Instant Death – Chapitre 2

« Hey ! On ne devrait pas se dépêcher de sortir ? »

« Sortir ? On ne sait même pas si c’est sans danger. »

« J’apprécie les mots raisonnable que tu dis, mais pourrais-tu arrêter de jouer à Monster Hunter quand tu les dis ? »

Yogiri était toujours assis au fond du bus, jouant à des jeux vidéo en attendant que Tomochika se calme.

« Dit, je regardais depuis tous à l’heure, mais, tu es mauvais a ce jeu ? »

« Je ne sais pas non plus, c’est bizarre. C’est quoi ce délai après trois coups ? Je ne me souviens pas être si nul pourtant. »

« C’est le style Bushido, n’est ce pas ? Pourquoi tu ne changerais pas pour le style Guerrier ? Il n’a pas de délai après le combo de trois coups. »

« Vraiment ? »

« Vraiment. »

Yogiri changea de style comme prévus et maintenant le maniement de l’arme était très ressemblent à celui des anciens.

« Whoa, super ! »

« D’ailleurs, tu es trop téméraire pour un Lancier. Quand tu joues à la lance tu t’arrête après deux attaque alors que tu as le temps pour une troisième, et pareil avec une attaque alors que tu as le temps pour une deuxième. Bouge toujours d’une manière ou tu peux soit esquiver ou garder… Actuellement, ce n’est peut-être pas le bon moment pour ça, non ? »

« On dirait que tu es la déesse des lances ou quelque chose comme ça. »

« Je suis presque sûr que c’est des connaissance basique… »

Dans tous les càs , Tomochika était flatté.

« ….. Tu es calmée ? »

« J’imagine, le fait que des personne sont morte est toujours dans mon esprit, mais peut être que je suis paralysé par le choc. L’odeur est devenue supportable aussi. »

Yogiri jugea qu’elle s’était assez calmée. Il éteignit sa console et se tourna vers elle.

« Très bien, peux tu me dire ce qu’il s’est passé jusqu’à maintenant ? »

« Ce n’est pas comme-ci je te connaissais si bien que ça, mais tu m’a l’air d’être le type qui s’occupe que de lui…. Les évènements jusqu’à maintenant, n’est ce pas ? Eh bien, on dirait que l’on s’est fait transporter dans un autre monde, et il y avait ses sages, et tout le monde est devenu un candidat sage, Yazaki-kun à aussi commencé a prendre le contrôle de tous et… »

« Attends, quoi ? Tu peux commencer du début ? »

« Ah, d’accords. »

Tomochika dit à Yogiri de se qu’il s’était passé jusqu’à maintenant.

Après avoir traversé le tunnel, ils étaient dans une plaine.

« Hueh ? »

Tomochika, distraite, qui regardait a travers la fenêtre, fut interrompus par une voix idiote. C’était la sienne.

Elle était sûr que c’était la nuit il y a quelques secondes de ça, pourtant, tout à coup, elle et ses camarades de classe se sont retrouvés en pleine lumière. La vison de la montagne enneigé avait disparu en même temps, faisant place à une plaine couverte d’herbe.

Un peu plus tard, les restes des étudiants remarquèrent le changement absurde de leur position et en un rien de temps, le bus entier était en tumulte;

« Mikochi, une idée d’où nous nous trouvons ? »

Tomochika se tourna vers la fille qui était assise a coté d’elle, Romiko Jougasaki.

« Une plaine, j’imagine ? »

« Je veux dire, genre, en généralité… »

La panique s’éparpilla a travers les étudiants et le bus se calma soudainement.

Une femme avec une robe blanche monta à l’intérieur.

‘Une personne lamentable qui a un truc pour se cosplayer en magical girl.’ Voilà les premières pensées de Tomochika vis a vis de la nouvelle passagère.

« Salutation, candidat des sages. Mon nom est Sion, petite fille du grand sage. »

Même Tomochika qui avait l’habitude de faire des blagues nulles resta abasourdi et ne pouvait pas sortir un seul mot. Cependant, c’était peut-être pour le meilleur. Une interruption inattendu et les choses pourrait devenir vraiment mal, comme nous la montrait notre professeur.

« Qui pensait vous être ! Êtes-vous responsable de–«

Cela aurait était une bonne phrase, remplis de vigueur, mais il n’avait pas réussi a la finir. Sion saisi sa tête et…

Pop

Après un bruit étouffé du crâne du professeur se brisant, puis explosant, ce dernier tacha les sièges avant avec du sang et de la matière grise.

« Pas d’interruption, s’il vous plaît. L’attitude que je recommanderait serait de trembler de peur tout en claquant des dents. N’essayaient pas de vous distraire, prêtez attention. »

Le bus se tue ; les étudiants avait enfin compris le danger qu’était Sion.

« Je ne prévois de faire de faire du mal aux candidats des Sages, mais c’est uniquement valide si vous ne m’énervait pas. Soyez sûr de faire attention, d’accords ? Mon niveau de puissance est de 530 000. » (NDT : référence à Freezer de DBZ.)

Personne ne bougea un muscle. Tomochika fit de même.

« Aw, vous auriez pu rire. »

Dit Sion tout en bougeant sa main gauche vers le siège du conducteur.

De la lumière se rassembla dans sa paume et le moment suivant, le conducteur du bus ainsi que le siège furent carbonisés.

« Vous voyiez ? J’ai était irritée car ma blague a fait un flop et de ce fait, je l’ai tué. »

Confronté au regard de Sion, les enfants se recroquevillèrent encore plus.

« Cela peut paraître terriblement excessif pour vous, mais c’est comme ça que le monde marche. Vous ne pourriez jamais savoir ce que le futur vous réservent. Eh bien, si vous le permettaient, je vais expliquer la situation actuelle. Vous aviez peut-être déjà remarqué, mais cet endroit est un univers parallèle, et je suis la personne qui vous a invoqué. »

C’était impossible qu’ils acceptent cette explication d’être transportés dans un autre monde comme ça, mais malgré leurs doutes, ils restèrent silencieux. Faisant exactement ce que Sion leur avait dit de faire.

« Le but de votre invocations était que vous preniez le roles des candidats des sages; Les sages sont ceux qui s’occupe de se monde, mais une réduction de ses derniers a fait qu’ils devaient prendre des « provisions ». »

Sion pointa sa main droite vers les étudiants et le bus se remplis d’une lumière éblouissante ; Tomochika était préparée à la mort.

Mais rien ne se passa.

Timidement, elle ouvrit les yeux et vit Romiko, qui était à côté d’elle, brillé d’une couleur bleue. Les camarades de classe de l’autre coté étaient rouge et jaune.

Elle se leva et vit que tout le monde brillait d’une différente couleur.

–Hein ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Euh, je ne brille pas, allo ? »

Étais-ce un bon signe ou un mauvais signe ?

Tomochika se sentait mal à l’aise a l’idée de subir le même phénomène, mais elle pouvait ressentir qu’elle était abandonnée.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *