Je Scellerais Les Cieux – Chapitre 146

Il y avait un trou entre les sourcils du cadavre, qui semblait être complètement gelé. C’était comme si le reste du corps pouvait se décomposer, mais que cette partie subsisterait à jamais.

Immobiles, tous regardaient la méduse qui flottait lentement. Ses longs tentacules dérivaient au milieu des disques  pour s’étendre au loin. Finalement, le Patriarche Violet eut un léger soupir. Il se leva, fit face à la méduse sur le point de partir,  joignit les mains et s’inclina profondément.

Puis, sa voix antique résonna dans l’air.

«C’était l’Ancêtre de la troisième génération de la Secte. Sa base de Cultivation était au sommet du stade de la Recherche du Dao. Alors qu’il tentait d’atteindre l’Ascension Immortelle, un Patriarche du Clan Wang l’attaqua par surprise. N’ayant pas eu le temps d’atteindre l’Immortalité, il décéda de ses blessures sur cette route.»

«Cette année-là, notre Secte et le Clan Wang menèrent une guerre sanglante qui dura trois mille ans. Finalement, les hostilités cessèrent. Cependant, vous tous, disciples, devriez prendre à cœur cette partie tragique de l’histoire de la Secte.»

Visiblement, c’était la première fois que la plupart des disciples de la Secte du Tamis Noir entendaient parler de cela. Leurs yeux brillaient en écoutant. Le cœur battant,  Meng Hao regarda la méduse s’éloigner.

Le groupe reprit aussitôt sa route sans rencontrer d’autres créatures étranges. Ils volèrent durant environ deux jours, jusqu’à ce que soudain, la lueur aveuglante des disques Feng Shui disparaisse le long d’un petit embranchement de ce chemin à travers les montagnes.

Meng Hao vit alors une incroyable chaîne montagneuse qui s’étendait à l’infini. Tout était gris à perte de vue, sans végétation. Au loin, on pouvait apercevoir un immense canyon, semblable à une fissure et qui formait un chemin.

De chaque côté plongeaient des falaises si profondes qu’on n’en voyait pas le fond.

Chose curieuse, plusieurs centaines de Cultivateurs étaient assis en tailleur à l’extérieur du canyon. Tous avaient le visage pâle et regardaient vers le bas. Quarante ou cinquante d’entre eux portaient des vêtements divers: de toute évidence, ce n’étaient pas des disciples de la Secte. Il s’agissait d’un groupe de Cultivateurs de l’Établissement des Fondations isolés arrivés bien avant le groupe de Meng Hao.

Les deux groupes échangèrent un regard.

Les autres  étaient des disciples de la Secte. Lorsqu’ils aperçurent le groupe dirigé par le Patriarche Violet, leurs visages s’illuminèrent. Ils se levèrent tous et de leur sein émergea une belle femme d’âge moyen magnifiquement vêtue ** Elle dégageait une grâce mature, bien que son visage fût un peu pâle.

A la vue du Patriarche, elle laissa échapper un léger soupir et hocha la tête.

La femme ne remarqua pas Meng Hao, mais il la reconnut. C’était elle qui avait ramené Xu Qing à la Secte du Tamis Noir.

«Deux Cultivateurs de l’Âme Naissante présents,» pensa Meng Hao. «… Quel est exactement cet endroit? Est-ce vraiment une Terre Bénie?» Il réfléchit un moment, puis tapota sa sacoche de Cosmos. Il brandit ensuite le porte-bonheur et y envoya un peu de pouvoir spirituel. Il sentait encore la capacité de téléportation à l’intérieur, ce qui atténua un peu son anxiété.

S’il avait osé venir à la Secte, c’était principalement parce qu’ il pouvait compter sur la téléportation du porte-bonheur. Le fait que le Patriarche Reliance l’ait gardé dans sa collection le rendait confiant, même s’il ne l’avait jamais utilisé.

Du coin de l’œil, il regarda Xu Qing qui, au sein du grand groupe de Cultivateurs fronçait les sourcils tandis que la femme coquette, à côté d’elle, la ridiculisait.

De toute évidence, Sœur Aînée Xu était mécontente. Meng Hao jeta un coup d’oeil à la femme coquette et son regard, de froid, devint glacial.

Soudain, le Patriarche Violet se leva et son disque Feng Shui rétrécit. Il s’avança vers la belle femme et ils commencèrent à converser à voix basse. Tandis qu’ils discutaient, une expression disgracieuse apparut sur le visage du Patriarche, après quoi ils  se retournèrent et se dirigèrent vers le canyon en forme de fissure.

Tous les disciples quittèrent alors leurs disques Feng Shui, se transformèrent en faisceaux de lumière et se précipitèrent dans la fissure. Les Cultivateurs assis en tailleur se levèrent également et les suivirent.;

Xie Jie joignit les mains vers les Cultivateurs sans secte:

«Mesdames et messieurs, veuillez me suivre.»

Le disque de Feng Shui, en dessous d’eux, se mit à rétrécir. Tout le monde semblait pensif, cependant, personne ne recula. Tous prirent l’apparence de faisceaux de lumière et entrèrent à leur tour dans la fissure.

Meng Hao était calme tandis qu’il volait lentement, suivi de groupe de  Xu Qing. Cependant, cette dernière, qui de toute évidence  n’était pas de l’Établissement des Fondations et ne parvenait pas à stabiliser son vol, flottait sur une brume colorée.

Meng Hao ralentit pour qu’elle puisse le rattrape, mais soudain,  Xie Jie se retourna et le regarda: ses yeux étincelaient comme des éclairs. Il semblait sur le point de dire quelque chose, mais il fut interrompu dans son élan par l’arrivée d’une femme sur le côté.

«Compagnon Daoiste Meng, nous nous retrouvons», dit-elle.

Vêtue d’une  longue robe violette,  elle était belle et charmante et quand elle souriait, elle révélait ses dents blanches.

Meng Hao reconnut aussitôt la femme qui, quelques jours plus tôt, lui avait remis la pilule.

«Ah, camarade Daoiste Han,» dit-il en hochant la tête.

Le groupe d’environ mille personnes s’engouffra en sifflant entre les falaises, dans cette fissure dont on ne voyait pas le fond.

«Compagnon Daoiste Meng,» dit soudain Han Bei, d’une voix légère et plaisante, «vous avez un style très raffiné. Vraisemblablement, vous venez d’une famille extraordinaire. Avez-vous vraiment besoin de participer à cet événement juste pour obtenir une pilule?»

Une lueur passa dans les yeux de Meng Hao:

«J’ai bien peur de ne pas comprendre ce dont vous parlez, camarade Daoiste Han.»

Le groupe s’étant enfoncé assez loin dans la fissure, les parois s’assombrissaient peu à peu et les rochers commençaient à scintiller.

Avant que Han Bei ne puisse lui répondre, les Cultivateurs, autour d’eux, s’exclamèrent avec enthousiasme:

«C’est… une falaise de cristal!»

«Quel est cet endroit? Il y a énormément de cristal et il est même supérieur aux Pierres Spirituelles de haute qualité!»

Certains volèrent jusqu’à la falaise et la frappèrent dans le but d’en extraire un morceau de cristal.

Soudain, cris glaçants retentirent et l’on vit leurs corps se flétrir. Leur force vitale, leur chair et leur sang furent aspirés en un instant et ils furent réduits en cendres, ainsi que leurs sacoches spirituelles. Aux endroits où ils avaient touché les falaises, il semblait y avoir  un peu plus de cristal qu’auparavant et celui-ci scintillait mystérieusement.

Voyant cela, les yeux de Meng Hao se rétrécirent. Les Cultivateurs environnants, stupéfaits, prirent une grande inspiration alors que les disciples de la secte semblaient ne s’être aperçus de rien.  Apparemment, ils étaient déjà au courant des effets de cette paroi de cristal.

«Frère Meng» dit Han Bei avec un sourire profond et significatif. «Vous êtes surveillé. S’il vous plaît, faites attention à vous. Au fait… Meng est-il votre vrai nom ?»

Il n’eut pas le temps de répondre qu’elle était déjà partie.

Tout à coup, un énorme rugissement se fit entendre. Tout se mit à trembler, puis tout aussi soudainement, le silence revint. Meng Hao fronça les sourcils alors que Han Bei s’éloignait. Soudain,  son regard tomba sur une énorme porte de pierre que le Patriarche Violet et la jolie femme d’âge mûr avaient travaillé ensemble à détruire.

La porte de pierre refusait de rester en morceaux. On aurait dit qu’elle avait un étrange pouvoir d’auto-régénération.

Passé la porte de pierre brisée, Meng Hao vit un autre groupe de deux cents Cultivateurs assis en tailleur. Ils se levèrent. Devant eux, un jeune homme au visage pâle tenait dans les mains une perle de laquelle émanait  une douce lueur qui semblait ralentir le processus de réparation de la porte de pierre.

«Le jeune Liu Wu adresse ses salutations aux Patriarches», dit-il en voyant entrer le Patriarche Violet et la jolie femme.

Ils secouèrent leurs manches, ralentissant encore davantage le processus de réparation, et les mille Cultivateurs traversèrent  rapidement. Ils n’avaient pas le choix car derrière eux se trouvaient les trois excentriques de la Formation du Noyau. Personne n’aurait osé battre en retraite.

Le chemin, au-delà de la porte de pierre, était encore plus étrange. Il y avait là quatre portes similaires à celle qui avait été détruite derrière lesquelles attendaient d’autres disciples de la Secte.

A mesure qu’ils avançaient, Meng Hao devenait de plus en plus prudent. De toute évidence, la Secte avait exploré cette zone plus d’une fois.

«Ces portes de pierre sont comme des sceaux. Cet endroit…»

Meng Hao regardait devant lui, les sourcils froncés lorsque soudain, il s’arrêta. Tout le monde fit de même.

Devant eux se dressait une grande porte noire qui ne semblait pas de pierre mais plutôt faite  d’une substance métallique. Encastrée dans les deux parois de la falaise, elle émettait une lueur noire. Sa façade était ornée d’un immense visage aux yeux clos et qui semblait dormir.

Alors qu’ils approchaient, ces  yeux s’ouvrirent brusquement et le visage émit un rugissement qui fit tout trembler. Le Patriarche Violet lui-même ne put s’empêcher de cracher du sang, aussitôt suivi de Meng Hao et de tous les autres. Le sang craché se transforma en un ruisseau que le visage géant aspira.

«Conformément aux ordres de mon maître, je suis le garde de l’Exécration Ultime », dit-il d’une voix de tonnerre. «Sans le pendentif, vous ne pourriez pas entrer dans… Euh, que faites-vous ici?»

Le Patriarche Violet et la belle femme,  joignant leurs mains, s’inclinèrent profondément et respectueusement. Le Patriarche Violet prit un tube de bambou d’où il sortit une peau délabrée.

A cette vue, les yeux de Meng Hao se plissèrent. Cette peau lui faisait la même impression que celle qu’il avait eue en observant l’étrange silhouette cette fameuse nuit.

Tandis que la peau s’envolait, l’image indistincte d’un œil apparut et fixa Meng Hao.

Leurs regards se croisèrent et les pupilles de ce dernier se contractèrent.

La peau se déroula et se posa sur le visage.

————

NDT: Si vous avez oublié la «belle femme d’âge mûr», vous devriez relire le Chapitre 42: Qui ose le toucher?

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *