Je Scellerais Les Cieux – Chapitre 144

Meng Hao renifla froidement. De sa main droite, il  frappa le sac du Cosmos et les deux épées de bois apparurent sans un bruit, puis un talisman tomba dans sa main et son corps devint invisible.

Ce fut alors que la silhouette de l’homme flotta jusqu’au sommet de la montagne. Toute la végétation sur son chemin se fanait, comme si la vie en avait été aspirée. Le chemin calcaire fut réduit en cendres. On aurait dit qu’un puissant Qi de Mort encerclait la montagne.

Cependant, personne en dehors de cette montagne spécifique n’avait la moindre idée de ce qui était en train de se passer.

La silhouette flotta jusque devant la résidence de Meng Hao et, sans s’arrêter, traversa le mur jusqu’à l’étage.

Elle flottait là, sous le clair de lune. Une lueur passa dans les yeux apathiques de l’homme au teint blafard duquel émanait un étrange air démoniaque et qui, alors que tout silencieux, parcourait l’étage de ses yeux menaçants.

Meng Hao n’avait pas bougé d’un centimètre. Toujours assis en tailleur, invisible, il observa la silhouette qui se tenait devant lui et bien sûr, la reconnut instantanément. Cependant, l’apparence de l’homme était très étrange, comme si quelque chose n’allait pas chez lui. Meng Hao repensa alors  au cri à glacer le sang qu’il avait entendu dans la montagne la nuit précédente et comprit partiellement ce que se passait.

«Cet homme est mort et a été transformé en automate. Ou peut-être que quelqu’un a fait appel aux arts de la Marionnette Spirituelle pour le contrôler…»

Soudain, son corps se mit à clignoter et il se déplaça sur le côté d’environ trois mètres.

Il y eut un boum et les meubles près de l’endroit où il était assis furent réduits en cendres. L’homme au teint cireux fonça droit sur Meng Hao, comme s’il pouvait le voir.

Les yeux de Meng Hao étincelèrent. Arrachant le talisman d’invisibilité, il leva la main droite et fit un geste d’incantation. Les deux épées volèrent droit vers la silhouette qui ne fit rien pour les esquiver, et la traversèrent,  laissant deux trous d’où aucun sang ne coulait. On aurait dit que l’homme au visage jaunâtre n’était qu’une enveloppe de peau vide.

Si ce n’était que ça, ce ne serait pas un gros problème. Mais soudain, les trous percés dans son corps commencèrent à fusionner.  Ils se transformèrent en une grande bouche, qui sortit du corps de l’homme et se dirigea vers Meng Hao, prêt à le dévorer.

Impassible, ce dernier recula et fit un nouveau geste d’incantation. Un Dragon de Feu apparut et se précipita vers la silhouette qui, au lieu de tenter d’esquiver, fonça droit sur la créature et la dévora.

L’homme tourna alors la tête vers Meng Hao, les lèvres tordues en un sourire hideux, puis se jeta sur lui.

Meng Hao fronça les sourcils, fit des gestes d’incantation dans les airs et fit apparaître une multitude d’épées volantes. Instantanément, elles se brisèrent en morceaux, se transformant en un nuage d’éclats d’obus qui, avec une force incroyable, tel une tornade, se précipita vers l’homme au visage blafard. Au même moment, les deux épées en bois se retournèrent vers la silhouette, la pointe acérée, et lui poignardèrent la tête.

Elles étaient suivies par le filet noir que Meng Hao venait de lancer.

Des crépitements retentirent. Mais la silhouette… quoiqu’ horriblement blessée et à qui il ne restait plus que la moitié du visage, gardait les yeux fixés sur Meng Hao et continuait à sourire. Elle tenta à nouveau de se jeter sur lui, mais fut enveloppé par le filet noir. Elle se contorsionna et tenta de de se faufiler à travers les trous du filet.

Son corps semblait émettre une sorte de force gravitationnelle, ce qui fit trembler tout  l’étage. On aurait dit que la silhouette était sur le point de l’aspirer.

«Je ne peux pas le tuer… parce qu’il n’est pas vraiment vivant. Pas étonnant qu’il ait tué tant de Cultivateurs de l’Établissement des Fondations.»

Les sourcils froncés, Meng Hao regarda la silhouette qui tentait de se rapprocher de lui, le regard glacial et féroce. Il  leva sa main droite,  fit clignoter un signe d’incantation, puis il pointa du doigt  le sol avant de désigner la silhouette brisée qui se tenait devant lui.

«Scellement de Démon… Huitième Sort, Scellement de Corps!»

On aurait dit que tout  bâtiment et toute la montagne tremblaient. Cependant, ce n’était qu’une illusion car seuls  Meng Hao et son doigt vibraient. Aux yeux de Meng Hao, le monde entier semblait se solidifier. Puis, plusieurs images fantômes du monde apparurent, les unes sur les autres. L’illusion incluait la résidence, la montagne, et même une image rémanente de l’ennemi.

Pour la première fois, un air de surprise et d’incrédulité se peignit sur le visage de la silhouette. On aurait dit qu’elle allait crier  mais avant qu’elle ne le puisse, les images fantômes du monde tombèrent sur elle et la lièrent. Elle ne pouvait pas bouger du tout.

Meng Hao s’avança alors et leva sa main droite. Avec son pouce, il coupa son majeur. Le sang coula et se transforma en un Doigt de Sang.

C’était l’un des arts inscrits dans son esprit par l’Héritage Immortel du Sang, l’une des trois capacités magiques qui ne nécessitent pas l’utilisation du masque.

Cependant, ces arts requièrent une puissante base de Cultivation. Meng Hao, qui s’était un peu entraîné en secret, était désormais  capable d’utiliser le Doigt de Sang, mais pas la Main de Sang ni le Monde Meurtrier de Sang.

Dans tous les cas, c’était la première fois depuis des dizaines de milliers d’années que le Doigt de Sang faisait son apparition dans le Domaine du Sud. Il était par nature puissant. Quand on considère que, dans la matrice de sorts de l’Héritage Immortel de Sang, Meng Hao maîtrisait déjà  la capacité de concentrer la puissance de sa base de Cultivation, cette attaque de doigt, combinée aux trois Piliers du Dao de sa Fondation Parfaite, stupéfierait les enfants du Dao de bon nombre de Sectes.

Meng Hao s’avança, pressa le majeur de sa main droite entre les sourcils de l’étrange silhouette, puis griffa vers le bas. Un cri strident retentit et  l’homme se mit à trembler. Une énorme coupure sanglante d’environ trente centimètres de long apparut entre ses sourcils, laissant échapper de grandes quantités de Qi de couleur grise. Soudain, son corps pouvant à nouveau bouger, il battit en retraite à toute vitesse et s’enfuit.

Sans hésiter, Meng Hao se lança à sa poursuite, les yeux étincelants. Tout était silencieux. Trouvant cela étrange, le jeune homme s’arrêta et, après avoir réfléchi un moment, retourna à sa résidence et frappa sa sacoche spirituelle. Il en sortit son porte-bonheur, y projeta  un peu de Sens Spirituel, puis poussa un soupir de soulagement lorsqu’il eût trouvé ce qu’il cherchait. Il était toujours opérationnel. Il décida de ne pas se téléporter, mais d’observer froidement les alentours du bâtiment. Il n’y avait ni vent, ni bruissement de feuilles, aucun signe de trouble ou de perturbation. Dans le cas contraire, il  pourrait fuir en un instant.

Le temps passa, et soudain, un cri à glacer le sang  s’éleva de l’une des montagnes à proximité, suivi d’un second, puis d’un troisième… Au final, il y en eut cinq!

Trois d’entre ceux qui venaient de hurler étaient des disciples de la Secte qui se trouvaient dans la région mais avaient omis de se cacher. Leurs corps se dessécha, leur chair et leur sang furent aspirés et leur peau morte retomba sur le sol.

Cette nuit n’allait pas être paisible. Bon nombre de Cultivateurs de l’Établissement des Fondations étaient sur leurs gardes et même de nombreux disciples de la Secte furent envoyés dehors. Il fallut attendre l’aube pour que le calme revienne.

Beaucoup réalisèrent que c’était une personne décomposée qui avait cruellement massacré les disciples de la Secte, dont deux Cultivateurs de l’Établissement des Fondations. Finalement, la silhouette fut abattue par un Doyen de la Secte du Tamis Noir. Pour la plupart des Cultivateurs, cela comptait comme l’explication qu’ils attendaient.

Dans les jours qui suivirent, il n’y eut plus de morts mystérieuses parmi les Cultivateurs de l’Établissement des Fondations et peu à peu, les gens cessèrent d’en parler.

Le temps passait. Cela faisait désormais six jours que Meng Hao était arrivé à la Secte. Il restait vigilant, cependant, personne ne vint le déranger. À l’aube du septième jour, le son clair des cloches retentit dans toute la région des Dix Mille Montagnes, jusqu’aux oreilles de tous les Cultivateurs de l’Établissement des Fondations.

«Compagnons Daoistes du Domaine du Sud,» dit une voix. «Vous avez reçu vos pilules. Le temps est venu pour vous de tenir vos engagements. Si vous parvenez à aider la Secte à acquérir l’objet que nous recherchons, vous serez récompensé par davantage de Pilules de Terre !»

Des rayons de lumière multicolores jaillirent des différentes montagnes alors que les Cultivateurs de l’Établissement des Fondations prenaient leur envol. Meng Hao fit de même et tandis qu’il volait, observa froidement les alentours.

Des douzaines de faisceaux de lumière prismatique en provenance de la Secte sifflaient dans les airs, accompagnés de nombreux Disques Feng Shui de couleur noire, d’environ trente mètres de diamètre.

Sur chaque Disque Feng Shui se tenait une personne. Trois ou quatre d’entre eux, vêtus de robes Daoïstes, étaient au stade de la Condensation de Qi. Les autres étaient tous au stade de l’Établissement des Fondations.

Les disciples de la Condensation de Qi semblaient embarrassés et nerveux, comme s’ils étaient là contre leur gré. Cependant, ils ne pouvaient outrepasser les ordres de la Secte. Tous étaient des disciples de la Secte Extérieure au talent latent ordinaire, car jamais on aurait envoyé des gens dotés d’un meilleur potentiel.

Peu de temps après, dix Disques Feng Shui de couleur violette, de trois cents mètres de diamètre, volèrent hors de la région des Cent Montagnes de la Secte du Tamis Noir avec, sur chacun d’eux, un Cultivateur assis en tailleur, dont la fameuse Han Bei. Les autres étaient aussi bien des hommes que des femmes et tous semblaient très motivés. De toute évidence, ceux-là étaient des Élus de la Secte.

Ils se mirent à planer tandis que, plus loin, apparaissaient trois Disques Feng Shui dorés de trois mille mètres de large, portant chacune une personne, deux hommes et une femme, dont Chen et deux autres, d’âge moyen, au regard froid.

Le pouvoir de la Formation du Noyau qui émanait d’eux attira l’attention de tous.

Ils étaient suivis d’un autre disque d’à peine trois cents mètres de diamètre, de couleur violette et sur lequel, assis en tailleurs, se tenait un vieil homme vêtu d’une robe pourpre.

Il avait, sur le visage, une marque de naissance noire qui gâchait quelque peu son air transcendant. Son expression était si cruelle que dès l’instant où il fit son apparition, tout sembla s’assombrir.

Cependant, ce qui retint l’attention de Meng Hao fut l’immense disque qui le suivait et sur lequel se tenaient des centaines de Cultivateurs, dont une femme.

À l’instant où il la vit, Meng Hao se remémora ce moment, des années auparavant, sous le clair de lune. Son regard sur lui et les paroles qu’elle avait prononcées lui revinrent à l’esprit.

«Je suis allée à l’Atelier des Pilules de cultivation. Ce n’est pas toi qui a acheté la Pilule de Cultivation Cosmétique que tu m’as donnée.»

Sœur Aînée Xu, pensa-t-il.

[1. Si vous voulez relire la partie avec la citation de Sœur Aînée Xu, c’est à la toute fin du Chapitre 37: L’eau et l’encre le soir.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *