Infinite Stratos – Tome 4 Chapitre 2

« Laura Bodewig. Rang, enseigne. Affectation actuelle, pilote d’essai IS. »

Une pièce faiblement éclairée. L’air froid avait fait apparaître clairement que c’était souterrain. Ce… C’était un endroit sombre dans mes souvenirs.

Formation RTI. Résistance à l’interrogatoire. La pire partie de l’entraînement militaire. Il n’y a pas si longtemps, la salle où elle était conduite avait été utilisée pour de véritables interrogatoires — de véritables tortures. Les taches sombres sur le sol n’avaient rien à voir avec l’humidité froide.

Le bruit de l’eau qui coulait. La condensation tombant du plafond avait mangé mon esprit.

« Comment vous sentez-vous ? Pas très bon, hein ? »

Sans la détermination de se lever ou l’énergie de s’asseoir, je laissai la question dériver loin de moi. Le maître de cette pièce était une femme, mais je ne pouvais pas voir son visage. Rétroéclairée, elle se tenait debout, les mains repliées derrière la taille. Sa voix résonnait clairement, presque magnifiquement, dans l’air humide.

« Et comment avez-vous trouvé trois jours de privation de sommeil et de famine ? Hmm ? »

Je n’avais pas voulu répondre. Je ne voulais pas brûler l’énergie pour. Voilà à quel point j’étais épuisée.

« C’est ainsi que se déroulent les interrogatoires. Comme ils l’ont toujours été. Dans une pièce où le temps s’arrête. Nuit blanche. Non répertorié. Rien d’autre pour vous tenir compagnie que des gouttes d’eau qui tombent. » La femme avait fait quelques pas, ses semelles dures claquant sur le sol. « Puis-je m’asseoir ? »

Faites ce que vous voulez. Oui. Même si je ne pouvais que le penser, je l’avais pensé. La femme s’était assise sur une chaise et avait bougé sa tête d’un côté à l’autre tout en croisant lentement ses jambes. Alors qu’elle le faisait, une jambe s’étendit de son halo aveuglant. Étonnamment, elle était nue. N’était-elle pas en uniforme ? Qui était-ce ? Ce n’est certainement pas mon formateur habituel. Probablement même pas un soldat. Je pensais que c’était le maître de cette pièce, mais il semblerait que je me sois trompée. En y repensant, sa voix était plus haute que celle d’un soldat, sa cadence plus lente. Qui est-ce ? Que fait-elle ici ? La dissonance avait redonné dans mes sens. Débordant d’énergie, j’avais commencé à planifier mon évasion dans l’instant qui avait suivi. C’est tout. D’abord, je —

« D’abord, vous m’expulsez de ma chaise, puis vous vous en prenez à mon cou ? Je ne le recommande pas. »

Comment ?

« Comment pouvais-je savoir ce que vous pensiez ? Eh bien… »

Son visage s’était lentement effacé de la lumière. Non, seulement ses lèvres. Je ne pouvais pas voir ses yeux. Elle était belle — du moins, c’est ce qu’il semblait. Sa mâchoire l’était certainement. Tout comme ses lèvres, qui avaient lentement formé quelques mots.

«         »

Je n’arrivais pas à comprendre son discours, bien que j’ai été formée à la lecture labiale. En général, je pouvais facilement comprendre un discours même dans le silence le plus total. Pourtant, je n’avais plus rien compris. Pourtant… C’est logique. C’était plus logique que je ne le voulais. Quelque chose l’avait fait paraître inévitable. Il y avait quelque chose dans ces mots.

« Alors, commençons votre interrogatoire. Laura, êtes-vous une patriote ? »

« Oui, » répondis-je.

« Je vois que vous êtes une menteuse chevronnée. Vous n’avez pas une once du drapeau dans votre cœur, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr que oui ! » déclarai-je.

Elle avait sorti un bloc-notes, comme pour laisser entendre qu’elle ne se souciait pas de ma réponse.

« Où sont vos camarades ? Combien y en a-t-il ? Comment sont-ils équipés ? Y a-t-il des renforts ? »

« Je ne vous le dirai jamais ! » déclarai-je.

« Je vois. Que pensez-vous de cela ? » Son sourire s’était transformé en un sourire narquois. Mais j’avais ignoré l’expression de la femme, alors que je me lançais dans une nouvelle manœuvre. « Il y a quelqu’un que vous aimez, n’est-ce pas ? »

« … »

Mes pensées s’étaient figées.

« N-Non, il y a…, » déclarai-je.

« Il s’appelle Orimura Ichi — . »

« QUOI !? Non, attendez, ne le dites pas ! » m’écriai-je.

« Hahahah. Vous êtes si adorable quand vous rougissez comme ça ! »

« Je vais vous tuer ! JE VAIS VOUS TUER ! » criai-je.

Me débarrassant de mon épuisement et de mon découragement, je m’étais jetée sur elle. Et puis — .

 

◆◆◆

« Euh… Laura ? »

« Euh ? »

La personne que Laura coinçait avec un couteau sous la gorge était Charlotte. L’endroit était leur propre chambre dans les dortoirs de première année de l’Académie IS. Il était tôt le matin, avec le gazouillis des moineaux qui s’infiltraient par la fenêtre.

« Euh… Tu semblais faire un cauchemar, alors je suis venue voir comment tu allais, » déclara Charlotte.

« Je… Je vois, » déclara Laura.

Maintenant que Charlotte l’avait mentionné, Laura avait réalisé qu’elle était couverte de sueur. Ses cheveux emmêlés s’accrochaient à sa peau.

« Alors… combien de temps allons-nous encore rester comme ça ? » demanda Charlotte.

« Oh, c’est vrai… Désolée, » déclara Laura.

Laura avait retiré son couteau de la jugulaire de Charlotte, puis elle s’était relevée. Elle ne se souvenait pas beaucoup de son rêve, mais cela ne pouvait pas être quelque chose d’agréable. La montée de sang dans sa tête lui en avait dit long.

« Ce n’est pas grave. Ne t’inquiète pas, » déclara Laura.

« Vraiment ? Merci, » déclara Charlotte

Au début, Laura était ambivalente quant à la possibilité d’être jumelée avec Charlotte, mais au fil du temps, elle était de plus en plus reconnaissante de sa présence constante. Même après leur bataille, Charlotte l’avait accueillie comme colocataire et comme amie. Je n’arrive pas à croire que je l’ai attaquée avec un couteau…

Laura soupira en descendant du lit de Charlotte. Charlotte avait poursuivi. « Au fait, Laura. »

« Quoi ? » demanda Laura.

« Ne vas-tu pas commencer à porter quelque chose au lit ? » demanda Charlotte.

Charlotte l’avait encore souligné. Comme elle l’avait dit, Laura dormait toujours nue. Son raisonnement — .

« Je n’ai rien à me mettre, » déclara Laura.

« Je veux dire, je ne peux pas discuter de ça, mais… franchement, tu vas attraper un rhume, » déclara Charlotte.

C’est à cela que servait la serviette de bain que Charlotte gardait toujours sur sa table d’appoint. Comme d’habitude, elle l’avait drapée sur Laura.

« Hmm. Je suis désolée. De toute façon, je vais prendre une douche. Et toi ? » demanda Laura.

« Oui, je pense que je le ferai aussi. Je suis tout en sueur, » déclara Charlotte.

« Alors, ensemble ? » demanda Laura.

« Franchement, pas question ! Après toi ! » déclara Charlotte.

« Je plaisantais, » déclara Laura.

Charlotte avait été stupéfaite pendant un moment en entendant le discours pince-sans-rire caractéristique de Laura. Laura avait eu le temps d’entrer dans la salle de bains et de fermer la porte derrière elle. Mais Laura ne plaisante jamais. Qu’est-ce que c’était ? Il devait y avoir quelque chose qui se passe avec elle, émotionnellement. Charlotte s’inquiétait pour elle, en tant qu’amie. Quoi qu’il en soit, trouvons un moyen de lui faire porter au moins un pyjama. C’était tôt le matin, mais Charlotte était déjà profondément dans ses pensées.

 

◆◆◆

« Veux-tu donc faire du shopping ? » demanda Charlotte.

« Ouais, » répondit Laura.

Laura et Charlotte avaient parlé au cours du petit-déjeuner dans la cafétéria du dortoir. Bien qu’elles ne soient pas les seules, il n’y avait certainement pas foule, car les seuls autres étudiants présents revenaient de l’entraînement du matin. Quant à leur menu : salade de macaroni, toast et yaourt. Laura, cependant, avait un autre objet.

« Es-tu sûre de te sentir bien après un steak au petit-déjeuner ? » demanda Charlotte.

« Pourquoi pas ? Le matin est le moment le plus efficace pour manger. Cela a été prouvé scientifiquement. C’est encore plus bizarre si tu t’endors après, comme tu le feras avec un dîner. Toute énergie que tu ne brûles pas se transforme en graisse, n’est-ce pas ? Je ne t’arrêterai donc pas si tu veux vraiment grossir, mais…, » déclara Laura.

« Dis-moi, Laura. Où as-tu entendu cela ? » demanda Charlotte.

« Mon épouse Ichika, » déclara Laura.

« Ouf… Tu ne sembles vraiment pas comme d’habitude aujourd’hui, » déclara Charlotte.

Je ne l’ai jamais vue aussi émue, pensait Charlotte en enfonçant sa fourchette dans les trous de ses macaronis.

« Pourquoi fais-tu cela ? » demanda Laura.

« Manger des macaronis ? » demanda Charlotte.

« Non, je veux dire. Pourquoi l’enfiler sur ta fourchette plutôt que de le poignarder ? » L’expression de Laura était si grave que Charlotte s’était arrêtée un instant. « Pourquoi ? Pourquoi pas ? »

« Pourquoi pas, hein…, » déclara Laura.

« Tu devrais aussi essayer. C’est assez amusant, » déclara Charlotte.

Au moment où Charlotte s’exprimait, elle le regrettait déjà. Attends, je parle comme à un petit enfant. Laura est probablement…

 

« Tu as raison, il y a quelque chose de vraiment drôle. »

« Vraiment ? Toi aussi, tu aimes ça ? »

« Il y a quelque chose de drôle dans ta tête. »

Pas question ! Bien sûr que non ! Laura ne dirait jamais cela !

 

« Charlotte, » déclara Laura.

Déglutis !

« Tu as raison, c’est amusant. Peut-être que je vais essayer de le faire avec tous, » déclara Laura.

Alors que Laura parlait, elle avait commencé à pousser ses macaronis tout autour de son assiette. On dirait qu’elle s’était vraiment amusée. Charlotte était soulagée.

« C’est plus difficile que je ne le pensais, » déclara Laura.

Laura luttait férocement avec les derniers morceaux. D’une certaine manière, Charlotte se souvient d’une chatte qu’elle avait eue un jour, et elle se perdit un instant dans ses pensées. Elle était toujours maladroite de la manière la plus drôle. Je me souviens encore de son visage lorsqu’elle a poursuivi une pelote de laine si longtemps qu’elle s’est défaite.

« Je l’ai fait, » déclara Laura.

« Super ! » s’exclama Charlotte.

Charlotte avait applaudi alors que Laura brandit sa fourchette chargée de macaronis. D’autres étudiantes s’étaient mises à regarder, curieuses de voir l’agitation.

« Alors, quand as-tu eu envie de faire du shopping ? » demanda Laura.

« Hmm. Je pensais que nous devrions partir vers dix heures, qu’en penses-tu ? Passons une heure ou deux à regarder autour de nous, et nous irons déjeuner là où ça te semble bien, » déclara Charlotte.

« Je vois. Je devrais inviter mon épouse à m’accompagner. Je vais faire un excellent mari, » déclara Laura.

« Ah — Ahaha… Je suis sûre que…, » ria Charlotte.

***

infinite stratos tome 4 chapitre 2 partie 2

« Il n’est pas dans sa chambre. Il ne répond pas non plus à son téléphone. Où est-il allé ? Est-ce qu’il me trompe ? » demanda Laura.

« Peut-être qu’il n’est pas chez lui, » déclara Charlotte.

« Je peux probablement le joindre par le canal privé de l’IS. Je vais essayer, » déclara Laura.

« Attends ! Mauvaise idée ! Laura, tu ne peux pas utiliser les fonctions de l’IS pour tout ce que tu veux, » déclara Charlotte.

« Peu importe. Je suis plus inquiète de retrouver ma femme, » déclara Laura.

« Mme Orimura sera furieuse, » déclara Charlotte.

Laura s’était arrêtée brusquement.

« Tu as raison. Il a besoin de son temps libre. Très bien, Charlotte. Allons-y, » déclara Laura.

« Oui, » déclara Charlotte.

Les deux femmes étaient retournées dans leur chambre pour se préparer à sortir. Cela aurait dû signifier vêtements de ville, mais…

« Hum… Laura ? Pourquoi es-tu en uniforme militaire ? » demanda Charlotte.

« Ce sont les seuls autres vêtements que je possède, » répondit Laura.

« … » Charlotte tenait sa tête dans ses mains. Maintenant qu’elle y avait pensé, elle n’avait jamais vu Laura traîner dans leur chambre dans des vêtements normaux. « Ton uniforme scolaire est parfait. De plus, tu ne veux pas que les Allemands t’en veuillent, n’est-ce pas ? »

« Oh, bon point. Très bien, je vais mettre mon uniforme scolaire, » déclara Laura.

Laura s’était vite changée avec une vitesse surprenante pour une fille, et pas plus de 15 minutes plus tard, elles étaient parties.

« D’abord, prenons un bus pour aller à la gare, » déclara Charlotte.

« OK, » répondit Laura.

Presque dès qu’elles avaient atteint l’arrêt, un bus était arrivé, et elles étaient montées à bord. C’était encore les vacances d’été, donc il était presque vide même à un peu plus de dix heures. Laura portait son uniforme scolaire et Charlotte était en tenue de ville : une pièce estivale, aux accents bleus clairs et rafraîchissants. Fait inhabituel pour un bus de ville, plutôt que d’être climatisé, les fenêtres étaient ouvertes pour laisser entrer la brise.

Tu sais, je n’ai jamais eu l’occasion de vraiment jeter un coup d’œil en ville. Je vais devoir le faire aujourd’hui. Le vent avait soufflé sur Charlotte alors qu’elle regardait par la fenêtre. Ses cheveux dorés brillaient au soleil en battant des cils d’avant en arrière.

À côté d’elle, l’œil de Laura se fixa intensément sur les bâtiments adjacents. Ce bâtiment ferait un nid de sniper idéal. Le supermarché d’en face pourrait assurer un approvisionnement à long terme. Je dois me procurer une carte des réseaux d’égouts et de métro. Et puis, trouver un bâtiment avec un générateur de secours… Ses cheveux d’argent avaient leur propre lueur, mais son éclat vif la faisait paraître hors de propos.

 

« Hé, regarde par là ! Ces deux-là ! »

« Elle est magnifique. »

« Son amie est aussi mignonne. S’agit-il de modèles ? »

« Je ne sais pas, on dirait que celle qui a les cheveux argentés porte un uniforme d’école. Mais je n’ai jamais vu ce modèle auparavant. »

« Idiot ! C’est un uniforme de l’Académie IS. Il leur est permis de les personnaliser sur place. »

« L’Académie IS ? Veux-tu parler de celle qui a un taux d’acceptation inférieur à un sur dix mille ? »

« Oui. Il faut être le meilleur des meilleurs, au niveau national, pour y entrer. »

« Ouah ! Ce n’est pas juste qu’elle soit aussi jolie. »

« La vie n’est pas juste. »

Un groupe de lycéennes, si excitées qu’elles ne pouvaient pas baisser la voix, regardaient Charlotte et Laura. Leur conversation excitée avait dérivé à travers l’espace étroit du bus.

« … »

Charlotte n’avait jamais entendu de tels éloges, et se cachait le visage dans l’embarras. Laura, par contre, l’avait laissé passer en retournant à sa simulation mentale d’une ville en guerre.

La puissance d’un IS n’a pas de rivale. Pourtant, les guerres ne sont pas gagnées par des soldats individuels. Si une force d’invasion tentait de se déplacer et de tenir un territoire, les défenseurs devraient eux-mêmes mettre en place une ligne d’infanterie.

Les IS n’étaient utiles que si l’objectif était de niveler la ville entière.

Si je suppose que l’attaque serait précédée d’un raid de bombardement, de multiples lanceurs SAM mobiles indépendants seraient également nécessaires. Si possible, également des MANPADS. Les Javelins ou les Starstreaks pourraient également être utilisés comme armes antichars. Et surtout — .

« Laura. Laura ! » cria Charlotte.

« Quoi ? » demanda Laura.

« Nous sommes à notre arrêt. Allez, tu continueras ce que à quoi tu pensais plus tard, » déclara Charlotte.

« Bien, » répondit Laura.

Avec les autres passagers, elles étaient descendues du bus et étaient entrées dans le centre commercial. Charlotte avait sorti un magazine de son sac et avait commencé à vérifier l’annuaire imprimé à l’intérieur pour trouver quelque chose.

« Hmm, d’accord. Il est probablement préférable d’y aller dans cet ordre, » déclara Charlotte.

« D’accord, » déclara Laura.

« Vérifions d’abord les vêtements, et prenons le déjeuner en chemin. Je veux également examiner les articles ménagers et les accessoires, si tu le veux bien, » déclara Charlotte.

« Je ne suis pas vraiment sûre de ce que je fais, alors je vais te suivre, » déclara Laura.

Comme d’habitude, Laura n’était pas habituée à ce que font les adolescentes normales. Elle en était peut-être une elle-même, mais elle ne les comprenait toujours pas du tout. Pourtant, cela lui semblait un peu bizarre. Elle avait toujours insisté pour suivre son propre chemin, mais elle suivait Charlotte sans se plaindre. Normalement, elle aurait choisi sa propre route même si elle n’était pas complètement sûre. C’est sûrement étrange… Charlotte avait une sorte d’étrange autorité. C’était peut-être la touche maternelle que Laura n’avait jamais connue.

« Laura, tu m’écoutes ? » demanda Charlotte

« Hein — oh, désolée. Je n’ai pas écouté, » déclara Laura.

« Allons. Préfères-tu un pantalon ou une jupe ? » demanda Charlotte.

« Je vais bien avec —, » commença Laura.

« Ne me dis pas que tu es correcte ainsi. Parfois, tu es comme Ichika, » déclara Charlotte.

Charlotte avait poussé un soupir, tandis que Laura s’était mise à sourire fièrement.

« Il est bon pour un mari et une femme de se ressembler, » déclara Laura.

Charlotte avait poussé un autre soupir de frustration face à l’absurdité et avait changé de sujet.

« Quoi qu’il en soit, allons au septième étage. Les sixième et cinquième sont aussi pour les vêtements pour dames. Ainsi, nous pouvons nous frayer un chemin vers le bas, » déclara Charlotte.

« Hein ? Pourquoi commencer par le sommet ? Qu’y a-t-il de mal à gravir les échelons ? » demanda Laura.

« Il vaut mieux aller de haut en bas. Tu vois, c’est comme ça que les magasins sont installés, » déclara Charlotte.

Charlotte avait pointé du doigt quelque chose dans le magazine, mais…

« Je ne comprends pas, » déclara Laura.

Charlotte avait grommelé. « Les étages inférieurs ont déjà des vêtements d’automne. L’étage supérieur s’est aussi beaucoup transformé, mais il y a encore des vêtements d’été en vente de liquidation, alors… »

« Je n’ai pas besoin de vêtements d’automne, » déclara Laura.

« Hein ? Pourquoi pas ? » demanda Charlotte.

« C’est l’été, » répliqua Laura.

Laura avait dit que c’était une question de fait, mais Charlotte était abasourdie.

« Je peux acheter des vêtements d’automne en automne, » déclara Laura.

« Attends, mais… Les filles font normalement leurs courses à l’avance, » répliqua Charlotte.

« Oh ? Je vois. Si la guerre a déjà commencé, il est trop tard pour commencer la mobilisation. Est-ce ainsi ? » demanda Laura.

« Bien sûr… Oui. Oui, c’est vrai, » déclara Charlotte.

« De la prévoyance, c’est donc de la prévoyance que tu me proposes, » déclara Laura.

Ce n’était pas vraiment ce qu’une fille penserait normalement, mais Laura avait réussi à arriver à une conclusion similaire. Il serait étrange de dire que c’était une erreur en soi, alors Charlotte avait laissé tomber.

« Quoi qu’il en soit, nous allons nous frayer un chemin. S’il y a quelque chose que tu ne comprends pas, il suffit de demander, » déclara Charlotte.

« Bien sûr. Je suis contente que tu sois là, » répondit Laura.

Les deux femmes avaient pris un ascenseur jusqu’au septième étage. La climatisation avait été mise en marche pour faire face à la masse d’adolescentes faisant leurs courses.

« Ce serait mauvais si on se séparait. Tenons-nous la main, » déclara Charlotte.

« O-Ok, » balbutia Laura.

Charlotte l’avait dit avec désinvolture, mais Laura avait hoché la tête avec un peu de timidité. Pour une raison ou une autre, elle se remettait en route.

« Très bien, commençons par là, » déclara Charlotte.

« “Troisième surface”. C’est un drôle de nom, » déclara Laura.

« Cependant, c’est assez populaire. Regarde toutes les filles qui sont là-dedans, » déclara Laura.

Laura avait observé, et elle avait vu qu’il y avait effectivement beaucoup de collégiennes et de lycéennes. Le magasin bourdonnait, surtout à cause des soldes. Il fallait s’attendre à ce qu’elle manque un peu de personnel. Mais — .

« … » Un sac avait glissé de la main du directeur. « Une blonde, et une avec des cheveux argentés ! »

Dès que la vendeuse les avait remarquées, le personnel avait suivi son regard. Comme hypnotisées, elles s’étaient mises à parler entre elles.

« Elles sont comme des poupées… »

« Est-ce qu’elles filment ? »

« Yuri, peux-tu t’en occuper ? »

La vendeuse avait regardé Laura et Charlotte avant de se retourner. C’était comme si elle était envoûtée, ou comme si la chaleur l’atteignait.

« Attendez, quoi, moi ? Est-ce que vous allez au moins choisir — . »

La vendeuse avait perdu ses mots au milieu de la plainte alors qu’elle regardait le duo. Deux beautés comme arrachées des pages d’un livre de contes, et se tenant la main avec les doigts entrelacés. Légèrement, oh, c’est si éphémère. Cela les rendait encore plus éthérées.

« Est-ce que je peux vous être utile ? » demanda la vendeuse.

L’excitation de la vendeuse était visible, et la faisait paraître hors de propos dans son costume. C’était assez frappant pour que Charlotte mette de côté ses pensées de quitter le magasin pour s’éloigner des regards.

« Je cherche des vêtements pour elle. Avez-vous des recommandations à formuler ? » demanda Charlotte.

« Ah, la fille aux cheveux d’argent ? Un instant, je vais jeter un coup d’œil ! Ici ! » déclara la vendeuse.

Le gérant avait retiré quelque chose d’un mannequin — un mannequin qui se vendrait probablement même hors saison, placé à l’avant du magasin pour attirer les clients. Bien que ce ne soit pas strictement réservé à la publicité, c’était le genre de choses qui n’étaient normalement retirées du mannequin que pour des clients spéciaux. Normalement.

« Que pensez-vous de cela ? Je pense que cette chemise blanche d’été s’accorde fabuleusement avec vos cheveux, » déclara la vendeuse.

« C’est tellement transparent qu’on peut presque voir à travers. Laura, qu’en penses-tu ? » demanda Charlotte.

« Je ne sais pas —, » déclara Laura.

« Ne dis pas que tu ne sais pas, » insista Charlotte.

« Argh…, » déclara Laura.

Frappée avant même d’avoir pu finir sa phrase, Laura avait laissé un rare regard d’offense s’insinuer sur son visage. La vendeuse avait cligné des yeux alors que l’expression puérile lui faisait réévaluer son évaluation de Laura comme étant la plus calme.

« Blanc, hein. Cela ne me dérange pas. Je porte cette couleur maintenant, » déclara Laura.

« Ah, oui, » déclara la vendeuse.

La réponse, inattendue et peu gaie, avait laissé la vendeuse sans voix.

« Pourquoi ne pas l’essayer, Laura ? » demanda Charlotte.

« Ce serait trop —, » commença Laura.

« Je ne dis pas que ce serait trop difficile, » déclara Charlotte.

« … »

Coupée à nouveau, Laura se tut. Entre-temps, la vendeuse et Charlotte avaient également choisi un maillot de corps et des bas.

« Des jeans stretch capris, et…, » murmura Charlotte.

« Que diriez-vous d’une camisole à col en V ? » demanda la vendeuse.

« Ce serait formidable. Mais une couleur complémentaire ou contrastée ? Hmm…, » déclara Charlotte.

Elles s’étaient joyeusement frayé un chemin parmi les options qui s’offraient à elles. Laura, se rendant compte qu’il était inutile de discuter, avait simplement pris du recul et regardé. Mais qu’est-ce qui les excite autant ? Les vêtements ne servaient qu’à vous tenir chaud et à vous maintenir en bonne santé. Laura avait toujours été avant tout pratique, et il n’en allait pas autrement aujourd’hui.

« Très bien, Laura. Essaie-les, » déclara Charlotte.

« OK, » déclara Laura.

« Les loges sont par là, » déclara la vendeuse.

Ce n’est qu’après avoir été emmené dans la loge et être entré que Laura avait poussé un petit soupir. Je suppose que je dois y faire face. C’est moi qui ai voulu me déguiser pour Ichika.

Laura s’était déshabillée alors qu’elle y pensait. Sa peau d’un blanc laiteux brillait comme de l’albâtre sous la lumière. hmm…

Elle avait jeté un rapide coup d’œil dans le miroir. Ne se tenant qu’en sous-vêtements, son physique agile, mais tonique était évident. Je ne comprends pas vraiment pourquoi, mais je suppose que les hommes trouvent cela attirant ? C’est surtout Ichika qui l’avait fait. Hmm… Elle avait essayé une pose qu’elle avait vue dans un magazine. Le miroir reflétait sa forme séduisante, avec ses courbes à peine couvertes, sûres d’attirer n’importe quel homme.

« C’est ridicule…, » déclara Laura.

Embarrassée par elle-même, Laura était retournée se changer. En regardant à nouveau les vêtements que Charlotte avait choisis, elle avait réalisé que c’était plutôt un look « cool ». J’aurais aimé qu’elle choisisse quelque chose de mignon à la place. Ichika aimerait…

 

« Laura, ta tenue est adorable. »

« Juste ma tenue ? »

« Pas autant que toi. »

« Idiot… »

« Et est-ce que tu portes quelque chose de mignon en dessous ? »

« Ah… »

« Montre-moi. »

« Hm… »

 

Pris dans son propre fantasme, Laura rougissait en silence.

« Non, juste… Je sais que ça ne se passerait jamais comme ça, mais… »

Ce n’était pas impossible.

« Hé, Laura ! T’es-tu déjà changée ? »

C’était Charlotte qui appelait de l’extérieur de la porte. Laura avait rapidement remis son uniforme, puis elle avait ouvert la porte.

« Hein ? Pourquoi es-tu toujours en uniforme ? » demanda Charlotte.

« Charlotte, » déclara Laura.

« Hm ? Quoi, n’as-tu pas aimé ? » demanda Charlotte.

« Ce n’est pas ça. C’est juste…, » commença Laura.

Un point d’interrogation flottait au-dessus de la tête de Charlotte, alors qu’elle réfléchissait à la vision si rare de Laura à court de mots.

« Peut-être… Peut-être quelque chose d’un peu plus mignon…, » déclara Laura.

Charlotte avait été momentanément stupéfaite, tandis que Laura, embarrassée, se contorsionnait avec un peu de féminité. Mais rapidement, le visage de Charlotte s’était illuminé et était passé à l’action.

« Oh, bien sûr ! Quelque chose de plus mignon ? Je vais choisir quelque chose tout de suite ! » L’enthousiasme soudain de Laura, à son tour, avait donné encore plus d’élan à Charlotte. « Alors, à quoi penses-tu ? Cherches-tu une couleur ou un style particulier ? »

« Je suppose quelque chose qui montre une bonne quantité de peau serait bien, » déclara Laura.

« J’ai compris ! » Charlotte se précipita vers la vendeuse et toutes deux commencent à fouiller dans les vêtements. « Cette pièce unique et ce bracelet. Et puis peut-être… »

Charlotte avait choisi une tenue aussi gaiement que si c’était pour elle.

« Si elle doit montrer beaucoup de peau, un noir chic serait parfait. Il contraste aussi bien avec tes cheveux, » déclara Charlotte.

« S’il te plaît, rien de trop voyant, » déclara Laura.

L’enthousiasme de Charlotte avait rendu Laura un peu nerveuse et lui avait fait sentir qu’elle avait besoin de ce rappel. Mais Charlotte répondit gaiement. « Ça va aller ! Laisse-moi faire. »

« OK, » déclara Laura.

En voyant Charlotte, qui était normalement si calme, devenir si énergique, Laura ne pouvait pas discuter. Son sens de la mode est meilleur que le mien. Je devrais me détendre. 20 minutes plus tard, alors que Laura sortait du vestiaire, tout le magasin avait haleté.

« Elle est magnifique. »

« Elle est comme une fée… »

Tous les yeux étaient attirés par elle alors qu’elle se tenait debout avec une expression embarrassée. Elle portait une jupe noire d’une seule pièce, maintenue au niveau des épaules. Des fioritures éparpillées lui donnaient un peu de mignardise. Son ourlet, proche de celui d’une minijupe, correspondait au look d’outre-mer de Laura, c’était vraiment la tenue d’une fée.

« Tu as même choisi des chaussures ? Je suis surprise, » déclara Laura.

« C’est une tenue spéciale. Il faut des talons pour l’accompagner, » déclara Charlotte.

Laura, qui n’avait jamais porté de talons auparavant, avait trébuché. Au moment même où tout le magasin s’effondrait, Charlotte l’attrapa.

« Merci, » déclara Laura.

« Pas de problème, » déclara Charlotte.

Charlotte répondit brièvement à Laura, qui se stabilisa. Elles étaient comme un jeune noble et une jeune princesse, comme une scène de conte de fées.

« Puis-je prendre une photo ? »

« Ooh, moi aussi ! »

« Serrez-moi la main ! »

« Moi aussi ! Moi aussi ! »

En un clin d’œil, elles avaient été encerclées. L’agitation s’était répandue, et des gens étaient même venus de l’extérieur du magasin.

***

infinite stratos tome 4 chapitre 2 partie 3

« Je suis épuisée. »

« Je ne pensais pas que nous prendrions autant de temps dans le premier magasin, » déclara Charlotte.

Il était déjà midi passé, et Laura et Charlotte déjeunaient sur la terrasse du café. Laura avait commandé les pâtes spéciales du jour, tandis que Charlotte mangeait des lasagnes.

« J’ai acheté de belles choses, » déclara Laura.

« Tu aurais dû les porter jusqu’à chez nous. On n’a pas l’habitude de faire cela très souvent, » déclara Charlotte.

« Eh bien, euh… je ne veux pas que ça se salisse, » répondit Laura.

« Oh ? Es-tu sûre que ce n’est pas parce que tu veux qu’Ichika le voie en premier ? » demanda Charlotte.

« Quoi !? Pas question ! Ce n’est pas du tout cela ! » s’écria Laura.

Charlotte pouvait voir dans le rougissement de Laura qu’elle avait touché dans le mile, mais faisait semblant de ne pas le remarquer.

« Oh, d’accord. Désolée d’avoir été bizarre à ce sujet, » déclara Charlotte.

« Bon sang! » s’exclama Laura.

« Laura, » déclara Charlotte.

« Qu-Quoi ? » demanda Laura.

« Tu as ta fourchette et ta cuillère à l’envers, » déclara Charlotte.

« Ngh ! »

Ce n’est que maintenant que Laura avait remarqué qu’elle soulevait ses pâtes à la bouche avec sa cuillère. Elle les avait rapidement inversées.

« Alors, que veux-tu faire cet après-midi ? » demanda Laura.

« Je voulais faire le tour des objets de maison, et peut-être trouver une montre. J’aime bien les montres japonaises, » déclara Charlotte.

« Veux-tu une montre ? » demanda Laura.

« Oui, puisqu’on fait des courses de toute façon, autant en profiter. Et toi, Laura ? Veux-tu quelque chose de japonais ? » demanda Charlotte.

Laura réfléchit un instant avant de répondre clairement. « Un katana. »

« Que dirais-tu de quelque chose d’un peu plus féminin ? » demanda Charlotte.

« Non, » refusa Laura.

Une réponse rapide. Charlotte s’y attendait, mais elle avait quand même penché la tête. C’est alors que Charlotte avait remarqué la femme à la table d’à côté.

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire pour… » Elle avait une vingtaine d’années et portait un costume moulant. Ce qui la dérangeait était suffisamment inquiétant pour que son aglio e olio ait refroidi sans qu’on le touche. « Soupir… »

Son soupir exprimait l’obscurité du vide.

« Hé, Laura, » déclara Charlotte.

« Nous devrions nous occuper de nos propres affaires, » répliqua Laura.

Cette fois, Laura avait coupé Charlotte avant qu’elle ne puisse terminer. Cela avait un peu choqué Charlotte au début, mais elle avait ensuite fait surgir un sourire.

« Donc, tu me comprends, » déclara Charlotte.

« En quelque sorte… De toute façon, que voulais-tu faire ? » demanda Laura.

« Au moins, lui demander ce qui s’est passé. » Charlotte se tourna vers la femme et l’appela. « Il y a un problème ? »

« Hein ? Ah — ! » s’exclama la femme.

Dès qu’elle avait jeté un coup d’œil, la femme s’était levée assez rapidement pour envoyer sa chaise au sol avec un fracas. Se précipitant vers Charlotte, elle lui saisit la main.

« Vous deux ! »

« Euh, oui ? »

« Avez-vous besoin d’un emploi ? » demanda la femme.

« EHHH !? »

 

◆◆◆

« Donc, de toute façon, elles sont parties d’un coup. Elles n’ont même pas vraiment démissionné, elles se sont juste enfuies ensemble » déclara la femme en riant.

« Oh ? »

« Hm. »

« Mais aujourd’hui, c’est vraiment important ! Quelqu’un de l’entreprise vient ! Alors, s’il vous plaît, travaillez ici juste pour un jour ! » déclara la femme.

Le restaurant pour lequel elle recrutait était bien plus qu’un restaurant normal. Les femmes qui y travaillaient étaient habillées en domestiques, et les hommes en majordomes — en d’autres termes, c’était un café de domestiques (et de majordomes).

« Eh bien… Je suppose, mais…, » Charlotte, ayant fini de se changer, se mit à demander un peu plus prudemment. « Alors, pourquoi m’habiller en majordome ? »

« Eh bien, je veux dire que… cela vous va si bien ! Vous vous en sortez tellement mieux que les gars d’ici, » déclara la femme.

« Je suppose que…, » murmura Charlotte.

Charlotte soupira face à ces louanges non désirées. Je préfère être en tenue de bonne… Laura est si mignonne dedans… Légèrement découragée, elle avait regardé son smoking. Je n’en suis pas sûre, mais elle a peut-être raison…

Peut-être réalisant l’ambivalence de Charlotte, la responsable, qui s’était également changée en tenue de bonne, lui avait soudain serré la main.

« Tout ira bien ! Vous êtes parfaite ! »

« V-Vraiment ? » demanda Charlotte.

Charlotte, l’air un peu gêné, avait lancé un rire poli. C’est ce qui m’inquiète… Tandis que ses propres soucis lui trottaient dans la tête, elle avait regardé Laura de nouveau. Le corps mince, mais tonique de Laura était enveloppé dans une robe de bonne à froufrous. Ses cheveux argentés tombaient en cascade sur elle, comme si elle faisait le lien entre la tenue et elle-même. Son regard ne faisait que la rendre plus mystérieuse.

Je suis jalouse. Elle a l’air adorable là-dedans. Cela souligne vraiment l’attrait de Laura, pensait Charlotte. Laura était le genre de fille qui, même dans des vêtements d’homme, serait immédiatement évidente comme une fille. Pendant ce temps, elle ressemblait elle-même à un garçon au visage exceptionnellement mignon. Elle avait poussé un soupir face à cette réalisation.

« Patronne, peut-on avoir de l’aide ici ? »

La voix du chef d’équipe s’était fait entendre. La directrice générale avait fini d’ajuster sa tenue et avait commencé à sortir de l’arrière-salle.

« Euh, une autre question, » déclara Charlotte.

« Hm ? »

« Quel est le nom de ce restaurant ? » demanda Charlotte.

Avec un sourire, la directrice générale avait rassemblé sa jupe dans ses mains et avait fait une révérence presque trop mignonne pour une femme de son âge.

« Bienvenue au @Cruise ! » déclara-t-elle.

 

◆◆◆

« Dunois, la table quatre a besoin d’un thé noir et d’un café. »

« Compris, » répondit Charlotte.

Charlotte avait pris les boissons au comptoir et les avait placées sur un plateau gravé du symbole @. Même un acte aussi simple avait montré son élégance naturelle, et les halètements soudains de ses nouveaux collègues s’étaient fait entendre. Bien qu’il s’agisse de son premier emploi à temps partiel, elle avait bougé sans la moindre réticence due à la nervosité, mais avec une confiance en soi qui semblait pratiquée, alors qu’elle n’était même pas ébranlée. Cela avait certainement suffi pour attirer les regards des clientes.

« Toutes mes excuses pour l’attente ! Et à qui est le thé noir ? » demanda Charlotte.

« C’est à moi. »

Bien qu’elle soit plus âgée que Charlotte, la cliente était devenue un peu nerveuse en répondant. Après avoir placé le thé et le café devant les clientes, Charlotte avait demandé si l’une d’elles souhaitait bénéficier du « service spécial ».

« Voulez-vous du sucre ou de la crème ? Je peux les mettre pour vous, » déclara Charlotte.

« Oui, je vous en prie. Beaucoup pour les deux, si vous voulez bien, » déclara la cliente.

« C’est la même chose ici. »

Toutes deux prenaient normalement leurs boissons noires, mais l’occasion de profiter du service d’un splendide jeune majordome avait fait que leurs réponses s’étaient transformées en « oui » sans réserve. Qu’elle s’en rende compte ou non, Charlotte répondit par un doux sourire et un signe de tête.

« Compris. Pardonnez-moi. » Ses beaux doigts pâles s’enroulaient autour d’une cuillère en remuant. Son cliquetis contre la tasse avait coupé le souffle aux clientes. « Voilà. »

« Merci… »

Prenant la tasse des mains de Charlotte, la femme l’avait nerveusement portée à sa bouche. Ensuite, la femme au café, qui, nerveusement, et par à-coups, l’avait porté à ses lèvres et en avait pris une gorgée.

« Bien sûr, mesdemoiselles, si je peux faire autre chose pour vous, n’hésitez pas à me le demander, » déclara Charlotte.

Après avoir parlé, Charlotte avait fait un salut que l’on ne pouvait qualifier que de « noble », laissant les clientes si stupéfaites qu’elles n’avaient pu que hocher la tête. Ouf, le service des tables est un travail difficile. Je me demande comment va Laura ? Alors qu’elle continuait à travailler, Charlotte avait scruté la pièce à la recherche de Laura. Bientôt, elle l’avait vue prendre des ordres à une table de trois hommes.

« Hé, tu es mignonne. Quel est ton nom ? »

« … »

« À quelle heure termines-tu ? Veux-tu sortir plus tard ? »

Bang ! Laura, un peu pliée, avait renversé une tasse sur la table, éparpillant des gouttes d’eau, puis avait parlé froidement à son public choqué.

« Votre eau. Buvez. »

« Ooh, fougueuse ! Je veux savoir où tu gardes ce feu en — . »

Avant même qu’il ait pu finir sa phrase, et encore moins donner un ordre, Laura s’était éloignée de la table. Elle s’était approchée du comptoir, avait parlé et avait attendu un moment, puis avait rapporté un verre.

« Buvez. »

Laura l’avait posé sur la table, un peu plus doucement qu’avant, ne serait-ce que pour ne pas casser la soucoupe. Pourtant, le café avait éclaboussé.

« Attendez, je ne me souviens pas avoir commandé un café… »

« N’êtes-vous pas un client ? Alors, sortez, » déclara Laura.

« Non, ce n’est pas ça, je voulais juste jeter un coup d’œil au menu avant… »

Que ce soit parce qu’il s’était entiché de Laura ou parce qu’il avait été surpris par son impatience à son égard, l’homme cherchait les mots justes au moment où il parlait. Dans une société dirigée par des femmes, seuls les vrais courageux ou les vrais crétins essaieraient de reprendre des répliques de ce genre. Ce groupe était certainement dans le deuxième cas.

« Ce n’est pas que je ne veuille pas de café, mais peut-être que je cherchais un Arehalli ou un Kilimandjaro… »

Laura ricana avec un regard sans joie comme pour lui couper la parole. « Oh ? Des plébéiens comme vous peuvent-ils même faire la différence ? »

« Eh bien, euh… Désolé… »

Les hommes s’étaient rabattus sur leurs sièges devant son regard impitoyable et son ricanement impitoyable, et avaient tranquillement siroté leur café.

« Sortez d’ici une fois que vous avez terminé. Vous prenez une table, » déclara Laura.

« Oui, madame… »

La reine des glaces teutonne était toujours en sécurité sur son trône. Mais son attitude inaccessible, combinée à sa belle apparence, avait son propre charme. La plupart des hommes présents dans le café étaient manifestement désireux de recevoir le même traitement.

« Wôw, elle est incroyable. »

« Je veux qu’elle m’insulte ! Je veux qu’elle me regarde de haut ! Je veux qu’elle me discrimine ! »

Un certain nombre de tables avaient été très enthousiasmées par ça. Même les autres tables, et le personnel avaient fait de leur mieux pour faire semblant de ne pas regarder.

« Puis-je compléter ma commande ? Et voulez-vous que je demande au majordome blond d’avant de vous l’apporter ? »

« Un café, s’il vous plaît ! De la bonne aux cheveux d’argent !

« Un du fabuleux majordome ! »

« La mienne, avec la belle servante ! »

L’agitation s’était répandue dans le café, atteignant un pic de fièvre. Laura et Charlotte ne savaient pas quoi faire, jusqu’à ce que la directrice intervienne et les guide table par table. Elle était une vraie professionnelle, leur tissant habilement un chemin à travers une foule deux fois plus nombreuse que la normale. Cela avait duré deux heures. Mais au moment où Charlotte et Laura avaient commencé à montrer des signes d’épuisement mental, cela s’était produit.

***

infinite stratos tome 4 chapitre 2 partie 4

« TOUT LE MONDE À TERRE ! »

La porte s’était ouverte et trois hommes avaient foncé dans la pièce comme une avalanche, criant. En un clin d’œil, les clients du café n’avaient pas pu assimiler ce qu’ils voyaient, mais des cris avaient suivi lorsqu’un coup de feu avait retenti.

« EEEEEEK ! »

« Personne ne bouge ! Taisez-vous ! »

Les hommes étaient vêtus de vestes militaires et de jeans, avec des masques sur le visage et des armes à feu dans les mains. Des papiers étaient tombés du sac à dos. Il s’agissait manifestement d’un vol en cours. Probablement des braqueurs de banque qui s’échappaient. On aurait pu croire qu’il s’agissait plutôt d’évasions d’un manga du XXe siècle, mais c’est pourtant le cas. Ils étaient armés. On ne pouvait pas les ignorer.

« C’est la police ! Nous vous avons encerclés ! Sortez les mains en l’air ! Je répète — . »

Il s’agissait d’un bien immobilier de premier choix proche de la station. La réponse de la police avait été rapide, avec des voitures de patrouille qui avaient bouclé les routes tandis que des officiers avec des boucliers antiémeutes et des armes à feu se déployaient autour du bâtiment.

« Pour une raison quelconque… »

« La police… »

« Fait aussi cela à l’ancienne… »

Les clients chuchotaient, oubliant presque leur statut d’otage en racontant quelque chose appropriée pour des adolescents.

« Patron, que faisons-nous ? Ils vont tous nous avoir ! »

« Du calme ! Ne perdez pas la tête. On a des otages. Ils ne vont pas prendre d’assaut la zone. »

Le chef apparent du trio, un homme bien bâti, avait redonné un peu de courage à ses camarades.

« Tu as raison. Nous avons encore ce avec quoi nous avons gagné notre salaire, » déclara un camarade voleur en rechargeant son fusil à pompe, puis en tirant dans le plafond.

« EEEEEEK ! »

Alors qu’un tube lumineux se brisa, une femme se couvrit les oreilles avec ses mains et poussa un cri de terreur. Cette fois, le chef avait tiré un coup de pistolet en l’air pour la faire taire.

« DU CALME ! Faites ce que nous disons, et personne ne sera blessé. Compris ? »

Le visage de la femme était devenu d’un blanc pâle, et elle avait hoché la tête en mâchant sa lèvre.

« Quelqu’un écoute-t-il ? Si vous voulez que nous libérions les otages, apportez-nous une voiture ! Pas de suiveur et pas de traceur ! »

L’homme avait ponctué ses demandes de coups de feu. Rien n’avait été touché, à part le pare-brise d’une voiture de patrouille, mais cela avait quand même suffi à semer la panique parmi les passants.

« Haha, regardez-les se tortiller. »

« Plus un pays est en paix, plus il est facile d’obtenir un emploi ! »

« Vous le savez maintenant. »

Les voleurs s’étaient mis à rire brutalement. Pendant ce temps, de l’ombre, une seule paire d’yeux regardait froidement. L’un avec un fusil de chasse, l’autre avec un SMG, et le chef avec un pistolet. Il est possible qu’ils aient d’autres armes, mais pour l’instant… Charlotte était restée discrète dans son analyse de la situation. Alors que ses yeux se promenaient dans le restaurant, elle avait été stupéfaite.

« … »

Une autre personne que les voleurs était debout : Laura. Avec ses cheveux argentés, son cache-œil, sa beauté, n’importe quel œil s’arrêterait sur elle.

« Quel est ton problème ? N’as-tu pas entendu qu’on te disait de faire moins de bruit ? »

Comme on pouvait s’y attendre, le chef s’était tourné vers elle. Le regard de Laura avait perçu le pistolet dans sa main en un clin d’œil.

« N’écoutes-tu pas ? Ne parles-tu pas japonais ? »

« Tout va bien, patron. Nous avons tout notre temps. Faisons en sorte qu’elle nous serve le déjeuner ! »

« De quoi parles-tu ? »

« Allez, elle est un peu étourdissante ! »

« Je suis aussi d’accord. Je n’ai jamais été dans un café de bonne. »

Tandis que ses deux sous-fifres ricanaient, le patron fronça les sourcils et s’assit sur un canapé voisin.

« Bien, peu importe. J’ai soif. Apporte-moi un menu. »

Laura avait gardé le regard fixé sur les hommes alors qu’elle se tenait sous le comptoir. Ce qu’elle avait sorti, c’était un pichet empli de glace.

« … Qu’est-ce que c’est ? »

« L’eau, » répondit Laura.

« Je pensais avoir demandé un menu. »

« Taisez-vous et buvez. Si vous le pouvez, » déclara Laura.

Laura avait soudainement retourné le plateau. L’eau glacée s’était élevée dans les airs et, d’un rapide mouvement de rotation, elle avait attrapé un cube — et l’avait jeté au loin.

« Owww ! Que diable êtes-vous — ? »

Une balle gelée. Il s’était écrasé sur l’index qu’il avait retiré de la gâchette, et alors qu’il était encore abasourdi, il s’était enfoncé davantage dans les paupières, la gorge et entre les yeux. Avant même qu’il ne puisse crier, Laura avait enfoncé son genou dans l’intestin d’un autre voleur.

« Putain ! ? Petite —! »

Le chef, se remettant de sa douleur initiale, avait ouvert le feu avec son pistolet. Le rugissement de la poudre explosive avait rempli la pièce, mais les balles n’avaient pas touché leur cible. Du canapé à la table, de la plante en pot à la fontaine à eau, Laura avait utilisé les meubles du restaurant comme boucliers, se déplaçant avec une rapidité démentie par son corps élancé.

« Patron ! Elle est…! »

« Du calme ! Nous pouvons nous occuper d’une seule enfant ! »

« Désolée, mais il n’y en a pas qu’une seule, » déclara Charlotte.

Alors que le chef échangeait de chargeur, un jeune majordome fabuleux — enfin, la belle jeune Charlotte — s’était approché par-derrière. Elle avait poussé un soupir de démission frustrée en bougeant, non seulement parce qu’elle était entraînée dans cette affaire, mais aussi parce que Laura avait agi seule et qu’elle devait la soutenir.

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? »

« Je suis peut-être contente d’être habillée en majordome. Hm, ouais — ça me permet de planer, » déclara Charlotte.

Pendant qu’elle parlait, Charlotte avait donné un coup de pied dans le pistolet du chef de file. Elle avait ensuite donné un coup du tranchant de la mains sur l’épaule du voleur avec un fusil de chasse. Avec un craquement écœurant, son bras était resté mou.

Laura et Charlotte étaient toutes deux habituées à cela — non, quelque chose de plus. C’était la preuve de leur expérience dans des batailles beaucoup plus féroces et rapides. En tant que pilotes avec leur propre IS, leurs pays les avaient naturellement soumis à une formation pour toutes les situations imaginables. Le fait d’être une cadette nationale ne les avait pas épargnés. Au contraire. Elles avaient été formées pour surmonter toute opposition, même sans l’utilisation de leur IS. Bien sûr, en tant que soldate, la technique, les réactions et le conditionnement de Laura étaient nettement supérieurs à ceux de Charlotte. Mais dans une situation comme celle-ci, cela ne fait aucune différence.

« Cible 2 neutralisée — Laura ? »

« Aucun problème. Cible 3 neutralisée. »

Confirmant que leurs cibles avaient perdu connaissance et leur mobilité — en d’autres termes, qu’elles étaient assommées — les deux femmes s’étaient fait un signe de tête. Il ne restait plus qu’une seule cible : le chef, qui venait de rattraper son pistolet alors que sa concentration lui revenait, et l’avait relevé pour tirer avec sa main gauche.

« Lâchez-moi un peu ! Pas question que je me fasse descendre par deux enfants ! »

À l’instant même où son index gauche intact s’était enroulé autour de la gâchette, Laura s’était avancée vers lui comme une balle. Alors que Charlotte se tordait pour s’échapper, elle avait posé son pied sur un plateau @Cruise. En piétinant le bord du plateau, elle avait fait voler « quelque chose » dans les airs. Avec un timing parfait, Laura l’avait attrapé au vol. Une arme, qui brillait peu. Sa main étant maintenant enroulée autour de l’objet lui-même, Laura avait pressé la bouche de l’arme entre les yeux du chef.

« Vous êtes trop lent. Mourez maintenant, » déclara Laura.

« Hein ? Attends, Laura ! » cria Charlotte.

D’un coup de poing, Laura le retourna et le frappa sur sa tempe, l’envoyant s’étaler comme une marionnette aux ficelles coupées.

« Toutes les cibles sont neutralisées, » déclara Laura.

« Ouf. Tu m’as fait peur pendant une seconde, » déclara Charlotte.

« Dire cela fait hésiter les amateurs. C’est un moyen plus sûr de terminer le travail, » déclara Laura.

« Si tu le dis, » déclara Charlotte.

Laura n’aurait jamais vraiment appuyé sur la gâchette, mais Charlotte ne lui dirait pas cela à voix haute. Pendant un certain temps, le silence avait rempli le café. Les civils qui se trouvaient à l’intérieur, qu’il s’agisse des clients ou du personnel, étaient aussi essoufflés que s’ils venaient de monter sur des montagnes russes, et ne commençaient que lentement à relever la tête.

« Est-ce que c’est fini ? »

« Sommes-nous en sécurité ? »

« Qu’est-ce que… »

Ils avaient cligné des yeux inquisiteurs vers Charlotte et Laura, comprenant qu’elles étaient hors de danger, mais pas ce qui venait de se passer. La directrice, tout aussi stupéfaite, ne pouvait que se demander si l’entreprise allait croire son rapport selon lequel « une belle servante aux cheveux argentés et un jeune majordome blond (femme) costaud avaient causé les dégâts en maîtrisant une bande de voleurs de banque. »

« Très bien ! Merci, femme de chambre et majordome ! »

Alors que le danger était passé, la cloche d’entrée du café avait soudain sonné. Sentant le changement, la police avait commencé à se rapprocher.

« Hmm, on dirait que la police japonaise sait ce qu’elle fait. »

« Allez, Laura ! Nous sommes des cadettes nationales avec notre propre IS ! Nous ne pouvons pas être découvertes ! » déclara Charlotte.

« Tu as raison. Partons d’ici. »

Comme on pouvait s’y attendre, une foule de journalistes s’était rassemblée à l’extérieur de la zone où la police s’était enchaînée. Mais ensuite, les choses avaient changé pour devenir encore pires.

« Je vais tous vous faire sauter avant d’aller en prison ! »

Le chef qu’ils croyaient inconscient se mit debout en titubant et jeta son blouson en l’air en criant comme un fou. Son torse était enveloppé de suffisamment d’explosifs plastiques pour aplatir facilement le café de 40 mètres carrés. Et la gâchette était, bien sûr, dans sa main.

« Wôw… »

« Il est vraiment de la vieille école. »

Alors même que les mots s’échappaient, le café s’était enfoncé encore plus dans la panique qu’auparavant. Mais — .

« Tu ne sais tout simplement pas quand abandonner, n’est-ce pas ? »

Laura avait fait flotter sa jupe d’un coup de pied de sa jambe droite, et tous les hommes dans la pièce avaient été attirés par la bande de tissu blanc qui s’était détachée. Un moment plus tard, elle avait baissé son talon. Attrapant le bord d’une table, elle avait fait voler le pistolet en l’air, où Charlotte avait culbuté sur le dos de Laura pour l’attraper. Et puis… Rat-a-tat-a-tat!

“Échec et mat.”

De doubles rafales de cinq coups avaient déchiré le détonateur, le fusible et le câblage qui les reliait — mais rien de plus.

« Allons-nous continuer ? » demanda Laura.

« Ensuite, c’est ton bras, » déclara Charlotte.

Avec deux pistolets pointés sur lui, les cris de rage du chef s’étaient évanouis en un lamentable gémissement. « Désolé ! Je suis vraiment désolé ! Je ne le ferai plus jamais ! Laissez-moi vivre ! »

Sans rester pour écouter son aveu de défaite, Laura et Charlotte s’étaient éclipsées comme une rafale noire.

***

infinite stratos tome 4 chapitre 2 partie 5

« Il se fait tard. »

Deux heures s’étaient écoulées depuis le vol, et alors que le duo terminait ses courses et sortait du grand magasin, le monde avait pris une tournure orange.

« Est-ce tout ? » demanda Laura.

« Oui. Mais franchement, Laura. Depuis un certain temps déjà, tu ne fais que “choisir” et “obtenir ce que tu veux”. Les filles ne font pas ça ! » déclara Charlotte.

« Arrête de me gronder. Cela te donnera des rides si tu continues, » déclara Laura.

« Ce ne sera pas le cas ! » s’écria Charlotte.

L’esprit de Charlotte avait déjà dérivé vers quelque chose, et Laura avait atteint le point mort. Ce quelque chose, c’était Ichika. Parfois, il se comporte vraiment comme un vieil homme… Peut-être qu’il a déteint sur elle. Laura, en revanche, n’avait pas été facilement influencée.

« Oh, c’est vrai. Il y a un parc que je voulais voir par là, » déclara Charlotte.

« Un parc ? » demanda Laura.

« Oui. Le parc Joushi. Il est construit sur les ruines d’un château, » répondit Charlotte.

« Oh ? Intéressant. J’avais entendu dire que les châteaux japonais étaient très défendables. Même si ce ne sont que des ruines, les voir devrait être éducatif, » déclara Laura.

Laura, comme d’habitude, l’envisageait d’un point de vue militaire, mais Charlotte n’avait pas ressenti le besoin de commenter cela. Chacun avait sa propre perspective, et il était préférable de l’observer et d’en tirer des enseignements plutôt que de forcer la vôtre.

« Nous avons aussi acheté beaucoup de choses. La directrice nous a donné un peu d’argent en partant, pour que nous puissions obtenir plus que ce que nous avions prévu, » déclara Charlotte.

« L’argent était-il un problème ? Je pourrais passer à la banque, j’ai une vingtaine de millions d’euros disponibles, » déclara Laura.

« Es-tu si riche que ça ? » demanda Charlotte.

« Oui. Je suis dans l’armée pratiquement depuis ma naissance. Et puis il y a l’allocation pour les cadettes nationales, » répondit Laura.

La mienne n’est pas si minable non plus, mais quand même…

« Mais je ne sais pas vraiment comment la retirer. Je n’ai jamais eu à l’utiliser, » déclara Laura.

« Eh bien, euh. Je vois… Tu as certainement beaucoup économisé. Je vais devoir te montrer comment le dépenser, » déclara Charlotte.

« Hm. Merci. Mais je n’ai jamais eu besoin de dépenser de l’argent pour moi. Les rations et les uniformes étaient suffisants dans l’armée régulière, et quand j’étais sous couverture, j’ai pris soin de ne prendre que les choses de mes supérieurs. Sinon, je serais trop facile à cerner, » déclara Laura.

« Tu n’as pas besoin de t’en faire autant ici. Allons au moins chercher des crêpes en arrivant au parc, » déclara Charlotte.

« Hein ? Des crêpes ? Pourquoi ? » demanda Laura.

« Pendant ma pause au café, quelqu’un m’a dit que les crêpes au mélange de baies portaient chance, » déclara Charlotte.

« Est-ce une sorte de truc japonais bizarre ? » demanda Laura.

« Je pense que ce n’est qu’une superstition, » déclara Charlotte.

« Oh, la religion populaire, » déclara Laura.

Charlotte acquiesça, mais avait l’air un peu exaspérée. Tu n’as pas tort, en soi, mais c’est quelque chose d’un peu plus féminin… Quoi qu’il en soit, Laura était partante, alors Charlotte l’avait fait avancer. Il n’avait pas été difficile à trouver. La zone était remplie de lycéennes, qu’elles sortent le soir ou qu’elles reviennent de l’entraînement.

« Commandons. » Charlotte avait pris la main de Laura dans les deux siennes et l’avait tirée vers le camion de crêpes. « Pourrait-on avoir deux crêpes ? Un assemblage de baies, s’il vous plaît. »

Le cuisinier, un homme d’une vingtaine d’années à la barbe délabrée, au bandana et à l’expression affable, inclinait légèrement la tête.

« Je suis désolé. Nous n’avons plus de baies aujourd’hui, » déclara-t-il.

« Oh, vraiment ? C’est dommage. Laura, que voulais-tu d’autre ? » demanda Charlotte.

« Hm ? Fraise et raisin, » répondit Laura.

Laura avait levé deux doigts pour signaler qu’elle en voulait une de chaque sorte, et elle s’était avancée pour payer.

« C’est bon, Laura. Je m’en occupe. Après tout, je t’ai traînée ici, » déclara Charlotte.

« Vraiment ? Ne t’inquiète pas. En plus, je voulais essayer de dépenser. Comment était-ce ? » demanda Laura.

Il n’y avait pas un soupçon de féminité dans sa voix, mais Charlotte devait quand même la complimenter pour son sérieux.

« 100 points. »

« Je le savais. » Laura avait parlé avec une certaine satisfaction en prenant les crêpes. « Laquelle souhaites-tu ? »

« Eh bien. Je vais prendre la fraise, » déclara Charlotte.

En s’éloignant un peu du magasin, elles avaient trouvé un banc pour s’asseoir et avaient commencé à mordre dans leurs crêpes.

« Hmm ! C’est délicieux ! » s’exclama Charlotte.

« C’est le cas. C’est la première fois que je mange une crêpe, mais je pense que c’est bon, » déclara Laura.

Charlotte avait été un peu déçue de ne pas pouvoir goûter les baies, mais la crêpe douce et savoureuse lui avait redonné de la joie.

« C’est formidable. Il va falloir revenir ici, et ramener tout le monde, » déclara Charlotte.

« Je vois. Alors, j’amènerai Ichika, » déclara Laura.

« Ce n’est pas juste ! » s’exclama Charlotte.

Mais voir Laura être si honnête sur ses sentiments avait rendu Charlotte un peu jalouse. J’aimerais aussi venir ici juste avec Ichika… Elle s’était souvenue de son rêve de la semaine précédente — celui qui était trop gênant pour être mentionné à qui que ce soit — et ses joues avaient rougi. Essayant de le cacher à tout le monde, elle avait mangé sa crêpe plus vite. Argh… Ce n’était qu’un rêve. Ce n’est pas vraiment arrivé. Je devrais juste l’oublier.

« Charlotte, » déclara Laura.

« Hm ? Quoi, Lau — ! » s’exclama Charlotte.

Smooch. Les lèvres de Laura s’étaient jointes à celles de Charlotte.

« Qu-Quoi ? » s’exclama Charlotte.

« Tu avais de la sauce sur toi, » déclara Laura.

« M-Mais pourquoi ainsi !? » s’écria Charlotte.

« J’avais les mains occupées, » déclara Laura.

Laura tenait la crêpe dans sa main droite et les sacs dans sa main gauche.

« Tu aurais pu me le dire ! » s’écria Charlotte.

« C’était sur le point de tomber, » répondit Laura.

Laura avait penché sa tête vers Charlotte, comme si elle ne savait pas pourquoi c’était si important. Comme un chaton franchissant innocemment les limites du cœur, telle était l’image qui venait à l’esprit de Charlotte.

« Oups. »

Cette fois, Laura s’était léché la main comme un chat qui nettoyait sa fourrure.

Ngh… ! Le cœur de Charlotte battait encore à cause des actions de Laura. Ce n’est pas qu’elle craquait sérieusement pour une autre fille, mais n’importe quel cœur sauterait un battement ou deux avec une belle fille de leur âge si intime. Elle ne comprend tout simplement pas à quoi ressemble ce qu’elle fait. Je ne devrais pas la blâmer pour cela. Charlotte était, bien sûr, elle-même assez belle, mais les gens ne comprennent jamais cela à leur sujet.

« Ne sois pas si fâchée. Tiens, je vais partager la mienne » déclara Laura.

« Merci ! » déclara Charlotte.

Cachant son embarras, Charlotte avait pris une bouchée de la crêpe de Laura.

« Au fait, cette crêperie n’a même pas de baies, » déclara Laura.

« Hein ? » s’exclama Charlotte.

« Ce n’était pas au menu. Aucune des sauces dans la cuisine n’était de la bonne couleur, » déclara Laura.

« Oh, vraiment ? Tu es observatrice, » déclara Charlotte.

« Bien sûr que je le suis. Et si c’était une couverture pour un terroriste ? Pense à ce qui arriverait s’il lançait une grenade à cette distance. Même si nous déployions d’urgence notre IS, nos vies seraient en danger, » déclara Laura.

« … C’est donc ainsi que tu y pensais, » déclara Charlotte.

Les épaules de Charlotte s’enfoncèrent dans le découragement, alors que ses espoirs de voir se réaliser une raison plus féminine étaient anéantis.

« Mais on peut toujours avoir des baies, » déclara Laura.

« Hein ? » s’exclama Charlotte.

« Quelle est la saveur de cette crêpe ? » demanda Laura.

« Du raisin, n’est-ce pas ? » En voyant la pointe d’un sourire sur le visage de Laura, Charlotte avait soudain compris. « Oh ! Fraise et myrtille ? »

« Précisément, » déclara Laura.

Laura, satisfaite d’elle-même, en avait pris une bouchée.

« Mais attends, Laura ! Les myrtilles et les raisins sont différents ! » s’exclama Charlotte.

« Mais elles sont toujours similaires. Et si j’avais dit “je veux de la myrtille”, tu l’aurais compris, » déclara Laura.

Maintenant que Charlotte y avait pensé… Le visage du cuisinier s’était également illuminé lorsqu’il avait entendu la commande.

« Je vois. C’est donc le sens caché de “berry medley”. »

Charlotte acquiesça d’un signe de tête, embarrassée par son hypothèse que Laura était simplement une idiote. La honte des hypothèses erronées lui avait fait rougir son visage. Je vois… C’est donc comme ça. J’aimerais bien manger une crêpe aux baies avec mon petit ami… Charlotte avait laissé les actions de Laura se reproduire dans son esprit, le rôle principal étant remplacé par Ichika. Il s’agirait de projections, en matinée et en soirée, pour les prochains jours.

« L’été est presque terminé. »

« Ouais. »

Les deux n’avaient pas à dire ce que cela signifiait. Cet été, pas seulement cet été, mais cette année, avait marqué un tournant dans leur jeunesse. Pas seulement leur jeunesse, mais toute leur vie. Un temps qu’elles n’oublieront jamais.

*

Quinze ans, et amoureux pour la première fois.

◆◆◆

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Laura

« C’est adorable, voilà ce que c’est ! Il te va à ravir ! » déclara Charlotte.

« Ne m’embrasse pas ! Je ne peux pas bouger ! » déclara Laura.

« Mais les chats sont faits pour être sur tes genoux ! » déclara Charlotte.

« Mais tu es aussi une chatte, » déclara Laura.

La conversation passionnée se déroulait dans le dortoir de Laura et Charlotte. N’ayant rien d’autre à faire après le dîner, Charlotte leur avait suggéré de mettre leur nouveau pyjama.

« Est-ce vraiment un pyjama ? » demanda Laura.

« Oui. Ils sont confortables, n’est-ce pas ? » répliqua Charlotte.

« Comment le saurais-je avant d’y dormir ? » demanda Laura.

Les soupçons de Laura étaient raisonnables. Il s’agissait de pyjamas, mais certainement pas de pyjamas normaux. La coupe volumineuse couvrait tout le corps sauf le visage. Chaque paire avait une capuche avec des oreilles de chat, et les bras et les jambes se terminaient par des pattes. En d’autres termes, c’était des pyjamas en forme de chat.

« Je crois que je préfère dormir nue. Ce serait probablement plus confortable, » déclara Laura.

« Tu ne peux pas ! En plus, cela te va si bien. Ce serait dommage de l’enlever, » déclara Charlotte.

La tenue de Laura était noire, tandis que celle de Charlotte était blanche. Depuis qu’elles avaient changé, Charlotte avait fait asseoir Laura sur ses genoux, l’enlaçant par-derrière. Charlotte, au moins, semblait beaucoup apprécier.

« Allez, Laura. Pourquoi ne pas essayer de dire “miaou”, juste cette fois-ci ? » demanda Charlotte.

« Je refuse ! Pourquoi devrais-je le faire ? » demanda Laura.

« Parce que ce serait mignon ! L’important, c’est d’être mignonne ! » déclara Charlotte.

L’enthousiasme innocent et le sourire heureux de Charlotte étaient, pour Laura, son plus grand ennemi. Laura avait été assaillie par une tempête de « parce que c’est mignonne », de « tu dois l’essayer » et de « désolée, mais je ne dis pas non », un revirement complet de 180 degrés par rapport à la normale. Avant de savoir ce qui se passait, elle s’était retrouvée fermement sur les genoux de Charlotte.

« Allez, essaie ! Miaou ! » déclara Charlotte.

« Mi-Miaou… »

Le bonheur de Charlotte grandit visuellement en regardant Laura imiter un chat gêné. Presque comme les expositions montrant le chargement du canon principal d’un certain cuirassé spatial.

« Tu es si mignonne, Laura ! Prenons une photo ! » déclara Charlotte.

« Et laisser des preuves derrière soi ? Je refuse catégoriquement ! » cria Laura.

« Ne te plains pas comme ça ! » déclara Charlotte.

Toc, toc.

« Entrez ! »

Charlotte s’était mise à crier avec la joyeuse franchise qu’on n’entend que dans les dortoirs des filles, mais son sourire joyeux s’était transformé en un instant en un rougissement gêné.

« Hé. Oh, qu’est-ce qui se passe avec ces tenues ? Des chats noirs et blancs ? »

Leur visiteur était Ichika.

Il n’est jamais venu ici auparavant, alors pourquoi maintenant ? Pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi quand je suis en pyjama chat ? Je ne suis pas comme ça d’habitude ! Je viens d’acheter quelque chose de mignon quand je suis allée faire des courses aujourd’hui, mon pyjama normal est beaucoup plus mature ! Normalement, je ne suis pas du tout comme ça ! La tête de Charlotte tourna. Alors même qu’elle essayait de s’expliquer, tout ce qui sortait de sa bouche était un marmonnement de « er » et « ah ».

« Tu m’as appelé plus tôt, et j’ai raté l’appel. J’ai été occupé toute la journée avec des trucs d’IS. Vers le dîner, j’ai essayé de te rappeler, mais tu n’as pas répondu, alors je suis venu voir ce qui se passait, » déclara Ichika.

« Je vois. Hmm. Tu es une mariée très attentive. Je l’apprécie, » déclara Laura.

Laura avait glissé des bras de Charlotte alors qu’elle paniquait, et se tenait maintenant les mains sur les hanches, mais sans la menace habituelle. Les oreilles et les pattes du chat avaient complètement éliminé cela. Au lieu d’être intimidante, elle était devenue encore plus mignonne.

« Oh, oups, je l’avais mis sur vibreur dans mon sac. Ahahaha…, » déclara Charlotte.

Charlotte, ayant retrouvé un peu de son calme, avait sorti son téléphone. Il était pourtant toujours pris dans la patte d’un chat blanc. La surréalité avait laissé Ichika dans l’embarras quant à ce sur quoi il devait se concentrer, et il avait essayé de retenir un ricanement. Attends ! Il se moque de moi ! Oh non. Il doit penser que je suis une enfant… Argh…

« Un pyjama assorti, hein ? C’est mignon, » déclara Ichika.

Leur enthousiasme avait déteint sur Ichika, lui faisant révéler un sourire.

« M-Mignon ? » Laura et Charlotte avaient répondu à l’unisson. Les joues des deux femmes étaient devenues rouges alors qu’elles réfléchissaient à ce que cela signifiait.

« Au fait, je suis allée faire du shopping aujourd’hui et je t’ai ramené quelque chose, » déclara Ichika.

Pendant qu’il parlait, Ichika avait sorti un sac de biscuits avec un grand @ imprimé sur le côté.

« … !? »

Charlotte et Laura s’étaient toutes deux mises à transpirer nerveusement en se souvenant de leurs tenues de travail.

Ichika m’a-t-il vu ? J’espère qu’il ne pense pas que je ne suis pas une fille.

Est-ce qu’il m’a vu dans ce truc à froufrous ?

Les mots d’Ichika flottèrent dans leur esprit alors qu’elles se retrouvèrent dans leurs pensées avec leur journée de travail et qu’elles voulaient juste s’enterrer le visage dans les bras et s’effondrer.

« Quoi qu’il en soit, quand je suis allé à @Cruise, c’était plein de flics et de journalistes pour une raison inconnue. Je n’ai même pas pu entrer. Alors que j’essayais de trouver une solution, cette manager très énergique est sortie et a distribué des biscuits à tous ceux qui étaient pris dans ce qui s’était passé. Je n’étais pas l’un d’entre eux, mais quand j’ai essayé de le lui dire, elle était déjà partie. Elle n’a cessé de marmonner sur les termes “entreprise” et “inspection”. Je me demande ce qui lui est arrivé ? » déclara Ichika.

« Oh, vraiment ? »

« S’est-il passé quelque chose ? »

Laura s’était accrochée à l’espoir qu’il s’agissait d’un endroit différent, mais cet espoir allait bientôt s’évanouir.

« On dirait qu’il s’agit d’un braquage de banque. Les choses sont devenues vraiment dangereuses ces derniers temps, » déclara Ichika.

« … »

« Les journalistes ont demandé à quelqu’un ce qui s’était passé et ils ont dit qu’un beau duo de bonne et de majordome avait attrapé les voleurs. Cela ressemble à quelque chose que l’on ne voit qu’au cinéma ou à la télévision, » déclara Ichika.

« O-Ouais »

« Sans aucun doute. »

« Mais ça a l’air génial. J’aurais aimé les voir, » déclara Ichika.

Les deux filles s’étaient tendues. Il semblait presque que les oreilles de leur pyjama se levaient.

J’aurais aimé être en tenue de femme de chambre…

Je n’ai pas le courage d’admettre que c’était nous…

Chacune d’elles avait passé tellement de temps à y réfléchir que la chance de l’avouer s’était envolée.

« Que diriez-vous d’un thé ? Nous pouvons aussi avoir les cookies, » demanda Ichika.

Tandis qu’Ichika parlait, il s’était dirigé vers le simple coin cuisine de la pièce.

« Ne vous inquiétez pas ! Je m’en occupe, vous pouvez vous asseoir, » déclara Charlotte.

« Hein ? Pas avec ces mains, tu ne le feras pas, » déclara Ichika.

Ce n’est que lorsqu’elles avaient entendu Ichika que Charlotte et Laura avaient réalisé qu’elles avaient des pattes.

« Ce sont des biscuits au cacao. Ils iraient bien avec du lait chaud pour deux chatons, n’est-ce pas ? » demanda Ichika.

« Ah, oui. »

« Si tu le dis. »

Les deux, gênées d’être traitées de chatons, avaient fait de petits signes de tête.

« Hé, Ichika… Penses-tu vraiment qu’on est mignonne dedans ? » demanda Charlotte.

Charlotte ne pouvait pas s’empêcher de demander, mais dès que les mots avaient quitté sa bouche, elle avait commencé à remuer ses doigts.

« Oui. C’est le cas. Les couleurs sont aussi très bien. Elles vous correspondent toutes les deux, » déclara Ichika.

« Vraiment ? Elles correspondent ? » Charlotte ria.

« Je suppose… si tu le dis. Peut-être que je le porterai de temps en temps, » déclara Laura.

Leur gêne se mêlait à leur bonheur, car Ichika leur apportait du lait et des biscuits. Un thé secret pour trois, avec du lait chaud à boire même si c’était l’été. Un merveilleux goûter avec un chat noir, un chat blanc et un prince.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *