait effectué autour de lui un autre barrage d’une force incroyable. « Argh ! »

ÉNERGIE RESTANTE : 20 %. DURÉE DE FONCTIONNEMENT RESTANTE ESTIMÉE : 3 MINUTES.

Merde ! Je ne pourrai pas… Je n’avais aucune idée de la quantité d’énergie dont disposait un IS militaire sans limiteur. Pendant ce temps, le mien fonctionnait à ses limites. Un malaise avait commencé à me ronger.

« Ichika ! » cria Houki.

« Houki !? Mais tu as subi tant de dégâts…, » déclarai-je.

« Ne t’inquiète pas pour moi ! Prends ça ! » La main de Houki-Akatsubaki s’étendit et se reposa sur Byakushiki. Au même moment, une sensation à mi-chemin entre une décharge électrique et une sensation de brûlure s’était répandue sur moi, et ma vision avait vacillé.

« Qu’est-ce qui se passe ? Mon énergie… Est-ce un rechargement !? Houki, qu’est-ce que tu viens de faire… ? » demandai-je.

« Ne t’inquiète pas pour ça tout de suite ! Vas-y, Ichika ! » cria Houki.

« Ouais ! » déclarai-je.

En me concentrant à nouveau, j’avais intensifié Yukihira Nigata à sa puissance maximale. Une lame massive d’énergie pure avait jailli de mes mains le tenant.

« HIIRAAAAAAAARGH ! »

Silverio Gospel s’était incliné sur le côté pour échapper à la blessure latérale que je venais de lui infliger, et en tournant mon champ de vision, j’avais vu son aile de lumière commencer à s’enrouler autour de moi. C’est notre chance !

« Houki ! » criai-je.

« Compris ! » Les deux lames jumelles de Houki effectuèrent une double frappe dans l’aile en poussant vers l’avant. « Tu ne t’échapperas pas ! »

L’armure à plaques variables sur ses jambes s’ouvrit et donna un violent coup de pied au corps de l’Évangile. Alors qu’il titubait sous l’assaut inattendu, je m’étais élancé vers le haut, coupant à travers l’aile restante. Finalement, avec une poussée vers l’avant, j’avais arraché les petites ailes de son corps.

Pas de retour en arrière maintenant ! Baigné dans une grêle de feu, j’avais enfoncé la lame de Reiraku Byakuya dans la poitrine de l’IS avec un rugissement. Quand j’avais senti la lame d’énergie entrer en contact, j’avais poussé mes propulseurs à leur limite. Alors même que je coupais à travers l’Évangile d’Argent, sa main s’approchait de moi. Ce n’est que lorsque ses doigts avaient commencé à s’enrouler autour de mon cou que l’IS argenté s’était finalement éteint. J’avais eu le souffle coupé lorsque la pilote, maintenant sans armure et vêtue uniquement d’une combinaison IS, était tombée vers la mer.

« Oh non, » déclarai-je.

« Bon sang, tu es si négligent, » répliqua Rin.

Rin s’était finalement remise de ses blessures et l’avait ramassée en l’air juste avant qu’elle ne s’écrase sur le sol. On aurait dit que Charlotte et Laura allaient bien aussi, même si elles n’étaient pas exactement indemnes.

« C’est fini. »

« Oui… Enfin. »

Aux côtés de Houki, je regardais le ciel. Le ciel, qui était si bleu tout à l’heure, s’estompait vers le vermillon chaud et sombre du crépuscule.

***

infinite stratos tome 3 chapitre 4 partie 4« Mission réussie… C’est ce que j’aimerais dire, mais votre insubordination est un problème majeur. Quand nous retournerons à l’académie, soyez prêts à recevoir des excuses écrites officielles et une formation corrective spéciale. »

« Compris… »

Un accueil glacial pour les guerriers de retour. Le frisson de la victoire s’était évanoui comme du brouillard devant le froid reproche de Chifuyu. Nous nous étions agenouillés dans la salle de banquet. L’attente avait déjà duré trente minutes. Le visage de Cécilia était passé d’une teinte rouge vif à une teinte pâle et maladive, comme s’il signalait un danger imminent.

« Euh, Mlle Orimura. N’est-ce pas assez maintenant ? Ils sont blessés… »

« Hmph. »

La colère de Chifuyu avait été égalée par la préoccupation de Mme Yamada. Elle était occupée à assembler des trousses de premiers soins et des trousses de réhydratation.

« Reposez-vous un peu, et on va devoir vous faire examiner. Ce sera un examen complet du corps, donc déshabillez-vous d’abord. Attendez ! Les garçons et les filles seront examinés séparément ! Compris, Orimura ? » déclara Chifuyu.

Eh bien, bien sûr. C’était pratiquement acquis. Quoi qu’il en soit, dès qu’elle avait dit « déshabillez-vous », les filles s’étaient inconsciemment couvertes. Ça m’avait fait mal. Est-ce qu’elles pensaient que j’étais le genre de gars à commencer à reluquer ?

« Tout d’abord, assurez-vous de vous réhydrater. Si vous ne faites pas attention à ce genre de choses pendant l’été, cela peut vous rattraper rapidement, » déclara Chifuyu.

Après un accord rapide, on avait fait circuler les boissons pour sportifs. Ils étaient tièdes, bien sûr. Ça n’aurait pas été bon pour la santé de se contenter d’avaler un truc froid.

« Oww… Wôw, je crois que j’ai une coupure dans la bouche, » déclarai-je.

Un goût métallique avait rempli ma bouche, que j’avais cru être du sang. Je m’étais peut-être mordu sans m’en rendre compte pendant le combat. On aurait dit que j’éviterais le wasabi dans ma sauce soja au dîner ce soir. Ce serait l’enfer sur terre.

« … »

« Y a-t-il autre chose, Mlle Orimura ? » demandai-je.

Elle nous regardait dans les yeux depuis un certain temps, et j’étais assez troublé pour parler plus fort. Argh, non, ça allait probablement la mettre encore plus en colère.

« Honnêtement, c’était du bon travail… Je suis contente que vous soyez tous rentrés sains et saufs, » déclara Chifuyu.

« Hein ? Euh…, » balbutiai-je.

Un soupçon d’embarras avait flotté sur son visage avant qu’elle ne se retourne et qu’elle disparaisse de notre vue. Après l’avoir vue s’inquiéter pour nous, je l’avais remerciée en silence. Si je l’avais dit à haute voix, j’étais sûr qu’elle aurait été mécontente.

« … »

« … »

« … »

« … »

« … »

Hein ? Pourquoi toutes les filles nous regardaient – non, me regardaient fixement ?

« Euh, Orimura ? C’est l’heure de l’examen, alors, euh… »

« SORS D’ICI ! »

Cinq cris de colère m’avaient poursuivi dans le couloir. Appuyé contre la porte coulissante qui s’était refermée, j’avais poussé un profond soupir.

« Ouf… »

Pour l’instant, la bataille était terminée. J’avais plein de choses à penser, plein de choses à faire, mais pour l’instant… J’ai protégé mes camarades. C’est moi qui l’ai fait. Moi et Byakushiki.

◇◇◇

« Alors, que s’est-il passé là-haut ? Allez, dis-moi ! »

« Je ne peux pas. C’est classé secret, » répondit Charlotte.

En face de moi, Charlotte grignotait joyeusement son dîner pendant que plusieurs étudiantes de première année l’interrogeaient. J’avais supposé qu’elles l’avaient poursuivie parce qu’il me semblait plus facile d’entamer une conversation avec elle, mais c’était une mauvaise décision. Charlotte était de loin celle d’entre nous qui avait le plus grand sens des responsabilités.

« Bon sang. Tu es comme parlé à un mur de briques. »

« Je pourrais vous le dire, mais je devrais… Vous savez êtes-vous sûre que c’est ce que vous voulez ? » demanda Charlotte.

« Eh bien… Ça n’a pas l’air si génial que ça… »

« OK, alors cette conversation est terminée. Je ne vous dirai rien d’autre, » déclara Charlotte.

Les premières années, elles grognèrent de façon audible face à sa déposition. Elle s’en était très bien sortie. Se défendre contre nos camarades de classe n’était pas du tout facile. Parfois, j’avais l’impression que Charlotte était la grande sœur dans cette histoire.

« Hm ? Se passe-t-il quelque chose ? » demanda Charlotte.

Charlotte avait remarqué mon regard et m’avait demandé pourquoi. Je n’avais pas vraiment de raison, mais j’avais l’impression qu’il serait bizarre de dire « oh, rien », alors…

« Charlotte, ton yukata s’ouvre sur le dessus. » La fille à côté d’elle lui chuchota quelque chose à l’oreille. J’avais un mauvais pressentiment. Et dernièrement, j’avais raison concernant les mauvais sentiments envers les filles.

« Quoi —, » balbutia Charlotte.

Comme prévu, Charlotte avait rougi d’un rouge vif et serra nerveusement une main contre son yukata. Et, hmm ? C’était quoi ce regard de défi absolu ?

« Ichika, espèce de pervers…, » déclara Charlotte.

« Quoi !? » demandai-je.

Pourquoi ces poursuites soudaines et injustifiées ? Pourquoi ? Eh bien ? Hein ?

« Je plaisantais… Vous allez très bien ensemble… »

« … ! »

Encore une fois, la fille à côté d’elle avait murmuré quelque chose. Dès qu’elle l’entendit, les oreilles de Charl rougirent d’un rouge vif en se levant. Qu’est-ce qui se passait !?

« … »

« Wôw, ce sashimi est vraiment bon. Ahahahahahah, » déclara la même fille.

Le regard sombre de Charlotte s’était déplacé de moi vers la fille à côté d’elle, qui avait continué à manger comme si elle ne s’en rendait pas compte.

« As-tu vraiment l’esprit sale, Charlotte, » demanda la fille.

« Quoi ? Quoi ? Ce n’est pas possible ! J’ai juste…, » déclara Charlotte.

Cette fois, c’était Charlotte qui avait été l’objet des taquineries. Ouais, je n’avais aucune idée d’où allait cette conversation.

« Ichika ? Euh, désolée pour ça…, » déclara Charlotte.

« Hein ? Oh, c’est très bien, » répondis-je.

Je n’étais pas sûr, alors j’avais donné une réponse honnête. Bien joué. Charlotte s’était assise de nouveau d’un coup, et après avoir fait un rapide sourire, se pencha et pinça le côté de la fille. Bizarre, elle a l’air en colère pour une raison quelconque. Peu importe. J’avais de plus gros soucis, qui était à côté de moi.

« … »

Mâche, mâche, mâche, mâche, mâche… Houki, les cheveux relevés dans une queue de cheval, avait fait bouger ses baguettes pendant tout le repas. J’avais presque l’impression qu’elle ne voulait pas me parler, et c’est pourquoi elle continuait à manger. Est-ce que je réfléchis trop ?

« Ah… Houki ? » demandai-je.

Soudain, la mastication s’était arrêtée.

« Euh, est-ce que ça va ? Tu n’es pas blessé, n’est-ce pas ? » demandai-je.

Gulp. Houki expira rapidement, hocha la tête, puis continua à mâcher. Eh bien, alors.

« Hé, Houki, » déclarai-je.

Elle frissonna de surprise. Après une pause, elle posa ses baguettes et se tourna vers moi. Le mouvement était tellement maladroit que n’importe qui d’autre aurait probablement pu dire qu’il se passait quelque chose aussi.

« Qu-Quoi ? » demanda Houki.

« Oh, quelque chose à ton sujet semblait un peu bizarre, » répondis-je.

« Bizarre ? Es-tu sûr de toi ? » demanda Houki.

J’avais vraiment commis une faute. Pourquoi était-elle si polie ? Non, vraiment, c’était bizarre. Houki avait été bien trop silencieuse depuis la fin de ce repas. Je ne pouvais même pas dire « silencieuse comme une souris », car au moins ils grinceraient de surprise. J’avais commencé à apprendre dernièrement comment les gens réagissaient à mon égard et que les filles n’aimaient vraiment pas quand tu leur disais qu’elles faisaient quelque chose de bizarre. Cela n’avait pas vraiment de sens… Mais c’était en train de se produire, alors j’avais fermé ma bouche.

« Honnêtement, ça ne fait rien, » déclarai-je.

« Euh… Ahh. Bien sûr, » déclara-t-elle.

J’avais vraiment eu l’impression d’avoir dit du mal. Je pouvais voir les épaules de Houki s’affaisser à mesure qu’elle reprenait à manger, mais à un rythme beaucoup plus lent. Je suis désolé, Houki…

« … »

« … »

Houki et moi avions fini nos repas sans rien dire de plus. Honnêtement, même si c’était probablement extrêmement savoureux, je m’en souvenais à peine.

◇◇◇

Whoosh, crash.

« Ouf… »

Je m’étais donné quelques coups sur la tête en sortant de l’eau. Secouant la tête d’un côté à l’autre pour enlever l’eau de mes oreilles, je m’étais ensuite assis sur un rocher voisin.

Après un court repos, j’avais quitté la station pour une baignade nocturne. La pleine lune avait laissé le monde autour de moi lumineux, même tard dans la nuit. Le son calme de l’océan me remplissait les oreilles quand je le regardais. Tu sais, j’ai l’impression d’avoir fait un rêve cet après-midi… Je me demande de quoi il s’agissait. J’avais l’impression de m’en souvenir clairement quand je m’étais réveillé, mais maintenant je ne savais même pas de quoi il s’agissait. C’est peut-être comme ça que les rêves étaient, mais j’avais l’impression que c’était quelque chose de très important, et l’oubli m’avait troublé.

« I-Ichika ? »

En entendant mon prénom soudainement crié, je m’étais retourné. Au clair de lune, Houki en maillot de bain se tenait là.

« Houki ? Maintenant que j’y pense, je ne t’ai pas vue hier…, » déclarai-je.

« Ne regarde pas comme ça… Ça me rend nerveuse…, » déclara Houki.

« Désolé, » répondis-je.

J’avais vite fait demi-tour. Même si je n’avais vu son maillot de bain que quelques secondes, cela avait été gravé dans mon esprit. Il était blanc. Un bikini blanc, ce qui était rare pour Houki — ou du moins le genre de chose que je n’aurais jamais imaginé qu’elle porte. Il y avait des lignes noires autour des ourlets, et la coupe laissait peu de place à l’imagination — c’était peut-être… Sexy ? Ouais, sexy. Wôw, c’est embarrassant. J’avais essayé de trouver un moyen de me changer les idées, mais je n’avais pas eu beaucoup de chance. Même s’il y avait un espace d’environ un mètre entre nous, je n’arrêtais pas d’y penser.

« … »

« … »

« Errrrrr… Tu sais… »

« Ouais… »

Me forçant à ignorer à tout prix mon cœur battant la chamade, j’avais cherché quelque chose dont on pourrait parler. Mais ce qui était sorti de ma bouche ensuite, c’était tout le contraire.

« Ce maillot de bain te va à ravir… Je pense que c’est bien, » déclarai-je.

« Ah —, » balbutia-t-elle.

Je pouvais dire que Houki s’éloignait. Quand j’avais jeté un coup d’œil à son visage, je l’avais vu rougeoyant.

« Oh, ça ? Je, euh… J’ai pris de l’avance quand je suis allé faire du shopping… Je l’ai choisi moi-même, mais c’est tellement gênant…, » déclara Houki.

Il me semblait que c’était pour ça que je ne la voyais pas pendant le temps libre le premier jour. Quoi qu’il en soit, apparemment, elle avait trouvé embarrassant de me regarder pendant que nous parlions, alors je m’étais retourné pour qu’on puisse se tenir proche sans se regarder. La lune, suspendue entre nous, nous éclairait comme le jour.

« Hé, Houki…, » déclarai-je.

« Qu’est-ce… C’est quoi ? » demanda Houki.

« Pourquoi es-tu si formel aujourd’hui ? Tu peux parler normalement, c’est bon, » déclarai-je.

« Hm… »

Je voulais lui demander ça depuis le dîner. Elle avait arrêté de parler un moment, puis répondit lentement, comme si elle avait du mal à le mettre en mots. « Tu… Tu as dit… que tu préférais les femmes modestes… »

Argh, alors je l’ai fait. Est-ce pour ça qu’elle s’inquiétait ?

***

infinite stratos tome 3 chapitre 4 partie 5« Eh bien, je pense que tu es bien comme tu es. Tu n’as pas besoin de te changer pour moi, d’accord ? » déclarai-je.

« D’accord…, » c’était un peu raide, mais quand elle s’était raclé la gorge, la réticence de Houki s’était estompée. « Comme ça ? »

« Ouais. C’est la Houki que je connais. Au fait, comment vont tes cheveux ? Ont-ils été brûlés ? »

« Ouais, un petit peu. Le ruban en a pris la plus grande partie. Et… Je veux dire, j’ai un nouveau ruban maintenant, alors…, » déclara Houki.

« Bien sûr. Joyeux anniversaire, encore, » déclarai-je.

« Eh bien… Me… Merci…, » déclara Houki.

Elle avait fini si doucement que je ne pouvais pas l’entendre, mais je pouvais voir ce qu’elle voulait dire. Et, oui, Houki était mieux avec une queue de cheval.

« Euh… Hum. Et toi, est-ce que ça va ? Tu avais l’air gravement blessé, » me demanda-t-elle.

« Moi ? Oh, j’ai guéri, » déclarai-je.

« Quoi ? » demanda Houki.

« Quand je me suis réveillé, j’étais déjà dans mon IS, complètement guéri, » répondis-je.

« Tu plaisantes !? C’est impossible ! » Houki m’avait attrapé par l’épaule et avait tiré sur mes vêtements au clair de lune. « Tes brûlures… elles sont parties… Vas-tu vraiment mieux ? »

« Ouais. Je vais bien. Tu sais ce que c’était probablement ? Le système de survie de l’IS, » répondis-je.

« Ça te garde en vie. Je n’ai jamais entendu parler de blessures qui guérit, » répondit Houki.

Pendant ce temps, Houki me passa les mains sur le dos, pour sentir du bout des doigts si mon dos avait été blessé. Je l’avais entendue murmurer « Je n’arrive pas à y croire » à elle-même, et je ne comprenais pas pourquoi.

« Je vais mieux maintenant, alors ce n’est pas grave, hein ? » déclarai-je.

« C’est une grosse affaire ! Je… Je t’ai blessée comme ça, et quand même…, » déclara Houki.

« Tu préférerais que je ne sois pas mieux ? » demandai-je.

« NON ! » Elle n’avait réalisé à quel point elle parlait fort qu’une fois que c’était sorti de sa bouche. « Non, non, non, ce n’est pas du tout comme ça… J’ai juste… Je ne sais pas comment gérer le fait que tu sois d’accord avec ça… »

Elle semblait presque déçue, et je ne savais pas trop comment réagir. On aurait dit qu’elle se sentait coupable de m’avoir blessé et qu’elle ne voulait pas qu’on la pardonne juste parce que j’allais bien maintenant. Parfois, elle était vraiment difficile à gérer. Mais si c’est ce qu’elle ressentait, alors je n’avais pas le choix… J’allais devoir punir Houki.

« D’accord, alors je te punirai pour ça, » déclarai-je.

« D’ACCORD…, » répondit Houki.

Alors que je me tournais vers Houki, j’avais regardé de près son visage. Ses yeux étaient serrés, en préparation. Cette fille, parfois… Je lui avais tapé sur le front avec un doigt.

« Hm !?? »

« C’est assez. Tu as appris la leçon sur le fait d’être trop sûre de toi et de partir toute seule, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Quoi !? » Houki avait cligné des yeux deux fois dans l’étonnement avant de s’approcher de moi, son visage rouge vif. « Te moques-tu de moi ? Tout ça, et tu crois que c’est remboursé en me tapant sur le front !? »

« Calme-toi. Calme-toi. Ne sois pas si énervée, » déclarai-je.

« Silence ! Je suis une guerrière ! S’attendre à ce que je me taise alors que mon orgueil est souillé, c’est…, » commença Houki.

« Euh… Peux-tu reculer un peu ? Quelque chose me frotte…, » répondis-je.

Mes yeux avaient été envahis par deux canons massifs.

« … !! »

Houki, réalisant soudain à quel point elle était proche, s’était éloignée de moi. Après avoir pris un peu de distance, elle avait enroulé ses bras autour de ses seins et m’avait fait un regard de défi pur et dur. Oups.

« Je n’arrive pas à y croire ! Quelqu’un essaie d’avoir une conversation sérieuse avec toi, et tout ce à quoi tu peux penser…, » déclara Houki.

Eh bien, c’est vrai. Désolé. Je suis désolé d’être né homme.

« Alors… Alors peut-être que tu les remarques…, » murmura Houki.

« Hein ? » demandai-je.

« D’accord, très bien alors ! » déclara Houki.

Elle avait pris ma main et l’avait enfoncée dans son décolleté. Euh… Houki ?

« Alors ? Tu me vois comme une femme ou pas ? » demanda Houki.

La voix de Houki avait soudain perdu son insistance et était presque suppliante. Son rougissement gêné s’était étendu jusqu’aux oreilles.

« Ouais…, » il n’y avait rien qui m’obligeait à dire ça, mais je l’avais quand même laissé passer. Entouré par le bruit des vagues, avec mon amie d’enfance devant moi en bikini sexy, sous la lumière de la pleine lune, je me sentais bien. Et en plus, comment dire… Je trouvais Houki mignonne.

« Vraiment… Je vois…, » déclara Houki.

Houki avait pris son temps à mâcher les mots avant de les digérer. Je sentais la chaleur de son corps à côté de moi. On était si proches, j’avais peur qu’elle entende le son de mon propre cœur battre à tout rompre.

« … »

Même le bruit du martèlement dans ma poitrine était presque suffisant pour briser le sort. Soudain, nos regards s’étaient croisés. Ah… J’étais hypnotisé. Son visage, éclairé par la lune, était magnifique. C’est mauvais, ça. Vraiment mauvais… Je pense ? Tandis que je me disais, le son de mon cœur se remplissait de joie.

***

« C-Cécilia !? Qu’est-ce que tu fais ici ? »

« Je pourrais dire la même chose, Ling ! Je ne veux même pas imaginer ce qui va t’arriver pour t’être faufilée hors de la station. »

« Ok, Ichika — . »

« Laura ? Rin et Cécilia ? Pourquoi êtes-vous toutes là ? »

Un autre coup me frappa la poitrine. Ces voix étaient indubitables. C’était Rin, Cécilia, Laura et Charl. Vu la force de leurs voix, elles ne pouvaient pas être loin. Si on restait où on était, elles nous trouveraient. Nous. Seul. Ensemble. Je crois que je savais ce qui m’attendait quand cela sera arrivé.

« Houki, allons là-bas, » déclarai-je.

« Hein ? Quoi — ? » demanda Houki.

J’avais saisi sa main et l’avais éloignée des voix voisines, vers un affleurement. Là, nous avions grimpé sur un rocher. Ouf… Cachons-nous ici un moment. Si on rentre quand elles partent, ça devrait aller.

« I-Ichika… C’est si soudain… M’emmener quelque part où on peut être seuls. Je…, » déclara Houki.

« Hein ? »

Pendant que Houki me murmurait ça à l’oreille, j’avais tourné mon visage vers elle.

« Hm… »

Eh !?? Qu’est-ce que tu fais, Houki !? Pourquoi as-tu les yeux fermés ? Pourquoi me regardes-tu avec tes lèvres enroulées comme ça !?

« … »

Son visage était vraiment beau pendant qu’elle attendait. Oh, non. Comment puis-je m’en sortir ? Merde… Je ne sais pas si je peux résister… Houki frissonna quand je posai ma main sur son épaule. Puis, alors qu’elle se penchait vers l’avant, nos visages s’étaient rapprochés, et — .

Bonk.

Hein ? Qu’est-ce que c’était ? Je m’étais penché de nouveau, je — .

Bonk.

Merde, qu’est-ce que mon front continue de frapper !!? Curieux, j’avais ouvert les yeux. Je n’aurais pas dû. Ce qui se trouvait devant moi était un objet flottant avec des nageoires. Son extrémité était ponctuée d’une fente rectangulaire.

« Larmes… Bleues… »

Le canon du module m’avait piqué le front. Whiiiiiiiiiiiing.

« Wôw ! »

Fshoom ! Un laser BT m’avait brûlé les cheveux pendant que j’esquivais.

« Oh mon Dieu. »

« Maintenant, on le tue. »

« Ichika, qu’est-ce que tu faisais ? »

« Ahahahaha, hahahahahahahahahaha ! »

Alors que je terminais mon pivot, j’avais eu droit à quatre regards perçants. Dans l’ordre, cela provenait de Laura, Rin, Charl et Cécilia.

« Houki ! Fichons le camp d’ici ! »

« Hein ? Quoi ? Quoi ? Aïe ! »

Même si elle avait hurlé quand je l’avais soudainement ramassée, je n’avais pas eu le temps de m’en soucier. Il était temps de respecter la position de Hare. Nous nous étions enfuis, avec les quatre autres en poursuite. Oh, c’est vrai. C’était arrivé il y a un mois aussi, n’est-ce pas ? Alors que je me livrais à des réminiscences, le bruit des coups de feu s’approchait. Arrête, je vais mourir ! Je vais vraiment mourir !

◆◆◆

« Ainsi, y compris Kenran Butou, Akatsubaki a fonctionné à un total de quarante-deux pour cent de sa capacité. C’est tout ce à quoi je pouvais m’attendre. »

Alors qu’elle regardait les données sur un écran flottant, un sourire innocent avait traversé le visage de la femme. Comme une enfant. Comme un ange. Comme d’habitude, même au clair de lune. Shinonono Tabane avait toujours eu un soupçon d’ennui en elle.

« Hmm, hmm-hmm-hmm. »

Tandis qu’elle fredonnait pour elle-même, elle avait affiché une autre vidéo. Il y avait des images du deuxième mode de Byakushiki au combat. Elle s’était assise sur le garde-fou, balançant ses pieds d’avant en arrière pendant qu’elle regardait. Trois cents mètres plus bas, la mer s’étendait jusqu’à l’horizon. Aussi risquée que soit sa position, son expression restait inchangée.

« Wôw. Le Byakushiki est incroyable. Même la guérison de son pilote ? C’est presque comme —, » commença-t-elle.

« Comme le Chevalier Blanc, n’est-ce pas ? Noyau #001. Le premier à voir le combat. Celui dans lequel tu as versé ton sang, ta sueur et tes larmes. » Chifuyu était sortie silencieusement des bois. Toujours vêtue de son costume noir, elle portait toute la gravité tranquille des ombres de minuit qu’elle traversait.

« Hé, Chichan ! » déclara Tabane.

« Hey. »

Elles ne s’étaient pas tournées l’une vers l’autre. Face à l’écart, Tabane continuait à balancer ses jambes, tandis que Chifuyu s’appuyait contre un arbre. Même si elles ne pouvaient pas voir le visage de l’autre, elles savaient ce qui était écrit sur lui. Tel était le lien entre elles.

« Il y a un problème, Chichan. Où est passé le Chevalier Blanc ? » demanda Tabane.

« Tu trouveras ta réponse si tu lisais “Byakushiki” comme “Forme blanche”, » déclara Chifuyu.

« Bingo. Je savais que tu connaissais assez bien le Chevalier Blanc pour le dire, » déclara Tabane.

Le Chevalier blanc avait été démantelé, à l’exception de son noyau, et son analyse avait été un moteur majeur dans la production de la première génération d’IS. Quant au noyau, après qu’un certain laboratoire ait été perquisitionné, il avait disparu de l’histoire jusqu’à ce qu’il vienne s’installer dans un IS appelé Byakushiki.

« Et puis, tu sais… Supposons qu’il y ait eu des communications sur le réseau central entre ton premier IS, le Chevalier blanc, et ton second, le Kurezakura. Si c’était le cas, ce ne serait pas surprenant du tout qu’ils se retrouvent avec la même capacité unique, n’est-ce pas ? » déclara Tabane.

« … »

Chifuyu n’avait pas répondu. Mais Tabane n’avait pas prêté attention à son silence.

« Il y a quand même quelque chose d’un peu drôle. Ce noyau a été complètement effacé avant le démantèlement du Chevalier Blanc. Je l’ai fait moi-même, donc je sais que c’est bien fait, » déclara Tabane.

« Parfois, tout n’a pas besoin d’avoir un sens, » répondit Chifuyu.

Aucune d’elles ne le savait vraiment. Ni Chifuyu ni Tabane. Mais cela n’avait pas arrêté Tabane.

« En fait… Je pense que je vais aussi faire une supposition, » déclara Chifuyu.

« Vraiment, Chichan ? C’est inhabituel, » déclara Tabane.

« Et si un certain génie s’était assuré qu’un jeune garçon se trompait d’examen d’entrée ? Et pendant ce temps, elle avait un IS configuré pour fonctionner automatiquement. Si c’était le cas, ne piloterait-il pas un IS alors que les hommes ne le pourraient pas ? » demanda Chifuyu.

« Hmm. Je ne pense pas avoir la capacité d’attention pour ça, » déclara Tabane.

« Je suppose que oui. Tu n’as jamais passé autant de temps sur un projet donné, » déclara Chifuyu.

« Tu as raison. Je m’ennuie beaucoup trop facilement, » gloussa Tabane.

« Alors, génie… Est-ce plausible, non ? » demanda Chifuyu.

« Je ne sais pas. Je ne sais pas. Honnêtement, je n’ai aucune idée de comment faire faire quoi que ce soit avec Byakushiki. Et Icky n’avait non plus rien à voir avec un IS auparavant, » répondit Tabane.

« Hmph… Peu importe. Idée suivante, » déclara Chifuyu.

« Tu en as beaucoup ce soir, » déclara Tabane.

« Et ça ne te rend pas heureuse, » déclara Chifuyu.

« Bien sûr, » répondit Tabane en continuant à écouter Chifuyu.

« Et si un certain génie voulait que sa chère petite sœur ait un moment au soleil. Elle a donc développé un IS personnel et s’est arrangée pour qu’un autre devienne incontrôlable, » déclara Chifuyu.

Tabane n’avait pas répondu. Chifuyu avait continué.

« Et puis, au fur et à mesure de l’arrivée de l’IS déchaîné, ce nouvel IS de grande puissance ferait son apparition sur la scène. Juste pour que sa petite sœur puisse faire des débuts étonnants, » déclara Chifuyu.

« C’est une drôle de chose à contempler. Ça doit être un génie incroyable, » déclara Tabane.

« Elle l’est vraiment. Une fois, elle a même piraté les commandes stratégiques de douze pays différents pour créer un incident international historique, » déclara Chifuyu.

Encore une fois, Tabane n’avait pas répondu. Chifuyu, elle aussi, se tut bientôt.

« Alors, Chichan. Tu aimes le monde d’aujourd’hui ? » demanda Tabane.

« Ça pourrait être pire, » répondit Chifuyu.

« Je suppose que oui, » répondit Tabane.

Le vent de la mer hurlait.

« — »

Son murmure perdu dans le vent, Tabane avait disparu. Soudainement. Comme un flash.

« … » Chifuyu soupira et frotta l’arrière de sa tête sur l’arbre. Les mots qui s’échappaient de ses lèvres étaient, eux aussi, emportés par le coup de vent.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *