Infinite Stratos – Tome 3 Epilogue

Le lendemain matin, après le petit déjeuner, nous avions emballé l’IS et leur équipement. Ça avait duré jusqu’à dix heures passées. Après, nous étions tous montés dans les bus, séparés par classe. Le déjeuner serait fait à une aire de repos sur le chemin du retour.

« Hah… »

En m’affalant sur mon siège, j’étais, pour dire les choses crûment, en plein désordre. Après avoir été pourchassé pendant près d’une heure la veille au soir, j’avais attrapé la mère de toutes les réprimandes de Chifuyu pour m’être échappé en douce. À la fin, j’avais à peine dormi trois heures. En me réveillant avec un travail pénible, j’avais eu l’impression que j’allais mourir.

« Désolé, mais est-ce que quelqu’un a quelque chose à boire ? » avais-je demandé d’une voix épuisée.

« Avale ta propre salive, » dit Laura.

« Je ne te connais même pas, » dit Cécilia.

« Oui, mais je ne partage pas, » répondit Charlotte.

Rin était dans une autre classe, donc elle n’était pas là. Je m’étais tourné vers Houki, mon dernier espoir.

« Pourquoi me regardes-tu !? » demanda Houki.

Rougissant, elle m’avait frappé avec une frappe de karaté. Aïe, ça fait un peu mal en fait.

« Hmph ! »

On aurait dit que je n’avais rien à boire. C’était ma faute aussi ? Argh…

◆◆◆

C’était peut-être un peu trop dur. Même si ses paroles étaient dures, la conscience de Charlotte commença à prendre le dessus sur elle alors qu’elle regardait Ichika se décourager.

Il ne s’est rien passé hier soir. Je devrais laisser tomber. Elle avait cherché une bouteille de thé dans ses affaires, pensant que c’était une bonne chose qu’elle ait eu l’idée de l’acheter dans un distributeur automatique plus tôt. Personne d’autre n’est prête à le faire… C’est ma chance !

◆◆◆

C’était peut-être un peu froid ? Alors que les épaules d’Ichika s’affaissaient, Cécilia se sentait un peu nerveuse. C’était une chance rare d’être gentil avec lui, mais elle laissait ses souvenirs d’hier soir troubler ses émotions. Mais comme toutes les autres filles avaient fait la même chose, elle pouvait encore renverser la situation.

Si c’est le cas, elle avait glissé sa main dans son sac, prenant une bouteille. Elle l’avait obtenu pour elle-même, mais c’était peut-être une meilleure utilisation. Il est temps de faire du foin pendant que le soleil brille.

◆◆◆

J’aurais peut-être dû trouver une autre façon de dire ça… Laura, qui doutait qu’il s’agisse d’un produit du nouveau pas en avant qu’elle eût fait sur la plage la veille, réfléchissait. Elle regrettait de s’être fixée si froidement sur ce qui s’était passé la nuit précédente. Peut-être, pensait-elle qu’un sourire chaleureux était le moyen pour une bonne femme d’éclaircir les choses.

Je sais, je sais. Il a soif. Je lui donnerai le thé que j’ai acheté ce matin. Elle avait joué avec la bouteille dans ses mains, se demandant comment la lui donner. C’était rare que les autres filles hésitent comme ça. Elle ne devrait pas laisser cette chance lui échapper. Je sais, je sais. Je vais juste m’asseoir à côté de lui et le lui remettre. Comme ça, on pourra être ensemble pendant tout le voyage de retour.

◆◆◆

Wôw, j’ai vraiment merdé. La nuit dernière s’était merveilleusement bien passée, mais cela n’a abouti à rien. Au lieu de cela, elle s’était retrouvée tellement frustrée avec Ichika qu’elle avait été de mauvaise humeur toute la matinée.

Oh non. Est-ce que j’ai pris l’habitude de m’en prendre à lui ? Ce ne serait pas bien. C’était déjà assez dur il y a deux mois, mais maintenant, elle devait aussi s’occuper de Charlotte. Elle serait toujours sur le dos d’une rivale aussi féroce si elle était traitée de « violente ». Très bien ! Maintenant, il est temps d’être gentille ! Prenant la bouteille de thé qu’elle avait achetée en marchant jusqu’à l’autobus, Houki s’était levée.

◇◇◇

« Ugh, ma tête… »

« Ichika ! »

« Oui ? » Entendant quatre voix à la fois, je m’étais retourné. Juste au même moment, une femme inconnue montait dans le bus.

« Ichika Orimura est-il là ? » demanda la femme.

« Oui. C’est moi, ça, » répondis-je.

Heureusement, j’étais assis au premier rang. Dès qu’on m’avait appelé, j’avais répondu.

La femme avait une vingtaine d’années. Elle était à tous les coups plus vieille que nous, avec des cheveux blonds et vibrants qui brillaient comme le soleil d’été. Elle portait un costume d’été bleu. Ce n’était pas une coupe d’affaires comme celle de Chifuyu qui avait été privilégiée, mais une coupe plus décontractée, plus à la mode. Les monticules enflés uniques aux femmes adultes avaient jeté un coup d’œil dehors de son encolure. Rentrant ses lunettes de soleil dans son décolleté, elle s’était penchée sur une hanche pour se tourner vers moi.

« Oh, alors c’est vous ? » demanda-t-elle.

Elle me regarda attentivement. Pas comme pour me critiquer, mais plutôt par curiosité. Son parfum, une odeur d’agrumes, était tellement féminin que j’étais devenu nerveux.

« Et vous êtes ? » demandai-je.

« Natasha Fairs. Pilote de Silverio Gospel, » répondit-elle.

« Eh —, » déclarai-je.

Comme j’étais figé dans la confusion d’une phrase si inattendue, elle s’était penchée et avait planté ses lèvres sur ma joue.

« Hehe. Merci pour ce que vous avez fait hier. Mon chevalier blanc, » déclara-t-elle.

« Hein ? Euh, ah…, » balbutiai-je.

« À une prochaine fois ! Bye-bye ! » déclara-t-elle.

« Uhh… »

Natasha avait salué en descendant du bus et, hébété, je lui avais fait signe d’au revoir. Eh bien, alors…

« … »

J’avais eu un très, très mauvais pressentiment quand je m’étais retourné.

« Espèce de lubrique ! »

« Tu es vraiment populaire, Ichika. »

« La fortune l’accueille partout où il va. »

« Hahahaha… »

Les quatre filles s’étaient dirigées vers moi. Ça résonnait comme le coup de pied d’une botte de bambou.

« TIENS, PRENDS ÇA ! » Quatre bouteilles en plastique avaient volé. Avec un demi-litre chacun, ça aurait pu être mortel.

 

◆◆◆

Alors que Natasha descendait de l’autobus, elle avait trouvé quelqu’un d’autre qu’elle cherchait et s’était dirigée vers elle.

« Hé, calmez-vous, là. Ce n’est qu’un enfant, » déclara Chifuyu.

C’était Chifuyu. Natasha avait grincé des dents en raison de l’embarras.

« Il était bien meilleur que ce à quoi je m’attendais. Je me suis un peu emportée, » répondit Natasha.

« Ah, les enfants d’aujourd’hui… Plus important encore. Ça ne vous dérange pas de vous promener comme ça après hier ? » demanda Chifuyu.

« Oui, je vais bien. Cette fille m’a protégée, » répondit Natasha.

Cette fille était l’IA de Silverio Gospel, qui avait déclenché la situation en devenant incontrôlable.

« Alors c’était comme ça, hein ? » déclara Chifuyu.

« Ouais. Elle s’est battue sans le vouloir afin de me protéger. Elle s’est retrouvée forcée à prendre le deuxième mode, coupant le réseau central…, » pendant que Natacha parlait, toute trace de sa joie s’était estompée, remplacée par une amertume aiguë. « Je ne lui pardonnerai jamais. Quand je trouverais celui qui lui a enlevé son esprit, qui a retourné l’autre IS contre elle… Cette personne va obtenir ce qu’elle mérite. »

Bien que l’essentiel de l’Évangile n’ait pas été blessé, à cause de ce qui s’était passé, il avait été ordonné de le neutraliser avant l’aube ce matin-là.

« Elle aimait voler plus que tout. Et puis ils lui ont enlevé ses ailes… Je me fiche de qui c’était. Je ne lui pardonnerai pas, » déclara Natasha.

« Ne vous poussez pas trop. Il y a toujours l’incident post-mortem. Vous devriez voir où ça finit, » déclara Chifuyu.

« Est-ce un avertissement formel, Brynhildr ? » demanda Natasha.

Brynhildr. Le titre réservé au champion du tournoi international IS appelé Mondo Grosso. Chifuyu avait été la première à le recevoir et elle détestait être appelée par ça.

« Juste un conseil d’ami, » répondit Chifuyu.

« Je vois. Je suppose que je vais me taire. Pour un petit moment, » déclara Natasha.

Se séparant avec un regard rapide et sans paroles, elles avaient poursuivi leur chemin. Jusqu’à la prochaine fois. Les mots flottaient entre elles.

Fin du volume trois.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *